1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.
Lundi, 15 octobre 2018

Pause indéterminée du forum


Zombie walk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 4 Zombie walk

Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Ven 22 Juin - 14:33


Zombie walk
Alec ξ Teàrlach

« Alec… ?! Alec, réponds-moi ! » Le lutin peste, sautant sur place, enfilant ses chaussures à la va-vite, peinant à suivre son amant qui, depuis plusieurs minutes maintenant, ne lui réponds plus. Il jure dans sa barbe inexistante alors qu’il manque s’étaler de tout son long sur le sol. De quelques foulées rapides, il rejoint le palefrenier qui ne réagit même pas à sa voix. Sa main agrippe son haut, essayant de le forcer à s’arrêter pour lui faire face mais l’homme semble totalement l’ignorer. Déjà, l’inquiétude grandit au sein du lutin malicieux alors qu’il relâche le vêtement pour ne pas le déchirer. « Alec… ? » tente-t-il une nouvelle fois, essayant de ne pas céder à la panique. Il s’installe à côté de lui, essayant de claquer des doigts dans son oreille pour essayer de lui arracher une quelconque réaction mai rien ne se passe. Il marche ainsi à ses côtés un moment, l’observant curieusement se mettre en marche sans même passer par les écuries. Après de longues minutes, il se considère las. Il tourne son regard derrière eux. Il ne peut pas vraiment abandonner Alec ici, n’est-ce pas ? L’homme ne lui répond plus. Cela pourrait être une crise d’une quelconque démence, ou une nouvelle maladie qui rode dans la ville… Comme celle qui a manqué l’emporter, celle qui a emporté Katherine, probablement par sa faute d’ailleurs. Il aurait probablement dû écouter Alec et rester à domicile, ne pas mettre les pieds au travail. Mais, ce soir, il est bien loin de sa culpabilité. Parce qu’il est inquiet pour Alec. Il cercle ses hanches de ses bras et plante ses pieds dans le sol, essayant de l’empêcher d’avancer et d’évoluer. Au moins pour qu’il lui fasse face, pour qu’il lui expliquer. « Alec, c’est moi. Teàrlach. Dis-moi ce qu’il se passe, explique-moi. » La tentative est un échec cuisant et le fir darrig continue sa marche, forçant le jeune homme à le lâcher. Il panique, le lutin. Et ne trouvant rien de plus intelligent à faire, il lui saute sur le dos, ses jambes cerclant sa taille avec force. « Arrête de marcher. Dis-moi où tu vas. » Gronde-t-il sur son dos alors que sa présence ne semble pas le moins du monde déranger Alec qui continue sa marche. Il soupire, se laissant donc emporter, restant sur son perchoir.

Ils rejoignent la ville à pied, ce qui prend pas mal de temps. Temps pendant lequel Teàrlach s’efforce de raisonner son amant pour qu’il fasse demi-tour. Il a peur, il ne comprend pas ce qui est en train de se passer et pourquoi son amant ne lui répond pas. Il finit par reposer le pied à terre, s’enfermant dans un mutisme fermé pour marcher simplement à ses côtés, se reconnaissant vaincu, pour le coup. En silence, il observe Alec rejoindre le château, installé à ses côtés. Il le voit rejoindre la foule et il s’y mêle. Du regard, il cherche quelqu’un d’aussi alerte que lui. Il ne voit que des regards vides, des regards mornes. Ils sont là… Sans vraiment l’être. Comme son Alec. Il déglutit alors que son regard se porte sur la tour que certains doigts pointent déjà. Les cris d’angoisse et d’agonie que certains poussent le mettent profondément mal à l’aise. Et il ne peut s’empêcher de se planter devant son lutin quand ce dernier se met à hurler à son tour. Il tombe à genoux avec lui, ses mains sur ses épaules, livide. Qu’est-ce qui est en train d’arriver ? Il n’en sait rien. Son amant à l’air d’être vraiment en peine, à l’agonie. Mais il ne voit pas de sang. Rapidement, ses mains chassent les siennes pour palper la peau à travers les vêtements. Il ne semble pas blessé. Il s’empêche de justesse de le tirer dans ses bras. Assis au sol, il relève son regard vers la tour. La nuit va être longue…

_________________
Single Malt Scotch Whisky
We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
avatar
A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

Messages : 519
Points : 16

Avatar : Eddie Redmayne
Crédit : NyxBanana
Multicompte : Ùisdean MacKenzie
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 27 ans
Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: Zombie walk

Message par Alec Craft le Sam 23 Juin - 22:11

La nuit est douce, l’été à la porte, il ne semble pas faire un froid mordant, juste une sensation agréable à la clarté lunaire, alors que le palefrenier, quitte le lit, sans même prendre temps de se parer décemment. Chemise ouverte, bas de chausse de nuit, il oublie de porter des chaussures et se dirige vers la sortie. Dans son air vitreux ne règne rien, rien de plus que le néant d’un sommeil profond, il marche, en dormant, ou marche en étant ailleurs, lui-même ignore ce qu’il fait, il rêve de lui-même qui avance, de lui-même qui marche, et dans cette solitude qui lui fait peur, il entend au loin, la voix de son amant.

Il voudrait lui répondre, mais rien ne lui parvient, il s’arrête parfois, pour se retourner, dans ce rêve, mais le lutin n’apparait pas. Il doit être au lit, enfin guéri, éloigné cette fièvre meurtrière, qui a failli lui prendre Tearlàch. Tout cela n’est qu’un rêve après tout, autant le laisser et demain, tout sera pour le mieux.
Le palefrenier ignore bien qu’il est en train d’avancer, la maison quittée, son corps décidé, il marche sur les pavés noires de la cité écossaise, inconscient de sa propre route, mais décidé. Comment pourrait-il répondre à son amant inquiet, alors qu’il se croit encore dans son lit, au plus profond des sommeil, entourés de Robyn et Tear, les enlaçant tour à tour et respirant leurs odeurs…apaisé de les savoir en bonne santé tous les deux, enfin !

Pourtant, il sent tout de même un poids dans cette inconscience, un poids sur son dos, qu’il porte son problème, on dirait qu’il tient tear, mais le lutin n’est pas là et il s’inquiète tout de même de tout cela, sans parvenir à réaliser ce qu’il se trame, il avance dans la réalité, comme une âme sans peine, parvenant au lieu maudit et remplit de la foule.
Comme les autres, il s’avance jusqu’aux abords de l’enceinte et puis, vient le hurlement d’angoisse, cette douleur intérieure qui même dans son rêve le crispe jusqu’à la chute, jusqu’au silence, avant que les choses ne se reprennent…et s’arrêtent encore.

****

L’aube luit lentement, la gorge d’Alec brûle de tous ces hurlements passifs, et le corps parait s’être meurtris seule. La plante des pieds noircis d’immondices, le corps tendus dénoue ses muscles alors qu’il semble se réveiller. Alec n’aurait jamais pensé pouvoir si mal dormir sur le matelas de leur maisonnée, ni même dormir assis en vérité, mais à son éveil, il ouvre les paupières et pousse un grognement. Depuis quand dort-il assis ? Et surtout par terre et…

« Mais où je suis… » Une grimace s’arrache de sa bouche, alors il tente de déglutir afin d’humidifier ce gosier aride et brûlant qui parait avoir été malmené. Sa main se levant à son visage, il voit la rue et le monde, pire, le castle et d’autres gens autours de lui et ne saisit pas. « C’est quoi la plaisanterie ? » Finit-il par lâcher en voyant Tearlàch, s’imaginant sans méchanceté, une pitrerie probablement de son amie, une de celle dont il ne saisirait point tout. Par réflexe il touche sa chevelure, histoire d’attester de leurs présences. Ouf, elles n’ont point disparues.





_________________
"Il faut regarder en direction de son avenir. Du coup, je regarde à côté de moi, ouai..." A son côté se trouvait Robyn Hay.
avatar
Faileas

Messages : 128
Points : 118
Ta tête Par défaut
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Crédit : @AM
Multicompte : Keith MacBain - Délëphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
20 / 10020 / 100
Age : 26 ans
Métier : Acolyte de toujours /Palefrenier
Pouvoirs : Mensonge imparable (1) éveiller des peurs enfouies (1)
Inconvénients : S’incruste chez les gens, Fascination pour la couleur rouge

"Il est étrange d'être un pécore cultivé, maniant l'épée du noble et sachant lire comme eux, peut-être même mieux. Mais au fond, personne ne le voit réellement, je me plais à faire l'imbécile. Et je le fais souvent...
Sauf quand je me dois de veiller sur elle -ce qui est une chose coutumière-. Mais en même temps, elle ne sait pas le faire pour elle-même"




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: Zombie walk

Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Ven 20 Juil - 11:04


Zombie walk
Alec ξ Teàrlach

Le dos courbaturé de sa nuit en extérieur – il n’est pas un pécore, lui, il n’a jamais connu une nuit hors d’un vrai lit – Teàrlach se passe une main sur le visage. Debout au milieu des corps assoupis, il essaye de savourer le calme s’étant enfin jeté sur la foule. Le manque de sommeil et les geignements qui ont raisonnés dans ses oreilles toutes la nuit lui ont filé la migraine. Son regard se jette sur la muraille et il se demande si la garde accepterait de lui donner un verre d’eau. Probablement pas vu qu’il a passé la nuit avec la foule d’inconnus. Avec un soupire de fin du monde, il se laisse retomber au sol, en tailleur. Il se masse les tempes, essayant de réfléchir à tout cela, comme si après une nuit à paniquer et à y réfléchir la solution pourrait lui tomber du ciel. C’est stupide et idiot mais il s’en fou un peu, il a besoin de comprendre et d’analyser. Il ne faut pas que Llewyn tombe là-dessus… Les disparitions seraient encore plus nombreuses qu’aujourd’hui… Et s’il avait eu un tel potentiel sous la main à l’époque, sans doute n’aurait-il pas autant peiné à fournir à sous beau-frère du matériel d’étude. Mais peut-être que le chirurgien fou pourrait avoir une idée de ce qu’il se passe ici ? Mais Teàrlach ne pense pas que ça ait quelque chose à voir avec le domaine de la science. Toutes aussi brillantes les lumières soit-elles, elles n’expliquent pas tout. La preuve, elles sont incapables de différencier clairement un monstre d’un autre. Il n’y a que l’’expérience et la curiosité qui ont poussées le lutin à en savoir autant sur les différentes races qui peuplent les villes. La science n’y a jamais été pour rien.

Sans doute est-ce en grande partie pour cela qu’il a arrêté de jouer les fournisseurs pour son beau-frère. Lui qui était obsédé à l’idée de lui prouver qu’il ne trouverait rien pour les curer de ce qu’il pense être un mal, espérait voir une grande découverte majeure pour comprendre leur nature et l’assimilée… Il a perdu la foi en les compétences de Llewyn sur ce plan-là… Et puis, il a Robyn, il a Alec. Il est bien, avec eux. Enfin, il a l’impression d’être un peu canalisé, de parvenir à garder un cap plus de quelques jours, d’être plus doux, moins sensible. Clairement, il est mieux chez la Marquise… Et au moins, là-bas, il ne pense pas constamment à la petite Katherine… « Mais où je suis… » La voix d’Alec fait s’étirer Teàrlach, malgré sa migraine qui proteste violemment. Son regard se pose sur lui et il se retient de justesse de lui sauter dans les bras, soulagé de l’entendre parler à nouveau. Le regard luisant de fatigue et de nervosité contenue, un rire grinçant qu’il ne peut contenir lui échappe. Soulagé. Il est tellement soulagé. Son lutin lui est revenu. Par contre il ne devrait pas rire ainsi… Sa pauvre tête… « C’est quoi la plaisanterie ? » Teàrlach grimace à cette question. Non, ce n’est pas une plaisanterie et cela n’a rien de drôle. C’est une vraie inquiétude qui lui a rongé les nerfs toute la nuit. Même un peu furieux suite à une telle peur, il lui frappe légèrement le coude alors qu’il semble vérifier avoir toujours ses cheveux. D’ailleurs, cela lui fait du bien. Alors il continue de le frapper sans réelles forces, juste parce que ça lui fait du bien. « Idiot ! Crétin ! » Il l’insulte encore et encore, jusqu’à ce qu’il n’ait plus le courage de laisser mollement ses bras s’abattre sur lui. « C’était quoi ça, hein ?! Ce n’était pas drôle ! Pas du tout ! Je me suis inquiété ! Tu es bien là ? C’est bien toi ? Tu es de retour ? » Nerveusement, les mains courent sur la joue du palefrenier, comme pour s’assurer que le cauchemar est enfin fini. « Un moment, j’ai cru m’être prit un coup de peur… Avec tout ce qui traine en ville, on ne sait jamais… » Il tente un sourire avant de se relever, assez dérangé par l’idée d’être entoure d’inconnus, bien que, ça va, ils sont en extérieur, il y a de la place… « Et si nous rentrions ? Il y a de la marche jusqu’au manoir… Ne me fais plus jamais un coup pareil, tu veux ? Cette blague n’était pas amusante du tout. » Il fait la moue, mimant exagérément sa bouderie, bien décidé à ce que son amant comprenne qu’il a dépassé les bornes cette fois ci.

_________________
Single Malt Scotch Whisky
We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
avatar
A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

Messages : 519
Points : 16

Avatar : Eddie Redmayne
Crédit : NyxBanana
Multicompte : Ùisdean MacKenzie
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 27 ans
Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: Zombie walk

Message par Alec Craft le Mer 8 Aoû - 17:07

« Mais…aïe, quoi? Qu’est-ce que j’ai dis! » Il dit aïe, pour la forme, levant ses bras vers Tearlàch histoire d’accuser ses attaques et ne pas se laisser tout simplement frapper sans donner le change. On les regarde, mais tout le monde fixe un peu tout le monde, la valse des somnambules qui ne savent pas encore qu’ils le sont ! D’ailleurs, tout cela ne laisse rien de bien clair à l’esprit de Alec, si ce n’est qu’il est un crétin et un idiot, fort heureusement, cela n’est pas nouveau et dans ce petit échange sans muscle, il garde l’air surpris, un peu hébété.

« Mais oui, c’est moi ! Qui veux-tu que ce soit ? » Lâche Alec sur un ton doux mais toujours ourlé d’incompréhension, vu l’état du lutin, il serait mal venu pour lui de faire preuve d’agacement, même s’il a envie de piger le problème !Il le regarde en souriant bêtement, jusqu’à ce que… « hey mais je sais même pas ce qui s’est passé, ce que je fais là, ni même rien de tout cela ! »

En se redressant, il contemple sa chemise de nuit...mal foutue dans le pantalon qu’il a mis par-dessus, au moins, il s’est habillé avant d’aller marcher, à moins qu’on ne l’ait habillé. Se contemplant un peu en matant ses pieds, le palefrenier se frotte le sommet du crâne et pousse un soupir. « Je me souviens qu’on est allé se coucher… »

Un sourire graveleux nait sur ses lèvres, il aime aller se coucher, cela ne veut jamais dire qu’ils vont immédiatement dormir…mais ce n’est pas le moment avec tous ces inconnus. La foule ne déplait pas à Alec, mais il s’en passerait fort bien ce jour, ainsi donc, il inspire en grognant un peu, tirant la chemise de nuit de son pantalon pour la faire tomber de nuit, alors qu’il voit la bouderie de son amant. « Hey non mais !! Tu vas pas me faire la tête, alors que je comprends rien à tout ça ! Je suis aussi paumé que toi, et en plus, une telle blague, avec tous ces gens ? Je suis pas si bon ! »

Il désigne bien ceux qui l’entourent et pousse un soupir bruyant, haussant les épaules. Bah oui, il ne peut rien dire de plus et s’il comprends tout à fait combien son amant est dans un tel état, lui, ça ne l’oriente pas plus que ça sur la finalité. Saisissant le bras de Tear pour l’entraîner, il finit par lui sourire, pour que le lutin ne s’inquiète pas ! « T’imagine si c’est un nouveau tueur de ce tueur fou ? Faire venir les gens à un endroit ! Hein !? » Magnifique pour ne pas l’inquiéter… « Bon, tu me racontes tout ce qu’il s’est passé ? Je te jure, sur Rob, sur nous, que je ne t’ai pas fait une blague ! »

Voilà, au moins, c’est clair !



_________________
"Il faut regarder en direction de son avenir. Du coup, je regarde à côté de moi, ouai..." A son côté se trouvait Robyn Hay.
avatar
Faileas

Messages : 128
Points : 118
Ta tête Par défaut
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Crédit : @AM
Multicompte : Keith MacBain - Délëphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
20 / 10020 / 100
Age : 26 ans
Métier : Acolyte de toujours /Palefrenier
Pouvoirs : Mensonge imparable (1) éveiller des peurs enfouies (1)
Inconvénients : S’incruste chez les gens, Fascination pour la couleur rouge

"Il est étrange d'être un pécore cultivé, maniant l'épée du noble et sachant lire comme eux, peut-être même mieux. Mais au fond, personne ne le voit réellement, je me plais à faire l'imbécile. Et je le fais souvent...
Sauf quand je me dois de veiller sur elle -ce qui est une chose coutumière-. Mais en même temps, elle ne sait pas le faire pour elle-même"




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: Zombie walk

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum