Rejoins-nous!
Connecte-toi
Été 1761, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.

Des questions...[Peter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cycle 2 Des questions...[Peter]

Message par Lawrence Harlow le Sam 4 Nov - 8:10

 Jamais il n’aurait pensé, ni espéré, ni même voulu, revoir sa sœur. Sa sœur ainée. Morgaïn a presque la cinquantaine, plusieurs enfants, mariée, et isolée à Canongate dans une vie Olliphéist des plus évidentes. Elle a grossi, si l’on peut dire, du physique d’amazone dont il se souvient, il n’a vu que des bourrelets graisseux de femme qui ne bouge pas assez et qui s’empiffre trop. Lui qui ne désapprouve en rien les voluptés, les chairs rondes, les avalanches de cuir, il n’a admiré que le double menton d’une fille de dragon, qui s’empiffre trop. De quoi ou de qui se nourrit-elle ? Excellente question…

Le ton affable de cette pensée que je vous prête, viens du rejet de Lawrence pour sa famille, en d’autres cas, peut-être l’aurait-il trouvé aussi sublime que la tenancière de la Taule, mais là, le dégout des siens, des siens proches, lui vrille d’abord l’esprit et l’humeur. Pour autant, croyons le, il a finis par se radoucir en observant cette femme vieillit, qui ne lui ressemble plus, qui ne porte que le trait de ses iris clairs, pour lui rappeler sa sœur.

Un discours triste et plein de souffrance, accompagné de grande rasade de vin, perçant le cœur de Harlow qui déteste autant sa famille qu’il reste loyal à son nom. Comment comprendre une telle dualité, agitée par des raisonnements méchants, dont il érige les fonds, au son d’une vieille litanie « Law, law l’asticot… » alors qu’il est prêt à tout pour aider.

Il l’a laissé raconter la mort de leur père, la jambe bouffée par une gangrène suite à la morsure de leur frère, en pleine crise, la force de santé de leur mère, restée isolée dans la demeure de famille, que dire de leurs trois frères, des aînés de Lawrence, l’un est fort et forgeron, l’autre a perdu un bras, auto mutilation, le dernier est bien marié. Pas un instant elle ne semble avoir de honte à la vie infernale de leur enfance, mais elle lui demande son aide pour autant. Comment a-t-elle su qu’il était de retour en ville ? Voir même qui il était, ça, c’est un mystère….

Peut-être que sa seule réputation a suffis ? ou bien s’est-elle renseignée dans les basfonds avec beaucoup d’argent et quelques airs de dégouts. Qu’importe, non ? Lawrence ne se cache pas de sa famille, il peut leur montrer combien il est au dessus de cela…

Elle finit par en venir au fait, il y a deux ans, son fils a disparus, Alastair. Un garçon bien, qui n’aurait jamais dû s’en aller. Une incompréhension que personne ne veut comprendre, ni même deviner. Sans le savoir, elle cogne à la bonne porte, Lawrence ferait beaucoup pour son sang et sa famille, malgré tout. Une loyauté qui ne surpasse pas son attachement au Red Hurley ou à Geena, mais qui a une certaine place dans le tout. Il ne dit mot, écoute, attends.
Elle pleurniche en expliquant qu’il était un bon garçon, raide amoureux de sa future épouse, mais il est parti. Avec des affaires et de l’argent même, des gens parlent d’ennuis et de dette, mais il ne l’aurait pas laissé sans nouvelle. Elle insiste, Law’ hoche la tête. Pour tout le monde s’est une fuite tout simplement, mais elle est persuadée de l’inverse.

Au final, Law accepte. Il demande quelques indices, elle lui parle d’un jeune garçon, Peter O’Riven, avec qui son fils a fini par s’attirer des ennuis…

En ressortant de la demeure, Lawrence rajuste son manteau. « Monsieur Mythie, trouvez-moi des informations sur Peter O Riven. Discrètement. ».


*****

L’aube est levée quand Lawrence se pointe à Canongate, le gosse loge chez la marquise de Tweedale, ou en tous cas, un certain Alex Craft l’héberge. Il attend dans la rue, de voir sortir la trogne du gosse qu’on a décrit à Monsieur Mythie. Autant dire qu’il a de la patience … il parait que le repère est au bougre dans la maisonnée, il s’en fiche. Les gens baisent qui ils souhaitent, presque. Lui se moque éperdument de ce genre de détail. Au final, la silhouette qui l’intéresse finit par apparaître, alors qu’elle rentre. Lawrence se détache de sa position pour se rapprocher et l’accoster. « Peter O Riven ? Je m’appelle Lawrence Harlow, j’aurais besoin de vous parler. »

Pour le moment, il n’a aucun soupçon précis sur le jeune homme, il vient poser des questions, savoir…

_________________


"Forban de Calédonie
Mena gargue sous rude breuvage
Dû mordre bien senti
La lame dans son visage"
by the fabulous Ælpein

avatar
Faileas

Messages : 53
Points : 105
Ta tête Par défaut
Avatar : Henry Cavill
Crédit : Carmina
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft - Delèphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmina

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 39 ans
Métier : Corsaire de sa majesté
Pouvoirs : Insensibilité à la chaleur (1) - Agilité naturelle (1) - Dentition acérée (1) - Armure naturelle (3) - Ossature incassable (3)
Inconvénients : Cornemuse sa mère - Alcoolique - Cannibale - Sang Froid - Emetophobe

Je n'ai pour la terre que mépris entier, préférant les vagues des océans et le tumulte des mers, méprisant le calme granuleux d'un socle stable. Sur la terre, il n'y a rien, que des dangers prévisibles, alors qu'au grès des ressacs, je trouve la fougue, la passion et l'absolu!

Je ne suis loyal qu'à mon Nom et encore je suis en vérité un MacLeód of Raasay, loyal aux océans et à ma compagne et j'ai le mauvais dans le sang. Les lois des hommes m'indiffèrent au plus haut point, comme vos avis plein de petitesse sur mon existence.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Des questions...[Peter]

Message par Peter Ó Riven le Dim 26 Nov - 22:18








Des Questions...

Peter & Lawrence

“L'aveu est la tentation du coupable.”
(Georges Bataille )





Contre toute attente, le château de Robyn s’était révélé le cadre parfait pour canaliser les sauts d’humeur de Peter. La promesse implicite de protection que lui offrait son cousin, la confiance rare qu’il pouvait lui accorder, la chaleur des pièces, l’imperceptible odeur de nourriture qui s’échappait continuellement des cuisines comme une promesse de repas facile, la foule de petites mains qui faisaient vivre l’endroit… Cette atmosphère avait une telle portée rassurante, à un niveau si inconscient, qu’elle avait bercé directement l’enfant en lui. Elle avait enterré de force le jeune homme déchiré et autodestructeur au profit du gamin expansif et optimiste.

Depuis plusieurs jours déjà, le jeune Ò Riven errait d’une curiosité à l’autre avec cette innocence taquine qui le définissait dans ses moments de stabilité. Il avait passé des heures à observé avec fascination la petite cuisinière toute en bonhomie qui pétrissait le pain frais avec une force surprenante (en subtilisant une pâtisserie au miel au passage, qu’il avait dégusté caché derrière la réserve de bois). Il avait suivit son cousin dans son travail en s’étonnant de la multitude infinie de soins que nécessitaient ses sales canassons, et s’était momentanément pris d’affection pour une vieille bête têtue et brusque qui avait un tallant certain pour ouvrir son propre boxe et dénicher la réserve de carottes. Il avait observé avec circonspection les sculptures alambiquées des lampes, de couverts, des poignées… Bon sang, même les escaliers semblaient pensés comme des objets d’art, et il avait perdu un temps certain à trouver les trois signatures que l’artisan avait habilement caché entre les motifs. Ça lui avait donné envie de monter l’étroit escalier des serviteurs sur les mains, juste pour voir. Au bout de trois essais, il en avait gravi la moitié, et gardaient une jolie série de bleus pour cet exploit.

En résumé, il avait profité de cette nouvelle tanière d’une façon relativement raisonnable et sage pour un fir darring de son genre, sans se faire remarqué outre mesure et sans donné à son cousin aucun motif de plainte. C’était tout juste comme si la demeure avait hébergé un enfant hyperactif mais insaisissable et vite oublié.

La pluie l’avait maintenue à l’intérieur trois jours durant, il avait profité du parc les quatre suivants. Au bout d’une semaine, la ville avait recommencé à l’appeler. De brèves excusions l’avaient ramené près dans les ruelles étroites qui formaient son univers, mais jamais chez lui : il avait encore besoin d’un peu de calme, d’une dernière respiration avant de replonger dans le chaos qu’il générait.

C’est au retour d’une de ces escapades urbaines que la réalité lui avait tendue une embuscade.

« Peter O Riven ? »


Le jeune fir darrig connaissait si peu de personnes dans ces lieux huppés qu'il en sursauta, et trouva bien vite le responsable de cette frayeurs. Un homme, grand, charmant, portant sur sa peau des restes de caresses du soleil et un certain parfum d'exotisme. Peter était certain de ne jamais l'avoir croisé, il s'en serait souvenu. Et pourtant le bougre regardait droit dans sa direction et l'avait appelé par son nom. Restait à savoir quel genre d'affaire il avait à régler avec lui... Un homme de main envoyé par un concurrent ? Non, trop bien habillé et bien nourris pour ça.  Un homme de Robert venu lui signifier que sa présence n'est plus désirée ? Peut-être...

« Je m’appelle Lawrence Harlow, j’aurais besoin de vous parler. »


Le ton était aimable. L’inconnu prend la peine de se présenter. Il a « besoin » de lui parler. Parfait : ça déséquilibre la discussion d'entrée. Peter n'a aucune idée de quel jeu est en marche, mais ça n'a aucune importance : ami ou ennemis, un nouveau joueur est toujours le bienvenu. Il reste donc à deux pas, mais se fait souriant, affable.

- Enchanté. Je ne pense pas avoir le plaisir de vous connaître Mr Harlow. En quoi puis-je bien vous aider ?

Il aimerait pourvoir avancer ses cartes, mais il n'y a rien d'autre qu'il puisse faire tant qu'il n'en sait pas un peu plus...



Fiche codée par Orphiel

avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Des questions...[Peter]

Message par Lawrence Harlow le Ven 15 Déc - 18:46

Un grand sourire avenant, un air débonnaire, mais une attitude presque trop imposante, l’Ollipheist à une nature plaisante, qu’en connaissant plutôt bien, on devine dissimulatrice d’une envergure écrasante, voir dévorante. Lawrence Harlow est de ceux que l’on apprécie, où l’on déteste, l’un ou l’autre, se moquant du commun pour se suffire d’une élite et qui, pour autant, malgré un passé complexe, garde une soif familiale quasi…sanguinaire.

Sur les traits de son visage se remarque donc, une chaleur emmitouflée dans un épais manteau de peau, élégant, se posant sur une carrure épaisse. Il dépasse le jeune homme de quelques bons centimètres, mais semble poser sur lui, un regard paisible, sans inquiétude. Il n’a point de raison à le percevoir comme un possible malveillant, s’il est humain, ou presque, il peut aussi être monstre et pour faire cette connaissance, il lui suffit d’un peu de temps. Chaque créature se trahit par quelques choses et il sait parfaitement les reconnaître.

Il lui a donné son nom, présenté ses attentes, ou fait comprendre et le voilà donc posé près du garçon, admirant la maisonnée un instant, avant de reposer ses yeux sur lui. « Je recherche un jeune homme, Alastair MacLeod…nous étions en affaire. On m’a donné votre nom. » Se rapprochant du jeune homme, il se penche. « On me l’a soufflé, alors me voilà. » Sur le ton d’une confidence simple, mais frôlant déjà l’odeur du danger, il plisse les lèvres dans une moue mi-amusée mi-désinvolte. « Peut-être pourriez-vous m’offrir quelques renseignements. »

Dit-il, la gorge serrée à la vue de la peau claire et l’envie d’y plonger les crocs, loin de céder à une crise quelconque, mais plutôt un plaisir de crocs qui lui est naturel, l’Ollipheist observe le cuir pâle qui pourrait recevoir la trace de sa morsure, au niveau de son cou, là où la jugulaire pourrait à loisir hurler son carmin et asperger son visage tout entier.

Sa langue glisse sur ses lèvres, comme un gourmand à la vue d’un gâteau, s’il ne peut avoir de réponse claire, il pourrait toujours profiter d’un en-cas ? Lawrence n’a pas de honte à la chair humaine entre ses lèvres, il aime, apprécie savoure ce goût dont il se repait bien volontairement, et bien savoureusement, cru ou cuit. Bien que la chair crue a une saveur différente. Le cuisinier de son navire fait parfois quelques merveilles de ragout, mais le plus merveilleux, reste le tajine qu’il prépare spécialement pour sa capitaine !

Ah la pensée de cette saveur lui donne faim ! Il ouvre le regard ferme un instant et sourit carnassier à Peter.

« Sans vouloir vous déranger bien entendu. »

Précise-t-il avec élégance, navré à l’idée d’interrompre les aléas d’une vie. Point la peine d’informer d’un quelconque lien de parenté pour l’instant, ni même d’en faire l’écho, aucun membre de sa famille ne pourrait aimer dire que Lawrence est de leur membre, pourtant, avant l’arrivée des anglais, ce serait mentir, son navire siège à part égale à la flotte dans le port et bientôt il montrerait alors les possibles…mais pour le moment. Il s’occupe de cette petite histoire de famille.

_________________


"Forban de Calédonie
Mena gargue sous rude breuvage
Dû mordre bien senti
La lame dans son visage"
by the fabulous Ælpein

avatar
Faileas

Messages : 53
Points : 105
Ta tête Par défaut
Avatar : Henry Cavill
Crédit : Carmina
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft - Delèphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmina

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 39 ans
Métier : Corsaire de sa majesté
Pouvoirs : Insensibilité à la chaleur (1) - Agilité naturelle (1) - Dentition acérée (1) - Armure naturelle (3) - Ossature incassable (3)
Inconvénients : Cornemuse sa mère - Alcoolique - Cannibale - Sang Froid - Emetophobe

Je n'ai pour la terre que mépris entier, préférant les vagues des océans et le tumulte des mers, méprisant le calme granuleux d'un socle stable. Sur la terre, il n'y a rien, que des dangers prévisibles, alors qu'au grès des ressacs, je trouve la fougue, la passion et l'absolu!

Je ne suis loyal qu'à mon Nom et encore je suis en vérité un MacLeód of Raasay, loyal aux océans et à ma compagne et j'ai le mauvais dans le sang. Les lois des hommes m'indiffèrent au plus haut point, comme vos avis plein de petitesse sur mon existence.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Des questions...[Peter]

Message par Peter Ó Riven le Lun 25 Déc - 22:55








Des Questions...

Peter & Lawrence

“L'aveu est la tentation du coupable.”
(Georges Bataille )






Il y avait quelque chose dans le sourire de cet homme, quelque chose qui bien que chaleureux glaçait Peter aussi certainement d’un seau d’eau de mer renversé sur ses tripes. Quelque chose qu’il connaissait ou avait connu, qui l’avait marqué dans ses souvenirs comme dans sa chaire. Il l’avait comme sur le bout de la langue, mais cela lui échappait encore.

Un pas en arrière le sépara de cette envahissante rencontre, qui posait sur lui un regard gourmand difficile à interpréter… Trop soudain pour être autre chose que franchement dérangeant. Peter ne s’était pas départit de son sourire mais ne quittait pas son vis-à-vis des yeux, tendant de comprendre au-delà de ses attitudes étranges pourquoi il lui semblait soudain aussi menaçant, mais poursuivant la conversation comme si de rien n'était.

" Premièrement, je « n’offre » aucun renseignement, jamais. Les temps sont durs pour les gens du petit peuple tel que moi, et les informations sont la seule denrée dont je dispose en abondance."

Ses dents. Cette réalisation déferla sur lui comme une tempête et Peter réprima in-extremis le frison instinctif qui faillit l’ébranler quand son instinct le plus primaire reconnu un prédateur. Cet homme avait les dents d’Alastair ! Le même sourire carnassier, le même tranchant imperceptible qui faisait briller l’émaille, les mêmes arrêtes un peu trop pointues… Un sourire de monstre. D’Oilliphéist. Le genre de sourire dont il portait la marque du baiser dans sa chaire, dans la partie tendre juste en dessous de ses côtes… Il lui arrivait encore, certaines nuit où son sommeil se faisait traitre, de revivre avec une netteté écœurante de la sensation des canines d’Alastair qui prélevaient deux pleines bouchées de lui, vivant, conscient, dévoré vif sous les cris de Mairead…

Face à une menace aussi encrée en lui, il aurait dû se tétaniser de peur ou courir pour sa vie. Mais ce qui ce qui servait aux autres d’instinct de survie n'avait jamais réellement existé chez lui, étouffé de très loi par l'amour du risque, du chaos, et une pointe d'autodestruction qui régissaient tout son rapport au monde. En somme, une irrésistible envie de jouer. Et de préférence avec sa propre vie...

"Alors si en plus les informations que vous désirez acquérir concernent mon ami Al' ..."

Il se mit à faire le tour de son adversaire à pas de chat, le jaugeant du regard comme s'il n'était pas dix fois plus fort que lui et capable de lui dévisser la tête d'un revers de main.

" Vous étiez "en affaire" hein? Et il ne vous a pas contacté de lui-même?"

Il fit une pose, les yeux pensifs et le sourire narquois.

" Vous êtes quoi ? Un créancier ? Un redresseur de torts ? Pas une bonne nouvelle en tous cas... Alors dites moi, pour quelle obscure raison je vous parlerais de mon ami? "



Fiche codée par Orphiel

avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Des questions...[Peter]

Message par Lawrence Harlow le Sam 30 Déc - 20:33

« Parce que sinon, je te bouffe un morceau…en te laissant le choix, mon vieux. Je suis pas un monstre. » Lawrence dit cela avec un naturel saisissant, venant arranger le col du gosse sans même sourciller. Le ferait-il ? Bien entendu, pourquoi ne le ferait-il pas ? Il regarde en tous les cas Peter, sérieusement, faisant grimper une tension, pire encore, quand son sourire carnassier s’arbore. Il semblerait qu’Edimbourg soit devenu bien silencieuse d’un coup…

Mais un large éclat de rire gagne les épaules de Lawrence Harlow, un grand rire tonitruant qui chasse subitement la phrase sinistre ! Quoi que…n’est-ce pas pour faire croire à une plaisanterie ? Ce n’en est pourtant pas du tout une ! Mais que Peter en ait le doute lui va plutôt bien et c’est d’une aisance intrusive, qu’il passe son bras aux épaules du jeune homme. Le pense-t-il coupable ? Pas le moins du monde, il ne sait rien de ce chétif bonhomme, mais personne n’est jamais innocent !

« Vous vivez dans une maison plutôt riche, à quel prix faites-vous payer vos renseignements ? »

Il montre donc patte blanche, sans dire qu’il est corsaire envoyé sur sa terre natale, il fait partit de la garde, en quelques sortes, il peut tout à fait lui donner des choses qu’il ne va plus trouver, comment les a-t-il, cela ne regarde pas Peter, mais au vu de la baraque dont il sort, ce n’est peut-être qu’un petit con riche comme l’était son neveu. Toujours souriant et toujours carnassier, le corsaire lâche les épaules du jeune homme.

« Je suis seulement fournisseur de petit délice, des drogues nouvelles dans laquelle il allait investir. Ou bien pour sa consomation, qu’est-ce que j’en sais, on me paye, je fournis. Et c’était payé d’avance… »

L’Olliphéist sait parfaitement que les petits cons assez riche aiment les drogues, c’est une donnée universelle, peut-être un faux pas, mais qu’importe ? Il faut bien tenter le tout pour le tout et de toutes façons, il a fournis son principal argument à peine, tout cela accompagné d’un rire.

Ainsi donc, oui, il le boufferait pour en savoir plus, oh peut-être pas en pleine rue, un peu de discrétion que diable, mais le jeune homme serait bien aise de faire attention aux ombres derrière lui ! Bon Lawrence semble se dire que le jeune homme est coupable, mais à dire vrai, il serait innocent que cela ne le troublerait guère plus de lui dévorer un bout ! ça fait du bien à la dent creuse dans tous les cas !

_________________


"Forban de Calédonie
Mena gargue sous rude breuvage
Dû mordre bien senti
La lame dans son visage"
by the fabulous Ælpein

avatar
Faileas

Messages : 53
Points : 105
Ta tête Par défaut
Avatar : Henry Cavill
Crédit : Carmina
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft - Delèphaïne O'Hayre
Pseudo : Carmina

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 39 ans
Métier : Corsaire de sa majesté
Pouvoirs : Insensibilité à la chaleur (1) - Agilité naturelle (1) - Dentition acérée (1) - Armure naturelle (3) - Ossature incassable (3)
Inconvénients : Cornemuse sa mère - Alcoolique - Cannibale - Sang Froid - Emetophobe

Je n'ai pour la terre que mépris entier, préférant les vagues des océans et le tumulte des mers, méprisant le calme granuleux d'un socle stable. Sur la terre, il n'y a rien, que des dangers prévisibles, alors qu'au grès des ressacs, je trouve la fougue, la passion et l'absolu!

Je ne suis loyal qu'à mon Nom et encore je suis en vérité un MacLeód of Raasay, loyal aux océans et à ma compagne et j'ai le mauvais dans le sang. Les lois des hommes m'indiffèrent au plus haut point, comme vos avis plein de petitesse sur mon existence.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cycle 2 Re: Des questions...[Peter]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum