Rejoins-nous!
Connecte-toi

Je fus l'ombre assoiffée, je suis seulement moi désormais. [Pinpin?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 2 Je fus l'ombre assoiffée, je suis seulement moi désormais. [Pinpin?]

Message par Keith McBain le Sam 16 Déc - 22:08

Ecarlate cantique raisonnant à l’esprit. Carmine lueur sur le cuir pâle, auréolé du feu, siège sur le sol, une boite entrouverte, vestige d’une vérité dont il ne parvient pas à saisir la nuance. Le visage tiré dans les dramatiques caricatures de la torture et du tourment, il y a dans ses pensées milles oraisons funèbres, milles cantiques sanglants, milles hurlements anonymes, agonisant à la porte de ses lueurs fardées de souffrance.

La pupille erre dans le déni, voit et observe, comprends, saisit, se rappelle, les joies du malheur des autres et de leur souffrance, au fond, il sait. Il n’y a rien de pire dans cette demeure que le silence, venu s’ourlé ce soir d’un simple crépitement de feu, alors que dans l’âtre, la bûche rouge s’allie pour détruire un manteau de cuir long, un masque de chair, faisant puer l’odeur de chair brûlée, que l’on libère de leurs terribles fardeaux.

Sur le sol, assujetti à l’abandon, sur le tapis, une mèche de cheveu fine, imperceptible, tressés soin, aussi blonde que blanche, aussi courte qu’un carré de demoiselle. Avec, soigneusement reliés par le ruban, plusieurs boucles noires arrachées, et une puis, une dernière tresse châtain, longue, coupée dans sa longueur par la lame d’une hache sur une gorge.

Ina, Gemma, Ciaran…trois vies, une prise, deux autres brisées et une soif de sang vestige à l’esprit, qui ne lui ressemble pas. Une soif disparue, envolée et l’agitation possessive des pensées, disparue. Une folie solitaire lui a donc saisit les pensées ? Il ne le sait. Il se voit dépossédé de toutes raisons, de toutes pensées, de tout sens communs, arbitraire, choisissant les cibles dans le but seul de détruire un autre. Une vie et une mort, un vivant, un disparu…

Dans la semi pénombre d’un bureau renversé, le même où il a reçu son ami, il tremble. Les images martèlent son esprit, une à une, les souvenirs, les sensations, les odeurs, tout ce qui fut et tout ce qui ne sera plus. Les yeux hurlant d’une terreur muette, retraçant les scènes dans une tapisserie carmine et macabre, aussi funeste que le son d’une porte toquée trois fois.

Toc.Toc.Toc.
Keith sursaute, aussi pâle qu’un fantôme, se relevant prestement pour ramasser à la boite les mèches de cheveux qu’il jette au feu, et le bois avec, faisant disparaitre des preuves qui l’aurait condamné, de toutes évidence, se dépêchant d’aller entrebâiller l’ouverture. La sueur sur son front, il observe de bas en haut la servante, soucieuse de l’état de son maître, curieuse de l’étrange odeur.

« Monsieur, tout va bien ? » La question fuse à l’esprit comme une onde funeste, frappant les pensées cramoisies de sang tel le couperet d’une guillotine, dont il évite la lame, par le sort presque habile du hasard –et une bonne défense de sa joueuse, voire de beaux mensonges, mais c’est une autre histoire !- « La date approche. » Marmone-t-il la gorge serrée, faisant entrouvrir aux lèvres pâles un « o » de peine et de timidité. « Pardonnez-moi monsieur, je ne souhaitais point vous déranger… » « Vous ne me dérangez pas…qu’on ne me dérange pas dans les jours à venir, je veux être seul. »

Un hochement de tête et une disparition, personne ne dérange le maître quand vient les dates de peines et de souffrances. Le hasard fait bien les choses, faut-il croire. Tremblant,la rate de compagnie reste au dessus de la cheminée, paniquée par la tenue de son maître et les tremblements qui le parcourent, dans des cris légers, elle cherche à attirer son attention, mais Keith est au sol désormais, à genoux, il a saisi une lame fine avec laquelle il ouvre son courrier. Il lui suffit d’une entaille, une, unique, et tout cela ne serait que rapide. Mais immobile et la lame sur son avant bras, il ne bouge pas, observant le tout…

Smyt est déjà là, il se fige, caoineag et malheureux, Keith laisse retomber la lame. Son visage entre ses mains, il est incapable de pleurer, qu’a-t-il fait ?

****

Le costume noir d’un macabre bonhomme, la silhouette squelettique du maître embaumeur se détache au sein du château, rien ne vient troubler le visage cadavérique du caoineag, désormais muet comme les tombeaux qu’il scelle, seul à son épaule, la tâche blanche d’une rate dévouée fait office de distraction, quoi qu’il n’y a rien de distrayant dans l’office qu’il soit venu faire. Des familles ont payés, plutôt bien, pour préparer des corps, il est venu en chercher, nullement personnellement, mais plusieurs de ses employés.

Il supervise, ayant obtenu l’accès au château, et dans son silence observateur, il laisse ses employés se charger d’emporter des corps, se détachant du groupe pour s’enfoncer, dans une entraille du château, muet, silencieux, il s’y revoit courir avec l’ombre complice, mais personne ne peut savoir ce qu’il revit, dans cet anodin passage, au grès d’un silence dont il porte la tiare….

_________________


"Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”





avatar
How terrible it is to love something that death can touch

Messages : 156
Points : 190
Ta tête Par défaut
Avatar : Crispin Glover
Crédit : @Carmina
Multicompte : Alec Craft - Délèphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 36 ans
Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme


**Sort de soin utilisé (1)


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Je fus l'ombre assoiffée, je suis seulement moi désormais. [Pinpin?]

Message par Sreath-Mhurtair le Mer 3 Jan - 23:09

do you feel my breath on your neck ?
Je fus l'ombre assoiffée, je suis seulement moi désormais
Bon j'me résigne et m'glisse dans l'chateau, fallait bien que j'finisse par y faire un tour de toute façon. J'ai pas désespéré d'm'occuper du cas de l'Harlow, mais bon y a la donzelle qu'est v'nue s'en mêlée et j'ai des principes, j'attaque pas les faibles femmes. Mais là, ma proie d'ce soir n'a rien à voir, c't'un pauvre bougre tourmenté, l'genre à pas dormir d'la nuit tellement l'décespoir du monde pèse sur ses épaules alors qu'moi, rien qu'à l'odeur du sang j'sais qu'vais passer une bonne nuit. La garde peut interrompre ma prom'nade nocturne à tout moment et j'le sais, tout comme j'suis suffisamment fin pour d'viner que j'vais pas m'glisser dans l'atelier du bougre sans un minimum de plan. Lui aussi j'laimais bien, on avait vécu des trucs très forts ensembles, et ça m'fait d'la peine qu'il porte le deuil d'nos jeux nocturnes. Allez mon gars, t'inquiète pas, j'vais m'occuper d't'on sommeil et promis c'soir tu pionces comme un prince. C'pas vraiment contre toi, mais disons que j'fais pas trop confiance à un type qui vit près des morts, des fois qu'ils viennent lui causer. J'taime bien mais j'voudrais pas qu'tu mettes en danger tu comprends ?  Le prends pas personnellement, c'est plutôt contre ta fonction qu'j'en ai et pour être franc, j'aurais aussi aimé qu'ce soit pas toi, car j'sens qu'on va m'accuser d'm'acharner et pourtant c'pas mon style.

J'attends qu'tu sois seul, bien planqué dans mon buisson, et j'profite d'la porte mal fermée pour m'inviter. N'en veux pas à ta servante, la pauvre fait c'qu'elle peut, c'est rare qu'les gens s'imaginent qu'un arbuste représente un danger. Et j'tavoue, mon p'tit Keith, qu'tu m'fais d'la peine avec ton regard de fou et tes épaules trop raides. Et puis la sensation passe car j'me dit qu't'as vraiment besoin qu'on t'aide à partir en paix et ça tombe bien, j'vais t'faire ma spécialité. Cette fois je tenterai pas d'tétrangler, j'ai pas envie de devoir disparaître devant une victime qui tousse, j'ai une réputation à tenir. Alors j'sors la lame qu'j'ai préparé et j'te plante dans l'dos.

succès/échec:
Succès : faut croire qu'après l'homme des pavés j'suis l'homme du buisson vu qu'ta servante m'a pris pour une feuille trop raide mais est partie sans m'voir.
Echec : bon au moins c'te brave femme a d'bons yeux, et elle a poussé un cri qui m'a trahi mais bon j'tente le tout pour le tout et j'entre.
dé d'attaque:
J'vais finir par croire qu'je m'fais trop vieux pour l'artistique vu qu'j'm'emêle les pineaux et fini comme un pauvre diable à tes pieds, sur'ment trahi par l'tapis sur l'quel j'ai trébuché.
échec alarmant : J'vais relativiser au moins j'suis d'bout et dans la pièce mais j'ai raté mon coup et j'suis là, à ta hauteur, avec ma lame dans ma main et te dire que j'suis v'nu pour t'aider à ouvrir ton courrier j'suis pas sûr que ça va suffir.
échec anodin : La porte s'est rfermée avant qu'j'entre alors me v'là dehors comme un artichaud mal poussé avec ma dague à la main. Au moins personne m'a vu.
blessure superficielle : Alors au moins j'sais couper les costumes, j'espère que t'y tenais pas trop et qu'ten as un autre surtout.
blessure grave : J'aii senti la lame s'enfoncer dans la chair et j'ai failli pousser un cri. J'adore c'te sensation, tu t'en rappelles, toi ? la chair qui résiste et qui finalement cède, et puis le sang qui hésite avant de s'mettre à couler. J'adore ça, et j'sais qu'j'ai taillé là où ça fait mal, ça s'voit à ton teint plus cireux qu'd'habitude.
blessure mortelle :  Allez mon Keith, dis-toi qu'tu vas rj'oindre les anges si tu y crois, et puis tu sais qu't'es assez beau à baigner dans ton sang, écroulé sur ton burau. Sans rancune, j'sais là haut tu s'ras plus heureux.

La garde:
Gardes, à moi ! : Bon fallait bien qu'les anglais s'sentent concernés, les v'là qui débarquent dans la pièce, mousquets brandis. J'vais leur faire l'coup du coupe papier qu'a glissé pour voir.
Rien ne se passe : Désolé mon Keith mais ta mort elle n'intéresse personne. Ça veut p'têtre dire qu't'es tout pardonné.
avatar
I am the monster you claim

Messages : 73
Points : 264
Ta tête Par défaut
Avatar : --
Crédit : --
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Je fus l'ombre assoiffée, je suis seulement moi désormais. [Pinpin?]

Message par Ceann-Uidhe le Mer 3 Jan - 23:09

Le membre 'Sreath-Mhurtair' a effectué l'action suivante : Le Destin


#1 'Succés/Echec' :


--------------------------------

#2 'Sreath-Mhurtair' :


--------------------------------

#3 'Garde' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 121
Points : 565
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Je fus l'ombre assoiffée, je suis seulement moi désormais. [Pinpin?]

Message par Keith McBain le Jeu 4 Jan - 11:03

Aux hurlements muets, la bouche s’ouvre. Complainte de silence qui se crispe au final dans un grondement sourd. La lame enfoncée dans les chairs est une promise douce, dans les entrailles de ce lieu, au sein de ses anciens méfaits, il aspire une goulée d’air dont la soif est avide. Avide et impossible.

L’asthme étouffe sa gorge, grésille ses poumons… « Je…t’aurais…aidé. » Laisse-t-il sortir de ses lèvres, le corps chutant vers le sol dans une glissade lente, il sent ses genoux sur la pierre, le sang imbiber l’air. Ses yeux exorbités réalisent la folie de cet instant, la douleur qui le perce, la lenteur de son corps… « Je sais qui tu es….mais…tu ne crains rien de moi… » Avoue-t-il entre ses dents !

Mais est-ce que l’ombre furieuse et pleine d’ivresse peut-elle comprendre, la fascination morbide d’un visage aperçu et des traits si délicieusement venu à son regard ? Peu importe l’identité, il n’aurait point porter atteinte à sa personne, tout au contraire, il aurait veillé à sa protection.

Le corps s’allongeant vers le sol, Keith tente de percer sa respiration sifflante, vaincre la douleur, mais elle est salvatrice. Il fut le monstre et le monstre l’a tué…un monstre magnifique qui ignore tout de ses folies, et qui, a préféré le tuer que de se laisser prendre. Pourtant, la gravité de la blessure n’est pas mortelle.

Il peut porter un coup nouveau pour achever son travail, mais les gardes arrivent. Ils sont sur le territoire de la milice après tout, au sein même du château d’Edimbourg, dans un couloir reculé certes, mais toujours en son sein.

La garde parvenue à la hauteur n’a plus rien des écossais, ils ignorent encore tout du folklore de l’Ombre, le bruit des épées, des pas, les hurlements des hommes vocifèrent à son flanc, alors que déjà on s’agenouille près de lui! Mieux vaut s’enfuir Tueur ! Alors qu’ils parviennent ici, ils peuvent t’encercler, ce château, ils le connaissent mieux que toi…

Keith, front contre le sol, aspire à la fraîcheur de celui-ci, recevant la douleur comme une promesse, au fond de son esprit, la confession vient hanter son esprit, pris(e) de pulsion meurtrière, le vaisseau du Sreath Mhurtair ne pouvait l’éviter. Sa main saisit le tissu de celui penché à sa rescousse. Dans un enchaînement de parole rauque, il marmonne quelques mots, mais à qui?

C’est l’heure du dé

Succès/Succès : Keith McBain a une blessure grave, il est transporté par la garde et un médecin est immédiatement à son encontre. Tous les efforts du monde ont quelques mérites parfois. Alité et mis sous bonne garde au Castle pour sa protection, le Caoineag se réveillera deux jours plus tard, sa blessure en voie de guérison, pas au top de sa forme le bougre, mais il vivra. -Avec une longue convalescence faut pas déconner-
Succès/Echec : Keith McBain a une blessure grave, il est transporté par la garde et un médecin est immédiatement à son encontre. Tous les efforts du monde ont quelques mérites parfois. Alité et mis sous bonne garde au Castle pour sa protection, le Caoineag se réveillera une semaine plus tard, malheureusement, le médecin n’est pas confiant quant à son état de santé, au prochain RP, obligation de lancer un dé succès/echec pour déterminer s’il replonge dans le coma ou pas.
Echec/Succès : Keith McBain a une blessure grave, il est transporté par la garde et un médecin est immédiatement à son encontre. La blessure est vilaine, le médecin fait son possible, Keith ne se réveillera qu’une semaine plus tard, toujours sous bonne garde au château. Il manque de sang, mais il survit pour l'instant, plongé obligatoirement dans des phases de sommeil incontrôlable à cause d'une anémie sévère. Obligation d'un dé vitale succès/échec au prochain rp.
Echec/echec : Keith McBain a une blessure grave, il est transporté par la garde et un médecin est immédiatement à son encontre. Tous les efforts du monde ne semblent rien faire. . Alité et mis sous bonne garde au Castle pour sa protection, le Caoineag se réveillera par intermittence, il risque de mourir à la fin de son futur rp ! –Obligation d’un jet de dé à la fin du prochain RP, succès il vit, echec il meurt-

_________________


"Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”





avatar
How terrible it is to love something that death can touch

Messages : 156
Points : 190
Ta tête Par défaut
Avatar : Crispin Glover
Crédit : @Carmina
Multicompte : Alec Craft - Délèphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 36 ans
Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme


**Sort de soin utilisé (1)


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Je fus l'ombre assoiffée, je suis seulement moi désormais. [Pinpin?]

Message par Ceann-Uidhe le Jeu 4 Jan - 11:03

Le membre 'Keith McBain' a effectué l'action suivante : Le Destin


'Succés/Echec' :
avatar
Let nature be your guide

Messages : 121
Points : 565
Ta tête Par défaut
Avatar : Les dés
Crédit : La destinée
Multicompte : --
Pseudo : --

Taux d'abomination :
100 / 100100 / 100

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Je fus l'ombre assoiffée, je suis seulement moi désormais. [Pinpin?]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum