1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.
Lundi, 15 octobre 2018

Pause indéterminée du forum


Instants volés (Alistair & Lindsay)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 3 Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Alistair Domhnall le Ven 16 Mar - 14:47




► cycle 3 | nothing can stand in the way of true love
Instants volés
Alistair & Lindsay

Le soleil a commencé sa courbe descendante sur Édimbourg et, déjà, la luminosité commence a baisser. Mais s’il y a bien une chose qui ne baisse pas, c’est l’enthousiasme du scientifique alors qu’il s’avance dans les rues de Grassmarket.

Naturellement, il est toujours particulièrement ravi de pouvoir passer un peu de temps avec son cher Lindsay, mais aujourd’hui était légèrement différente de ses habitudes. Aujourd’hui, il avait prévu d’emmener son âme sœur en rendez-vous. Inutile de dire que le chapelier n’en avait pour l’instant aucune idée. Mais Alistair était bien déterminé à faire passer cette méconnaissance sur les pertes de mémoire du jeune homme.

C’est donc affublé de son plus beau costume et coiffé de son meilleur chapeau -fabriqué ici même, pas les main délicates de l’homme qui l’obsédait- qu’il pousse la porte de la chapellerie Underwood, un sourire avenant collé aux lèvres.

La petite cloche annonçant son entrée retentis quand la porte la bouscule. L’homme pénètre dans la boutique comme s’il y était. Son regard cours un instant sur la pièce, notant l’absence de la raison de sa présence ici. C’est donc sans aucune gêne qu’il fait le tour du comptoir et pousse une nouvelle porte, celle de l’arrière boutique.

Mais là encore, il est déçus de trouver la pièce vide. Peut être Lindsay a-t-il du s’absenter le temps d’une course ? Dans tout les cas, la boutique était toujours ouverte, donc il ne devrait probablement pas tarder à revenir. Le bruit de la petite clochette raisonne à nouveau dans la battisse, attirant l’attention du psychiatre. Plein d’espoir quant à l’identité de la personne qui venait d’entrée, il rejoint rapidement la salle principale, uniquement pour tomber nez à nez avec un parfait inconnu.

Alistair fronce le nez un bref instant, déçu et agacé de ne pas voir Underwood en lieu et place de cet inconnu, qui, par sa simple présence, menaçait de se mettre en lui et son âme sœur. Il s’éclaircit la voix pour attirer l’attention de l’autre homme avant de prendre la parole.

Monsieur Underwood est pour l’instant absent. Je ne peux que vous conseiller de bien vouloir repasser plus tard.
Mais je devais le voir aujourd’hui, nous avions rendez vous pour parler d’un nouveau modè…
Il n’est pas là, je vous dis. Il vous recontactera pour reprogrammer un nouveau rendez-vous, n’ayez crainte. Maintenant, si vous voulez bien…

Sec, il désigne la porte de la main d’un geste néanmoins élégant, faisant clairement comprendre à l’intrus qu’il n’est pas le bienvenue. L’ambiance devient rapidement lourde, alors que le scientifique défie l’autre homme du regard. Par chance, l’inconnu semble avoir plus d’instinct de survie que de cerveau et finit par quitter la boutique, le laissant à nouveau seul.

Un sourire satisfait ne tarde pas à se frayer à nouveau un chemin sur les lèvres de Domhnall qui, désireux d’être au première loges pour l’entrée de son petit protégé, contourne à nouveau le comptoir pour s’asseoir dessus, face à la porte.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Control
avatar
I'm surrounded by idiots

Messages : 46
Points : 62

Avatar : Cory Michael Smith
Crédit : XynPapple
Multicompte : Earnan MacLeod of Lewis + Seaghdh Leamhnach
Pseudo : XynPapple

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 32 ans
Métier : Professeur en psychiatrie
Pouvoirs : Mensonges imparable (1pt), Provoquer des cauchemars (1pt), Éveiller des peurs enfouies (1pt),Charmer les jeunes (1pt), Invisibilité de courte durée (3pt)
Inconvénients : Incapables de laisser passer une défaite, Fascination pour la couleur rouge, Leurs blagues vont souvent un peu trop loin, Farceurs




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Lindsay Underwood le Sam 17 Mar - 0:19

Instants volées
You fell in love with a storm. Did you really think you would get out unscathed?
Il fixe ses mains bleutées et maladroites ... Aujourd'hui encore, il doit porter des gens à la boutique, et cela, ne lui plaît guère. Ce qu'il aime dans son métier, c'est le contact avec la matière, caresser le cuir, la fourrure, les plumes et les perles. Les faire glisser sous ses doigts avec attention pour choisir quel matériau se mariera le mieux avec le reste de la composition. Il observe les broches achetées chez son ami Adhamh. Il lui semble que le commerce de son dernier a connu un gain de popularité il y a quelque temps, cela le ravi. Il place un à un les bijoux scintillants devant son ouvrage, pour décider lequel scierait le mieux, il fait finalement son choix sur un saphir orné d'argent, il ne lui reste plus qu'à trouver le ruban. . . Le voilà bien déçu de découvrir que la couleur parfaite soit en rupture de stock ... Il tire son carnet de stock et constate en effet qu'il a utilisé les derniers centimètres il y a plus de semaine et qu'il avait noté se rendre en acheter il y a plus de quatre jours ... Encore, un oublie ... Il cale son front dans sa main bleuâtre et soupire douloureusement ... Son commerce est toute sa vie ... Tout ce qui lui permet de tenir ... S'il ne peut même plus l'entretenir ... Il ne pourra continuer bien longtemps ... De sombres pensées l'envahissent ... Ses yeux s'embuent et ruissellent ... Une chance qu'il n'y a personne dans l'atelier aujourd'hui ... Qu'il est seul ... Comme toujours. . . L'était-il ? Où était-il accompagné ? Il y avait ses sœurs ... Il croit ... Il doit se concentrer ... Oui ! Oui, ses sœurs étaient bien là, petit rayon de soleil innocent, bouffées de printemps devenue grisâtre par l'éloignement. Il en est désolé, mais il devait partir de la maison ... Pourquoi déjà ? Pourquoi est-il partie ? Pour fuir la dictature de sa mère ? Ou pour offrir une nouvelle excuse à son père ? S'il ne me voit jamais c'est parce que je n'habite plus avec eux ? Bien sûr, fort crédible ...

Il perd la notion du temps, se dissocie de la situation ... Il revient à la réalité... Il n'est plus dans sa boutique ... Il est habillé de son manteau et il est dans la rue. "oh non non non ..." Il regarde la rue ou il se trouve, il n'est pas très loin, il devrait être de retour a rapidement à la chapellerie ... Il prit pour que rien ne se soit passé en son absence ... Qu'il ai pensé à fermer à clefs la boutique ... Ou du moins la caisse et son bureau ou son les éléments précieux pour la confection des chapeaux. Il presse le pas autant qu'il peu, il lui semble oublier autre chose ... Mais quoi ? Devait-il voir quelqu'un ? ... Oui ! Il lui semble que c'est cela ! Mais impossible de se rappeler de qui il s'agit. Surement d'un client. Était, il partit le rejoindre ? Il se demande bien depuis combien de temps il erre dans la rue. Pourquoi ne parvient il pas a se souvenir de ses dernières actions ? Cela le rend dingue ... Il panique et ses yeux s'embuent alors que son esprit créatif imagine les pires scénarios possible ...

Il aperçoit enfin sa boutique, il soupire de soulagement. Il posa sa main gantée sur la poignée ... Ouverte ... Il se traite de tous les noms d'oiseaux possible et imaginable ... Pourquoi diable est-il parti sans fermer. Il entre et ferme la porte la porte derrière lui, sa panique redescend quelque peu une fois en sécurité ... Ses yeux se posent alors sur la silhouette intruse et lui arrache un soubresaut ainsi qu'une plainte de surprise. Il lâche sa canne qui s'écrase au sol et porte la main à son cœur ... Lui qui était parvenu à se calmer le voilà presque mort d'un arrêt cardiaque. Son souffle reprend après un instant bloqué, il sourit mal à l'aise "Pardonnez moi, je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un ici ..." Il découvre alors le beau visage qui lui sourit. Ce visage qui lui arrache toujours du rouge aux joues, mais qui fait également naître la crainte dans son cœur. "Bonsoir Alistair." dit il. Il ne sait jamais comment se comporter avec l'élégant scientifique ... Il ne sait jamais que ressentir. . . Crainte ou attirance ? Cette attirance qu'il déteste, qui le fait se dégoûter de lui-même, cette attirance impure ... "Je vous demanderais de descendre, je vous prie, mon comptoir n'est pas un siège ou un perchoir" demande t-il avec courtoisie, se baissant pour ramasser sa canne. Il décide rester polie et accueillant, Domhnall est après tout un bon client. Il se souvient avoir vu son nom plus d'une fois dans ses livres de compte. Et hormis sa tentative de meurtre involontaire, le troublant jeune homme ne lui avait rien fait, aujourd'hui du moins, mais son esprit embrouillé, encore sous le choc de sa prise de conscience rurale, ne parvient pas à lui rappeler pourquoi il craint autant cet éphèbe sombre. Il contourne le comptoir pour retirer son chapeau puis son manteau. "En quoi puis-je vous aider aujourd'hui ? Vouliez vous-vous fournir d'un nouveau couvre chef ?" Il commence à tirer sur son gant, aperçoit la peau bleuté et ce stop pour le remettre en place aussi discrètement que possible avant de s'éclaircir la gorge. "Je ne crois pas avoir de nouveau modèle depuis votre dernière visite, j'en ai peur." Il sourit s'appuyant sur le comptoir, essayant de se souvenir la dernière fois qu'il a croisé ce regard troublant qui lui fait toujours détourner les yeux.
   
code by bat'phanie

_________________
†If I had a world of my own, everything would be nonsense. Nothing would be what it is, because everything would be what it isn't. And contrary wise, what is, it wouldn't be. And what it wouldn't be, it would. You see ?
avatar
Faileas

Messages : 51
Points : 87

Avatar : Robin Lord Taylor
Crédit : lstwizzle (avatar) & Anesidora (signa)
Multicompte : Seòras Ìomharach & Neacal Keer
Pseudo : MillinerXIII

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 30 ans
Métier : Chapelier
Pouvoirs : Insensibilité à la chaleur, discrétion naturelle, nyctalope
Inconvénients : Emétophobie, sang froid, N'aime pas le son de la cornemuse

It is absolutely terrifying the kind of deep suffering the happiest looking people are able to hide inside themselves

He chased me and he wouldn't stop. Tag, you're it. Grabbed my hand, pushed me down Took the words right out my mouth.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Sreath-Mhurtair le Sam 17 Mar - 14:01

do you feel my breath on your neck ?
Instants volés

Vous avez ouvert grands les yeux sur le monde. Et vous avez pris ce qui traînez sur votre table. Un fin coupe-papier, pour ouvrir vos correspondances. Vous l’avez mis dans votre main et du bout du doigt, vous l’avez effleuré. Vous vous êtes dit qu’il suffirait pour vos actes, sa lame est longue de presque vingt centimètres, son métal est ordinaire. Il vous servira parfaitement. Vous avez choisi la cape la plus discrète que vous avez pu trouver chez votre hôte. Et vous êtes sorti, pour faire un tour. Vous avez parcouru les rues, en prenant votre temps, en observant les gens. Vous avez croisé des visages que vous connaissez, d’autres dont vous ignorez tout et vous avez décidé de choisir ceux-là. Vous avez décidé de vous en prendre à ceux que vous ne connaissiez pas. Peut-être seraient-ils des selkies et cela arrangerait vos affaires. Vous avez décidé de tuer ceux dont vous ignorez tout. Une fois ce choix fait, vous vous êtes dit qu’il fallait encore marcher. Alors vous l’avez fait. Vous vous êtes balader dans les rues avec l’idée de trouver votre victime. Une qui vous inspirerez pour la mort. Vous avez calculé chaque personne que vous avez croisé. La manière de le faire, l’inclinaison de votre fine lame, la force de frappe que vous devez donner pour déchirer la peau, le risque des hurlements. Et puis, enfin, vous l’avez trouvé. Il erre dans la rue à votre attente, mais il finit par se presser. A-t-il vu que vous le suiviez depuis un moment ? A-t-il su que vous étiez là ? Vous l’ignorez. Mais vous vous arrêtez, vous le laissez partir un peu devant et rentrer dans une boutique : une chapellerie. Vous le laissez rentrer, vous ne vous cachez même pas. Vous vous trouvez de l’autre côté de la rue, à regarder les silhouettes à l’intérieur. Vous hésitez mais vous l’avez choisi. Alors vous traverser et vous poussez enfin la porte. Vous ne dites pas un mot en entrant. Vous entrez seulement et vous refermez derrière-vous. Calmement, vous vous avancer vers l’homme accoudé au comptoir.

Dé d’attaque :

échec critique : Vous n’avez pas de chance, de nouveaux clients entre après vous alors que vous voilà si près de votre victime.
échec alarmant : Un faux mouvement de vos doigts fait glisser le coupe-papier au sol. Il tombe sur le plancher. Ont-ils compris vos intentions ?
échec anodin : Vous y êtes presque, mais vous voilà figé derrière votre victime, incapable de vous lancer pour le tuer, vous hésitez.
blessure superficielle : Vous allez enfin pouvoir accomplir votre dessin. Mais votre cible a bougé, vous privant de le blesser gravement, votre coupe papier lui entaille le bras.
blessure grave : Vous parvenez derrière Lindsey Underwood, satisfait. Votre main se lève pour faire retomber votre longue lame dans l’épaule de votre victime.
blessure mortelle :Vous êtes derrière Lindsay Underwood, enfin. Votre main attrape son épaule, pour une meilleure prise et vous enfoncez votre lame dans le creux de son dos.

Vous allez pouvoir enfin faire votre première victime. Vous n'êtes pas impatient pourtant. Vous avez tout votre temps. Vous vous en convainquez durant les quelques secondes qui vous sépare de votre acte mais la porte s'ouvre. Vous entendez des voix, des bonjours. Vous ne vous retournez pas. Vous restez figés avant de vous détourner et d'aller observer autre chose. Vous êtes frustré.

avatar
I am the monster you claim

Messages : 102
Points : 384
Ta tête Par défaut
Avatar : --
Crédit : --
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Ceann-Uidhe le Sam 17 Mar - 14:01

Le membre 'Sreath-Mhurtair' a effectué l'action suivante : Le Destin


'Sreath-Mhurtair' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Alistair Domhnall le Sam 17 Mar - 23:14




► cycle 3 |  nothing can stand in the way of true love
Instants volés
Alistair & Lindsay

Alors que la silhouette de son bien aimé se dessine dans l’entrée, le sourire d’Alistair fleurit un peu plus, l’accueillant avec un air particulièrement réjouit. Il n’est cependant pas surpris de voir Lindsay sursauter à sa vue. Le pauvre petit  chéri a toujours été particulièrement sensible. Cependant, loin de s’excuser pour la frayeur occasionné, il se contente d’observer l’autre avec l’air relativement satisfait d’un chat devant une coupelle de lait.

Pardonnez moi, je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un ici ... Bonsoir Alistair.

Le psychiatre retint de justesse un gloussement en voyant les joues du chapelier rosir. Décidément, cet homme avait le chic pour lui faire perdre le contrôle de lui même. Et compte tenu d’à quel point l’homme détestait perdre le contrôle, Dieu était témoin de l’amour sans faille qu’il porte à l’autre homme. Ou peut-être est ce justement cet abandon qu’il lui offre qui fascine tant le marionnettiste?

Je vous demanderais de descendre, je vous prie, mon comptoir n'est pas un siège ou un perchoir.

Le temps d’un nouveau sourire, et les pieds de Domhnall touchent le sol avec légèreté. Profitant qu’ils soient seuls, il fais un pas vers son âme sœur, en profitant pour se rapprocher de lui et, avec un peu de chance, pouvoir humer son parfum.

Bonsoir Lindsay. Je te prie de bien vouloir m’excuser. Mais comme il n’y avait personne, je craignais qu’un vandale ou l’autre ne soit tenté de venir dévaliser ta boutique.  

A son grand désarroi, il observe le plus jeune s’éloigner de lui pour prendre place derrière le comptoir de la boutique. Il ne lui faut cependant pas plus d’une fraction de seconde que pour s’appuyer sur le comptoir, légèrement penché vers l’objet de son désir.

En quoi puis-je vous aider aujourd'hui ? Vouliez vous-vous fournir d'un nouveau couvre chef ? Je ne crois pas avoir de nouveau modèle depuis votre dernière visite, j'en ai peur.

Alistair retient une grimace en notant que son cher et tendre tente toujours de lui cacher la maladie qu’il sait pourtant l’affliger. Combien de fois n’as-t-il pas souhaiter que l’homme se confie enfin à lui, ne lui ouvre son cœur et ne lui confie la maladie dont il souffrait. Il pourrait être un soutien indéfectible pour lui, s’il voulait bien lui faire confiance. Oui, il était essentiel que Lindsay lui fasse confiance et le lui confie, pour son bien.

Qu’il n’en ait aucune envie pour l’instant n’avait aucune importance. Il finirait par comprendre qu’il ne faisait tout ça que pour son bien.

Il est cependant ravi de voir le brun se pencher lui aussi vers lui. Quiconque aurait observé la scène de l’extérieur y aurait probablement vu deux amoureux en train de roucouler. Ou deux hommes en train de comploter, pour les moins équilibrés des habitants d’Édimbourg.

Il se force cependant a peindre un air peiné sur ses traits, se reculant légèrement, brisant le charme comme si le chapelier venait de dire quelque chose de profondément vexant.

Quand je suis arrivé et que la boutique était vide… J’ai cru que tu avais oublié notre rendez-vous. Puis, en te voyant arriver, je me suis laisser aller a espérer. Mais, de toute évidence…  

La clochette de la boutique le coupe dans sa phrase. Il valait mieux ne pas laisser n’importe quelle oreille entendre les douceurs qu’il voulait glisser à l’oreille de son aimé. Aussi, il jette un regard derrière lui, pour apercevoir deux silhouettes se glisser dans le magasin. Voilà qui était contrariant. Et il n’aimait pas être contrarié…

Il allait devoir adapter son plan.

Il se tourne à nouveau vers le propriétaire des lieux et se penche vers lui, jusqu’à pouvoir lui murmurer au creux de l’oreille.

Tu n’as pas oublié notre rendez-vous galant, n’est ce pas ?

Il reste immobile quelques secondes avant de se reculer, haussant les sourcils au dessus d’un regard plein d’espoir, priant pour qu’Underwood ne morde à l’hameçon. Un ange passe et ses sourcils retombent, presque en même temps que ses épaules alors qu’il affiche une mine abattue.

J’ai la sensation que tu as oublié…
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Control
avatar
I'm surrounded by idiots

Messages : 46
Points : 62

Avatar : Cory Michael Smith
Crédit : XynPapple
Multicompte : Earnan MacLeod of Lewis + Seaghdh Leamhnach
Pseudo : XynPapple

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 32 ans
Métier : Professeur en psychiatrie
Pouvoirs : Mensonges imparable (1pt), Provoquer des cauchemars (1pt), Éveiller des peurs enfouies (1pt),Charmer les jeunes (1pt), Invisibilité de courte durée (3pt)
Inconvénients : Incapables de laisser passer une défaite, Fascination pour la couleur rouge, Leurs blagues vont souvent un peu trop loin, Farceurs




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Lindsay Underwood le Ven 30 Mar - 22:26

Instants volées
You fell in love with a storm. Did you really think you would get out unscathed?

Alistair est familier avec lui, le tutoie ... Etrangement cela ne le surprend pas ce qui signifie que c'est une récurrence que son esprit effrité se remémore, même sommairement. C'est déjà bon signe d'avoir quelques récurrences mémorielles vis-à-vis de la personne face à lui. Sa plus grande crainte est un jour de tomber face à un être cher et de ne pouvoir se souvenir de lui, son amie Adhamh, ses sœurs ou ses parents ... Il est conscient que cela arrivera un jour, il ne pourra pas cacher indéfiniment sa condition, mais tant que son fragile mensonge tient en place tel une toile d'araignée tendue entre deux branches bancales, il s'engouffre dedans. Quitte à s'y noyer.

"Bonsoir Lindsay. Je te prie de bien vouloir m’excuser. Mais comme il n’y avait personne, je craignais qu’un vandale ou l’autre ne soit tenté de venir dévaliser ta boutique."  Un instant de panique intérieur. Comment expliquer l'abandon de sa précieuse boutique ? Lui-même ignore pourquoi diable, il est sorti sans fermer ... D'autant plus qu'il avait son manteau et sa canne, il semblait plus que décider à se rendre à sa destination ... Il relève son regard bleu sur le bel homme et tente un sourire maladroit, toujours chaleureux et malgré cette détresse qui l'étouffe et ses méninges qui chauffent pour tenter de comprendre son incompréhensible action. "C'est très aimable à vous ... J'ai du m'absenter un instant pour une course urgente, dans ma hâte j'ai dut oublier de fermer à clé ... Mon étourderie me jouera des tours un jour ... " dit il en riant légèrement de lui-même. Un œil attentif peut tout à fait voir son malaise et sa panique, comme il tisse le mensonge tout en parlant ... Mais la plupart du temps, il est tellement insipide que ses petits tours fourbes font l'affaire et bluffe l'audience. Il cherche déjà quoi dire si jamais Alistair remarque qu'il n'a guère de paquet avec lui ... C'est un homme intelligent ... Lui semble t il ... Une nouvelle récurrence, un nouveau souvenir ... C'est bon signe et ça lui remonte un peu le moral que son cerveau ne soit pas qu'un gruyère de courant d'air.

Il y a un instant étrange, presque intime qui le trouble ... Mince, se serait-il laissé aller aux charmes de l'éphèbe et en aurait oublié la décence un instant ? Il sait pourtant que cette attirance qui l'afflige est une malédiction, qu'il ne doit guère y céder ... Sans parler de la dépravation évidente de cette sexualité ... Qui l'accepterai si jamais il se laissait aller à s'accepter ? Il serait au mieux moqué au pire envoyer au pilori pour regarder les hommes d'une façon que la société considère vile et dépravé. Il ne peut se permettre d'être ainsi ... S'il est malade, n'est-ce pas pour le punir de sa nature ? Pour avoir cédé quelques fois à la luxure uranienne ? Il doit combattre son instinct, rester dans le droit chemin ... C'est le mieux à faire ... De toute façon, qui voudrait de lui ? Il est si ennuyeux et déraillé.

"Quand je suis arrivé et que la boutique était vide… J’ai cru que tu avais oublié notre rendez-vous. Puis, en te voyant arriver, je me suis laissé aller à espérer. Mais, de toute évidence… " La voie suave le fait sortir de ses pensées tourmentées. Était-ce donc avec Alistair qu'il avait rendez-vous ? Au moins il avait encore un souvenir correct ... Il s'apprête à s'excuser, mais la sonnette retentit pour laisser entrer d'autres personnes curieuses. Il s'arme de son sourire avenant. "Je vous laisse regarder, n'hésitez pas si vous avez quelques questions que se soit. Il est possible de créer des modèles sur-mesure." Récite t-il, au moins ses textes de commerçant il les connaît encore, c'est déjà ça. Alors qu'il observe d'un air distrait les clients errant dans la boutique, il ne remarque pas Alistair s'approcher de lui, jusqu'à ce que son souffle caresse sa peau pale et que son parfum l'envoûte. "Tu n’as pas oublié notre rendez-vous galant, n’est ce pas ? "son attention revient vivement en un frisson sur le professeur. Ses joues se colorent à nouveau malgré, lui son cœur fait une embardé. Un instant de confusion, sa voix lui est semblables à un chant envoûtant ... Il pourrait se laisser bercer si les mots prononcés ne le choquait pas autant ... "-p-...Je vous demande pardon ?" Il a sûrement dû mal comprendre ... Il se souvient d'un rendez-vous, mais ... Il jette un rapide coup d'œil au client vérifiant qu'ils n'ont rien entendu ... Aurait-il pu ... Se pourrait-il qu'il ... qu'il ai cédé à son vice ? Non ... Ça lui parait impensable ... Certes, Alistair est très charmant ... plus que cela même ... Lindsay est sûr que l'homme peut avoir qui il veut, mais ... Il ne se serait jamais allé à proposer ou accepter un rendez-vous galant ... N'est ce pas ? Il sent la crise de panique l'étreindre, l'enserrer ... Il sert fortement le bord de son comptoir a en faire grincer ses gants de cuir ... Tentant désespérément de garder le contrôle ... De ne pas céder à la crainte ... Essayant de reconstituer le puzzle ... Il lui manque tellement de pièces ... Il lève le regard vers le visage peiné d'Alistair ... Il ignore s'il est coupable d'avoir oublié ou non ... Mais une partie de lui souhaite ne jamais revoir une telle expression sur ce magnifique visage ...

"J’ai la sensation que tu as oubliée…" Il se sent incroyablement coupable d'un coup ... Alistair semble sincère ... Nullement en train de lui jouer un tour pour le faire passer pour un idiot, mais ... Il a toujours du mal à y croire ... Il tente de sourire, un sourire maladroit. "Je suis navré je ... J'ai du mal comprendre ... Je..." Il n'arrive même pas à le dire ... à répéter ces mots ... Et comment expliquer son oublie cette fois-ci ? Si c'est bien un rendez-vous galant qui était prévu avec Alistair ... Non ce n'est sûrement pas ça ... Ce genre de moment entre hommes ne se fait pas, c'est ... C'est tout bonnement impossible ... Rien que lorsque l'idée lui traverse frugacement l'esprit il se maudit et se dégoûte lui-même alors ... Sans qu'il s'en rendre compte ses yeux se sont bordés de larmes prés à déferlé sur sa peau pale ... Il baisse la tête pou se cacher ... Sa peur d'oublier quelqu'un de cher se serait elle finalement réalisé ? Cela expliquerait il le comportement si familier d'Alistair ? Il sent sa cage thoracique se comprimer ... Son cœur s'oppresser et la tête lui tourner ... Il en oublie complètement les gens autour de lui ... Il tangue portant une de ses mains a sa tête espérant estomper son trouble ... Il sent que ses joues sont humides à présent ... Il se sent embarrassé et tellement idiot ... Tellement faible ... Il aimerait revêtir à nouveau son masque de cristal, déjà tant fissuré...

"Pardonnez-moi ..." Est tout ce qu'il arrive à articuler avant de marcher péniblement et avec précipitation vers la porte de service, dissimulant comme il peut son visage derrière sa main ... Il se laisse aller contre le mur essayant de respirer pour se calmer, sa vision se trouble sous les larmes, son corps tremble ... Il ne sait plus où il en est ... Il en a assez de ne plus savoir ... Pourquoi doit-il subir tant de souffrance ?! Qui diable est Alistair pour lui ?! Pourquoi le craint-il au fond de lui ? Et pourquoi le charmant séducteur lui donne tant envie de ne plus rejeter cette partie si détestable de lui-même ?
 
code by bat'phanie

_________________
†If I had a world of my own, everything would be nonsense. Nothing would be what it is, because everything would be what it isn't. And contrary wise, what is, it wouldn't be. And what it wouldn't be, it would. You see ?
avatar
Faileas

Messages : 51
Points : 87

Avatar : Robin Lord Taylor
Crédit : lstwizzle (avatar) & Anesidora (signa)
Multicompte : Seòras Ìomharach & Neacal Keer
Pseudo : MillinerXIII

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 30 ans
Métier : Chapelier
Pouvoirs : Insensibilité à la chaleur, discrétion naturelle, nyctalope
Inconvénients : Emétophobie, sang froid, N'aime pas le son de la cornemuse

It is absolutely terrifying the kind of deep suffering the happiest looking people are able to hide inside themselves

He chased me and he wouldn't stop. Tag, you're it. Grabbed my hand, pushed me down Took the words right out my mouth.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Alistair Domhnall le Mer 11 Avr - 13:02




► cycle 3 |  nothing can stand in the way of true love
Instants volés
Alistair & Lindsay

Si le psychiatre affiche un air particulièrement affecté, intérieurement, il exulte. Naturellement, il avait totalement confiance en ses capacités de manipulation et était certain de pouvoir amener le petit chapelier exactement ou il le désirait, mais c’était toujours satisfaisant de voir ses certitudes vérifiées.

Les joues rosies de celui qui occupe toutes ses pensées, ses bégaiement charmants, son air perdu face aux déclaration plus qu’osée qu’il lui glisse à l’oreille ; tout ça rends Alistair absolument extatique.

Cependant, et même s’il avait prévu cet état, il n’était pas forcément simple pour le fir darrig d’observer son protégé se débattre avec lui même de la sorte. Il n’avait qu’une envie, accélérer les choses, faire comprendre à Lindsay qu’il n’y a aucun mal à ressentir ce qu’il ressent. Après tout, Domhnall n’a-t-il pas fait tout ce qui était en son pouvoir pour s’assurer que ses sentiments dévorants lui soient retournés ? Même avec la meilleure volonté du monde, l’autre n’aurait pas pu lui résister bien longtemps.

Sachant que le temps de réconforter son chapelier viendra en temps et en heure, le manipulateur se retient de faire un premier pas vers son aimé. Bouger trop vite pourrait être mal perçus. Il se contente donc pour l’heure de peindre un air inquiet sur ses traits, comme s’il ne parvenait pas à suivre le cheminement de pensée d’Underwood rien qu’en le regardant dans les yeux.

Je suis navré je ... J'ai du mal comprendre ... Je...

Alistair observe avec attention les yeux de son aimé de gorger de larmes. Il ne rate pas un miette de la détresse de celui qui hante ses nuits, prenant quelque part plaisir à le voir faire un pas en plus vers le piège qu’il lui tends. Il s’octroie ce moment pour accepter une nouvelle fois que, pour que son âme sœur ne soit un jour heureuse, il ne doive en passer par là.

Pardonnez-moi ...

La mine dépitée, il observe l’homme qui l’obsède se retrancher dans son arrière boutique. Dès l’instant ou il est certain que ce dernier ne peut plus le voir, le psychiatre s’autorise un sourire satisfait. Il s’empresse cependant, à regret, de chasser cet instant d’auto satisfaction. L’homme pivote sur ses pieds pour faire face à la boutique, un air contrit maintenant affiché sur ses traits, ses mains jointes au niveau de son torse en un geste de prière poli.

Messieurs Dames, il semblerait que Monsieur Underwood soit souffrant. Je vous serez donc gré de vous diriger vers la sortie. Je crains que la chapellerie ne soit fermée le temps que je ne puisse m’assurer de son état.

De peur de louper le coche avec son aimé, il ne prends pas la peine de vérifier que les deux clients de la boutique ne quittent bien les lieux. Après tout, la caisse est en relative sécurité, et il pourra toujours rembourser tout objet qui serait volé pendant cet instant. Pas de quoi s’inquiéter donc…

Domhnall fait donc demi tour et s’empresse de contourner le comptoir, relevant ses épaules qu’il avait dégagé un peu plus tôt, abandonnant la posture confiante et solide qu’il avait utilisé pour donner des ordres à de parfaits inconnus pour la muer en celle de l’homme inquiet et attristé.

Il ne lui faut qu’un fraction de seconde pour comprendre ou le chapelier se trouve. Conscient que c’est probablement ici que tout se jouera, il s’autorise une longue inspiration avant de s’avancer à pas mesuré, comme il le ferait avec un animal blessé.

Lindsay ? Est ce que ça va ? J’ai dis quelque chose qu’il ne fallait pas ?

Il finit par rejoindre le petit brun et tends le bras pour poser une main réconfortante sur ses épaule alors qu’il tente de capter son regard.

Tu sais, je ne vais pas m’envoler simplement parce que tu as oublié un rendez-vous… Je sais bien que tu as beaucoup de choses à penser avec la boutique…
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Control
avatar
I'm surrounded by idiots

Messages : 46
Points : 62

Avatar : Cory Michael Smith
Crédit : XynPapple
Multicompte : Earnan MacLeod of Lewis + Seaghdh Leamhnach
Pseudo : XynPapple

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 32 ans
Métier : Professeur en psychiatrie
Pouvoirs : Mensonges imparable (1pt), Provoquer des cauchemars (1pt), Éveiller des peurs enfouies (1pt),Charmer les jeunes (1pt), Invisibilité de courte durée (3pt)
Inconvénients : Incapables de laisser passer une défaite, Fascination pour la couleur rouge, Leurs blagues vont souvent un peu trop loin, Farceurs




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Sreath-Mhurtair le Mer 11 Avr - 21:29

do you feel my breath on your neck ?
Instants volés

Vous souriez et vous vous intéressez à ce qu’il y autours de vous. Vous n’êtes pas mal poli, vous n’interrompez pas la conversation des deux hommes, vous vous contentez de remercier l’homme perdu d’un hochement de tête. Vous vous demandez comment vous allez procéder, quand vous aurez l’opportunité nécessaire, et vous ne réalisez pas ce qu’il peut se passer autours de vous. Votre attention est happée par vos propres pensées et quand vous revenez à la réalité, le plus grand, annonce que Monsieur Underwood ne se sent pas bien. Vous connaissez son nom maintenant. Il ne vous dit rien de plus qu’auparavant. Vous secouez la tête d’un air contrit et vous allez sortir en dernier. Mais avant de le faire, alors que l’autre client soupire, vous laissez quelques secondes. La porte se referme. Vous souriez. Votre main vient tourner le verrou, l’écriteau indique maintenant fermé grâce à vous. Comment allez-vous vous y prendre ? Si vous aviez l’assurance que la boutique n’ait pas d’autre porte de sortie, vous auriez peut-être changé votre idée de faire. Pour le plaisir de l’improvisation. Mettre le feu, ce serait facile dans une chapellerie, mais au fond de vous, vous trouvez l’acte médiocre. Cela vous déplait. Vous grimacez même à votre propre idée. Priver un honnête homme de son travail n’est pas ce qui vous convient. Vous ignore pourtant s’il est honnête mais cela ne vous intéresse pas. Votre coupe papier tourne entre vos doigts alors que vous vous avancez là où ils sont partis. Vous prenez rapidement conscience que vous devez vous débarrasser de l’autre. Parce que vous ne connaissez pas son nom et qu’il vous dérange pour tuer Monsieur Underwood.

Dé d’attaque :

échec critique : Vous vous trompez de destination et vous ne les trouvez pas.
échec alarmant : Vous faites du bruit, ils vont savoir qu’ils ne sont plus seuls.
échec anodin : Vous parvenez à proximité mais vous hésitez, vous voulez d’abord les écouter.
blessure superficielle : Vous arrivez dans le dos de l’Inconnu, mais votre empressement vous fait riper. Vous l’effleurez à l’oreille.  
blessure grave : Enfin, vous y êtes. Vous levez votre arme et la plantez dans l’épaule d’Alistair Domhnall.
blessure mortelle :Dans le dos de votre victime, vous levez votre arme et la plantez à trois reprise dans son dos.  

Vous vous approchez, vous y êtes presque. Mais au fond de vous une étrange curiosité vous saisit quand vous entendez l'homme parler. Serait-ce des bougres? Les mots sont bien tendres, peut-être trop pour de simples amis, et la crise de larme de Monsieur Underwood vous évoque du chagrin. Amoureux? Vous l'ignorez, vous écoutez car cela vous intéresse, peut-être que cela pourrait vous servir. Vous vous dissimulez, si jamais ils sortaient de là, vous profiteriez de l'occasion, mais pour l'instant, vous les écoutez.

avatar
I am the monster you claim

Messages : 102
Points : 384
Ta tête Par défaut
Avatar : --
Crédit : --
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Ceann-Uidhe le Mer 11 Avr - 21:29

Le membre 'Sreath-Mhurtair' a effectué l'action suivante : Le Destin


'Sreath-Mhurtair' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 230
Points : 1071
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Lindsay Underwood le Ven 25 Mai - 23:37

Instants volées
You fell in love with a storm. Did you really think you would get out unscathed?
Il ne parvient pas a se calmer… Il se noies dans le désespoir cherchant de toute ses forces une réponse, des réponses, à toutes ces questions qui grouillent dans sa boite crânienne. Il ne parvient pas à se souvenir si il est allé au-delà de la relation client-artisan avec Alistair … ont-ils développé une amitié qui à … Il n’ose même pas imaginer la suite … Il s’y refuse … Même une simple pensée, fugace qu’il aurait put franchir le pas lui soulève le cœur et le pétrifie. Il ferme les yeux serrant la mâchoire à en faire grincer ses gencives. Il n’a jamais put accepter son attirance pour les hommes, n’en a jamais parlé à qui conque, ni a son amie le plus proche, ni a sa famille. Il craint trop de les perdre, de voir leurs visage se décomposer. Il lui semble perdre toute notion du temps et de son environnement jusqu’à sentir entendre la voie envoutante.

«Lindsay ? Est ce que ça va ? J’ai dis quelque chose qu’il ne fallait pas ? » Il rouvre les yeux, un sursaut lui échappant, il tourne le regard pour croiser celui du scientifique. Il se maudit de ce geste car à présent il lui semble impossible de décrocher ses yeux des yeux siens. Il déglutit n’arrive pas à réagir à ce contact, cette proximité. Quel spectacle pitoyable il doit donner … Recroquevillé comme un enfant, tremblant dans la pénombre et le visage humide de ses larmes … Il ne pensait guère qu’il serait suivit et découvert ainsi … Quel embarras … « n-non…ce… ce n’est pas.. ce n’est pas ce que vous croyez … » Parvient-il à balbutier maladroitement. Il ne peut pas lui dire … Il ne peut lui révéler son tourment, sa hantise, ses questions … Et si il interprétait mal les choses ? Alors Alistair pourrait courir comme un fougueux lapin aux gardes pour le dénoncé … Lui le sodomite, l’aristocrate solitaire, le chapelier fou … Il aimerait parvenir à détourner le regard, se cacher, revêtir son masque, sourire et dire que ce n’est rien, tisser un nouveau mensonge, se noyer dans ses faux semblants. Mais le voilà complètement exposé, ses fêlures visibles au grand jour …

« Tu sais, je ne vais pas m’envoler simplement parce que tu as oublié un rendez-vous… Je sais bien que tu as beaucoup de choses à penser avec la boutique… » Ces mots … Il rentre sa nuque entre ses épaules finis par baisser le regard, à quitter le visage charmeur. « Ce-ce n’est pas ça … » Il sent que son visage est devenue rouge … Bon dieux qu’il déteste cette tare sodomite … Il tente de se dissimuler avec ses cheveux, essuyant d’un revers de main ses joues ruisselantes. Que faire ? Comment s’en sortir cette fois ? Retomber dans les abisses de l’ignorance ? Mais … Le peut-il seulement ? Et si sa crainte viscérale c’était réalisé ? A-t-il oublié un être cher ? Cette question va le hanter, le dévorer encore plus que sa honte et sa maladie … Il le sait … Il va s’en rendre malade, imaginer les pires scénarios possible … « Je n’ai pas oublié que le rendez-vous … » finit-il pas souffler d’un voie faible, sa gorge tentant de retenir les mots avec véhémence. Il fixe le sol se mord la lèvre avant de sentir son visage se redresser, sa chevelure ébène glisse de son visage pour laisser apparaitre à nouveau le beau visage d’Alistair dans son champ de vision … Il ne sait plus ce qu’il fait, il a ouvert la vanne … Il lui semble impossible de faire marche arrière quand même il le désir ardemment. « Je ne me souviens de vous que …Qu’en client régulier… Mais votre comportement me laisse croire … » Peut-il vraiment le dire ? Oser formuler cette idée qui à germé dans son esprit tourmenté ? Cette idée honteuse … N’a t il à imaginé tout ça ? … C’est la seul explication … Deux hommes ensemble c’est … possible ? Non surement pas ? Mais n’est-ce pas qu’un peut envisageable ? Juste un peu ? N’est-ce pas plaisant l’idée que quelqu’un se soit finalement intéressé à lui ? Mais pourquoi lui ? Il est si insipide et ennuyeux … C’est plaisant non ? L’idée que se soit possible ? Malgré l’interdit. . . Il ne sait plus …

« Vous me laissez croire qu’il y a plus qu’une simple courtoisie entre nous … Mais ... Je n'ai aucun souvenir ... Rien ne me revient qu'importe à quel point j'essaye et ...L’idée d’avoir put oublier quelqu’un qui m’est cher me terrifie … » Il veut se taire, lui dire qu’il délire, s’excuser, mettre ces révélations sur le coup de la fatigue mais … Son désespoir est si grand qu’il brise en poussière cristalline son masque quotidien. Ses yeux s’embuent de nouveau, noyant ses joues de détresse. « Je ne sais plus … » dit-il d’une voix écorchée. Il se trouve totalement tourné face à Alistair le regard bas , la vue trouble, ses mains s’agrippent aux bras du troublant gentleman comme si sa vie en dépendait. « Je ne veux pas oublier … Je n’en peux plus de vivre ainsi … Je vous en prie … j’ai besoin de savoir … Ce qu’est notre relation » Il sert sans doute plus fort qu’il ne le souhaite  les poignets d’Alistair, il n’a nullement l’intention de lui faire mal, Il veut juste s’encrer dans le présent … Se souvenir, tenter de retrouver des brides même fugaces, une sensation, un parfum, un sourire … N’importe quoi … Il s’agrippe au scientifique comme si il était son ancre, comme s’il était son air lui permettant de respirer en cet instant … Il attend la réponse avec anxiété, il s’attend à repoussé et malmené pour ses dire insensé … Dire qu’il tentait de conserver son images depuis des mois … Le masque est finalement tombé, le chapelier est toqué.  
code by bat'phanie

_________________
†If I had a world of my own, everything would be nonsense. Nothing would be what it is, because everything would be what it isn't. And contrary wise, what is, it wouldn't be. And what it wouldn't be, it would. You see ?
avatar
Faileas

Messages : 51
Points : 87

Avatar : Robin Lord Taylor
Crédit : lstwizzle (avatar) & Anesidora (signa)
Multicompte : Seòras Ìomharach & Neacal Keer
Pseudo : MillinerXIII

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 30 ans
Métier : Chapelier
Pouvoirs : Insensibilité à la chaleur, discrétion naturelle, nyctalope
Inconvénients : Emétophobie, sang froid, N'aime pas le son de la cornemuse

It is absolutely terrifying the kind of deep suffering the happiest looking people are able to hide inside themselves

He chased me and he wouldn't stop. Tag, you're it. Grabbed my hand, pushed me down Took the words right out my mouth.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 3 Re: Instants volés (Alistair & Lindsay)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum