1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.

Embarquement immédiat | Alec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 5 Embarquement immédiat | Alec

Message par Fingall Munroe le Dim 9 Sep - 15:23


Run boy run! They’re trying to catch you

Fingall se réveilla de bon matin et d'excellente humeur. Entendez par-là d'humeur à jouer des tours à la ville entière. Il avait travaillé d'arrache-pied ces dernières semaines pour penser l'ouverture de son petit tripot au sous-sol de Claymore & Whisky dans les moindres détails. Caiden, son cousin, avait été d'une grande aide. Il fallait dire aussi que vu la somme d'argent investie dans cette histoire, c'était tout à son intérêt que cela fonctionne bien. Ce dont le rouquin avait vraiment besoin aujourd'hui était une journée de détente.

Quoi de mieux pour un lutin de se détendre en faisant des petites blagues ? Oh rien de trop extrême bien sûr, juste quelques petites farces... Après avoir mangé quelques patates bouillies de la veille, Fingall s'élança dans Edimbourg le sourire aux lèvres. Il laissa ses pas l'emmener où ils le souhaitaient et rencontra en chemin un groupe de gamin à qui il fit quelques tours de cartes. Un peu plus tard dans la matinée, il se cacha comme un idiot à des coins de rue et s'amusa à faire sursauter les passants quand ils arrivaient à son niveau. Il du abandonner l'idée au bout de quelques temps après s'être sérieusement fait menacer par une épée. Mais rien ne semblait pouvoir lui ôter sa bonne humeur du jour. Il arriva un peu après midi à Grassmarket et s'aperçut que son ventre criait famine. Malheureusement aujourd'hui était un jour où Fingall avait les poches plutôt vide, il allait donc falloir se montrer malin pour obtenir quelque chose à manger.

Le rouquin se balada dans le marché, l'air de rien et repéra une petite marchande  en bordure du marché qu'il n'avait encore jamais vu. Comble du bonheur, son étal présentait de magnifiques carottes ! Fingall n'était pas un voleur à la sauvette, il n'avait jamais aimé ça. Trop risqué et trop bas de gamme. Il préférait user d'un de ses talents pour obtenir ce qu'il voulait : le mensonge. En s'approchant de la jeune dame, il afficha son air le plus innocent. On y croyait presque... Il se lança dans un monologue expliquant qu'il faisait partie d'une œuvre de charité pour les enfants des rues et qu'il faisait actuellement le tour du marché pour voir si quelques commerçants voulaient bien faire dons de légumes. Les petits ont le ventre vides et ne le méritent pas, vous voyez ? La jeune femme semblait sceptique mais accepta de lui donner quelques légumes : un ou deux pas plus. Fingall continua son numéro de charme encore quelques instants pour la convaincre de lui donner plus. Il ne lésina pas sur les détails de la misère qui frappait ces enfants. S'il avait honte de ce qu'il était en train de faire ? Aucunement ! Elle accepta finalement de lui donner quelques carottes, six tout au plus. Fingall ne demanda pas son reste et fit demi-tour.

Dès les talons tournés, le charme qu'il avait réussi à opérer sur la jeune femme grâce à ses mensonges sembla cesser d'opérer. Il n'eut le temps de faire que quelques pas lorsque frappée par la vérité la marchande se mit à crier au voleur. Ni une, ni deux, Fingall pris les jambes à son cou ! Heureusement, il était proche de la fin du marché ce qui lui laissait un peu plus de liberté pour courir et il s'engouffra sans attendre dans les ruelles du cœur de la ville, dans l'espoir de semer les hommes qui s'étaient lancés à sa poursuite. Par chance, aucun membre de la garde n'était en vue... pour le moment !

Il couru pendant plusieurs minutes et s'arrêta à l'angle d'une rue près de West Port pour reprendre son souffle. Le quartier était légèrement plus calme par ici. Il décida de reprendre d'un pas normal, les bras toujours chargés des quelques carottes qu'il avait soutirées à la vendeuse. Un sourire s'afficha à nouveau sur son visage, fier de son coup. Mais le répit fut de courte durée, les hommes à sa poursuite pointèrent le bout de leur nez à l'angle de la rue, le cherchant du regard parmi les passants.

A ce moment-là, un jeune homme à l'allure athlétique passa à côté de Fingall et ce dernier pensa qu'il était temps de se trouver un compagnon de jeu. Ne cherchez pas à comprendre la logique d'un lutin... Sans demander son avis à l'homme qui passait par-là, il lui fourra quelques carottes dans les mains et lui dis d'un ton beaucoup trop enjoué pour la situation :

- Tu devrais te mettre à courir

Il éclata d'un rire enfantin et repris sa course tandis que les hommes l'avaient repéré et commençaient à s'écrier :

- Il a un complice, il a un complice !!


HARLEY-

_________________
EVERYBODY KNOWS

everybody knows that the dice are loaded, everybody rolls with their fingers crossed. everybody knows the war is over, everybody knows the good guys lost.
©ziggy stradust
avatar
Faileas

Messages : 85
Points : 163

Avatar : Caleb Landry Jones
Crédit : cranberry
Multicompte : /
Pseudo : skaapy

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 24 ans
Métier : Bookmaker, croupier, joueur et arnaqueur professionnel. Gérant d'un tripot
Pouvoirs : mensonges imparables - éveiller les peurs enfouies - agir sur les probabilités à faible niveau
Inconvénients : leurs blagues vont souvent un peu trop loin - fascination pour la couleur rouge - incapable de laisser passer une défaite


“Food to eat and games to play.
Tell me why, tell me why.
Serve it out and eat it up.
Have a try, have a try.”

Fire.



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: Embarquement immédiat | Alec

Message par Alec Craft le Sam 15 Sep - 18:04

 «Hein quoi ? »Furent les paroles les plus éloquentes que Alec put prononcer. Elle franchir la barrière de ses lèvres soudainement, accompagné de cris lointain. Dans ses pensées, il calculait des choses de palefrenier à son esprit, comme la date d'arriver des prochains chevaux à vendre que son père lui enverrait ou bien le nombre de botte de paille qu'il devrait racheter. En soit, des détails inintéressants au lambda, et qui ne donnerait rien de bien sensationnel dans une conversation.

Ce matin, il avait quitté son Unique et son Autre. Robyn et Tearlàch, les laissant dans le lit sans les réveiller. La maison des Tweedale a Edimbourg portait des stigmates d'indécences, que les domestiques taisaient jalousement. Pourquoi tant de complicité ? Peut-être parce qu'ils étaient bien payés et que les « maîtres »étaient attachants, qui sait ! Alec n'en savait rien, il remerciait déjà le ciel de lui permettre ce genre de chose, à peine effleuré par l'indécence de la situation. A dire vrai, ça lui passait au dessus, mais au dessus genre, à des milliers de km au dessus !
Il était le centre d'un trio étrange, où deux hommes et une femmes partageaient quelque chose, parfois, sa mère lui avait raconté que des couples sont étranges, que l'amour ne se commande pas, qu'à une époque Dieu n'existait pas, mais il ne l'avait jamais tout à fait cru. Aujourd'hui, il avait du mal à remettre ses paroles en doutes.

Enfin bref, il était allé promener son chien, pour qu'il se dépense un peu et Boy courrait déjà devant lui, gueule au vent, langue pendante, pour revenir en courant vers lui et repartir, alors quand il se retrouva avec des bottes de carotte dans les bras, il resta interdit, réalisa et hésita. Simplement dire qu'il n'était pas complice, était-ce une bonne idée ? Vu sa dégaine il n'avait pas le statut qu'il fallait, sa chemise sale puait le cheval, car il avait nettoyé les chevaux, et son air malicieux le condamnait, il soupira et siffla le chien qui revint vers lui immédiatement.

 « Hey attends ! » Balança-t-il à l'autre rouquin, qui s'était mis à courir, le suivant alors dans la course dans Edimbourg.

Autant se l'avouer, il fallut quelques temps, minutes, pour distancier les gardes, qui paraissaient moins à l'aise pour courir dans la cité, que les deux lutins. Alec , quelques carottes dans un coin, chopa l'inconnu par le col, et le fit passer par dessus un mur contre lequel il y avait des caisses, il le suivit alors, lui hurlant de rattraper les carottes, pris son chien et passa par dessus à son tour, non sans filer un coup dans les caisses. De là, ils se retrouvèrent à l'arrière court d'une sorte de boulangerie qu'Alec connaissait bien, il avait séduit il y a plusieurs mois la petite boulangère qui avait un peu mal pris de se faire trousser et délaisser. Bon après, il n'avait pas promis de grand amour après tout !

Enfin bref, il pressa le jeune homme à passer devant et se retrouva face à face avec le frère de ladite boulangère. Un mensonge gros comme le monde mais très convainquant, il fit signe à l'autre de passer devant pour s'en aller, tandis qu'Alec, un peu agité par cette course, chipait deux trois petits pains dans ses poches, histoire de casser la graine après tout ça. Ils purent sortir et filer en coupant dans la boutique d'en face, qui cette fois accueillait un vendeur de spiritueux bienheureux de voir celui qui lui avait vendu une magnifique monture, il lui fila une liqueur quelconque et Alec le remercia encore avant de passer par l'arrière court.

Ils finirent donc, de fil en aiguille, par avoir semé les gardes, affalaient et quant à lui essoufflé, dans un coin discret d'une ruelle, sous un porche où Alec reprenait son souffle, le chien aussi, n'en pouvait plus. Il pris un petit pain de sa poche, même deux et mordit dedans, jetant l'autre à son « complice ».

 « Bordel Dieu, j'ai rien compris à c'qu'il s'est passé, mais moi, c'est Alec ! » lâcha-t-il en tendant sa main à l'autre histoire qu'il se serre la pogne.

_________________
"Il faut regarder en direction de son avenir. Du coup, je regarde à côté de moi, ouai..." A son côté se trouvait Robyn Hay.
avatar
Faileas

Messages : 127
Points : 113
Ta tête Par défaut
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Crédit : @AM
Multicompte : Keith MacBain - Délëphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
20 / 10020 / 100
Age : 26 ans
Métier : Acolyte de toujours /Palefrenier
Pouvoirs : Mensonge imparable (1) éveiller des peurs enfouies (1)
Inconvénients : S’incruste chez les gens, Fascination pour la couleur rouge

"Il est étrange d'être un pécore cultivé, maniant l'épée du noble et sachant lire comme eux, peut-être même mieux. Mais au fond, personne ne le voit réellement, je me plais à faire l'imbécile. Et je le fais souvent...
Sauf quand je me dois de veiller sur elle -ce qui est une chose coutumière-. Mais en même temps, elle ne sait pas le faire pour elle-même"




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum