1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.
Lundi, 15 octobre 2018

Pause indéterminée du forum


[EVENT V] Chaos in Leith

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 4 [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Niseag le Lun 6 Aoû - 18:51

event
CHAOS IN LEITH
Quel est ce bruit qui retentit à tes oreilles ? C’est sourd, massif, angoissant. Tu sens un peu le sol trembler sous tes pieds et rapidement, au loin, tu entends les cris d’alerte et d’horreur. C’est une journée caniculaire, comme beaucoup d’autres ces derniers temps et le Soleil semble te tuer alors que tu te précipites plus ou moins rapidement vers la source du chaos.

Et l’horreur se dévoile sous tes yeux. Un bateau s’est encastré sur les berges du port, vomissant ses planches partout sur la jetée. Au vu des brisures, il devait être jeté à pleine allure lorsqu’il s’est écrasé ici, emportant avec lui un bâtiment dont le nom n’est pas sans rappeler celui d’une tête importante du Castel. Ce dernier est en train de se remplir lentement d’eau de mer alors que les soldats en faction, encore un peu sonnés par le choc, s’efforcent de sauver ce qui peut l’être, voire de colmater au possible le navire pour lui éviter de couler aussi bêtement.

Déjà, des volontaires ou des voleurs, tu n’en sais trop rien, grimpent aux cordages du bateau étant venu s’échouer, probablement en quête de quelqu’un à aider ou d’un quelconque butin à ramasser. Fait étonnant, le bateau semble être vide de tout occupant…

Mais pour l’heure, Leith est plongé dans un chaos sans nom, entre les blessés, les opportunistes et les bonnes âmes, qui ferait attention à une ombre au milieu de la foule… ?
avatar
You are the monster I claim

Messages : 229
Points : 348

Avatar : Scotland
Crédit : Marbhadh
Multicompte : /
Pseudo : Marbhadh

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Niseag le Lun 6 Aoû - 18:51

Les règles spéciales
Event : Chaos in Leith


En résumé :
En participant à cet event, vous acceptez que votre personnage soit malmené par le tueur et les MJs et toute menace qu'ils décideront bon de mettre en travers de votre route. Marbhadh étant ce qu'il est, vous pouvez largement vous attendre à ce qu'il y ait des effusions de sang et quelques traumatismes. L'event se déroule au port de Leith.

  • Il est possible de scavanger le bateau fantôme. Un dé garde devra être lancé. Si la garde n'intervient pas, vous pouvez repartir avec votre butin qui sera représenté par un nombre de points reçu suite à un lancé de dé. (explications plus bas)
  • Les personnages réussissant à repartir avec un butin devront lancer un dé Sreath-Mhurtair. Ce dé n'est pas destiné à blesser mais à servir d'échelle pour mesurer la quantité de votre gain. Voici l'échelle de gains possible ;

    • Échec critique : 20 points
    • Échec alarmant : 50 points
    • Échec anodin : 75 points
    • Blessure superficielle : 100 points
    • Blessure grave : 150 points
    • Blessure mortelle : 300 points

    Accompagnant ce dé, un dé Succès/Échec vous sera demandé. En cas d'échec, votre personnage sera maudit pour le prochain cycle. (-1 à tous les jets de dés)
  • Pas d’ordre de tours imposés, évitez juste peut-être de répondre en cascade pour laisser a vos camarades la possibilité de jouer.
  • Tout le monde est actuellement dans le même sujet. Vous pouvez en créer d’autres mais nous vous encourageons à l’interaction avec un maximum de membres. Si vous voulez créer un nouveau sujet, merci de noter clairement [EVENT V] dans le titre du sujet.
  • Le dé revanche est de retour et à nouveau utilisable le temps de l'event. Il ne peut être utilisé que contre le tueur en guise de revanche pour une attaque, il peut cependant aussi servir comme dé d'attaque entre personnages armés.


avatar
You are the monster I claim

Messages : 229
Points : 348

Avatar : Scotland
Crédit : Marbhadh
Multicompte : /
Pseudo : Marbhadh

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Lawrence Harlow le Lun 6 Aoû - 19:21

A l’horizon, les voiles pourpre du Hurley traverse la ligne d’horizon, sans solitude, il s’accompagne de pavillon de crâne, deux autres navires l’entoure, portant le crâne des forbans. Que sa majesté aille se faire foutre, bien poliment, la vie de corsaire ne vaut pas celle de pirate. Les océans lui manquent, la houle, les vagues, les hurlements et les trésors, la vie monotone de la capitale défigure son esprit, plus encore que cette cicatrice à sa narine.

Qui aurait cru que le hasard, veuille que Davy Jones massacre lui-même le navire et offre une voix royale à Lawrence Harlow ? A moins que des selkies ne se soient permis de saisir l’équipage en entier et le faire dériver jusqu’au port, dissimulant les corps si bien au fond des eaux, qu’on ne pourrait jamais les retrouver. Hormis par nature de Ceasg ? Posez-vous la question !

Ainsi donc, les drapeaux noirs flottent aux mâts des trois navires, le Hurley et ses 40 canons, qui vient, d’une élégante manœuvre, alors que les créatures à son bord veillent à faire souffler le vent. Il en a des bestioles à son bord le capitaine, veillant sans honte à tricher ouvertement, forban assagis décidé à redevenir plus que méprisable, narine en moins mais cœur vaillant à la tâche. Un instant, les affables corrompus de richesse se pressent, fous et furieux, ignorants les pirates sortant des eaux, ceux qui se sont glissés dans la foule, pour l’exulter de violence.

Un feu prend, un premier, aux entrepôt voisin, le but, les flammes, et sous ce signal brûlant, le premier tir. Puis un second, et les 40 canons du Hurley, armés par la couronne même, expulsent leurs projectiles, fracassant les demeures sur le port, et même, hélas, la bonne vieille Taule qui n’a rien demander.

Cela fendrait presque le cœur de Harlow, qui admire ce massacre en hurlant ses ordres, main accrochée aux cordages, sur le bord du navire. Les deux autres navires ne tirent pas, ils ont déversé nombre d’écumeur maudit vers le port. Aujourd’hui, sous le magnifique soleil brûlant qui endiable les dragons, Harlow redevient le vil qu’il a toujours été, et que seul un être n’a jamais vu autrement !




_________________


"Forban de Calédonie
Mena gargue sous rude breuvage
Dû mordre bien senti
La lame dans son visage"
by the fabulous Ælpein

avatar
Faileas

Messages : 73
Points : 190
Ta tête Par défaut
Avatar : Henry Cavill
Crédit : Carmina
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft - Delèphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmina

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 39 ans
Métier : Corsaire de sa majesté
Pouvoirs : Insensibilité à la chaleur (1) - Agilité naturelle (1) - Dentition acérée (1) - Armure naturelle (3) - Ossature incassable (3)
Inconvénients : Cornemuse sa mère - Alcoolique - Cannibale - Sang Froid - Emetophobe

Je n'ai pour la terre que mépris entier, préférant les vagues des océans et le tumulte des mers, méprisant le calme granuleux d'un socle stable. Sur la terre, il n'y a rien, que des dangers prévisibles, alors qu'au grès des ressacs, je trouve la fougue, la passion et l'absolu!

Je ne suis loyal qu'à mon Nom et encore je suis en vérité un MacLeód of Raasay, loyal aux océans et à ma compagne et j'ai le mauvais dans le sang. Les lois des hommes m'indiffèrent au plus haut point, comme vos avis plein de petitesse sur mon existence.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Breac Jamieson le Lun 6 Aoû - 21:52

« ...Une femme magnifique ! Avec un accent italien, et un loup de satin noir et de ces petites perles en forme de larmes – noires également – et… ça t’ennuie ce que je te raconte ? »

Plongé dans la description, qui aurait pu devenir lyrique si elle n’avait pas rencontré l’impact d’un ricanement, d’une mystérieuse beauté inquiétante et exotique rencontrée à l’autre bout du monde, Breac ne regardait pas devant lui. A peu près chaque passant qu’il heurtait du coude avait la même réaction : un regard désapprobateur vers la bouteille qu’agitait la main en question, bouteille quasiment vide dont l’étiquette indiquait un whisky local. Puis le regard tombait sur l’épée qu’il portait au côté, juste par habitude, et parce qu’il s’était remis à l’escrime, en salle uniquement, avec sa nouvelle gouvernante, aux heures perdues où la chaleur du jour se faisait moins intense. Se promener avec son épée lui faisait oublier qu’il n’en faisait plus si virtuose usage qu’autrefois dans ce contexte domestique. Il en était réduit à user de ses autres talents, ce qui lui valait toutes sortes d’épithètes qui, bien que prononcés gracieusement, n’en étaient pas moins mordants.

Ce n’est pas pour ça qu’il buvait. Est-ce qu’il faut une raison pour boire ? De toute façon il n’était pas seul, l’exemple était mutuel. On aurait presque pu croire qu’Alasdair Nilsen et lui tenaient une sorte de rivalité ancestrale, tant ils mettaient un point d’honneur à lever le coude sans donner de signes de faiblesse, mais c’était simplement l’expérience. Il fallait bien que ça ait des avantages ! Enfin, jusqu’à ce que les gens de la taverne se mêlent de les déranger, ils s’amusaient bien. Ils étaient quand même de bons clients. Ce n’était pas très aimable de leur avoir ainsi indiqué la sortie, alors que Colin avait à peine commencé à réussir son baptême du feu ! Ce n’était quand même pas pour quelques chansons à boire… Une taverne où on ne supportait pas quelques petites chansons à boire, quelques semelles qui frappent le parquet et quelques mains qui claquent, c’était une bien sinistre taverne, et l’on vivait là de bien sinistres temps.

Breac aurait pu partir dans une tirade incendiaire sur l’influence anglaise dans ce port jadis rieur, il n’en doutait pas – il ne l’avait jamais réellement connu – s’il n’avait pas été distrait. En fait, il ne se souvenait plus du tout comment il en était venu à tracer le portrait laborieux de la diseuse de bonne aventure au loup noir, et il cherchait comment revenir au sujet principal : Colin avait quelque chose à leur dire. Sans doute quelque chose concernant cet aristocrate languissant qu'il traînait maintenant dans son sillage. Et alors que Breac, en parfait auditoire, lui collait la bouteille dans les mains, pour lui donner du courage une énième fois, le vacarme vint les distraire de nouveau. On ne pouvait décidément pas être tranquilles aujourd’hui… Trop amorti par l’alcool ingéré pour être vraiment choqué, maître Jamieson fronça les sourcils, observant avec philosophie l’éclatement d’un navire entier contre le quai, et la planche qui volait dans sa direction pour passer juste au-dessus de sa tête, dans un bruit de coup de hache manqué.

« Manqué. »

Il ricana, puis regarda autour de lui. Tout le monde était terrifié, naturellement. C’était adorable d’une certaine façon. Lui, tout ce qu’il voyait, c’était qu’un affreux bateau, qu’il évitait à chaque balade dans le secteur pour y avoir aperçu un visage qui lui donnait à chaque fois des cauchemars, était joliment pulvérisé, et qu’il n’aurait pas fait mieux. Était-ce vraiment si méchant de s’en réjouir ? Puisque le mal était fait… Ce n’était pas comme s’il allait ajouter des maux supplémentaires… Haha. Son ricanement se transforma en éclat de rire parfaitement sain d’esprit. Les idées défilaient dans sa tête, et il était bien trop éméché pour leur faire barrage au nom de la morale chrétienne. C’était clair à présent : il n’avait pas besoin de boisson, il avait besoin d’action. Le spectre des deux enfants dont il avait la garde lui apparut brièvement ; ah, il ne leur serait d’aucune utilité s’il devenait fou à force de se contenir dans un costume d’honnête homme qui l’étranglait peu à peu.

« Si on jouait à un jeu ? Colin, je... » Parie. Non, pas ce mot-là. « ...te défie de déclencher cinq terreurs à bord de ces bateaux. »

Puisqu’il n’arrivait pas à cracher le morceau, ce gamin, il se dédouanerait de son embarras en faisant une folie. Il semblait être dans le bon état d’esprit. Au milieu de la cohue qui commençait à refluer dans leur direction, Breac attrapa les autres lutins qui cheminaient à ses côtés, à la façon d’un promeneur qui a soudain l’idée d’une sortie amusante au beau milieu d’un parc fleuri. Dans l’air, emporté par le souffle de l’explosion, voyageait déjà le parfum du sang ; ses yeux brillaient d’un éclat bleu teinté de folie. « On va tous monter à bord, et on va tous jouer le jeu. Toi, Caiden, de ramener cinq objets de valeur, rouges si possibles. Toi, Nilsen, tu trouveras bien cinq mots de français à dire à cinq adversaires différents ; et ensuite, débrouille-toi pour t’en sortir. Et moi, je pourrais tuer cinq personnes – et je le ferai sans doute – mais disons que je dois ramener cinq bouteilles. »

Pourquoi cinq ? Oh, pourquoi pas ? Ils seraient cinq ce soir, ils ramasseraient au passage cet ami de Nilsen qui produisait du whisky, il viendrait bien en boire un verre à leur victoire. Ils seraient cinq comme le jour où ils étaient tous entrés en collision, pour le plus grand effarement des deux petits humains. Cinq adversaires et plus, cinq objets et plus, et le gagnant… bah, ils seraient tous gagnants. Ce n’était pas ce genre de pari après tout. C’était juste pour s’amuser. « Rendez-vous chez moi ce soir, pour partager le butin et les histoires. » Oh oui, il en ferait une chanson. Du moins chez lui, personne ne viendrait les mettre dehors sous prétexte qu’ils faisaient trop de bruit.

_________________
avatar
Ged a tha mi fada bhuat, cha dhealaich sinn a' chaoidh

Messages : 105
Points : 476

Avatar : V. V. Gallo
Crédit : Guilty
Multicompte : Nay
Pseudo : Breac is fine.

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 50 y.o.
Métier : Rentier
Pouvoirs : Invisibilité, téléportation
Inconvénients : Incapable de laisser passer une défaite ; farceur ; ses plaisanteries vont trop loin ; et il est fasciné par la couleur rouge.
I got my wastefulness from the same man I got my silver buttons from; and that was my poor father, Donnchad Stiubhart, grace be to him! He was the prettiest man of his kindred; and the best swordsman in the Hielands, and that is the same as to say, in all the world, I should ken, for it was him that taught me.

He was in the Black Watch, when first it was mustered; and, like other gentlemen privates, had a gillie at his back to carry his firelock for him on the march. Well, the King, it appears, was wishful to see Hieland swordsmanship; and my father and three more were chosen out and sent to London town, to let him see it at the best...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Colin Smith le Mar 7 Aoû - 19:16

C’était ce qui s’annonçait comme une drôle de soirée,
Que tu  priais d’ailleurs pour ne pas oublier,
Pris d’une envie étrange de visiter les maisons du port avec Caiden Munroe,
Qui pourra te reconduire chez le vieux s’il le faut.

C’est que ta mémoire malgré tout est encore fragile,
Et certains souvenirs se font soudains volatiles.
Mais accélérons et passons au plus fascinant,
Cette explosion de cris rouges dans le ciel ardent.

Bateau fracassé et port dévasté ?
Il en faut bien plus pour t’inquiéter.
Sans doute est-ce parce que ton sourire jusqu’aux oreilles,
Est lié à un certain fond de bouteille.

Mais cette nuit est chaotique à souhait,
Et dans le chaos tu es chez toi, maudit farfadet,
Oubliée la douleur dans le bras
Oublié Caiden qui pâlit près de toi.

Alors quand Breac propose un défi un peu fou,
Qui fait écho à une envie que tu avais gardée en toi,
Tu acceptes du premier coup
Et te mets soudain à rire aux éclats.

« Et je te prouve toutes ces peurs comment, Breac ?
Tu arriveras à reconnaitre ma patte dans cette panique ? »

Et te voilà à attraper le pauvre Caiden par le bras,
Pour le ramener décemment contre toi.

« S’il est d’accord Caiden comptera pour moi,
Faudra vous fier à sa parole.
Mais même si mentir peu être drôle,
Je suis certain qu’il ne le fera pas ! »


Et de rire et de rire encore,
Rire d’enfant sans limite ni entrave,
Il ya de la joie dans la peur de tous ces corps,
Et vouloir s’amuser n’est pas bien grave !

C’est que cette nuit le rouge et le whisky,
T’ont fait oublier tes cauchemars et tes angoisses,
Tu es entouré de Fir devenus des amis,
« Que la fête commence et leurs terreurs les terrassent ! »

Sur une dernière gorgée tu t’élances,
Animé de l’intérieur par un feu du Diable,
Le ciel de cris rouge te fait rentrer en transe,
Peur qui court et main ouverte, c’est toi qui régale !

_________________
avatar
Faileas

Messages : 124
Points : 308

Avatar : Thomas Brodie-Sangster
Crédit : Un lutin particulier <3
Multicompte : Sheena Matheson/Crìsdean Gòrdanach/Moncha Maradhearg / Lucy Warlls
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 18 ans
Pouvoirs : Téléportation, invisibilité de courte durée, éveiller des peurs enfouies
Inconvénients : S'incruste chez les gens, ochlophobie, fascination pour la couleur rouge, Entêtement
"Oh puissions nous sauver de la [mort,
Ces cœurs qu'ils ont jadis liés
Pour qu'à la face du ciel ils mènent [encore
Ce combat pour la liberté"
(Walt Whiteman, Feuilles d'Herbe)




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Caiden Munroe le Mer 8 Aoû - 11:52


Chaos in leith
Event

Avec Colin, on voulait visiter le port... Enfin, visiter à notre manière, cela va sans dire. Mais je sens que cela ne va pas se passer comme prévu. Surtout avec ces planches qui volent et qui craquent, ces bruits assourdissants et tous ces gens paniquer. Des cris de peur. En voilà, pour en réjouir un. Je veux bien mais j'aimerais aller dans le sens inverse. Les gens peuvent mourir si c'est ce qu'ils veulent mais moi non.

Alors que j'allais faire demi-tour, c'est la voix d'un Breac déjà bien porté sur le bouchon que j'entends et il interpèle même Colin. Du coup, je me raidis, - encore pire quand il nous regarde un peu fou. Je déglutit... mais qu'est-ce qui va encore se passer ? Depuis que je les connais, ils s'en passent beaucoup que je préfère taire. Bon, je peux encore partir telle est ma pensée lorsqu'une main vient s'aggriper à moi. Je me raidis légèrement alors que j'écoute Colin me désigner comme arbitre. En plus, il a bien trop confiance. Je peux facilement leur mentir. Leur dire que j'y étais et qu'il y en avait plus de 5 s'il le souhaitait.

Il rigole bien le lutin mais je suis le seul des quatre a être en parfaite état de santé mental. Et pour ma part, je ris jaune. Après tout, tout ce qui se passe n'est qu'un équilibre. Chaos, justice doivent co-exister. Mais dois-je vraiment y participer ? Puis, je regarde Colin tout excité. Je soupire et j'hausse des épaules avant de le suivre dans la cohue ambiante. Je vais le regretter.

On est d'abord l'un à côté de l'autre mais bientôt la foule devient dense et tente de nous séparer. On essaie de se rattraper par la main. Mais on est bousculé par les autres dans leur panique. Mon collier ressort du col dans mes mouvements. Je regarde le rubis s'envoler autour de la chaîne mais je me concentre sur Colin. Alors qu'on allait enfin s'approcher, je suis repoussé et Colin attrape le rubis entraîné par la foule. Je vois l'action. Je sens la chaîne se briser. L'éclat de mes yeux se fane un peu.  Ce collier représente trop de choses pour le perdre. Une douleur. Une mère. Un apaisement. Je pousse la personne qui est devant moi violemment et je me mets à courir après Colin. Cette fois, je ne me gène pas pour bousculer et enjamber les personnes paniqués.

J'arrive enfin à rattraper Colin mais pas le temps de penser au collier que déjà ce dernier commence son défi. Je soupire comment j'ai fais pour atterrir ici ? C'est simple... Je foudroie la foule du regard comme pour le faire sur Breac... Lui et ses défis !
Fiche codée par NyxBanana
avatar
Faileas

Messages : 180
Points : 502
Ta tête Par défaut
Avatar : Adrien Sahores
Crédit : Signa : Un tonton râleur
Multicompte : //
Pseudo : Shury

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24
Métier : Patron de l'hôtel Taigh Osta Munroe
Pouvoirs : éveiller les peurs enfouies, provoquer des cauchemars, mensonges imparables, charmer les jeunes
Inconvénients : fascination pour la couleur rouge, s'incruste chez les gens
Caractéristiques Physiques Particuliers
- Une cicatrice dans la paume de sa main gauche

Caractéristiques Mentales Particuliers
- Traumatisé par l'événement du port



Réside au Manoir McLean dont sa mère est la propriétaire

Une barque emplie de tristesse
Dérive dans une mer d'arbres, ballottée en tous sens
Elle transporte des âmes égarées
Le ciel s'éclaircit dans un instant de silence
Les gouttes du temps qui coulent sur les feuilles
Finissent par retomber sur le sol comme nos prières innocentes
Et même si ce qui se reflète à la surface de l'eau
N'est qu'un cercle de drames incessants
Tout homme se blesse un jour et porte sa douleur comme un fardeau
Blessant les autre en retour sans y penser
Alors qu'un horrible vent de cruauté se déchaîne sur nous
Je garde mes précieux sentiments bien enfouis au fond de mon coeur
En remontant les dunes dans le noir
On trouve un papillon ambré teinté de bleu
Tremblant, il porte sur ses ailes
Les mots du passé
Et si ces clés rouillées
Sont notre seul espoir
Nous devons protéger notre trésor
Avant que même l'amour ne devienne un crime
Enfonce la porte du désespoir pour aller de l'avant
Même dans un monde d'altruisme
Accepte la vérité, les mensonges, les trahisons et les péchés
Car ils sont à la fois forts, doux et fragiles
Toi qui supportes ce destin tragique
Toi qui luttes contre la pendule qui annonce le désastre
Peut-être qu'un jour tu lèveras les yeux vers le ciel
En priant pour entendre résonner une mélodie de paix...
Tes larmes de frustration sont des embruns argentés
Même dans un monde d'altruisme
Tu te souviens toujours clairement
Des esquisses d'un rêve passé
Tout homme se blesse un jour et porte sa douleur comme un fardeau
Blessant les autre en retour sans y penser
Alors qu'un horrible vent de cruauté se déchaîne sur nous
Je garde mes précieux sentiments bien enfouis au fond de mon cœur

[ 誰ガ為ノ世界 ]


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Delëphaïne O’Hayre le Mer 8 Aoû - 19:07

L’boulet qui défigure la taule, ça lui cause un foutu rictus à la Délè, une expression mauvaise, promesse du pire, comme une envie d’tuerie ou d’éventration, qui sait. V’la bien un p’tit moment qu’ça a commencé à triturer l’monde, c’bataeau et tout l’bordel, mais pour cause, les yeux avides de la macasse ont eu qu’une pensée à la trogne : dérobade. L’appel des richesses comme la complainte lascive d’une putain infernale, vous voyez pas ? ça la titille, et pis, va falloir payer la réparation, l’videur s’occupe des donzelles, fort heureusement c’est une éventration partielle, un boulet dans l’rez d’chaussée de la taule, dans ‘lcoin rentable, mais qui faudrait consolider.

Si d’autres suivent, alors, ça irait mal…les filles s’font des hurlements d’bécasses pour les plus indociles, pis y a les autres, celles qui suivraient la Délè au bout d’l’enfer…Moncha, la p’tite dernière et quelques autres. Dans l’malheur, y a la joie d’une chose, avant qu’le canon frappe, elles sont sorties en connivence, histoire d’sacager ,facile à faire, suffit d’simplement s’rapprocher et d’voler. Voila tout !

Voilà tout,mais ça, c’tait avant l’boulet et l’regard noir d’la géante…Elle dévisage l’navire à l’horizon, l’idée d’joie d’rallonger la dette d’la petiote presque envolée, mais au lieu d’ça, elles doivent d’abord chaparder. Ivresse d’l’idée de la clinquaille.

-Va lui chanter la chansonnette à c’lui là. Qu’on passe !

Lâche-t-elle à la donzelle, avant d’se charger d’l’autre, immense ourlée d’chair, elle s’rapproche, dévisage, fixe et sourit. C’est qu’on pourrait simplement passer et voler, pas vrai ? D’quoi faire l’nécessaire pour réparer la taule. Foutre dieu oui ! Bon tout ça en espérant pas s'faire morfler par un boulet d'canon d'l'autre abruti quis 'rait plus l'bienvenue à la taule!


_________________



"Quelque soit le brigand il y a la corruptrice
Conscience du pouvoir qui dort entre ses cuisses.
Qui susurre les ordres et les avis funestes ?
Vous, mes soeurs les salopes, les putains et les pestes !"



avatar
La Délè

Messages : 117
Points : 135
Ta tête Par défaut
Avatar : Beth Ditto
Crédit : Siid
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 38 ans
Métier : Maquerelle "A la taule des sonnettes"
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Fin limier (1) - Apnée longue durée (1) - Fétiche (5)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Matérialisme excacerbé - Appel de la mer - Désastre nautique - Syndactylie (pieds)
"Sur mon lit calciné
Lascive et si cruelle
Comment pour m'invoquer
Faut-il que l'on m'appelle ?
Mes diables et mes hommes
Et Dieu même en personne
Tout simplement me nomment :
« Patronne »"



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Moncha Maradhearg le Mer 8 Aoû - 20:15

Il y a d'abord eu les cris si tu te souviens bien. Ceux des filles qui t'ont vrillé les tympans, et tu t'es presque retenue de leur hurler de se taire, toujours pas à l'aise avec ces pintades qui tiennent plus de la volaille que de la garce de haute voltige. Non pas que tu te classes dans la seconde catégorie -enfin si, tu t'y classerais tout à fait si ça ne tenait qu'à toi, hein, petite sirène ? Mais pour en revenir à l'histoire, d'abord les cris. Puis le boulet de canon. Peut-être que c'était l'inverse, et que c'est toi qui as mal assemblé les événements, mais peu importe. Cris, boulet, salle défoncée et des hurlements en porte-jarretelle.

La Dëlë, ta grosse lumière blanche qui foudroie le bateau du regard a de quoi t'amuser, et tu sors ton joli minois sur le quai, pour voir. C'est que cette panique a quelque chose de beau, de joliment chaotique, et c'est que tu n'es pas cruche, un bâtiment si bien éventré est certainement plein de trésors qui ne demandent qu'à être ramassés... les doigts te démangent presque.

"Va lui chanter la chansonnette à c’lui là. Qu’on passe !"

Tu la gratifies d'un grand sourire et d'un battement de cil, tu avises de l'autre garde, qui a l'air de se demander s'il gagne au change au vu de son collègue assailli par une géante aux courbes plus généreuses que le porte-feuille. Et puis tu ne vas pas te plaindre, hein Moncha, c'est pas comme si fallait particulièrement te prier pour que tu uses de tes charmes.

Et te voilà partie en chasse, petite sirène. Allons bon, c'est bien beau de lui chanter un air, mais faut arriver à expliquer le pourquoi du comment avant, non ? Non. Non te voilà partie en petite improvisation. Ton visage souriant se décompose soudain, tes yeux s'agrandissent et tes mains se portent à tes lèvres de terreur, fixant la carcasse de bois.

"Mon frère était à bord ! Il, il..."

Cri déchirant et étouffé, et à demander de pouvoir passer, et soudain tu recules, tremblante, et te mets à chanter une comptine pour enfant comme si la douleur venait de te faire perdre la raison. Tu te moques bien d'avoir l'air folle, d'ailleurs c'est un peu le but, et puis tu te dis que des filles de la Dëlë auront sans doute la même réaction -en étant sincères elles. Et puis tu mêles à la comptine des mots gaéliques, qui finissent par devenir un ordre lancinant. Laissez moi passer. C'est tout simple. Ça peut marcher. Ça doit marcher.

Le chant des ruines:

Rien ne se passe : les oscars ont certainement été inventés pour toi et te voilà libre de te rendre sur le bateau sans que le garde ne trouver à redire.

A moi moi la garde ! Bien essayé petite sirène, mais en plus du chant il te fallait de la crédibilité et ça, semblerait que ton orgueil t'ai joué des tours. Le garde sourit tristement mais te fais signe de rejoindre ce qu'il reste de la Taule

_________________
Cette nuit était la dernière où elle respirait le même air que lui,
où elle pouvait regarder la mer profonde et le ciel étoilé.
Une nuit éternelle, une nuit sans rêves l’attendait, puisqu’elle n’avait pas d’âme.
Jusqu’à minuit, la joie et la gaieté régnèrent autour d’elle.
Elle-même riait et dansait, la mort dans le cœur.
 
-Andersen, La petite Sirène
avatar
Faileas

Messages : 25
Points : 90

Avatar : Audrey Hepburn
Crédit : Aslaug
Multicompte : Sheena Matheson / Colin Smith / Crìsdean Gòrdanach / Lucy Warlls
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 22 ans
Métier : Prostituée
Pouvoirs : Beauté (1 pt) - Charisme (1 pt) - Chant hypnotique (3 pts)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang - Matérialisme exacerbé


" Et lorsque son sang chaud coulera sur tes pieds, ils se réuniront en une queue de poisson et tu redeviendra sirène." (Andersen, La petite Sirène)


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Ceann-Uidhe le Mer 8 Aoû - 20:15

Le membre 'Moncha Maradhearg' a effectué l'action suivante : Le Destin


'Garde' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Lawrence Harlow le Ven 10 Aoû - 9:01

Symphonie de la poudre, concert des flots, brusquerie de l'abordage. Aux gueulantes des pirates le peuple se sacrifie, pauvres bestiaux en quête de trésors dans la carcasse d'un navire échoué. Crabes humains venus dévorés le bois d'un bâtiment jadis étincelant, aujourd'hui, maigre morceau de carcasse que l'on va se déchiqueter, gisant aux abords d'un bord secoué par les assauts des navires incendiaires, destructeurs, gueulards.

De l'équipage de forban, chiens galeux et autres fils de salope, il reste au bord du Hurley, ce cher Harlow et sa compagne, à qui il offre le spectacle, tandis que certain de ses hommes, dévisagent les autres en train de tourner dans la masse ! Oiseaux de mers maudits, murènes défigurées par le sel des océans, visages émaciés et anguleux, ils volent, pillent, au delà du simple navire échoué, profitent et déshonorent, le titre de Corsaire dont ils ont ras la hotte de supporter l'appellation ! Gouverneur avisé de ne voir qu'en ce tas de fils de putain, d'éternels massacreurs, que dis-je, des éventreurs, maudits par les flots et aussi, adorés par la houle, bercés par les sirènes à qui ils offrent tant, comme des merveilles de trésors, au fin fond des flots.

Harlow, maître, seigneur et dragon, vocifère ses entourloupes, gueule et dégueule ses indications. Ils repartiraient avec un nouveau navire à la flotte d'Ecosse, qu'ils prendraient dans leurs rangs et transformeraient. Peu importe lequel, le tout est qu'ils en prendraient un, après avoir ravagé le port. Cette fois, d'ailleurs, il somme, ordonne, les canons sont dirigés vers l'échoué, il hurle à qui veut l'entendre, et tous l''écoute, de faire feu !

Et comme une symphonie, un concerto grave de chanteur sphérique, aussi dur que la peau coriace d'un Olliphéist, ce jour, ce n'est pas les Shreat qui tuera mais bien les maudits fils de chien qui portent le nom d'homme, bourreaux, juges et jury ! Edimbourg tu ne leur as rien fait de mal, c'est juste qu'ils aiment l'odeur du sang dans tes rues, plus que celui de la merde ! Que veux-tu !

Et dans ce massacre, qui de vous aura l'insigne honneur d'être embrassé par le Red Hurley?


L'heure du dé!

Succès/succès : Colin – Le boulet de canon se dirige vers toi.
Succès/échec : Breac -Le boulet de canon se dirige vers toi
Echec/Succès :Caiden – Le boulet de canon se dirige vers toi.
Echec/echec : Moncha et La Délè – Le boulet de canon se dirige vers vous.


_________________


"Forban de Calédonie
Mena gargue sous rude breuvage
Dû mordre bien senti
La lame dans son visage"
by the fabulous Ælpein

avatar
Faileas

Messages : 73
Points : 190
Ta tête Par défaut
Avatar : Henry Cavill
Crédit : Carmina
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft - Delèphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmina

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 39 ans
Métier : Corsaire de sa majesté
Pouvoirs : Insensibilité à la chaleur (1) - Agilité naturelle (1) - Dentition acérée (1) - Armure naturelle (3) - Ossature incassable (3)
Inconvénients : Cornemuse sa mère - Alcoolique - Cannibale - Sang Froid - Emetophobe

Je n'ai pour la terre que mépris entier, préférant les vagues des océans et le tumulte des mers, méprisant le calme granuleux d'un socle stable. Sur la terre, il n'y a rien, que des dangers prévisibles, alors qu'au grès des ressacs, je trouve la fougue, la passion et l'absolu!

Je ne suis loyal qu'à mon Nom et encore je suis en vérité un MacLeód of Raasay, loyal aux océans et à ma compagne et j'ai le mauvais dans le sang. Les lois des hommes m'indiffèrent au plus haut point, comme vos avis plein de petitesse sur mon existence.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Ceann-Uidhe le Ven 10 Aoû - 9:01

Le membre 'Lawrence Harlow' a effectué l'action suivante : Le Destin


'Succés/Echec' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Breac Jamieson le Ven 10 Aoû - 11:42

Alors ça, pas question ! ...du moins, pas si on pouvait l'empêcher.

Tout disposé à monter à bord d’un navire en difficulté pour y semer le chaos, Breac s’était tout de même demandé quel navire aurait sa préférence. Il percevait qu’on attaquait, mais qui attaquait quoi, ça n’avait rien de fort clair, et pour avoir tourné casaque au milieu d’une grande bataille en réalisant qu’il ne jouait pas pour le bon camp, il devait bien admettre que c’était une expérience légèrement humiliante, complexe à réaliser sur le plan pratique, et qu’il ne souhaitait pas la recommencer. Il avait filé en direction de son objectif tout en cherchant un moyen de voir ce qui se passait un peu plus clairement, au dessus des têtes affolées qui couraient en tout sens, comme en une basse-cour où un renard serait entré. Il n’était pas le renard, pas encore, et il se devait de l’identifier.

Car finalement, il n’était pas le seul à retrouver les distractions féroces du champ de bataille ici : il y avait entraîné ses camarades de boisson. Et davantage encore qu’au moment où il avait sorti Colin de son malaise respiratoire, il tendait à le considérer comme une de ces jeunes recrues qu’il ramassait dans le bas peuple désœuvré, à qui il promettait mille amusements divers et des conditions de vie bien plus cadrées, et qu’il entraînait dans ses sanglantes aventures pour découvrir, plus tard ensuite, qu’ils en avaient l’étoffe ou non. Ce passage qui se déroulait devant ses yeux était celui qu’on nomme habituellement le baptême du feu ; il convenait que tous survivent au moins à cela. Ce n'était pas comme s'il allait ensuite falloir écrire à leurs familles pour expliquer qu'ils étaient morts en héros ! leur famille était juste à côté et voyait tout ce qui se passait, toute l'absurdité de la scène.

Il s’efforçait donc, grimpé sur une charrette laissée à l’abandon, de repérer les acteurs de la scène avec un peu plus de précision, quand une grande ombre qui errait à la manière d’un squale et qui s’éclairait soudain d’un feu d’enfer lui passa sous les yeux, et un mot lui vint en tête : « A terre ! » deux mots pour être exacts – mais qui n’en faisaient plus qu’un dans la langue de Shakespeare – et ensuite seulement il réalisa ce qu’il risquait, lui et ceux qu’il avait entraînés dans cette expédition. Ce qui aurait dû être un pillage de fantassins isolés au milieu d’un bâtiment en perdition, devenait une bataille navale rangée avec un horrible bateau capable de naviguer. Oui, tous les bateaux possédant cette capacité étaient horribles. Ça ne se négociait pas.

On peut en faire des choses, dans le temps qu’il faut pour crier « A TERRE ! » comme sauter de son perchoir, bousculer quelqu’un de tout son poids et l’écraser contre le reste de la foule dans son effondrement. Les boulets avaient visé pour tuer, non pas au niveau des fenêtres pour détruire les bâtiments, mais au niveau des têtes, pour faucher, arracher et décapiter ; la relative imprécision de cette louable volonté ne laissait qu’une légère marge. Toute cette pensée n’avait en revanche pas eu le temps de se former dans l’esprit de Breac, qui avait été finalement peu sollicité tandis que son corps s’était jeté dans le tumulte.

Mais il est vrai qu’il avait navigué – passivement, et en n’ayant qu’une hâte, que ça cesse – à bord du Dauphin Royal, et vu prendre à quelques encablures, sous un feu nourri, le Lys et l’Alcide par les Anglais qui les avaient encerclés. Un boulet de canon tiré par un navire, il savait ce que c’était, quel bruit ça faisait, quelle lueur sur la coque, et quels dégâts sous ses yeux. Si pensée il y avait eu, elle avait été principalement de faire équivaloir l’image actuellement verticale de Colin et Caiden à l’image horizontale de ceux qui, sous ce feu, s’en étaient sortis de justesse en s’abritant derrière le décor du pont. Du moins, il n’avait pas vu les suites : les esquilles d’os et de bois qui perçaient les chairs en ricochet des impacts, sans parler ici de la pierre du port qui suivait le même chemin. Ce serait à gérer une fois le danger de décapitation écarté.

Tout le monde retient son souffle :
Succès/succès : le boulet va exploser le décor un peu plus loin ! Plus de peur que de mal ! Je vous laisse à vos cauchemars éternels et à votre ochlophobie, et à partir de maintenant, rasez les murs et surveillez l’ennemi, comme de bons petits soldats !

Succès/échec : explosion de corps humains ou chevalins déchiquetés tout autour de nous, cervelle sur les habits de fête, choc et hurlements et un peu de danger d’être piétinés aussi, mais le dommage reste d’ordre psychologique. Et comme en ce temps la psychologie n’existe pas… on va dire que tout va bien !

Echec/succès : le souffle nous touche, à la rigueur le métal nous écorche le cuir au passage mais surtout, l’angle du bâtiment voisin ou la charrette reçoit le choc de plein fouet, et les échardes et autres débris volent en tout sens, criblant le public, dont nous. De la poussière dans les poumons, on dit aussi qu’on respire beaucoup moins bien.

Echec/échec : le boulet n’est pas celui qu’on pense… deux blessés au lieu d’un, est-ce que ça divise la blessure ? Probablement pas mais… Hé, au moins j’aurai essayé !

_________________
avatar
Ged a tha mi fada bhuat, cha dhealaich sinn a' chaoidh

Messages : 105
Points : 476

Avatar : V. V. Gallo
Crédit : Guilty
Multicompte : Nay
Pseudo : Breac is fine.

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 50 y.o.
Métier : Rentier
Pouvoirs : Invisibilité, téléportation
Inconvénients : Incapable de laisser passer une défaite ; farceur ; ses plaisanteries vont trop loin ; et il est fasciné par la couleur rouge.
I got my wastefulness from the same man I got my silver buttons from; and that was my poor father, Donnchad Stiubhart, grace be to him! He was the prettiest man of his kindred; and the best swordsman in the Hielands, and that is the same as to say, in all the world, I should ken, for it was him that taught me.

He was in the Black Watch, when first it was mustered; and, like other gentlemen privates, had a gillie at his back to carry his firelock for him on the march. Well, the King, it appears, was wishful to see Hieland swordsmanship; and my father and three more were chosen out and sent to London town, to let him see it at the best...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Ceann-Uidhe le Ven 10 Aoû - 11:42

Le membre 'Breac Jamieson' a effectué l'action suivante : Le Destin


#1 'Succés/Echec' :


--------------------------------

#2 'Succés/Echec' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Colin Smith le Ven 10 Aoû - 19:47

Courir sur le pont en véritable trompe-la mort,
La panique et la peur parent leurs cris d’un rouge qui t’enivrent.
Te faufiler entre les décombres et sauter par-dessus les corps
Sont autant de braises sur un feu follet qui se ravive.

Peur de mourir, très peu pour toi, et c’est trop tard.
Qu’Edimbourg tremble, tu ris aux éclats,
Qu’ils payent pour leurs crimes ces lâches et ces couards !
Qu’ils gouttent donc la peur qui fuse au bout de tes doigts !

Le Hurey vomit ses boulets sans que ça ne t’affole,
A peine si tu as remarqué tout à l’heure l’état de la Taule.
Korrigan cruel dans un chaos de tous les diables,
Terroriser et bondir partout est tout ce dont tu es capable.

Attrape des mains inconnues et compte les secondes,
Puis les relâche quand a déferlé l’onde
De peur qui coule de tes veines aux leurs,
Et colorent le ciel de leurs cris d’horreur.

Soudain un boulet souffle la fin de la cavale.
Fauché en pleine course, plaqué sur le sol bancal.
Temps suspendu sur un silence sans couleur,
Le bruit revient lentement comme pulsation de ton coeur.

Autour de toi plus rien ne bouge,
Sang et cris ne sont que terreur rouge,
Esprit excité par ce chaos infernal,
Poitrine comprimée par le corps sans tête d'un cheval.

Et soudain cesse la course folle.
Car c'est ta propre peur qui t'affole.
Essayer de se dégager, pour ne pas mourir étouffé,
Et l'inquiétude pour les autres comme une vague incontrôlée.

Le sang aveugle tes yeux et tiraillent tes sens,
Tu réagis animal plus que tu ne penses,
Et en cet instant un seul compte parmi la foule.
"CAIDEN !" Hurles-tu de tout ton soul.

Te tortilles comme tu peux pour t'échapper du poids du cadavre,
Le repousse de toutes tes forces,
Et c'est quand tu te libères enfin de ton entrave,
Que résonne un horrible bruit d'os.

Cri de douleur pendant que tu t'assieds comme tu peux,
T'essuies rageusement le sang que tu as devant les yeux,
Cœur à tout rompre et respiration en saccade,
Et la terreur dans tes veines qui afflue par vagues.

Et s'impriment sur ta rétine d'autres temps, d'autres peurs,
Échappe au chaos du port, plongé dans ta torpeur,
Entend une voix répéter au lointain
"Je fais ça pour notre propre bien."

_________________
avatar
Faileas

Messages : 124
Points : 308

Avatar : Thomas Brodie-Sangster
Crédit : Un lutin particulier <3
Multicompte : Sheena Matheson/Crìsdean Gòrdanach/Moncha Maradhearg / Lucy Warlls
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 18 ans
Pouvoirs : Téléportation, invisibilité de courte durée, éveiller des peurs enfouies
Inconvénients : S'incruste chez les gens, ochlophobie, fascination pour la couleur rouge, Entêtement
"Oh puissions nous sauver de la [mort,
Ces cœurs qu'ils ont jadis liés
Pour qu'à la face du ciel ils mènent [encore
Ce combat pour la liberté"
(Walt Whiteman, Feuilles d'Herbe)




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Caiden Munroe le Ven 10 Aoû - 23:02


Chaos in leith
Event

Suivre un diablotin n’est pas de tout repos, surtout lorsqu’il saute de personne en personne cherchant à leur générer ce qui lui plaît. Les canons sifflent au loin. Les boulets explosent au près. Regardant autour pour ne pas être embroché tout en gardant un oeil sur Colin prit dans sa folie, voilà mon objectif premier. Pour une fois que je ne regardais pas dans sa direction, je me retrouve au sol assommé. Me voilà un petit moment inconscient. C’est la prononciation de mon prénom qui me fait ouvrir les yeux.

Devant moi, un morceau de visage dont l’oeil se liquéfie. Pour le moment, je ne sais pas comment y réagir. Il y a tellement de choses qui se passent autour et au-delà de ce que j’avais déjà vu. En même temps, le plafond d’un salon n’a rien du charnier ambiant. Les yeux écarquillés sur cette trouvaille, je ressens un sursaut de panique à cette chair. Colin ? Où est Colin ? Je lève une main pour m’aider à me soulever. Le sang me dégouline devant les yeux, les cheveux et de ma main dont ruissellent ce rouge fascinant et des morceaux méconnaissables de ces gens.

La douleur à la tête résonne. Le silence est assourdissant avant que les rafales de sons flamboient le mal. Je lève le regard vers la personne qui m’a plaqué. Breac ? Qui secoue-t-il ainsi ? Où est Colin ? La tête tournoie mais je me force à chercher. Le regard se brouille. C’est son cri de douleur qui m'interpelle, derrière Breac. Le regard emprunt d’une folie qui fut jadis ensevelie par un rubis.

Colin ?

Je rampe vers lui, les côtes me tiraillant apportant des larmes aux yeux. Il est assis. Le soulagement de le voir en vie. Je m’approche et je m’installe à ses côtés respirant difficilement. Peut-être une ou deux côtes félées voire cassées ? C’est la rencontre avec le quai qui fut assez fracassante. Sans compter ce mal qui me tourmente, à la tête comme au ventre. Colin semble parti. Parti loin d’ici. Dans ses yeux, la peur y est inscrite. Je pousse Breac pour lui parler évitant de crier ma géhenne. Me plaçant face à lui avec cette douleur lancinante qui me vrille le flanc, je vois les dégâts sur son bras. Que s’est-il passé ?

Colin ? Colin ? Est-ce que ça va ? Reviens ici. Il faut que tu te concentres.

J’ai dû mal à respirer et à parler. La respiration est courte. Les mouvements douloureux. Les larmes coulent le long des joues. J’ai envie de hurler. Mais je garde un poing serré pour refouler ce cri profond de douleur permanente. Moi aussi, je dois rester concentrer. Je bats des paupières. Oublier cette souffrance. La tête qui lance. J’approche une main vers le bras en état de Colin. Chaque respiration profonde résonne dans ma cage thoracique vrillant l’angoissante torture. Mais je dois le sortir de cet état statique.

Colin, je t’en prie.

Le fracas environnant perturbe le son à mes oreilles, en plus de la palpitation à mes tempes. Musique endiablée. Je lève ma main vers mon front pour maintenir ma tête en place. Tournant encore et encore, je ferme les paupières puissamment. Inspiration profonde. Calvaire corporel.

Colin, reviens.

Je retombe quelque peu vers Colin mais d’une main, sur le sol, soutenant le corps martyrisé, afin de l’éviter. L’autre tenant mes côtes, afin de mieux respirer.

Fiche codée par NyxBanana
avatar
Faileas

Messages : 180
Points : 502
Ta tête Par défaut
Avatar : Adrien Sahores
Crédit : Signa : Un tonton râleur
Multicompte : //
Pseudo : Shury

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24
Métier : Patron de l'hôtel Taigh Osta Munroe
Pouvoirs : éveiller les peurs enfouies, provoquer des cauchemars, mensonges imparables, charmer les jeunes
Inconvénients : fascination pour la couleur rouge, s'incruste chez les gens
Caractéristiques Physiques Particuliers
- Une cicatrice dans la paume de sa main gauche

Caractéristiques Mentales Particuliers
- Traumatisé par l'événement du port



Réside au Manoir McLean dont sa mère est la propriétaire

Une barque emplie de tristesse
Dérive dans une mer d'arbres, ballottée en tous sens
Elle transporte des âmes égarées
Le ciel s'éclaircit dans un instant de silence
Les gouttes du temps qui coulent sur les feuilles
Finissent par retomber sur le sol comme nos prières innocentes
Et même si ce qui se reflète à la surface de l'eau
N'est qu'un cercle de drames incessants
Tout homme se blesse un jour et porte sa douleur comme un fardeau
Blessant les autre en retour sans y penser
Alors qu'un horrible vent de cruauté se déchaîne sur nous
Je garde mes précieux sentiments bien enfouis au fond de mon coeur
En remontant les dunes dans le noir
On trouve un papillon ambré teinté de bleu
Tremblant, il porte sur ses ailes
Les mots du passé
Et si ces clés rouillées
Sont notre seul espoir
Nous devons protéger notre trésor
Avant que même l'amour ne devienne un crime
Enfonce la porte du désespoir pour aller de l'avant
Même dans un monde d'altruisme
Accepte la vérité, les mensonges, les trahisons et les péchés
Car ils sont à la fois forts, doux et fragiles
Toi qui supportes ce destin tragique
Toi qui luttes contre la pendule qui annonce le désastre
Peut-être qu'un jour tu lèveras les yeux vers le ciel
En priant pour entendre résonner une mélodie de paix...
Tes larmes de frustration sont des embruns argentés
Même dans un monde d'altruisme
Tu te souviens toujours clairement
Des esquisses d'un rêve passé
Tout homme se blesse un jour et porte sa douleur comme un fardeau
Blessant les autre en retour sans y penser
Alors qu'un horrible vent de cruauté se déchaîne sur nous
Je garde mes précieux sentiments bien enfouis au fond de mon cœur

[ 誰ガ為ノ世界 ]


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Gemma MacNiven le Sam 11 Aoû - 22:37

event
CHAOS IN LEITH

Il fallait aller de l'avant Gemma, il le fallait, tu ne pouvais pas rester terrée dans ta demeure, non ! Tu devais voir un peu de monde, en dehors de Sheena, tu devais agir pour que personne ne soupçonne quoique ce soit te concernant durant les derniers mois. Le poids du tueur avait été ôté du dessus de tes épaules, et personne n'en savait rien, même si toutefois, les plus fins observateurs qui te connaissaient suffisamment pouvaient voir qu'il y avait un soucis. Et étrangement, ce n'est pas par la force des choses que tu sors de chez toi, mais parce que tu as entendu quelques choses qui ne peut normalement pas se produire, non. Mais cela semble s'être produit, et l'écho en toi sonne terriblement bizarrement, comme si un fantôme venait frapper à ta porte. Mais n'est ce pas le cas ? Un navire vient de se fracasser sur le port de Leith, non loin de ton lieu de vie. Ce n'est pas le navire sur lequel ton cher époux est reparti voilà une semaine maintenant, alors dans un sens, cela te rassure. Mais tu t'attends presque à le voir dans la rue, alors que machinalement, tu regardes ton ventre. Tu ne lui as rien dit, pourtant, tu en es à présent certaine, tu es enceinte. Si durant quelques semaines tu as été prise d'un doute, là, tu n'en possèdes plus, cela fait maintenant deux mois que ton écoulement naturel ne s'est pas produit, signe s'il en est qu'un enfant était en train de se développer en toi. Tu ne sais pas encore si tu tiendras la grossesse, alors avant que ton mari ne parte, tu n'as pas voulu l'inquiéter avec cela, de peur qu'il ne change de décision et décide de rester avec toi. Si le voyage précédent a été long, celui-ci ne doit pas l'être, à priori, il ne devrait s'écouler que trois mois, un peu plus, peut être quatre avant son retour ici à Edimbourg. Tu ne seras enceinte que de six mois si le calcul est bon, tu devrais t'en sortir jusque là, en théorie, mais peut être que le sort décidera de s'acharner sur toi, tu n'en sais strictement rien, c'est bien là le gros du soucis. Mais pour le moment, ton regard est rivé ailleurs, sur ce navire. Tu ne sais pas quoi faire cependant, mais tout porte à croire que tu n'as rien à y gagner, pourtant, tu t'avances en direction du port proprement dit pour voir s'il n'y a pas d'éventuels blessés, car tu te sais suffisamment douée pour ça. Pourtant, tes pas s'arrêtent très tôt, et tu contemples la scène, comme si finalement, tu étais en plein dans un de tes récits. Mais finalement, c'est la Délé qui attire ton regard pour une raison que tu ignores, comme si, à quelques parts, tu te sentais proches d'elle pour une raison que ton esprit obscurci. Mais tu ne t'approches pas, tu contemples de là où tu es le chaos qui se propage sans savoir quoi faire, passant une main sur ton ventre, comme si tu craignais le pire sans que personne ne puisse s'en apercevoir.


_________________


Spoiler:


avatar
Il était une fois un phoque qui s'ignorait ...

Messages : 765
Points : 1543
Ta tête Par défaut
Avatar : Alexandra Daddario
Crédit : Winter Soldier & Tumblr
Multicompte : Pas Encore
Pseudo : Sammix

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 27 ans
Métier : Femme au Foyer (Officieusement Ecrivaine)
Pouvoirs : Conteur Ecouté - Thermorégulation
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau - Tendances Artistiques
Parait que c'est ici qu'on dit des trucs intelligents, mais je sais pas c'est quoi ça

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Alasdair Nilsen le Lun 13 Aoû - 19:36





Chaos in Leith

Sur le port de Leith, août 1762
«
Laissez la bouteille sur le comptoir, ça vous épargnera du travail
». Voilà qui lançait les hostilités, avec ce léger défi dans les yeux d'Alasdair. «
En France, ils en ont pas du comme ça hein ?
». Boutade qui se faisait habituelle, d'une régularité qui devenait humour gras en ces circonstances alcoolisées alors que le soleil n'avait même pas encore commencé à décliner, qu'ils n'avaient même pas l'excuse des soirées d'ennui dans un monde où les jeux vidéos et internet n'existait pas encore.

L'épée du forban, le vieillard s'y était presque habitué. Il ne correspondait qu'à moitié au profil de ses compagnons de beuverie habituels, lui qui d'habitude tolérait les marins qu'avec fortes moqueries, et dans le fond, Breac ne faisait pas complètement exception. C'est comme ça que plusieurs chansons à boire plus tard, et une bouteille qui descendait un peu trop vite, un peu trop bien, qu'ils descendaient un peu comme s'ils étaient deux compères Oilliphéists.

Le gouailleurs balança une phrase, qu'il regrettera amèrement, à propos des « lassies » qui devaient être bien moins jolies à l'étranger que chez eux, et qu'il arrivait surement pas à lever avec sa sale gueule (c'était faux, il ne le trouvait pas si laid que ça) (oh oh, je peux même vous dire que bientôt, il risque ne plus le trouver laid du tout). Et c'est comme ça que le vieil ami se mit à déblatérer dans une longue logorrhée sur les femmes, qu'Alasdair n'écoutait qu'à moitié, avec un sourire en coin, se disant qu'il le baratinait avec n'importe quoi, et que c'était vraiment un homme à femmes, et qu'il connaissait surement la Délé' lui aussi.

Mais on mit (heureusement) fin à ses palabres avinées, ainsi que (malheureusement) au défi instauré muettement, puisqu'ils se firent gentiment mettre à la porte, malgré les rouspétassions disant qu'ils mettaient juste un peu d'ambiance dans ce trou à rat de mes deux ! Bien entendu, le vieil homme s'était à moitié fait arnaquer au moment de payer, distinguant assez mal les pièces qui se dédoublaient dans sa main, et avec lesquelles il n'arrivait de toute façon jamais à se débrouiller.

L'ambiance était joyeuse, même si Alasdair ne comprenait pas très bien comment Colin avait pu s'enticher de cet espèce d'aristocrate flegmatique. Mais qu'importe, il y avait trop de bonheur dans son sang, et il appréciait cette compagnie un peu déjantée de Firs Darrigs, s'y sentant comme un poisson dans l'eau.

Lorsque la catastrophe arriva, le vieillard titubant un peu ne comprit pas tout de suite ce qu'il se passait, mais voyait bien une certaine dangerosité à la situation et se mit à pâlir, couvrant sa tête par réflexe. Jusqu'au « Manqué. » lancé avec insouciance, qui lui arracha un rire et fit revenir la quiétude dans son esprit. Finalement, ils avaient bien fait de quitter cette taverne, c'était bien plus amusant dehors ! Ca grouillait, ça gueulait, non vraiment, comme un poisson dans l'eau il était.

Puis il y eut ce pari, dit sous le nom de défi, et l'imprimeur, qui n'avait alors plus rien du gentilhomme qu'il pouvait être, avait un grand sourire aux lèvres, balançant à la fin « 
Ouai, et t'as intérêt à les trouver, les bouteilles, sinon c'est les tiennes qu'on boira !
 ». Visiblement, il n'avait pas encore eu sa dose... Pas raisonnable pour un sous, c'moi qui vous l'dis, l'alcool tuera ce foie là à ce rythme. À moins qu'un boulet le fasse avant... Oh pardon, je m'avance sur l'histoire.

Le vieil homme ne voyait pas la folie qui animait le petit Colin, que les cris réveillaient ses instincts, et il hocha la tête à chacun de ses mots, si heureux de voir le gamin s'amuser. Les risques ne lui parvenaient plus aux esgourdes. Balancer quelques peurs, où est le mal ? Il ne voyait même pas que Breac était sérieux lorsqu'il disait qu'il tuerait certainement quelques personnes. Il se laissait aller à l'euphorie générale, donnant une grande tape dans le dos à Caiden avant que celui-ci emboîte le pas à son cadet, le plus jeune du groupe.

Puis petit à petit, tout tourna vinaigre. Les souvenirs d'Alasdair en sont encore très confus, et sans doute ne comprenait-il pas tout ce qui se passait. La foule devenait de plus en plus dense, de plus en plus paniquée. On voyait un feu qui se dégageait dans l'air, et il y eut un coup de canon, un premier coup de canon sur la taule – il fallut un moment pour que le vieil homme comprenne quelle avait été la cible, et après coup, ça le rendra un peu triste, il aimait bien ce lieu tout de même, et il espérait que personne n'avait été blessé parmi ces tristes créatures.

Lorsque le second boulet arriva, le vieil homme, peu habitué à ce genre de débâcle et certainement en plus mauvais état que son compagnon de boisson, ne vit rien arrivé, rien du tout. Il traçait simplement vers le bateau tel un joyeux luron, se demandant quels mots français il connaissait, tandis que pas grand chose lui venait à part leur bonne vieille devise et quelques formules de salutations.

C'est des giclées de sang qui viennent mettre fin à la fameuse euphorie. Moment où l'adrénaline se transforme en peur paralysante, où l'insouciance devient inquiétude devant la folie dans laquelle on se situe. Il perdit les autres du regard, ayant fermé les yeux, s'essuyant tout ce sang sur le visage, sentant la matière visqueuse sur son corps. C'est grâce à Caiden qu'il réussit à retrouver Colin, entendant sa voix au milieu des cris, qui dit ce nom, ce nom qui était tout ce qu'il avait en tête. Peut-être aurait-il pu s'inquiéter également pour Ailean, s'il ne le savait pas armé et tout à fait en état de se défendre, et surtout s'il n'avait pas tant l'habitude que sa vie soit en suspend, au point de ne plus faire attention à cette vieille branche qui revenait toujours vivante.

Le garçon était assis, avec cet air absent, complètement absent, le même genre d'air qu'il a eu durant sa crise de panique avec à peu près les mêmes acteurs. Et lui aussi, il vint crier le prénom du lutin au milieu du tumulte, à moitié affolé maintenant, les idées peu claires mais réveillées par l'urgence qui battait dans sa cage thoracique. Il y avait du sang partout, un nombre de morts comme il en avait rarement vu, et de blessés, et il ne savait pas très bien quoi faire. Il hasarda des mots de réconfort, comme quoi ça allait aller, oui ça allait aller, avant de se reprendre un peu. Il se mit à essuyer le sang sur Colin en parlant.

«
On doit le sortir de là, on doit partir d'ici. Caiden, Caiden, il faut le porter. Il y a une lady qui vit non loin de là, on pourrait l'amener chez elle, on pourrait...
» sa voix s'affolait, il parlait trop vite, certaines syllabes étaient difficiles à distinguer. Mais il faisait des grands signes pour indiquer au garçon de l'aider à le sortir de là, car lui n'y arriverait pas tout seul, et il voyait bien que le lutin était en mauvais état, très mauvais état, pire encore que lorsqu'il l'avait ramassé sur ce même port, avec un bandage sale au bras et une vive douleur. A ce moment, il s'était demandé qui avait fait ça, il avait voulu un responsable. Mais cette fois-ci, sa seule idée était de partir de là, trouver du secours, et vite, avant qu'un autre boulet arrive ou que quelqu'un le piétine.

avatar
Faileas

Messages : 81
Points : 213
Gnome !
Avatar : Christoph Waltz
Crédit : .nyx
Multicompte : /
Pseudo : Vanderwood

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 55 ans
Métier : Sauveur de la jeunesse des rues et voleur d'imprimerie
Pouvoirs : Mensonges imparables - Charmer les jeunes - Éveiller les peurs enfouies - Invisibilité de courte durée
Inconvénients : Farceur - Ses blagues vont souvent un peu trop loin - Incapable de laisser passer une défaite
Un nain de jardin te fait face. Il a encore la bouche pleine d'un tas de lettres qu'il a mangé : dommage, tu n'as plus que trois choix de réponses. Tu te retiens de pousser un cri devant une telle horreur et t'apprête à t'enfuir, lorsque tu t'aperçois que tu es encerclé par ces petits monstres
- Tu lui donnes un coup de pied : Vas en I.
- Tu lui demandes d'exaucer un vœu : Vas en N.
- Tu t'agenouilles, te fais passer pour l'un des leurs et commence à les suivre : Vas en F.

I Les nains semblent effrayés. Ils attrapent les lettres restantes et les avalent, se remplissant de nouvelles possibilités, mais te privant de tout échappatoire. Tu sens une ombre te recouvrir et lorsque tu te retournes, il est trop tard : le Sreath-Mhurtair t'assassine tandis que les nains ricanent, murmurant "le I est pour idiot". Tu es fortement invité à recommencer ce jeu.

TI Il n'y a qu'un seul et unique vœu possible, tu n'as pas su le choisir : les nains te ligotent, te privent de tes lettres et écrivent "triple idiot" sur ton front. Tu es livré es jeté dehors, à la merci du Sreath-Mhurtair qui se lèche les babines en te voyant.

F Tu avances avec peine dans un de leurs souterrains où le nain te guide. Arrivé à un embranchement muni de pancartes où tournes-tu ?
- Tu vas vers le nain qui t'enjoint à le rejoindre dans la salle du vœu : Vas en N.J.
- Tu prétends que tu les trouves très impolis, car d'après les coutumes de ton jardin, les invités ont le droit à une sieste dans la salle aux trésors avant toute chose : Vas en F.V.
- Tu es agacé par ce jeu stupide qui n'a rien à faire ici et a peu à voir avec Alasdair et choisit de revenir sur tes pas, ces derniers te courent après : Vas en I.

FV Tu te relèves et commences à creuser vers le haut, prenant tous les trésors possibles et t'enfuyant à grandes enjambées. Bravo : tu as choisi la meilleure des voies, celle de la fourberie, toujours victorieuse ! Alasdair te féliciterait.

N Le nain te promet d'exaucer tous tes vœux et il est prêt à te montrer ses pouvoirs magiques. Il te prend par la main, te demande de fermer les yeux, de t'agenouiller et de marcher.
- Tu ouvres les yeux malgré tout en chemin, rompant le sortilège et suscitant l'agacement du nain : Vas en f
- Tu déchaines ta colère demande à avoir ton vœu tout de suite et refuse de marcher : Vas en i
- Tu laisses le sortilège opérer : Vas en NJ.

NJ Tu te retrouves au milieu d'une arène envahie par les nains de jardin. Le roi nain te fait face et te demande quel est LE vœu.
- Tu demandes plus de vœux : Vas en TI
- Tu insinues que ce jardin n'est pas assez riche pour exaucer LE vœu, furieux, ils te conduisent à la salle aux trésors pour que tu retires ta parole : Vas en FV.
- Croyant à leur magie, tu demandes à être l'être le plus puissant de l'univers : Vas en GNJ

GNJ Le roi des nains déclare qu'ils ont enfin trouvé l'être suprême, le Grand Nain de Jardin. On te coiffe d'un bonnet rouge, t'installe sur un trône et te prie à longueur de journées, te menaçant de mort si tu oses essayer de t'échapper...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Delëphaïne O’Hayre le Mar 14 Aoû - 12:07

C’pour vous dire la Délè détaille la mignonette, d’son idée, c’est qu’les garde s’occupent de sa trogne, l’premier comme l’second. Elle pousse même le vice à inviter l’bonhomme à l’faire écouter, non pas qu’elle soit elle-même insensible à la chose mais elle s’déjoue du bordel histoire d’pouvoir aller ramasser c’qui lui convient. Comme elles sont pas nombreuses à aller s’enquiller dans le bordel, c’parfait. Pis…avouons-le, elle récompenserait la petiote orgueilleuse d’une jolie chose brillante, histoire d’lui permettre d’le contempler. Un rien qui suffirait à lui t’nir la fidélité. Mais celle-là, elle est en sacré voix pour s’jouer d’favoritisme.

Mais bon, c’t’évident. Une petite dévouée comme ça, ça sgarde, ça s’bichonne, ça s’cajole tout plein parce qu’elle vous restera limite jusqu’à sa mort, jusqu’à c’que vous la fassiez votre héritière même si vous doutez toujours un peu d’sa capacité aux responsabilités !

Fin bref, v’la l’topo. Il empêche la petite chanteuse de passer, v’la que le gaélique d’sa chansonnette a pas fait d’l’effet, l’fumée sort par les naseaux d’la délé alors qu’elle s’dit que c’est t’être l’occasion…

V’la-t-y pas qu’on tente le tout pour l’tout !

Mais l'monde il en a décidé d'une autre façon. La Délè, elle tente, elle s'faufille, mais l'garde l'apalgue et la tire vers l'arrière, l'empêchant d'faire ce qu'elle souhaitait. Tant de beauté et de clinquant qui sont pas pour son minois, et qu'on lui arrache "presque" des mains. Elle gronde, comme la bête furieuse qu'on interrompt pendant la graille, r'pousse la main du bestiaux. On la touche, on la paye, qu'on s'le dise. l'humeur d'sirène est titillée, on la prive d'clinquant, Bordel!

Elle r'pousse l'garde en gueulant, pour qui qu'il se prends celui là! La voluptueuse s'dégage et chope sa petiote au poignet, prête à s'imposer d'sa trogne gigantesque, avant que...l'chaos n'décide d'en faire autrement. La cascade d'bboulet, l'explosion du machin, la Délè a un réflexe, saugrenue. Un du genre qu'on aurait pas cru, elle chope la gosse et la rabat au sol, la cache même de sa carcasse d'chair, et entends les hurlements. Pas d'petite tendresse ronde dans leur direction, mais pas loin. La délè a pas bien fait gaffe aux bonshommes sur l'port, elle s'en moque, d'sa voix de grande gueularde, elle ordonne aux filles d'rentrer ! T'être bien qu'elle est sévère, et pingre et tout c'que vous voulez la délè, mais ses filles c'est sacrée. Chopant la petite chanteuse, elle l'aide à s'relever.

-Tentes ta chance encore, c'est l'moment!

Elle la pousse en avant, avant d's'abattre sur les gardes, non pas pour leur maraver la bouche, mais pour s'raccrocher à leur cou, les emportant dans son mouvement, titubant comme une toupie en fin de course, elle les enfouis sous ses roberts. Est-ce que Moncha pourrait passer!?

Quoi? Les boulets sont pas venus à leur trogne, alors! Y a encore un peu d'espoir!! Jamais sous estimer l'besoin d'brillance d'une Ceasg.

_________________



"Quelque soit le brigand il y a la corruptrice
Conscience du pouvoir qui dort entre ses cuisses.
Qui susurre les ordres et les avis funestes ?
Vous, mes soeurs les salopes, les putains et les pestes !"



avatar
La Délè

Messages : 117
Points : 135
Ta tête Par défaut
Avatar : Beth Ditto
Crédit : Siid
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 38 ans
Métier : Maquerelle "A la taule des sonnettes"
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Fin limier (1) - Apnée longue durée (1) - Fétiche (5)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Matérialisme excacerbé - Appel de la mer - Désastre nautique - Syndactylie (pieds)
"Sur mon lit calciné
Lascive et si cruelle
Comment pour m'invoquer
Faut-il que l'on m'appelle ?
Mes diables et mes hommes
Et Dieu même en personne
Tout simplement me nomment :
« Patronne »"



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Ceann-Uidhe le Mar 14 Aoû - 12:07

Le membre 'Delëphaïne O’Hayre' a effectué l'action suivante : Le Destin


'Garde' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Moncha Maradhearg le Mar 14 Aoû - 12:40

La main de la Dëlë se referme sur ton poignet comme les serres d'un rapace. Pas le temps de protester, ni l'envie d'ailleurs, car sitôt qu'un second coup de tonnerre gronde, te voilà protéger par ses rondeurs blanches et son corsage. Le souffle de feu est passé, la voilà qui se relève, te remets sur tes pieds et t'intime de recommencer.

"Tentes ta chance encore, c'est l'moment!"

Portée par l'ordre de la Dëlë et sa grande main dans ton dos, te voilà à faire quelques pas en direction des gardes. Pas envie de chanter cette fois, ils sont écroulés au sol, et te voilà qui trottine entre eux, glissant comme une anguille jusqu'à un des bateaux.

"Arrêtez !"

Nouveau placage au sol, plus sportif, et moins confortable que celui de la Dëlë. Un garde encore debout t'a attrapée par les épaules et collée à terre, et vu son regard terrorisé c'était certainement pour te protéger. Soupir et mouvements de contorsionniste pour te défaire de son emprise, mais c'est qu'il a de la poigne le bougre. Il te ramène jusqu'à la Dëlë, une main un peu trop basse sur ton dos qui te vaut des sifflements indignés de chat sauvage. Mais tu souris intérieurement d'avance, toucher la marchandise ça veut dire payer, surtout quand on ramène la marchandise à la caisse.

"Gardez la en sécurité, c'est le chaos là-haut, faudrait pas qu'une fille comme elle aille s'abîmer."

Regard désolé envers la Dëlë d'avoir encore échoué et tu cours presque vers elle quand il te lâche enfin. On ne prive pas une sirène d'un trésor potentiel, encore moins quand le trésor est accompagné d'un joli spectacle sanglant.

Le garde sourit, salue d'un signe de tête et fait demi tour pour s'éloigner. Et toi de murmurer :

"Il en a bien profité surtout."

Sourire de revanche.

_________________
Cette nuit était la dernière où elle respirait le même air que lui,
où elle pouvait regarder la mer profonde et le ciel étoilé.
Une nuit éternelle, une nuit sans rêves l’attendait, puisqu’elle n’avait pas d’âme.
Jusqu’à minuit, la joie et la gaieté régnèrent autour d’elle.
Elle-même riait et dansait, la mort dans le cœur.
 
-Andersen, La petite Sirène
avatar
Faileas

Messages : 25
Points : 90

Avatar : Audrey Hepburn
Crédit : Aslaug
Multicompte : Sheena Matheson / Colin Smith / Crìsdean Gòrdanach / Lucy Warlls
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 22 ans
Métier : Prostituée
Pouvoirs : Beauté (1 pt) - Charisme (1 pt) - Chant hypnotique (3 pts)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang - Matérialisme exacerbé


" Et lorsque son sang chaud coulera sur tes pieds, ils se réuniront en une queue de poisson et tu redeviendra sirène." (Andersen, La petite Sirène)


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Ceann-Uidhe le Mar 14 Aoû - 12:40

Le membre 'Moncha Maradhearg' a effectué l'action suivante : Le Destin


'Garde' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Caiden Munroe le Mar 14 Aoû - 13:35


Chaos in leith
Event

Je n’avais pas compris l’arrivée de Alasdair auprès de moi. Quand ? Comment ? Qu’importe... Pris dans le tourment de la douleur et de la peur. Il fallait d’abord que je réveille Colin et ensuite, j’écouterai ce que le vieux lutin aura envie de dire. Ce qu’il veut. Mais là, je suis concentré sur Colin, mes côtes, ma respiration. Sans compter la tête qui tourne. Le sang qui coule. La panique dans celui de mes veines. Je vois les mains d’Alasdair essuyer le sang sur Colin. Je le regarde faire désarmé. Je n’entends que l’écho de mon coeur qui se mélange au battage alentours. Je suis les doigts qui débarrasse le visage de Colin de ce rouge mais ces yeux sont toujours autant au loin.

Encore mon prénom. Je lève la tête vers Alasdair. Il me parle. La bouche bouge. Caiden, il faut le porter. C’est tout ce que j’entends. Je cligne des paupières. Le porter ? Le porter ? Respiration saccadée. Douleur aiguë. Rappel de l’état. Contusion. Le porter ? Je hoche de la tête. Je ferme les paupières. Je pose une main sur celle de Alasdair pour qu’il puisse se pousser. J’inspire lentement, douloureusement et j’attrape Colin du côté non blessé. Je le porte contre mon torse. Son bras blessé est sur lui. Je me fige quelques secondes sous la douleur irradiante. Elle vient palpiter dans mon crâne. Elle se répand dans le cerveau. Sous la géhenne, je perds pendant quelques secondes la vue. Les sons sont amplifiés accentuant le mal. Je resserre mes bras autour de Colin.

Je referme les yeux et j’entame un premier pas sous ces lacérations intérieures. Je serre les lèvres et ouvre les paupières. Regard droit devant. Chaque pas est une torture. Chaque cri, une horreur. Chaque mouvement, un déchirement. La raison est partie. La réflexion a suivi. Le mental ? Il est présent sans y être vraiment. Tout ce qui se passe autour est vite oublié, une fois dépassé. Alasdair écarte le chemin. Devant moi, il n’y a plus rien. Pourtant, j’aperçois les obstacles et je les passe. Les yeux voient mais le cerveau ne traite pas l’information. L’esprit est puissant. Même en état de choc, surtout en état de choc, il déclenche des réactions primaires propres aux animaux. Ce que nous sommes. Ce que je suis. Animal en proie à la panique et à la douleur. Les battements de coeur s’accélèrent. La montée d’adrénaline aide au déplacement.

Au bout du chemin, quand enfin le quai s’éloigne, une silhouette. Féminine. Je la connais. Gemma. Gemma ! Soulagement. Je sais depuis le temps qu’elle peut aider. Je suis désolé mais je ne suivrai pas Alasdair. J’avais trouvé quelqu’un qui pouvait aider. Se rendre chez quelqu’un permet d’apprendre à le connaître. Surtout aussi, souvent que ce que je l’avais fait. L’instinct de survie. L’instinct premier. Je m’arrête devant la femme. Aussi rouge que le sang, je nous présente à elle. Reconnaîtra-t-elle qui je suis au milieu de ses viscères étalées ? Je tombe presqu’à genoux à ses pieds. La douleur commence à gagner du terrain sur le mental. Je fais attention à Colin, le posant sur le sol mais le soutenant encore. D’un regard vide, je regarde vers cette femme.

Gemma, aide-nous. O-on va chez toi.

La voix était lointaine. Pas celle dont elle me connaissait. Je me relève avec le corps de Colin. La douleur est toujours présente. Trop présente. C’est mon corps entier qui hurle. Cri silencieux. Le chemin semble assombri. Mais je le connais. Nombre de fois où je ne suis rendu chez elle. Jamais, il ne fut si marquant. Je m’avance sans attendre son accord. L’air ferreux est loin derrière. Pourtant sur mes papilles restent un résidu frais et persistant.  Du sang. Comme s’il n’y en avait pas assez … Le voilà qui surgit comme le lutin que je suis. Du coin de ma bouche, un filet ruisselle. Le temps semble m’être compté. Je le sens dans mon corps. Le compte à rebours est lancé.

La limite est presqu’atteinte. Je la repousse encore un peu plus loin. Tirant sur la corde de la vie. Rallongeant cet effort. La porte, tellement connue, est en vue. Je m’avance péniblement vers celle-ci. Alasdair semble aussi penser à cette demeure. J’arrive devant la porte et je siffle froidement de l’ouvrir. Bouche qui crache son sang alors que je m’appuie sur le chambranle. Repos éphémère. Voici que la porte s’ouvre. Schéma habituel d’antan. Je pénètre dans la demeure comme avant. Cette fois sans le hareng. Et la promesse d’un repas. Je dépose Colin sur le canapé. Je m’avance encore de deux pas avant de tomber à genoux, me rattrapant avec les deux mains,  toussant la douleur. Le sang se déverse sur le sol. La douleur, ravie, a enfin gagné.

Le temps est fini. Le corps évanoui, sur le sol en sang, gît.
Fiche codée par NyxBanana
avatar
Faileas

Messages : 180
Points : 502
Ta tête Par défaut
Avatar : Adrien Sahores
Crédit : Signa : Un tonton râleur
Multicompte : //
Pseudo : Shury

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24
Métier : Patron de l'hôtel Taigh Osta Munroe
Pouvoirs : éveiller les peurs enfouies, provoquer des cauchemars, mensonges imparables, charmer les jeunes
Inconvénients : fascination pour la couleur rouge, s'incruste chez les gens
Caractéristiques Physiques Particuliers
- Une cicatrice dans la paume de sa main gauche

Caractéristiques Mentales Particuliers
- Traumatisé par l'événement du port



Réside au Manoir McLean dont sa mère est la propriétaire

Une barque emplie de tristesse
Dérive dans une mer d'arbres, ballottée en tous sens
Elle transporte des âmes égarées
Le ciel s'éclaircit dans un instant de silence
Les gouttes du temps qui coulent sur les feuilles
Finissent par retomber sur le sol comme nos prières innocentes
Et même si ce qui se reflète à la surface de l'eau
N'est qu'un cercle de drames incessants
Tout homme se blesse un jour et porte sa douleur comme un fardeau
Blessant les autre en retour sans y penser
Alors qu'un horrible vent de cruauté se déchaîne sur nous
Je garde mes précieux sentiments bien enfouis au fond de mon coeur
En remontant les dunes dans le noir
On trouve un papillon ambré teinté de bleu
Tremblant, il porte sur ses ailes
Les mots du passé
Et si ces clés rouillées
Sont notre seul espoir
Nous devons protéger notre trésor
Avant que même l'amour ne devienne un crime
Enfonce la porte du désespoir pour aller de l'avant
Même dans un monde d'altruisme
Accepte la vérité, les mensonges, les trahisons et les péchés
Car ils sont à la fois forts, doux et fragiles
Toi qui supportes ce destin tragique
Toi qui luttes contre la pendule qui annonce le désastre
Peut-être qu'un jour tu lèveras les yeux vers le ciel
En priant pour entendre résonner une mélodie de paix...
Tes larmes de frustration sont des embruns argentés
Même dans un monde d'altruisme
Tu te souviens toujours clairement
Des esquisses d'un rêve passé
Tout homme se blesse un jour et porte sa douleur comme un fardeau
Blessant les autre en retour sans y penser
Alors qu'un horrible vent de cruauté se déchaîne sur nous
Je garde mes précieux sentiments bien enfouis au fond de mon cœur

[ 誰ガ為ノ世界 ]


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Breac Jamieson le Mar 14 Aoû - 14:55

Ah, oui, le monde est vilain, il n'est pas correct, désolé ! Ce n'est pas Breac Jamieson qui l'a créé. Et vous mes compagnons, souvenez-vous en. La première volée de boulets peut être suivie très rapidement par la seconde, si le navire dispose d'une double rangée. Il faut attendre. Plaquer la main sur la poitrine qui tressaute de purs réflexes physiques, garder les deux innocents contre le pavé. Si seconde salve il y a, qu'elle fuse au-dessus de leurs têtes, sans les toucher. Breac n'y entend plus bien, assourdi par le tonnerre, il perçoit seulement la vibration entêtante du piétinement général qui les entoure. Il sait que des gens hurlent mais il n'est pas gêné par ce son qui a cessé de l'atteindre. Le sang, eh bien – ça ira, ça ira – il n'est pas contre un peu d'écarlate dans son environnement immédiat, disons-le ainsi.

Non, ce qui l'arrête quelques secondes dans son mouvement pour se relever, ce qui le fige alors qu'on le bouscule et que les survivants se regroupent en criant leurs noms respectifs, en se dégageant du charnier ambiant... C'est une image qui s'est superposée à une image. Un voile d'un bleu vert et blafard, éclairé de spectrales créatures phosphorescentes qui flottent dans le néant, posé sur cette belle image rouge d'absurdité et de gloire. Il reste calme, il avale le poison, et le sang d'un autre qui lui a éclaboussé le visage. Il va digérer tout ça, il a l'habitude. C'est ce qu'il se dit, en se relevant, songeant tranquillement qu'il ne peut pas tirer à la fois son épée et ses pistolets du fourreau, que c'est bien agaçant, que décidément il lui faut cette main mécanique à laquelle il rêve depuis des mois.

Si cette image lui revient en tête, il ne sera pas capable de se battre correctement.

Vous allez quitter les lieux ? Tous, et vous êtes tous debout ? Bien. Breac leur accorde un coup d'oeil en biais, les silhouettes qui s'apprêtaient à sauter à bord de l'épave avec lui, et qui maintenant réalisent à quel point c'est dangereux. Ils sont secoués par la vision d'horreur, et difficile de dire s'ils sont blessés ou non, mais ils marchent, et ils ont l'air de savoir où ils vont. Trois silhouettes qui disparaissent dans le nuage de poussière blanche. Un sourire, et en avant. Non, Breac ne va pas dans la même direction. Il n'est pas médecin, lui ; il est soldat. Il y a là trois affreux navires qui requièrent son attention, et il ne va quand même pas être discourtois au point de la leur refuser. Sans doute que les autres seront bien contents de savoir qu'il a riposté en leur nom. Il y a une sorte de fureur contenue dans sa tranquillité. Les gens qui le croisent ne peuvent pas s'en douter - et puis ils ont davantage à craindre - et puis il ne les voit pas vraiment.

Les jeunes vont se demander où il a pu passer, mais sans doute que Nilsen saura leur répondre : petit A, nul ne le sait et petit B, ça n'est pas bien grave. Il commence à le connaître. Et après cette histoire il le connaîtra tout à fait, pourvu que ça ne dépasse pas ce que l'imprimeur - imprimeur ? tu parles d'un métier - était capable d'encaisser.

Le navire qui réclamait l'attention la plus immédiate était, malheureusement, le plus inaccessible. Un vilain bâtiment en mouvement – les pires – et à distance des quais, impossible à prendre d'assaut à moins de se jeter à l'eau, ce qui était strictement hors de question. Non, de toute façon Breac n'aurait pas pu faire grand-chose à cet égard, étant donné qu'il ne disposait pas d'une troupe à mener à l'abordage. Et son pistolet ne ferait pas grand dommage à la machine elle-même, qu'il souhaitait endommager bien davantage que les âmes qui occupaient son bord. Eux, au fond, c'étaient de braves pirates qu'il comprenait sans doute mieux que la plupart des quidams environnants, et qui ne suivaient jamais que leur nature. C'était le cercueil flottant qui venait tout corrompre.

Il y avait sans doute de plus grands pistolets à emprunter, pour aboutir à l'effet recherché. C'est en quête de ces derniers qu'il grimpa à bord du bateau britannique endommagé. Bon, il regrettait un peu que leur petit jeu de défis soit tombé à l'eau. Mais de toute façon, dès qu'il escalada à bord du tas de planches mal en point, il réalisa que ça n'aurait pas abouti à grand-chose de toute façon. Ce n'était pas un navire à l'escale, en usage et prêt à partir, regorgeant de toutes sortes d'objets à voler. C'était une carcasse inoccupée, semblable à quelque logement à louer. Bon, c'était propre, pour une bâtisse démolie ; et ça ne coulait pas encore trop vite à son goût. Deux qualités qu'il apprécia d'un oeil distrait, tandis qu'il s'aventurait dans les flancs éventrés de la bête.

Bon ! Ils avaient tout de même bien des pièces d'artillerie en réserve, ces braves gens ?

Tout ce qui peut mal se passer, lorsque vous cherchez inopinément à faire usage d'une pièce d'artillerie qui ne vous appartient pas :
Succès/succès/succès : pièce il y a, mais point de poudre à proximité ; il va falloir la chercher. (C'est un succès absolu parce que ça ne vous tuera pas.)
Succès/succès/échec : saviez-vous que même un tir réussi peut vous cribler le visage d'étincelles fort désagréables, voire mettre le feu à votre barbe si vous en possédez une ?
Succès/échec/succès : saviez-vous qu'un navire qui coule peut avoir l'air parfaitement sage, et soudain s'engloutir d'un seul coup ?
Succès/échec/échec : saviez-vous qu'un corsaire lancé à pleine vitesse provoque des vagues, lesquelles peuvent aisément vous atteindre par le sabord*, selon l'inclinaison de l'épave où vous avez jugé intelligent de vous promener ?
Echec/succès/succès : saviez-vous qu'un sabord peut non seulement servir à tirer au canon sur l'adversaire, mais aussi, si votre activité lui déplaît, à vous faire tirer dessus ?
Echec/succès/échec : saviez-vous qu'il est fort incommode de viser, avec un canon, surtout une cible en mouvement ?
Echec/échec/succès : saviez-vous qu'un canon mal arrimé, ça a un recul de tous les diables ?
Echec/échec/échec : saviez-vous qu'un canon mal manié, ça explose ?

*sabord : ouverture dans la coque, par laquelle passe le canon des pièces d'artillerie navale. (Mille, ça fait beaucoup de canons.)

_________________
avatar
Ged a tha mi fada bhuat, cha dhealaich sinn a' chaoidh

Messages : 105
Points : 476

Avatar : V. V. Gallo
Crédit : Guilty
Multicompte : Nay
Pseudo : Breac is fine.

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 50 y.o.
Métier : Rentier
Pouvoirs : Invisibilité, téléportation
Inconvénients : Incapable de laisser passer une défaite ; farceur ; ses plaisanteries vont trop loin ; et il est fasciné par la couleur rouge.
I got my wastefulness from the same man I got my silver buttons from; and that was my poor father, Donnchad Stiubhart, grace be to him! He was the prettiest man of his kindred; and the best swordsman in the Hielands, and that is the same as to say, in all the world, I should ken, for it was him that taught me.

He was in the Black Watch, when first it was mustered; and, like other gentlemen privates, had a gillie at his back to carry his firelock for him on the march. Well, the King, it appears, was wishful to see Hieland swordsmanship; and my father and three more were chosen out and sent to London town, to let him see it at the best...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Ceann-Uidhe le Mar 14 Aoû - 14:55

Le membre 'Breac Jamieson' a effectué l'action suivante : Le Destin


#1 'Succés/Echec' :


--------------------------------

#2 'Succés/Echec' :


--------------------------------

#3 'Succés/Echec' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Colin Smith le Mar 14 Aoû - 21:42

Corps sans force et esprit envolé
Loin de ce maudit charnier.
Retrouver d’autres souvenirs abandonnés,
Rejouer la scène désespérément oubliée.:
C’était quoi, qui était revenu en premier, les bocaux ? Oui les bocaux. Partout. Sur les étagères, avec ces choses qui flottaient dedans, mortes, absurdes, et... les instruments, rangés, alignés, classés. Pas de sang, pas d’odeur et c’était peut-être le plus terrifiant.

C’était revenu, il y était revenu, comme il y était arrivé la première fois. Réveil inquiet dans un lieu improbable, mal partout, attaché , pendant que des voix, ailleurs...

- Je l’ai vu apparaître contre un mur... Comme s’il l’avait traversé. Et l’odeur de souffre...

Ne pas se débattre, pas folle la guêpe, et puis la panique était plus empoisonnante que n’importe quel lien. Terreur qu bout dans les veines, et le noir. Quelque chose sur les yeux, le lutin sent le tissu, regard bandé comme un animal, pour qu’il se tienne tranquille.

D’autres voix,  et une plus petites, d’enfant.

- Qu’est-ce qu’il a ?
- Sors de là Caireall.
- Pourquoi tu l’as...
- Pour notre bien, je te l’ai déjà expliqué. Sors de là maintenant s’il te plaît.

Le noir se ressemble, noir tranquille, dormir pour ne pas compter, membres endoloris à cause des liens. Dormir pour ne pas sentir la douleur.

- Comment tu t’appelles ?

L’enfant est revenu, il passe ses doigts le long du bandeau. Secouer négativement la tête, faut qu’il s’en aille, et... oui, c’est quoi le nom ? Pas de nom. Jamais eu.

Soif, faim, les membres tétanisés par la position. Une petite main court le long du poignet. Deux mains. Quelque chose de froid, métallique. Un cliquetis. Une autre chaîne ?

-  Caireall !
- Mais j’ai...
- Dehors !

Course affolée, porte qui claque, soupir. Les liens sont défaits, le corps ballotté comme un fétu de paille et... Essayer de se défendre, mais le corps trop engourdi et de toute façon l’odeur qui...

Réveil dans le noir, le ruban a disparu, les liens aussi, juste de la pierre froide. C’est là que la terreur avait surgi. Que les coups avaient fini par pleuvoir.

Et puis, la porte qui s’ouvre, la lumière qui brûle les yeux et le corps palettant. Une main, qui caresse, doucement. Et la voix d’enfant.

- Colin... viens... il va te tuer sinon. Viens...

Les mains qui apaisent, le corps qui se redresse lentement, rampe, marche à peine, au dehors et... voit.

Voit la pièce, enfin. Les bocaux, les instruments, et l’enfant à côté qui va chercher de l’eau mais... fuir.
Chercher à tâtons un mur extérieur et... la pierre froide, c’est... encore trop loin.

-Tiens...

L’enfant tend de la nourriture, de l’eau. Boire, manger. Les forces reviennent, la douleur aussi. Lutin vacillant comme la flamme d’une bougie, suit l’enfant dans un dédale qu’il ne comprend pas et qu’il ne reconnaîtra bientôt plus.

Dans le salon, l’entrée est proche, les bruits de la rue se font entendre.

-Il revient, il revient !

Voix paniquée, alors plus le choix. Un sourire de remerciement, pas la force de faire plus, se figurer la rue au dehors, la rue visible par la fenêtre, et...

Odeur de souffre.

Reprendre conscience sur un canapé,
Ouvrir les yeux un peu hébété.
La douleur comme réveil, élancée
Et Caiden gisant sur le parquet.

« Cai... » Gémir, tenter de se relever,
Manquer de hurler de douleur au bras blessé.
Et tout ce sang au sol, accumulé.
Le rouge comme repère pour avancer.

On triera plus tard les souvenirs remontés,
D’abord essayer de le soigner,
Mais pour ça il faudrait bouger,
Avec la douleur, comme paralysé.

_________________
avatar
Faileas

Messages : 124
Points : 308

Avatar : Thomas Brodie-Sangster
Crédit : Un lutin particulier <3
Multicompte : Sheena Matheson/Crìsdean Gòrdanach/Moncha Maradhearg / Lucy Warlls
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 18 ans
Pouvoirs : Téléportation, invisibilité de courte durée, éveiller des peurs enfouies
Inconvénients : S'incruste chez les gens, ochlophobie, fascination pour la couleur rouge, Entêtement
"Oh puissions nous sauver de la [mort,
Ces cœurs qu'ils ont jadis liés
Pour qu'à la face du ciel ils mènent [encore
Ce combat pour la liberté"
(Walt Whiteman, Feuilles d'Herbe)




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 4 Re: [EVENT V] Chaos in Leith

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum