Rejoins-nous!
Connecte-toi

-Ouais j'tape plus fort pour t'entendre moins [Ft. Alasdair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 3 -Ouais j'tape plus fort pour t'entendre moins [Ft. Alasdair]

Message par Crìsdean Gòrdanach le Ven 23 Mar - 22:27

J'savais que j'me sentirai bien dans cette forge. L'instinct trompe pas. Le coup régulier du marteau sur le fer chauffé à blanc ça m'calme. J'aime bien. Depuis qu'j'ai commencé à bosser j'ai moins besoin de m'défouler dans l'sac de foin que j'ai posé dans un coin de la chambre. Là les coups tombent tout seuls, et le bruit du métal rappelle un goût de fer et j'suis là, mâchoire serrée, à cogner en rythme et j'aime ça. Pis au moins l'bruit du marteau couvre le reste, j'ai pas à faire semblant d'écouter les autres. J'imagine que c'est la tête de mon frère sur cette maudite enclume. J'compte en silence le nombre de dents que j'ferais sauter s'il avait vraiment été là. Ouais c'est violent. Ouais. Dégueulasse. J'me rappelle de mon vieux qui m'a dit qu'j'étais encore plus dangereux qu'mon frangin à cause de toute cette violence. Sauf que cette rage là, j'ai beau y être accro, j'la contrôle. Moi j'ai un cadre, je sais c'que j'fais et c'est pas une putain d'voix qui m'dit quoi faire. Là par exemple j'suis énervé mais j'ai retenu mon geste vu que j'dois passer à une autre étape. Alors j'pose le marteau, et avec la pince qui m'permettait d'coincer la pièce sur l'enclume j'la pose sur les braises où elle va passer la nuit. Et puis j'prends celle qui y est déjà posée, et j'la plonge dans le bac d'eau. La vapeur crisse ses volutes et embrume l'entrée de la forge.

C'est quand la fumée retombe que j'le vois.

L'vieux devait m'regarder depuis un certain temps, il a l'air passionné par c'que j'fabrique. J'ai bien envie de l'envoyer promener mais j'ai des ordres. Alors j'souris comme je peux et j'lui lance :

"J'peux vous aider ?"

J'veux pas l'aider, j'ai pas envie d'le voir. Y a un truc dans son sourire qui m'énerve. J'sens que c'est l'genre de personne à raconter sa vie dès qu'on lui d'mande notre chemin et rien qu'd'imaginer qu'il va rester là à m'parler de choses qui m'intéressent pas, ça m'donne des sueurs froides. Mais j'ai pas l'choix. Faut avoir l'air aimable, j'l'aime bien c'boulot ça serait dommage d'le perdre à cause d'un vieux qui ramène sa science. Au moins, le fait que j'doive continuer à travailler le métal me donne une excuse. J'me remets à ma tâche, un coup dans l'four et j'lime la pièce. J'ai cessé d'regarder l'vieux, j'me dit que s'il veut m'parler il finira par le faire quoi qu'je fasse.
avatar
Faileas

Messages : 19
Points : 60
Ta tête Par défaut
Avatar : Robert Pattinson
Crédit : Aslaug
Multicompte : Sheena Matheson/Colin Smith
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 29
Métier : Apprenti Forgeron
Pouvoirs : ne craint pas le feu, agilité naturelle, ossature incassable
Inconvénients : éméthophobie (peur de vomiir), agoraphobie, n’aime pas le son de la cornemuse


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: -Ouais j'tape plus fort pour t'entendre moins [Ft. Alasdair]

Message par Alasdair Nilsen le Lun 16 Avr - 21:23





Ouais j'tape plus fort pour t'entendre moins

Le 23 mars 1762, en fin d'après-midi

Le farfadet avait fini tôt sa journée de travail, il ne croulait pas sous les commandes en ce moment, et se laissait plutôt aller ces derniers temps. Lui qui n'avait rien d'un soldat, ne s'était jamais battu, avait les mains douces d'une femme parce qu'il n'avait jamais eu à faire quelque emploi de force, sa cicatrice lui servait de prétexte pour feignantiser et il ne cessait de blaguer dessus. Il avait même réussit à faire croire à ses collègues toutes sortes d'histoires, toutes plus farfelues les unes que les autres, avant d'avouer la vérité : il s'était fait planter dans un bordel, et peut-être bien par une jolie donzelle qui plus est.

En l'absence de compagnon de beuverie immédiat et n'ayant point de vie de famille besogneuse ou quelque marâtre pour l'attendre chez soi le rouleau à pâtisserie à la main, cette fin d'après-midi lui semblait idéale pour venir distribuer des sourires aux commerçants des alentours, petit milieu où il était connu, certes moins que le loup blanc, mais peu ignoraient sa trogne.

S'il habitait Grassmarket, ce n'était pas simplement par pure commodité. Même s'il avait travaillé à l'autre bout de la ville, il se serait sans doute débrouillé pour avoir sa bicoque dans le quartier. Il s'agissait de sa partie favorite de la cité, et ce depuis qu'il était en âge de déambuler dans les jupes de la vieille enfumée. Presque tous ses souvenirs d'enfance et d'adolescence y étaient associés, et en homme qui aurait voulu rester garçon, dont les effervescences de la malice d'enfance tintait à son cœur telle une madeleine dodue trempée dans quelques feuilles de tilleul, il s'était fort bien débrouillé pour y ancrer sa vie d'adulte et même sa vie de vieillard.

Alors vous comprendrez que Grassmarket, c'était dans ses mirettes le quartier d'la vie. Ah ces habitations temporaires au pied de la superbe bâtisse de son meilleur ami ! Ces exécutions pleines de pickpockets ! Ces p'tits arnaqueurs qui se glissent au milieu des honnêtes marchands ! Mais surtout : Ah le beau quartier de l'art et de l'artisanat ! L'un étant égal à l'autre dans l'esprit du vieux bougre.

Et c'est ainsi que ses pieds le portèrent tout naturellement à la forge du coin. Repaire à Oillis selon ses propres pensées, lui qui avait pendant si longtemps traqué les membres de cette race avec minutie, histoire de ne pas proposer à un quidam innocent de tout sang monstrueux de manger son prochain pour quelques piécettes. Mais en ce jour, il était sans a priori, et balaya distraitement cette idée un peu raciste.

Et c'est avec des yeux d'môme qu'il regarde ce jeune homme frapper sur l'enclume avec force, pour ne point dire avec rage. Et ses pas s'arrêtent. Et ses yeux traînent sur ces mains inconnues, mains qui elles ont connu le travail. Et lui, ce milieu, il connaît pas, oh que non il connaît pas. Et ces braises et cette façon de moduler le métal à sa guise, comme si le monde entier pouvait être déformé, réformé, transformé – c'est un mot qu'il aime ça, transformer, comme tous les mots en trans, transgression, transmission, transgen... ah non, ça marche pas à l'époque, hum, trans, trans...lucide ? Non, ne vous enfuyez pas ! Non, non ! Pas les tomates pourries ! –

Hum hum, entre temps, l'idiot s'était approché, suivait chaque geste, de façon presque inconvenante, mais personne n'ose jamais rien dire aux anciens à barbe blanchâtre, et cela faisait quelques années que ce vieux fou en profitait, voire abusait. La fumée tomba, son regard rieur croisa celui du beau jeune homme qui lui grimaça un sourire, qui lui d'mande s'il peut l'aider, par convenance. Pas tout à fait de la même manière que s'il l'avait prit la main dans sa proche, attrapé le poignet et ricané un « J'peux vous aider ? » d'un ton ironique, pas tout à fait non plus comme un vrai commerçant qui souhaiterait l'attraper dans ses filets et lui vendre pères et mères, mais alors certainement pas comme une jeune fille bienveillante face à un aveugle qui tente de traverser la route.

Si le guedin avait sentit cette pointe rugueuse qui elle était là sans nul doute dans sa voix, s'il avait vu que le jeune forgeron frappait avec une démesure certaine sur son enclume, je ne me prononcerai point. Toujours est-il qu'il lui lança un magnifique sourire quand leurs yeux se croisèrent, d'son sourire un peu canaille, un peu trop heureux et un peu trop taquin.

Et l'gars reprend son travail. Tous les signes qu'on le dérange sont là, mais il est un gentil garçon, un garçon bien poli, alors il ne le dira pas tout de go. Peut-être fut-ce là son erreur. Ou peut-être que ça n'y aurait rien changé. Dans tous les cas, Alasdair se lança dans une diatribe aux accents agaçants comme il les aime.

« 
Vous pouvez certainement ! Par exemple, ne pourriez-vous pas mettre un peu moins de cœur à l'ouvrage ? Vous voyez, après cela fait des lames bien affutées, les tueurs
les achètent au supermarché du coin – hum hum, pardon, non il n'a point dit ça, je reprends –
les tueurs viennent se servir chez vous, puis ils en font n'importe quoi !
Il lui montre sa cicatrice, tendant le cou, espérant capter les yeux de son auditoire.
Enfin, il n'a pas su aller jusqu'au bout de sa tâche, il ne m'a même pas coupé la langue
, lança t-il non sans une lueur un peu provocatrice dans les yeux parce qu'il sentait bien qu'il aimerait bien qu'on la lui ait coupé, la langue,
ça ne devait pas être une lame de chez vous
, rajouta t-il telle une pincée de complaisance pour masquer le goût amer du on-s'amuse-à-mes-dépends lancé à l'instant.
Vous, vous avez l'air de faire ça fort bien ! D'ailleurs, qu'est-ce que vous confectionnez ?
Ses mirettes recommençaient à suivre les mains, avec une fascination flagrante malgré ses petites moqueries et manières entêtantes, et il prit toute l'innocence qu'il put, et se passant la main dans les cheveux d'un air presque gêné, il demanda doucement tel un enfant :
Vous voudriez bien me montrer comment vous faites ?
»

Fort difficile de dire s'il s'agissait d'un nouveau jeu, ou s'il souhaitait vraiment connaître les arcanes de la forge, arcanes qu'il aurait eu l'occasion de voir n'importe quel jour à n'importe quel moment, passant régulièrement devant cette forge en question, mais dont il se prenait soudainement de passion. Et sans doute y avait-il un peu des deux dans cette démarche pleine de spontanéité face à un pauvre bougre qui ne souhaitait que faire son travail et marteler en paix.

avatar
Faileas

Messages : 32
Points : 65
Gnome !
Avatar : Christoph Waltz
Crédit : Vanderwood
Multicompte : /
Pseudo : Vanderwood

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 55 ans
Métier : Relieur-doreur presque sans histoires
Pouvoirs : Mensonges imparables - Charmer les jeunes - Éveiller les peurs enfouies - Invisibilité de courte durée
Inconvénients : Farceur - Ses blagues vont souvent un peu trop loin - Incapable de laisser passer une défaite
Un nain de jardin te fait face. Il a encore la bouche pleine d'un tas de lettres qu'il a mangé : dommage, tu n'as plus que trois choix de réponses. Tu te retiens de pousser un cri devant une telle horreur et t'apprête à t'enfuir, lorsque tu t'aperçois que tu es encerclé par ces petits monstres
- Tu lui donnes un coup de pied : Vas en I.
- Tu lui demandes d'exaucer un vœu : Vas en N.
- Tu t'agenouilles, te fais passer pour l'un des leurs et commence à les suivre : Vas en F.

I Les nains semblent effrayés. Ils attrapent les lettres restantes et les avalent, se remplissant de nouvelles possibilités, mais te privant de tout échappatoire. Tu sens une ombre te recouvrir et lorsque tu te retourne, il est trop tard : le Sreath-Mhurtair t'assassines tandis que les nains ricanent, murmurant "le I est pour idiot". Tu es fortement invité à recommencer ce jeu.

TI Il n'y a qu'un seul et unique vœu possible, tu n'as pas su le choisir : les nains te ligotent, te privent de tes lettres et écrivent "triple idiot" sur ton front. Tu es livré es jeté dehors, à la merci du Sreath-Mhurtair qui se lèche les babines en te voyant.

F Tu avance avec peine dans un de leurs souterrains où le nain te guide. Arrivé à un embranchement muni de pancartes où tourne-tu ?
- Tu vas vers le nain qui t'enjoint à le rejoindre dans la salle du vœu : Vas en N.J.
- Tu prétends que tu les trouves très impolis, car d'après les coutumes de ton jardin, les invités ont le droit à une sieste dans la salle aux trésors avant toute chose : Vas en F.V.
- Tu es agacé par ce jeu stupide qui n'a rien à faire ici et a peu à voir avec Alasdair et choisit de revenir sur tes pas, ces derniers te courent après : Vas en I.

FV Tu te relève et commence à creuser vers le haut, prenant tous les trésors possibles et t'enfuyant à grandes enjambées. Bravo : tu as choisi la meilleure des voies, celle de la fourberie, toujours victorieuse ! Alasdair te féliciterait.

N Le nain te promet d'exaucer tous tes vœux et il est prêt à te montrer ses pouvoirs magiques. Il te prends par la main, te demande de fermer les yeux, de t'agenouiller et de marcher.
- Tu ouvres les yeux malgré tout en chemin, rompant le sortilège et suscitant l'agacement du nain : Vas en f
- Tu déchaines ta colère demande à avoir ton vœu tout de suite et refuse de marcher : Vas en i
- Tu laisses le sortilège opérer : Vas en NJ.

NJ Tu te retrouves au milieu d'une arène envahie par les nains de jardin. Le roi nain te fait face et te demande quel est LE vœu.
- Tu demandes plus de vœux : Vas en TI
- Tu insinues que ce jardin n'est pas assez riche pour exaucer LE vœu, furieux, ils te conduisent à la salle aux trésors pour que tu retires ta parole : Vas en FV.
- Croyant à leur magie, tu demandes à être l'être le plus puissant de l'univers : Vas en GNJ

GNJ Le roi des nains déclare qu'ils ont enfin trouvé l'être suprême, le Grand Nain de Jardin. On te coiffe d'un bonnet rouge, t'installe sur un trône et te prie à longueur de journées, te menaçant de mort si tu ose essayer de t'échapper...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: -Ouais j'tape plus fort pour t'entendre moins [Ft. Alasdair]

Message par Crìsdean Gòrdanach le Lun 16 Avr - 22:27

J'en étais sûr. J'le laisse parler, me raconter ses blessures de guerre qui n'en sont pas et j'fronce les sourcils quand il en vient au tueur. Depuis mon arrivée j'en entends parler souvent -mon patron s'y serait frotté ?-mais j'lai pas encore croisé. M'est avis que si c'était le cas j'l'aurais déjà aplatit sur l'enclume.  Pas dans un excès de loyauté envers Edimbourg ni à la population, pas plus pour jouer au héros. Juste que j'aime pas les monstres. J'apprécie pas plus les faibles, mais ceux qui se servent de leurs pouvoir pour légitimer leur puissance me sortent par les yeux. J'aime pas les meurtriers. Rien ne justifie de prendre la vie d'un autre, s'il est innocent. Quant aux monstres... ils peuvent crever. J'suis paradoxal ? Les gens que j'cogne l'ont soit cherché, soit j'me maîtrise et me contente de leur déchausser quelques dents.

"J'exécute les demandes, pas ma faute si les gens détournent mon travail."

Et puis, sans trop savoir pourquoi, je rajoute :

"J'peux vous en faire un pour vous défendre si vous voulez. Et si vous y mettez le prix vous pourrez même choisir comment j'vous l'enjolive."

J'sais pas trop c'qui m'a pris d'lui faire cette proposition. Sans doute que ça m'met mal à l'aise d'avoir un mec qui inspecte mon travail sans rien acheter. J'ai l'sentiment qu'c'est pas bien. Et puis j'lai pas agressé, j'lui force pas la main, j'me contente de rebondir sur c'qu'il vient d'me dire.

"Et comme ça si vous voulez j'pourrais vous expliquer un peu."

Dans les grandes lignes, parce qu'j'ai l'sentiment qu'le patron va pas apprécier qu'j'étale son savoir aussi facilement. L'est jaloux d'ses mains d'or le bougre.
avatar
Faileas

Messages : 19
Points : 60
Ta tête Par défaut
Avatar : Robert Pattinson
Crédit : Aslaug
Multicompte : Sheena Matheson/Colin Smith
Pseudo : Sasha von Eden

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 29
Métier : Apprenti Forgeron
Pouvoirs : ne craint pas le feu, agilité naturelle, ossature incassable
Inconvénients : éméthophobie (peur de vomiir), agoraphobie, n’aime pas le son de la cornemuse


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: -Ouais j'tape plus fort pour t'entendre moins [Ft. Alasdair]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum