AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Poisons de fées | PV Ina

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Poisons de fées | PV Ina

    Message par Archibald Ferguson le Sam 1 Juil - 19:17

    Il mâchonne on ne sait trop quoi et il se déplace avec l'échine courbée, l'air absorbé dans des pensées bien à lui. Il marmonne entre ses dents des propos incompréhensibles qui lui attirent les regards étonnés, voire horrifiés des passants.

    L'homme n'est pas matinal et pour être tout à fait honnête, il aurait refusé cette livraison aux aurores si ce n'était pour celle qui l'avait demandée. Pour elle, il irait jusqu'au bout du monde, parce qu'elle était sa fille, sa petite fille qui avait si bien grandi. Apothicaire ! Oonagh, apothicaire ! Oh, il ne l'aurait pas imaginée comme ça, elle avait déjà son rôle après tout – mais peut-être était-ce un plan, une stratégie de la Cour d'Hiver, et de toute façon il ne poserait pas la question. Il avait appris bien assez tôt à ne pas se mêler des affaires de la souveraine Unseelie. D'ailleurs, il avait toujours refusé de lui donner son véritable nom, pour ne pas lui conférer trop de pouvoir sur lui. Qu'elle fût à Edimbourg, camouflée en humaine, n'y changeait rien.

    Il frappe trois coups à la porte, comme à l'accoutumée, et entre sans attendre qu'on l'y invite. Au départ, il attendait toujours que l'apothicaire lui donne l'invitation formelle des faés, avant d'abandonner lorsqu'il a compris qu'elle risquerait de brûler sa couverture si elle faisait une chose pareille. Du coup, la seule chose logique est d'entrer sans attendre qu'on l'y invite. La logique d'Archibald est une chose bien particulière et pourtant, dans son esprit, elle est irréfutable.

    « Miss MacNiven ? Miss MacNiven, j'ai votre livraison, » appelle-t-il d'une voix un peu rauque qui semble lutter sur ce nom si peu familier. Ina MacNiven. Pourquoi a-t-elle choisi ce nom ? Elle aurait pu en trouver de bien plus seyants, qui diraient plus sa qualité de reine. Il ne sait pas trop pourquoi elle a choisi de se dissimuler sous une couverture de roturière quand elle est souveraine d'une des cours les plus prestigieuses du monde. Mais ce n'est pas important.

    Ce jour-là, il lui apporte une de ses créations, un chef-d'oeuvre – il l'admet lui-même. Une forme d'éllébore noire qu'il appelle l'éllébore fallacieuse et dont il est convaincu qu'elle permet de voir un autre monde, un monde qu'il appelle Moire, qui serait le monde des rêves. Il y croit très sincèrement et ne doute pas qu'elle trouvera une utilité à sa création, ainsi qu'aux autres plantes qu'il cache dans son havresac qui a connu de meilleurs jours. Il espère d'ailleurs tirer à Llewyn de quoi s'acheter un meilleur sac, de quoi cacher son butin botanique de manière plus furtive et sans risquer d'en perdre la moitié en chemin.

    « Je pense que vous aimerez la production du jour, » continue-t-il à l'adresse de l'air environnant et de la poussière qui y danse joliment. « J'ai tout ce que vous m'avez demandé, bien sûr, et une petite surprise. Vous verrez, c'est un miracle, meilleur encore que le tueur de pouvoirs. Je l'ai testé moi-même. » Il se rengorge avec fierté. Il teste tous ses produits lui-même, même ceux qui sont mortels, dans des doses insuffisantes pour le tuer – mais qui parviennent tout de même à le rendre malade comme un chien pendant des jours. Apparemment, il en est très fier, même si n'importe quelle personne raisonnable qualifierait la chose de tout à fait stupide.
    avatar
    Faileas

    Messages : 123
    Points : 120
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Peter Capaldi
    Crédit : Koschtiel
    Multicompte : Tristan Dubh
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 57 ans
    Métier : Herboriste
    Pouvoirs : Probabilités (moyen), Mensonge, Cauchemar, Réveiller des peurs enfouies
    Inconvénients : Incruste, Ochlophobie, Farceur, Incapable de laisser passer une défaite

    I killed a spider
    Not a murderous brown recluse
    Nor even a black widow
    And if the truth were told this
    Was only a small
    Sort of papery spider
    Who should have run
    When I picked up the book
    But she didn't
    And she scared me
    And I smashed her

    I don't think
    I'm allowed

    To kill something

    Because I am

    Frightened
    - Nikki Giovanni


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Poisons de fées | PV Ina

    Message par Ina MacNiven le Dim 2 Juil - 13:07

    Il était encore très tôt ; l'ombre du château ne s’étirait pas encore très loin. Pourtant, une jeune femme était déjà au travail depuis un moment. Enfin… en considérant le bazar de l’atelier de confection, la chaleur des braises sous l’alambic glougloutant et les différents contenants ouverts sur le comptoir de bois massif de l’arrière-boutique, il était clair qu’Ina n’avait pas encore dormi cette nuit.

    Dormir lui semblait tellement obsolète quand elle était si proche de trouver la solution parfaite ! Un léger arrière-goût de Glycyrrhiza glabra , la couleur d’un rubis ensanglanté, la consistance presque au point ! Si seulement elle n’était pas rendue accoutumée à la plupart de ses potions !

    Elle manquait cruellement de cobayes pour ses créations originales. Sa belle-mère trouvait cela morbide de parler ainsi de braves gens qui risquait gros à tester ces concoctions inédites, mais, qu’étaient-ils autres que des sujets à ses expériences ? De plus, elle les payait suffisamment pour… couvrir… les effets mineurs. Personne n’allait dire non à de l’argent ces temps-ci.

    Les cheveux sous un fichu gris et sale, le bas du visage caché par un foulard attaché derrière son crâne, Ina donnait des airs de chirurgienne de campagne. Pourtant non loin de la vérité, être apothicaire et créer ses propres remèdes semblait parfois plus près d’une manipulation précise d’un chirurgien que d’une jeune femme responsable d’un commerce. Elle ne leva pas la tête quand on frappa à la porte : que peu de personnes venaient aux aurores à l’apothicairerie.

    Un sourire dissimulé derrière le foulard, elle écoute la voix rauque de son fournisseur excentrique. Douce musique que cet enthousiasme matinal.

    Doucement, elle abandonne sa recette, l’observant et le humant une dernière fois, regardant les sucs s’extraire doucement de l’alambic puis elle se dirige vers la boutique vide, poussant le lourd tissu qui séparait les deux mondes. Une fois faite, elle enleva le foulard sur son visage et gentiment, salua son premier et meilleur fournisseur :

    - Monsieur Ferguson, c’est un réel plaisir de vous voir ce matin.

    Ina s’essuya les mains sur son tablier crasseux et s’approcha de l’homme et de son butin.

    - Je vous ai déjà dit que vous étiez le meilleurs de mes fournisseurs ? Que ferais-je sans vos produits incroyables ?

    Ce n’était pas des flatteries lancées dans le vide. La jeune femme n’était pas douée pour ça.

    - Alors, montrez-moi votre récolte matinale et surtout, cette surprise !

    Bien sûr, elle ne l’encourageait pas trop dans ses expressions étranges, mais sourcilla avec intérêt à sa dernière phrase :

    - Vous tester vous même vos produits, Monsieur Ferguson ? Intéressant…

    Et si elle lui faisait tester les siens ? Un échange de… test ?

    _________________
     
    lost poison
    avatar
    The world is full of monsters with friendly faces.

    Messages : 100
    Points : 88
    Aurore
    Avatar : Aurora Aksnes
    Crédit : moi
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    40 / 10040 / 100
    Age : 21
    Métier : Apothicaire
    Pouvoirs : Chanteur de Talent (PM) + Thermorégulation (PC)
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau + Tendance Artistiques

    Think I can fly, think I can fly when I'm with U
    My arms are wide, catching fire as the wind blows
    I know that I'm rich enough for pride,
    I see a billion dollars in your eyes
    Even if we’re strangers til we die




    Mes clients et amis sont :

    [Liste de liens de Ina]


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Poisons de fées | PV Ina

    Message par Archibald Ferguson le Lun 3 Juil - 18:34

    Il se rengorge à nouveau, fier comme un paon d'être qualifié de « meilleur fournisseur ». Si elle mentait, il serait bien incapable de s'en rendre compte – ironique, pour quelqu'un dont le mensonge est le plus grand talent, si bien qu'il croit aux siens propres. Il n'a pas l'habitude des compliments, quels qu'ils soient, et en entendre de la bouche de celle qu'il prend pour sa fille adoptive... hé bien, c'est un plaisir immense qu'il savoure à sa juste valeur. Peut-être une seconde de plus que ce qu'une personne normalement constituée s'accorderait mais enfin, le vieil Archibald n'est plus normal depuis fort longtemps.

    Sa fierté n'est pas mal placée ou mauvaise, elle ne remet pas en cause les réussites d'autrui. Il est simplement heureux de faire quelque chose de bien. Heureux de s'entendre qualifier d'autre chose que « monstre », « pédéraste », ou autre épithète dégradante qu'on lui a jetée au visage sans chercher à comprendre. C'est tout guilleret et avec des gestes presque enfantins qu'il pose le panier sur le comptoir et en dévoile le contenu. Les plantes qu'elle a commandées, très soigneusement emballées dans du papier et aussi fraîches que possibles, sont disposées sur le comptoir en rang parfait et par ordre alphabétique. Il débite leurs noms au fur et à mesure, non pas qu'il croie qu'elle ne les connaît pas, mais par réflexe.

    Et puis, du fond de son sac, il pêche une unique fleur noire aux pétales en pointe. Son odeur amère et dense envahit la pièce et masque presque les autres et il ferme les yeux, exhalant ce doux poison de toutes ses forces. Quelle belle création.

    « Oui, Miss MacNiven, je teste mes produits moi-même. Comment saurais-je s'ils sont bons, autrement ? » Il a l'air sincèrement surpris de cette question, comme s'il était impensable d'utiliser une autre méthode. « J'ai pris l'habitude très jeune, comme vous le savez – ah, vous vous souvenez sans doute de la sorcière chez qui j'ai vécu, j'en parle beaucoup trop. Je radote. Le grand âge. »

    Il la gratifie d'un grand sourire lumineux et lui tend la fleur. Il n'a bien évidemment jamais rien mentionné de son passé à Ina, du moins pas dans les détails, mais l'a raconté à Oonagh à sa demande. Il est certain qu'elle sait tout, puisqu'il le lui a déjà dit.

    « Mais je m'égare. Voici l'éllébore fallacieuse, ma dernière création. Elle vous ouvrira le monde des rêves, Moire elle-même. J'ai cherché cette plante pendant des années. » Et il l'a enfin trouvée. Une plante qui ouvrirait les portes d'un monde irréel, un monde où les rêves prendraient forme. Une partie de lui s'est convaincue que dans les rêves, il pourra retrouver tous ceux qu'il a chéris et perdus – Magda, Oonagh, et d'autres que le vent a effacés. Seule une âme cruelle viendrait lui dire que sa plante ne provoque que des hallucinations et non des réalités.


    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 123
    Points : 120
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Peter Capaldi
    Crédit : Koschtiel
    Multicompte : Tristan Dubh
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 57 ans
    Métier : Herboriste
    Pouvoirs : Probabilités (moyen), Mensonge, Cauchemar, Réveiller des peurs enfouies
    Inconvénients : Incruste, Ochlophobie, Farceur, Incapable de laisser passer une défaite

    I killed a spider
    Not a murderous brown recluse
    Nor even a black widow
    And if the truth were told this
    Was only a small
    Sort of papery spider
    Who should have run
    When I picked up the book
    But she didn't
    And she scared me
    And I smashed her

    I don't think
    I'm allowed

    To kill something

    Because I am

    Frightened
    - Nikki Giovanni


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Poisons de fées | PV Ina

    Message par Ina MacNiven le Sam 15 Juil - 2:52

    Ses phalanges craquèrent d’intérêt. La fatigue d’une autre nuit sans sommeil jouait aussi mais elle était toujours très enthousiaste au petit matin : Après tout, n’était-ce pas une autre journée merveilleuse que celle d’être en vie ? Chaque herbes ou fleurs qui sortaient du sac de Monsieur Fergusson était manipulée avec soin et observé méticuleusement.  Ina prenait chaque bouquet pour inspecter les pétales ou les feuilles, pincer les racines pour s’assurer de leurs fraicheurs et humait au passage le parfum de certaine. Lunatique, elle profitait de l’attention détourné de son fournisseur pour mastiquer avec satisfaction une verdure ; Le goût acidulé de celle qui fondait entre ses dents la fit soupirer un instant.

    Elle mastiquait doucement tout en hochant la tête à chaque sortie du sac de Fergusson puis elle perdu le fil des paroles de celui-ci quand il sortie une surprise ; Elle reconnaissait la fleures de la famille des helléborus. Il y en avait quelques croquis dans l’énorme grimoire de sa mère mais elles avaient toujours été blanche.

    - Une Hellébore…noire ?

    Ina n’osa même pas y toucher à main nue : Les vertus médicinale d’une hellébore étaient nombreuses mais, qu’en était-il de cette teinte ?

    - Elle a des propriétés hallucinogènes ?

    N’exitait que pendant un instant, cette fleure sombre. En décoction, ou en tisane ? Peut-être serait-elle plus puissance en huile mais cela lui prendra du temps et beaucoup plus de fleures ! Combien ? Plus que ça… beaucoup plus que ça.

    - Comment est sa floraison ? Est-ce que vous la faites pousser en serre ? Ne manque t’elle pas de lumière pour s’épanouir à maturité ? Elles sont superbes… en avez-vous d’autres ? Combien pouvez-vous en faire pousser ? Seulement l’été, j’imagine…

    Mais elle s’emportait.

    - Je suis désolée … vous disiez que vous testiez toutes vos potions vous mêmes ? Je ne sais pas si j’oserais vous le demander mais… je suis sur un elexir particulier et je crois en avoir développé une accoutumance à force d’y gouter. Ne vous sentez pas obligé d’accepter, nous connaissons les conséquences d’un remède qui n’est pas … enfin… c’est le risque du métier, n’est-ce pas ?

    _________________
     
    lost poison
    avatar
    The world is full of monsters with friendly faces.

    Messages : 100
    Points : 88
    Aurore
    Avatar : Aurora Aksnes
    Crédit : moi
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    40 / 10040 / 100
    Age : 21
    Métier : Apothicaire
    Pouvoirs : Chanteur de Talent (PM) + Thermorégulation (PC)
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau + Tendance Artistiques

    Think I can fly, think I can fly when I'm with U
    My arms are wide, catching fire as the wind blows
    I know that I'm rich enough for pride,
    I see a billion dollars in your eyes
    Even if we’re strangers til we die




    Mes clients et amis sont :

    [Liste de liens de Ina]


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Poisons de fées | PV Ina

    Message par Archibald Ferguson le Sam 15 Juil - 10:34

    Il sourit d'un air d'enfant ravi en voyant sa surprise. Sa fascination. La jeune femme n'ose même pas toucher la plante, d'un genre inconnu en Europe, et il n'aurait pas pu être plus réjoui : sa petite révélation a eu l'effet escompté, celui d'impressionner Oonagh. Il déchante dès qu'elle prononce le mot hallucinogène. Comment peut-elle penser qu'il ne lui offre qu'une drogue de bas étage, une échappée illusoire qui ne dure qu'un temps ? A-t-elle donc si peu d'estime pour son art et son esprit ? Il mâche l'intérieur de ses joues et sa mine se rembrunit immédiatement. Hallucinogène. Non, non, l’hellébore fallacieuse est bien plus que cela, elle n'est pas un substitut de bonheur passager, et qu'Ina puisse penser différemment le blesse jusque dans sa chair.

    Il se racle la gorge pour éclaircir sa voix qui menace de se briser en larmes de frustration avant de lui expliquer. « Non, pas hallucinogène, non – vous me connaissez mieux que ça, Mademoiselle MacNiven. L’hellébore fallacieuse ouvre la porte du monde des rêves. Le véritable monde des rêves, le monde au-delà du monde, Moire. Normalement, on ne peut y entrer que si un Bibliothécaire ouvre la porte, mais cette plante est un moyen détourné. N'avez-vous jamais voulu découvrir où les rêves sont créés ? »

    Ses paroles montrent à quel point il se leurre – la plante est bel et bien hallucinogène mais il est incapable de le comprendre. Il est bien trop enfoncé dans ses fantaisies et ses rêves enfantins pour imaginer une seule seconde que ce qu'il a pu voir lorsqu'il a mâchonné les pétales de l’hellébore ait été autre chose que la réalité. Moire, ce monde dont Magda lui parlait par le passé, quand elle lui racontait des histoires avant de le mettre au lit. Il a toujours voulu y aller et il a enfin réussi – et elle, elle parle d'hallucinogène, comme si son monde rêvé n'était rien de plus que le produit de son imagination. Il a du mal à le supporter. Mais elle est sa fille adoptive et malgré la colère qui bout dans ses veines, il ne lui fera jamais de mal. De toute manière, elle est la reine des fées de la Cour d'Hiver, elle pourrait le tuer avant même qu'il ne songe à s'en prendre à elle.

    Alors il écoute ses questions et ravale sa rage et sa peine pour lui répondre. Au moins, elle apprécie son artisanat, à défaut d'apprécier l'art.

    « Elle pousse en serre, oui, et a besoin de beaucoup de luminosité. J'ai créé un système pour ça, pour pallier l'absence de soleil, je vous montrerai un jour. C'est avec des miroirs, très ingénieux. J'en ai un carré, elles poussent lentement et difficilement, je vous en apporterai dès que j'en aurai suffisamment pour concocter quoi que ce soit – en attendant, simplement la mâcher suffit à en percevoir les effets. Faites très attention à la dose, mâcher plus d'une fleur pure à la fois est toxique. »

    Il a testé lui-même, une fois de plus, et s'est retrouvé à passer une nuit particulièrement difficile aux côtés de son pot de chambre. Une occurrence plutôt fréquente, puisqu'il absorbe à peu près tout et n'importe quoi, mais mémorable par son intensité et la douleur qui l'a accompagnée. Il se souvient avec une grimace de la souffrance qui lui a tordu l'estomac et du sang qui s'est mêlé au dîner rendu dans le pot de céramique.

    Mais il est habitué au sang. Il lui arrive d'en tousser un peu, de temps en temps. Ce n'est pas bien grave – il est increvable, de toute façon. Son visage s'illumine donc quand elle lui propose de tester un de ses élixirs. C'est un honneur qui efface presque la honte d'avoir été pris pour un vulgaire vendeur de drogues et qu'il n'a aucun mal à accepter, se pensant presque immortel.

    « Bien sûr, Mademoiselle MacNiven, avec grand plaisir ! Si je peux vous aider dans n'importe quel aspect de votre travail, je le ferai. J'espère pouvoir vous offrir des commentaires constructifs. » Il sourit de nouveau, guilleret comme un enfant à qui on promet un gros gâteau. Il n'a pas la moindre idée de ce qu'est l’élixir d'Ina et il s'en fiche : peu importe ce dont il s'agit, il lui fait confiance. Peut-être à tort.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 123
    Points : 120
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Peter Capaldi
    Crédit : Koschtiel
    Multicompte : Tristan Dubh
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 57 ans
    Métier : Herboriste
    Pouvoirs : Probabilités (moyen), Mensonge, Cauchemar, Réveiller des peurs enfouies
    Inconvénients : Incruste, Ochlophobie, Farceur, Incapable de laisser passer une défaite

    I killed a spider
    Not a murderous brown recluse
    Nor even a black widow
    And if the truth were told this
    Was only a small
    Sort of papery spider
    Who should have run
    When I picked up the book
    But she didn't
    And she scared me
    And I smashed her

    I don't think
    I'm allowed

    To kill something

    Because I am

    Frightened
    - Nikki Giovanni


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Poisons de fées | PV Ina

    Message par Ina MacNiven le Mer 19 Juil - 2:20

    Monsieur Ferguson, son fournisseur le plus surprenant et efficace, mais le plus étrange aussi. Ina était pourtant patiente ; ce monde imaginaire, Moire, dans lequel il l’a plaçait en princesse était perturbant, mais elle n’avait jamais voulu le vexer. Elle avait parfois de la peine de ne pas pouvoir discuter simplement de science, des mystères de la nature, de médecine et potion. Sa belle mère n’avait jamais été aussi passionnée qu’elle et trouvée des personnes qui ne s’ennuyaient pas pendant qu’elle expliquait certains procédés compliqués pour faire une teinture efficace. La visite matinale de Ferguson était toujours plaisante, mais moins quand elle lisait de la rage et de l’incompréhension dans son regard quand, visiblement, elle l’avait vexé en utilisant les mauvais termes pour parler de cette merveille noire.

    Non, elle n’avait pas envie de découvrir ce monde ou les rêves étaient créés. Cela lui donnait l’impression d’une mort certaine. Elle n’avait pas besoin de voyager sous les effets de la drogue pour s’émerveiller sur les beautés de la nature, encore moins si un Bibliothécaire devait lui ouvrir la porte.

    Le rayonnement d’Ina diminue, elle perd son sourire un instant, attendant de voir si la déception de son curieux herboriste allait rester inerte ou allait augmenter vers d’autres arguments qu’elle ne pourrait jamais comprendre. Une chance, elle sent la tension de son comparse aux aurores descendre. Il lui expliquer comment il fait pousser une telle fleure – et si Ina était une jeune femme normale, probablement qu’elle aurait rougi à cette invitation à venir voir ses installations.

    - Oh oui ! J’aimerais vraiment connaitre le secret pour faire pousser d’aussi beaux spécimens floraux avec le temps moche que l’on a à l’année. Bien sûr, il va m’en falloir beaucoup plus pour essayer d’en créer une huile que je pourrais mélanger à d’autres remèdes… et merci du conseil.

    Aucune intention déplacée, seulement la passion qui parlait. Elle avait vraiment envie de voir la technique pour faire pousser des plantes malgré les intempéries. Son boulot n’était pas de les faire pousser, mais de les transformer en de petits miracles pour la santé.

    C’est donc sous la suggestion d’Ina,de tester ses derniers produits qu’Archibald sembla s’illuminer soudainement. Heureuses comme si c’était noël, il accepta de gouter à ses potions et d’en faire des commentaires constructifs !

    - Votre avis est plus que bienvenue ! C’est moi, ma belle-mère ou les clients qui me donnent le plus souvent leur avis et je vous le dis, la clientèle se fait de plus en plus difficile ! Je ne fais rien qui me ferait entrer dans une société de scientifique, mais quand on me dit que mon sirop pour contre la congestion des poumons est trop amer ? Trop amer ! Vous imaginez ! Si je ne passais pas autant de temps à garder les priorités antihistaminiques du sirop sans que ça goute trop la merde… et ont me réponds …que c’est trop amer !

    La jeune femme pousse un soupir exaspéré, roule du regard puis sourit à Ferguson, puisqu’il devait définitivement comprendre ce qui l’énervait.

    - Ne bougez pas, je reviens.

    Enthousiaste, elle gamba derrière le comptoir puis disparut derrière le lourd rideau. Quelques minutes plus tard, elle revient avec un petit plateau, la langue légèrement sortie dans l’espoir de ne pas renverser son contenu. Elle marchait lentement et un petit cliquetis de flacon se faisait aller malgré tout. Satisfaite, elle s’arrêta devant son fournisseur, glissa le plateau vers lui puis le fixa un instant : est-ce qu’elle avait oublié quelque chose ?

    Non, le compte est bon.

    Une petite collection d’une dizaine de flacons, d’apparences et de grandeurs différentes, certains vraiment petits, d’autres plus grands tous en verre, qui laissait voir leurs contenus de différentes couleurs et pour finir des petits pots de bois fermés, contenant des onguents différents.

    - Voici mes dernières créations.

    _________________
     
    lost poison
    avatar
    The world is full of monsters with friendly faces.

    Messages : 100
    Points : 88
    Aurore
    Avatar : Aurora Aksnes
    Crédit : moi
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    40 / 10040 / 100
    Age : 21
    Métier : Apothicaire
    Pouvoirs : Chanteur de Talent (PM) + Thermorégulation (PC)
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau + Tendance Artistiques

    Think I can fly, think I can fly when I'm with U
    My arms are wide, catching fire as the wind blows
    I know that I'm rich enough for pride,
    I see a billion dollars in your eyes
    Even if we’re strangers til we die




    Mes clients et amis sont :

    [Liste de liens de Ina]


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Poisons de fées | PV Ina

    Message par Archibald Ferguson le Mer 19 Juil - 17:23

    Même si les intentions d'Ina avaient été déplacées, il est bien incapable de s'en rendre compte ou de seulement y songer. Il ne s'intéresse pas aux humains de cette façon, d'ailleurs il préfère s'y intéresser le moins possible en règle générale, et même s'il éprouve une certaine affection pour la jeune apothicaire elle ne fait pas exception. Ce sera avec fierté qu'il lui fera découvrir son installation mais il ne tient pas plus qu'elle à la voir rester sur ses terres plus longtemps qu'il ne le faudrait. Archibald aime la solitude, parce que dans sa solitude, personne ne le dérange, personne ne lui montre à quel point il est parti loin du monde réel dans lequel il est censé évoluer. Quelque part, il le sait, il sait que toutes ses visions du monde ne sont que des hallucinations et des méandres créés par son cerveau pour l'isoler un peu de ce qui le blesse, de ce qu'il ne peut comprendre. Cela lui convient. Si les choses se déroulent ainsi dans son vieil esprit malade, il y a une raison.

    Il remarque, bien sûr, que le sourire de l'apothicaire se ternit. Une part de sa personnalité sait que ses folies sont allées trop loin, que même la douce et patiente jeune femme ne peut faire face à tous ses délires ; l'autre, à la fois plus raisonnable et moins rationnelle, s'inquiète seulement de l'avoir blessée. Il n'en dira rien. La conversation a déjà changé de sujet et est revenue sur de la science pure et jamais Archibald ne se lasse d'en parler. S'il dévie parfois du chemin d'une discussion, celle-ci est peut-être l'une des seules à laquelle il revient toujours, quoi qu'il arrive. Il trouve dans les plantes et leurs miracles une certaine sérénité qui rend un peu moins nécessaires ses élucubrations et ses folies.

    « Le temps peut en fait être un allié, si l'on sait comment l'utiliser. L'humidité est favorable à la croissance de nombreuses plantes qui, à leur tour, aident leurs comparses à se développer. Je vous montrerai cela – je cultive une plante qui est une sorte de catalyste, la façon dont ses racines s'enfoncent sous terre et absorbent l'excès d'eau est passablement miraculeuse. Elle s'adapte aux autres geni plantés à proximité pour leur donner exactement la quantité d'eau dont ils ont besoin. Quant à cette hellébore, elle est extrêmement résistante, je l'ai vue survivre à des périodes de gel et même fleurir sous la neige. » Son ton est beaucoup plus calme, beaucoup plus naturel ; même sa posture a changé. Il est redevenu Archibald l'herboriste, Archibald le scientifique, au moins pour un temps. Nul ne peut prévoir quand sera sa prochaine dérive ou sa prochaine explosion. Même pas lui-même. En un sens, il espère qu'elle tardera un peu, qu'il pourra rester concentré sur Ina et reconnaître un peu la réalité : il ne veut pas perdre l'amitié de l'apothicaire, il ne veut pas perdre ces petits moments où il se sent un peu en sûreté.

    Il passe une main sur son front comme pour en chasser la lassitude. Rien n'est simple dans l'existence d'un vieux Fir Darrig, surtout quand il vit aux crochets d'un homme aussi tempétueux que Llewyn et a pour mission de retrouver un artefact pour le beau-frère de son logeur. Assis entre deux chaises, coincé en permanence entre deux loyautés, il se réfugie de plus en plus dans ses délires parce qu'ils sont plus simples à comprendre et moins dangereux à expérimenter. Le pire qui puisse lui arriver, à prendre des drogues suspectes et à passer sa journée au milieu de plantes dont la plupart ne demandent qu'à le tuer, c'est de mourir. Si Llewyn découvre son manège avec Seaghdh, son sort sera bien pire. Mais il refuse d'y penser. Pas aujourd'hui, pas maintenant.

    « Je ne vous recommanderais cependant pas d'en faire une huile, à moins de l'utiliser à un taux de dilution très important. Une infusion très légère serait de meilleure augure. En petites doses, elle semble avoir des propriétés purgatives. Je la soupçonne également d'avoir un effet sur la paralysie et la faiblesse des membres – mais je ne l'ai testée que sur moi-même. » S'il est vieux, il est bien vaillant, le père Archibald – tout au plus s'est-il senti débarrassé d'un peu de raideur dans le bas du dos et dans les mains. Mais rien que cela peut déjà faire un remède de valeur et il estime judicieux d'en faire part à l'apothicaire tant qu'il le peut encore. Tant que son esprit est clair.

    Il la suit du regard comme elle disparaît pour aller chercher ses remèdes. Qu'elle est jeune, mon Dieu – peut-elle vraiment être Oonagh ? Un éclair de lucidité lui dit que cette dernière serait plus âgée, proche de la trentaine, mais il est bien vite oublié. Elle ressemble trop à son enfant perdue avec ses cheveux blonds et ses grands yeux clairs et Archibald ne supporterait pas de la perdre à nouveau. Si cela doit tenir à une illusion, hé bien, tant pis. Parfois, les illusions sont bien plus cruelles que la vie.

    Ses longs doigts d'araignée glissent lentement sur le verre des flacons, il observe avec intérêt les couleurs et les textures de chaque liquide, soupèse les bouteilles comme pour mesurer la densité des différents remèdes. « Sacrée collection que vous avez là, » dit-il sans chercher à masquer son appréciation. « Lesquels voudriez-vous que je prenne ? J'ai une petite allergie à tout ce qui contient de la menthe mais pour le reste, je me tiens à votre disposition. Puis-je suggérer d'ajouter un peu de miel à votre remède contre la toux ? Non seulement le goût serait adouci mais en plus, le miel apaise la gorge. » Il se mord la langue pour s'empêcher d'en dire plus, de parler des minuscules lutins qui vont collecter le miel dans les ruches, du fait que les abeilles sont de petites fées d'une espèce moins connue que celle des Cours Féériques, qu'il faut honorer le miel comme un cadeau des cieux. Elle ne veut rien entendre de cela. Et il en est peiné – mais il le respectera.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 123
    Points : 120
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Peter Capaldi
    Crédit : Koschtiel
    Multicompte : Tristan Dubh
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 57 ans
    Métier : Herboriste
    Pouvoirs : Probabilités (moyen), Mensonge, Cauchemar, Réveiller des peurs enfouies
    Inconvénients : Incruste, Ochlophobie, Farceur, Incapable de laisser passer une défaite

    I killed a spider
    Not a murderous brown recluse
    Nor even a black widow
    And if the truth were told this
    Was only a small
    Sort of papery spider
    Who should have run
    When I picked up the book
    But she didn't
    And she scared me
    And I smashed her

    I don't think
    I'm allowed

    To kill something

    Because I am

    Frightened
    - Nikki Giovanni


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum