1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.
Lundi, 15 octobre 2018

Pause indéterminée du forum


Sómhairl — Am fear nach treabh aig baile, cha treabh e as

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sómhairl — Am fear nach treabh aig baile, cha treabh e as

Message par Sómhairl MacLeòd of Lewis le Mar 16 Jan - 23:15

Sómhairl MacLeòd of Lewis
An Minnseàg Ruididh, Grassmarket
Édimbourg
Écosse

_________________

SOGHRÀDHACH
IT WAS JUST BEFORE THE MOON HUNG HER WEARY HEAVY HEAD IN THE GALLOWS AND THE GRAVES OF THE MILKY MILKY CRADLE HIS TEARS HAVE TURNED TO POPPIES A SHIMMER IN THE MIDNIGHT.
avatar
Eisd ri gaoth nam beann gus an traoigh na h-uisgeachan

Messages : 175
Points : 0
en recherche
Avatar : Benedict Cumberbatch
Crédit : ÐVÆLING
Multicompte : //
Pseudo : ÐVÆLING

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : Quarante-quatre ans, la fausse complainte des rhumatismes
Métier : Homme de loi de la Faculty of Advocates et poète des landes
Pouvoirs : Armure naturelle. Insensibilité à la chaleur. Agilité naturelle. Ossature incassable. Dentition acérée.
Inconvénients : Sujet à l'alcoolisme, agoraphobie, sang-froid, pulsions cannibales, emétophobie.


"— Cha dean triirse ach truaghan,
'S cha'n fhaigh fear an lag mhisnichidh
bean ghhc gu la luan."




"—Is math a dh' imreadh
an dàn a dheanamh an toifich
is a liudhad fear mille th' aige."




I. ÙISDEAN (1761) / II. ÙISDEAN (1762) / III. ALASDAIR & ÙIS


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sómhairl — Am fear nach treabh aig baile, cha treabh e as

Message par Alasdair Nilsen le Jeu 18 Jan - 1:13

De Alasdair Nilsen à Sómhairl MacLeòd of Lewis

[L'écriture est étonnamment élégante et appliquée, presque trop proprette pour les habitudes du bonhomme. En revanche, la missive arrive un peu froissée]
[Je juge bon de préciser que ces mots ne sont pas fiables et que le farfadet est menteur. L'interprétation que vous ferez de cet avertissement est à votre discrétion.]


Je te fais dépêcher ce billet depuis l'hôpital de L*****. Ne t'effraie pas à la vue de ce lieu. Ma vie n'est pas [Si on y prête attention, le a semble un peu grossier, un peu trop grand, comme formé par un l et u joints ensemble] en danger et je suis fort bien entouré. Inutile de te précipiter, je n'irais nulle part aujourd'hui. Mais je suis presque sûr que tu ne suivras pas ce conseil, pourtant dicté par ma plus vive amitié.

Tu seras donc instruit de mon aventure, en espérant diminuer tes inquiétudes durant ton trajet en voiture. J'ai fait hier une mauvaise rencontre aux Sonnettes, où j'avais été convié par la maîtresse de maison. On m'a attaqué dans le dos, à la gorge. Ne t'en fais pas, cela ne se reproduira pas. Je suis en sécurité et sous bonne garde. On prend bien soin de moi et les médecins ont fait un travail remarquable. Les sciences ont plus de bons que tu ne le crois. J'ai perdu beaucoup de sang. Mais avec leurs bidules, ils ont fait des merveilles ! Je suis encore un peu affaiblit, mais ce n'est qu'à cause de mon grand âge. Tu sais que je ne reste pas longtemps en place, ce n'est qu'une question de jours avant qu'on ne me laisse sortir. Tout de même, je suis bien heureux que cela m'arrive maintenant. On ne soigne plus comme durant ma jeunesse.

Enfin, ce n'est que trois fois rien. On va me surveiller quelques temps par précaution tout au plus. Le maraud était un enragé malhabile, propre à faire couler un peu de sang tout au plus. Ma blessure n'est pas trop profonde, même si elle laissera une cicatrice.

Je voudrais te parler de l'incident, mais je n'en sais presque rien. Les évènements m'ont été rapportés brièvement et mes souvenirs sont très confus. Cependant je suis sûr que ce n'est en rien lié à nos petites affaires. Il me semble plutôt qu'il s'agit de ce  t u e u r... Mais rien n'est moins sûr. Après tout, je n'ai pas pu voir son visage. Si c'est bien lui, il est aussi mauvais que tu l'avais laissé entendre ! Crois-moi bien, ce n'est pas lui qui nous aura.

On débarrassera la ville de ce rat.

Tu seras peut-être heureux d'apprendre que je m'apprête à rédiger un billet à Minnseàg Ruididh. Je crains que tu n'oublies ou ne prennes pas le temps de les prévenir de là où tu es.

[Ce dernier paragraphe a une écriture plus tremblante, nerveuse, moins soignée]

En attendant, prends bien soin de toi. Ne passe pas par S**** en venant et ne prends pas de raccourcis par les ruelles. Méfie toi aussi des foules.

De Alasdair, le 6 janvier 1762
   
avatar
Faileas

Messages : 81
Points : 213
Gnome !
Avatar : Christoph Waltz
Crédit : .nyx
Multicompte : /
Pseudo : Vanderwood

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 55 ans
Métier : Sauveur de la jeunesse des rues et voleur d'imprimerie
Pouvoirs : Mensonges imparables - Charmer les jeunes - Éveiller les peurs enfouies - Invisibilité de courte durée
Inconvénients : Farceur - Ses blagues vont souvent un peu trop loin - Incapable de laisser passer une défaite
Un nain de jardin te fait face. Il a encore la bouche pleine d'un tas de lettres qu'il a mangé : dommage, tu n'as plus que trois choix de réponses. Tu te retiens de pousser un cri devant une telle horreur et t'apprête à t'enfuir, lorsque tu t'aperçois que tu es encerclé par ces petits monstres
- Tu lui donnes un coup de pied : Vas en I.
- Tu lui demandes d'exaucer un vœu : Vas en N.
- Tu t'agenouilles, te fais passer pour l'un des leurs et commence à les suivre : Vas en F.

I Les nains semblent effrayés. Ils attrapent les lettres restantes et les avalent, se remplissant de nouvelles possibilités, mais te privant de tout échappatoire. Tu sens une ombre te recouvrir et lorsque tu te retournes, il est trop tard : le Sreath-Mhurtair t'assassine tandis que les nains ricanent, murmurant "le I est pour idiot". Tu es fortement invité à recommencer ce jeu.

TI Il n'y a qu'un seul et unique vœu possible, tu n'as pas su le choisir : les nains te ligotent, te privent de tes lettres et écrivent "triple idiot" sur ton front. Tu es livré es jeté dehors, à la merci du Sreath-Mhurtair qui se lèche les babines en te voyant.

F Tu avances avec peine dans un de leurs souterrains où le nain te guide. Arrivé à un embranchement muni de pancartes où tournes-tu ?
- Tu vas vers le nain qui t'enjoint à le rejoindre dans la salle du vœu : Vas en N.J.
- Tu prétends que tu les trouves très impolis, car d'après les coutumes de ton jardin, les invités ont le droit à une sieste dans la salle aux trésors avant toute chose : Vas en F.V.
- Tu es agacé par ce jeu stupide qui n'a rien à faire ici et a peu à voir avec Alasdair et choisit de revenir sur tes pas, ces derniers te courent après : Vas en I.

FV Tu te relèves et commences à creuser vers le haut, prenant tous les trésors possibles et t'enfuyant à grandes enjambées. Bravo : tu as choisi la meilleure des voies, celle de la fourberie, toujours victorieuse ! Alasdair te féliciterait.

N Le nain te promet d'exaucer tous tes vœux et il est prêt à te montrer ses pouvoirs magiques. Il te prend par la main, te demande de fermer les yeux, de t'agenouiller et de marcher.
- Tu ouvres les yeux malgré tout en chemin, rompant le sortilège et suscitant l'agacement du nain : Vas en f
- Tu déchaines ta colère demande à avoir ton vœu tout de suite et refuse de marcher : Vas en i
- Tu laisses le sortilège opérer : Vas en NJ.

NJ Tu te retrouves au milieu d'une arène envahie par les nains de jardin. Le roi nain te fait face et te demande quel est LE vœu.
- Tu demandes plus de vœux : Vas en TI
- Tu insinues que ce jardin n'est pas assez riche pour exaucer LE vœu, furieux, ils te conduisent à la salle aux trésors pour que tu retires ta parole : Vas en FV.
- Croyant à leur magie, tu demandes à être l'être le plus puissant de l'univers : Vas en GNJ

GNJ Le roi des nains déclare qu'ils ont enfin trouvé l'être suprême, le Grand Nain de Jardin. On te coiffe d'un bonnet rouge, t'installe sur un trône et te prie à longueur de journées, te menaçant de mort si tu oses essayer de t'échapper...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum