Rejoins-nous!
Connecte-toi

Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Peter Ó Riven le Lun 18 Sep - 1:57

Fiche de présentation
Tá fáilte romhat
Peter
Ó Riven
“ Wanna play with me ? ”
About me
details & shit
Âge 21 ans
Nationalité Ecossaise
Origine Ecossaise
statut civil célibataire
orientation joueur et curieux
métier « Protecteur » des gosses des rues
finance pauvre et sans ambition d'y remédier
race Fir Darrings
Alignement Chaotique Mauvais
Abomination 40%
Pouvoirs MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS
Caractère
Les ambitions de Peter sont parfaitement obscures pour la majorité du reste du monde. Il ne cherche à s'enrichir que d'un repas chaud quand l'envie le lui prend, ne semble jamais calculer plus d'un jour à l'avance et ne convoite pas plus de pouvoir que celui des trois ruelles poisseuses sur lesquelles il « règne » dans un chaos à la limite entre le joyeux et le sordide. Il y joue avec la douzaine de gosses qui le suivent religieusement un jeu mouvant, dont braquages et effractions semblent être des composantes indispensables...
Ceux qui le connaissent vraiment savent qu'il est sérieusement convaincu que la vie est une cruelle farce, et qu'il est plus organisé qu'il n'y paraît, mais dans un sens qui échappe aux sains d'esprit.
Anecdotes
- Sa mère, une prostituée Fir Darrings, est morte de la petite vérole Il y a deux ans. Son père, un notable Selkie d'une vieille famille sur le déclin, est mort quelques années après l'avoir reconnu contraint et forcé.
- Il rend souvent visite à sa demi-sœur, bien que personne ne sache vraiment si ces deux là s'apprécient ou non
- ses 12 « gosses » lui portent une vénération sans faille, quand bien même il est aussi constant qu'une girouette.
Hors Jeu
pseudo Camille
ton âge 26 ans
comment as-tu connu le forum ? Un ami qui sévis déjà parmi vous
depuis combien de temps fais tu du rp ? 5 ou 6 ans je crois
quelles sont tes premières impressions du forum ? Magnifique et glauque
ta fréquence de rp ? Plutôt soutenue en générale, mais le futur HRP est incertain en ce moment
désires-tu être parrainé par un membre ? Ca change quelque chose ?
et un dernier mot ? let's play !
avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Peter Ó Riven le Lun 18 Sep - 2:30

histoire
Come forth into the light of things, let the nature be your guide. You are the monsters I claim.


Peter n'est ni le premier, ni le dernier de ce nom a être un jeune homme colérique et malicieux rejetant toute responsabilité autre que de régner en petit tyran sur une bande de mômes incontrôlables. La rue est son terrain de jeu, et gare à ceux qui voudraient s'en prendre à ses petits compagnons indésirables et oubliés de la bonne société.

Insaisissable, il est capable de disparaître des jours durant, vit de petit larcins et d'arnaques, et son sens de l'humour a un goût acide pour tous ceux qui en font les frais. En résumé, on ne peut pas vraiment dire qu'il soit un membre remarquable de la société, sortie des trois ruelles sombres qu'il contrôle.

Peu de gens ont entendu parlé de lui, et souvent plus pour l'histoire qui entoure sa naissance que pour le peu qu'il a accomplit depuis. Il faut dire que sa prostituée fir darrig de mère avait frappé fort lorsqu'elle avait jugé qu'il serait hilarant de s'inviter au mariage de son meilleur client pour présenter au nouveau couple le petit bâtard en langes qu'elle venait de mettre au monde. La pitoyable crise de nerf de la mariée et la dépression qui avait suivit avait marqué les esprits et précipité le glas d'une des plus vieilles familles de notables de la ville.

Il faut dire que les Ó Riven ont de tout temps était connu pour placer la race Selkie au dessus de tout autre, et a veillé sur la pureté de leur sang comme un chien chérit son os en putréfaction. La série de mariages consanguins qui jalonne leur histoire a menée à une avalanches de fausses couches et d'enfants difformes morts trop tôt, mais aux hasards de la génétique, la famille a aussi produit quelques êtres sains, aussi proches du montre originel que possible. C'est le cas de Mairead, demi-soeur de Peter d'un an sa cadette, et seul enfant que la jeune mariée dépressive ai pu porter à terme.

Autant dire que la place d'un bâtard fir darrig dans une telle famille est celle d'un unanime rejet. Enfant, Peter s'en contrefichait : sa mère était toute la famille dont il avait besoin, et il admirait tout d'elle, de son caractère imbuvable à son humour mauvais. Cette indomptable prostituée avait été chassée de tous les établissements de sa profession, par peur des mesquineries qu'elle réservait à certains de ses clients, et elle exerçait désormais sur les trottoirs des ruelles sombres, dans une misère qui avait un doux parfum de liberté. Une effluve parfois masquée par les relents de vomi et de crasse, mais il en aurait fallu bien plus pour entamer la bonne humeur étrange de ce duo perpétuellement perdu dans leur monde et dans leurs farces.

Peter n'aurait pas pu imaginer enfance plus comblée que celle-là, entouré d'autres gamins en guenilles qui le cernaient d'une affection qu'il ne méritait pas, mais qu'il finissait toujours par leur rendre à sa façon. Il avait dix ans quand les premières rumeurs avaient commencé à se répondre dans son petit quartier misérable. On prétendait que de mauvaises choses arrivaient à ceux qui levaient la main sur un enfant du coins, particulièrement pour les va-nu-pieds des ruelles sordides. On essaya bien d'incriminé la mère et le fils fir darrigs, mais rien ne prouvait leur implication, à part peut-être le sourire satisfait un jeune garçon... Avec un professeur comme sa génitrice, Peter était passé maître dans l'art de couvrir ses traces et planifiait ses “farces” avec bien plus de minutie que ce dont il semblait être capable. Il n'y n'avait cependant pas eu beaucoup de doutes quand un vieux selkie aux tendances trop affectueuses avec les petites filles avait effectué une chute mortelle dans un escalier après avoir glissé sur une marche (enduite de graisse de phoque...). Mais personne ne s'était plaint pour celui-là.

Les enfants avaient fini par grandir, maturer, se disperser aux quatre vents pour trouver un travail, négligeant peu à peu l'affection et l'emprise d'un Peter visiblement peu décidé à changer de mode de vie, quelque soit le nombre des années. Mais si un adolescent partait, il se trouvait toujours un petit bout pour venir mendier sa place pour participer à l'éternelle sombre fête qu'était l'entourage de Peter. Ils étaient attirés comme des papillons de nuit prêts à se brûler les ailes dans cette ambiance de jeux illégaux et de rires d'enfants, loin, très loin d'un quotidien habituelle, des coups d'un père ivre ou des responsabilités quel qu'elles soient. Désormais jeune adulte, Peter passait le plus clair de son temps entouré d'une nuée de mômes qui changeait constamment, même si douze d'entre eux (les plus abîmes par la vie surement) formaient un noyau dur qui lui était entièrement dévoué. Et ce malgré les journées aléatoires où il disparaissait sans prévenir et les inconstances de son comportement.

Certaines de ces absences étaient dûes aux visites qu'il rendait à sa demi-sœur. C'est parce qu'il savait que les Ó Riven détesteraient l'idée de voir leur précieuse Mairead influencée par une engeance telle que lui qu'il avait commencé à s'infiltrer dans la vieille demeure familiale pour la rejoindre en secret.

La jeune Ó Riven l'intriguait. Leur visage se ressemblait tellement qu'une fois, en apercevant son propre reflet du coin de l’œil, il avait cru la croiser elle. Mais à part cela, ils ne semblait rien partager.  Mairead était une Selkie jusqu'à la moindre parcelle de sa peau. De ses deux peaux. Elle possédait toutes les malencontreuses caractéristiques de ses ancêtres, au point que ce qu'il restait de sa famille se gargarisait de la pureté de son sang.

Mairead n'aimait pas la mer : elle était la mer, et le moindre de ses souffles semblait vouloir la porter vers les vagues, à tel point qu'elle passait au moins autant de temps sous forme animale que sur deux pattes. Ses parents avaient dû lui inventer l'excuse d'une santé fragile pour expliquer ses disparitions continuelles, impuissants qu'ils étaient à la restreindre. Ils avaient bien essayé de lui enlever sa peau, mais, voyant la vitesse à laquelle elle dépérissait, ils s'étaient fait une raison et s'étaient contenté de la couvrir lors de ses trop nombreuses sorties maritimes.

Même sous forme humaine, la jeune femme ne vivait que pour l'océan, marchant pied nus sur les roches déserts de leur grande propriété les jours de crachin sans sembler affectée ni par le froid, ni par le vent, pour le seul plaisir de sentir les embruns tournoyer autour d'elle et les vagues enserrer ses chevilles et ses mollets comme pour la ramener à elles.

Certaines fois, lorsque la tempête grondait trop fort, elle acceptait de rester à l'abri pour épargner les nerfs déjà fragiles de sa mère. Alors elle avait reprint tous les plafonds de la demeure en vagues et en écumes, pour que “leur ciel artificiel soit une nouvelle sorte d'océan”. Elle avait tellement aimé le résultat que les murs de sa chambre s'étaient peu à peu métamorphosés en récifs en trompe-l’œil et en fonds marins aux couleurs étranges. Elle ne peignait jamais sur des toiles cela dit : elle détestait ses bords qui cherchaient à contraindre son pinceau.

Sa dépendance aux flots salés était partout dans son esprit, et il lui arrivait continuellement de perdre le fil d'une conversation et de tourner instinctivement son regard dans la direction des eaux profondes les plus proches. Étrangement, ça n'entachait pas le plaisir que beaucoup prenaient à parler avec elle. Mairead avait cette voix basse, posée, envoûtante, qui allait et venait avec la régularité des vagues. Peter s'était surpris à rester suspendu à ses lèvres des nuits entières, incapable de se désintéresser d'histoires de danse des algues et de courants marins qui n'étaient pourtant pas du tout son style. Mais la façon dont elle liait les mots dans le rythme apaisant de sa voix était un poème en soit, et Peter avait connu dans ces instants là certains de ses rares moments de paix et de calme complet.

Mairead ne le rejetait pas. Elle ne l'invitait pas non plus. Elle était comme l'océan, qui vous enlace quand vous venez à lui, vous enrobe, vous accepte, mais qui continuera sa danse sans distinction que vous soyez là ou non, comme un être qui se suffit à lui même dans une harmonie presque irréelle. La jeune Ó Riven était un rocher immuable bercé par les vagues, insensible au jugement des humains, solide et tout entier offert à la mer.

Elle l'avait été tout du moins. Jusqu'à ce que Peter aille trop loin.

A cette époque, deux ans  avant nos jours actuels, la maîtresse de maison avait déjà sauté d'une falaise pour échapper à son interminable dépression, et le patriarche avait coulé avec ce qu'il restait de son affaire. A savoir s'il était mort dans le naufrage de son dernier bateau ou s'il avait réussi a enfiler sa peau et s'était enfuit loin de ses dettes, voilà une question qui n'intéressait aucun de ses deux enfants.

Il ne restait des Ó Riven pur souche qu'une vielle grand-mère à moitié sénile et une Mairead qu'on prenait pour une recluse, tant elle passait plus de temps en mer et à s'occuper de son aïeule qu'à côtoyer la bonne société d’Édimbourg. Peten leur rendait des visites aussi inopportunes qu'irrégulières, histoire de profiter sur le tard de la vieille demeure familiale avant qu'elle n'ait fini de tomber de vétusté. Il ne se cachait plus du tout pour s'y rendre, bien trop contant de l'air horrifié qui fissurait le masque de politesse de la vieille femme à chaque fois qu'elle posait les yeux sur lui.

Sa relation avec sa sœur était une étrangeté. Peter avait du mal avec le concept « d'aimer » quelqu'un. Trop sérieux pour lui, trop de choses auxquelles il aurait dû réfléchir sur lui-même et sur les autres. Alors il s'était contenté de ressentir sa mère au caractère d'acide et sa sœur toute de calme et d'harmonie, sans chercher à approfondir ou à mettre du sens derrière quoi que ce soit.  Mairead, elle, avait un grand cœur, mais l'océan était plus vaste encore, et il ne restait guère de place pour quoi que ce soit d'autre en elle. C'est peut-être pour ça qu'ils ne s'étaient jamais vraiment aimé comme un frère et une sœur, peut-être pour ça qu'ils ne s'étaient jamais détesté, qu'ils s'étaient contenté de se comprendre.

Et puis il y avait eu Alastair.

Le tort premier de cet oilliphéist avait juste été d'être le fils d'un des meilleurs médecins de la ville. Lorsque la mère de Peter était tombée malade, les médecins du quartier avaient au moins eu la décence d'essayer avant de baisser les bras et de repartir avec leur paie (tout lien fait avec la recrudescence des cambriolages à ce moment là serait tout à fait justifié : Peter n'avait eu aucune intention de laisser mourir sa génitrice pour une simple question d'argent). Mais ce docteur là s'était comporté comme bien des riches : comme si la misère était contagieuse. Aussi avait-il catégoriquement refusé de se rendre au chevet de cette gueuse aux mœurs indécentes, même après que le jeune homme lui ait proposé deux fois son tarif habituel.

Peu importait qu'il ait vraiment eu ou non la possibilité de sauver la prostituée : la semaine suivante, la femme était morte, et le lendemain un fir darrig particulièrement amère rencontrait « accidentellement » le précieux fils du physicien.

Peter gardait des mois suivant un souvenir assez exaltant. Se lier d'amitié avec Alastair s'était révélé plus facile que prévu. Le jeune homme avait deux ans de plus que lui et recherchait la caresse de l'alcool comme d'autres celui d'une maîtresse. L'attirer dans des bars et des dépôts de jeu clandestins n'avait pas été très dur. Mais bien vite, le garçon s'était avéré un adversaire plus tenace que prévu, avec trop de bon sens et de fierté pour se laisser manipuler et se ridiculiser au point embarrasser son père.

Alastair cernait étonnement bien son frêle compagnon, lui reprochant sa façon dérivée et souvent peu glorieuse de régler les problèmes, son inconsistance sur les sujets importants de la vie et sa façon de toujours tenir les autres un peu à distance, tendis que Peter se plaisait à découvrir les fragilités et, étrangement, les forces de ce caractère brûlant, qui fêtait la vie d'une façon à la fois différente et semblable à la sienne. Tous deux passèrent plusieurs mois à se jauger ainsi, à se tester, à titiller les points faiblesses de l'autre... Si Peter avait été une personne normale, sûrement serait-il né de tout cela une rivalité amicale. Mais il était de ceux que la perspective d'un jeu avec un adversaire à sa taille grise au delà de toute raison, de ceux qui brisent et aiment contempler après les lambeaux sans réelle méchanceté. De ceux qui vont trop loin. Alors il se contenta de mettre en place la pire de toutes les farces.

Le vent était fort ce jour là, et il envoyait la mer se briser en mille cristaux autour de Mairead.  Elle était si belle, le regard perdu là où le ciel rejoint l'océan, dans une robe simple que les écumes collaient à sa peau, et ses cheveux furieusement emportés par la tempête, qu'Alastair tomba instantanément amoureux d'elle. Et il l'aima chaque jour un peu plus au fur et à mesure qu'il découvrait combien unique et inatteignable elle était.

Soutenu par un Peter qui jouait les chaperons pour qu'il puisse la courtiser tous les jours, il persévéra contre vents et marrées jusqu'à ce qu'un jour, miraculeusement, Mairead semble enfin remarquer sa présence et répondre à son affection. Heureux qu'il était, il n'avait pas remarqué que ce jour là elle ne portait pas son habituelle petite capeline de fourrure blanche. Elle ne la porta aucun des jours suivants d'ailleurs...

Deux mois plus tard, lorsqu'il la demanda en mariage, il s'était bien rendu compte qu'elle avait perdu du poids et que son teint s'était terni, mais s'était surement dû à la maison vétuste qu'elle habitait, et qui se détériorait lentement. Il allait bien s'occuper d'elle, la soigner avec toute l'attention qu'elle méritait, la rendre heureuse... Oh bien sûr la vieille grand-mère s'était opposée à cette union, au nom de la pureté du sang et de leur lignée selkie, mais pour la première fois de sa vie sa petite fille s'était véritablement opposée à elle, avait encouragé Alastair sourire après sourire, et avait accepté sa demande. Ils allait être heureux. La fortune de sa famille allait redonner sa gloire aux Ó Riven, ce qui finirait par convaincre la grand-mère, et il aimerait et élèverait tous les enfants Selkies que lui donnerait sa belle.

C'est à ce stade là du rêve que Peter jugea bon de placer la chute de sa blague. Après tout, tant qu'à lui briser le cœur, autant le faire avant d'avoir vraiment forcé sa petite sœur à l'épouser. Il ordonna donc à Mairead de rejeter Alaster, de lui révéler qu'elle ne l'avait jamais aimé, et de lui faire croire qu'elle n'avait accepté les fiançailles que pour l'argent mais qu'à la réflexion, même cella ne lui suffisait pas pour envisager de passer sa vie avec lui.

“Oui” avait-il promis, “je te rendrais ta peau après”. “Non, je ne l'utiliserai plus jamais, juré”. Il lui avait aussi fait une réflexion sur le faite de faire plus attention aux cartes de sa main si elle ne voulait pas que les autres soient tentés de jouer avec... Mais tout serait bientôt fini, il ne lui restait plus qu'à assister au final.

Ça ne s'était pas bien passé.

Ça avait été... confus, violent, sanguinolent. Aujourd'hui encore il peinait à remettre les choses dans l'ordre, tant le choc avait brouillé la scène.

Peter avait repris les commendes de ses nerfs dans un coin de la chambre de Mairead, sa main droite serrée de toute ses forces sur la plaie béante entre ses côtes, là où Alastair lui avait arraché deux pleines bouchées de chair. Alletant, il suivait des yeux les traces de sangs qui racontaient l'histoire du moment où il avait essayé de le séparer de sa sœur, celui où le jeune bourgeois avait retourné sa fureur sur lui, puis était revenu vers la jeune femme. Il lui fallut un certain temps pour oser regarder dans la direction d'où venait les petits cris plaintifs, comme ceux d'un animal blessé. Là, sur le parquet imbibé de sang, Alastair se balançait d'avant en arrière, ses mouvements scandés par ses gémissements pitoyables, les yeux dans le vague, la bouche couverte de sang en pleine coagulation. Il serait contre lui le cadavre déjà froid de celle qu'il avait voulu aimer, et qu'il avait dévorée vive. Son choc se voyait dans chacun de ses gestes, dans les mouvements saccadés de ses paupières, dans sa façon de refuser d'admettre ce qui venait de se passer.

Alors Peter décida de reprendre le rôle de l'ex-futur-beau-frère, de l'ami. Il le fit se relever, lui assura que oui, c'était un accident, et qu'il fallait partir, partir vite, avant que quelqu'un ne découvre le corps de sa sœur et qu'Alastair soit condamné à mort. Qu'il allait l'aider à disparaître, à partir loin. C'est ce qu'ils firent. Au couvert de la nuit, ils s'en allèrent après avoir récupérer en cachette des affaires pour plusieurs mois chez le fils du médecin, et ils s'enfuirent vers la campagne. La nuit et une bonne partie de la matinée étaient passées lorsqu'ils tombèrent sur une vieille ferme abandonnée, loin de tout.

Il ne fut pas difficile de faire boire le pitoyable meurtrier. Lui qui avait toujours eu une descente impressionnante semblait maintenant prêt à se noyer dans la bouteille tant il s'en voulait. Il avait même l’audace de la pleurer. Il n'avait pas le droit. Pas quand c'est lui qui l'avait tuée.

Il faisait froid en ce début d'hivers, et Peter alluma une flambée conséquente dans la cheminée branlante. Il n'attendit même pas que son compagnon soit tombé complémentent dans l'inconscience pour commencé à jeter les affaires au feu. Il savait l'oilliphéist trop imbibé pour s'en inquiéter. Aussi imbibé que le parquet de sa sœur, recouvert de sang...

Lorsque tout leur paquetage ne fut plus qu'un tas de cendres, Peter attrapa le gaillard d'une tête plus grand que lui, et le traîna, laborieusement mais sans faillir, jusqu'au puits à sec de l'arrière court. Le corps émit un bruit sourd en atteignant le fond, suivit d'un grondement de douleur. Grognement qui se reproduit de façon plus audible encore lorsque Peter renversa sur lui le seau d'eau qu'il était parti puiser dans la mare proche. Lorsqu'il lui annonça par dessus les vapeurs de son esprit embrumé d'alcool qu'il reviendrait vérifier au printemps s'il était bien mort, l'oilliphéist ne comprit pas tout de suite, mais frissonnait déjà dans ses vêtements trempés.

Le lendemain, Peter enterra sa sœur sur une des petites îles de l'estuaire, afin qu'elle soit à jamais aussi proche que possible de son véritable amour.

La rumeur du départ d'Alastair, qui avait semble-t-il emporté avec lui toutes ses affaires, se rependit vite. L'histoire laissait tant de place à l'imagination collective qu'on entendit dire qu'il semblait inquiet et incertain au sujet du mariage ces derniers jours, et qu'il avait dû fuir pour échapper à ses vœux. D'autres prétendirent qu'il avait contracté une grosse dette aux jeux. Dans un cas comme dans l'autre, on ne s'étonna pas que sa jeune fiancée, déjà discrète, se soit complètement recluse chez elle après cette trahison et ne donne plus signe de vie.

Quelques semaines plus tard, on commença a ré-apercevoir Mairead, marchant au loin sur les rochers. Son frère passait régulièrement à la demeure pour réapprovisionner le garde manger et surement aussi pour l'aider à s'occuper de la grand-mère sénile en ces temps difficiles. Puis on commença peu à peu à la revoir en ville, faisant des courses, la tête haute, le regard tourné vers la mer, discutant peu et restant vague avant de retourner se cloîtrer chez elle. Personne n'avait encore remarqué que Mairead n'était plus, mais que ses robes allaient très bien à Peter.

Il s'appliquait après tout, et il avait décidé de lui faire honneur en tous points ! Il ne maîtrisait pas encore les plus infimes détails, beaucoup de ses regards distants ne semblaient pas pouvoir être reproduits à l'identique et il manquait un je ne sais quoi de flottant dans la démarche. Mais Peter progressait vite, et personne n'était suffisamment tordu pour imaginer la façon étrange que son esprit avait eu de faire vivre sa sœur, juste quelques heures de plus...

C'était une attitude totalement dérangée, il en avait conscience. Et s'en fichait totalement au passage. Il n'en pouvait juste plus de la croiser uniquement que dans le reflet du miroir. Et il l'avait connu, l'avait comprise, à un point où devenir elle quelques instants ne semblait plus si incongru. Interpréter Mairead devait être la seule chose de la vie de Peter qui ne soit pas un jeu.

Le résultat était suffisamment convainquant pour tromper la grand-mère. Pas toujours cependant. Il y avait bien des fois où la vieille femme tiquait, semblait tout comprendre... puis elle mettait ça sur le compte de son esprit déraillant, perdait le fil de ses pensées, et demandait à sa petite fille de lui resservir un thé.

Alors, Peter discutait avec elle un moment, puis allait ranger religieusement les affaires de sa sœur, rendossait son autre vie, ses chaussures trouées, et revenait à ses ruelles sombres, ses enfants incontrôlables et ses farces étranges.

Et le jeu reprenait.

avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Peter Ó Riven le Lun 18 Sep - 16:13



Recensement


Mon profil est complété parce que j'ai ajouté les informations suivantes:

Mon icone en format carré : [x]
Mon taux d'hybridation : [ x ]
L'âge de mon personnage : [ x ]
Mon métier / ma profession : [x ]
Mes pouvoirs  : [ x ]
Mon alignement: [ x ]
Le lien vers ma fiche dans mon profil : [x ]
Agrémenté mon Champ Libre : [ x ]



Avatar
Code:
<li> TWAN HUIJBERS <span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=LIEN_VERS_VOTRE_FICHE]Peter O Riven[/url]</li>


Métier / Profession
Code:
<li><div class="mbh_bottin_icon prit"></div>"Protecteur" des gosses des rues<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=LIEN_VERS_VOTRE_FICHE]Peter O Riven[/url]</li>


Grande Famille

(GF Code 1 )
Ajoutez-moi dans la famille : O Riven
Code:
<li><div class="mbh_bottin_icon prit"></div>Sa soeur<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=LIEN_VERS_FICHE_PERSONNAGE]Ça viendra[/url]</li>


(GF Code 2 )
Créez avec mon personnage une grande famille :
Code:
<div class="mbh_bottin_dedans"><div style="line-height: 0px;" class="pa_titre_box_noir">O Riven</div><div class="mbh_bottin_liste"></br>
[left]<b1>Finance : Anciens riches notaires, décimés et en ruine
<b1>Race : </b1>La ( ou les ) Selkies
<b1>Sur l'hybridation : </b1>Pro-Monstre[/left]</br>
[justify][i]Anciennement richissime et puissante, cette famille décadente et consanguine ne compte plus qu'une grand-mère sénile, une héritière dans la fleure de l'âge et, à la grande honte de tous leurs ancêtres, un bâtard Fir Darring [/i][/justify]
<ul>
<li><div class="mbh_bottin_icon prit/libre/res/dcd"></div> Lien familial<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=LIEN_VERS_FICHE_PERSONNAGE]Nom du personnage[/url]</li>
</ul></div></div>

avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Électre Rochefort le Lun 18 Sep - 16:19

BIENVENUUUUE !

Le goupil m'a dit beaucoup de bien de toi, et ton perso a l'air fort intéressant, héhéhé. J'ai hâte de te voir jouer parmi nous.

J'ai cru comprendre que tu avais du mal avec la plateforme forumactif, si jamais tu as une question et qu'Orphiel n'est pas là, n'hésite pas à frapper à ma porte ~

_________________
C'est un souterrain vague qui s'éclaire peu à peu et où se dégagent de l'ombre et de la nuit les pâles figures gravement immobiles qui habitent le séjour des limbes. Puis le tableau se forme, une clarté nouvelle illumine et fait jouer ces apparitions bizarres; - le monde des Esprits s'ouvre pour nous.
avatar
Marbhanta

Messages : 56
Points : 25
Ta tête Par défaut
Avatar : Lupita Nyong'o.
Crédit : Carnavage & Minori.
Multicompte : Aodhan Leòdeach.
Pseudo : Gérard.

Taux d'abomination :
20 / 10020 / 100
Age : Trente-huit années.
Métier : Prostituée retraitée, courtisane répudiée, rentière menacée.
Pouvoirs : Mensonge imparable & Provoquer des cauchemars.
Inconvénients : Blagues qui vont trop loin.

Ici a commencé pour moi ce que j'appellerai l'épanchement du songe dans la vie réelle. A dater de ce moment, tout prenait parfois un aspect double, - et cela, sans que le raisonnement manquât jamais de logique, sans que la mémoire perdit les plus légers détails de ce qui m'arrivait. Seulement mes actions, insensées en apparence, étaient soumises à ce que l'on appelle illusion, selon la raison humaine...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Peter Ó Riven le Lun 18 Sep - 16:23

Merci beaucoup !
J'ai bien galéré, effectivement, heureusement que j'avais de l'aide ! Mais je suis d'autant plus contente d'être parvenue parmi vous ! :p
avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Ciàran Ogilvie le Lun 18 Sep - 16:24

Aaaah !!! Trop heureux de te voir ici et avec un personnage qui depote bien comme il faut Hate de tout apprendre sur ce vil petit au charmant minois

_________________
Derrière chaque type sans foi, ni loi, ni âme
Si vous cherchez le diable, vous trouverez la femme :
La gueuse la traîtresse la garce la sorcière

En attendant, je compte vos crimes et vos bassesses
Tous vos pieux mensonges et vos histoires de fesses
J'encourage le vice, je provoque des guerres
Je dirige le monde et Dieu me laisse faire !
avatar
Marbhanta

Messages : 512
Points : 639
Ta tête Par défaut
Avatar : Ben Whishaw
Crédit : Orphiel / somanyseals pour le profil
Multicompte : None
Pseudo : Orphiel

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 36 ans
Métier : Ex-pasteur (Tristan Dubh) / Travailleur.se du sexe (Aelig O'Hayre)
Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, danseur de talent, transformation à volonté
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques, loup de mer, empathie pour les phoques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Ùisdean MacKenzie le Lun 18 Sep - 16:30

Bienvenue à toi ♥️

On m'a dit plein de bien de toi et tout et tout J'ai hâte d'en lire plus

Bon courage pour ta fiche. Si tu as des questions sur FA, n'hésite pas à les poser. (je dirais bien que j'y répondrais avec plaisir mais je pars demain pour plusieurs jours donc je ne serais malheureusement pas présent pour aider)

_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 446
Points : 327
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein - Lawrence


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Llewyn MacGobhainn le Lun 18 Sep - 17:15

Un petit Fir Darrig

Bienvenue sur Marbhadh, j'espère que tu te plairas ici Bonne chance pour ta fiche et si tu as des questions, n'hésite pas ♥️

_________________

A WOLF IN SHEEPISH CLOTHING
avatar
Pray for my lost soul

Messages : 478
Points : 334

Avatar : Andrew Scott
Crédit : Schizophrenic (ava) + XynPapple (signa)
Multicompte : Àdhamh MacKenzie + Eimhir Caoidheach
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 35 ans
Métier : Chirurgien et scientifique en quête de savoir, prêt à tout pour percer les secrets du corps humain.
Pouvoirs : Dents acérées, Discrétion naturelle, Agilité naturelle, Contrôle des éléments
Inconvénients : Cannibale, Agoraphobe, Déteste le son de la cornemuse, Sang froid


Grave digger, grave digger. Send me on my way. Bring me to my knees. Forget what i have done. Forgive me if you please. Save me if you can. The time for me has come. Let me be the one that got away.



Grave digger, grave digger. Slowly fill my grave. Whisper to your god. Allow me to be saved. Pray for my lost soul. Allow me to grow old. Save me if you can. The time for me has come. Let me be the one that got away.



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Peter Ó Riven le Lun 18 Sep - 17:50

Je n'avais pas réalisé qu'avec le background de mon perso et deux parents d'abomination différente, j'étais limitée à 40% ... Donc je vais devoir abandonner le pouvoir à 3... mais je crois que je vais garder tous les inconvénients que j'avais choisi, c'est plus fun ^^
avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Ùisdean MacKenzie le Lun 18 Sep - 18:26

Désolé de devoir te le dire, @Peter Ó Riven mais, à 40% de monstruosité, tu ne peux pas avoir plus de 2 inconvénients. C'est une question de logique globale de l'univers. (et crois moi, on est nombreux à avoir monté nos taux d'abomination pour les inconvénients qui allaient avec, plus que pour les avantages... )

Tu as toutes les informations relatives sur l'annexe du taux d'abomination.

_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 446
Points : 327
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein - Lawrence


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Peter Ó Riven le Lun 18 Sep - 21:42

Mince... Bon ben je vais abandonner Farceur (qui est globalement compris dans "les blagues vont trop loin" donc ça change pas grand chose, et je serait seulement rancunier, avec le choix de laisser filer ou pas
avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Gemma MacNiven le Lun 18 Sep - 23:02

Bienvenue :)

_________________
avatar
Il était une fois un phoque qui s'ignorait ...

Messages : 495
Points : 809
Ta tête Par défaut
Avatar : Alexandra Daddario
Crédit : Winter Soldier & Tumblr
Multicompte : Pas Encore
Pseudo : Sammix

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 27 ans
Métier : Femme au Foyer (Officieusement Ecrivaine)
Pouvoirs : Conteur Ecouté - Thermorégulation
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau - Tendances Artistiques
Parait que c'est ici qu'on dit des trucs intelligents, mais je sais pas c'est quoi ça

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Ina MacNiven le Lun 18 Sep - 23:43

Bienvenue ici ! Charmante créature ! J'ai bien hâte d'en lire plus encore ! Tu fais signe si tu as des questions surtout ! Puis hum, amuse toi bien et fais comme chez toi ! Amuse toi bien !

_________________
 

lost poison
avatar
Marbh

Messages : 239
Points : 176
Aurore
Avatar : Aurora Aksnes
Crédit : Verveine. ( vava )
Multicompte : Robyn Hay
Pseudo : TroisQuartsLicorne

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : Apothicaire
Pouvoirs : Chanteur de Talent (PM) + Thermorégulation (PC)
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau + Tendance Artistiques

Think I can fly, think I can fly when I'm with U
My arms are wide, catching fire as the wind blows
I know that I'm rich enough for pride,
I see a billion dollars in your eyes
Even if we’re strangers til we die




Mes clients et amis sont :

[Liste de liens de Ina]


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Ailbeart Cumming le Mar 19 Sep - 17:11

Olalala, mais bienvenue par ici.
Je connaissais pas ton petit mec, mais il est très beau
avatar
Marbhanta

Messages : 37
Points : 38
Ta tête Par défaut
Avatar : Tom Webb
Crédit : youcandoitresources et jtyorked
Multicompte : ...
Pseudo : Reid

Taux d'abomination :
30 / 10030 / 100
Age : Vingt-quatre ans
Métier : Typographe et artiste peintre à ses heures perdues.
Pouvoirs : Beauté, charisme et apnée longue durée.
Inconvénients : Fort besoin affectif et goût du sang.

Feels like I'm falling
Far out of sight
Cold, drunk
Tired, lost


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Peter Ó Riven le Mar 19 Sep - 18:10

Je le connaissais pas non plus, mais sa tête de gentil allait bien avec l'idée détraquée que j'ai du personnage ^^
Apparemment c'est un model allemand
avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Aiden Nathraichean le Mer 20 Sep - 15:35

je plussoie tout tes choix !
hâte d'ailleurs de le découvrir en jeu ! <3
bienvenue parmi nous et bonne chance
pour l'écriture de ta fiche de présentation

_________________


avatar
Marbhanta

Messages : 26
Points : 10
sheep eater.
Avatar : matt smith.
Crédit : la p'tite mouette.
Multicompte : aucun.
Pseudo : la p'tite mouette.

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : trente ans.
Métier : éleveur de moutons.
Pouvoirs : insensibilité à la chaleur | agilité naturelle | dentition acérée | souffle paralysant.
Inconvénients : n'aime pas le son de la cornemuse | sujet à l'alcoolisme | pulsions cannibales | sang froid.

« i kill where i wish and none dare resist. i laid low the warriors of old and their like is not in the world today. then i was but young and tender. now i am old and strong, strong, strong. »


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Peter Ó Riven le Mer 20 Sep - 22:13

Sur conseil de Ina, j'ai réécris la fiche histoire en y intégrant des détailles sur comment Peter est devenu protecteur des enfants, mais aussi et surtout en y intégrant directement toute son histoire avec sa sœur.

Du coup on est passé d'une demi page à.... cinq pages XD

Bonne lecture à tous ceux qui auront l'envie de lire ce bon petit paver, et j'espère que Peter vous plaira toujours après ces quelques petites révélation sur... ses "farces" les plus glauques ^^

PS : je suis un peu fatiguée et quand je suis fatiguée je sème une poignée de fautes par phrase, donc n'hésitez pas à me faire remonter les plus gênantes ><
avatar
Faileas

Messages : 93
Points : 172

Avatar : TWAN HUIJBERS
Crédit : Camille
Multicompte : Pas pour le moment mais ça viendra
Pseudo : Camille

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : "Protecteur" des gosses des rues
Pouvoirs : MENSONGES IMPARABLE / CHARMER LES JEUNES
Inconvénients : LEURS BLAGUES VONT SOUVENT UN PEU TROP LOIN / S'INCRUSTE CHEZ LES GENS


Ne vous y méprenez pas : jouer, c'est quelque chose de sérieux...


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Ina MacNiven le Jeu 21 Sep - 1:57

Fàilte gu Dùn Èideann
Bienvenue

Peter Ó Riven

Tu vas bientôt pouvoir te jeter à corps perdu dans la ville d’Édimbourg. Cependant, nous avons encore besoin que tu t’affranchisses de deux trois formalités avant d’aller RP. Si tu es encore un peu perdu sur le forum, je t’invite à jeter un œil au guide du débutant. Tu y trouveras tout ce qu’il y a à savoir sur le forum pour un début réussi.

Pour ne pas tarder à te lier aux autres joueurs, ne tarde pas trop à aller poster ta fiche de liens ou encore ta fiche de RP pour garder une trace de tous tes écrits. N'hésite pas à venir faire ta demande de rang ou de lieu si tu en as besoin. Si un cycle s'apprête à commencer, n'hésite pas à jeter un œil aux rôles disponibles, voir à postuler par MP chez ton admin référent.

Ce qu'on a pensé de ta fiche

OMG ! J'ai bien fait de te demander d'ajouter quelques explications à ton histoire ! C'était palpitant à lire ! Il y a vraiment une partie de Peter qui est sombre, comme un Fir Darrig du côté sombre de la force ( lol ) mais il est à la fois aidant et généreux ! C'est une belle dualité que voilà, sans parler qu'elle est subtilement aussi mise en abime dans cette manière qu'il a maintenant, d'incarner sa jeune soeur décédée ! C'est siiii tordu ! Et j'aime la facette de cette race et la manière dont tu as choisi de l'exploiter avec ce personnage.

Allez, tu vas pouvoir enfin RP ! Amuse toi bien et n'hésites pas à poser des questions !    


_________________
 

lost poison
avatar
Marbh

Messages : 239
Points : 176
Aurore
Avatar : Aurora Aksnes
Crédit : Verveine. ( vava )
Multicompte : Robyn Hay
Pseudo : TroisQuartsLicorne

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 21
Métier : Apothicaire
Pouvoirs : Chanteur de Talent (PM) + Thermorégulation (PC)
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau + Tendance Artistiques

Think I can fly, think I can fly when I'm with U
My arms are wide, catching fire as the wind blows
I know that I'm rich enough for pride,
I see a billion dollars in your eyes
Even if we’re strangers til we die




Mes clients et amis sont :

[Liste de liens de Ina]


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter Ó Riven : Le monde est une farce trop cruelle pour se prendre au sérieux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum