AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • MembresMembres  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • I'm just a play date to you (Earnan & Sircey)

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    I'm just a play date to you (Earnan & Sircey)

    Message par Sircey Govannen le Ven 8 Sep - 18:18

    I'm just a play date
    to you

    Earnan & Sircey


    L'on avait souvent dit que la danse était un art, et qu'il avait pour vocation de sublimer les corps, qu'elle est l'expression même d'un don au demeurant divin. L'on avait souvent dit aussi que la danse était, de façon bien moins sage et courtoise, l’apanage dont se paraient les femmes aux mœurs peu délicates. Pour ce qui l'en concernait, Sircey n'avait pas franchement d'avis sur la question : pour elle, danser, c'était une activité au demeurant vitale, et qu'elle exerçait maintenant comme une part non négligeable de son métier. La jeune femme avait toujours considéré cet art comme quelque chose de relativement précieux pour elle ; si pendant un temps elle avait dansé pour Monsieur Govannen uniquement, ou pour son propre plaisir, elle était aujourd'hui bien plus satisfaite de sa position : si elle pouvait en plus se faire quelques piécettes sur une activité qui l'enchantait, alors elle ne pouvait décemment pas refuser.

    Comme tous les samedis soirs depuis bientôt une année, elle allait donner sa représentation habituelle dans la grande salle du cabaret. Ce n'était nullement quelque chose pour l'effrayer, bien au contraire : la jeune femme avait toujours une certaine assurance, comblant le moindre interstice de sa personnalité. Il semblait parfois que c'était seulement un apparat de choix, et non une véritable confiance qu'elle plaçait en ses capacités ; néanmoins, le résultat étant semblable, personne n'avait l'air de percer la supercherie. La jeune femme était donc assise à sa coiffeuse, fixant son reflet dans le miroir tout en tapotant un peu de poudre sur ses joues. Elle avait déjà cerné ses yeux de noir comme elle le faisait tous les jours, et elle finit par déposer une touche de rouge sur ses lèvres charnues. Sircey attacha sa longue chevelure en une coiffure tressée qui laissait retomber plusieurs boucles autour de son minois, avant de déposer quelques gouttes d'un capiteux parfum derrière ses oreilles et au creux de ses coudes.

    Elle se leva finalement, ajustant les derniers lacets de son corset et le tombé des draperies sur ses hanches, avant de passer le rideau de velours rouge quand elle entendit la musique débuter. Sircey se laissa alors porter par les instruments, dans une danse qu'elle avait beau connaître par cœur, et qui était pourtant unique à chaque représentation. Elle savait la volupté de ses courbes et l’œil masculin s'y accrochait beaucoup trop rapidement ; c'était tout à son avantage, et elle faisait son maximum pour en tirer profit. Il n'était pas rare qu'elle croise le regard d'un mâle avide pendant ces soirées, et généralement c'était avec ceux-là qu'elle finissait la nuit pour un supplément sur sa paie. Pour le coup, elle s'était prise au jeu avec beaucoup d'entrain, et tandis qu'elle se mouvait sous les voilures fluides et transparentes, la jeune femme scruta la salle à la recherche de celui qui soutiendrait le plus son regard.

    Elle ne tarda pas à le trouver, et étonnement, ce n'était ni celui qui était le plus au fond, ni celui qui était tout devant à avoir déjà trop bu. Sircey lui adressa un sourire, se mordant légèrement la lèvre inférieure comme pour le provoquer, et surtout pour attiser sa curiosité face à la danseuse qu'elle était. La jeune femme était loin d'avoir froid aux yeux, elle se laissa entrainer par la musique, son cœur d'artiste la menant sans plus qu'elle se pose de questions : c'était un peu comme si elle en avait besoin, comme si danser faisait partie de sa survie au même titre que boire ou dormir.

    Sircey se laissa à cœur joie dans sa prestation, recueillant sous ses danses aguicheuses les applaudissements des mâles qui l'observaient sans aucune gêne ; tout cela ne la dérangeait plus depuis des années, et même si Monsieur Govannen la guettait du fond de la pièce, elle ne perdait pas son temps pour le provoquer lui aussi. Quand finalement la prestation arriva à sa fin, la jeune femme lança un clin d’œil à sa nouvelle proie sur le dernier tableau de sa danse. Nul doute que le jeune homme ne se fasse prier, bien qu'il fut sans contrefaçon moins mature que les autres spectateurs, il avait l'air d'être un homme à femme, et ça lui plaisait drôlement.

    avatar
    Faileas

    Messages : 55
    Points : 45
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Jessica Parker Kennedy
    Crédit : Winter Soldier
    Multicompte : //
    Pseudo : Winter Soldier

    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : Vingt-sept ans.
    Métier : Prostituée, danseuse de cabaret et revendeuse d'informations.
    Pouvoirs : Charisme / Beauté naturelle / Danseuse de talent / Conteuse écoutée.
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau / Tendances artistiques.

    Délicate inattention.


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: I'm just a play date to you (Earnan & Sircey)

    Message par Earnan MacLeòd of Lewis le Mar 10 Oct - 14:06


    I'm just a play date to you
    Earnan ξ Sircey

    Il était un fait connu sur Skye qu'Earnan MacLeòd of Lewis avait autrefois éprouvé une admiration sans borne pour son grand frère, Sómhairl. Et c'était probablement ce qui restait de cette admiration qui l'avait poussé à ne pas râler quand son père l'avait envoyé le rejoindre. Mais quand bien même il l'aurait vraiment voulu, il ne pouvait pas resté dans les pattes de son aîné h24. Et puis, il y avait l'appel de la débauche, la grande ville sophistiquée à explorée. Le jeune homme n'avait finalement pas attendu très longtemps avant de fausser compagnie à son logeur...

    Il s'était mit en devoir d'explorer l'entièreté de la ville, de ses hautes sphères a ses bouges les plus infects ; et aujourd'hui ses pas le guidaient au sud du château d’Édimbourg. Probablement pas le meilleur coin pour se tenir a l'écart des ennuis, mais ce n'était pas comme si la chose n'avait jamais dérangé Earnan.

    Le poignard que son grand père lui avait offert avant son départ dans la botte, quelques shillings en poche, et une envie irrémédiable de faire la fête. Voilà qui promettait une nuit épique au MacLeòd qui pavoisait comme si la ville entière lui appartenait.

    Finalement attiré par la musique d'un cabaret, il se glissa à l'intérieur, un demi sourire au lèvre alors qu'il se délestait rapidement de quelques piécettes en échange d'un gin. Il ne lui fallut cependant pas longtemps avant que ses yeux ne se posent sur la sublime créature qui se déhanchait sur scène.

    Il était indéniable que la femme était belle, et ses formes pratiquement parfaite. Mais elle avait un je ne sais quoi en plus qui empêcha le caoineag de détourner le regard. Si c'était la musique, le corps de la belle qui en suivait les moindres inflexions comme si elle semblait possédée par la mélopée, ou simplement les regards qu'ils s'échangèrent à quelques reprises, il n’en savait rien, mais Earnan fut rapidement persuadé que la danseuse figurerait à son palmarès. Et rapidement.

    Le charmeur s’assura donc de rester dans le coin, trempant ses lèvres dans l’acool alors que ses yeux restaient rivés sur les courbes de la silhouette de rêve. Il profita du spectacle jusqu’au bout, un demi sourire qu’il savait charmant collé aux lèvres.

    Ses efforts furent récompensés lorsque, à la fin de la prestation de la danseuse, cette dernière lui décocha un clin d’oeil derrière lequel étaient probablement cachés milles promesses de débauches. Et comme un papillon de nuit attiré par une lanterne qui lui brûlerait les ailes, le MacLeòd se mit en route pour la rejoindre.

    En chemin, il termina son verre d’une traite et abandonna se dernier sur une table au hasard, ne tenant bien évidemment pas compte des invectivions de l’homme aviné qui y résidait déjà.

    Il ne fallut finalement pas très longtemps au jeune homme pour se retrouver en face de l’objet de ses désirs. Il lui décocha un sourire charmeur avant de se fendre d’une révérence probablement un peu trop complexe.

    « Qu’il est étonnant de croiser une fleur aussi fine et délicate en pareil lieu. Je suis Earnan MacLeòd of Lewis, permettez moi, je vous prie, de vous être agréable. »

    _________________

    UN VERTIGE PUIS LE SILENCE
    avatar
    Here it goes again

    Messages : 101
    Points : 29
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Hale Appleman
    Crédit : XynPapple
    Multicompte : Seaghdh Leamhnach
    Pseudo : XynPapple

    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 26 ans
    Métier : Assistant du représentant du clan MacLeòd
    Pouvoirs : Longévité accrue (1),  pleurs maudits (1), mutilation forcée (1), déprime d'autrui (1)
    Inconvénients : Tendance au spleen & photophobie




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum