Marbhadh
Marbhadh

Eye of The Tiger | Katherine & Àdhamh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 1
Eye of The Tiger | Katherine & Àdhamh

Message par Àdhamh MacKenzie le Mer 8 Nov - 22:58




Katherine & Àdhamh
Eye of The Tiger




« Que dîtes-vous de passer la soirée en notre compagnie ? Vous pourrez ainsi nous présenter votre promise et faire plus ample connaissance. » Comme d’habitude, je parle plus vite que je ne réfléchis. Sitôt l’invitation acceptée, c’est un immense sentiment de regret qui s’empare de moi. Ça et l’appréhension d’emmener une roturière à un dîner huppé. Katherine est une fille intelligente et pleine de charme, mais ses manières laissent à désirer. La jeune femme n’est en aucun cas familière avec ce genre de réception et je n’ose imaginer les conséquences d’une quelconque bavure. Cependant, impossible de décliner l’invitation maintenant que j’ai raccompagné Monsieur MacBheathaig à la porte en lui disant avec un large sourire. « Merci pour l’invitation, nous serons là ce soir ! »

Je quitte la boutique, laissant ainsi mon employée s’occuper des clients potentiels. La main fermement agrippée sur ma canne en fer, je suis légèrement nerveux, fébrile rien que de penser au dîner de ce soir et de tout ce qui pourrait mal se passer. En acceptant cette invitation, je prends beaucoup de risques. La moindre parole malencontreuse et c’est fini. J’ai déjà échappé à l’interrogatoire d’Ùisdean, j’espère garder ce secret intact encore longtemps. Aussi longtemps que je le pourrais et si j’ai de la chance, je l’emporterais avec moi dans la tombe. Plus de secrets, plus de problèmes. Malheureusement pour le moment, il n’est pas question de tombe, mais bel et bien d’un dîner en compagnie de gens de la haute, ma “promise” du soir ayant l’élégance d’un MacLeòd of Lewis.

J’ai donné rendez-vous à Katherine chez moi, sachant très bien la maison vide en pleine journée. Je fais tout de même rapidement le tour, m’arrêtant quelques instants devant la porte de la chambre de feu Tristan. Depuis la disparition du pasteur, passer dans ce couloir me met toujours mal à l’aise. Si je ne connaissais personnellement pas l’homme plus que ça, je sais que mon frère et lui s’entendaient plutôt bien. Je l’aimais bien aussi, c’était toujours amusant de l’avoir à table avec nous pendant les repas. Quelle tristesse que son église ait brûlé, et lui avec.

La maison est vide, parfait. En attendant l’arrivée de Katherine, je prépare le couvert. C’est le plus important, je pense. De toute façon, on n’aura pas le temps de tout voir, il va falloir raccourcir certaines parties et improviser sur d’autres. Dire que normalement, c’est le travail d’Ùisdean de m’arrêter quand quelque chose est déplacé. Là, c’est à mon tour de le faire avec la jeune femme. Ce dîner s’annonce vraiment compliqué. Et si elle se faisait porter pâle et que j’y allais seul ? Ça pourrait être une solution de secours si ces leçons de bienséances se retrouvent inefficaces sur l’esprit libre de mon amie.

On frappe à la porte. Je finis rapidement de mettre la table et je me faufile jusqu’à la porte d’entrée pour lui ouvrir. « Content de voir que tu es à l’heure, on a des tas de choses à voir avant le dîner de ce soir ! T’as déjà participé à ce genre de réception ou jamais ? En gros, il va y avoir pleins de gens, de la musique et on va manger. Les discussions et tout ça, ce n’est pas la partie compliquée, on ne dit rien de compromettant et ça devrait aller. Par contre, le repas, ça, c’est une autre histoire. Faut être vigilant à chaque instant, chaque geste calculé. Tu fais un seul faux mouvement et tu passes pour le pire des rustres. » Elle referme la porte derrière elle et me suit jusqu'à la salle à manger, où deux couverts ont été dressés. « Avant qu’on ne commence avec les bonnes manières, tu as déjà dansé avant ? Et tu as une tenue pour ce soir ? Je veux dire, tu ne peux pas y aller comme ça… Regarde, tu as une tâche au niveau des… » Je pointe l’endroit sur mon torse, correspondant à la poitrine de Katherine. Je me fige et bafouille, me rendant compte de ce que j’ai dit et je cherche mes mots quelques secondes. « Tu vois ce que je viens de faire, là ? Te faire remarquer une tâche ? C’est impoli, faut pas le faire. » Je prends une profonde inspiration, essayant de retrouver un peu de sérieux, sans grand succès. Sourire amusé collé aux lèvres, je regarde la pendule. « Le souper est à 21h30, donc on a quelques heures devant nous pour faire de toi une parfaite petite bourgeoise. »
Fiche codée par Koschtiel

_________________
KEEP GOING
© FRIMELDA
avatar
Look around at how lucky we are to be alive right now !

Messages : 93
Points : 130
Ta tête Par défaut
Avatar : Brendon Urie
Crédit : Mad Hattress (ava) + Frimelda (signa)
Multicompte : Llewyn MacGobhainn
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24 ans
Métier : Orfèvre et Gérant d'une bijouterie au bord de la faillite
Pouvoirs : Charisme, Empoisonnement
Inconvénients : Appel de la mer, Matérialisme exacerbé


Welcome to the end of eras. Ice has melted back to life. Done my time and served my sentence. Dynasty decapitated. You just might see a ghost tonight. And if you don't know, now you know.



If it feels good, tastes good. It must be mine. Heroes always get remembered. But you know legends never die. And if you don't know, now you know



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1
Re: Eye of The Tiger | Katherine & Àdhamh

Message par Katherine Garnier le Dim 12 Nov - 1:15

ÀDHAMH
&
KATHERINE
Patronyme 1
feat.
Dénomination 2


 

 



 

 

So many times it happens too fast, you trade your passion for glory. Don't lose your grip on the dreams of the past, you must fight just to keep them alive. It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight, rising up to the challenge of our rival.

« Plus droit ton dos, Katherine. Redresse-toi encore un peu plus… voilà, parfait ! » Le regard fixé sur un point invisible loin devant elle, un énorme panier en osier en équilibre sur la tête, la jeune femme s’entrainait à placer élégamment un pas devant l’autre depuis déjà plus d’une heure. À vrai dire, depuis qu’elle avait claqué la porte au nez de son ami Àdhamh qui avait eu la merveilleuse idée d’accepter une invitation à une soirée huppée. Persuadée que celui-ci la tiendrait à l’écart de tout évènement de ce genre avant un bon moment, elle s’était retrouvée bien embêtée lorsqu’il lui annonça la nouvelle avec son habituel sourire charmeur. Elle ne put refuser et quand bien même cela avait été une proposition, elle n’aurait pas dit non. Elle avait accepté d’être sa chère et tendre aux yeux du monde pour faire taire les médisances des villageois et elle allait tenir sa promesse : être là pour lui pour le meilleur comme pour le pire. Même si elle avait accepté d'aider sa jeune protégée, Eilidh l’aubergiste ne s’était pas montrée très enthousiaste, effrayée à l’idée que la française se ridiculise au point de faire un véritable fiasco. Katherine, au contraire, gagnait en confiance à mesure que les minutes s’écoulaient, se disant qu’après tout, cela ne pouvait pas être bien difficile d’agir comme si ses poches ruisselaient d’or.

« Ces gens là ne sont pas idiots, tu sais ? » soupira Eil en replaçant le panier sur la tête de la demoiselle. « Ils verront tout de suite que tu n’es pas une des leurs. » Kath rentra le ventre et avança doucement sur la pointe des pieds, les yeux ancrés dans ceux de la vieille dame pour garder l’équilibre. « C’est pour cela qu’Àdhamh préfère que j’aille chez lui plus tôt, tout à l’heure. » Eil laissa échapper un rictus. « Ce n’est pas plutôt pour autre chose qu’il te fait venir ? » Le panier de Katherine, jusqu’à lors bien droit sur sa tête, tomba brusquement sur le sol, provoquant l’hilarité de l’aubergiste. La française eut beau avoir une dizaine de répliques en tête pour faire taire la vieille dame, aucune d’entre elles ne quitta ses lèvres. Si les papotages concernant sa pseudo-relation avec le jeune homme allaient bon train, c’était tant mieux. En vérité, cela n’avait pas dérangé la française de laisser Eilidh hors confidence, bien au contraire. La sachant intéressée par les potins et toujours prête à en divulguer quelques uns à ses clients, elle avait espéré que cette dernière répande la nouvelle… et elle n’avait pas été déçue. Beaucoup savaient désormais que le bijoutier avait enfin trouvé chaussure à son pied.

Comme prévu, Katherine se retrouva sur le pas de sa porte peu après que les maraîchers aient désertés la rue principale, en fin d'après-midi. Àdhamh ne tarda pas à lui ouvrir, visiblement très préoccupé. Ce ne fut pas le débit de ses paroles qui le trahirent, non, la jeune femme y était habituée. C’était ses mains, légèrement tremblantes. « Content de voir que tu es à l’heure, on a des tas de choses à voir avant le dîner de ce soir ! T’as déjà participé à ce genre de réception ou jamais ? » La demoiselle secoua la tête en fronçant les lèvres. Comment aurait-elle pu ? Jamais elle n’avait côtoyé de gens fortunés avant de venir en Ecosse. « En gros, il va y avoir pleins de gens, de la musique et on va manger. Les discussions et tout ça, ce n’est pas la partie compliquée, on ne dit rien de compromettant et ça devrait aller. Par contre, le repas, ça, c’est une autre histoire. Faut être vigilant à chaque instant, chaque geste calculé. Tu fais un seul faux mouvement et tu passes pour le pire des rustres. » Kath resta sans voix, recommençant peu à peu à détester l’idée même de cette soirée.

Sa vieille amie n’avait pas plaisanté en disant qu’elle aurait l’air d’un canard au milieu des cygnes. Katherine n’avait pas pour habitude d’être observée et jugée uniquement sur son comportement. C’était tout simplement idiot, selon elle. À quoi bon vivre si toute notre existence est faite de faux-semblants et régie par de tels codes ? Si c’était le prix à payer pour être riche, elle préférait cent fois demeurer pauvre jusqu’à la fin de ses jours. « Je ne suis pas sûre de bien tout comprendre… » répondit-elle en suivant Àdhamh jusqu’à la salle à manger où elle constata avec surprise que le jeune homme avait dressé la table. N’était-il pas un peu trop tôt pour manger ? Et ne venait-il pas de dire qu’ils allaient souper à cette soirée ? Ce serait mentir que de dire que la demoiselle n’était pas complètement déboussolée. « Avant qu’on ne commence avec les bonnes manières, tu as déjà dansé avant ? Et tu as une tenue pour ce soir ? Je veux dire, tu ne peux pas y aller comme ça… Regarde, tu as une tâche au niveau des… » Les yeux de Katherine suivirent le doigt du jeune homme qui vint pointer une tâche à peine visible sur le haut de son corset. Ce devait être le jus des baies qu’elle avait mangé sur le chemin, rien de bien alarmant. « Tu vois ce que je viens de faire, là ? Te faire remarquer une tâche ? C’est impoli, faut pas le faire. » La française opina du chef, tentant de garder un air sérieux mais en s’apercevant que son comparse peinait à dissimuler un sourire, plus rien ne la retint. Son rire clair résonna dans toute la pièce et il lui fallut plusieurs secondes pour se remettre de ses émotions. Cela faisait beaucoup de choses en même temps, elle n'était pas sûre d'être prête pour tout ça mais qui ne tente rien n'a rien, pas vrai ? « Le souper est à 21h30, donc on a quelques heures devant nous pour faire de toi une parfaite petite bourgeoise. » Elle secoua la tête, amusée avant de s’observer de haut en bas. « Très honnêtement, je ne vois pas ce qui te gêne dans ma tenue à part cette petite tâche de rien du tout ! D’ailleurs, je n’en reviens pas que vous vous offusquez pour quelque chose d’aussi futile… Vous me faites vraiment trop rire ! Mais je présume que c’est tout aussi malpoli de leur rigoler à la figure, à ces gens là ? Rassure-moi, on a le droit de rire à ce genre de soirée quand même ? »
©️ Gasmask



_________________
embrasée
avatar
Kissed by fire

Messages : 130
Points : 219

Avatar : Daria Sidorchuk
Crédit : croco (avatar) + anaëlle (signature)
Multicompte : I only have eyes for my child kissed by fire.
Pseudo : Opaline

Taux d'abomination :
30 / 10030 / 100
Age : 18 ans.
Métier : Employée d'une distillerie.
Pouvoirs : Elle est nyctalope, capable de distinguer ton corps dans la pénombre. Si la pièce s'assombrit, sa vue s'adapte sans problème... enfin, jusqu'à ce qu'elle soit plongée dans le noir complet.
Inconvénients : Emétophobe, elle ne supporte pas de voir quelqu'un vomir ou même de l'entendre. De telle sorte qu'elle finit par vider son estomac à son tour. Elle a également le sang-froid, ce qui est un avantage lors des jours de fortes chaleurs mais qui peut s'avérer très problématique à l'arrivée de l'hiver puisqu'elle supporte très mal les basses températures.
« let it shine. »


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1
Re: Eye of The Tiger | Katherine & Àdhamh

Message par Àdhamh MacKenzie le Sam 2 Déc - 21:48




Katherine & Àdhamh
Eye of The Tiger




« Très honnêtement, je ne vois pas ce qui te gêne dans ma tenue à part cette petite tâche de rien du tout ! D’ailleurs, je n’en reviens pas que vous vous offusquez pour quelque chose d’aussi futile… Vous me faites vraiment trop rire ! Mais je présume que c’est tout aussi malpoli de leur rigoler à la figure, à ces gens-là ? Rassure-moi, on a le droit de rire à ce genre de soirée quand même ? » Il rit à son tour. « Bien sûr qu’on a le droit de rire à ce genre de soirée, il ne faudrait pas vexer les personnes qui racontent des histoires drôles. D’ailleurs, si quelqu’un te raconte quelque chose et qu’il rit, il faut rire aussi, sinon ça risque de devenir tendu et un peu gênant. » Il joue avec ses mains, les tordant l’une contre l’autre, cherchant probablement une meilleure explication. « Dis-toi qu’ils sont tous susceptibles et qu’il faut marcher sur des œufs avec eux. Toujours avoir un mot gentil, toujours sourire, c’est la base dans ce genre de soirée, mais ne t’inquiète pas, ça va aller ! » Il l’espère, en tout cas. Pour l’instant, il sait que Katherine est loin d’être prête pour la soirée mondaine, mais il est confiant. Sa promise va être la meilleure promise qu’ils n’aient jamais vus !

Il s’approche de Katherine et regarde un peu mieux la tâche colorée sur son corset. Il esquisse une petite moue pensive alors qu’il marmonne quelques mots en gaélique. « Il va probablement falloir le changer, tu ne peux pas te présenter dans une tenue salie. J’irai voir tout à l’heure si je ne peux pas te trouver un habit plus convenable. » Il se recule vivement et tire une chaise pour que la jeune femme puisse s’asseoir. « Pour le moment, on a plus important à faire ! Assis-toi ! Alors, tous les couverts ne sont pas là, il me semble qu’il en manque deux ou trois, mais c’est très simple. Tu vas de l’extérieur vers l’intérieur. À chaque plat, tu changes de couverts, ça va ? » Il parle vite, l’Écossais, et avec un fort accent que seuls les Highlanders peuvent se vanter d’avoir, oubliant parfois l’origine française de la jeune femme. Àdhamh se faufile à l’autre bout de la table et se place en face de Katherine. Il s’assit et redresse son dos, porte ses épaules vers l’arrière, ses poignets touchant à peine la table. « Pour la posture, c’est très simple aussi : le dos droit, les jambes serrées et pas de coude sur la table. Si jamais tu dois éternuer, tousser, bâiller ou que sais-je, fais-le le plus silencieusement possible. Pareil si tu t’ennuies - ce qui arrivera probablement - il faut éviter de le montrer. » Il ajoute en parlant encore plus rapidement et en baissant la voix. « J’ai déjà énervé quelques personnes en soupirant d’ennui. » Il reprend immédiatement d’une voix plus forte. « Bref ! Hum… Oh, j’ai failli oublier ! Si jamais tu salis la table, il faut essayer de le cacher avec n’importe quoi. Je pense que j’ai fait le tour, juste… Essaye de faire comme les autres et tout devrait bien se passer ! » Sur ces mots, il se relève rapidement, plein de confiance et d’engouement. Si subsistent des doutes chez le bijoutier, ils sont cachés par son enthousiasme. Bien que Katherine soit une roturière n’ayant aucune connaissance en matières de bonnes manières, il n’aurait pu choisir une autre partenaire pour cette soirée. Déjà, parce qu’elle est sa “promise”, mais aussi parce qu’elle est sa meilleure amie et qu’elle est la seule personne à qui il aurait pu demander une telle faveur. Puis, il connait la jeune femme, il sait qu'elle va faire de son mieux, ce qui renforce un peu plus son entrain, et son débit de paroles. Le bougre n'a pas de pitié pour la petite française qu'il bombarde de recommandations et de questions à une vitesse assez impressionnante.

« Des questions ? Des remarques ? Des suggestions ? Est-ce que tu sais danser ? Tu as déjà dansé ? Personnellement, je n’aime pas trop ça, mais tu pourrais avoir envie de danser. Techniquement, c’est comme les bonnes manières, il faut faire comme les autres, mais les danses sont compliquées et c’est encore plus exigeant en matière de bonne conduite qu’à table. Mais si tu veux faire une ‘danse à deux’, je peux t’apprendre ! »
Fiche codée par Koschtiel

_________________
KEEP GOING
© FRIMELDA
avatar
Look around at how lucky we are to be alive right now !

Messages : 93
Points : 130
Ta tête Par défaut
Avatar : Brendon Urie
Crédit : Mad Hattress (ava) + Frimelda (signa)
Multicompte : Llewyn MacGobhainn
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24 ans
Métier : Orfèvre et Gérant d'une bijouterie au bord de la faillite
Pouvoirs : Charisme, Empoisonnement
Inconvénients : Appel de la mer, Matérialisme exacerbé


Welcome to the end of eras. Ice has melted back to life. Done my time and served my sentence. Dynasty decapitated. You just might see a ghost tonight. And if you don't know, now you know.



If it feels good, tastes good. It must be mine. Heroes always get remembered. But you know legends never die. And if you don't know, now you know



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1
Re: Eye of The Tiger | Katherine & Àdhamh

Message par Katherine Garnier le Dim 17 Déc - 2:08

ÀDHAMH
&
KATHERINE
Patronyme 1
feat.
Dénomination 2


 

 



 

 

So many times it happens too fast, you trade your passion for glory. Don't lose your grip on the dreams of the past, you must fight just to keep them alive. It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight, rising up to the challenge of our rival.

Jamais, pas une seule fois dans sa vie, Katherine avait envié les classes supérieures. Leur façon de vivre lui avait toujours paru opulente, ils semblaient toujours manquer de naturel et leur méfiance vis-à-vis des moins bien lotis lui donnait souvent envie de les balancer dans la boue. En vérité, elle ne les aimait pas vraiment mais elle avait appris à les tolérer et pour certains, à les apprécier. Après tout, son père, Àdhamh et ses patrons faisaient partie de cet univers. Un univers dans lequel (si toutefois elle était issue d’un mariage), elle aurait pu grandir. S’imaginer dans cette position était plus sujet à l’hilarité qu’à la déception. Quel genre de femme serait-elle devenue ? Sûrement celle qui se plie à toutes les règles de bienséance, celles régies par ses parents et celles de la société… Un cauchemar. Elle préférait un million de fois être celle qu’elle était aujourd’hui. Certes, cela allait lui poser problème ce soir mais au moins, ce n’était qu’un masque. Du moins, si elle arrivait à gommer ses défauts et retenir tout ce que son ami allait lui enseigner. Pour une fois, sa curiosité allait être un avantage plutôt qu’une tare. Elle allait tout apprendre sur eux et également faire en sorte de tourner cela en sa faveur. Après tout, elle allait côtoyer des gens que son père avait l’habitude de fréquenter. Si elle prenait exemple sur eux, peut-être cela la rapprocherait de son géniteur. Elle ignorait encore exactement comment mais tout était bon à prendre. « Bien sûr qu’on a le droit de rire à ce genre de soirée, il ne faudrait pas vexer les personnes qui racontent des histoires drôles. D’ailleurs, si quelqu’un te raconte quelque chose et qu’il rit, il faut rire aussi, sinon ça risque de devenir tendu et un peu gênant. » Katherine hocha la tête, imprimant cette recommandation dans son esprit. Cela ne devrait pas être bien difficile, pensa-t-elle. « Dis-toi qu’ils sont tous susceptibles et qu’il faut marcher sur des œufs avec eux. Toujours avoir un mot gentil, toujours sourire, c’est la base dans ce genre de soirée, mais ne t’inquiète pas, ça va aller ! » La jeune femme se pinça les lèvres, plongée dans ses songes. Se montrer agréable ne demandait pas un grand effort de sa part. Elle avait toujours eu un comportement convenable envers autrui, elle savait être gentille et souriante. En revanche, elle était connue pour sa franchise et elle n’était pas certaine de pouvoir s’en débarrasser pour ce soir. Chassez le naturel et il revient au galop, c’était connu. « Tu sais bien que l’hypocrisie n'est pas innée chez moi. » répondit alors Kath. « Je vais faire de mon mieux cependant. Pour toi. » Si ça ne tenait qu’à la rouquine, jamais ils n’auraient été à cette soirée mais elle avait laissé Àdhamh faire. Elle avait confiance en lui, persuadée qu’il faisait les bons choix et qu’il ne la lâcherait pas en terre inconnue sans une seule indication, sans aucune aide. Il croyait en elle et elle ne pouvait pas le décevoir.

« Il va probablement falloir le changer, tu ne peux pas te présenter dans une tenue salie. J’irai voir tout à l’heure si je ne peux pas te trouver un habit plus convenable. » Katherine ne dit mot, plutôt curieuse de savoir ce que son ami avait trouvé de décent à lui mettre sur le dos et surtout, comment il se l’était procuré. Pendant un instant, l'idée qu'il puisse être allé lui acheter une robe lui traversa l'esprit mais c'était étrange, pas vraiment dans les habitudes de son ami. Peut-être lui avait-on prêté ? Mais qui aurait bien pu lui faire grâce d'un tel présent ? Une de ses clientes ? « Pour le moment, on a plus important à faire ! Assis-toi ! Alors, tous les couverts ne sont pas là, il me semble qu’il en manque deux ou trois, mais c’est très simple. Tu vas de l’extérieur vers l’intérieur. À chaque plat, tu changes de couverts, ça va ? » Elle prit place sur la chaise qu’il lui présenta et écarquilla les yeux en se retrouvant face à de l’argenterie scintillante. C’est à peine si elle avait servi. Pourquoi diable avaient-ils besoin d’autant de couteaux et de fourchettes ? Non, ça n’allait pas du tout. La française n’était pas sûre d’avoir bien tout saisi ; déjà parce qu’elle ne comprenait pas pourquoi salir autant de vaisselle, ensuite parce que le jeune homme s’exprimait trop rapidement et avec un fort accent. Elle savait qu’il avait pris l’habitude depuis qu’elle parlait bien anglais de s’adresser à elle comme à une native, hélas elle n’en était pas encore proche. Àdhamh vint alors se placer face à elle à table, faisant lui-même la démonstration de
ses enseignements. « Pour la posture, c’est très simple aussi : le dos droit, les jambes serrées et pas de coude sur la table. Si jamais tu dois éternuer, tousser, bâiller ou que sais-je, fais-le le plus silencieusement possible. Pareil si tu t’ennuies - ce qui arrivera probablement - il faut éviter de le montrer. J’ai déjà énervé quelques personnes en soupirant d’ennui. Bref ! Hum… Oh, j’ai failli oublier ! Si jamais tu salis la table, il faut essayer de le cacher avec n’importe quoi. Je pense que j’ai fait le tour, juste… Essaye de faire comme les autres et tout devrait bien se passer ! » Très attentive, la rouquine répéta les gestes de son ami et cela à plusieurs reprises, de façon à ce que cela devienne presque un automatisme. Ces gens n’étaient pas humains, cela ne pouvait pas être possible. Pas de soupirs, pas de bâillements ni de toussotements ou d’éternuements… On pouvait tout à fait croire à une mauvaise farce mais le jeune homme ne semblait pas plaisanter. Elle comprenait bien mieux pourquoi il n’était pas très friand de ce genre de soirée. Se tenir à quatre épingles pendant plus de quatre heures n’était pas vraiment la définition d’un bon moment. Lâchant un long soupir, Katherine se laissa retomber sur sa chaise, les bras ballants. « Je suis bien contente de ne pas être de ce monde là, si tu savais. Il y a trop de règles, trop d’interdictions, trop de… faux-semblants. Je veux dire, tu penses sincèrement que ces gens-là passent leur temps à se comporter ainsi ? Ce n’est pas propre à l’humain d’être aussi rigide ! Si chacun se contentait d’être naturel, les soirées seraient bien plus distrayantes. »

Il lui avait demandé de faire comme les autres et elle allait obéir. Encore une fois, pour lui. Si ça ne tenait qu’à elle, la jeune femme se serait montrée sous son vrai jour. Elle n’avait aucunement honte de ce qu’elle était, elle en était même très fière. « Des questions ? Des remarques ? Des suggestions ? » A peine avait-elle ouvert la bouche pour faire à nouveau part de son avis que, sans surprise, son ami avait poursuivi. Elle ne pouvait s’empêcher de remarquer qu’il était tendu et il y avait de quoi. « Est-ce que tu sais danser ? Tu as déjà dansé ? Personnellement, je n’aime pas trop ça, mais tu pourrais avoir envie de danser. Techniquement, c’est comme les bonnes manières, il faut faire comme les autres, mais les danses sont compliquées et c’est encore plus exigeant en matière de bonne conduite qu’à table. Mais si tu veux faire une ‘danse à deux’, je peux t’apprendre ! » Si la jeune femme avait eu la prétention de se sentir en total contrôle de la situation, elle était désormais en proie à la panique. Danser, en voilà un problème. Elle n’était pas du tout sûre de pouvoir s’en sortir avec brio à cet exercice. « Je ne sais pas danser. Mais alors… vraiment, vraiment pas. Est-ce que je suis obligée d’apprendre ? Je n’ai qu’à faire comme toi, dire que je n’aime pas trop ça et peut-être qu’ils me laisseront en paix ? Je t’en supplie Àdhamh, ne me fais pas endurer ça… Je suis fichue si je dois me retrouver à danser devant tout ces gens. Tu fermeras boutique dès le lendemain par ma faute et je serai forcée de reprendre le bateau pour la France tant la honte sera grande. Tout le monde va penser que je suis possédée. Je préfère t’éviter cet humiliation. » Elle se redressa de nouveau sur la chaise, le dos droit comme il lui avait indiqué, les coudes relevés et les jambes serrées et attrapa les couverts les plus à l'extérieur. « Je préfère que tu me remontres comment manger sans avoir l'air d'un menhir. Est-ce que c'est bien comme ça ? Et comment faire si j'ai envie de me soulager pendant la soirée ? Je dois les prévenir ?  Ils voudront peut-être savoir pourquoi je me lève soudainement, non ? »
©️ Gasmask



_________________
embrasée
avatar
Kissed by fire

Messages : 130
Points : 219

Avatar : Daria Sidorchuk
Crédit : croco (avatar) + anaëlle (signature)
Multicompte : I only have eyes for my child kissed by fire.
Pseudo : Opaline

Taux d'abomination :
30 / 10030 / 100
Age : 18 ans.
Métier : Employée d'une distillerie.
Pouvoirs : Elle est nyctalope, capable de distinguer ton corps dans la pénombre. Si la pièce s'assombrit, sa vue s'adapte sans problème... enfin, jusqu'à ce qu'elle soit plongée dans le noir complet.
Inconvénients : Emétophobe, elle ne supporte pas de voir quelqu'un vomir ou même de l'entendre. De telle sorte qu'elle finit par vider son estomac à son tour. Elle a également le sang-froid, ce qui est un avantage lors des jours de fortes chaleurs mais qui peut s'avérer très problématique à l'arrivée de l'hiver puisqu'elle supporte très mal les basses températures.
« let it shine. »


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 1
Re: Eye of The Tiger | Katherine & Àdhamh

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum