1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.
Lundi, 15 octobre 2018

Pause indéterminée du forum


Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 5 Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Message par Timothea Mormaer le Sam 8 Sep - 21:58


On dit que le conte de Barbe-Bleue fut inventé pour enseigner aux enfants à ne point fouiller dans les affaires de leurs parents, sous peine de découvrir en ces modèles de sagesse les pervers sanguinaires et cruels qu’au fond nous sommes tous. Les enfants qui logeaient à Jamieson Place, dans le quartier de Canongate, avaient plutôt le problème inverse ; non qu’ils soient cruels, au-delà de ce que la décence autorisait en tout cas, mais les braves petits avaient un tuteur qui fouillait dans leurs affaires bien davantage qu’ils ne cherchaient à fouiller dans les siennes. Ce n’était pas un ménage classique. Baroque aurait été un meilleur terme. Et un point en particulier les inquiétait : leur gouvernante pratiquait la métamorphose. Ils étaient bien certains que c’était diabolique, ça. Le Chevalier Jamieson refusait de s’inquiéter, comme à son habitude, mais eux, ils savaient : ils avaient bien vu…

C’était par un soir avant que ce dernier ne soit affreusement blessé ; il était tard, mais Barbara s’était relevée pour aller se plaindre d’un vilain cauchemar – arrivé à son petit frère, bien sûr, pas à elle – et s’était aventurée dans l’escalier qui menait au salon. Certainement, le Chevalier y faisait la fête avec ses amis. Il ne se passait guère de soir sans que l’un ou l’autre vînt boire à sa santé, et s’il y avait quelque utilité à ce rituel païen, bien certainement il vivrait centenaire. L’affaire n’avait rien de trop intimidant aux yeux de la petite fille. Elle les tenait tous en laisse sans la moindre difficulté, ces grands garçons bruyants aux gestes de moulins à vent. Mais elle était tombée sur un parfait inconnu, debout sur le seuil, vêtu d’une cape, d’un pourpoint à la française, de hautes bottes de cavalier, portant l’épée et le chapeau à plume, fort fier et le cheveu long, noué sur la nuque d’un catogan serré.

Sans bruit, Barbara s’était tapie pour l’observer. Il avait fait claquer sa voix comme un fouet, appelant le maître des lieux dans une langue – non, pas inconnue – Barbara en avait reçu quelques cours et commençait à comprendre le français, même s’il n’était pas articulé à la perfection. D’ailleurs, la morgue avec laquelle le cavalier prononçait ses ordres leur donnait un cachet assez déchiffrable. Elle avait retenu son souffle lorsqu’il s’était impatiemment tourné vers les marches, prêt à partir sans attendre ; et leurs regards s’étaient croisés. Alors, elle avait pris la fuite. C’était la gouvernante, elle en était sûre. Toute – non, pas déguisée en homme – toute transformée. Son tuteur avait eu beau lui assurer, le lendemain, que c’était le frère jumeau de Timothea, et qu’il ne reviendrait pas si elle en avait peur… impossible de le croire. Elle avait bien vu ce regard acéré. Impossible de l’oublier.

Le cavalier, pour sa part, s’était contenté d’un petit sourire en coin ; puis il était parti pour cette promenade au clair de lune, en compagnie de Breac Jamieson qui lui assurait que cette ville possédait un bordel digne de ce nom. Louis-Auguste, capitaine des dragons, héros de guerre et espion réformé, ne demandait qu’à voir, et qu’à être impressionné. Mais il faudrait beaucoup de talent pour impressionner un Selkie.

Ils avaient d’abord pris la grande porte, parce que ça amusait Breac, et que Louis-Auguste était d’humeur magnanime, puis il était revenu seul et avait pris la porte du port, parce qu’il n’aimait pas se dire qu’il n’était qu’à moitié en pays conquis. Cette première visite avait d’ailleurs été moins amusante que la seconde. Breac s’était contenté de s’asseoir dans un coin, en faisant semblant de regarder les spectacles, et de boire comme un vil campagnard qui n’a jamais mis le pied dans un bordel et ne sait pas à quoi ça sert. Il avait commencé à raconter sa vie ; Louis-Auguste n’aimait pas cette version. Il s’était éclipsé avec une sublime jeune femme, et depuis, il revenait parfois la voir, très discrètement, très tard, sans donner son identité, sans rien raconter à son sujet, que des fables que nulle n’aurait été assez candide pour croire, surtout en un pareil lieu. L’inconvénient de l’heure, c’est qu’il n’arrivait pas le premier. L’avantage, c’est qu’il ne croisait quasiment personne dans les rues.

Et ce soir-là, bien que l’ambiance à la maison soit désormais au drame, ou peut-être à cause de cela, il avait eu envie d’une telle nuit blanche. Il avait besoin de solides distractions. En arrivant, il demanda Moncha, avare de mots comme le sont les impatients, tout en alignant d’avance la monnaie pour la soirée. Il avait eu droit à toutes les réponses, au fil de ses visites : Oui, la demoiselle habituelle est là, libre et ravie de lui tenir compagnie ! - Ah ? On dirait que le monsieur précédent a bientôt fini… mademoiselle sera libre d’ici un quart d’heure, et pimpante comme au premier soir de sa vie de femme. (C’est un métier.) - Mademoiselle est occupée avec un client qui ne plaisante pas, et qui verra d’un mauvais œil l’arrivée d’un concurrent ; il en a pour la nuit sans doute, - Ou encore : Mademoiselle est indisponible. Enfin, à part pour de la conversation. Oh, un soir comme celui-là, il était prêt à payer pour une simple conversation.
avatar
Faileas

Messages : 34
Points : 190
La Gouvernante, ça déconne pas !
Avatar : Danila Kovalev
Crédit : Breac did it
Multicompte : That Jamieson bastard
Pseudo : Don't bother with that

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 31... Goujat.
Métier : Gouvernante française
Pouvoirs : Empathie avec les animaux de l'Ecosse, chant et danse
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, loup de mer, tendance artistique, empathie exacerbée


My stars shine darkly over me ; the malignancy of my fate might, perhaps, distemper yours ; therefore I shall crave of you your leave, that I may bear my evils alone. It were a bad recompense for your love to lay any of them on you.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Message par Delëphaïne O’Hayre le Dim 16 Sep - 11:58

La taule avait l'visage fracassé, elle dégueulait du côté du port, sa devanture défigurée. Sa gueule s'ouvrait donc sur l'port, là où une d'ces maudites pièces d'artillerie avait décidé de tout bousiller sur sa v'nue. La délè en avait encore pas accepté les détails, déjà qu'elle n'avait pu monter au bord du navire échoué, l'détail de cette frénésie avait eu raison d'son humeur. Si harlow r'foutait les pieds chez elle, elle les lui couperait ou l'foutrait au fin fond d'la flotte, en l'emportant dans les tréfonds du port. La sirène noierait l'marin et sans aucun êtat d'âme. Déjà, il lui d'vait les réparations, et même si elle savait qu'elle pourrait bien n'jamais le lui demander d'face à face, elle machouillait c't'idée d'long en large dans sa caboche, enfin, quand elle avait pas mieux à faire.

Dépenser d'l'argent pour sa taule, ça allait encore. Faut dire, qu'elle avait eu bien des idées dans sa vie, et qu'à défaut d'faire lavandière, comme elle aurait pu, s'fracassant les mains dans l'eau glacée, elle avait voulu, l'toit sur sa trogne. Elle dirigeait, elle était cher et pratiquement innacessible, puis bon, elle avait bien assez d'petite pour faire les offices du crépuscule...dans son lieu de culte à la débauche, on s'fait bénir l'berlingot, les bonhomes étaient tous curés trempant leur goupillon et les messes avaient l'odeur du foutre. C'tait l'métier l'plus vieux du monde et pour elle, l'plus simple.

C'soir là, elle s'était installée à une table, dans l'coin, histoire d'surveiller. Elle lorgnait les bonhomes et dévisageait les autres, s'demandant au passage, si dans l'silence elle devrait pas proposer des jeunes hommes à la pitence de bougre. Elle s'faisait l'estimation, du pour, du contre, l'pour remportant surtout à cause d'l'argent qui découlait d'l'idée, mais bon...y avait des contres non négligeable !

Dans sa pensée, elle naviguait aussi sur les trognes des hommes présents, la plupart avait du r'passer par la vérification, savez, l'moment où l'on montre pénis propre à la dame qui lorgne vos bijoux, histoire d'déceler boutons ou autres qui pourraient bien faire éveiller l'soupçon d'une chaude pisse ou autre. La délè n'rigolait pas sur l'hygiène à c'sujet, parce que bite malade, veut dire filles malades, perte d'argent etc etc...

Elle vint à pousser un soupir, prenant sa pipe dont elle allume le tabac, elle s'désintéressa un peu d'tout ça, jusqu'à c'qu'elle entende c'lui qui réclamait Moncha. Elle lorgna vers Lui, s'cala d'façon confortable dans la banquette, et porta s'pupilles sur lui, sans cesser d'le dévisager. Elle tira sur sa pipe, et s'laissa conquérir par l'tabac avant d'lui faire signe d'venir s'prendre un siège.

 « Va nous prendre l'whisky Lorna. » Injecta-t-elle d'un ton neutre à une des p'tites, la voyant s'faufiller.

La Délè s'tenait comme une matriarche maîtresse d'son lieu, corseté d'rouge, juponné d'même, elle portait la tenue carmine indécente et l'sourire sur ses lèvres jouaient avec sa trogne. Ils étaient envieux ceux qui pouvaient s'retrouver à boire un verre en sa compagnie, alors qu'elle claquait les tromperies d'sa nature pour qu'ils soient charmés. C'était d'la triche, mais ça faisait venir l'client aussi tout comme ces p'tites besogneuses...

 « Vous v'la mon cher Chevalier, j'vous avais dis que nous prendrions un verre ensemble...puisqu'il vous faut attendre la p'tite, j'vous invite. » Insigne honneur, il est vrai, rien n'était jamais gratuit ici, mais il était d'ceux qu'on aime à avoir en clientèle, Moncha l'disait, alors...fallait les bichôner ceux qui viennent dépenser d'l'argent sans forcément besogner les putains...mais bon, ça l'intriguait aussi la Ceasg...t'être pour ça qu'elle le conviait.

_________________



"Quelque soit le brigand il y a la corruptrice
Conscience du pouvoir qui dort entre ses cuisses.
Qui susurre les ordres et les avis funestes ?
Vous, mes soeurs les salopes, les putains et les pestes !"



avatar
La Délè

Messages : 117
Points : 135
Ta tête Par défaut
Avatar : Beth Ditto
Crédit : Siid
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 38 ans
Métier : Maquerelle "A la taule des sonnettes"
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Fin limier (1) - Apnée longue durée (1) - Fétiche (5)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Matérialisme excacerbé - Appel de la mer - Désastre nautique - Syndactylie (pieds)
"Sur mon lit calciné
Lascive et si cruelle
Comment pour m'invoquer
Faut-il que l'on m'appelle ?
Mes diables et mes hommes
Et Dieu même en personne
Tout simplement me nomment :
« Patronne »"



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Message par Timothea Mormaer le Dim 16 Sep - 12:48

"Delenda Carthago."

Le couvre-chef se décolla du front dégagé, exécuta une volte contrôlée dans l'espace libre, et alla balayer le sol en une révérence des plus... excessives. Louis-Auguste en faisait des tonnes ; il fallait s'y attendre, c'était dans sa ligne de conduite. Et il y avait ce petit aspect sentimental touché au vif, qu'il dissimulait sous un sourire de requin mondain, à revoir ces lieux où il était la première fois entré à la suite de Breac Jamieson. Le flambeur avait insisté pour prendre l'entrée des bourgeois bien sûr, ce n'était donc pas exactement le même cadre ; mais difficile de penser à autre chose ce soir, alors que les lieux mêmes avaient essuyé le choc des canons, et en portaient encore les traces.

Surnommer un peu la taulière, et lui servir une courbette digne des plus rudes marquises n'était qu'une bien piètre consolation.

"Je suis navré, mais je ne serai peut-être pas au mieux de ma forme ce soir... Si je me laisse aller à boire un peu trop. Mais j'ai de quoi accompagner un premier whisky." Comme en un tour de passe-passe, le Chevalier français sortit de son manteau, avant de le laisser accroché quelque part avec la négligence de celui qui peut s'en racheter un – merci la fortune des enfants – une boîte de mignardise, peinte de petits poissons tournoyant en rond dans le mystère des ondes, sous des feuilles de nénuphars et quelques nymphéas ouverts. En l'ouvrant, il dévoila les pâtes de fruits aux couleurs vives qui annonçaient les parfums proposés.

"Pour vous, très chère, et pour votre adorable Moncha. Ma petite enquête m'a appris que vous avez tiré d'affaire un ami à moi, qui a failli succomber de ses blessures lors de l'attaque du port. Vous avez attiré l'attention de la garde sur sa chute dans les eaux, et il a pu être repêché de justesse. A vous deux, du fond du coeur, merci."

Le chagrin de Louis-Auguste à ces tristes pensées venait surtout d'une ambiguïté fondamentale : ses sentiments envers la personne qui avait causé toutes ces destructions, à savoir l'infâme corsaire qui s'était mis en tête de bombarder les civils, étaient plus que mitigés. Thea l'aimait beaucoup, ce monsieur, malgré leurs légers... différends. Louis-Auguste, naturellement, n'avait aucune patience pour ce vil écumeur, indigne des idéaux de la guerre en dentelles.

Mais qu'à cela ne tienne. Ce soir, il allait se changer les idées en s'étourdissant les sens. Du moins, il allait essayer. Il fit un dernier pas pour rejoindre la Délé et lui plaqua un baiser sur la joue, avant de lui adresser ce sourire désarmant qui lui évitait, généralement, de recevoir les gifles qu'il aurait méritées.

Endosser l'habit de Louis-Auguste suffisait généralement à le rendre plus primesautier face à la mort, plus philosophe et insouciant, mais il peinait à se détacher du sujet qui l'occupait. La maison était pleine de plaintes, le chien hurlait à la mort dans le salon, les enfants pleuraient dans leur chambre, et l'on ne savait guère encore si cet autre Chevalier, Breac Jamieson, passerait la nuit. Et sa gouvernante, ne supportant plus cette ambiance affreuse, avait envie de se réfugier dans les bras d'une femme, autant pour y trouver refuge et repos que pour y défouler ses passions charnelles. L'un n'empêchait pas l'autre, n'est-ce pas ? Tant il est vrai que l'homme est un animal pétri de contradictions.
avatar
Faileas

Messages : 34
Points : 190
La Gouvernante, ça déconne pas !
Avatar : Danila Kovalev
Crédit : Breac did it
Multicompte : That Jamieson bastard
Pseudo : Don't bother with that

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 31... Goujat.
Métier : Gouvernante française
Pouvoirs : Empathie avec les animaux de l'Ecosse, chant et danse
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, loup de mer, tendance artistique, empathie exacerbée


My stars shine darkly over me ; the malignancy of my fate might, perhaps, distemper yours ; therefore I shall crave of you your leave, that I may bear my evils alone. It were a bad recompense for your love to lay any of them on you.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Message par Delëphaïne O’Hayre le Ven 28 Sep - 21:40


La Délè n’pigeait pas grand chose à c’te langue qu’il prononça, mais elle fit bien comme si. Elle s’rait pas incapable d’aller tirailler l’poète du coin, pour qu’il lui fasse la traduction. Elle s’contenta donc d’lorgner son visage, d’dévisager sans vergogne la finesse d’ses traits et d’le voir agir.

Avec ses airs d’matrone pas commode, et son attitude d’géante qui s’impose, on aurait pu croire qu’elle était hostile. Mais ceux qui la connaissaient, savaient l’insigne honneur qu’elle faisait au chevalier. Après, faut dire qu’ça lui plaisait d’causer avec l’français, elle avait l’goût pour choisir les bonhommes qui l’entouraient. Qu’ce soit, l’vieux fou qui la baratinait sans vergogne ou l’petit voleur, elle aimait la diversité. Pis elle avait une nécessité…son b’soin d’tendresse s’enrobait des visages qui la côtoyaient. Voilà tout.

Elle l’trouva théâtral, mais c’tait bien plaisant ! Il n’refusait pas le whisky mais n’en annonçait qu’un. C’la n’la dérangea pas, elle n’cherchait pas à l’souler, un client saoul était moins agréable pour une fille, déjà, ça bandait mou et ça pouvait d’venir mauvais. La Délè les préférait plus clair qu’ça. Il déposa une boite joliment décoré et elle eut un rictus charmé et ravi. Cela déforma ses lèvres d’une exquise façon, tandis qu’elle attendait qu’il pose ses miches.

« C’t’était pas bien la peine…les gardes nous dérangeaient, c’tait une manière d’les occuper ! » Peu lui importait ce sauvetage, et fallait pas qu’on commence à croire qu’elle pouvait sauver des bougres. Bien qu’c’t’e vérité allait finir par s’établir. L’vieux bonimenteur, l’homme du port et bientôt…ah bientôt. « La boite va bien plaire à la p’tite. » C’t’était presque affectueux, Moncha aimerait la boite joliment travaillé, Délè apprécia. Elle aimait qu’on gâte ses travailleuses, ceux qui f’sait c’genre de chose, et bien ils avaient du plus à la taule. Quoi qu’on en dise, elles étaient toutes ses précieuses, précieuses ressources d’argent et précieuses choses…

Pudeur ou timidité, il vint bécoter la joue ronde, elle apprécia. Délè pouvait être séduite par beaucoup d’chose, c’tait l’fait qu’on s’intéresse à elle qui suffisait. Enfin, en que’que sorte. C’était comme ça qu’ça fonctionnait, les hostiles n’avaient pas c’genre d’chose, ils étaient traités bien durement et séchement, mais quand on v’nait pour être aimé, alors…

« Elle vous plait, ma p’tite Moncha hein ? »

Elle était pas peu fière d’cette capture. Après tout, elle lui était venue comme du pain béni et elle était en bonne voix pour d’venir une p’tite privilégiée, l’truc en fait avec la donzelle, c’t’ait qu’il suffisait d’lui passer des bricoles un peu brillante, pour qu’elle soit bien heureuse.

« J’pense qu’elle vous aime bien aussi. »

L’danger entre un client aimant sa prostituée, c’t’ait qu’elle pouvait lui tourner l’boulon pour qu’il veuille racheter sa dette. V’la un truc qui l’arrangeait pas, mais bon, y avait milles moyens pour qu’ça n’arrive pas. Elle connaissait les bonnes personnes pour empêcher c’genre d’chose. Elle s’redressa un peu et s’mit à servir un bon verre chacun…

_________________



"Quelque soit le brigand il y a la corruptrice
Conscience du pouvoir qui dort entre ses cuisses.
Qui susurre les ordres et les avis funestes ?
Vous, mes soeurs les salopes, les putains et les pestes !"



avatar
La Délè

Messages : 117
Points : 135
Ta tête Par défaut
Avatar : Beth Ditto
Crédit : Siid
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 38 ans
Métier : Maquerelle "A la taule des sonnettes"
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Fin limier (1) - Apnée longue durée (1) - Fétiche (5)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Matérialisme excacerbé - Appel de la mer - Désastre nautique - Syndactylie (pieds)
"Sur mon lit calciné
Lascive et si cruelle
Comment pour m'invoquer
Faut-il que l'on m'appelle ?
Mes diables et mes hommes
Et Dieu même en personne
Tout simplement me nomment :
« Patronne »"



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Message par Timothea Mormaer le Sam 29 Sep - 10:04

Il y avait chez Louis-Auguste de Belmont une tendance quasi maladive à l'exagération verbale. La retenue affectée n'avait plus sa place dès lors qu'il portait la cape et l'épée. Il suffisait de le lancer sur le chapitre de Moncha, territoire charmant dont il avait exploré les rivières et les vallons en détails, pour qu'il ne tarisse plus d'éloges.

"Elle est jolie comme un coeur, déjà. Vous savez, j'ai une âme d'artiste." Ce mot, sans qu'il sache pourquoi, faisait refleurir son accent de Versailles. "Rien qu'à la contempler, à écouter sa voix, je me sens bercé par les vagues de la beauté. C'est une consolation face à la laideur objective du monde."

Pendant quelques instants, il songea qu'il aurait été plaisant de commander à Jamieson une de ces chansons à boire, dont le rythme dépassait de loin la profondeur des paroles, sur ce thème : la beauté comme consolation. Il se mordit la lèvre. Son regard se promena vainement sur les mille distractions qui l'appelaient, terminant par son interlocutrice. Elle n'était pas vilaine femme, elle non plus. Ses apprêts criards respiraient la bonne volonté de plaire. Il ne pouvait être insensible à de tels efforts, fussent-ils maladroits. Jamieson et ses vêtements de parade. Jamieson et ses plaies béantes. Pourquoi fallait-il toujours qu'ils se côtoient dans un contexte d'infirmerie ? Pourquoi fallait-il maintenant qu'ils aient échangé de place, lui debout et Breac étendu, suspendu, entre vie et mort ? Il était jeune, c'était à lui de risquer ainsi l'agacement final de la Faucheuse. Tout cela n'était qu'une méprise absurde. Et cette femme en face de lui, qui prétendait n'avoir rien fait.

"Et puis ne vous défendez pas. Laissez-moi être reconnaissant, à toutes deux, car vous étiez là ensemble, je crois ? J'ai besoin d'éprouver quelque chose de bon envers quelqu'un, ce soir."

Cela lui était bien égal que la demoiselle arrive et l'entende s'épancher à son égard, il comptait se montrer tout aussi franc envers elle lorsqu'ils seraient dans l'intimité. Ou même devant le reste de la clientèle, qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ? Qu'un seul, ou plusieurs, de ces mauvais plaisants d'Ecossais vienne railler son lyrisme ou lui faire la moindre remarque désobligeante... Non, à la réflexion, il n'avait aucune envie de se battre. En tout cas, aucune envie de voir couler le sang de son prochain. Trop de sang, trop de rictus de douleur, et surtout trop de larmes ; il lui fallait maintenant des sourires, pour en nourrir l'appétit d'étincelles qui ne quittait jamais son coeur.

"Quel noble établissement, si nécessaire à la paix publique, à l'harmonie des ménages et à la satisfaction des coeurs..." conclut-il pensif, "j'ai fort envie de lui faire un don pour en soutenir les embellissements. Si d'aventure vous trouvez à me présenter quelque ancien Jacobite avec qui nouer une certaine affaire, je tiendrai cette parole."

Ce n'était pas une flatterie. Il pouvait se présenter ici quand bon lui semblait – le soir couché, cependant, et les enfants aussi – et réclamer son dû en tendres attentions contre une somme d'argent. C'était un luxe bien confortable. Quoi qu'il arrive à l'extérieur, ici les belles seraient au rendez-vous, artificiellement gracieuses, artificiellement heureuses, et sincèrement disposées à se jeter comme autant de mouettes sur les richesses qu'il déposerait à leurs pieds, tel un conquérant revenu de lointaines contrées où l'on trouve l'or au fond des ruisseaux. En ce moment, enivré de fatigue et de mélancolie davantage que de whisky, il leur aurait offert les bagues de sa mère, des châteaux en France, mais certes pas leur liberté. Au contraire, il tenait à ce qu'elles soient toujours ici, disponibles pour un renouvellement du contrat.

La discrète :
Succès/succès : Moncha n'a rien entendu de ce petit échange, et les rejoindra en toute innocence.
Succès/échec : elle n'a entendu que la dernière phrase.
Echec/succès : elle a tout entendu, mais pas clairement, et a mal interprété certains mots.
Echec/échec : elle a tout entendu clairement.
avatar
Faileas

Messages : 34
Points : 190
La Gouvernante, ça déconne pas !
Avatar : Danila Kovalev
Crédit : Breac did it
Multicompte : That Jamieson bastard
Pseudo : Don't bother with that

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 31... Goujat.
Métier : Gouvernante française
Pouvoirs : Empathie avec les animaux de l'Ecosse, chant et danse
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, loup de mer, tendance artistique, empathie exacerbée


My stars shine darkly over me ; the malignancy of my fate might, perhaps, distemper yours ; therefore I shall crave of you your leave, that I may bear my evils alone. It were a bad recompense for your love to lay any of them on you.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Message par Ceann-Uidhe le Sam 29 Sep - 10:04

Le membre 'Timothea Mormaer' a effectué l'action suivante : Le Destin


#1 'Succés/Echec' :


--------------------------------

#2 'Succés/Echec' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Message par Delëphaïne O’Hayre le Dim 14 Oct - 22:18

La Délè aimait entendre c’genre d’chose. Les paroles sur ses p’tites, elle pouvait alors, envisager comment elle pourrait faire en sorte qu’le bougre paye un peu plus. Car c’tait bien l’important. Comment soutirer un peu plus d’monnaie pour sa boutique. Mais autant dire qu’c’tait pas plus mal pour Moncha, si elle jouait avec la taulière, elle mont’rait forcément en grade. Voilà l’truc. La Délè détestait celles qui s’amouracher comme des pucelles. Elles s’mettaient des impossibilités d’liberté dans la caboche et ça foutait tout en l’air.

Bien entendu, la taulière n’était pas narcissique. Elle écoutait sans s’formaliser, elle avait un truc c’te petite qui pourrait lui donner beaucoup. Peut-être enfin celle en qui elle verrait une héritière. Muai, c’était un peu tôt pour y penser et elle s’contenta d’apprécier les paroles du chevalier. Parce qu’elles promettaient d’tirer sur sa bourse, à voir comment la p’tite le jouerait.

« C’bien la première fois qu’j’ferais que’que chose de bon pour qui qu’ce soit. » Ce n’était pas tout à fait vrai, tout à fait faux. Délè n’faisait jamais rien pour personne, sauf protégé et encore. Elle n’avait pas voulu sauver l’bougre, elle espérait que ça la servirait. Mais ça n’avait pas fonctionné, elle eut pourtant l’sourire qui laissait entendre qu’c’était rien.

Quand il parla d’argent, la Délè eut un petit sursaut intérieur. Cela lui émoustillait l’humeur ceasg, elle s’renfrogna dans son assise, porta son verre à ses lèvres et parla. « L’est important qu’c’t’endroit, vous avez raison. Les bonnes dames font pas c’que nous faisons, si vous avez l’humeur à la donation, faites. J’devrais pouvoir vous arranger la rencontre. »

Bah oui, c’tait l’plus important, elle adorait quant on lui d’mandait des choses aussi aisément et ça tombait magnifiquement, la créature eut un sourire de nouveau avant qu’ses yeux n’s’attirent sur la p’tite, elle eut un signe de tête, comme pour signaler au chevalier qu’sa belle était là. Et encore assez bien apprêté, l’client d’vait pas être trop secoueur.

_________________



"Quelque soit le brigand il y a la corruptrice
Conscience du pouvoir qui dort entre ses cuisses.
Qui susurre les ordres et les avis funestes ?
Vous, mes soeurs les salopes, les putains et les pestes !"



avatar
La Délè

Messages : 117
Points : 135
Ta tête Par défaut
Avatar : Beth Ditto
Crédit : Siid
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 38 ans
Métier : Maquerelle "A la taule des sonnettes"
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Fin limier (1) - Apnée longue durée (1) - Fétiche (5)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Matérialisme excacerbé - Appel de la mer - Désastre nautique - Syndactylie (pieds)
"Sur mon lit calciné
Lascive et si cruelle
Comment pour m'invoquer
Faut-il que l'on m'appelle ?
Mes diables et mes hommes
Et Dieu même en personne
Tout simplement me nomment :
« Patronne »"



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 5 Re: Un vieil habitué [PV Délé puis Moncha]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum