AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • MembresMembres  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Jamais trois sans quatre [Seaghdh - Teàrlach - Llewyn]

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Jamais trois sans quatre [Seaghdh - Teàrlach - Llewyn]

    Message par Màiri Leamhnach le Lun 17 Juil - 14:37


      Il est à peine dix heures du matin et quelques rayons de soleil percent timidement les lourds nuages gris qui ont envahi le ciel. Depuis plusieurs heures déjà, les habitants sont afférés à leurs tâches quotidiennes mais pas Màiri Leamhnach. La dame est en souffrance, respirant avec une grande difficulté, les côtes la faisant souffrir le martyr. Décidément, elle ne se fera jamais à ce maudit corset ! Sa domestique l’a serré tellement fortement que c’est à se demander si elle n’a pas cherché à se venger de quelque chose. Sauf que Màiri ne voitpas ce qu’elle aurait pu faire pour mériter de tels représailles. Elle est toujours aimable avec le personnel de maison les saluant, leur disant s’il vous plait et merci, pensant même à prendre de leurs nouvelles parfois. Elle est tout sauf un monstre avec eux… pas comme certaines personnes de sa connaissance… pas comme Llewyn par exemple. D’ailleurs elle est persuadée que c’est un homme du même acabit que son époux qui a inventé cet instrument de torture qui lui enserre la taille tel un étau de fer. De plus il n’y a qu’un homme un peu pervers qui peut créer un accessoire visant seulement à mettre en valeur les atouts féminin.

      Màiri supporte la douleur tant bien que mal sachant qu’elle finira par s’y faire à mesure de la journée. Pour l’heure elle a un rendez-vous important, un qu’elle ne manquerait pour rien au monde. Une fois par mois, elle retrouve Seaghdh et Teàrlach dans un salon de thé. Ce rendez-vous mensuel, c’est elle qui l’a instauré car elle tient à voir ses frères afin de passer un peu de temps avec eux et de discuter sans que personne ne vienne interrompre leur conversation. Bien entendu ils se voient souvent entre temps mais cette petite tradition lui tient à cœur et elle sait pertinemment que ses frères se plient à sa volonté uniquement pour lui faire plaisir.

      Màiri se rend donc au salon de thé dans lequel elle a ses habitudes. Avec son élégance naturelle, elle prend place à une table près d’une grande vitre. Elle est la première arrivée, comme souvent. Un petit sourire étire ses lèvres en imaginant ses frères traînant des pieds pour venir jusqu’à leur point de rendez-vous.
      Le propriétaire des lieux vient à Màiri avec un large sourire peint sur le visage en la saluant puis en lui demandant si elle souhaite boire la même chose que d’habitude. Elle lui rend son sourire et répond par l’affirmatif. En attendant que son thé soit prêt, elle laisse son regard vagabonder à travers la fenêtre regardant les passant sans vraiment les voir.


    _________________



    ©️endlesslove
    .
    avatar
    Faileas

    Messages : 64
    Points : 90
    http://i.imgur.com/XxL4Qdd.png
    Avatar : Gabriella Wilde
    Crédit : poison ivy
    Multicompte : Lachlan Fairbairn
    Pseudo : Mimi

    Taux d'abomination :
    70 / 10070 / 100
    Age : 30 ans
    Pouvoirs : Beauté, Fin limier, Empoisonnement
    Inconvénients : Provoque des désastres nautiques, Fort besoin affectif, Appel de la mer, Goût du sang
    Maybe you think that you can hide
    I can smell your scent for miles
    Just like animals


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Jamais trois sans quatre [Seaghdh - Teàrlach - Llewyn]

    Message par Seaghdh Leamhnach le Mar 25 Juil - 12:53


    Jamais trois sans quatre
    Màiri ξ Teàrlach ξ Llewyn ξ Seaghdh

    Une moue boudeuse bien ancrée sur ses lèvres, le ceasg enfonça un de ses plus beau chapeau sur son crâne. Il laissa un dernier instant son regard vagabonder sur son bureau remplis de papier (tous plus important les uns que les autres si on l’écoutait) et poussa un soupir, alors qu’il ne put résister à l’envie de les ranger correctement avant de prendre le départ.

    Une fois ceci fait, il sortis d’un geste souple sa montre à gousset de sa poche, faisant sauter le clapet d’un geste expert pour consulter l’heure. Ses doigts habitués à manipuler l’objet remontèrent le mécanisme avant de laisser le claper claquer avec netteté et de ranger la petite merveille de rouages dans son écrin de tissus.

    C’est finalement d’un pas décidé qui quitta l’antre qu’il chérissait tant. Après tout, le temps, c’était de l’argent. Et de l’argent, Seaghdh entendait bien en amasser le plus possible avec son honnête métier. Il mit donc tout en oeuvre pour parvenir au salon de thé le plus rapidement possible. C’est cependant avec un grognement qu’il glissa un shilling au cocher alors qu’il descendait de la voiture sans un regard pour les chevaux.

    Son expression s’adoucit cependant subtilement alors que son regard captait la présence de sa soeur à la fenêtre du salon de thé qui leur servait de lieux de rendez-vous mensuel. Cependant c’est un flot de sentiments contradictoire qui l’assaillirent. La beauté fragile de Màiri l’avait toujours poussé à vouloir la protéger -bien qu’elle sache le faire toute seule- mais il se devait bien d’admettre qu’il avait lamentablement échoué, le jour ou il l’avait laissée se marier à Llewyn MacGobhainn. Et aujourd’hui il se retrouvait à fuir la demeure de sa propre sœur, dégoutté à la simple idée de pouvoir croiser son mari ne fut ce que de loin.

    C’est donc avec un sentiment doux-amer qui pénétra dans le salon de thé et rejoignit sa petite sœur avant de s’asseoir en face d’elle, son habituelle moue boudeuse toujours collée aux lèvres.

    « Et bien Màiri, comme d’habitude, tu es toujours en avance. Et Teàrlach est toujours en retard… »

    Et si le comptable ne se fendit d’aucun sourire ou d’aucun geste tendre envers sa sœur, il savait pourtant que cette dernière avait, depuis le temps, appris à lire entre les ligne et ne lui en tiendrait pas trop rigueur.

    _________________

    TOUT CE QUI BRILLE PEUT ÊTRE D'OR
    avatar
    Do not go gentle into that good night.

    Messages : 295
    Points : 184
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Simon Pegg
    Crédit : verveine. (ava) & moi (signa)
    Multicompte : /
    Pseudo : XynPapple

    Taux d'abomination :
    70 / 10070 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Comptable
    Pouvoirs : Charisme, Fin limier & Fétiche
    Inconvénients : Fort besoin affectif, désastre nautiques, appel de la mer & matérialisme exacerbé


    Do not go gentle into that good night, old age should burn and rave at close of day; rage, rage against the dying of the light.

    Though wise men at their end know dark is right, because their words had forked no lightning they do not go gentle into that good night.





    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Jamais trois sans quatre [Seaghdh - Teàrlach - Llewyn]

    Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Mar 25 Juil - 16:24


    Jamais trois sans quatre
    Màiri ξ Seaghdg ξ Llewyn ξ Teàrlach

    Sortir boire le thé… Urgh. Une habitude que Teàrlach ne porte pas dans son cœur. Certes, il ne croise sa sœur dans les couloirs de cet immense manoir qu’assez rarement… et ses seules interactions avec son frère, une fois au boulot, constitue souvent un ramassis de cris et de critiques en tout genre. En aucun cas cela ne s’avère finir par être un moment de partage familial, comme les Leamhnach savent si bien en avoir. Cependant, même parfaitement intégré à la famille, le fir darrig ne peut s’empêcher de toujours prendre un pas de retrait par rapport à ses frères et sœurs. Il pourrait pratiquement être le fils de Seaghdh… Ils ont d’ailleurs presque le même âge. De plus, il n’est pas un ceasg. Il n’a aucune affinité particulière avec l’eau, il n’a pas de problèmes de fétiches ou un gout particulier pour l’argent. Tout ça, ça leur appartient. Enfilant ses gants rouges, le jeune homme observe la ville depuis le pas de sa distillerie. Les rues à ciel ouvert l’aident à garder le contrôle de lui-même, à oublier la foule qui passe, troupeau opaque passant inlassablement d’un point à un autre. Un grésillement dans le large qui devient une cacophonie. La rue, ça va. Il peut la gérer… Mais le salon de thé… Cette petite pièce fermée, tous ces individus qui s’y entassent. Et puis… Et puis, il y a le souvenir de cette chasse de l’autre soir. Une grande inspiration plus tard, il s’élançait à l’assaut de la ville. Mieux valait être oppressé par le monde évoluant dans la ville que de repenser à cette soirée. Il le sait, il ne devrait pas se sentir ainsi. Il avait planifié d’assommer la jeune femme et de l’offrir en pâture à son beau-frère. Elle aurait probablement fini en petit morceau, trempant dans des liquides presque opaques dans le laboratoire du scientifique fou… S’il ne l’avait pas transformé en casse dalle en attendant. Donc oui, la manière dont cette mort le remue n’a rien de normal. Elle allait de toute manière être destinée à cette fin. Cependant… Cependant, le rouquin ne peu chasser l’image de la lame qui ouvre la gorge, des yeux surpris qui le fixent, du bruit mat et lourd du corps tombant sur le sol, du bruit des pas qui le coursent dans la ville. A son retour au manoir, après plusieurs heures d’errances paniquées, c’est Llewyn qui l’avait trouvé, en état de choc, balbutiant des mots sans sens, des éclats de sang sur le visage, sur les vêtements, sur les chaussures. Le chirurgien l’avait méticuleusement aidé à se changer et se décrassé, il l’avait apaisé, permettant au fir darrig choqué de glisser dans les bras de morphée pour un repos qu’il aurait voulu réparateur.

    La vérité, depuis lors, il cauchemarde. Alors, c’est la maisonnée qui en paye le prix. Désœuvré et épuisé, Teàrlach est devenu plus insupportable qu’à l’accoutumé. Les nuits sont devenues courtent pour les habitants du manoir. Leur sommeil se voit agité des cauchemars que le fir darrig leur impose, juste parce que ça fait quelque chose à faire pour occuper ses nuits… Et que ne pas être le seul à voir ses nuits hantées de mauvais souvenirs le rassure. Lorsque la voiture s’arrête devant le salon de thé, le regard épuisé se porte sur le salon de thé. Un long soupire lui échappe. Il n’a pas envie d’être ici, même s’il aime vraiment sa sœur. C’est d’ailleurs la seule raison qui le pousse à être ici au lieu de rentrer au manoir pour demander à Archibald l’un de ces remèdes qui le font se sentir aussi bien, aussi serein, aussi loin de toute cette horreur qui lui tourne en tête. Mais voilà. Il aime sa sœur et ne veut pas lui causer de chagrin inutile. Alors il descend de la voiture et donne quelques shillings au cocher. Lorsqu’il arrive enfin dans le salon, il marque une pause. Il ferme les yeux et prends une grande inspiration. Par chance, il n’y a pas trop de monde aujourd’hui. La présence des serveurs ne le laisse cependant pas serein. D’un pas prudent, il s’avance vers la table où son frère et sa sœur son déjà attablé. Sans un mot, il tire une chaise, se laissant tomber dessus plus qu’autre chose. « Bonjour. » Éteinte, son habituelle joie de vivre. Le jeune homme s’est refermé comme une huitre, vaincu par la fatigue des mauvaises nuits passé depuis cette horrible nuit. « Tu es sublime aujourd’hui, Màiri. » Un commentaire volatile, balancé sur un ton neutre, presque trainant. Il ne regarde même pas sa sœur, ses mains gantés jouant déjà avec la sucrière.

    _________________
    Single Malt Scotch Whisky
    We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
    avatar
    A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

    Messages : 364
    Points : 364

    Avatar : Eddie Redmayne
    Crédit : NyxBanana
    Multicompte : Ùisdean MacKenzie & Shawn Underwood
    Pseudo : NyxBanana

    Taux d'abomination :
    80 / 10080 / 100
    Age : 27 ans
    Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
    Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
    Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

    Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


    llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Jamais trois sans quatre [Seaghdh - Teàrlach - Llewyn]

    Message par Màiri Leamhnach le Dim 6 Aoû - 19:42


    Jamais trois sans quatre
    MÀIRI Ξ SEAGHDG Ξ LLEWYN Ξ TEÀRLACH

    Quitter sa demeure, échapper à l’emprise invisible que Llewyn à sur elle… cela fait du bien à Màiri. Elle étouffe entre ses murs, bien plus que dans son corsage serré plus que de raison. Ces rendez-vous lui permettent de fuir la réalité, sa vie. Elle n’est qu’une femme retrouvant ses frères pour un bon moment en famille. Elle sait parfaitement que si elle n’avait pas épousé cet homme, elle n’aurait pas le même style de vie. Ses belles robes seraient en réalité des habits ternes, elle vivrait dans une petite maison où toutes les tâches ménagères lui seraient attribuées et elle devrait compter chaque pièce dans ses poches. Mais pour être honnête, Màiri serait prête à vivre de cette manière si cela lui permettait de ne plus être mariée à Llewyn, de ne pas avoir vécu cette horrible tragédie qu’a été la perte de son fils tant aimé. Oui, elle serait prête à tout perde afin de ne plus avoir Llewyn dans sa vie.

    Elle tente de se reprendre : Même loin de lui, elle ne peut s’empêcher de penser à Llewyn et cela n’a rien d’agréable. Heureusement, elle voit bientôt une silhouette qui la fait largement sourire : son frère Seaghdh est en train d’arriver. Son air toujours peu aimable sur le visage, il entre dans le salon de thé. Beaucoup pensent qu’il est irritable et toujours de mauvaise humeur, mais c’est mal le connaître. Pour Màiri c’est un amour, il suffit juste de fendre quelque peu sa carapace pour s’en apercevoir.

    « Et bien Màiri, comme d’habitude, tu es toujours en avance. Et Teàrlach est toujours en retard… » Dit-il en s’asseyant en face d’elle avec sa moue boudeuse. Màiri n’en tient pas rigueur à son frère. Elle sait qu’il est content de la voir et c’est le principal même si elle tient à aborder plusieurs sujets avec lui. Elle aborde le premier aussitôt, son frère ayant nommé le principal intéressé en premier.

    « Seaghdh, s’il te plait, évite de te montrer trop taquin avec notre petit frère aujourd’hui. Il ne va pas bien ces derniers temps et je m’inquiète pour lui. » Elle pose une main sur celle de son frère, un petit sourire suppliant aux lèvres. Elle sait que Seaghdh n’est pas mauvais et qu’il peut se montrer compatissant, mais sait-on jamais si Teàrlach tend le bâton pour se faire battre… En parlant de ce dernier, il fait son apparition. Màiri se rend tout de suite compte qu’il ne parait pas à l’aise ce qui lui fait froncer légèrement les sourcils. Il s’avance vers eux, s’assoie à son tour comme si un poids bien trop lourd pesait sur ses épaules. « Bonjour. » Sa joie qui contraste avec le caractère de Seaghdh habituellement est absente. Elle avait remarqué son changement d’attitude, mais elle pensait que peut-être, en dehors de la maison, i serait plus serein. Elle s’est visiblement trompée. « Tu es sublime aujourd’hui, Màiri. » L’intéressée pose sa tasse de thé dans laquelle elle vient de prendre une gorgée. « Serais-tu entrain d’insinuer que je ne le suis pas d’ordinaire ? » Elle plaisante bien évidemment, mais cela ne semble pas arracher même une bride de sourire à Teàrlach.

    Màiri se redresse un peu puis se racle discrètement la gorge, juste assez pour attirer l’attention de ses frères puis elle joint ses mains sur la table. « Les garçons, vous êtes mes frères et aussi différents que vous soyez l’un de l’autre, je vous aime tout autant et profondément. Je sais que vous le savez… Alors vous devez bien imaginer que je me sente vexée que vous me teniez éloignée de ce qui vos problèmes. » La voix de Màiri est plus ferme que d’habitude, signe qu’elle est réellement irritée par ce qu’il se passe.
    Ses yeux se posent sur Teàrlach. « Vu les nuits que tu passes, et que tu fais passer à toute la maison, tu ne peux pas nier que quelque chose ne va pas… sans compter ton comportement qui n’est plus le même. » Les cernes qu’elle tente de cacher sous une voile de poudre trahissent aussi le peu de sommeil de Màiri. « Et toi Seaghdh…» Cette fois, elle plonge son regard perçant dans celui de son frère. « Tu es encore plus ronchon que d’habitude. Tu ne mets même plus les pieds à la maison, même quand ton fils y séjourne. »  Elle marque une légère pause.  « Alors Messieurs, si vous en doutiez encore, nous sommes une famille. Vos ennuis sont également les miens. Compris ? » Mordante sur le dernier mot, Màiri offre soudainement un sourire charmant à ses frères, se montrant sous ses deux facettes : le jour et la nuit.



    _________________



    ©️endlesslove
    .
    avatar
    Faileas

    Messages : 64
    Points : 90
    http://i.imgur.com/XxL4Qdd.png
    Avatar : Gabriella Wilde
    Crédit : poison ivy
    Multicompte : Lachlan Fairbairn
    Pseudo : Mimi

    Taux d'abomination :
    70 / 10070 / 100
    Age : 30 ans
    Pouvoirs : Beauté, Fin limier, Empoisonnement
    Inconvénients : Provoque des désastres nautiques, Fort besoin affectif, Appel de la mer, Goût du sang
    Maybe you think that you can hide
    I can smell your scent for miles
    Just like animals


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Jamais trois sans quatre [Seaghdh - Teàrlach - Llewyn]

    Message par Seaghdh Leamhnach le Jeu 7 Sep - 23:40


    Jamais trois sans quatre
    Màiri ξ Teàrlach ξ Llewyn ξ Seaghdh

    « Seaghdh, s’il te plait, évite de te montrer trop taquin avec notre petit frère aujourd’hui. Il ne va pas bien ces derniers temps et je m’inquiète pour lui. »

    Le comptable commença par hausser un sourcil dubitatif. Teàr n’allait pas bien ? Sans doute une histoire de karma, si on lui demandait son avis. Après tout, il y avait de fortes chances que le jeune homme soit au courant pour l’horrible chantage dont il était la victime. Mais ses sombres pensées furent vite chasser par le sourire de sa soeur, et la pression de ses mains sur les siennes, comme un rappel de leur unité familliale. Il hochait tout juste la tête en guise de promesse d’un coup sec que le sujet de leur conversation franchissait le pas de la porte.

    Et effectivement, il n’avait pas l’air d’aller bien.

    Pour tout dire, Seaghdh n’avait jamais vu son frère dans un tel état. Il semblait sur les nerfs et en même temps sur le point de s’effondrer.

    Malgré tout, quelque part en lui, la petite voix de la conscience lui rappela ce dont Archibald était presque sur. “Il sait que Llewynn a ton fétiche, il n’a rien fait. Il a choisit de faire partie de l’ignominie dont le scientifique se rends coupable, pas de cette famille.” Le ceasg décida de cacher ses tics agacé en laissant ses mains nerveuses glisser sous la table et de tenter de refouler la colère qu’il sentait monter. Ce n’était ni le lieux ni le moment de confronter son frère sur ses actes.

    Non seulement parce qu’il voulait a tout prix éviter de mêler Màiri à tout ça, mais aussi parce que, stratégiquement, se serait une grossière erreur de laisser penser à Teàrlach qu’il était activement sur la piste de son fétiche.

    L’aîné Leamhnach fut tiré de ses pensée par sa soeur qui attira son attention en toussotant poliment. Il cligna deux fois des yeux pour signifier à la blonde qu’il l’écoutait.

    « Les garçons, vous êtes mes frères et aussi différents que vous soyez l’un de l’autre, je vous aime tout autant et profondément. Je sais que vous le savez… Alors vous devez bien imaginer que je me sente vexée que vous me teniez éloignée de ce qui vos problèmes. »

    Les mots frappèrent avec précision et rapidité, brûlant comme la morsure d’un fouet pour Seaghdh, qui n’avait pas pour habitude de lui cacher quoi que se soit. Le mensonge n’avait jamais été son fort et ne le serait probablement jamais. Note que, il semblait que plus ses ennuis enflaient, plus il se trouvait obligé d’affabuler et de broder. Que se soit pour cacher la situation à ses proches ou pour tenter de récupérer ce qui était à lui.

    Il remercia cependant le ciel que le courroux de sa cadette ne se porte sur le fir darrig. Il n’avait aucune envie de parler de ses problèmes. Et les deux personnes présentes ici aujourd’hui étaient probablement les deux dernières personnes à qui il aurait eut envie d’en parler.

    « Et toi Seaghdh…»

    Le ceasg maudit sa malchance de ne pas avoir été oublié et laissa son regard retomber dans celui de sa soeur avec sérieux, lui offrant ce même air fermé qu’il avait l’habitude d’offrir au monde.

    « Tu es encore plus ronchon que d’habitude. Tu ne mets même plus les pieds à la maison, même quand ton fils y séjourne. Alors Messieurs, si vous en doutiez encore, nous sommes une famille. Vos ennuis sont également les miens. Compris ? »

    Seaghdh laissa son regard glisser sur son frère, espérant qu’il serait le premier à prendre la parole. Bien sur, ce dernier n’en fit rien, et l’incita même du regard a se jeter à l’eau en premier. Le concerné laissa donc échapper un grondement agacé avant de reporter son attention sur la jeune femme.

    « J’ai beaucoup de travail à la distillerie pour le moment. En plus de pratiquement diriger l’endroits… Et aussi, ton mari m’a embauché en tant que comptable pour gérer ses petites recherches… Je passerais donc probablement plus de temps chez toi dans les semaines à venir. »

    A peu près convaincu de s’être sortit de sa délicate situation, il ne résista cependant pas à l’envie de tâter le terrain concernant son frère et lui glissa un regard en coin alors qu’il reprenait la parole, usant a dessin du champ lexical de la navigation pour tenter d’évoquer l’air que rien son fétiche devant son frère. Juste pour voir s’il pourrait percevoir une quelconque étincelle de remords sur ses traits.

    « Mais je me suis sans doute laissé submergé. Il me faut juste un peu de temps pour redresser la barre. »

    _________________

    TOUT CE QUI BRILLE PEUT ÊTRE D'OR
    avatar
    Do not go gentle into that good night.

    Messages : 295
    Points : 184
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Simon Pegg
    Crédit : verveine. (ava) & moi (signa)
    Multicompte : /
    Pseudo : XynPapple

    Taux d'abomination :
    70 / 10070 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Comptable
    Pouvoirs : Charisme, Fin limier & Fétiche
    Inconvénients : Fort besoin affectif, désastre nautiques, appel de la mer & matérialisme exacerbé


    Do not go gentle into that good night, old age should burn and rave at close of day; rage, rage against the dying of the light.

    Though wise men at their end know dark is right, because their words had forked no lightning they do not go gentle into that good night.





    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Jamais trois sans quatre [Seaghdh - Teàrlach - Llewyn]

    Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Sam 23 Sep - 22:37


    Jamais trois sans quatre
    Màiri ξ Seaghdh ξ Llewyn ξ Teàrlach

    « Serais-tu en train d’insinuer que je ne le suis pas d’ordinaire ? » Il ne relève même pas la pique taquine, continuant de jouer avec la sucrière, les sourcils froncés, l’attitude définitivement fermé, comme absorbé par son morceau de sucre. Il se contente de marmonner un truc sans sens pour seule réponse. De toute manière, ce n’est pas comme si le résultat final était audible ou compréhensible. Le son de gorge était surtout là pour exprimer le fait qu’il avait compris qu’on s’adressait à lui… et pour faire savoir qu’il n’était pas réellement d’humeur sociale. « Les garçons, vous êtes mes frères et aussi différents que vous soyez l’un de l’autre, je vous aime tout autant et profondément. Je sais que vous le savez… Alors vous devez bien imaginer que je me sente vexée que vous me teniez éloignée de ce qui vos problèmes. » Il relève la tête, entendant qu’il y a quelque chose qui vexe sa sœur plus qu’il ne l’écoute réellement. Il est fatigué et préférerait essayer de trouver quelques heures de sommeil agité plutôt que de se terrer dans une salle bondée –parce que oui, eux trois, deux serveurs et quatre vieilles qui échangent des ragots à l’autre bout de la pièce suffisaient à donner le sentiment d’être écrasé par la foule présente à Teàrlach- pour y boire du thé qu’il ne peut même pas arroser d’alcool et manger des gateaux qui ne peuvent pas être aussi chouettes que ceux d’Archibald. « Vu les nuits que tu passes, et que tu fais passer à toute la maison, tu ne peux pas nier que quelque chose ne va pas… sans compter ton comportement qui n’est plus le même. » Il hausse les épaules comme seule réponse dédaigneuse, retournant à sa sucrière d’un air peu concerné par la conversation. Après tout, il a toujours eu du mal à rester longtemps concentré sur quelque chose… On ne peut pas dire que le manque de fatigue l’aide beaucoup dans l’entreprise de prendre part à la conversation. « Et toi Seaghdh… Tu es encore plus ronchon que d’habitude. Tu ne mets même plus les pieds à la maison, même quand ton fils y séjourne. » Le blanc dans la conversation fait se redresser le nez du lutin. Il tombe sur le regard de son ainé qui l’invective silencieusement pour quelque chose. Quoi ? Qu’est-ce qu’il a raté. Sans comprendre, il fronce les sourcils, donnant un léger coup de tête vers Màiri. Par chance, il n’en faut pas plus pour que son frère adoptif prenne le relais, lui laissant le temps de comprendre plus ou moins que quoi ils sont en train de parler et pourquoi le fait de prendre la parole était requis. « J’ai beaucoup de travail à la distillerie pour le moment. En plus de pratiquement diriger l’endroit… Et aussi, ton mari m’a embauché en tant que comptable pour gérer ses petites recherches… Je passerais donc probablement plus de temps chez toi dans les semaines à venir. Mais je me suis sans doute laissé submerger. Il me faut juste un peu de temps pour redresser la barre. »

    Plus avachi sur la table qu’autre chose, il est tout de même suffisamment conscient de ce qui se passe autour de lui que pour détourner les yeux de son frère, cachant un demi-sourire dans le pli de son bras. La blague fonctionne donc. Seaghdh a été mis au courant de qui avait son fétiche… Et très probablement que le lutin le savait depuis le début aussi. C’est amusant… Mais le facétieux menteur ne veut pas dévoiler le pot aux roses tout de suite. Ce n’est plus une blague drôle si on lui donne tout de suite ce qu’il a perdu, n’est-ce pas ? Après tout, Llewyn a beau être un bel enfoiré, il ne tuera jamais son beau-frère, n’est-ce pas ? Hein ? Il sait qu’il a le fétiche… Glisser l’information à Màiri et Archibald pourrait être suffisant pour trouver un moyen de tuer le chirurgien dans son sommeil… Ou pour l’attacher dans son propre laboratoire et le faire mourir de peur, lui envoyant décharge après décharge, l’empêchant de trouver le repos nécessaire du sommeil, le hantant jusqu’à ce qu’il ne soit plus capable de se souvenir de son propre nom. Ça pourrait être amusant comme blague, ça aussi… En plus de faire une belle vengeance… Autant combiner les deux et rire un coup. Non, il ne pensait pas que Llewyn serait suffisamment idiot que pour briser le fétiche. « Il y a trop de monde ici… » Se contente-t-il de bouder alors qu’il envoie un regard sombre aux vieilles femmes, songeant à peut-être en faire mourir une ou deux de peur, histoire que l’air redevienne respirable pour lui. « Et c’est gentil à toi de t’inquiéter, Màiri. J’aurais dû me confier plus tôt. » Il se redresse, sa voix se fait plus coupante malgré lui, aiguisée et prête à frapper. Il emplois cependant le ton de l’humour, faisant passer la vérité pour l’une de ces mauvaises blagues qu’il a l’habitude de faire pour faire son intéressant. « Je raccompagnais une chanteuse de bar chez elle quand on s’est fait attaquer par un inconnu. Sa silhouette était monstrueusement imposante. Il lui a tranché la gorge sans que je ne puisse rien n’y faire mais tout va bien, j’ai pu lui échapper avant qu’il ne m’attrape. » Il lance un sourire mauvais derrière lequel il cache sa propre détresse de parler ouvertement du moment. Excellent menteur qu’il est, il a cependant parlé trop vite que pour que l’illusion du faux mensonge soit parfaite. Il en a conscience. Et ces vieilles folles qui mangent leurs gâteaux vont le rendre fou. Ses mains claquent sur la table pour en cacher leur tremblement. Dans la foulée, il se relève et force un sourire à la limite du sardonique sur ses lèvres. « Excusez-moi, j’ai besoin d’air. » Et sur ses mots, il tourne les talons, se précipitant presque dehors, espérant que la rue, l’espace extérieur pourra apaiser son cœur battant beaucoup trop vite, témoin muet de son malaise.

    _________________
    Single Malt Scotch Whisky
    We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
    avatar
    A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

    Messages : 364
    Points : 364

    Avatar : Eddie Redmayne
    Crédit : NyxBanana
    Multicompte : Ùisdean MacKenzie & Shawn Underwood
    Pseudo : NyxBanana

    Taux d'abomination :
    80 / 10080 / 100
    Age : 27 ans
    Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
    Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
    Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

    Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


    llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Jamais trois sans quatre [Seaghdh - Teàrlach - Llewyn]

    Message par Màiri Leamhnach le Sam 11 Nov - 1:30



    Jamais trois sans quatre
    Màiri & Teàrlach & Seaghdh
    Elle reconnaît ce regard qu’ils s’échangent, comme deux enfants pris en faute et devant s’expliquer face à leur mère. C’est l’aîné qui se lance peut-être pour laisser le temps à son jeune frère de trouver ses mots ou bien parce qu’il sait qu’il ne dira rien et que son silence à lui aussi pourrait être reproché ou accusateur. « J’ai beaucoup de travail à la distillerie pour le moment. En plus de pratiquement diriger l’endroits… Et aussi, ton mari m’a embauché en tant que comptable pour gérer ses petites recherches… Je passerais donc probablement plus de temps chez toi dans les semaines à venir. » Se sont des banalités et surtout des excuses qui ne fonctionnent pas avec Màiri, elle connaît trop bien son frère pour ça. « Mais je me suis sans doute laissé submergé. Il me faut juste un peu de temps pour redresser la barre. » Elle soupire, irritée d’être prise pour une idiote ou pire encore : pour une sœur qui ne connaît pas son frère. Elle garde néanmoins son calme, droite sur sa chaise, les mains toujours jointes sur la table.

    « Depuis quand ton travail t’empêche-t-il de venir me voir ou de prendre des nouvelles de ton fils ? Tu peux garder ce genre de discours pour les autres. Je sais que quelque chose ne va pas, alors si ton but est me protéger ou de ne pas m’impliquer, c’est trop tard. Non seulement j’ai conscience qu’il y a un problème mais surtout je m’inquiète. Vas-tu me laisser me faire du mauvais sang ? » Màiri ou l’art de faire culpabiliser ses frères : une spécialité chez elle. Cependant, son manège est interrompu par son plus jeune frère et sa bouderie : « Il y a trop de monde ici… » Ses sourcils se froncent. Non pas parce qu’il est avachi sur la table comme un enfant sans éducation, ni parce qu’il vient de lui mettre des bâtons dans les roues, mais parce que sa joie n’a pas l’air de vouloir lui revenir, même un peu. Pourtant, elle pensait que cette situation lui mettrait du baume au cœur, mais il semble tout autant affligé que ces derniers temps.

    « Et c’est gentil à toi de t’inquiéter, Màiri. J’aurais dû me confier plus tôt. » Elle pose une main affectueuse et encourageante sur celle de son frère et le gratifie d’un regard doux. « Je t’en prie. Nous sommes une famille. » Etre là les uns pour les autres. Se serrer les coudes, s’entraider, se comprendre, ne pas se juger, s’aimer. Pour Màiri cela a de l’importance. « Je raccompagnais une chanteuse de bar chez elle quand on s’est fait attaquer par un inconnu. Sa silhouette était monstrueusement imposante. Il lui a tranché la gorge sans que je ne puisse rien n’y faire mais tout va bien, j’ai pu lui échapper avant qu’il ne m’attrape. »

    La bouche de Màiri est ouverte sur un silence. Elle ne peut la refermer, trop choquée par ce qu’elle vient d’entendre. Elle cherche ses mots, mais elle n’en a pas. Son regard surpris et horrifié se tourne vers son frère plus âgé. Etait-il au courant ou bien est-il tout aussi choqué qu’elle ne l’est ?
    Teàrlach frappe la table de ses mains tout en se levant brusquement, visiblement bouleversé par son récit – et il y a de quoi. « Excusez-moi, j’ai besoin d’air. » Il se précipite dehors et Màiri pose son regard sur Seaghdh la bouche encore ouverte. Elle se reprend néanmoins. « Le savais-tu ? Dis-moi que non s’il te plait. Tu ne m’aurai pas cacher une telle chose n’est-ce pas ? » Non, elle refuse de croire que Seaghdh lui ait dissimulé une chose pareille et pourtant elle a peur d’entendre le contraire.

    Elle se lève à son tour, incapable de laisser son petit frère seul avec ses horribles souvenirs. Elle passe la porte du salon thé, il est juste à côté. C’est sur sa joue qu’elle pose sa main cette fois, le regard rempli de tristesse, autant de savoir ce qu’il a enduré que de ne pas avoir pu l’aider avant. « Pourquoi ne pas t’être confié avant aujourd’hui ? Ce que tu as vécu est atroce et traumatisant. Je comprends mieux tes nuits agitées à présent. T’es-tu confié à quelqu’un au moins ? Ne me dis pas que tu as vécu ça tout seul ? » Elle espère qu’il a parlé et d’un autre côté elle veut être la première a entendre son récit, car si ce n’est plus vers elle que ses frères se tournent, alors à quoi sert-elle dans ce monde ?


    CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



    _________________



    ©️endlesslove
    .
    avatar
    Faileas

    Messages : 64
    Points : 90
    http://i.imgur.com/XxL4Qdd.png
    Avatar : Gabriella Wilde
    Crédit : poison ivy
    Multicompte : Lachlan Fairbairn
    Pseudo : Mimi

    Taux d'abomination :
    70 / 10070 / 100
    Age : 30 ans
    Pouvoirs : Beauté, Fin limier, Empoisonnement
    Inconvénients : Provoque des désastres nautiques, Fort besoin affectif, Appel de la mer, Goût du sang
    Maybe you think that you can hide
    I can smell your scent for miles
    Just like animals


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum