Marbhadh
Marbhadh

Repas de famille [les merveilleux MacKenzie! et leurs invités particuliers]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 2
Repas de famille [les merveilleux MacKenzie! et leurs invités particuliers]

Message par Kenno'cha MacKenzie le Jeu 18 Jan - 19:56

La maison Grawn scintille, il n’y a pas d’autre mot, dans la demeure alourdie par le temps des absences et de l’inoccupation, il n’y a qu’une sensation magnifique de parfait. Dieu seul sait le nombre de serviteur, affairés à droite, à gauche et partout ailleurs ! Mais ils travaillent, tous traînant un air sifflant sur leurs lèvres. Il y a des vieux domestiques de famille MacKenzie, que ce soit le majordome d’une soixantaine d’année, à la cuisinière stricte des cuisines ! Tous arborent un magnifique sourire, sifflotant un air commun que leur maîtresse, aussi, chantonne à l’étage. Un air gaélique, plein d’entrain, une belle chanson qu’elle connait depuis…oh, qu’elle n’a pas plus de cinq ans ! Et dans ce tumulte heureux, on ne croirait pas qu’ils sont à Edimbourg, en 1762, l’année à peine commencée et SURTOUT avec une famine naissante et un tueur lugubre !

Oh Kenno’cha n’a que faire de ce tueur mystérieux, peu importe, qu’il aille aux diables avec sa présence maudite ! Et de toutes façons, ce n’est pas Madame qui s’en soucie, non, Madame pense d’autres choses ! Si elle a été contrarié de recevoir son cousin plutôt, Siomon, lui narrant qu’il ne saurait être là, toute l’aigreur s’est estompée au grès de la promesse des retrouvailles avec ‘Dean et les autres. Au fil des heures qui se sont égrainées, elle n’a plus tenu en place. Passant de la calme, à l’excitée, en quelques sourires, passant dans la maisonnée comme une lumière rousse si vive qu’elle a élevé tous les esprits à la bonne humeur !

Calculons !

Une table bien mise et magnifique, remplie de bonnes boissons et des plats qui leur rappellerait l’enfance ! Fait.
Une maison arrangée comme il le faut et prête à les accueillir ! Fait.
Des petits rien pour tout le monde et surtout pour les enfants de Peadrus ! Fait.
L'enfant parfaitement habillé pour le couché, encore un peu éveillé pour qu'il voit ses oncles et ses cousins avant de partir au sommeil. Fait.
Une broche de clan tenant une écharpe en tartan parfaitement posée sur une robe aux teintes sombres, rappel de son deuil, et ses chevaux fauves lâchés autours de son visage…fait !

Kenno’Cha pousse un beau soupir, se vérifiant minutieusement sous chaque couture, elle a bien changé, et elle le sait, depuis sa jeunesse, mais elle garde des petits riens de l’adolescente fougueuse et de la petite fille exigeante ! Sa taille aurait pu souffrir bien plus de la grossesse, mais elle est bien satisfaite de ses atours ! Un instant, elle se dirait que Léandre pourrait être seul juge de tout cela, avant de pouffer et lever les yeux au ciel.

Voilà bien un personnage qu’elle ne risque pas de revoir, jamais même ! Non qu’elle ne le désire pas mais…il faut être réaliste dans la vie ! Ravie de la touche écossaise et clanique sur sa tenue, si elle devait sortir ainsi, il serait fort probable que son garde de frère ou de cousin doivent trouver à y redire, mais à demeure, autant se ficher éperdument de ce genre de petit rien ! Petit rien, j’entends de lois, Kenno’cha ne se moque en rien des atours de son clan !

« Je paris que ‘Dam va arriver en retard, je ne sais pas, je le sens ! » Soupire-t-elle ravie de l’idée des mauvaises habitudes de son bijoutier de frère ! « Quelle heure est-il ? » Si elle s’adresse à son habilleuse, elle vérifie par elle-même l’heure, tirant l’impatience de ses traits à son maximum. Il est l’heure, elle ne va de toutes façons pas chipoter sur sa tenue, il n’y a que de son sang ce soir et il n’est point question de s’apprêter plus que de raison. D’ailleurs, pas de maquillage sur son visage, Kenno’cha a une sainte horreur de tout cela et aucune patience. De toutes façons, il faut l’avouer, le naturel est ce qui lui convient le mieux !

Se relevant subitement, la dame s’extirpe de sa chambre, passant devant Monsieur Crawley, proche de la quarantaine, fort bel homme et intendant de la maisonnée. Il est aussi secrétaire de la MacKenzie et probablement intendant d’autres choses plus … de chose dont on ne rapporte pas. Kenno’Cha s’arrête et lui sourit, prenant soin de refermer un peu le col de la tenue, en resserrant l’atour autours de son cou. « Voilà. Beaucoup mieux. » Maniaquerie excessive dû à l’idée de recevoir sa famille ? Ou simple petite correction pour cacher la marque de griffes féminines ayant tailladé sa peau jusqu’au sang ? Je vous laisse imaginer volontiers ce que vous désirez !

C’est le cognement à la porte qui fait se raidir kenno’cha, plus jeune, elle aurait dévalé les mar…non, en vérité, c’est encore le cas. La voilà à filer dans la maisonnée, un grand sourire aux lèvres, et dévalant les marches du large escalier, ne voyant dès lors apparaître que la silhouette de l’un des siens, à laquelle elle se jette au coup, en poussant un cri de bonheur et enfouissant son visage contre l’épaule.

Il n’y a pas d’autres bonheur pour Kenno’cha que les siens !

_________________


Smiley face





Celui qui lit ça est un MacLeod puant!  
avatar
Faileas

Messages : 18
Points : 50
Ta tête Par défaut
Avatar : Marie Coutance
Crédit : Carmilla
Multicompte : Keith McBain - Lawrence Harlow - Délèphaïne O'Hayre - Alec Craft
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 31 ans 1/2
Métier : Veuve éplorée - Organisatrice de Salon Philosophique
Pouvoirs : Chant Hypnotique (3) - Charisme -(1)
Inconvénients : Appel de la mer - Goût du sang
“ Méfiez-vous de l'espiègle créature à la voix cristalline, elle vous séduit de ses mimiques et de son air charmant, pourtant, les sirènes se sont penchées sur son berceau...pour qu'elle séduise les hommes de son engouement joueur si délicieux, et surtout pour dévorer vos âmes au son de ses chansons..." Ainsi parla Léandre de la jeune femme dans un de ses romans
Jeune veuve presque éplorée, elle porte à bout de bras l'Empire Textile de Grawn Textile, faisant fortune avec le lin. Chanceuse à ses affaires, qu'elle tient d'une main excellente, ainsi que lui a appris son époux, le tout reviendra à son fils, seul et unique héritier Grawn.
Amoureuse de chant et manipulatrice des notes, un air coule toujours sur ses lèvres pour vous plaire et vous emporter dans la sarabande de son existence pleine de vie!
Elle est douce comme terrible, mais merveilleuse de légèreté, cachant un esprit plus aiguisé que l'on ne pourrait le soupçonner. Femme qui rêve d'être forte, elle admire Diderot et la philosophie de son siècle, rêvant de France et de courir les salons, elle ne croit en Dieu que pour les apparences et privilégie le matérialisme mais mieux vaut dissimuler ce genre de chose...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2
Re: Repas de famille [les merveilleux MacKenzie! et leurs invités particuliers]

Message par Ùisdean MacKenzie le Jeu 18 Jan - 21:48


Repas de famille
MacKenzie's

Marchant d’un pas rapide, je jette un bref coup d’œil à l’heure alors que je m’efforce de ne pas arriver en retard. Il est devenu rare d’avoir de telles réunions de famille et je m’en voudrais d’être en retard, de ne pas en profiter autant que je le devrais. Mon uniforme toujours sur le dos, je n’ai pas pris le temps de me changer comme je le fais habituellement après mon service. Il faut bien avouer que depuis un peu plus d’un mois maintenant, l’attitude du commandant a changé. C’est probablement dû à l’arrivée des gardes… Du moins, c’est la seule chose à laquelle je suis parvenu à le relier. Sagement, j’ai décidé de ne pas aborder le sujet avec lui. Ce n’est pas ma place et si j’ai eu accès à cette position suite à certains avantages raciaux, il lui serait tout aussi aisé de se trouver un autre ceasg pour me remplacer… Parions sur Peadrus, dans ce cas. Aussi frustrant est-il pour moi, j’ai besoin de ce travail. Mais le Capitaine est devenu plus dur. Presque intransigeant. Alors que je pensais souffler un peu à mon poste, je me retrouve totalement débordé. La tête dans le boulot, je passe mes journées à courir dans tous les sens. Et si on pourrait penser au château que ce sont les anglais que nous craignons le plus, c’est sans compter les remarques faites au moindre manquement du protocole. Je ne sais pas si le Capitaine essaye de se faire bien voir, de prouver que nous n’avons pas besoin d’eux ou s’il se sent soudainement plus zélé en leur présence mais, une chose est sûre, je n’aimerais pas être à la place de Peadrus. En tant que garde, ses horaires étaient déjà quelque chose, mais depuis l’arrivée des anglais, tout le monde travaille presque le double de ce qu’il était habitué à faire… Il faut bien avouer qu’il faut aussi combler les pertes de cette lugubre soirée où nos rangs ont été décimés. Je n’en ai jamais parlé au Capitaine non plus, ce n’est pas vraiment ma place… Je suis juste content que personne de ma connaissance proche ne fasse partie des morts de cette nuit.

Et comme si mon quotidien n’était pas assez chaotique comme cela… Il a fallu que cet idiot d’Alasdair aille se faire égorger. Depuis, Sòmhairl n’a d’yeux que pour lui. Il passe son temps à son chevet, ne me laissant pas même un mot alors que le soir où les missives du vieux farceur étaient arrivés chez nous, nous étions sensés nous retrouver dans un bar, moment de repos mérité par nous deux. Il m’a juste laissé en plan… Et depuis, c’est à peine si j’existe. Jalousie est un faible mot pour définir la tempête colérique qui monte en moi. Et je me déteste à chaque fois un peu plus d’en vouloir au pauvre bougre pour avoir été se faire égorger dans un bouge… Mais il a cette manière de me rappeler qu’il est entre mon amant et moi, qu’il ne compte pas quitter sa place. C’est un pilier dans la vie de Sòm et je sais que je devrais l’accepter… Mais c’est au-delà de mes forces. Alors je me suis éloigné de mon amant pour ne pas lui imposer ma jalousie alors qu’il a un ami proche dans un mauvais état. Et chaque pas en arrière que je fais pour lui laisser le temps de respirer me bouffe un peu plus, me rappelant qu’Alasdair à réussit son coup pour m’éloigner de lui, pour reprendre cette place de numéro un. La soirée de ce soir tombe à point nommée. Au moins, je ne passerais pas cette soirée seul dans ma chambrée sans savoir si j’ai envie ou pas de sentir cette silhouette connue se glisser dans mes draps. Au diable ce MacLeód qui m’amène à ne plus savoir comment me sentir à proximité de lui ! Ce soir n’est pas un soir à broyer du noir, mais un soir de festivité.

Arrivé devant la porte de l’impressionnante demeure, je frappe, me faisant rapidement ouvrir par un domestique. Je le vois dans le regard du jeune homme, mon uniforme fait son petit effet. Avec la garde anglaise et les humeurs du Capitaine, on ne peut pas vraiment dire que nous ayons bonne presse pour le moment. Les exécutions sont plus nombreuses, sans même parler des arrestations. Ce n’est clairement pas pour plaire à tout le monde, surtout quand on a été habitué avant à un peu plus de souplesse. Un sourire illumine cependant mon visage lorsque je vois le petit bout de femme dévaler les marches. Elle a toujours été ainsi, Kenno’Cha, à ignorer les ‘qu’en dira-t-on’ pour préférer foncer, vivant sa vie comme elle l’entends. Ma précieuse petite sœur. C’est à bras ouvert que je l’accueille, tournant sur moi-même pour accompagner son mouvement, la faisant légèrement voleter autour de moi. Depuis combien de temps ne nous sommes pas vu ? Cela me semble faire une éternité. Un léger rire sur les lèvres, je la relâche, la laissant prendre un peu de recul par rapport à moi. Du bout des doigts, je joue avec l’une de ses boucles rousses. « Quel plaisir de te revoir, ‘Cha. Désolé pour ma tenue, je n’ai pas eu le temps de me changer après mon service. » Mon sourire s’affaisse un peu alors que sa robe noire me rappelle son récent veuvage. « Toutes mes condoléances. J’aurais aimé pouvoir trouver le temps de t’écrire ou de me déplacer pour les funérailles mais les choses ont été un peu difficile en ville ces derniers temps. » Mon regard tombe sur sa broche, représentant le blason de la famille Luceo non Uro et mes sourcils se froncent, lui faisant les gros yeux alors que mon regard se jette sur l’arrière de la cour. « Tu ne devrais pas sortir avec cette broche sur toi. La ville grouille d’anglais et la tolérance est plus basse que jamais. » Ma main glisse sur son épaule alors que je la redirige vers l’intérieur de la demeure.

_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 411
Points : 283
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2
Re: Repas de famille [les merveilleux MacKenzie! et leurs invités particuliers]

Message par Kenno'cha MacKenzie le Jeu 18 Jan - 22:37

Kenno’cha admire son frère dans sa tenue, peut-être un peu plus moqueuse que réellement épatée, quoi que…elle le trouve magnifique dans sa tenue, et le regarde, avec l’envie de le voir se tourner sur lui-même. Garde du château, n’est-ce pas magnifique ? Elle est fière de lui, comme de Peadrus ! Et elle se contente d’un sourire, plissant les lèvres dans une moue approbatrice. « ça m’évitera d’aller te porter un panier repas au château, comme prétexte, pour voir à quoi tu ressembles dans ta tenue ! » Lâche-t-elle malicieuse, pensant que cela est possible et ignorant totalement que ce n’est pas la joie au boulot de son frère, mais ça, encore, ça lui passe bien au dessus de la tête !

La suite de ses paroles lui arrache une mimique à la fois surprise et intriguée, avant de réaliser qu’il parle de la mort de Grawn et la bouche entrouverte, elle ne sait pas trop que dire, avant de simplement. « Oh…non, il ne voulait personne et puis…je ne suis pas très enterrement, j’ai fais ça…rapidement. Les veillées, tout ça, c’est trop…morbide pour moi ! » Lâche-t-elle sans même une once de chagrin avant d’estampiller un sourire triste sur ses traits. « Désolé, tu connais mon dégoût pour la peine, et puis…j’ai Fionnlagh…bref… » Jouant sur l’hésitation des mots, une certaine pudeur, Kenno’cha pense duper son frère assez pour qu’il ne s’étonne pas de son manque de peine.

Si elle a aimé son défunt mari, par force de l’habitude et du temps, elle ne peut pas lui offrir un chagrin incommensurable. Il est mort. Voilà tout. Que dire de plus ? Surtout en sachant la vérité ! Mais même si elle a encouragé sa fin, elle reste assez humaine pour en avoir quelques tristesses. Lui ou une liberté, elle a préféré le second choix ! Avec de l’argent. Certes, un divorce pourquoi pas ? Une séparation ? Mais il ne faut pas non plus tout perdre !

Elle regarde les gros yeux et pouffe, se laissant entraîner vers l’intérieur, en riant doucement. « Ah les anglais…ils ne sont pas drôle ! »Elle attrape la main de son frère à son épaule et l’entraîne à l’intérieur. « Viens, j’ai quelqu’un à te présenter ! » Si elle a l’air mystérieuse, ce n’est pas pour grand-chose, elle l’entraîne, passant son silence l’idée que si elle veut au moins porter une broche de famille à la maison, elle le ferait et merde à ces foutus anglais ! Non mais ! Elle tient sa jupe d’une main pour presser un pas de course vif et a l’impression d’être de retour à un passé merveilleux. Il manque les autres, mais ils ne tarderaient point à arriver !

Passant la salle à manger, s’excusant de justesse avec une jeune servante adroite, elle emmène l’aîné à un petit salon où un jeune garçon, très jeune, se tient assis sur le sol, dans de magnifiques habits de nuit, jouant avec un grelot d’argent qu’il agite dans tous les sens. Lâchant la main de ‘Dean, elle s’assoit, sa robe formant une belle envolée qui se pose au sol comme une auréole de tissu autours de son corps. « Mon bébé. » Marmone-t-elle avec douceur, saisissant l’enfant qui n’est pas seul. Monsieur Patapouf est là, et la nourrice aussi. Elle l’attrape et le soulève du sol pour le présenter à son frère et le coller directement dans les bras de Uisdean. « Faites connaissance ! »

Nul doute que ce gamin est signé Mackenzie et rouquin, comme sa mère, son oncle et des beaux yeux clairs. Il a quelque chose de son grand-père, maternel, cet enfant, et un caractère ! Un sacré caractère, il regarde son oncle et avance ses doigts pour toucher sa barbe dans un gazouillis baveux. Kenno’cha admire, souriant, prête à s’envoler pour la prochaine arrivée ! Cet enfant elle l’a désiré après plusieurs pertes, il est un petit bout d’elle, un petit bout qui lui a pompé beaucoup d’énergie certes.


_________________


Smiley face





Celui qui lit ça est un MacLeod puant!  
avatar
Faileas

Messages : 18
Points : 50
Ta tête Par défaut
Avatar : Marie Coutance
Crédit : Carmilla
Multicompte : Keith McBain - Lawrence Harlow - Délèphaïne O'Hayre - Alec Craft
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 31 ans 1/2
Métier : Veuve éplorée - Organisatrice de Salon Philosophique
Pouvoirs : Chant Hypnotique (3) - Charisme -(1)
Inconvénients : Appel de la mer - Goût du sang
“ Méfiez-vous de l'espiègle créature à la voix cristalline, elle vous séduit de ses mimiques et de son air charmant, pourtant, les sirènes se sont penchées sur son berceau...pour qu'elle séduise les hommes de son engouement joueur si délicieux, et surtout pour dévorer vos âmes au son de ses chansons..." Ainsi parla Léandre de la jeune femme dans un de ses romans
Jeune veuve presque éplorée, elle porte à bout de bras l'Empire Textile de Grawn Textile, faisant fortune avec le lin. Chanceuse à ses affaires, qu'elle tient d'une main excellente, ainsi que lui a appris son époux, le tout reviendra à son fils, seul et unique héritier Grawn.
Amoureuse de chant et manipulatrice des notes, un air coule toujours sur ses lèvres pour vous plaire et vous emporter dans la sarabande de son existence pleine de vie!
Elle est douce comme terrible, mais merveilleuse de légèreté, cachant un esprit plus aiguisé que l'on ne pourrait le soupçonner. Femme qui rêve d'être forte, elle admire Diderot et la philosophie de son siècle, rêvant de France et de courir les salons, elle ne croit en Dieu que pour les apparences et privilégie le matérialisme mais mieux vaut dissimuler ce genre de chose...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2
Re: Repas de famille [les merveilleux MacKenzie! et leurs invités particuliers]

Message par Àdhamh MacKenzie le Dim 18 Fév - 14:17




Les MacKenzie et leurs invités
Repas de famille




« J’ai pas envie d’y aller ! » Bougonne-t-il alors qu’il est affalé sur son bureau, épuisé par sa journée de travail qui fut étonnamment intense. Beaucoup de clients se sont bousculés à sa porte, à la grande surprise du propriétaire et des employés de l’établissement. Àdhamh ne s’en plaint pas, loin de là ! Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas été aussi ravi de tenir un commerce. Non, ce qui le préoccupe est une affaire bien plus personnelle. Un repas de famille chez sa sœur aînée. Le Ceasg aime beaucoup sa sœur Kenno’cha, mais apprécie beaucoup moins les repas de famille. Petit dernier de la famille et encore célibataire, toute l’attention est tournée vers lui. Les autres descendants MacKenzie ont déjà fait leur vie, ils sont tranquilles, plus rien n’est attendu d’eux, contrairement au cadet dont la pression sur ses épaules lui devient insupportable. Àdhamh soupire lourdement, faisant savoir son exaspération à son interlocutrice. « J’irai pas. J’ai qu’à leur dire que je suis malade, qu’un accident est arrivé au magasin, que je me suis fait voler ma canne, peu importe ! Je trouverai bien une excuse, mais s’il y a une chose de certaine, c’est que je n’irai pas à ce repas de famille. Franchement, je vais m’ennuyer là-bas. Tu sais qui il va y avoir ? » Il lève la main vers Katherine et compte les personnes présentes au fil de ses commentaires. « Ma sœur, ensuite, mon frère, puis mon cousin et ses enfants ! Oh, et l’enfant de ma sœur ! On est beaucoup trop, moi j’aime pas ça. Bon, heureusement, je crois que mon autre cousin ne sera pas là. Je l’aime pas trop, il est bizarre et il me fait un peu peur. » Il marmonne ces dernières paroles un peu plus bas, se demandant intérieurement quand est la dernière fois qu’il a vu Siomon. Ça remonte à des années, probablement encore sur les terres du Castel Leòd. L’orfèvre se lève d’un bond et déclare. « Et j’ai un dernier argument ! Enfin deux. Premièrement, je ne vais pas avoir le temps de changer de tenue et deuxièmement… J’ai vraiment pas envie ! Tu veux pas qu’on aille faire quelque chose de plus amusant ? » Demande-t-il sans trop d’espoir, connaissant parfaitement le caractère têtu de la Française, qui finirait probablement par l’amener par la peau du dos chez sa sœur dès que sa patience serait écoulée. Puis, il a menti pour son premier argument. S’il part maintenant, il a largement le temps d’enfiler des vêtements plus convenables et de faire un brin de toilette. Àdhamh pousse un profond soupir et lève les bras en signe de résignation. « Très bien, j’y vais, mais à une seule condition. Tu viens avec moi ! » Lance-t-il en arborant un large sourire.

« Je n’en reviens pas que t'ais accepté… » Sa dernière tentative pour dissuader sa jeune compagne a été un cuisant échec. Par conséquent, les voilà, propres et apprêtés, se tenant à quelques pas de la porte d’entrée de la demeure Grawn où réside Kenno’cha, veuve depuis peu. Le bijoutier frappe trois coups avant que la porte se dérobe sur un domestique qui leur fait signe d’entrer. Àdhamh se faufile à la suite de Katherine, démarrant une conversation avec la première personne suffisamment malchanceuse pour lui prêter une oreille attentive. Le Ceasg s’avance dans la maison à la recherche de ses aînés. De petits gargouillis enfantins parviennent à ses oreilles et un sourire illumine ses traits. Il n’a encore jamais rencontré l’enfant de sa sœur. Àdhamh trottine vers le bambin, impatient de découvrir ce nouveau membre de la famille. « Kenno’cha, tu ne m’avais pas dit que ton bébé avait une si jolie voix ! Ça vient forcément de notre côté de la famille. Comment il s’appelle ? Laisse-moi deviner : tu l’as appelé Àdhamh ? Très bon choix. » Plaisante-t-il. Le bijoutier salue rapidement les MacKenzie présents avant de retourner auprès de son invitée. « Je vous présente Katherine, ma compagne. » Le Ceasg n’hésita pas, mais sortir cette phrase lui fit bizarre. Comme si le dire à voix haute avait une toute autre saveur que simplement l’imaginer. Il reprend d’une voix tout aussi assurée, si ce n’est plus. « Voici Ùisdean et Kenno’cha. »
Fiche codée par Koschtiel

_________________
KEEP GOING
© FRIMELDA
avatar
Look around at how lucky we are to be alive right now !

Messages : 93
Points : 130
Ta tête Par défaut
Avatar : Brendon Urie
Crédit : Mad Hattress (ava) + Frimelda (signa)
Multicompte : Llewyn MacGobhainn
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24 ans
Métier : Orfèvre et Gérant d'une bijouterie au bord de la faillite
Pouvoirs : Charisme, Empoisonnement
Inconvénients : Appel de la mer, Matérialisme exacerbé


Welcome to the end of eras. Ice has melted back to life. Done my time and served my sentence. Dynasty decapitated. You just might see a ghost tonight. And if you don't know, now you know.



If it feels good, tastes good. It must be mine. Heroes always get remembered. But you know legends never die. And if you don't know, now you know



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2
Re: Repas de famille [les merveilleux MacKenzie! et leurs invités particuliers]

Message par Ùisdean MacKenzie le Dim 18 Fév - 18:51


Repas de famille
MacKenzie's

« Ah les anglais…ils ne sont pas drôle ! » Je lève les yeux au ciel, prenant la sage décision de garder mon avis pour moi pour le coup. Même si nous sommes en famille, je préfère ne pas exprimer trop ouvertement mes convictions personnelles. Si le travail est dur et chronophage, il me permet au moins de vivre confortablement et je ne voudrais pas savoir ce qu’il pourrait advenir d’un premier lieutenant n’ayant aucune foi en la couronne ou tout simplement qui éprouve de la haine envers la manière dont les choses se déroulent depuis la fin de la guerre. Je n’aime pas avoir à me cacher mais c’est sans doute ce qu’il y a de mieux à faire pour le moment… Et puis, nous sommes là pour nous retrouver en famille, pas pour parler politique. « Viens, j’ai quelqu’un à te présenter ! » Mon sourire remonte à mes lèvres alors que je me laisse entrainer avec le plus grand des plaisirs, appréciant le changement rapide de conversation. J’allonge le pas, devant le presser pour suivre les enjambées rapides de ma petite sœur. Rapidement, une ambiance s’est à nouveau installée entre nous, comme à l’époque, comme lors de nos années d’innocences, là où tout était tellement plus simple, tellement plus facile, tellement plus agréable. Le monde semblait être un endroit calme, à portée de main. Cette douceur, on ne peut pas dire que je sois mécontent de la retrouver un petit peu. Depuis la mort de père, les choses ont étés tellement différentes au sein de notre foyer… Kenno’Cha mariée, il n’y avait plus vraiment personne pour animer la maisonnée, laissant Àdhamh tout seul sous la garde de mère. La mariée avait sans doute été la meilleure chose à faire pour elle à l’époque mais, après son départ, le Castel Leòd avait semblé bien terne et inanimé.

Nous finissons par déboucher sur un petit salon. Mon visage s’illumine alors que je vois l’enfant s’agiter avec cette maladresse habituelle chez les jeunes de cet âge. C’est la première fois que je vois son fils, que je vois mon neveu. « Mon bébé. » L’enfant échoue dans mes bras et c’est avec la plus grande des attentions que je détaille le visage du jeune Fionnlagh. Les petits doigts se tendent, s’accrochant à ma barbe, m’arrachant un léger rire alors que je tente de reculer mon visage. « En voilà un qui va devenir un valeureux gaillard, n’est-ce pas ? » Des enfants, j’en ai toujours voulu… Mais pas à n’importe quel prix, pas avec n’importe qui. Je me souviens encore de quand Imogen m’a annoncée qu’elle était enceinte, qu’elle portait notre enfant. Je me souviens de la fierté et du bonheur qui avait grandis en moi alors que son ventre s’arrondissait. Je me souviens de ces nuits passées, l’oreille sur la peau tendue à essayer de capter un signe de vie, des rires et de la complicité alors que je parvenais à sentir un coup de l’enfant… Mon sourire se fiche, se teintant d’une nuance de tristesse et de nostalgie alors que je ne peux m’empêcher de songer à quand nous avions perdu l’enfant, de la manière dont ma femme avait manqué y laisser sa vie, de la tristesse mélangée à la peur. Je ne sais pas si Imogen s’en est un jour réellement remise en fait… « Kenno’cha, tu ne m’avais pas dit que ton bébé avait une si jolie voix ! Ça vient forcément de notre côté de la famille. Comment il s’appelle ? Laisse-moi deviner : tu l’as appelé Àdhamh ? Très bon choix. » La voix de mon frère me tire de mes pensées, m’arrachent à ma nostalgie en un léger sursaut. J’ai laissé passer ma chance, je ne serais jamais père et il est temps que je me face une raison à ce sujet… Je me retourne pour faire face à Àdhamh, plaquant à nouveau un sourire de circonstance sur mes lèvres. Du coin de l’œil, je remarque clairement qu’il est en bonne compagnie, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, surtout si je me fie à la discussion que nous avions eu l’autre jour concernant le fait que je ne lui ai jamais connu aucune conquête jusqu’à présent. « Je vous présente Katherine, ma compagne. Voici Ùisdean et Kenno’cha. »

Je m’avance, chargeant le jeune enfant sur un seul bras, intrigué par cette fameuse Katherine. « Eh bien, tu ne m’avais pas dit que tu avais une compagne, Àdhamh. Enchanté de te rencontrer, Katherine. Je compte sur toi pour bien prendre soin de lui. Il a tendance à être pas mal tête en l’air. » Je m’approche de mon petit frère, lui laissant le loisir de regarder de plus près le jeune Fionnlagh. Ce dernier ne se prive d’ailleurs pas pour délaisser ma barbe, préférant essayer d’attraper les cheveux de mon cadet à la place. « Ça lui fait quel âge maintenant, ‘Cha ? »


_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 411
Points : 283
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2
Re: Repas de famille [les merveilleux MacKenzie! et leurs invités particuliers]

Message par Deirdre Fairbairn le Dim 18 Fév - 23:51





Repas de famille



"— Bonne soirée à vous, Messire."

Le dernier client venait de quitter la boutique quand je pus enfin me permettre de souffler. La journée avait été particulièrement chargée, la porte ne cessant de tinter pour signaler l'arrivée d'une nouvelle personne. À croire que les habitants d'Edimbourg s'étaient passés le mot pour défiler à la boutique. Quelque part, je n'avais pas à m'en plaindre. Ça faisait du bien de réellement travailler, ça me permettait de ne pas rester focalisée sur cette idée qui me hantait depuis la veille. J'avais vu Katherine et elle n'avait pas manqué de me confier qu'elle accompagnerait probablement Àdhamh à un dîner de famille. Dîner où il y aurait mon père. Avait-elle la moindre idée de la germe qu'elle m'avait planté ? Celle de m'y rendre ? D'enfin me présenter à mon père, réellement. C'était la seule option que j'avais, après tout. Je n'aurais probablement aucune autre occasion de le voir. J'avais nourri l'espoir de le rencontrer avec les gardes qui patrouillaient nuit et jour dans les rues de la capitale écossaise, mais c'était peine perdu, tous les hommes en uniformes avaient des visages qui m'étaient complètement inconnus, la plupart étant britannique.

Il m'avait fallu peser le pour et le contre ; en plus de risquer de prendre un poignard en plein coeur si mon père décide tout bonnement de me mettre à la porte, mais en plus, il y avait bien des chances que je perde mon emploi qui ne tenait qu'à un fil. Je me montrais déjà bien désagréable avec Àdhamh, je doutais qu'il veuille encore de moi dans sa bijouterie si son frère me renie publiquement. Mais finalement, j'avais pris mon courage à deux mains. Je ne pouvais plus continuer à vivre dans le flou total. Cela faisait des années que je voulais apprendre à connaître mon père, je n'allais pas baisser les bras si près du but. Alors que j'y étais presque.

C'est un sourire accroché aux lèvres que je m'étais présenté à la demeure, dissimulant derrière ce calme factice le tumulte d'émotions qui bouillonait en moi. Un mélange de peur, d'appréhension mais aussi d'excitation. Je restais quelques instants face à la porte, tentant de calmer les battements de mon coeur. Je ne percevais plus rien autour de moi, comme si l'univers tout entier m'accordait une seconde de silence pour rassembler toutes mes pensées. Quand je toquais enfin, je fus prise de l'envie de tourner les talons, de repartir et d'oublier toute la folie que cette idée constituait. J'ai failli céder à cette pulsion. Failli.
Une domestique vint m'ouvrir et ne manqua pas de me détailler, un sourcil arqué. Bien évidemment qu'elle me dévisageait, elle devait s'attendre à des personnes distinguées et je n'étais qu'une gamine aux cheveux en bataille et aux vêtements amochés par le temps.

"— Je suis..." Les mots se bloquèrent dans ma gorge. Je n'allais pas pouvoir le faire.
"— Mademoiselle ?
— Je suis venue pour.. Est-ce que vous pourriez me mener à la maîtresse de maison ?"


Elle devait me prendre pour une mendiante ou alors de celles qui voulaient se faire embaucher.

"— Madame est occupée ce soir.
— Je dois voir Messire Ùisdean MacKenzie. C'est urgent.
— Je m'en vais appeler."


Alors qu'elle allait me claquer la porte au nez, me laissant dans le froid de l'hiver, je me faufilais à l'intérieur. Elle me jaugea puis pensant sûrement que je resterais là, fit volte face pour retrouver sa patronne. Quand elle entendit mes pas à sa suite, elle s'arrêta.

"— Madame viendra vous voir.
— Je lui épargne donc le chemin.
— Vous devez rester ici ou je serais contrainte de vous faire sortir, Madame reçoit ce soir et ne peut être importunée."

Ça ne m'empêcha pas de lui emboiter le pas, lui répétant que ce que j'étais venu faire ne pouvait attendre. Si seulement elle savait.
Design by Libella de Graphiorum & code by Koschtiel
avatar
Can i have a cookie, please ?

Messages : 42
Points : 95
Je sais pas trop :x
Avatar : Freya Tingley
Crédit : NyxBanana la magnifique ❤
Multicompte : /
Pseudo : Yas - Hermine

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 18 ans
Métier : Vendeuse dans une bijouterie
Pouvoirs : Empoisonnement (3 pts), fin limier (1 pts), charisme (1 pts)
Inconvénients : Goût du sang, appel de la mer, fort besoin affectif
I am a bastarde, i will die a bastarde, but i'll make them suffer first.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2
Re: Repas de famille [les merveilleux MacKenzie! et leurs invités particuliers]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum