1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.
Lundi, 15 octobre 2018

Pause indéterminée du forum


A father daughter talk ft. Ùisdean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 4 A father daughter talk ft. Ùisdean

Message par Deirdre Fairbairn le Mer 27 Juin - 18:49




A father daughter talk

La nervosité et l'appréhension lui nouaient le ventre. Elle ressentait ce même sentiment de fébrilité qu'à chaque fois qu'elle devait voir son père. Pourtant, son attitude était un rien moins enthousiaste, sa mine moins joyeuse, à l'idée de retrouver Ùisdean. Pas qu'elle ne soit pas contente de le voir, non. Elle avait juste du mal à ignorer ce pincement au coeur en se disant que c'est une chose de plus à laquelle Katherine n'aura jamais eu le droit. Être reconnue par son père, avoir la chance de le connaître, être autre chose qu'une bâtarde, une erreur, un accident, à ses yeux… La vie avait encore tant à lui offrir. C'était horrible de se rendre compte de la précarité de notre existence. D'à quel point elle ne tenait qu'à un fil.

Un soupir s'échappa de ses lèvres et elle secoua la tête pour chasser ses sombres pensées. C'était plus fort qu'elle. Elle avait beau avoir repris ses activités, elle avait beau allé de l'avant, un rien lui rappelait qu'elle ne reverait plus jamais sa meilleure amie. Et elle trouvait ça si injuste... Elle avait été malade, au même titre que Kath, alors pourquoi son corps à elle s'était rétabli et celui de la française avait lâché ? Qu'est-ce qu'elle pouvait bien avoir de plus ? Deux bâtardes, deux filles aux rêves plein la tête qui ont quitté leur terre natale pour rejoindre la capitale écossaise, toutes deux en quête d'un père absent… Tout les unissait et pourtant.

La perte de la rouquine a eu pour effet de déclencher des terreurs nocturnes chez la Ceasg. À plusieurs reprises depuis les obsèques, ça lui arrivait de se réveiller en sueur, ayant expérimenté dans ses rêves la mort d'un de ses proches. La personne changeait, les circonstances changeaient, mais la finalité était la même. Morts. Pas plus tard que la veille, elle avait vu son père se faire poignarder à mort par le Tueur d'Edimbourg, trepassant sous ses yeux sans qu'elle puisse y faire quoique ce soit.
Étrange, non ? De penser à son père comme à un proche… Elle était habituée au ressentiment quand il s'agissait du MacKenzie, mais la peur de le perdre… Ça, c'était nouveau.

Et cette même peur l'avait empêché de refuser la balade à cheval qu'il lui avait proposé, alors qu'elle ne savait absolument pas monter. Comment elle comptait faire ? Improviser. Oui, ça semblait être une très bonne option. Improviser. Elle avait déjà monté avec sa mère, une fois. Le jour où elle avait rencontré son père, d'ailleurs. Elle n'aurait pas du mal à s'en souvenir. Suffirait de faire comme son père, au pire. Parfaitement faisable.
Elle ne s'étonna même pas qu'il soit sur place avant elle. Accélérant le pas, elle le rejoignit. Un sourire penaud étira ses lèvres alors qu'elle se mettait à parler un peu trop.

— Je vous ai fait attendre longtemps ? Je suis désolée. Je n'ai aucune bonne excuse… Je suis déso…

Elle s'arrêta d'elle même, reprit sa respiration avant de se mordre la lèvre inférieure.

— Bonjour, monsieur.
Design by Libella de Graphiorum & code by Koschtiel
avatar
Can i have a cookie, please ?

Messages : 82
Points : 250
Je sais pas trop :x
Avatar : Freya Tingley
Crédit : NyxBanana la magnifique ❤
Multicompte : /
Pseudo : Yas

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 18 ans
Métier : Vendeuse dans une bijouterie
Pouvoirs : Empoisonnement (3 pts), fin limier (1 pts), charisme (1 pts)
Inconvénients : Goût du sang, appel de la mer, fort besoin affectif
Luceo non uro - I shine not burn.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: A father daughter talk ft. Ùisdean

Message par Ùisdean MacKenzie le Lun 17 Sep - 19:38


A father-daughter talk
Deirdre ξ Ùisdean

La mort. Elle pullule, hantant chaque recoin de monde, rodant dans l’obscurité, lorgnant sur les individus qui évoluent dans la lumière, prêt à arracher quiconque se tiendra un peu trop près des ténèbres. Peu importe son âge, peu importe sa santé, peu importe son genre. Ùisdean, croyez-le ou non, avait été ravagé d’apprendre la mort de la fiancée de son frère. S’il y avait bien une chose qu’il ne souhaitait à personne, c’était la perte d’un être aimé. Surtout que le jeune couple avait l’air vraiment bien ensemble… Surtout que Katherine était une amie proche de sa propre fille. Un drame qui touche de près trop de personnes auxquelles le guerrier tient. Un drame qu’il aurait tant voulu pouvoir éviter. Un drame qui le fait se sentir tellement impuissant. Cependant, il s’efforce de ne pas se démonter. Il doit être un père maintenant. Il doit être un soutient pour sa fille. Il doit lui montrer qu’elle peut s’appuyer sur lui, se confier, lui parler. Ils ont tellement de temps à rattraper, tellement d’heures perdues qu’ils ne pourront probablement jamais récupérer. Et c’est sa faute. La moindre des choses est donc de dégager un peu de temps dans son emploi du temps pour essayer d’amener un sourire sur le visage de la chair de sa chair, le seul enfant qu’il n’aura probablement jamais compte tenu de son âge et de ses inclinaisons romantiques actuelles. Et même si elle ne peut porter le nom des MacKenzie, elle n’en a pas moins le sang. Et qui sait… Peut-être que la marier au fils d’un cousin éloigné permettra de faire suivre le titre de succession à condition qu’elle lui donne un petit fils avant sa mort… ? Il n’est pas bien au fait de toutes ces lois. Il le devrait, en tant que fils héritier du clan, il devrait savoir ces choses-là mais il n’est cultivé que de façade. Si le bougre sait lire, écrire, monter à cheval, porter l’épée et se tenir en société, il n’est pas l’un de ces grands philosophes qui parcourent les salons de thés en cherchant à repenser le monde. Le sang des Highlands bouillonne bien trop dans ses veines pour cela. Après tout, il est un MacKenzie, il n’est pas capable de rester calme.

Du coup, il a tenté de prendre ses responsabilités. Il a fait du tri dans ses emplois du temps et a sacrifié un peu de temps qu’il aurait dû passer avec Sómhairl pour le passer avec sa fille. Du haut de sa monture, le guerrier observe, le dos droit et la bride d’un second équidé à la main, l’horizon. L’animal piétine et piaille. Une sale bête et il le savait. C’est pour cela qu’il a choisi de monter celui-ci et de laisser la monture la plus douce à la jeune femme. Il a connu les affres de la perte d’un être cher et il se doute bien que ce n’est pas une balade à cheval en sa compagnie qui va apaiser le cœur blessé de Deirdre mais il ose espérer que, quelque part, cela lui fasse au moins un peu de bien. Il entend des pas dans son dos et se retourne, observant la jeune femme qui arrive vers lui dans sa robe. Peut-être devrait-il l’aider financièrement parlant… ? Après tout, son salaire est plutôt confortable et il fait pas mal d’économies en ce moment. La moindre des choses serait que sa fille, elle aussi, puisse vivre décemment. « Je vous ai fait attendre longtemps ? Je suis désolée. Je n'ai aucune bonne excuse… Je suis déso… Bonjour, monsieur. » Ùisdean sourit, forçant sa monture au calme avant d’en descendre. Il rassemble les deux brides dans une seule main et s’approche de la jeune femme, l’étreignant sans une hésitation, l’attirant tout contre lui avec peut-être un peu trop de force. Après tout, on ne change pas un ours en lapin en quelques mois. C’est étrange de se faire appeler Monsieur par sa fille. Il avait toujours voulu se faire appeler père ou, à la rigueur, papa mais il n’a pas encore osé lui demander de passer le pas vocal. Après tout, si elle ne se sent pas prête, il ne va pas la forcer, n’est-ce pas ? Ce qu’il peut se sentir maladroit quand il en vient de tout cela. Avec Deirdre, il a toujours l’impression de marcher sur des œufs. Et s’il n’était pas assez bien pour elle ? Et s’il la décevait une nouvelle fois ? « Je suis heureux de te voir, Deirdre. Et ne t’inquiète pas, je n’ai pas attendu longtemps. » Il la relâche, un sourire ravis aux lèvres, juste heureux de passer un peu de temps à ses côtés. Comme à chaque fois qu’ils se voient, il se surprends à laisser son regard trainer sur le visage de son enfant. Ses yeux, elle a totalement ses yeux. Le plus délicatement qu’il le peut, il glisse la bride du cheval le moins pénible dans la main délicate de la jeune femme. « Je nous ai prévu une longue balade, j’espère que tu as prévus de quoi ne pas avoir froid. Sinon, j’ai amené quelques couvertures en laine pour nous couvrir les épaules au cas où la rosée matinale ne soit pas clémente avec nous. » Sans un mot de plus, il enfourche à nouveau son cheval, montant dessus avec l’élégance et l’agilité que seule l’habitude peu créer, attendant que la jeune femme en fasse de même. Elle a grandi dans une ferme non… ? Le fait qu’elle puisse ne pas savoir monter ne lui a même pas effleurer l’esprit, il faut bien l’avouer.

_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 473
Points : 347
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein - Deirdre - Kenno'Cha - Sómhairl & Alasdair - Sómhairl 2


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: A father daughter talk ft. Ùisdean

Message par Deirdre Fairbairn le Mar 18 Sep - 0:09




A father daughter talk

Devant ses yeux se sont superposés les images de son père. L'image de l'homme bien vivant qui lui faisait face et l'image du cadavre qui avait hanté sa nuit. Un frisson a remonté son échine. Elle l'a ignoré, prétendant que c'était le froid et s'est abandonné à l'étreinte de son père. Pour la première fois, elle s'y ait même accroché, heureuse de le savoir avec elle.  Heureuse de le sentir vivant sous sa paume. Elle ne s'attendait pas à ce que ça puisse arriver, elle ne savait ni quand ni comment c'était arrivé, mais elle s'était attachée. À lui, à leurs moments père-fille. A la preuve qu'il méritait son respect. Qu'il n'était pas l'homme froid qui avait pu la repousser boen des années avant. À la preuve qu'il l'avait, de son côté, bien acceptée. Elle a chassé la culpabilité qui lui serrait la gorge en pensant qu'elle était peut peut-être la raison pour laquelle Kath n'aurait jamais le droit à ce bonheur. Elle a retenu un soupir qui menaçait de s'échapper de ses lèvres. En s'écartant, elle a tenté de masquer sa gêne. C'était plus fort qu'elle, en ce moment ; le besoin de contact, de se sentir entourée. De ne pas être seule.
Elle avait vaguement pensé à rentrer voir sa mère. À lui demander son soutient dans cet épreuve. À lui demander de panser des cicatrices qui ne se refermeraient qu'avec le temps. Mais il y avait Àdhamh. Elle ne pouvait pas le laisser. Ils s'accrochaient ensemble à leurs chagrins comme l'on s'accroche à des bouées de sauvetage. C'était parfois bien plus facile d'être seul à deux, et c'était ce qu'elle ressentait quand elle se retrouvait avec son oncle.

Sentant une pointe de tristesse s'emparait d'elle, elle essaya de se redonner constance en se concentrant sur le programme de son père. Si elle se mettait à y songer, la tristesse gagnerait du terrain et Deirdre le savait, ça ne serait pas beau à voir. C'était là un combat qu'elle ne saurait gagné, alors, elle préférait l'ignorer. Comme si cacher le problème le ferait, à force, disparaître.  Elle essaya de se convaincre qu'elle devrait plus s'inquiéter de l'épreuve qui l'attendait. Monter. Longtemps. Assez longtemps pour "une longue balade". Et le froid. Le fantôme d'un sourire passa sur ses lèvres, comme si elle s'apprêtait à raconter une blague qu'elle était la seule à connaître.

— Le froid est un vieil ami. J'ai l'habitude, tentait-elle de le tranquiliser. Je devrais pouvoir supporter les températures, ne vous inquiétez pas.

Et ce n'était que lorsqu'elle l'avait vu monter sur son canasson qu'elle avait compris l'ampleur du pétrin dans lequel elle avait plongé pieds joints. Elle ne voulait pas décevoir son père, alors prenant une longue inspiration, elle a tenté d'y aller doucement. D'abord, elle laissa sa main se baladait sur l'encolure de la bête, la flattant. Elle ne savait pas exactement qui des deux elle tentait de mettre en confiance. Elle, bien probablement. La monture semblait réceptive et Deirdre s'accrocha à l'idée qu'elle coopererait pour lui éviter de se couvrir de honte et de s'embarasser. Elle n'osait pas quitter la bête des yeux et poser son regard sur son père qui attendait probablement qu'elle se décide. Elle avait tellement peur de faire un pas de travers et de lui donner une bonne raison de la renier à nouveau qu'elle se lançait des entreprises aussi stupide et dangereuse que celle-ci. Son coeur tombourinait dans sa poitrine quand elle se pencha vers le cheval pour lui murmurer.

— Tu vas m'aider sur ce coup, hein ? On va s'entendre, tu verras.

Elle avait au moins la chance de passer suffisamment de temps avec Alec pour se sentir à l'aise avec les équidés. Mais les monter, c'était une autre histoire. Mettant un pied à l' étrier, elle s'était maladroitement hissé sur le côté, pas bien sûr de la manière dont une fille "de bonne famille" montait. Elle a tenté de se stabiliser mais l'animal, sentant probablement sa nervosité, s'est agité avant de commencer à avancer sans qu'elle n'ait rien demandé. Non, non, non. La panique commençait à monter alors qu'elle sentit le pas s'accélérer sous son poids. Elle tenta de tirer sur les rênes. Mais elle n'y arrivait pas, sa monture semblait trouver ça plus agréable de partir au quart de tour, sans lui donner le temps de s'installer confortablement, ni de se préparer psychologiquement. Et Deirdre n'aimait pas ça. Ça allait vraiment trop vite pour elle.

— Aidez-moi, était-elle entrain de murmurer à elle même. Aidez-moi.
Design by Libella de Graphiorum & code by Koschtiel
avatar
Can i have a cookie, please ?

Messages : 82
Points : 250
Je sais pas trop :x
Avatar : Freya Tingley
Crédit : NyxBanana la magnifique ❤
Multicompte : /
Pseudo : Yas

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 18 ans
Métier : Vendeuse dans une bijouterie
Pouvoirs : Empoisonnement (3 pts), fin limier (1 pts), charisme (1 pts)
Inconvénients : Goût du sang, appel de la mer, fort besoin affectif
Luceo non uro - I shine not burn.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: A father daughter talk ft. Ùisdean

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum