1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.

La douceur de l'eau salée [Ft. Eimhir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 5 La douceur de l'eau salée [Ft. Eimhir]

Message par Lucy Warlls le Mar 4 Sep - 20:31

Claire l'eau de nuit. La mer s'agite, mais il en faut plus pour repousser. Elles ne font pas peur, ces grosses vagues câlines, et elles repoussent les curieux. Plonger dans l'obscurité argentée, sentir les formes se redessiner pendant que le froid cesse de mordre, et s'ébattre enfin.

Ne pas penser à avant, au matin, aux regards pesants de Lowell, au jugement qui s'enfonce dans le dos comme une lame, non. Oublier.

Quelques bonds dans les vagues, plonger dans les crêtes, fuser comme une goutte d'eau jusqu'au fond et remonter, le museau au ras de l'onde. Au loin les cris des oiseaux, quelques fracas aquatiques sur les rochers et en regardant au loin voir les lumières des maisons. Lueurs fragiles de feux tremblants, presque piquées par hasard dans le velours de la nuit.

Nager, nager encore. La liberté est là, ondine, elle est la mer qui apaise, qui berce et accueille.

C'est celle qui a vu le corps sans vie dans les bras de Lowell et... Non, non, chasser les mauvaises pensées on a dit. Nager jusqu'à plus soif, remplonger de nouveau, surgir entre deux vagues, et fermer les yeux en souhaitant vivre ainsi pour l'éternité.

Impossible.

Il y a Père, Mère, le travail et... le sourire du vieux beau. D'autres choses. On ne peut pas tout oublier. Les obligations sont là, et avec elles le plaisir de la baignade est moindre. Alors revenir doucement vers la berge et soudain. Soudain la silhouette qui s'approche.

S'immobiliser, au ras de l'eau, presque invisible. Attendre. Prier pour que ce ne soit rien de grave. Rien de mauvais. Espérer que ça s'en aille.

_________________
avatar
Faileas

Messages : 16
Points : 65
Ta tête Par défaut
Avatar : Saorise Ronan
Crédit : AVENGEDINCHAINS
Multicompte : Sheena Matheson/Colin Smith/Crìsdean Gòrdanach/Moncha Maradhearg
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 19 ans
Métier : Comptable
Pouvoirs : Transformation à volonté (5 pts) - Danseuse de talent (1 pt)
Inconvénients : Obéisssance à qui possède sa peau (1 pt) - Trouble de l'attention (1 pt) - Loup de mer (1 pt)


"La lune de ses mains distraites
A laissé choir, du haut de l’air,
Son grand éventail à paillettes
Sur le bleu tapis de la mer.

Pour le ravoir elle se penche
Et tend son beau bras argenté ;
Mais l’éventail fuit sa main blanche,
Par le flot qui passe emporté.

Au gouffre amer pour te le rendre,
Lune, j’irais bien me jeter,
Si tu voulais du ciel descendre,
Au ciel si je pouvais monter !"
(Au bord de la mer-Théophile Gautier)



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: La douceur de l'eau salée [Ft. Eimhir]

Message par Eimhir Caoidheach le Mer 5 Sep - 16:06




Lucy & Eimhir
La douceur de l'eau salée




« Edimbourg, ville de malheur !, peste-t-elle en laissant ses prunelles céruléennes embrasser l’étendu des dégâts infligés au port. » Même à cette heure, la foule est nombreuse. Chacun vaque à ses occupations, ne se préoccupant qu’à moitié du carnage qui a ravagé Leith. Le port était son QG, son point de ralliement et d’espérance. Encore et toujours, elle espère apercevoir à l’horizon poindre le mât d’un navire slovaque qui lui amènerait des nouvelles du pays. Peut-être ce demi-frère inquiet finira un jour par rejoindre les terres anglo-saxonnes ? En attendant, c’est devenu un rituel. L’attente d’un signe, le regard perdu dans le rivage et l’écume délicate.

Contempler l’étendue océane la fascine et l’emplit d’une vitalité nouvelle. Attirée par la surface spéculaire comme un papillon le serait d’une flamme d’une bougie, elle cherche à se rapprocher, à plonger sa main dans cette eau qui l’hypnotise tant. Mais pas ici, pas maintenant. Il y a trop de monde, trop de bruits, trop d’yeux qui se tourneraient vers elle sitôt l’ondine coulant entre ses doigts. Alors, Eimhir tourne les talons. Elle connaît un autre endroit où la tranquillité lui serait assurée.

Enfin, la mer se dessine à l’horizon. Enfin, elle allait pouvoir quitter cet habit trop serré et inconfortable que son patron l’oblige à porter les jours où elle travaille. Il paraît que cela fait plus professionnel. Il ne faudrait surtout pas choquer de potentiels clients. Du moment qu’elle est payée à la fin, la Selkie se moque bien de ce qu’elle doit faire pour y arriver et s’il faut se parer de tenues ridicules, et bien soit.

Kvetka retire ses chaussures en trombe, éparpille le reste de ses vêtements au fil de sa course vers la mer. Soudain, elle ralentit et s’arrête. Elle fixe une silhouette informe qui semble patienter à la surface. Eimhir l’étudie, tout en se rapprochant prudemment, priant pour que ce ne soit qu’un morceau de bois ou un animal. Récupérant une branche qui gisait à ses pieds, elle lance dans la nuit : « Eh ? Il y a quelqu’un ? ». L’accent à couper au couteau, suivi de quelques marmonnements en slovaque. Elle reprend, ou plutôt, elle bluffe : « Si vous partez tout de suite, peut-être que je vous laisserais la vie sauve. »
Fiche codée par Koschtiel

_________________


Fierce
avatar
I wrote my way out of hell

Messages : 26
Points : 45
Ta tête Par défaut
Avatar : Emma Dumont
Crédit : Blondie (a) + XynPapple (s)
Multicompte : Llewyn MacGobhainn + Àdhamh MacKenzie
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 20 ans
Métier : Vendeuse dans une chapellerie
Pouvoirs : Se transformer en phoque une fois par mois, Audition gratifiée, Conteur écouté, Beauté naturelle, Charisme
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau, Trouble du déficit de l'attention, Loup de mer, Tendances artistique, Empathie exacerbée pour les phoques

In her heart there's a hole
There's a black mark on her soul
She got blood cold as ice
And a heart made of stone


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: La douceur de l'eau salée [Ft. Eimhir]

Message par Lucy Warlls le Jeu 6 Sep - 16:46

« Eh ? Il y a quelqu’un ?  Si vous partez tout de suite, peut-être que je vous laisserais la vie sauve. »

Voix qui tremble un peu, accent étranger. Se rapprocher doucement, de toute façon, sous la forme d'un phoque, rien à craindre. La fièvre du selkie a disparu, alors tout va bien.

Une petite silhouette se découpe sur la berge, et ce n'est pas un promeneur habituel. Ni un danger. L'instinct permet de sentir ça. Sortir de l'eau, ramper sur le sable, se redresser légèrement vers elle et l'observer. Regard noir d'animal, pensif, doux. Pas de peur. Une jeune femme qui a l'air un peu perdu, un peu seule, et cette solitude est familière.

S'amuser ? Oui. Fourrer le museau dans une des mains, se redresser, pousser un petit cri et replonger dans les flots. Disparaître dans l'onde et resurgir comme une bombe, dans une gerbe d'eau salée. Un phoque normal ne ferait pas ça. C'est vrai. Mais peu de gens approchent vraiment un phoque pour savoir ce genre de chose. Est-ce que l'inconnue viendra nager ? Ça serait bien. Espérer qu'elle n'ait plus peur.

Belle nuit que celle-ci. Loin du chaos du port. Loin des hommes. La danse aquatique a repris, peut-être la jeune femme s’y joindra. Peu importe.

L’eau est toujours aussi berçante.

Finir par oublier le reste, penser qu’à la mer tout autour, se faufiler au creux des vagues, encore et encore. La liberté est là, dans l’onde éclairée par la lune, dans l’écume qui mousse contre les rochers et le silence qui enrobe tout le reste.

Ne pas avoir peur du silence, jamais. Ce sont les paroles qui blessent, lui il pose comme un voile de douceur sur les sentiments les plus acerbes. Taire une chose, ce n’est pas la nier, c’est en refuser la violence. Les choses douces peuvent passer par les gestes et le regard quand on sait les lire. Les autres aussi, c’est juste qu’elles laissent plus de marques.

_________________
avatar
Faileas

Messages : 16
Points : 65
Ta tête Par défaut
Avatar : Saorise Ronan
Crédit : AVENGEDINCHAINS
Multicompte : Sheena Matheson/Colin Smith/Crìsdean Gòrdanach/Moncha Maradhearg
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 19 ans
Métier : Comptable
Pouvoirs : Transformation à volonté (5 pts) - Danseuse de talent (1 pt)
Inconvénients : Obéisssance à qui possède sa peau (1 pt) - Trouble de l'attention (1 pt) - Loup de mer (1 pt)


"La lune de ses mains distraites
A laissé choir, du haut de l’air,
Son grand éventail à paillettes
Sur le bleu tapis de la mer.

Pour le ravoir elle se penche
Et tend son beau bras argenté ;
Mais l’éventail fuit sa main blanche,
Par le flot qui passe emporté.

Au gouffre amer pour te le rendre,
Lune, j’irais bien me jeter,
Si tu voulais du ciel descendre,
Au ciel si je pouvais monter !"
(Au bord de la mer-Théophile Gautier)



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: La douceur de l'eau salée [Ft. Eimhir]

Message par Sreath-Mhurtair le Dim 16 Sep - 8:05

Tu t'es faite belle
Pour aller danser
A toi, demoiselle,
Ma haine aiguisée

Je suis l'une d'elle depuis un moment maintenant. Je ne me soucie pas du temps ni de l'argent. Ce soir, je ne me soucie que du sang. La lune se marie bien avec le sang, quand ils flottent ensemble sur l'eau d'argent. J'ai pris deux choses en partant de chez moi. Les lames m'ont trahi, ma belle, j'aurai mieux pour toi.
Elle a quelque chose en commun avec moi. Mais quoi? Vous ne le saurez pas. J'ai caché quelque chose dans le sable, et quand je l'ai vue s'approcher de cette plage, j'ai su. Ce sera elle ma proie. Encore un pas... Ce n'est pas très loin. La première chose que j'ai emportée en sortant de chez moi. Une chose fine et brillante comme un rayon de lune. Un cheveu d'ange. Un fil d'acier. Un collet. Caché sous le sable et prêt à claquer.
Aïe! ça doit faire mal! Il faut souffrir pour faire une jolie proie, ma belle, toutes mes excuses. Je vais m'arranger pour que ça ne dure pas trop longtemps. J'ai mon arme avec moi. Pas cette autre arme... ce croc vide de venin... je ne m'en sers plus.


Je fais des cauchemars, parfois. La lune brille. Je me promène à Londres, dans les mauvais quartiers. J'ai un couteau à la main. Je cherche des filles de rien à tuer. Mais elles savent. Elles ont deviné qui est cette ombre qui plane sur leurs vies de misère. Il y a des années que ça dure. Elles en ont assez. Soudain, elles retrouvent ma trace. Elles me coincent dans une petite chambre isolée, elles me bloquent sur le lit. Elles m'ouvrent le ventre, elles sortent mes organes, elles les disposent dans la pièce, comme une macabre décoration. Je serai la dernière victime que l'on m'attribuera.
Je secoue la tête.
Je me réveille.
Je souris.
Pendant toute ma course pour m'éloigner de ma taule et me mettre à l'abri, j'ai souri, et j'ai léché le sang qui coulait sur mon visage, jusqu'à mes lèvres.
Qu'est-ce qui m'arrive?
J'ai la tête qui pulse
Les pensées moins vives
L'oeil qui se révulse.

Tu as eu bien tort
De viser la tête.
Quand tu seras mort
Tu te sentiras bête.

Ton coup ne m'affaiblit pas,
Il ne me fera pas fuir,
Ne me jettera pas à bas.
Il m'encourage à détruire.
Chut... Il ne faut plus y penser... Le jeune homme aux cheveux d'acajou est loin. Et cette fois, je suis loin moi aussi. Je me perche sur la crête de la dune. Mon bras se tend. Le joli pistolet luit sous les étoiles. Sera-t-il plus fiable qu'une arme blanche ? Je m'apprête à tirer. La proie se débat dans le piège. L'eau salée en douces vagues baigne sa plaie. La nature caresse mon oeuvre. J'essaie d'y voir, dans l'obscurité qui a l'air de couler d'une blessure. Qu'est-ce que le collet a capturé? Qu'est-ce que ma balle va transpercer?

c'est l'heure des dés!:
échec critique: L'instinct a averti la proie. Eimhir saute de côté, évite le piège. Ma balle frappe le sable à côté d'elle. Ses yeux se tournent immédiatement vers la source du bruit. Elle me voit.
échec alarmant: Eimhir est capturée, mais pas blessée, et le collet est mal fixé. Avec l'aide de son étrange compagne de promenade, elle va pouvoir se délivrer, si je lui en laisse le temps. Je m'avance pour un nouveau tir.
échec anodin: Eimhir est capturée, mais pas blessée. Aucune chance de se libérer cependant. Je marche vers elle pour viser cette fois la tête. Je ne suis qu'à une demi-douzaine de mètres. Elle a quelques secondes pour réagir.
blessure superficielle: La balle frappe l'épaule et se perd dans l'épaisseur des vêtements. Bonne idée d'être autant habillée. Une baignade nocturne aurait mieux fait mon affaire.
blessure grave: La balle frappe la cuisse et met la victime à terre, ou plutôt, à sable. Bonne chance pour nettoyer tout ça, si tu survis.
blessure mortelle: La balle frappe en plein dans le ventre. Je m'en vais. Le temps, et la médecine si elle arrive à trouver du secours, feront le reste pour moi.
avatar
I am the monster you claim

Messages : 97
Points : 359
Ta tête Par défaut
Avatar : --
Crédit : --
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: La douceur de l'eau salée [Ft. Eimhir]

Message par Ceann-Uidhe le Dim 16 Sep - 8:05

Le membre 'Sreath-Mhurtair' a effectué l'action suivante : Le Destin


'Sreath-Mhurtair' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 201
Points : 934
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: La douceur de l'eau salée [Ft. Eimhir]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum