Rejoins-nous!
Connecte-toi

Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Ven 20 Oct - 0:14

Fiche de présentation
Tá fáilte romhat
Peadrus
MacKenzie
“Mieux vaut être couard une minute que mort tout le reste de la vie.”

(proverbe gaélique)
About me
details & shit
Âge44 ans
NationalitéÉcossais
OrigineHighlands
statut civilMari et père
orientationHétérosexuel
métierGarde du château d'Édimbourg
financeGlobalement aisé, de par la fortune de son père, mais son goût du jeu et du pari n'est guère un secret, autant que son manque de réussite en la matière... si ça ne tenait qu’à sa paie de garde, autant dire que la petite famille aurait du mal à survivre correctement, mais son père, Christian MacKenzie, lui donne une certaine rente tous les mois, pour s’assurer que sa descendance, surtout son petit-fils, grandisse dans de bonnes conditions
raceCeasg
AlignementNeutre Bon
Abomination70%
PouvoirsFin limier (1), Apnée longue durée (1), Chance (5)
InconvénientsFort besoin affectif, Goût du sang, Matérialisme exacerbé, Appel de la mer
Caractère
Peadrus, c’est un homme plutôt jovial, et fondamentalement optimiste. Non pas qu’il soit du genre à nier les difficultés, mais il essaie, autant que possible, de les ranger loin dans un coin de son esprit. Tout en déconnant, car rire est la meilleure manière de vivre. Il aime bien faire des blagues, et a d'ailleurs un humour particulièrement vaseux, qui ne fait rire que lui. Même si cela lui joue souvent des tours. Même si, la plupart du temps, les emmerdes finissent par croiser à nouveau sa route, pour s’imposer à lui. Peadrus fait en sorte de ne jamais se départir de son sourire, et se dit que les choses s'amélioreront d'elles-mêmes. Il aime y croire. Seulement… c’est un poissard. Et pas qu’un peu. Vous pouvez être certain qu’à deux sur un pont, c’est bien sous ses pieds que les planches vont se dérober. Malchanceux comme jamais vous n’en aurait rencontré, les complications du destin ne lui feront pas faire demi-tour. C’est lui qui se retrouvera systématiquement au mauvais endroit, au mauvais moment. Et si vous le croisez abattu, les épaules voûtées, c’est que vraiment, les choses se seront acharnées. Ou que l’alcool aura eu raison de son tempérament positif. Parce que le scotch reste son péché mignon bien qu’il le rende extrêmement taciturne.

Il n’est pas un leader charismatique, en proie à des pulsions révolutionnaires ou des envies de refaire le monde, mais Peadrus reste un observateur hors-pair. S’il est en pleine possession de ses moyens, derrière ce sourire généreux et son apparente bonhomie, il ne ratera rien d’une scène, d’un visage ou d’une attitude trompeuse. Car il a toujours pleine conscience de ce qui l’entoure, mais en fait bien souvent peu usage. Il n’est pas homme de vengeance ou de revanche. Il se laissera guider dans une direction qui lui semblera la bonne, les belles paroles pourront le charmer, des pièces sonnantes et trébuchantes d'autant plus. Il est plutôt suiveur. Il estime ne rien avoir à affirmer ni de grande cause à porter haut. Il laisse ça à d’autres. Comme ses cousins. Ce n’est pas un ambitieux, ce n’est pas un assoiffé de pouvoir ou de reconnaissance. Il n’en a pas le courage. Il veut juste vivre correctement sa vie, s’amuser d’un rien, parier et tenter cette chance qui pourtant le fuit... et aimer sa femme et ses enfants. Rien de bien passionnant, me direz-vous… pour autant, il prend son rôle de garde du château avec sérieux et est plutôt apprécié dans cette fonction. Il faut dire que ce n’est pas un homme antipathique, pas du genre à juger, plutôt à préférer le compromis. Il a tendance à vouloir faire confiance aux autres, parfois un peu trop, et certains n’hésiteront pas à en abuser. Avec l’âge, il essaie toujours de contenir cette naïveté – d’aucuns diront gentillesse – qui est l’un de ses grands défauts. Il ne se méfie sans doute jamais assez.

Sauf des MacLeod. Pour alimenter l’éternelle rivalité entre les deux familles, il n’est jamais en reste.
Car il est fier d’être un MacKenzie, avant toute chose.
Anecdotes
C’est un bon vivant, Peadrus, il aime les plaisirs de la table, il aime boire et se laissera toujours facilement tenté si on lui offre à boire, particulièrement du scotch, et il adore manger. C’est par la nourriture et ses talents de cuisinière qu’Aisla, sa femme, a su parfaitement atteindre son cœur.

Peadrus n’aime pas particulièrement que l’on évoque les révoltes jacobites, mais si la conversation est lancée, souvent entre discussions anti-jacobites, vous pouvez être certain qu’il finira par fabuler bien plus qu’il n’en faut sur la bataille de Falkirk (et pourquoi pas d’autres, s’il a plusieurs verres dans le nez), et sa résistance héroïque (ahem) !

Peadrus sait, c’est évident, qu’il va faire un mauvais père, comme son père avant lui, comme son grand-père avant lui, ainsi de suite. Il n’empêche qu’il aime ses enfants et fait de son mieux pour participer à leur éducation, même si bien souvent, c’est Aisla qui les voit le plus grandir. Quand il le peut, il est fréquent qu’il les observe dormir, dans le plus grand des silences, et qu’il leur ramène des babioles brillantes que le Ceasg en lui ne peut s’empêcher de collectionner. Ce qu’il ne sait pas, c’est que souvent Aisla les récupère pour les vendre et mettre un peu d’argent de côté. Qu’à cela n’tienne, Peadrus trouvera toujours de nouveaux objets incongrus pour retenir son attention ! L’avantage, c’est qu’il s’agit parfois de bijoux pour sa femme.

Il est très attaché à Pedsy, sa chienne, qui l’a suivi un soir, il y a sept ans de cela, et qui ne le quitte plus. Il en a profité pour l’entraîner et en faire un vrai chien de garde, autant pour protéger leur maison la nuit que dans sa fonction de garde du château. L’animal est très à l’écoute, et lorsqu’elle le peut se révèle aussi très joueuse, et protectrice envers son maître et sa famille.

Souvenir de la bataille de Falkirk, Peadrus conserve quelques égratignures, mais surtout une certaine faiblesse à l’épaule gauche, qu’il tente de réprimer autant que possible. Sur son dos nu, vous remarquerez sans mal une longue cicatrice sur son omoplate.

Il est particulièrement doué de ses mains et bricoleur. Il aime bien réparer un peu tout dans son foyer, de la chaise abîmée au meuble qui s’use.

Peadrus est la malchance incarnée, et pourtant, c’est à croire qu’il ferme les yeux et refuse de s’en rendre compte. Il ne veut jamais se laisser abattre et croit toujours que le prochain coup sera le bon. Il a développé une addiction aux paris et jeux de hasard, quand bien même il perd dans 90% des cas. « La prochaine sera la bonne ! », oui mais non. Le pire, dans l’histoire, c’est que sa poisse semble développer, chez ceux qui l’entourent, une chance insolente, à l’inverse ! A croire qu’il aspirera pour vous les mauvaises ondes pour vous céder une chance dont il ne verra jamais la teneur. N’y a-t-il rien de pire ? Se voir perdre et regarder les autres gagner. Systématiquement. Rien qui ne le décourage, pourtant.
Hors Jeu
pseudo Jellicle
ton âge 30 ans
comment as-tu connu le forum ? PRD et Bazzart
depuis combien de temps fais tu du rp ? 15 ans
quelles sont tes premières impressions du forum ? Beau et mâture (dans son contexte, sa cohérence historique, son fonctionnement).
ta fréquence de rp ? Je passerais tous les jours autant que possible.
désires-tu être parrainé par un membre ? C'est déjà le cas :)
et un dernier mot ? Hibiscus.
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Ven 20 Oct - 0:15

histoire
We all make choices, but in the end our choices
make us.
Castle Leod Peadrus n’a clairement pas à se plaindre de son enfance. Et il le sait. Grandir au sein du clan MacKenzie, dans les Highlands, avec l’influence qu’on attribue à cette lignée, a toujours été une force dans laquelle il essaie de puiser. Même s’il sait que bien des choses ont été entachées depuis. Même s’il sait qu’un choix a été fait pour lui. Le Castle Leod reste dans son esprit un cocon d’enfance dans lequel restent enfouis la plupart de ses meilleurs souvenirs.

De Castle Leod, il se souvient essentiellement de sensations. Des odeurs, des bruits, des images et des émotions. La beauté de cette couleur verte omniprésente dans l’imposant jardin et la forêt qui entourait la grande bâtisse. L’herbe soigneusement entretenue et les grands pins sylvestres derrière lesquels ils n’hésitaient pas à se cacher, Ùis et lui, lorsque quiconque cherchait à les soustraire à leurs jeux d’enfants. L’humidité des fourrées, lorsqu’il y jouait en culottes courtes et la fascination qu’il avait pour le grand puits, qui servait à irriguer – entre autre – tant de verdure. Il aimait particulièrement se pencher au-dessus, pour regarder. Même quand il n’y avait rien à voir. Même lorsque que le soir s’installait et qu’il n’y avait plus grand-chose à y trouver, qu’une obscurité sinistre… sauf peut-être, à de rares moments privilégiés, le reflet de l’astre lunaire. Quand cela arrivait, il se trouvait naïvement chanceux.

« Ùisdean, viens voir !
- … Quoi ?!
- Viens j’te dis !
- Mais je m’en moque de ton puits !
- C’est pas mon puits, viens, c’est tout. »


Sur l’espèce de marchepieds en pierre, il se dresse le premier, pour s’assurer que la Lune profite toujours de son plus beau miroir, puis il se retourne en direction de son cousin, un air ravi, redescend et lui dit « Vas-y ! ». Et les yeux brillants, il fixe le plus jeune en faire de même.

Avec du recul, il n’a jamais su si ses cousins étaient polis ou tout aussi contemplatifs que lui, en vérité. Il a eu l’occasion d’inviter Siomon à la même découverte, lorsque ce dernier devait avoir huit ou dix ans. Il se souvient juste qu’il a scruté un bon moment le fond du puits, puis Peadrus, et est reparti, sans dire mot.

● ● ●

Il a été un très mauvais frère, Peadrus. Petit, déjà, il boudait à chaque fois qu’il devait se retrouver aux côtés de son unique sœur, Abigail, son aînée. Il aurait voulu un frère. Sa mère est bien tombée enceinte, quatre ans après qu’il soit né, mais le nourrisson est mort à la naissance. Peadrus était peut-être trop petit pour s’en rendre compte alors, mais très certainement qu’en son for intérieur, tout autant que son père (clairement pas pour les mêmes raisons), il espérait déjà qu’il s’agisse d’un garçon. C’était une fille, mort-née. En grandissant, il a toujours désiré un petit frère. Comme Ùisdean et Fionnlagh, comme Eòghann et Siomon. Il ne l’a jamais eu. Sans doute est-ce pour cela qu’il a beaucoup négligé Abigail, lui préférant nettement la présence de ses deux cousins les plus proches en âge.

Avec Ùis, surtout, il a énormément partagé. Ils ont quasiment grandi de concert dans les couloirs de Castle Leod, Peadrus ouvrant la voie, Ùisdean tout proche derrière. Ils s’entraînaient ensemble au combat à l’épée et apprenaient à monter à cheval. Tout cela en se charriant sans cesse, se bagarrant pour un rien et se rabibochant bien vite quand il s’agissait de faire un mauvais coup aux domestiques du château. Pour ça, Peadrus avait toujours de bonnes idées, comment faire tenir le saut d’eau en équilibre sur les portes pour qu’il tombe pile au bon moment, chiper les pommes de terre prévues au repas du soir, effrayer les chevaux juste avant le passage du palefrenier pour compliquer radicalement son travail et s’en amuser de loin, cachés dans l’écurie, etc.

Avec Siomon, même s’il était souvent de ces aventures, les choses étaient légèrement différentes. Peadrus était l’aîné du trio, mais il a rapidement compris que le plus jeune avait une compréhension bien plus accrue des choses. Peadrus n’a jamais été un intellectuel. Pas que ça ne l’intéresse pas, mais par rapport à Siomon, pour acquérir les mêmes connaissances, il avait fallu qu’on prenne plus de temps pour lui expliquer… et très souvent il n’en avait pas vraiment la patience. Il était – il est – du genre plutôt manuel. A préférer agir pour comprendre les choses. Il s'est justement découvert, auprès d'un domestique du château, Dermid, un goût pour le travail du bois.  Au début, il s'agissait de regarder faire, sculpter un animal au couteau, une épée, puis d'aider à concevoir un meuble... une passion pas spécialement approuvée par son père.

« De toute manière, tu n’arriveras jamais à rien. Père ne s’attend plus à grand-chose de ta part, tu ne fais que le décevoir. Peut-être que tu vas finir en pension, toi aussi. » S’il n’a jamais spécialement cherché à s’approcher de sa sœur, la réciproque est vraie. Il a en tête les nombreuses fois où Abigail, assise à une table, achevait de coudre un gilet avec application tout en le jugeant du regard, derrière ses yeux bleu clair. Il s’est parfois dit qu’elle devait lui envier sa condition d’homme. Elle était toujours très posée, à l’écoute et attentive à ce que lui disaient ses parents. Elle aurait peut-être fait un meilleur héritier. Loin de Peadrus qui jouait les têtes brûlées, sauf lorsqu’il s’agissait d’aider à l’extérieur. Il ne voulait pas qu’on lui bourre le crâne de lecture, d’histoire ou de politique, il comprenait les grandes lignes, c’était suffisant. Aider à soigner les bêtes, accompagner son père ou ses oncles au marché, se servir de ses bras pour transporter des marchandises, seconder parfois Ùisdean pour acheminer des commandes pour des clients, ça lui allait. C’était d’ailleurs ce qui agaçait Christian. Le dernier de la fratrie MacKenzie était un homme aux opinions arrêtées. Ce qui l’intéressait plus que tout était la continuité de sa condition, de sa famille. A tout prix. Il aurait aimé que son fils soit… différent. Peadrus ne compte plus les coups reçus faute d’avoir été à la hauteur lors de telle ou telle réception, lors de tel entraînement, lors de la venue d’un quelconque représentant d’un autre clan.

Christian MacKenzie voulait que son fils devienne un homme aguerri, avec le sens du commerce et de la diplomatie, qui sache arriver à ses fins, obtenir des contrats, toujours dans son intérêt… Peadrus n’était pas spécialement doué en cela. Il préférait créer que vendre. Il préférait faire du vrai, que prétendre du faux. De manière générale, il avait – a – tendance à choisir le compromis. Car s’il a bien un défaut, c’est celui de ne pas savoir choisir. Et quand il choisit, malgré tout, vous pouvez être certain qu’il choisira mal.

Il doit tenir cela de sa mère, d’ailleurs. Femme passive par excellence, Glenna n’avait en tête de n’être que le parfait faire-valoir de la rigidité de son mari. Elle était très peu expressive et ne faisait qu’acquiescer aux remarques de son époux. Au sein de la petite famille, elle avait pris sur elle de s’occuper exclusivement de l’éducation d’Abigail, qu’elle voulait faire un modèle de femme, au grand désespoir de la jeune fille, qui avait, à l’inverse, des ambitions plus hautes. En cela, oui, la sœur de Peadrus se positionnait toujours comme enfant modèle, intelligente et lucide, bien plus débrouillarde qu’il n’y paraissait. Elle était agacée par la frivolité de son jeune frère, sa manière de ne jamais prendre d’initiative et de préférer jouer, blaguer, que comprendre les choses avec le sérieux attendu par leur géniteur.

C’est en 1739 que la famille célébra le mariage d’Abigail, avec un riche commerçant d’épices, installé à Inverness. Même s’ils savaient parfaitement qu’ils risquaient de ne plus – ou très peu – se voir, la séparation entre la sœur et le frère resta cordiale. Peadrus n’avait de toute façon jamais su s’y prendre, avec elle. Il se souvient quand même qu’elle lui avait glissé, lors d’une dernière embrassade : « Ne te contente jamais de ce que tu peux faire. Fais toujours mieux. Fais toujours plus. Sinon tu finiras dans la fange. » Ne soyons pas prétentieux au point de croire qu’il a su mettre le conseil en application. Disons qu’il a essayé.

● ● ●

Progressivement les tensions s’installèrent, au sein même de la famille. En 1745, le Castle Leod n’était plus simplement lieu de vie animé par la lignée qui l’occupait. Il devint plus que jamais un symbole. Un bastion à défendre. Un lieu d’affirmation d’un certain mode de pensée et d’une manière de considérer son existence, sa survie, ses origines, l’essence même des Highlands. Les MacKenzie ont toujours été farouchement attachés à leurs traditions, leur histoire et leur tartan. Peadrus aussi en était fier. Alors il ne comprenait pas. Il arrivait sur ses 28 ans, il s’était affirmé en tant qu’homme, en tant que bretteur, il s’était parfaitement fait à sa vie de Ceasg (le bain dans l’eau salée tous les trois jours, quand c’est possible, et les poulets égorgés, pour calmer les pulsions de sang…), pour autant, ce qu’il ne comprenait pas, c’étaient bien les décisions de son père. Du moins, il ne voulait pas les comprendre. Ce n’était pas faute d’avoir osé, lors de quelques repas du soir, faire entendre timidement sa voix. « Père… vous n’allez pas vous rallier à Kenneth MacKenzie, les rumeurs qui courent sont fausses, n’est-ce pas ? Rejoindre les forces anglaises serait une insulte à notre histoire. » La voix de Christian MacKenzie qui claqua, sèche et glaciale, entre sa femme et son fils, est l’un des souvenirs les plus vifs que conserva Peadrus de cette sombre période. « Mon fils, je pense n’avoir aucune leçon de diplomatie à recevoir de ta part. Si tu étais à même de pouvoir décider et saisir la portée de ce genre de chose, je saurais que je tiens en toi l’héritier que j’ai toujours désiré, lucide et à même de faire les meilleurs choix pour sa descendance. Une fois de plus tu me montres que ce n’est pas le cas. Je ne te permets pas de contester mes décisions, nous avons obtenu un accord de répartition des terres des plus intéressants. Alors ne parle pas de ce qui te dépasse. Tu n’es que déception à mes yeux, et tu continues de l’être. Cela ne fait que confirmer à quel point. »

Penser balayer l’harmonie du clan, uni sous un même tartan, s’associer avec ‘l'ennemi’ même pour une vie meilleure… c’était difficile à admettre. C’était impossible, même. Cela ne se voit pas forcément au premier abord mais il a lui aussi son orgueil, Peadrus. Comprendre la direction que souhaitait prendre son père l’a rendu malade, car il en avait vite saisi les conséquences qui allaient suivre. Une guerre des MacKenzie contre des MacKenzie. Au fond de lui, il saisissait parfaitement l’orgueil des Highlands, même s’il n’en était pas la plus farouche incarnation. Vouloir rallier les révoltes jacobites étaient une évidence pour tout le reste de la famille. Sauf pour son père. Et pour se justifier ce dernier ne cessait les grandes phrases auxquelles Peadrus ne trouvait rien à redire. « A quoi bon jouer les héros, les sauveurs de la fierté familiale, si c’est pour tomber dans la misère, ou en mourir ? ».

« Je fais ce qui est le mieux pour vous. Pour mes enfants, pour mon nom , pour l’héritage de cette famille. » Il en était convaincu et l’accord qu’il avait obtenu lui paraissait… honnête. Avantageux autant que pouvaient l’être les circonstances, aussi. Ce n'était pas la panacée mais c’était déjà ça de pris.

L’avenir lui donna raison.

En 1745 tout éclata. Peadrus gardera toujours à l’esprit ce jour. Ce moment où malgré ses quasi 30 ans il ne s'est pas exprimé. Où il a regardé, et entendu, son père et ses oncles se déchirer. Ce jour où il a été, une fois de plus, admiratif de son cousin  Ùisdean. Car celui-ci a parlé. Il a dit ce qu'il pensait. Il a sans doute mis des mots sur l'état d'esprit de bien des présents. Il a osé là où les lèvres de Peadrus sont restées désespérément closes. Là où seuls ses poings sont demeurés serrés et tremblants. Jusqu'à la conclusion fatale qu'il connaissait depuis un moment... Christian, Glenna et Peadrus allaient partir.

● ● ●

Elgin Les mois qui suivirent, la famille alla s’installer dans une propriété entourée d’un vaste terrain verdoyant, proche d’un loch d’eau de mer, de quoi satisfaire les ambitions de Christian MacKenzie de se relancer dans l’agriculture, entouré d’employés de maison, et de reprendre des affaires bousculées par les révoltes. Tout ne se passa pas comme il l’espérait, pourtant. Lors du trajet pour rejoindre le bourg, Glenna avait contracté une maladie virulente qui lui provoquait des crises de sudation violentes et lui faisait cracher du sang. Une fois installés à Elgin, la maladie la foudroya bien rapidement. Christian n’en fit guère le deuil, occupé qu’il était à parfaire son affaire. Peadrus, lui, était convaincu que rien de cela ne se serait produit si son père n’avait pas décidé de ne suivre que son simple égoïsme.

Christian, d’ailleurs, c’était mis en tête de marier son fils, et lui trouva un bon parti auprès de la fille aînée d’une famille de tisserands, Ailsa. Blonde, épaisse avec des courbes volumineuses, elle avait un sourire agréable mais ne dégageait rien de particulier. C’était en tout cas l’image que s’en fit rapidement Peadrus. Non pas qu’il n’ait jamais songé à se marier, mais le moment lui paraissait mal choisi. Toujours chamboulé par la perte de sa mère et les décisions de son père qui l’avait éloigné de sa famille, de ses cousins, il n’avait guère l’esprit à ça. Il accepta le mariage comme il aurait accepté n’importe quoi d’autre, en vérité.

Trois mois passèrent à peine que Peadrus reprit du poil de la bête. Peut-être que cette présence féminine à ses côtés avait su raviver en lui une flamme vacillante. Celle de son affirmation, de son indépendance. Aussi, à la surprise de son géniteur et soutenu par Ailsa (encore quelque peu effrayée par sa nature de Ceasg, étant humaine), il décida de lui-même de partir. Il souhaitait dans un premier temps trouver un endroit où s’installer, avec sa jeune épouse, et se forger une vie à lui, à eux. Il sentait bien que rester à Elgin ne ferait que l’asphyxier dans une vie sur laquelle il n’aurait aucun contrôle. Certes, il n’était pas le fils que désirait son père… qu’à cela n’tienne, il serait simplement lui. Même si pour cela il ne savait guère par où commencer.

● ● ●

Falkirk Mû par le choix de Christian de rallier les forces de Kenneth, Peadrus se retrouva, sous le coup de son éternelle malchance, tout de même enrôlé dans les forces de l’armée anti-jacobites. Sa naïveté le mena à faire un mauvais choix, et il eut donc pour ordre, comme de nombreux braves un peu désœuvrés, de rejoindre les troupes du général Hawley pour atteindre le château de Stirling, assiégé. Sans qu’il n’ait réellement réfléchi au pourquoi du comment, le voilà, de la boue jusqu’aux genoux, sous une tempête torrentielle, à combattre des hommes pour des raisons qui, oui, son père n’avait pas tort, le dépassaient totalement. Il savait juste que c’était une manière comme une autre d’être quelqu’un, ou du moins d’essayer. Il n’était pas le plus courageux mais parvint à tuer. Il s’était déjà entraîné pour cela, quoi qu’on en dise. Il réalisa pour autant qu’il n’y trouvait aucune fierté particulière, bien au contraire. Il frôla la mort, lui aussi, et d’autres qui l’accompagnèrent ne purent l’éviter. La tempête, le bruit, l’odeur du sang lui faisaient tourner la tête et il avançait sans bien savoir où.

Lorsqu’on hurla à l’armée de Hawley de battre en retraite, il n’eut aucune hésitation. Mieux vaut le déshonneur à la mort. Le corps lourd, une épaisse couche de boue le recouvrant sans qu’on puisse guère déceler de quel côté il était, une blessure à l’épaule des plus inquiétantes… il était mal en point. Il parvint toutefois à se faire soigner et se remettre sur pied, même si son épaule gauche en restera à jamais douloureuse. A partir de là, il parvint à rallier Édimbourg, comme beaucoup d’autres. Terre d’accueil s’il en était, ville en expansion et pour lui, symbole de renouveau. Il n’avait aucune ambition militaire, il espérait plutôt mettre ses forces à contribution.

● ● ●

Édimbourg Dans un premier temps logé dans une des auberges de la ville, il fit rapidement savoir qu’il cherchait du travail, à qui voudrait lui en donner. Il travailla un temps chez un menuisier, ravi de pouvoir retrouver le contact du bois qui l'avait marqué, dans son enfance. Puis, un heureux – et rare – hasard lui permit de trouver une place en tant que garde du château d’Édimbourg, évoquant, à grand renfort d’exagération et sans véritable honte, au final, sa participation à certaines (une seule en vérité, mais qui demandera des comptes ?) des batailles, sous le banneret anti-jacobite. Les paroles de son père lui revinrent plusieurs fois à l’esprit. A quoi bon l’ego, si c’est pour mourir ? Cette affiliation dans le conflit, on lui a imposé… mais c'était à croire qu’elle lui pouvait lui ouvrir des portes, alors pourquoi s’en plaindre ? Son naturel bienveillant lui permit progressivement de se faire des connaissances et de s’installer dans une petite échoppe qui ne payait pas de mine, mais qui lui plaisait. Ailsa le rejoignit alors, quelques semaines plus tard, avec une rente conséquente donnée par leurs pères.

C’est quand les temps sont incertains que l’on réalise la force de ceux qui nous entourent. Pour Peadrus, rien ne fut plus vrai. A Édimbourg, c’est auprès de sa femme, à vaquer à toutes sortes d’occupation – et dilapider souvent sa maigre paie au jeu et autres paris de backhold – qu’il réalisa combien celle-ci était un ange tombé du ciel. Sa cuisine… mon dieu, sa cuisine ! D’un rien elle vous fait le met le plus succulent. Elle sait accommoder des restes de ragoût, elle sait faire une sauce goûtue de peu de choses, elle sait donner du baume au cœur du travailleur. Le tout en ayant trouvé un poste de couturière dans une boutique de tailleur.

« Ce sera un fils !
- … Non.
- Comment ça, non ?
- Je te dis que non. »


Et elle avait raison. Leur premier né fut une fille, Isla. Les cheveux châtains clairs de son père, le sourire de sa mère. Trois ans plus tard, il ne s’essaya même pas aux pronostics, craignant d’avoir à nouveau tort. Ce fut un fils, Fingall.

C’est en rentrant au petit jour d'une soirée de paris de backhold, complètement ivre, qu'il fit connaissance de Pedsy, fidèle Pedsy. Ou du moins au petit matin, alerté par les cris d'Ailsa découvrant l'animal dans leur cuisine. Jeune chiot aux allures de border collie, sans doute de naissance bâtarde, elle l'avait suivit alors que Peadrus lui-même ne savait pas où il allait. L’errance est toujours meilleure à deux, sans doute, car s’il tenta vainement de la faire fuir, il n’insista guère et finit par s’accommoder de sa présence. L’animal était joueur et dynamique, le MacKenzie appréciant les animaux, il ne lui en fallut pas plus pour s’en faire une grande alliée, et une amie.

● ● ●

Sa fonction de garde du château lui convient, il n’a jamais été homme à ambition et ce rôle lui impose tout de même un certain respect et un contact avec la population qui lui plaît bien. Épée à la main, fusil à la ceinture, il n’hésitera pas à faire ce qu’il faut pour maintenir le calme au sein du château et se faire respecter des prisonniers (et autres militaires) qui en foulent le sol. Pedsy est toujours à ses côtés, lorsqu’il s’agit de faire ses rondes.

Maintenant que les années ont continué à passer, maintenant qu’il a pu se faire un nom de lui-même, restant fier de ses racines des Highlands, maintenant qu’il a une vie de famille et d’homme épanoui, il réalise combien toutes ces choses sont fragiles. Particulièrement lorsque la terreur s’immisce tel le pire des poisons, lentement mais sûrement, dans la ville. En tant que père, en tant que mari, en tant que citoyen d’Édimbourg et garde du château, il veut agir, c’est sûr… mais c’est là qu’on se rend rapidement compte que le courage n’est pas inné, il s’apprend. D’autant plus quand on ne sait guère qui prendre pour cible.
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Ven 20 Oct - 0:15



   
Recensement


   Mon profil est complété parce que j'ai ajouté les informations suivantes:

   Mon icone en format carré : [x]
   Mon taux d'hybridation : [x]
   L'âge de mon personnage : [x]
   Mon métier / ma profession : [x]
   Mes pouvoirs  : [x]
   Mon alignement: [x]
   Le lien vers ma fiche dans mon profil : [x]
   Agrémenté mon Champ Libre : [x]



   Avatar
   
Code:
<li>Rupert Graves<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t588-peadrus-mackenzie-bad-luck-makes-good-stories#5035]Peadrus MacKenzie[/url]</li>
    


   Métier / Profession
   
Code:
<li><div class="mbh_bottin_icon prit"></div>Garde du château d’Édimbourg<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t588-peadrus-mackenzie-bad-luck-makes-good-stories#5035]Peadrus MacKenzie[/url]</li>
    


   Grande Famille

   Ajoutez-moi dans la famille : MacKenzie
   
Code:
<li><div class="mbh_bottin_icon prit"></div> Premier fils de Christian<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t588-peadrus-mackenzie-bad-luck-makes-good-stories#5035]Peadrus MacKenzie[/url]</li>
    
   
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Ùisdean MacKenzie le Ven 20 Oct - 0:24

COUUUUUSIIIIIIIIIIN

Le trio est au complet, on va pouvoir commencer à foutre le bousin

Bienvenue officiellement à toi sur Marbhadh ♥️ Si tu as des questions ou quoi que ce soit, tu connais déjà le chemin, darling

Bonne rédaction pour la suite de ta fichette. J'ai hâte d'en voir plus

_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 446
Points : 327
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein - Lawrence


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peter Ó Riven le Ven 20 Oct - 11:17

Un gentil ! Chouette !
Bienvenue à toi et toutes mes condoléances pour ton côté naïf

Bon courage pour la rédaction de la suite de ta fiche et je te souhaite de bien t'amuser parmi nous !
avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Fingall Munroe le Ven 20 Oct - 19:33

Hey ! Bienvenue parmi nous Pisse-dru (déso, maix c'était trop tentant, je le referais plus promis )

Bookmaker de profession, je suis à ta disposition pour engloutir ta paie de garde du château tous les mois mon coco !

_________________
EVERYBODY KNOWS

everybody knows that the dice are loaded, everybody rolls with their fingers crossed. everybody knows the war is over, everybody knows the good guys lost.
©ziggy stradust

avatar
Marbhanta

Messages : 68
Points : 90
Ta tête Par défaut
Avatar : Caleb Landry Jones
Crédit : shiya, ziggy stardust, shury
Multicompte : /
Pseudo : skaapy

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 23 ans
Métier : Bookmaker, croupier, joueur et arnaqueur professionnel
Pouvoirs : mensonges imparables - éveiller les peurs enfouies - agir sur les probabilités à faible niveau
Inconvénients : leurs blagues vont souvent un peu trop loin - fascination pour la couleur rouge - incapable de laisser passer une défaite


“Food to eat and games to play.
Tell me why, tell me why.
Serve it out and eat it up.
Have a try, have a try.”

Fire.



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Seòras Ìomharach le Ven 20 Oct - 20:32

bienvenue à toi alors on a moriarty, sherlock et maintenant Lestrade il ne nous manque plus que watson bon courage pour la suite de ta fiche~

_________________
•MY DARLING,  I'M YOUR NIGHTMARE•
Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.If you want something, you don't wait for the world to deal it out for you. You take it. ©lazare.
avatar
Faileas

Messages : 127
Points : 190

Avatar : Richard Harmon
Crédit : Andahar & Lazare
Multicompte : Lindsay Underwood & Neacal Keer
Pseudo : MillinerXIII

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 25 ans
Métier : Bourreau
Pouvoirs : Charisme, beauté, fin limier, hydrokinésie, apnée longue durée
Inconvénients : Fort besoin affectif, Gout du sang, Matérialisme exacerbé, Appel de la mer

“Come on, say it again. I'm a perfect devil. Tell me how bad I am. It makes me feel so good!

Oh chéri, laisse moi peindre de ton sang mes lèvres. Cet accoutrement macabre me rendra divin pour mon amant. Il me faut être le plus romanesque pour ce cher Mort alors qu'il me menacera de sa faux acérée. Paradant, habillé de ton sang, je lui enverrai le message suivant : Pas ce soir bâtard

Is it desire or is it love that you feeling for me ? You'll want desire. Cause my love only gets you abused.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Àdhamh MacKenzie le Ven 20 Oct - 21:06

COUSIIIIIIIIIIIIIIN

Tellement contente de te voir débarquer Faites-moi une petite place dans votre trio, moi aussi, je veux mettre le boxon

Bienvenue sur Marbhadh Bonne chance pour ta fiche et si tu as la moindre question, n'hésite surtout pas

_________________
Keep Going
avatar
Look around at how lucky we are to be alive right now !

Messages : 107
Points : 153
Ta tête Par défaut
Avatar : Brendon Urie
Crédit : DΛNDELION (ava) + old money. (signa)
Multicompte : Llewyn MacGobhainn + Eimhir Caoidheach
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 24 ans
Métier : Orfèvre et Gérant d'une bijouterie au bord de la faillite
Pouvoirs : Charisme, Empoisonnement
Inconvénients : Appel de la mer, Matérialisme exacerbé


Welcome to the end of eras. Ice has melted back to life. Done my time and served my sentence. Dynasty decapitated. You just might see a ghost tonight. And if you don't know, now you know.



If it feels good, tastes good. It must be mine. Heroes always get remembered. But you know legends never die. And if you don't know, now you know



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Ciàran Ogilvie le Sam 21 Oct - 8:18

Tiens tiens. Un autre MacKenzie à faire tourner chèvre
Bon courage

_________________
Derrière chaque type sans foi, ni loi, ni âme
Si vous cherchez le diable, vous trouverez la femme :
La gueuse la traîtresse la garce la sorcière

En attendant, je compte vos crimes et vos bassesses
Tous vos pieux mensonges et vos histoires de fesses
J'encourage le vice, je provoque des guerres
Je dirige le monde et Dieu me laisse faire !
avatar
Marbhanta

Messages : 512
Points : 639
Ta tête Par défaut
Avatar : Ben Whishaw
Crédit : Orphiel / somanyseals pour le profil
Multicompte : None
Pseudo : Orphiel

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 36 ans
Métier : Ex-pasteur (Tristan Dubh) / Travailleur.se du sexe (Aelig O'Hayre)
Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, danseur de talent, transformation à volonté
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques, loup de mer, empathie pour les phoques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Robyn Hay le Sam 21 Oct - 15:08

Hey ! Bienvenue ici ! TROP HEUREUSE que tu es cédé à la tentation de Marbh ! Doublement que tu te soit attaqué à un scénario !

Amour sur toi !

Si tu as des questions, pas de gêne avec nous ! Demande et on aidera !
Bonne rédaction !

_________________
avatar
The rose perishes beautifully

Messages : 161
Points : 179
Robyn Hay
Avatar : Evan Rachel Wood
Crédit : Moi-même
Multicompte : Ina MacNiven
Pseudo : TroisQuartsLicorne

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 26 ans
Métier : Escrimeur de talent / Marquise
Pouvoirs : Beauté - Chance
Inconvénients : Fort besoin affection - Désastres nautiques – Goût du sang


I wonder beneath which star
I am destined to perish
I have not been granted
An ordinary life



But I have been entrusted with the destiny of the rose
To always live my life aflame with passion
The rose, the rose blooms nobly
The rose, the rose perishes beautifully





Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Dim 22 Oct - 22:10

Merci à tous pour votre accueil :) ! J'espère ne pas décevoir en incarnant Peadrus !
J'avance lentement mais surement ma fiche.
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Gemma MacNiven le Lun 23 Oct - 13:49

Bienvenue :)

_________________
avatar
Il était une fois un phoque qui s'ignorait ...

Messages : 495
Points : 809
Ta tête Par défaut
Avatar : Alexandra Daddario
Crédit : Winter Soldier & Tumblr
Multicompte : Pas Encore
Pseudo : Sammix

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 27 ans
Métier : Femme au Foyer (Officieusement Ecrivaine)
Pouvoirs : Conteur Ecouté - Thermorégulation
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau - Tendances Artistiques
Parait que c'est ici qu'on dit des trucs intelligents, mais je sais pas c'est quoi ça

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Jeu 26 Oct - 12:10

Merci ! Si c'est possible j'aimerais demander un léger délai pour la présentation, semaine un peu compliquée ?
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Shawn Underwood le Jeu 26 Oct - 13:42

Pas de soucis pour le délais. De combien de temps en plus auras-tu besoin ?

_________________
kindness
naivety
avatar
Faileas

Messages : 25
Points : 40

Avatar : Donal Logue
Crédit : NyxBanana (avatar) anaëlle (signature)
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Ùisdean MacKenzie
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 51 ans
Métier : Rentier connu pour son ostéothèque
Pouvoirs : Discrétion naturelle, dentition acérée, armure naturelle
Inconvénients : Émétophobie, sang froid, pulsions cannibales

osteology : noun [ U ]
UK - /ˌɒs.tiˈɒl.ə.dʒi/ US - /ˌɑːs.tiˈɑː.lə.dʒi/
SPECIALIZED -
1. The branch of anatomy that deals with the structure and function of bones. 2. The bone structure or system of an animal.



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Jeu 26 Oct - 16:22

Je pense finir avant mais une semaine de plus si ça ne vous paraît pas excessif ça m'irait :) !
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Shawn Underwood le Jeu 26 Oct - 17:50

Je note ça de suite. :)

_________________
kindness
naivety
avatar
Faileas

Messages : 25
Points : 40

Avatar : Donal Logue
Crédit : NyxBanana (avatar) anaëlle (signature)
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Ùisdean MacKenzie
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
50 / 10050 / 100
Age : 51 ans
Métier : Rentier connu pour son ostéothèque
Pouvoirs : Discrétion naturelle, dentition acérée, armure naturelle
Inconvénients : Émétophobie, sang froid, pulsions cannibales

osteology : noun [ U ]
UK - /ˌɒs.tiˈɒl.ə.dʒi/ US - /ˌɑːs.tiˈɑː.lə.dʒi/
SPECIALIZED -
1. The branch of anatomy that deals with the structure and function of bones. 2. The bone structure or system of an animal.



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Jeu 26 Oct - 17:51

Merciiii!
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Katherine Garnier le Jeu 26 Oct - 18:43

@Seòras Ìomharach a écrit:alors on a moriarty, sherlock et maintenant Lestrade il ne nous manque plus que watson

j'ai pensé exactement la même chose

bienvenue à toi, bon courage avec le reste de ta fiche ♥️
tu verras, on se plait bien ici, ce sont tous des chouchous !
des bisous

_________________
embrasée
avatar
Kissed by fire

Messages : 158
Points : 275

Avatar : Daria Sidorchuk
Crédit : croco (avatar) + anaëlle (signature)
Multicompte : Eòghan Sutherland
Pseudo : Opaline

Taux d'abomination :
30 / 10030 / 100
Age : 18 ans.
Métier : Employée d'une distillerie.
Pouvoirs : Elle est nyctalope, capable de distinguer ton corps dans la pénombre. Si la pièce s'assombrit, sa vue s'adapte sans problème... enfin, jusqu'à ce qu'elle soit plongée dans le noir complet.
Inconvénients : Emétophobe, elle ne supporte pas de voir quelqu'un vomir ou même de l'entendre. De telle sorte qu'elle finit par vider son estomac à son tour. Elle a également le sang-froid, ce qui est un avantage lors des jours de fortes chaleurs mais qui peut s'avérer très problématique à l'arrivée de l'hiver puisqu'elle supporte très mal les basses températures.
« let it shine. »


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par George Forbes le Sam 28 Oct - 20:38

Ouh un parieur! Va falloir qu'on cause lien toi et moi

Bon courage pour le reste de ta fiche

_________________
avatar
There's always a siren, singing you to shipwreck

Messages : 195
Points : 232
Ta tête Par défaut
Avatar : Toby Kebbell
Crédit : InkFingers
Multicompte : Henrietta "Hettie" MacNèill
Pseudo : InkFingers

Taux d'abomination :
60 / 10060 / 100
Age : 31 ans
Métier : Aubergiste
Pouvoirs : apnée longue durée - charisme - beauté - chant hypnotique
Inconvénients : syndactylie (pieds) - appel de la mer - fort besoin affectif
You’re throwing stones
across my water
but my inner sea stay calm,
whatever happens.

The peaceful sound of the moving water
makes everything fade . . .
and if waves will grow
it will be just to wash everything away.

A clean surface will rise, sand returns white.
My heart is see-through
with brand new intentions.
I'm floating with no reason, and I'm so fucking good baby.

And he softly whispered: Too many tides will destroy your beauty
but it's not your fault, it's the moon to blame.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Mar 31 Oct - 12:29

Hey hey darling !

Ta fiche est parfaite, rien à redire là dessus si ce n'est un petit détail qui a attiré mon attention. A la fin de ta fiche, tu évoque le port du mousquet par Peadrus en tant que garde du château. Je ne connais pas bien l'équipement exacte de la garde à l'époque mais il me semble que déjà vers 1630 le fusil à silex a commencé à remplacer l'usage commun fait du mousquet. C'est vraiment rien du tout mais si tu pouvais modifier ces lignes, ça sera topissime

Et cette fiche... gnnnn... Je t'en parle plus en détail lors de ta futur validation

_________________
Single Malt Scotch Whisky
We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
avatar
A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

Messages : 482
Points : 450

Avatar : Eddie Redmayne
Crédit : NyxBanana
Multicompte : Ùisdean MacKenzie & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 27 ans
Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Mar 31 Oct - 13:02

Merci pour le commentaire ! Pour le mousquet je me suis basée sur votre annexe historique, partie Armement. Mais je peux éditer y a pas de souci :)

Le port du mousquet et du pistolet est réservé à la garde royale et aux militaires.
Après je ne sais pas si les gardes du château sont considérés comme tels ?
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Ùisdean MacKenzie le Mar 31 Oct - 13:55

Il est pas impossible que ça soit une erreur de notre part. Dans le doute, change toujours et je verrais avec le staff concernant notre annexe

EDIT : il s'agit bien d'une erreur de confusion de notre part ♥️ Nos recherches ayant été faites en anglais pour toutes les annexes historiques, il nous a échappé une légère subtilités sur le moment. "musket", le terme anglais pour "mousquet" est plus large que le terme francophone. En anglais il regroupe tous les fusils à silex alors qu'en français il se limite aux "armes à feu portative à canon long, crosse d'épaule et platine à mèche ou à rouet", excluant donc les fusils à silex du terme "mousquet". Je vais de ce pas modifier l'annexe, merci de nous avoir fait remarquer le soucis. C'est toujours cool d'apprendre ce genre de détails

_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 446
Points : 327
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein - Lawrence


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Mar 31 Oct - 14:44

Ça marche merci pour la précision, c'est modifié !
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Ùisdean MacKenzie le Mar 31 Oct - 16:16

Fàilte gu Dùn Èideann
Bienvenue

Peadrus MacKenzie

Tu vas bientôt pouvoir te jeter à corps perdu dans la ville d’Édimbourg. Cependant, nous avons encore besoin que tu t’affranchisses de deux trois formalités avant d’aller RP. Si tu es encore un peu perdu sur le forum, je t’invite à jeter un œil au guide du débutant. Tu y trouveras tout ce qu’il y a à savoir sur le forum pour un début réussi.

Pour ne pas tarder à te lier aux autres joueurs, ne tarde pas trop à aller poster ta fiche de liens ou encore ta fiche de RP pour garder une trace de tous tes écrits. N'hésite pas à venir faire ta demande de rang ou de lieu si tu en as besoin. Si un cycle s'apprête à commencer, n'hésite pas à jeter un œil aux rôles disponibles, voir à postuler par MP chez ton admin référent.

Ce qu'on a pensé de ta fiche

Alors alors, que dire ?
J'ai aimé chaque ligne, chaque mot de cette fiche. Ton interprétation de Peadrus est juste parfaite en tout point, je ne pouvais rêver mieux. Et puis, l'avoir rendu présent à Falkirk aussi...   C'est génial tellement ça a ou va amener du feels entre les deux cousins. Sérieusement, je suis sous le charme,
c'est fiche est juste blblblblbl tellement elle est proche de ce que j'avais imaginé en écrivant le scénario de Peadrus.

Bienvenue chez les MacKenzie, le clan en tout point supérieur aux Macleòd.


_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 446
Points : 327
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein - Lawrence


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Peadrus MacKenzie le Mer 1 Nov - 10:42

Roooh, merci cousin ! Je suis extrêmement soulagée si j'ai bien su retranscrire ton idée de base à travers ma prise en main du personnage de Peadrus ! Merci beaucoup pour la validation :) ! Je vais jeter un coup d’œil aux différents liens que tu m'as indiqué.

#MacKenzieforthewin !
avatar
Faileas

Messages : 33
Points : 68
Bad luck makes good stories.
Avatar : Rupert Graves
Crédit : #
Multicompte : #
Pseudo : Jellicle

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 44 ans
Métier : Garde du château d’Édimbourg
Pouvoirs : Fin limier, Apnée longue durée, Chance
Inconvénients : Fort besoin affectif, Matérialisme exacerbé, Goût du sang, Appel de la mer


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peadrus MacKenzie — Bad luck makes good stories.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum