1762 - L'été de l'année dernière, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.
Lundi, 15 octobre 2018

Pause indéterminée du forum


Easy as one two three

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 2 Easy as one two three

Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Mar 16 Jan - 2:49


Easy as One Two Three
Alec ξ Robyn ξ Teàrlach

Aujourd’hui, rien ne va. Dès les premiers aboiements d’un vieux clébard des rues venu brailler dans l’enceinte du domaine, venant réveiller l’homme, la journée avait mal commencée. Elle avait mal continué avec un évadé du labo de Llewyn qui avait, lui aussi été courir cul nu au milieu du jardin, les deux hommes devant courir derrière pour éviter que de fâcheuses rumeurs ne se répandent. Une fois à la distillerie, cela n’avait pas vraiment été pour un mieux. La disette qui s’installe sur la ville lui donne du fil à retordre, devant payer plus cher le malt dont il a besoin pour que la cuvée de cet hiver ne soit pas un total désastre. Il a dû virer deux employés, utilisant un prétexte bidon plutôt que de reconnaître que son entreprise est à mal. Ce n’est pas comme si les deux hommes ne seront pas remplaçables une fois les ressources de nouveau accessibles. Il avait eu ensuite à faire à son frère adoptif, le grincheux de la trésorerie. S’il avait pensé pouvoir l’adoucir du doux mot de licenciement, il avait rêvé. Bien que l’homme se soit un peu déridé à la mention des deux hommes à ne plus payer, il n’en était pas moins là pour grogner sur les dépenses actuelles de la distillerie. Le reste de la journée n’avait pas été bien bonne. Il avait esquivé de peu un jet de pot de chambre, avait marché dans une flaque qui n’était pas faite d’eau, s’était fait bousculé par des ivrognes, avait eu la malchance de devoir faire une apparition publique dans une salle bondée ! Au moins dix personnes ! Alors qu’il en sort, tendu comme jamais, le cœur battant à tout rompre, suant comme s’il venait de courir un marathon, Teàrlach a du mal à retrouver ses repères. La journée lui pèse sur les épaules et il n’a pas envie de rentrer chez lui non plus… Ou de retourner travailler. Décidant de manquer à tous ses devoirs, épuisé par son apparition publique, le lutin s’enfuis. Il bondit dans un attelage, lui glissant une adresse bien connue. Un refuge qu’il avait inconsciemment évité depuis une certaine soirée… Tout comme l’intéressé qui le fait se sentir tout chose à son contact.

Alec… Ils se sont vus à plusieurs reprises depuis qu’ils sont devenus intimes. Rien que penser à leurs étreintes colore les joues du lutin qui n’arrive décidément plus à le voir uniquement comme un ami. Et s’il a mis un peu de distance entre eux, c’est uniquement pour se donner le temps d’analyser et de comprendre ses propres réactions. Il n’arrive juste pas à s’abandonner à tout cela… Vivre une relation charnelle avec un homme… Bien que son corps réagisse rapidement à l’idée, son esprit se retrouve encore incertain, torturé par les valeurs d’une époque qu’il a toujours considéré comme logiques et évidentes. Et pourtant, c’est chez cet homme qu’il va chercher refuge. Il ne sait même pas s’il saura présent… Si cela s’avère ne pas être le cas, peut-être pourra-t-il faire quelques passes avec Rob ou simplement se rouler en boule dans les draps de son amant pour essayer de faire une sieste bien méritée. Alec est toujours très avenant et délicat avec lui depuis que leur relation a drastiquement évolué. Et si le lutin sait que Rob est tout aussi important que lui aux yeux du lutin, il a accepté le fait depuis un moment maintenant. Il sort son mouchoir rouge de sa poche, s’essuyant mains et visage, essayant de se rendre figure humaine alors que son cœur bat toujours trop vite, que les vestiges du malaise auquel il a à peine échappé enserrent toujours sa poitrine, étourdit toujours sa tête.

Quand la voiture s’arrête enfin, l’homme jette quelques piécettes au cocher avant de se glisser dehors. Les grands espaces lui font du bien, ils ont ce quelque chose de réconfortants qu’ils seront toujours assez vaste que pour accueillir assez de monde, qu’il suffira de quelques pas pour s’éloigner et profiter à nouveau du calme de la solitude. Mais au lieu de s’éloigner dans la nature écossaise, l’homme rentre dans la demeure, s’annonçant à peine, se faufilant jusqu’à la pièce qu’il connait bien. Toujours nerveux, il a hâte de pouvoir profiter de la présence du brun, l’idée de se faire botter le cul par Rob en échangeant quelques passes a de quoi le charmer aussi. Et si toutes ces relations n’étaient pas aussi étranges… Peut-être aurait-il osé penser à l’idée de déménager ici. Sa vie serait plus simple… Plus de corps à ramener à Llewyn… Mais plus d’études sur les monstres… Un sacrifice qu’il pourrait peut-être être prêt à faire pour fuir la folie qu’est devenu son quotidien. Comme si diriger une distillerie n’était pas déjà une affaire si complexe de base… Sans s’annoncer, il rentre dans la chambre du brun… Se figeant immédiatement devant la scène qui se joue devant lui…

_________________
Single Malt Scotch Whisky
We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
avatar
A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

Messages : 520
Points : 16

Avatar : Eddie Redmayne
Crédit : NyxBanana
Multicompte : Ùisdean MacKenzie
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 27 ans
Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Alec Craft le Lun 5 Fév - 18:38

Alec aurait aimé…quoi ? Il ne sait pas. Il ne sait pas ce qu’il aurait aimé…prévenir Tearlàch ? Courir comme un cabri ? Ne pas avoir eu l’impression de se faire triturer le bide pendant plus d’une semaine et désormais, ne pas avoir l’impression d’une pierre chaude sur le ventre en quasi-permanence ? Bof, au fond, la vérité, c’est que cette cicatrice trônant sur son ventre devenait presque familière.

Allongé sur le matelas de sa chambre, couvert d’un pantalon de toile simple dévoilant les formes sculpturales d’un torse taillé à la perfection, Alec dort encore. Son corps se répare, il ignore comment il peut être encore en vie, il ignore même pourquoi, auparavant, il ne s’est jamais senti aussi vivant. Dès qu’il a ouvert les yeux, il a laissé Robyn venir à son corps, entre la douleur et le plaisir, il a laissé chanter ses propres soupirs, sombrant maintes fois encore dans l’inconscient.

L’appétit lui est revenu, à dose infime, avant que cela ne soit plus orgiaque comme aujourd’hui. Alec a faim, il dévore, la famine rôde, le monde s’enlise et il a faim. Une faim sans mesure que le corps réclame pour se réparer. Quant à la soif, elle est si brutale qu’elle laisse presque toujours sa bouche pâteuse.

Dans le lit, donc, Alec dort, encore. Un pansement barre son ventre, cachant la balafre recousue qui laisserait dans le temps, une cicatrice striant sa chair d’une lamelle écarlate. Le médecin a vérifié maintes fois qu’il n’y ait pas d’infection, on lui a interdit les écuries, ce qui n’a pas été difficile. Au début, ne pouvant se relever sans tituber, il a concédé à rester allonger, offrant milles indications pour que l’on s’occupe bien des chevaux, priant d’aller vérifier mais ne bougeant pourtant pas.

Et le voilà donc, couché. Le chien au sol somnole, Robyn était dans ses bras. Ils ne se sont pas quittés, Alec rêve, somnole, agité dans sa torpeur, un sursaut ouvre ses yeux. C’est le plafond qui l’accueille. Le tueur s’en prenait à Tear’, était-il parti à sa recherche ? Pourquoi l’aurait-il fait ? Alec transpire de grosse goutte d’angoisse à cette pensée, il ignore que l’amant se trouve dans la pièce encore.

Reculant son bras qui enlace Rob’, il déglutit, grimaçant d’une douleur aigue pour se sortir de sa couche, il tente tant bien que mal de poser ses pieds au sol, grondant entre ses lèvres, il prend un temps de pause, pour inspirer. Sa main à sa blessure, il la sent, en train de tirer sa peau, à s’amuser à lui rappeler ses douleurs. Il inspire. L’appréhension de se lever du lit est là, il pousse sur ses pieds, se relève et soudain…

C’est une bouffée de chaleur moite qui lui remonte au visage, sa vue se trouble, il papillonne des yeux et saisit le côté du meuble face à lui, blanc comme un linge, il s’y affale presque, dans un enlacement pudique de soutient. Il a chaud, froid, mais chaud…

« Et merde… » Il l’a senti, ce petit fil décidé à céder, un petit élastique contre la chair, et quand il voit la petite tâche de sang à son flanc, il sait. Alec inspire mais il s’affale au sol, dans un bruit sourd. Ça lui apprendrait à se relever au bout de si peu de temps de convalescence ! le con !

_________________
"Il faut regarder en direction de son avenir. Du coup, je regarde à côté de moi, ouai..." A son côté se trouvait Robyn Hay.
avatar
Faileas

Messages : 128
Points : 118
Ta tête Par défaut
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Crédit : @AM
Multicompte : Keith MacBain - Délëphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
20 / 10020 / 100
Age : 26 ans
Métier : Acolyte de toujours /Palefrenier
Pouvoirs : Mensonge imparable (1) éveiller des peurs enfouies (1)
Inconvénients : S’incruste chez les gens, Fascination pour la couleur rouge

"Il est étrange d'être un pécore cultivé, maniant l'épée du noble et sachant lire comme eux, peut-être même mieux. Mais au fond, personne ne le voit réellement, je me plais à faire l'imbécile. Et je le fais souvent...
Sauf quand je me dois de veiller sur elle -ce qui est une chose coutumière-. Mais en même temps, elle ne sait pas le faire pour elle-même"




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Robyn Hay le Ven 30 Mar - 16:02


Au fond de son lit encore chaud de leur proximité, Robyn émerge à peine du sommeil quand Alec bouge à ses côtés. Elle aurait pu tirer la couverture sur elle mais laissa l’air de la chambre plus frais frôler sa peau parsemée de cicatrices de toutes tailles. Elle grogna mais garda les yeux fermés, espérant peut-être que le sommeil la retrouvera.

La plaie dans sa main la démangeait, un rappel des derniers évènements. C’était douloureux mais ces derniers mois n’avaient été qu’une succession de blessures et de pansements : peut-être qu’elle avait besoin de se calmer un peu. Pourtant, elle avait l’impression que le tumulte qui l’assaillait depuis quelques temps c’était enfin tut. Remplacé par la quiétude d’un fauve en attente, le brouhaha de ses pensées et son corps en émoi maintenant paisible ( bien que blessé ) avait effacé sa soif qui devenait incontrôlable.

Contrôle qu’elle avait trouvé auprès de son unique, partageant la seule chose qu’ils se refusaient. Ce n’était définitivement peut-être pas la meilleure des choses mais pour l’instant, elle préférait ne pas y penser.

De toute façon, ils étaient en convalescence pour un temps indéterminé. Cloué au lit et interdiction de sortir ou d’effort, l’escrimeur et son palefrenier fidèle avait quand même le teint pâle et avait beaucoup d’énergie à reprendre. Autant ne pas faire exprès et d’éviter quelquonque maladie avec leurs plaies cicatrisantes.  

Robyn ouvre à peine un œil pour observer Alec qui se relève douloureusement du lit, puis le referme doucement. Elle sait que l’égo de son ami était presque aussi grand que le sien, il n’acceptait pas facilement son aide, encore moins en situation de faiblesse. C’était risqué de se sortir du lit, sans l’avis du médecin, mais elle comprenait la tête de mûle : Ils n’étaient pas des gens qui aimaient vivre à l’horizontal. L’action était partie prenante de leur mode de vie; les empêcher de bouger pendant quelques jours était décidément une torture bien pire que la douleurs dont ils souffraient.

Pas le temps de remarquer qu’on venait de faire intrusion dans la chambre d’Alec, que l’escrimeur sort nue du lit et va vite rejoindre son ami au sol. Il était blanc, la sueur perlait sur son front. Sous ses bandages, le sang c’était remis à couler.

- Bordel Alec, je n’ai pas envie de devoir aller chercher la femme de chambre pour qu’elle te recouds à chaque fois que tu te décide de faire ce que le médecin t’as dis de ne pas faire. Tu dois rester allongé. J’aimerais que tu ne te vide pas de ton sang encore une fois…

Elle se colle contre lui et passe sa main dans les cheveux du palefrenier.

- Appuie-toi sur moi, je te remonte dans le lit et ne m’oblige pas à t’y attacher.

Bien sure, elle sourit malgré tout à cette menace, qu’elle pourrait bien mettre à exécution s’il s’entêtait.

Puis soudainement, Robyn relève la tête et regarde en direction de la porte de la chambre. Seul ses yeux passent au dessus du haut lit ; sa pupille brillante fixe les prunelles de l’intru. Elle fronce les sourcils puis serre la mâchoire.

- Putain de lutins… grogne t’elle, mécontente. Puis, à voix haute, pour que l’invité surprise se sentent interpelé et qu’Alec comprennent qu’ils n’étaient plus seul ; Je te conseil de fermer la porte derrière toi, Teàrlach et de mettre le verrou et de ne pas dire un mot pour l’instant.

Elle ne consulte pas Alec du regard, reste de marbre à ses paroles s’il dit quoi que ce soit. Toujours nue, Rob se relève en soutenant son ami le pousse lentement sur lit, exposant sa chaire pâle et imparfaite au yeux du farfadet importun. Elle tire les couvertes sur son unique, juge les pansements qui se tâchait de sang et soupir, désapprouvant de la tête.

D’un pas lent et maitrisé, elle se glisse vers la chaise et attrape un peignoir masculin et chaud qu’elle attache autour de sa taille, cachant enfin ses courbes féminines et se retourne vers Tear, essayant de garder son calme ;  

- Je sais pas ce qui me retiens de ne pas te tuer sur le champ.  

Sa fureur était intense, rageant sur tout les problèmes que cela allait engendrer mais la douleur de son corps et la fièvre de son ami l’empêchait de passer à l’acte. Elle observa sa main blessée puis posa son regard sur Alec, et ajouta :

- Mais tu devrais pouvoir sortir de cette chambre en vie… ajouta t’elle, pas très rassurante mais qui promettait à son ami de ne pas éventrer son amant.

_________________
avatar
The rose perishes beautifully

Messages : 197
Points : 189
Robyn Hay
Avatar : Evan Rachel Wood
Crédit : Moi-même
Multicompte : Ina MacNiven
Pseudo : TroisQuartsLicorne

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 26 ans
Métier : Escrimeur de talent / Marquise
Pouvoirs : Beauté - Chance
Inconvénients : Fort besoin affection - Désastres nautiques – Goût du sang


I wonder beneath which star
I am destined to perish
I have not been granted
An ordinary life



But I have been entrusted with the destiny of the rose
To always live my life aflame with passion
The rose, the rose blooms nobly
The rose, the rose perishes beautifully





Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Jeu 12 Avr - 10:49


Easy as One Two Three
Alec ξ Robyn ξ Teàrlach

Si Alec et Robyn dans le même lit n’a pas de quoi surprendre le lutin… En revanche, il ne peut en être autrement des courbes féminines qui se dévoilent sous son regard. Au début, il les remarque à peine, tout inquiet qu’il est pour Alec. Un étrange mélange de sensations se crée en lui. Il n’avait pas été absent longtemps de la vie du brun… Comment peut-il être dans cet état sans que lui ne soit mis au courant ? Comment a-t-il pu ne pas être présent à son chevet tout ce temps ? Peut-être est-ce un mieux pour un bien. L’un et l’autre ont tendance à faire ressortir leur côté malicieux, comme un héritage génétique qui se reconnait et qui se réponds. Peut-être que pour le bien être d’Alec, il avait finalement mieux valu qu’il ne soit pas dans ses pattes… Et puis… Et puis il y a cette étrange sensation que quelque chose ne colle pas, n’est pas raccord. « Et merde… » « Bordel Alec, je n’ai pas envie de devoir aller chercher la femme de chambre pour qu’elle te recouds à chaque fois que tu te décides de faire ce que le médecin t’as dit de ne pas faire. Tu dois rester allongé. J’aimerais que tu ne te vide pas de ton sang encore une fois… » Au-delà des mots, Teàrlach reste immobile, le regard fixé sur un sein. Ce visage et cette voix, il les connait… Mais… Rob est un homme, n’est-ce pas ? Comment cela peut-il être possible ? « Appuie-toi sur moi, je te remonte dans le lit et ne m’oblige pas à t’y attacher. » Il devrait partir là, non ? C’est quoi la bonne chose à faire dans ces circonstances ? Robyn lui ment visiblement depuis le début mais… Est-ce un problème ? Il n’a que trouvé cela drôle quand il s’est rendu compte qu’il employait une femme se faisant passer pour un homme, il a même couvert la bougresse. Pourquoi, ici, il ressent les choses différemment ? Le fait que Rob soit une femme et non un homme ne le dérange pas plus que cela… Ce qui le met mal, c’est que malgré le temps passé ensemble, il… enfin, elle, n’ai jamais daigné le lui confier. Il connait sa propre réputation mais de là à penser qu’il aurait ébruité pareil secret… C’est sans doute mal le connaître. Son humour est certes étrange mais il est persuadé de savoir quand s’arrêter.

« Putain de lutins… Je te conseil de fermer la porte derrière toi, Teàrlach et de mettre le verrou et de ne pas dire un mot pour l’instant. »  Trop tard pour fuir, visiblement. Les joues du lutin chauffent alors qu’il baisse le nez, tel un gamin prit en faute. Quand il voit Rob se relever, intégralement nue, il se met subitement en mouvement, se détournant enfin pour lui laisser un minimum de pudeur, allant fermer et verrouiller la porte tel qu’on le lui a demandé. Ne sachant trop quoi faire ou dire, il fait face à la porte, espérant que celle qu’il pensait homme couvre sa peau dénudée pendant qu’il ne regarde pas. « Je sais pas ce qui me retiens de ne pas te tuer sur le champ. » Teàrlach se retourne pour faire face à la menace. Si elle le voulait, elle le pourrait totalement. Ça, le farfadet n’en a aucun doute. Elle lui a toujours botté le cul lorsqu’ils échangeaient quelques passes d’escrime. Il retient de justesse un soupir de soulagement quand il constate le peignoir qui recouvre les courbes féminines. « Mais tu devrais pouvoir sortir de cette chambre en vie… » On ne va pas se mentir, Robyn sait se montrer imposante. Quelque chose en Teàrlach a envie de ramper au plus profond de lui pour ne plus être sous le regard furieux de l’escrimeur. Autre chose a envie de s’insurgé d’avoir été laissé si longtemps dans le mensonge… Et, finalement, il y a cette inquiétude profonde qui grandit en lui à voir Alec dans cet état.  « Tu me feras ce que tu voudras après… Je… Bordel ! » Confus, il se passe une main sur le visage, cette dernière remontant jusqu’à aller se perdre dans ses cheveux. Trop d’informations en un coup… « Qu’est-ce qui vous est arrivé à tous les deux ?! Pourquoi personne ne m’a mis au courant ?! Est-ce que c’est grave ? Est-ce qu’Alec va bien s’en remettre ? Et toi, Rob… ? Ta main ? Rien de grave j’espère… » Oubliant presque le climat régnant dans la pièce, Teàrlach s’avance d’un pas rapide. D’une main douce et délicate, il attrape la paume blessée de la marquise comme s’il allait pouvoir la diagnostiquer ainsi. « J’espère que tu ne vas pas devoir arrêter l’escrime à cause de cela… Ça serait tellement du gaspillage au vu de ton talent. » Pour le moment, l’inquiétude l’emporte sur le reste… Mais pour combien de temps ? A n’en pas douté, le rouquin va avoir besoin de quelque chose de fort pour assimiler tout ça…

_________________
Single Malt Scotch Whisky
We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
avatar
A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

Messages : 520
Points : 16

Avatar : Eddie Redmayne
Crédit : NyxBanana
Multicompte : Ùisdean MacKenzie
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 27 ans
Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Alec Craft le Mer 18 Avr - 16:53

Alec peste, dans sa barbe, il râle dans un son de fond de gorge, alors qu’il sent la force lui manquer. Il en a assez de cet état, assez de se sentir épuisé, assez d’avoir la tête qui tourne, ce coup de couteau lui aura pris beaucoup trop de temps, l’hyperactif lutin veut faire des choses, fait sa forte tête et n’arrive pas à se tenir tranquille. Il oscille entre les instants éveillés et ceux endormis, toujours avec le corps de Robyn pas si loin et là, en chutant vers le sol, il peste. S’il pouvait, il est fort probable qu’il hurlerait, mais ce n’est pas tant la volonté qui lui fait défaut, plutôt l’énergie. Tout ce qui le rassure au fond, c’est que l’escrimeur n’est rien, ou presque. Au fond, Alec sait qu’il voudra faire payer à celui ou celle, qui a fait cela. Est-ce bien la demoiselle en prison ? Elle s’en est prise à Robyn, mais aussi à Tearlàch et si Alec n’a aucune envie de courir après le loup, il a envie de protéger les siens.

Et pour cela, il est prêt à tout.

Sauf maintenant, il est juste disposé à ne pas trop en faire malgré ses envies. « Il faut que je pisse… » Marmone-t-il sous les paroles de Robyn, prétextant une envie pressante plutôt que de dire, qu’il voulait aller voir ses chevaux ! Oui, ses animaux lui manquent et il se sent inutile, ou presque, alors il prétexte. Son mensonge file de sa bouche, pisser dans le pot de chambre le gonfle aussi, mais malgré ces petits riens qui ne lui enchantent pas l’humeur, le Fir Darrig n’est pas mauvais patient.

Il plie volontiers à l’ordre de sa meilleure amie, lâchant dans une voix épuisée, une bétise comme à son habitude. « Tu voudras pas te rouler dedans ? » Il ricane, et se hisse tant bien que mal sur ses jambes. « Des promesses… » Mais elle serait bien capable de l’attacher et il deviendrait encore une fois fou ! Ne pas pouvoir la toucher comme ne pas pouvoir bouger, de quoi sentir son sang bouillir, retrouver le matelas lui fait lâcher un juron de plaisir, alors que son front en sueur trahit tellement ses faiblesses.

Allongé dans le lit, il grimace, reprenant son souffle, alors qu’il entend Robyn insulter les lutins, il voudrait dire qu’il n’a rien fait, mais ses yeux se sont fermés seuls et il sent un peu de sa force s’échapper, plongé dans une demi-conscience, Alec ne ressent que les pulsations de la douleur venir dans une danse régulière. Le reste est un peu flou, il tient son ventre, sa respiration profonde, il n’ose plus bouger, ce n’est que la voix de Tearlàch qui le sort de son demi-sommeil, un œil, puis un autre, il le cherche du regard. « Tear ? » Sa voix est rauque, il veut se relever, mais se souvient des menaces de Robyn, alors, il reste sagement, les cherchant du regard. Le lutin est là ? IL…ah tient Rob n’est plus nue, il fait une grimace, avant d’imaginer la tête de son Amant en la voyant sans parure et cela lui décroche un sourire. « J’ai toujours envie de pisser.. » Marmone-t-il, avec l’envie réellement présente désormais, alors que le carmin de son bandage s’est agrandit. Il devrait peut-être penser à d’autres choses, mais ça lui passe au-dessus, Tearlàch ne s’est pas enfuis en les voyant nus dans un lit. Un sourire lui vient aux lèvres à l’idée que cela puisse aller, alors qu’il pousse un plus grand soupir et se tenant le côté.

_________________
"Il faut regarder en direction de son avenir. Du coup, je regarde à côté de moi, ouai..." A son côté se trouvait Robyn Hay.
avatar
Faileas

Messages : 128
Points : 118
Ta tête Par défaut
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Crédit : @AM
Multicompte : Keith MacBain - Délëphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
20 / 10020 / 100
Age : 26 ans
Métier : Acolyte de toujours /Palefrenier
Pouvoirs : Mensonge imparable (1) éveiller des peurs enfouies (1)
Inconvénients : S’incruste chez les gens, Fascination pour la couleur rouge

"Il est étrange d'être un pécore cultivé, maniant l'épée du noble et sachant lire comme eux, peut-être même mieux. Mais au fond, personne ne le voit réellement, je me plais à faire l'imbécile. Et je le fais souvent...
Sauf quand je me dois de veiller sur elle -ce qui est une chose coutumière-. Mais en même temps, elle ne sait pas le faire pour elle-même"




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Robyn Hay le Ven 4 Mai - 3:19



Cette situation la rendait inconfortable. Elle le cachait sous le couvert de la menace et l’apparente domination de la situation mais au fond d’elle même, se retrouver ainsi dévoilée au regard de Teàrlach, effaçant tous le poids du secret qui teintait leur relation qu’elle pouvait considérer amicale, l’embâtait et la frustrait. Une impression montante d’échec, de risque inutile, de conséquences diverses qu’elle aurait voulu se passer encore quelques temps.  Peut-être que cette idée de destin que les philosophes débattent sans cesse la rattrapait : Après tout, elle avait accepté une part de sa féminité en s’avouant vaincue par Alec. Elle était amie, amante, femme et acolyte pour lui.

Elle n’en restait pourtant pas moins un garçon manqué qui n’avait pas pratiqué ses bonnes manières de marquise depuis des lustres et qui préférait se battre et monter à cheval que de porter des robes.

N’ayant pas le temps de répondre au ineptie de son ami blessé, enfin de retour dans le lit et le sang qui imbibait ses pansements, elle fut soulagée que Teàr l’écoute et que le verrou de la porte soit posé. Couverte de son peignoir, elle reste au garde-à-vous prêt du lit, comme pour protéger son unique. L’Ó Ceallaigh en avait beaucoup à digérer soudainement et elle ne le connaissait pas encore assez intimement pour prétendre arriver à complètement le lire et deviner ses réactions.

Stoïque, l’escrimeur observe ces moindres gestes ; cette main qui passe sur son visage pour faire disparaître imbroglio de la situation. Cette même poigne qui se perd dans sa chevelure, comme cherchant une réponse adéquate sur son crâne. Réponse qui se perdit en confusion et un lot de questions.

Sa bouche s’ouvrit pour lui répondre mais se referma aussitôt, un mouvement de recule, la pose défense d’un escrimeur lui fait déplacer son bassin, les pieds puis d’une inspiration surprise, retient son souffle quand Teàrlach lui attrape la main et observe son pansement, profondément inquiet. À son tour de ne plus savoir quoi dire. Tout son être voudrait lui retirer vivement sa paume du contact du jeune homme mais la surprise la laisse sans un mot, observant à son tour son pansement. Il venait de découvrir son plus grand secret et il s’inquiétait de sa santé ? Elle n’avait pas mérité autant d’attention de sa part. Robyn n’avait rien fait, et surtout pour pas grand Édimbourgeois… et que lui valait se compliment et cette réelle sollicitude ?

– Je … non… je suis droitier. Ça ne m’empêchera pas de … faire ce qu’il faut…

Robyn ne savait pas quoi répondre et se sentit plutôt bête. Elle n’était pas habituée à ça. Elle ne savait pas quoi en faire sans trop brusqué cette gentillesse momentanée. Son côté féminin qui prenait le dessus ou simplement la logique ? Après tout, Teàr était amant de Alec et un très bon ami. Elle lui devait au moins le respect d’être choisi par son unique… mais au delà de cela… que pouvait-elle faire de cette inquiétude à son égard ?

Doucement, essayant de n’être pas trop brusque pour ne pas le choquer, Rob retira sa main de celles du deuxième lutin et croisa ses bras sur sa poitrine, ne sachant plus trop où mettre ses bras. Inspiration, elle s’accrocha alors aux explication de la situation :

– Cela fait seulement quelques jours. Alec doit surtout se reposer et arrêter de s’obstiner. Il a perdu beaucoup de sang, la blessure est profonde, mais il s’en sortira s’il ne fait pas le con pendant quelque temps. Ce qui s’avérait plus difficile à dire qu’à faire. Un intrus ces introduit chez nous, avec la net intention de me tuer. Alec est venu me prêter main forte… avec son corps comme bouclier. C’était à la fois particulièrement stupide et héroïque. Elle ne put s’empêcher de jeter un regard désapprobateur au blessé dans le lit ; Alec avait toujours ce besoin de la protéger, quand au finale, c’est elle qui devrait veiller sur lui.

Alec manifeste une deuxième fois son envie d’uriner, ce qui fit tourner du regard l’escrimeur. Grand enfant, le lutin de sa vie semblait nettement plus s’amuser de la situation qu’elle ou que Teàr.

– Peux-tu l’aider à se soulager ? Je vais nous servir un truc à boire...

L’alcool, charmante solution à tout ses problèmes.


_________________
avatar
The rose perishes beautifully

Messages : 197
Points : 189
Robyn Hay
Avatar : Evan Rachel Wood
Crédit : Moi-même
Multicompte : Ina MacNiven
Pseudo : TroisQuartsLicorne

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 26 ans
Métier : Escrimeur de talent / Marquise
Pouvoirs : Beauté - Chance
Inconvénients : Fort besoin affection - Désastres nautiques – Goût du sang


I wonder beneath which star
I am destined to perish
I have not been granted
An ordinary life



But I have been entrusted with the destiny of the rose
To always live my life aflame with passion
The rose, the rose blooms nobly
The rose, the rose perishes beautifully





Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Ven 4 Mai - 11:06


Easy as One Two Three
Alec ξ Robyn ξ Teàrlach

Du trouble de Robyn, le lutin ne perçoit rien. Tout inquiet qu’il est, c’est avec le profond regret de ne rien pouvoir faire pour aider qu’il observe la main bandée. Une petite moue frustrée barre ses lèvres alors qu’il détaille le tissu qui protège la plaie. « Je … non… je suis droitier. Ça ne m’empêchera pas de … faire ce qu’il faut… » Un soupir de soulagement échappe au rouquin alors qu’il laisse l’escrimeur récupérer sa main. Au moins sa carrière n’est-elle pas en danger. Il faut bien l’avouer, il aurait été dommage de gâcher un tel talent et une telle passion. C’était quelque chose qu’il avait toujours apprécié chez son ami, cette manière qu’il a de se passionner pour le combat. C’était particulièrement grisant pour le lutin qui avait toujours eu envie de se passionner pour la chose à son tour… Sans jamais avoir réellement réussit à y parvenir. Toujours trop distrait, pas assez persévérant, Teàrlach souffre du fait de ne pas encore avoir trouvé une réelle passion dans laquelle exceller, si ce n’est celle d’être insupportable pour son entourage. Sans doute est-ce pour cela qu’il s’est longtemps obstiné à faire quelques passes avec la marquise, parce que son enthousiasme à la chose faisait plaisir à voir et réchauffait sans qu’il ne s’en rende compte le cœur du lutin facétieux, même s’il se faisait systématiquement botter l’arrière train. Quelque part, il ne peut pas s’empêcher de faire le parallèle avec Katherine Garnier, la petite française qui travaille pour lui en portant aussi l’habit d’homme. Vraiment, s’il avait identité assez rapidement la jeune femme, Robyn, elle, s’est bien joué de sa vigilance. Si seulement on lui avait dit qu’il était entouré de femmes aussi formidables que pour oser se faire passer pour des hommes, que pour prendre une charge de travail et sociétale qui n’est pas censé être la leur. Indéniablement, le lutin sens l’admiration pétiller dans son regard alors qu’il détaille le visage de la marquise, bien qu’il reste l’inquiétude de leur état à tous les deux. « Cela fait seulement quelques jours. Alec doit surtout se reposer et arrêter de s’obstiner. Il a perdu beaucoup de sang, la blessure est profonde, mais il s’en sortira s’il ne fait pas le con pendant quelque temps. » « Autant lui demander de ne pas respirer. » Commente-t-il du tac-au-tac sans pouvoir s’en empêcher. Qui a dit que l’humour n’était pas le bienvenu, même dans les situation tendues et complexes ? Qu’on lui montre un texte de loi le déclarant ou qu’on le laisse faire ses frasques à jamais. « Un intrus c’est introduit chez nous, avec la net intention de me tuer. Alec est venu me prêter main forte… avec son corps comme bouclier. » « Ça lui ressemble bien, oui… » Encore cette silhouette, Teàrlach en a l’intime conviction.

Vraiment, il n’aurait pas dû laisser tomber son idée première de la traque, il n’aurait pas dû baisser sa garde. Après lui, après la tête lancée à Màiri, après Piwi, c’est maintenant au tour d’Alec et Robyn. Les lèvres du lutin se pincent de contrariété alors que ses poings se serrent. Le palefrenier a beau l’avoir rassuré sur le fait que tout cela n’était pas personnel, comment cela peut en être autrement alors que tant de personnes qu’il aime se voient touché de l’arme purulente de ce scélérat ? « J’ai toujours envie de pisser... » « Peux-tu l’aider à se soulager ? Je vais nous servir un truc à boire... » « Je m’en occupe… je crois bien qu’on va tous avoir besoin de quelque chose de fort à boire. » Confirme-t-il alors qu’il s’élance vers le lit. Le regard remplit d’une inquiétude toute naturelle, il s’y assit se penchant pour lisser les cheveux de son amant. « Tu es une foutue tête de mule… » peste-t-il avec douceur, un léger sourire timide et tendre montant sur ses lèvres. Rob est-elle au courant pour eux deux ? Peut-être ne devrait-il pas se montrer aussi tendre devant la marquise… Profitant de l’absence de la jeune femme, il se penche pour voler un baiser chaste sur ses lèvres. « On va s’occuper de ton envie… » Souffle-t-il alors, se retrouvant bien idiot de ne pas savoir par où commencer ou même comment faire. Il se redresse, jetant un œil à la chambre. Le pot de chambre lui semble un peu loin compte tenu du rouge qui perce le bandage du lutin. Alors il quitte le lit, allant ramener le récipient odorant plus près du lit. Ensuite, il s’y penche, s’efforçant d’aider Alec à se redresser totalement. Quand enfin il parvient à l’extraire du lit, il se retrouve bien embêté. Les bras pleins de cet homme qu’il ne veut pas ne pas soutenir, ils se retrouvent tous deux dans une position étrange. Alors qu’il se rends compte qu’Alec ne fait pas le moindre mouvement pour se mettre à la tâche, il sent ses joues le cuire durement alors qu’il avance une main pour descendre le pantalon de toile légère que le blessé porte. « Ce que tu ne me feras pas faire… » Marmonne-t-il, totalement confus alors qu’il aimerait détourner le regard, si seulement il n’avait pas à viser pour Alec alors qu’il se soulage.

_________________
Single Malt Scotch Whisky
We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
avatar
A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

Messages : 520
Points : 16

Avatar : Eddie Redmayne
Crédit : NyxBanana
Multicompte : Ùisdean MacKenzie
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 27 ans
Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Alec Craft le Sam 5 Mai - 8:18

Que dire? Alec dans ce lit mal en point aurait tellement envie d’en sortir, de les saisir, de les embrasser, de leur faire mille pirouette et de les aimer, possessivement, pendant des heures. Au lieu de cela, le corps blessé est traître, le plaquant dans sa couche froide d’autres présences. L’envie de pisser présente...oui, bon, forcément, et dans l’inconstance de son immobilité, les yeux clos, il entends sans pouvoir réagir. Cependant, la sensation de Tear lui arrache un sourire. Son unique et son lutin maintenant, tous les deux ici, et l’amant au courant. Pour l’instant, cela ne se passe pas si mal...il l’entends, il sourit, rieur. Ses forces lui manquent pour faire l’idiot, mais son humeur heureuse fait poindre au bout de ses lèvres, cette réplique soufflée. “Oui...une tête de mule, adorable, superbe, parfait...diablement tentante.” Un son bucal d’amusement accompagne ses lippes après ces mots, son narcissisme encore là, c’est que tout va bien non?

D’instinct, le palefrenier sait que Tearlàch s’approche, un baiser...sa main fatiguée se soulève pour se poser à l’arrière du crâne de l’amant, Robyn sait, saura, c’est un tout parfait maintenant. Un tout de trois...il pose sa main à l’arrière de son crâne, et l’empêche de s’échapper, le baiser chaste devient un véritable baiser, auquel il profite de rassurer le lutin d’un échange délicieux. “La, maintenant?” Dit-il grivois avant de laisser échapper un petit rire, qu’il ne veut pas trop vif, ça pique au ventre après!

A moitié dans le paté, et aussi vaseux que nécessaire, il sent la peau frâiche de son amant venir l’aider, il s’accroche et cherche un peu plus de contact, mais ne rencontre que le tissus. “Tu devrais lever ça…” Dit-il en parlant de la chemise, non pas pour l’avoir nu, mais Alec s’apaise aux contacts nus du cuir. Certes, je vois déjà dans vos esprits fourbes et pervers, l’idée coquine et luxurieuse que vous associez, mais en vérité, comme un enfant, il cherche cette sensation naturelle, comme un repaire, pour lutter et forcer son corps à se remettre plus rapidement.
Assis enfin, grondant sa douleur perçante, il n’arrive pas tout à fait à ouvrir les yeux, et sent la main de Tear aidé jusqu’à son maximum. Sa main mollement se relève, il se râcle la gorge et souffle. “Mets-la juste...en place. Je peux me la tenir, quand même.” Oui, il peut et vient saisir son sexe pour pouvoir pisser, ce n’est pas pour autant qu’il apprécie de le faire si prochement de son autre, et silencieux, Alec fait son affaire. “J’ai besoin de me rallonger…” Il en a terminé, mais de grosse goutte de sueur perle à son front, et il attends que Tear éloigne le pot de chambre pour retomber en arrière, sans précipitation ni brusquerie, sur le matelas, reprenant son souffle, il se hisse maladroitement sur les coussins pour relever son dos et reste là, en se tenant la blessure, sans trop forcer sa main dessus.

“Tu sais maintenant, c’est parfait.” Conclut-il les yeux clos, comme s’il allait s’endormir, mais Alec se sent mieux ainsi, ils vont le croire endormi, hors, il pourrait tout à fait leur lâcher des commentaires,de ci,d e là. “Quand elle revient, vous restez là…” Dit-il en désignant le matelas. “Pas loin de moi...non, pas loin…” Sa voix s’éteint, il va arrêter un peu de parler, juste un petit peu...


_________________
"Il faut regarder en direction de son avenir. Du coup, je regarde à côté de moi, ouai..." A son côté se trouvait Robyn Hay.
avatar
Faileas

Messages : 128
Points : 118
Ta tête Par défaut
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Crédit : @AM
Multicompte : Keith MacBain - Délëphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
20 / 10020 / 100
Age : 26 ans
Métier : Acolyte de toujours /Palefrenier
Pouvoirs : Mensonge imparable (1) éveiller des peurs enfouies (1)
Inconvénients : S’incruste chez les gens, Fascination pour la couleur rouge

"Il est étrange d'être un pécore cultivé, maniant l'épée du noble et sachant lire comme eux, peut-être même mieux. Mais au fond, personne ne le voit réellement, je me plais à faire l'imbécile. Et je le fais souvent...
Sauf quand je me dois de veiller sur elle -ce qui est une chose coutumière-. Mais en même temps, elle ne sait pas le faire pour elle-même"




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Robyn Hay le Mar 14 Aoû - 0:58


Dos aux deux hommes, Robyn en profita pour rouler un peu des épaules, bouger sa nuque, desserrer la mâchoire et inspirer un bon coup. Elle sentait le contre coup de l’adrénaline montée des derniers jours disparaitre, mais surtout, elle avait l’impression d’être sur une prémisse d’un nouveau combat. Son corps était tendu et douloureux et avait l’impression que de dévoiler sa réelle identité à Teàrlach n’était que le premier pas dans un tunnel dont elle ne savait pas qu’en était l’issue.

Un match entre sa logique et sa fatigue faisait rage dans sa tête pendant que la marquise avait rejoint une petite table basse où il y avait une ou deux carafes d’alcool. Les verres s’entrechoquèrent légèrement sous la main tremblante de Robyn. Elle grogna et les déposa brusquement, toujours vide, pour essayer de reprendre un peu de contenance. Les yeux durement fermés, elle essaya de faire taire cette petite voix qui proposait malicieusement de tuer le jeune intrus pour garder son secret intact. Une lame dans le bon organe garderait sa couverture sauve et le risque serait à tout jamais effacé. Ce n’était qu’un coup, rapide, sans douleur et elle pourrait continuer sa clandestinité comme avant. Il y avait un arsenal à portée de main. Que quelques pas, elle aurait son poignard en main. Ça serait trop facile de le tuer maintenant. Le dos de cet attaquant mystérieux aurait le dos large : l’explication, l’alibi… elle saurait, au pire, se débarrasser du corps elle même s’il le faut !

Et se gout du sang qui montant en elle soudainement. Cette soif qui avait été assouvie puis oubliée dans les bras de son meilleur ami qui avait risqué sa vie pour la sienne, encore. 

Robyn se lécha les lèvres lentement. Elle divaguait sur la saveur de l’innocent Teàrlach, qui se retrouvait à partager le poids d’un secret qu’elle refuserait qu’il soit divulgué. Prendre le risque de laisser quelqu’un sortir de cette pièce qui n’était pas intimement lié à elle était impensable. Peut-être si elle l’empoisonnait, avec son verre d’alcool. Ou le souler jusqu’à ce qu’il crève d’un coma de boisson. De sa constitution, cela ne devrait pas être bien difficile ! 

Puis, dans son dos, elle entendit son unique avouer que tout était parfait maintenant. Tout était parfait parce que ce lutin, son ami intime à lui, savait. 

Ce fut comme une douche froide. 
Toutes ces pensées de meurtre et de sang disparurent soudainement. Ses épaules s’abaissèrent, l’air quitta ses poumons et une sensation de fatalité l’emporta pendant quelques secondes. Il les voulait à ses côtés. Les deux. Cette pensée semblait l’apaiser.

Silence venant du grand lit, Robyn reprit contenance, passa une main dans ses cheveux courts puis soupira. Elle choisit un excellent vin rouge qu’elle versa dans deux coupes de verre. D’une main elle porta les deux et de l’autre agrippa la carafe. Elle s’approcha de l’autre côté du lit puis habilement, elle y grimpa sans renverser une goutte. Par-dessus Alec somnolant, l’escrimeuse tendit les coupes à Teàr, qu’il en choisit une et une fois fait, elle s’installa tout près du palefrenier, se calant dans les oreillers, frôlant doucement du bout des doigts l’épaule nue de celui-ci.

Son verre se leva devant elle, proposant un toast à l’autre personne encore consciente dans la pièce :

- Aux …

Mais elle arrêta son mouvement. Aux secrets ? Aux amis ? Aux révélations ?



- … non. Je ne sais pas à quoi trinquer.



Puis elle avala cul sec sa coupe pour la remplir rapidement.

- Il y a une partie de moi qui est prête à tout à ce que mon secret ne quitte pas cette pièce.

Robyn fixait le fond de la pièce, durement. 


- Et il y a cette autre partie… la marquise que je suis, que je découvre depuis peu, qui me dicte de laisser une chance à Alec et de lui faire confiance. Il t’apprécie beaucoup, vraiment beaucoup…

Elle ferme les yeux, durement, et réfléchit fort à ses prochains mots.

- Comment puis-je te faire confiance ? Jamais je ne pourrais te laisser sortir de cette pièce avec un doute de trahison, mais… si tu l’apprécies comme il tient à toi… peut-être que je peux apprendre à …

À quoi ? 

Robyn, tu es en train de devenir complètement cinglée.



_________________
avatar
The rose perishes beautifully

Messages : 197
Points : 189
Robyn Hay
Avatar : Evan Rachel Wood
Crédit : Moi-même
Multicompte : Ina MacNiven
Pseudo : TroisQuartsLicorne

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 26 ans
Métier : Escrimeur de talent / Marquise
Pouvoirs : Beauté - Chance
Inconvénients : Fort besoin affection - Désastres nautiques – Goût du sang


I wonder beneath which star
I am destined to perish
I have not been granted
An ordinary life



But I have been entrusted with the destiny of the rose
To always live my life aflame with passion
The rose, the rose blooms nobly
The rose, the rose perishes beautifully





Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Easy as one two three

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum