Rejoins-nous!
Connecte-toi

I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 1 I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Message par Seòras Ìomharach le Sam 30 Sep - 21:13


 

 
"I see things that nobody else sees"

 
“Time doesn't heal scars as most people commonly think. It simply makes them firmer, stiffer. One must accept it and not hope to mend and return to what he or she once was."Virginia C. Andrews

 
 

  Le passe-temps favoris des petits gens est, et sera toujours les commérages. Lui-même en fait les frais avec son choix de profession pour le moins non conventionnel. Il se moque bien des murmures qui effluent derrière son passage, depuis son enfance il est habitué à ces petites vois accusatrices, sa mère ne cessait de marmonner des accusations religieuses et paranoïaque à son encontre, puis ce fut le tour de son père qui ne pouvait plus supporter l'idée que son enfant unique et chéri, est ouvert le crane de sa propre mère, aussi folle soit elle ... Elle était une femme charmante avant son accouchement, Taran Ìomharach commençât à se persuader, comme sa défunte épouse, que son fils avait quelques choses de diabolique en lui et qu'il était à l'origine de leurs malheurs. L'attitude de son enfant n'arrangeât rien, à chaque fois qu'il lui demandait la vérité Seòras lui offrait un sourire innocent teinté d'une légère moquerie, il lui tapotait l'épaule et s'exclamait "Il faut cesser ces affabulations père. Je vais finir par me vexer de ce manque de confiance que vous me portez" Pourtant ... En se plongeant dans les pupilles brunâtres de son rejeton ... Il pouvait lire la délectation qu'il ressentait de voir son vieux paternel si pitoyable ... Alors, tous ces cancans de rues à son sujet, glissait sur lui comme l'eau de pluie, il se moque bien de l'avis d'étranger. En revanche, il lui plait d'écouter les 'on-dit' sur d'autres, il y a parfois des histoires intéressantes, certaines lui servent lorsqu'il tente de manipuler ou de briser ses victimes aux geôles, certaines lui apportent du divertissement.

Il avait plusieurs fois entendu de vague rumeur sur un orfèvre soit disant faiseur de magie, il n'y avait jamais porté un grand intérêt généralement trop occupé à autre chose, comme voler les lèvres d'un jeune découvrant son gout pour la gente masculine. Seulement en ce jour, il n'avait aucune distraction à sa portée, il s'ennuyait mortellement et n'avait guère mieux à faire que d'écouter les ragots. Il se stop devant la petite boutique, il se souvient y être venue, quelques années durant. Sa maitresse du moment, une riche femme pleine d'esprit l'y avait traîné, à l'époque il y avait bousculade au portillon pour acheter les fabrications du propriétaire. Il y avait tellement de monde qu'il était juste resté prostré dans un coin attendant, une expression lasse sur le visage que son amante daigne revenir vers lui. Elle lui avait acheté un anneau en argent joliment travaillé, il l'a toujours, perdue dans sa collection étincelante chez lui. Il se demande à quoi ressemble la cible de toutes ces accusations de sorcelleries, il devrait faire attention si elles persistent il pourrait se retrouver avec une corde autour du coup. Seòras à déjà pendue quelques personnes, principalement des femmes pour cela, il se souvient de l'une d'elle, une sage femme accusée de toutes les fauches couches de ses patientes, le bourreau ne la pensait pas coupable, elle transpirait la gentillesse, et si en effet elle était la cause de cette mortalité infantile ... Cela n'était pas volontaire et surement le fruit d'une tare monstrueuse ignorée par la jeune femme. Pourtant il la tortura, alternant entre cruauté froide et tendresse duveteuse. Un coup de fouet révélant le fin dessin de ses trapèze, puis un baiser tendre sur le front, lui promettant que tout ira bien. Elle finit par craquer bien sûr, ils craquent tous

Il reste instant dans la rue écoutant les messes basses des passants quant à l'homme tenant ce magasin, que cela soit avéré ou non, ces potins piquèrent sa curiosité et l'envie lui pris d'aller vérifier lui même, ce n'est pas comme s'il avait mieux à faire de toute façon. De mémoire et ayant pour preuve le présent de l'une des femmes de sa vie, il y a de belles choses dans cette bicoque, si jamais le déplacement ne vaut pas le coup, il pourra toujours compléter sa collection.

Il pousse la porte de l'échoppe, il lui semble que plusieurs siècles se sont écoulés ici ... "Bonjour" Le poids de la fatalité se ressent en chaque fibres de ce lieu qui respirait l'opulence il y a quelques années de cela, il se demande comment cela à put arriver ? De simples rumeurs peuvent-elles vraiment anéantir ainsi un commerce prospère et à première vue honnête ? Il se souvient qu'il y avait beaucoup de joaillerie à sa dernière visite alors que maintenant ... les vitrines peinent à trouver de quoi exposer pour miroiter la fièvre acheteuse en le cœur des potentiels visiteurs ... Cependant, les quelques objets à sa vue reste de très bonnes factures et n'ont en rien à rougir des bijouteries concurrentes. "Ma mémoire ne me joue aucun tour j'en suis aise. Vos créations sont toujours d'aussi bonne facture" Il s'approche du comptoir et de l'homme qu'il suppose être le propriétaire, il le détail, découvre les cicatrices ornant son visage, tel un masque de chair sordide. Malgré ces marques indélébiles il peut percevoir le charme du jeune homme qui lui fait face. Il imaginait quelqu'un de plus vieux alors qu'ils semblent être dans la même tranche d'âge. Il s'appuie contre le comptoir. " Puis-je me permettre une question indiscrète ?" Question rhétorique, il prendra le droit qu'importe la réponse de son interlocuteur. "Comment une boutique prospère il y a encore deux ans peu devenir si boudé par ses anciens adorateurs ? " Il se passe la langue sur sa lèvre inférieure, il aurait pu y aller plus délicatement mais, la question sera incongru qu'importe le moment, autant la jeter maintenant. "Surtout quand il y a d'aussi jolie choses pour satisfaire notre regard" Et il ne parle pas que des bijoux.

 
Code by Sleepy

_________________
•MY DARLING,  I'M YOUR NIGHTMARE•
Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.If you want something, you don't wait for the world to deal it out for you. You take it. ©lazare.
avatar
Faileas

Messages : 124
Points : 185

Avatar : Richard Harmon
Crédit : Andahar & Lazare
Multicompte : Lindsay Underwood & Neacal Keer
Pseudo : MillinerXIII

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 25 ans
Métier : Bourreau
Pouvoirs : Charisme, beauté, fin limier, hydrokinésie, apnée longue durée
Inconvénients : Fort besoin affectif, Gout du sang, Matérialisme exacerbé, Appel de la mer

“Come on, say it again. I'm a perfect devil. Tell me how bad I am. It makes me feel so good!

Oh chéri, laisse moi peindre de ton sang mes lèvres. Cet accoutrement macabre me rendra divin pour mon amant. Il me faut être le plus romanesque pour ce cher Mort alors qu'il me menacera de sa faux acérée. Paradant, habillé de ton sang, je lui enverrai le message suivant : Pas ce soir bâtard

Is it desire or is it love that you feeling for me ? You'll want desire. Cause my love only gets you abused.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1 Re: I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Message par Àdhamh MacKenzie le Jeu 12 Oct - 4:06




Seòras & Àdhamh
I see things that nobody else sees




Un fredonnement léger flotte dans l’air alors que mon pied bat au rythme d’une musique que je suis le seul à entendre. J’ai besoin d’évacuer ce surplus de stress, cette tension qui froisse les muscles de mes épaules. Je me sens oppressé et libre à la fois. Je ne sais pas choisir entre ces deux états. D’un côté, je me sens libéré d’un poids, libéré des demandes incessantes d’Ùisdean à mon égard. De l’autre, le problème est toujours présent et mes amours sont toujours condamnables. Depuis la soirée de ma révélation à mon frère, j’évite de rentrer à An Minnseàg Ruididh. Je préfère passer mes soirées ici, ne rentrer qu’une fois le couvre-feu tombé et quitter la demeure bien avant l’aube. C’est un jeu risqué avec les criminels qui rôdent en ce moment à Édimbourg, mais je ne veux croiser personne pour l’instant. J’ai besoin de temps, j’ai besoin de calme pour réfléchir ou du moins, autant que je puisse en espérer. Le calme n’est jamais calme, je suis toujours en train de chuchoter, fredonner, parler, murmurer, susurrer, marmonner… Stop. Je travaille un bijou en or, plutôt ancien, valant très cher. Je me sens particulièrement attiré par l’objet, au point d’en devenir fasciné par tant de beauté. Pas besoin de la voir pour la deviner. Les reflets orangés et blancs sur le jaune resplendissant de l’anneau et les courbes finement travaillées, signes évidents du cœur mis dans cet ouvrage. Me séparer de cet objet me rendra légèrement triste, c’est certain. Malheureusement, je crains que cet anneau ne se vende pas. Comme tant d’autres qui attendent patiemment dans les vitrines de ma boutique. Les clients ne viennent plus pour admirer ma collection. Je sais pourquoi ils ne viennent plus, je sais ce qui se dit sur mon dos. Les gens ici sont idiots d’écouter les commérages de vieilles folles. Mon commerce risque de couler à cause de deux ou trois rumeurs ! Je peux comprendre la curiosité, mais de là à me traiter de sorcier ou de pratiquer une quelconque forme de magie… La seule magie à l’oeuvre ici sont mes compétences d’orfèvre et l’héritage qui coule dans mes veines. Je repose le bijou sur son socle, expérimentant cet état de manque que ce geste me procure à chaque fois. Heureusement, je passe vite à autre chose alors cette sensation ne reste jamais bien longtemps.

J’entends la porte de la boutique s’ouvrir et un sourire glisse sur mon visage. Je ne peux m’empêcher de me sentir revigoré à chaque fois que quelqu’un pousse cette porte. Le pas est léger. Je pense d’abord qu’il s’agit d’Aileen, qu’elle est venue m’apporter ses nouvelles trouvailles, mais la voix fluette de la gamine ne me parvient cependant pas. Ce n’est pas grave, ça veut dire qu’il s’agit d’une nouvelle personne. Je dois faire bonne impression et être impeccable. J’ai besoin d’argent pour faire tourner la boutique. "Bonjour" Je réponds chaleureusement à sa salutation, m’appuyant derrière le comptoir. Je le suis du regard, discernant son air perplexe. Il a peut-être besoin d’un renseignement ? Peut-être cherche-t-il un bijou en particulier ? "Ma mémoire ne me joue aucun tour j'en suis aise. Vos créations sont toujours d'aussi bonne facture" Je me sens gonflé d’orgueil et plus que flatté d’un tel compliment à propos de mes bijoux. Il s’approche et s’accoude lui aussi sur le comptoir. De plus près, je parviens à discerner certains de ses traits et expressions. Il dégage un réel charisme qui captive mon attention. "Puis-je me permettre une question indiscrète ? Comment une boutique prospère il y a encore deux ans peut devenir si boudée par ses anciens adorateurs ?" Je me renfrogne, déçu. C’est donc pour ça qu’il est là ? Pour les rumeurs à mon sujet ? Je réponds un peu sèchement. « Il faut croire que les histoires pour enfants effraient aussi les adultes. » Je suis sur les nerfs, n’étant pas très aimable avec ce pauvre bougre dont ce n’est très certainement pas la faute si les gens sont assez stupides pour croire à de telles fabulations. "Surtout quand il y a d'aussi jolies choses pour satisfaire notre regard" Je reste bouche bée quelques secondes, n’arrivant pas à cerner le caractère du jeune homme en face de moi. Pourquoi est-ce qu’il est là ? Est-ce pour louer mes créations ou pour satisfaire sa curiosité ? Toutefois, mes interrogations sont bien vite balayées alors que je commence à vanter la qualité de mes bijoux. « Je suis content que mes bijoux vous plaisent ! À vrai dire, je m’occupe personnellement de les choisir et de leur redonner leur éclat d’antan. J’ai des bijoux qui viennent des quatre coins du globe, d’Amérique aux Indes en passant par l’Afrique ! De toutes les dates aussi, j’ai retrouvé des parures datant de l’époque romaine et encore en parfait état. Un miracle qu’elle soit parvenue jusqu’à nos jours. » Je continue de raconter diverses histoires, narrant avec passion les péripéties de certaines pièces. Croisant le regard du jeune homme, je suis pris d’une réalisation soudaine. Est-ce que c’était du flirt ? Je ne me souviens plus, j’ai quelque peu oublié, mais ça y ressemblait non ? Ou alors, je me fais des idées ? Je dois me faire des idées. Je passe au-dessus, non sans être légèrement décontenancé. « Hum… Sinon, je peux vous aider ? Vous cherchiez quelque chose en particulier ? Peut-être un collier à offrir à madame ou une chevalière à vous offrir ? »
Fiche codée par Koschtiel

_________________
Keep Going
avatar
Look around at how lucky we are to be alive right now !

Messages : 98
Points : 140
Ta tête Par défaut
Avatar : Brendon Urie
Crédit : DΛNDELION (ava) + old money. (signa)
Multicompte : Llewyn MacGobhainn + Eimhir Caoidheach
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24 ans
Métier : Orfèvre et Gérant d'une bijouterie au bord de la faillite
Pouvoirs : Charisme, Empoisonnement
Inconvénients : Appel de la mer, Matérialisme exacerbé


Welcome to the end of eras. Ice has melted back to life. Done my time and served my sentence. Dynasty decapitated. You just might see a ghost tonight. And if you don't know, now you know.



If it feels good, tastes good. It must be mine. Heroes always get remembered. But you know legends never die. And if you don't know, now you know



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1 Re: I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Message par Seòras Ìomharach le Ven 20 Oct - 21:58



"I see things that nobody else sees"

“Satan, you clown, you want to dissolve me with your charms."Rimbaud



Le visage enjoué qui l'accueil s'affaisse bien vite, il avait de toute façon conscience que sa question ne serait pas bien reçue, il éprouve malgré tout un petit regret, car le fasciés du bijoutier est bien plus mignon avec son expression d'enfant euphorique, malgré tout, ses fines lèvres restent étirées par un léger sourire. " Il faut croire que les histoires pour enfants effraient aussi les adultes. " C'était donc bien des rumeurs qui ont coulé ce commerce ? Décidément les gens sont bien stupides dans cette basse ville, un rien les faits détourner le regard de ce qu'ils avaient jadis adoré, les genoux plié dans la boue. Il ne peut que le contester avec son métier, combien de riches ou pieux personnages publiques avait-il eu sur ses planches ? Combien de jeunes jouvencelles aussi pures que la génitrice divine ? De noble hommes toujours prêt à aider veuve et orphelin ou de bien penseur dont l'esprit était bien trop élevé de celui du petit peuple pour se soustraire a de bas instincts ? Bien trop, la jeune pucelle avait finalement offert son fruit défendu et sacré à bon nombre des gardes de son père, l'homme généreux s'était emparé des veuves et de leurs rentres et le bon philosophe n'était point un être supérieur comme il se plaisait à le prétendre, tous avaient succombé à ce petit démon sur leurs épaules et tous avaient fini par rendre l'âme sous le joug de Seòras.

Il reporte son attention sur le bijoutier, il semble vraiment contrarier dis donc "Ma curiosité vous à vexé ? Pardon ce n'était pas mon intention, c'est que la dernière fois que je suis venue je n'avais même pas pu ne serais-ce que vous apercevoir tant il y avait de monde ici. Chose fort dommageable, je m'en rends compte maintenant." Il est plutôt surpris par le nouveau retournement chez son interlocuteur, il lui en faut peu pour changer de masques, comme un sablier à l'équilibre précaire qu'un simple coup de vent retourne. Il ne semble pas avoir remarqué le sous-entendu, il enchaîne sur un historique de ses possessions, bizarrement cela amuse le bourreau, il doit être dans un bon jour. Soit il vient de se prendre un vent magistrale et l'homme face à lui n'a dieu que pour ses créations ou les cuisses féminines, soit il a face de lui un ingénue qui ne s'y connait pas trop en séduction. La seconde option serait sa préférée, mais il ne peut pas être sur avant d'avoir poussé un peu plus loin son jeu du chat et de la souris. ." Je suis content que mes bijoux vous plaisent ! À vrai dire, je m’occupe personnellement de les choisir et de leur redonner leur éclat d’antan. J’ai des bijoux qui viennent des quatre coins du globe, d’Amérique aux Indes en passant par l’Afrique ! De toutes les dates aussi, j’ai retrouvé des parures datant de l’époque romaine et encore en parfait état. Un miracle qu’elle soit parvenue jusqu’à nos jours. " Il sourit amusé. "C'est votre passion pour votre travail qui vous rend aussi volubile qu'un rossignol ou vous êtes toujours ainsi ?" dit il un brin amusé sans une once de reproche dans sa voix.  Son regard s'attarde un instant sur les cicatrices couvrant les paupières du jeune homme, elles lui rappelèrent un masque en dentelle que l'une de ses courtisane portait il y a fort longtemps. Un achat frivole qu'elle ne portait que lors de leurs nuits ensemble, elle voulait se donner un air de femme fatale, prête à planter un couteau dans le cœur de son amant alors que l'orgasme le fauché. Il se souvient avoir été surpris par cette initiative, elle qui avait toujours été très timide et pudibonde lors de leurs rencontres. Il ne musarde que peu de temps sur ce détail de ce jolie minois, agars qu'il puisse s'agir d'un complexe, bien que lui n'est aucun soucis avec les cicatrices, les siennes ou celles des autres, au contraire il se plait à en offrir aux autres, ses victimes et l'épaule de Abhainn peuvent en témoigner. "Vous avez vraiment des bijoux de toutes les destinations, avez-vous déjà visité ces endroits ? Ou vos trouvailles sont-elles votre seul liens avec ces contrées lointaine" L'enthousiasme et la passion que dégage l'orfèvre alors qu'il vente son travail en est presque grisant, il peut comprendre cela dit, lui aussi aime son travail et pourrait en parler des heures ... Dommage qu'il ai peu d'oreilles prêtes à écouter les détails sordides de son quotidien.

Il perçoit un petit voile d'incertitude ... Son sous-entendu aurait-il fait son chemin ? « Hum… Sinon, je peux vous aider ? Vous cherchiez quelque chose en particulier ? " "j'avous honteusement, n'avoir en premier lieux que poussé votre porte par curiosité pour combler mon ennuie ... Mais maintenant que je suis là et que vous avez réussi à capter mon attention autant voir ce que vous avez à proposer" Il sourit en coin calant son menton dans la paume de sa main couverte de marque et même d'un bandage, il ignore le léger pincement que lui procure l'appuie sur sa plaie fraichement faite au niveau de sa ligne de vie mille fois tailladée et incapable de révéler sa longévité." Peut-être un collier à offrir à madame ou une chevalière à vous offrir ? " Un léger rire chaud lui échappe "Il n'y a aucune damoiselle à qui je puisse offrir un bijoux dans le présent ou même dans le futur." Il n'a jamais offert de présent matériel à ses maitresses, pour les plus riches et les plus intentionnées d'entre elles c'était même l'inverse. "... quant à une chevalière ... Mon métier ne me permet pas de porter de bagues, cela me gène pour manier mes outils, je passerais mon temps à la retirer et je risquerai de la perdre" remarque ça ferait une excuse pour revenir. "Auriez vous d'autres choses à me proposer dans vos trésors de diverses contrés et époques ?"

Code by Sleepy

_________________
•MY DARLING,  I'M YOUR NIGHTMARE•
Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.If you want something, you don't wait for the world to deal it out for you. You take it. ©lazare.
avatar
Faileas

Messages : 124
Points : 185

Avatar : Richard Harmon
Crédit : Andahar & Lazare
Multicompte : Lindsay Underwood & Neacal Keer
Pseudo : MillinerXIII

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 25 ans
Métier : Bourreau
Pouvoirs : Charisme, beauté, fin limier, hydrokinésie, apnée longue durée
Inconvénients : Fort besoin affectif, Gout du sang, Matérialisme exacerbé, Appel de la mer

“Come on, say it again. I'm a perfect devil. Tell me how bad I am. It makes me feel so good!

Oh chéri, laisse moi peindre de ton sang mes lèvres. Cet accoutrement macabre me rendra divin pour mon amant. Il me faut être le plus romanesque pour ce cher Mort alors qu'il me menacera de sa faux acérée. Paradant, habillé de ton sang, je lui enverrai le message suivant : Pas ce soir bâtard

Is it desire or is it love that you feeling for me ? You'll want desire. Cause my love only gets you abused.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1 Re: I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Message par Àdhamh MacKenzie le Mar 31 Oct - 15:47




Seòras & Àdhamh
I see things that nobody else sees




« Il n'y a aucune damoiselle à qui je puisse offrir un bijoux dans le présent ou même dans le futur.
- Vraiment ? Personne dans votre vie ? C’est plutôt rare les jeunes hommes toujours célibataires quand ils ont passé la vingtaine d’années. À moins que vous soyez veuf ? Dans ce cas, je m’excuse si j’ai pu faire remonter de douloureux souvenirs, ce n’était pas mon intention. Vous voyez, il n’est pas commun qu’un homme pousse la porte de ma boutique dans un autre but que celui d’offrir un cadeau à sa promise… Ou à sa mère. Vous voulez quelque chose pour votre mère ? »

Je parle trop et j’ai peut-être perdu un client. En même temps, j’ai du mal à saisir la raison de sa présence ici. D’abord là pour satisfaire sa curiosité, il est maintenant intéressé pour découvrir ce que ma bijouterie à à offrir. Je n’apprécie pas qu’il soit venu ici juste pour vérifier si les ragots disaient vrais, j’ai l’impression d’être une bête de foire. C’est… Je sais que je devrais passer au-dessus, ne plus m’attarder sur ce genre de choses. Ça fait des années maintenant et les rumeurs me gênent toujours autant. Je ne suis pas comme Ùisdean, je n’arrive pas à m’insensibiliser, à simplement détourner le regard et ignorer les commentaires désobligeants. Il est bien plus doué que moi à ce jeu-là. C’est pas pour rien qu’il était le parfait descendant MacKenzie. Je me demande encore pourquoi il a quitté le Castel.

« ... Quant à une chevalière ... Mon métier ne me permet pas de porter de bagues, cela me gêne pour manier mes outils, je passerais mon temps à la retirer et je risquerai de la perdre. » Il me sort un peu brusquement de mes pensées, ma curiosité soudain piquée au vif.  « Vous maniez des outils, vous êtes artisan ? Quel genre de métier exercez-vous ? Vous êtes tailleur, maçon ou bien menuisier ? Cordonnier ou chapelier ? Peut-être boulanger ou boucher, à moins que vous soyez fleuriste ou ébéniste ? Vous aimez ce que vous faites ? C’est une entreprise familiale ou bien êtes-vous engagé quelque part ? Peut-être qu’un jour, j’aurai besoin de vos services, qui sait ? » Je ris doucement, imaginant déjà le jeune homme dans tout un tas de tenues de travail différentes. Un jour travaillant le bois, puis le tissu en passant par le cuir. Je me plais déjà à fantasmer une alliance entre nos deux commerces, peut-être loufoque, peut-être lucrative, mais promettant divers avantages pour nos deux partis. J’ai hâte d’en savoir plus, je tiens plus en place. Un sourire béat étire mes lippes tandis que je trépigne sur place, ne faisant aucun effort pour contenir mon impatience et mon excitation.

« Auriez-vous d'autres choses à me proposer dans vos trésors de diverses contrées et époques ? » La rancœur que j’entretenais à son égard fond comme neige au soleil. Il m’est impossible de lui en vouloir plus longtemps… Il est tellement rare qu’on écoute ce que j’ai à dire et qu’en plus, on en redemande. D’ordinaire, les gens auraient tourné le dos en déclarant trouver leur bonheur ailleurs, mais non, lui, il reste. Je suis extatique, si bien que mon débit de paroles a pratiquement doublé.  « Je vais vous montrer ma pièce de résistance, une véritable merveille, encore en parfait état ! Ne bougez pas, je vais la chercher. » Je me faufile à l’arrière-boutique, là où se trouvent les différents ateliers et un peu plus loin, à l’écart, mon bureau. Poussant la porte sans aucune délicatesse, je sors une clé de ma poche et j’ouvre un placard, pour en sortir un écrin de velours. Mon corps est parcouru de frissons lorsque mes mains se posent dessus. Ce qu’il contient vaut une véritable fortune. Est-ce que je suis vraiment obligé de le vendre ? Je pourrais présenter n’importe quel autre bijou et garder celui-là ici. Mon regard se pose sur mon livre de compte, douloureux rappel de la situation assez catastrophique dans laquelle je me trouve. Je prends une grande inspiration et c’est au prix d’un effort que je ressens comme surhumain que je retourne auprès de mon client, un nouveau sourire chaleureux collé sur mon visage. J’ouvre délicatement l’écrin, mes yeux pétillent à la vue du joyau de ma collection. Je le pose devant le jeune homme, attendant fébrilement sa réaction. D’une voix presque religieuse, je commence à relater son histoire.  « Une broche en or surmontée de rubis, saphirs et émeraudes venue tout droit de France. Elle date de 1250, encore en parfait état, pas un éclat dans les joyaux et l’or est aussi pur qu’au premier jour. Elle a appartenu à la famille royale, vous imaginez ? Cette broche a vu la cour de Louis IX. C’est un chef-d’oeuvre d’orfèvrerie, unique, introuvable nulle part ailleurs ! » Mon monologue continue, je narre son voyage de France jusqu’à Édimbourg, les âges qu’elle a traversés. Non seulement sa valeur est quasiment inestimable, mais en plus, son histoire est particulièrement fascinante. Fièrement, je conclus mon exposé qui, je sais, a probablement ennuyé mon interlocuteur, mais c’est plus fort que moi. Une fois lancé, difficile de m’arrêter avant d’avoir dit tout ce qui a traversé mon esprit.  « La pièce maîtresse de ma collection, et quoi que vous exerciez comme métier, ornera à merveille votre tenue. Mais si je peux me permettre, il vaudrait mieux ne pas la porter pendant que vous travaillez… Un accident est si vite arrivé et vous seriez obligé de revenir me voir et subir mes conversations. » Ponctuée par un rire quelque peu gêné, je reprends bien vite la parole.  « Si c’est une broche qui vous intéresse, j’en ai d’autres à vous proposer, moins prestigieuses, certes, mais vous pourriez probablement travailler avec si le cœur vous en dit. Ou peut-être un collier à porter sous vos vêtements ? Ce serait plus pratique pour vous ? »
Fiche codée par Koschtiel

_________________
Keep Going
avatar
Look around at how lucky we are to be alive right now !

Messages : 98
Points : 140
Ta tête Par défaut
Avatar : Brendon Urie
Crédit : DΛNDELION (ava) + old money. (signa)
Multicompte : Llewyn MacGobhainn + Eimhir Caoidheach
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24 ans
Métier : Orfèvre et Gérant d'une bijouterie au bord de la faillite
Pouvoirs : Charisme, Empoisonnement
Inconvénients : Appel de la mer, Matérialisme exacerbé


Welcome to the end of eras. Ice has melted back to life. Done my time and served my sentence. Dynasty decapitated. You just might see a ghost tonight. And if you don't know, now you know.



If it feels good, tastes good. It must be mine. Heroes always get remembered. But you know legends never die. And if you don't know, now you know



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1 Re: I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Message par Seòras Ìomharach le Dim 12 Nov - 1:52



"I see things that nobody else sees"

“Satan, you clown, you want to dissolve me with your charms."Rimbaud



- Vraiment ? Personne dans votre vie ? C’est plutôt rare les jeunes hommes toujours célibataires quand ils ont passé la vingtaine d’années. À moins que vous soyez veuf ? Dans ce cas, je m’excuse si j’ai pu faire remonter de douloureux souvenirs, ce n’était pas mon intention. Vous voyez, il n’est pas commun qu’un homme pousse la porte de ma boutique dans un autre but que celui d’offrir un cadeau à sa promise… Ou à sa mère. Vous voulez quelque chose pour votre mère ? » Il met les pieds dans le plat ... Les deux, à cloches pieds en prenant bien son élan... Et ça amuse Seòras autant que ça le déconcerte ... Il faut dire que la plupart du temps les gens préfère lui cracher dessus ou l'ignorer, et les autres ils ne les fréquentent que rarement pour parler ... Cette discution sans appriori est assez rafraîchissante. "Personne. " Il sourit doucement "Vous semblé avoir dépassé cet âge également et je ne vois pas de bague à votre doigt pour autant." Il passe à de nouvelles suppositions, tout est si loin de la vérité ... "Ni promises en vue, ni mère à combler. Elle est morte il y a bien longtemps avant que je n'emménage dans cette ville" Il lève la main pour couper la réponse évidente du jeune homme. "Je ne la regrette pas, elle était une mère pitoyable et violente. Vous n'avez pas fait de bourde en parlant ne vous en fait pas." La discussion change à nouveau, il est facile de faire changer l'artisan, un rien le fait partir en grande sérénade.

" Vous maniez des outils, vous êtes artisan ?" "On peut dire ça comme ça oui. Je ne fais pas un métier fort populaire dans nos rues " voilà le moment où il lui révèle son métier ? Il n'en n'a nullement honte, mais cela serait dommage que cette révélation coupe court à ce charmant moment, surtout qu'il n'a pas encore toutes les informations qu'il désire sur son interlocuteur. "Vous aimez ce que vous faites ? C’est une entreprise familiale ou bien êtes-vous engagé quelque part ?" "J'adore mon métier, personne n'en voulait, alors que j'ai accepté sans rechigner la besogne qu'on m'offrait. Je n'en changerai pour rien au monde"" Peut-être qu’un jour, j’aurai besoin de vos services, qui sait ? " Obtenir la réponse semble le faire jubiler, qu'est ce que ce cerveau apparemment fort fertile peut, il bien imaginer ? "J'espère que vous n'aurez jamais besoin de mes services. Les gens n'aiment guère me voir durant mon travail, ils ont tendance à détourner le regard puis à m'accuser de tous les maux alors qu'ils sont bien contents de m'avoir au final. " Il observe ses expressions, ses réactions. "Je vais regretter de vous le dire, car votre joli minois va s'obscurcir, mais si vous y tenez vraiment ... Je vous le dirais." Un léger clin d'œil lui échappe ainsi qu'un sourire en coin, il verra bien ce qu'il se passera une fois la révélation faite. Au pire ça ne l'arrêtera dans sa quête pour atteindre son but.

Il est abandonné un instant, il observe le contenu des vitrines... Pour le moment, il ignore lequel de ses besoins prendra le dessus à la fin, est-ce que le charme du bijoutier va pouvoir lui faire oublier son attrait pour le brillant ? Pour le moment, le charme opère, mais pour combien de temps ? Conscient de la probabilité qu'il ai de devoir toucher des objets, il sort ses gants en cuir et les enfile. Stupides lois ... Dans certains lieux, il ne s'embête guère à les porter, avec certaine amantes, avec les personnes pour qui il n'a absolument aucun respect ou à la sirène échouée où il peut s'en défaire en toute impunité. Il tourne la tête pour voir le jeune homme revenir, il répond à son sourire. L'attente valait la peine le joyeux est en effet magnifique ... Il observe le bijoutier, il voit bien son expression ... Et il la reconnaît ... Seraient-ils du même genre ? Alors cela signifie que la boutique est dans un sacré merdier pour que ce trésor soit mis sur la table ... C'est presque comme si Àdhamh semblait prêt à demander en mariage le bijou. Pour couper cours a ses instincts kleptomanes, il descend l'un de ses bras le long de sa manche, retirant de la doublure de sa manche une fine lame qu'il plante dans l'interstice entre son gant et son vêtement laissant apparaître de la peau. Il prend une inspiration, pressant pour ressentir suffisamment la lame enfoncée dans sa chère, cela ne laissera pas une marque trop conséquente, il va saigner un peu, il pourra faire passer cette légère blessure pour une égratignure ... Son esprit lui revient bien qu'il aurait besoin de bien plus pour se défaire complètement de cet attrait pour le scintillant ... Il dissimule la lame comme si de rien n'était, n'ayant pas quitté des yeux son interlocuteur.

"Vous cachez de vrais trésors dans votre boutique, je dois bien l'avouer" "Un accident est si vite arrivé et vous seriez obligé de revenir me voir et subir mes conversations. » Son sourire s'étend, notamment au petit rire emplit de gène qui emplit la pièce. "J'étais justement en train de me demander comment justifier mes prochaines visites. Mais si vous me donnez vous-même la solution je n'ai plus d'excuse pour ne pas venir vous écouter de nouveau" [/b]inconsciemment, il se passe le bout de la langue sur sa lèvre inférieur, décidément il est fort distrayant ce petit orfèvre. « Ou peut-être un collier à porter sous vos vêtements ? Ce serait plus pratique pour vous ? » "Un collier serait parfait. Mon travail est ... Salissant. Il vaut mieux qu'une merveille comme votre marchandise reste à l'abri des conséquences de mes actions. Votre pièce de résistance est sublime" dit, il montrant la broche royale "mais je doute pouvoir me la payer même pour vos beaux yeux. De plus..." il se désigne "Une beauté pareil ferait tache sur moi, je ne saurais lui rendre honneur malgré mon charme" autant ne plus prendre de pincette et y aller directement, l'innocent face à lui finira peut être par comprendre les sous entendus ! Sinon il devra se faire d'avantage moins subtil ! Non pas que cela le dérange, mais il serait dommage de trop troubler sa friandise du moment. "Mais je me demande si c'est une bonne idée que j'achète de suite ... Je vais être consciencieux avec votre création, je ne risque guère d'avoir d'accident qui nécessiterait mon retour entre ces murs" il fait une légère moue, feintant de se perdre un instant dans ses pensées "peut être devrais-je partir maintenant et revenir un autre jour ? Vous aurez le temps de préparer de nouvelles conversations ainsi. Quoi que ... Vous semblez doué pour improviser" Un nouveau sourire en coin, attendant une réaction, qu'importe laquelle, une joue rosie, une moue choquée, une claque ou un silence gêné. Il à lancé ses cartes, a voir si le joli cœur saura les interpréter.

Code by Sleepy

_________________
•MY DARLING,  I'M YOUR NIGHTMARE•
Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.If you want something, you don't wait for the world to deal it out for you. You take it. ©lazare.
avatar
Faileas

Messages : 124
Points : 185

Avatar : Richard Harmon
Crédit : Andahar & Lazare
Multicompte : Lindsay Underwood & Neacal Keer
Pseudo : MillinerXIII

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 25 ans
Métier : Bourreau
Pouvoirs : Charisme, beauté, fin limier, hydrokinésie, apnée longue durée
Inconvénients : Fort besoin affectif, Gout du sang, Matérialisme exacerbé, Appel de la mer

“Come on, say it again. I'm a perfect devil. Tell me how bad I am. It makes me feel so good!

Oh chéri, laisse moi peindre de ton sang mes lèvres. Cet accoutrement macabre me rendra divin pour mon amant. Il me faut être le plus romanesque pour ce cher Mort alors qu'il me menacera de sa faux acérée. Paradant, habillé de ton sang, je lui enverrai le message suivant : Pas ce soir bâtard

Is it desire or is it love that you feeling for me ? You'll want desire. Cause my love only gets you abused.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1 Re: I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Message par Àdhamh MacKenzie le Dim 12 Nov - 21:35




Seòras & Àdhamh
I see things that nobody else sees




« Un collier serait parfait. Mon travail est ... Salissant. Il vaut mieux qu'une merveille comme votre marchandise reste à l'abri des conséquences de mes actions. Votre pièce de résistance est sublime. » Il secoue vivement la tête en signe d’approbation. Content de voir que sa broche a eu l’effet escompté. En même temps, un tel mariage d’or et de pierres précieuses, il faudrait être aveugle pour détourner le regard. Il est tellement heureux d’avoir pu lui redonner sa splendeur d’autrefois. Ça lui fait réellement mal au cœur de la présenter ici. Il préférerait qu’elle reste à l’abri dans son bureau, le trésor de cette bijouterie, caché à la vue de tous. Ce genre de fantasme ne serait réalisable que si sa boutique n’était pas en train de couler. Àdhamh sait que si cette broche trouve un jour preneur, elle éloignerait la faim pour le reste de ses jours. Mais personne ne possède une telle fortune, seuls les grands de ce monde pourrait se permettre une telle fantaisie et il ne baissera son prix pour rien au monde, pas même pour les beaux yeux de Monsieur le Client. Il peut affirmer sans trop se tromper qu’aujourd’hui n’est pas le jour où sa pièce de résistance rejoindra la collection de quelqu’un d’autre.

« Mais je doute pouvoir me la payer même pour vos beaux yeux. De plus... Une beauté pareille ferait tâche sur moi, je ne saurais lui rendre honneur malgré mon charme. » Il sent ses joues prendre la même teinte que les rubis. Il fait chaud tout d’un coup, non ? C’est sûrement Deirdre qui a trop mit de bois dans l’âtre. Complètement désarçonné, il a du mal à rester en place. Ne sachant que trop faire de ses mains, il referme délicatement l’écrin. Il avait compris les sous-entendus la première fois, mais sa passion a vite fait de le faire passer pour un ingénu. Présenter les créations de son magasin lui semblait plus important que de se laisser happer par le charme certain et la prestance de son interlocuteur. C’était donc ça, son véritable but ? Venir satisfaire sa curiosité et vampiriser un gamin un peu distrait ? Serait-ce aussi simple que ça ? Est-ce qu’il monologue depuis tout à l’heure dans le vide ?

« Mais je me demande si c'est une bonne idée que j'achète de suite... Je vais être consciencieux avec votre création, je ne risque guère d'avoir d'accident qui nécessiterait mon retour entre ces murs. » L'orfèvre s’appuie sur le comptoir, un léger sourire amusé étirant ses lippes. Des frissons parcourent son échine, il dégage vraiment quelque chose… Il ne sait pas quoi, impossible de mettre le doigt dessus. Peut-être est-il lui aussi d’origine monstrueuse ? Il sait que certains Ceasgs sont capables de dégager un tel magnétisme. Serait-il aussi descendant de sirènes ?

« Je serais vraiment attristé de ne plus vous voir dans mon établissement… Vous savez, même en étant très prudent, il est très facile d’abîmer un bijou ou de l’érafler. » Puis, ce serait dommage de partir maintenant qu’il lui a bien fait comprendre ses intentions. Inconsciemment, il passe sa langue sur sa lèvre inférieure. Malgré sa vision défaillante, il est tout à fait capable de discerner l’élégance de ses traits, la saillance de ses pommettes, ce petit sourire en coin… Ce petit jeu est tout à fait grisant : flirter avec l’interdit a de quoi subjuguer son âme aventureuse. Est-ce que répondre à ses avances est une bonne idée ? Hell yes ! « Peut-être devrais-je partir maintenant et revenir un autre jour ? Vous aurez le temps de préparer de nouvelles conversations ainsi. Quoi que... Vous semblez doué pour improviser. » Il répond par un sourire taquin, susurrant ces quelques mots à voix basse, comme une invitation. « Ou vous pourriez rester, j’ai encore des tas d’histoires à vous conter… » Il se penche par-dessus le comptoir et dépose un bref baiser sur les lèvres garçonnes. Enfin, il goûte ces lippes au parfum salin, dessine du bout des doigts cette mâchoire. Frissonnant sous l’excitation et la peur d’être découvert, il s’écarte rapidement, la bouche pincée en souvenir de ce contact prohibé.

Àdhamh contourne légèrement le comptoir et attrape d’une main légère et joueuse le poignet du jeune homme, le tirant vers lui… Et en direction de son bureau. L’espiègle s’amuse en l’entraînant dans cette pièce confinée, à l’abri des regards et des oreilles des gens trop curieux. Il referme la porte derrière eux et revient vers son amant d’un soir, partant de nouveau à la recherche de ses lèvres dont le goût commençait à lui manquer. Ses mains jouent avec les quelques mèches rebelles, descendent dans son cou, dessinent les courbes de son torse de cet inconnu qui est venu le chercher. Lui qui voulait vérifier si les ragots disaient vrais concernant l'affiliation du Ceasg avec la sorcellerie... Même en ayant connaissance des intentions du jeune homme, il ne s'est pas offusqué plus que cela, se jetant presque dans les bras du séducteur. Dans cette pièce spacieuse, il n’y a plus d’interdits, il n’y a pas de jugement. Personne pour condamner ses attirances contre-nature. Il n’y a que lui et le menteur…
Fiche codée par Koschtiel

_________________
Keep Going
avatar
Look around at how lucky we are to be alive right now !

Messages : 98
Points : 140
Ta tête Par défaut
Avatar : Brendon Urie
Crédit : DΛNDELION (ava) + old money. (signa)
Multicompte : Llewyn MacGobhainn + Eimhir Caoidheach
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24 ans
Métier : Orfèvre et Gérant d'une bijouterie au bord de la faillite
Pouvoirs : Charisme, Empoisonnement
Inconvénients : Appel de la mer, Matérialisme exacerbé


Welcome to the end of eras. Ice has melted back to life. Done my time and served my sentence. Dynasty decapitated. You just might see a ghost tonight. And if you don't know, now you know.



If it feels good, tastes good. It must be mine. Heroes always get remembered. But you know legends never die. And if you don't know, now you know



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1 Re: I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Message par Seòras Ìomharach le Mer 21 Fév - 23:04

I see things that nobody else sees
Satan, you clown, you want to dissolve me with your charms.
Seòras se plaît à ce petit jeu, lancer des perches voluptueuses voir si l'autre comprend, s'il mord à l'hameçon ou le repousse avec vivacité. Parfois rien que le visage offusqué d'un hétérosexuel coincé vaut le coup, ça égaye la journée. Parfois, cela prend du temps, c'est le cas aujourd'hui, mais il peut voir que l'information à fait son petit bonhomme de chemin, l'attitude du marchand change. « Ou vous pourriez rester, j’ai encore des tas d’histoires à vous conter… » Il sourit en coin, cette légère impertinence sur ce doux visage est plus que charmant, mais il ne s'attendait guère à un passage à l'action. Il ne va pas s'en plaindre loin de là, après tout, c'était ce qu'il cherchait. Une légère surprise reste visible sur son visage un instant avant de s'effacer pour laisser place à ce sourire narquois qu'il aborde sans cesse. Sa langue passe sur ses lèvres encore humide de ce contact bien trop fugace. Il se laisse entraîner jetant un léger regard en coin vers la vitrine. Ils se retrouvent tous les deux, à l'abri de toute indiscrétion, de tout jugement. Un instant, il est surpris par le manque de vigilance de l'orfèvre, avec tout ce qu'il se passe dans les rues de la ville ces derniers temps et malgré le désamour des clients pour l'échoppe, il possède encore de très belles pièces. S'il le voulait Seòras pourrait tout à fait planter sa lame dans sa nuque fine et lui dérober ses précieux bijoux. Personne ne saurait que c'est lui ... Heureusement pour le charmant jeune homme face à lui, ce n'est pas du tout dans ses plans il pense bien plus au bon temps qu'ils peuvent s'offrir.


Leurs lèvres se rejoignent de nouveau, il ne peut retenir un léger soupir d'aise à ce baiser. Ses mains usées de cicatrices prennent en coupe le visage du jeune homme, descendent dans sa nuque, longeant son torse et ses flans pour se glisser jusqu'à son fessier et le coller à lui approfondissant le baiser. Il relève le menton refusant ses lèvres à son amant du jours avec un sourire satisfait aux lèvres. Il défait la chemise du jeune avec des doigts habiles et pleins d'expériences, ses lèvres viennent alors taquiner la nuque opaline, mordillant légèrement, léchant sans jamais marquer, pas encore du moins. Il le soulève le collant à nouveau à lui pour le faire asseoir sur une partie du bureau qui n'est pas trop encombré. Ses doigts frôlent les cicatrices recouvrant le visage du jeune homme, redessinant les contours imprécis, tel une carte ou des côtes rocailleuses. Son regard ne change guère alors qu'il peut observer à sa guise et de plus prés la cicatrice, beaucoup parlerais de défiguration, mais Seòras est loin de partager les goût de la plèbe et lui trouve que cette marque donne un charme à l'orfèvre. "T'as t'on déjà vanté ton joli minois ? Ceux clamant le contraire sont des menteurs" Il roule des épaules pour faire tomber sa veste ne restant qu'avec sa tunique plutôt usée, laissant voir ses avant-bras vallonnés de marque, à y regarder sa peau ressemble à une mer agitée. Ses mains se glissent sur les cuisses de l'homme et les fait s'écarter pour qu'il puisse se glisser entre elles. Il se colle à lui l'embrassant de nouveau vérifiant que son compagnon de jeu soit toujours prés pour ce qu'il va se passer. Il en à vue des hommes qui se laisse enhardir par l'idée d'un contact puis ... Quand le moment approche la raison et la honte d'une telle relation entre hommes encerclent leurs gorges et ils rebroussent chemin. Seòras espère que ce ne sera pas le cas aujourd'hui, il était sincère lorsqu'il complimentât le jeune homme, il lui plaît et il serait fort frustré si tout s'arrêtait maintenant. 
code by bat'phanie

_________________
•MY DARLING,  I'M YOUR NIGHTMARE•
Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.If you want something, you don't wait for the world to deal it out for you. You take it. ©lazare.
avatar
Faileas

Messages : 124
Points : 185

Avatar : Richard Harmon
Crédit : Andahar & Lazare
Multicompte : Lindsay Underwood & Neacal Keer
Pseudo : MillinerXIII

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 25 ans
Métier : Bourreau
Pouvoirs : Charisme, beauté, fin limier, hydrokinésie, apnée longue durée
Inconvénients : Fort besoin affectif, Gout du sang, Matérialisme exacerbé, Appel de la mer

“Come on, say it again. I'm a perfect devil. Tell me how bad I am. It makes me feel so good!

Oh chéri, laisse moi peindre de ton sang mes lèvres. Cet accoutrement macabre me rendra divin pour mon amant. Il me faut être le plus romanesque pour ce cher Mort alors qu'il me menacera de sa faux acérée. Paradant, habillé de ton sang, je lui enverrai le message suivant : Pas ce soir bâtard

Is it desire or is it love that you feeling for me ? You'll want desire. Cause my love only gets you abused.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1 Re: I see things that nobody else sees ║Àdhamh

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum