AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • MembresMembres  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Bad surprise | Ft. Ùisdean MacKenzie

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Bad surprise | Ft. Ùisdean MacKenzie

    Message par Deirdre Fairbairn le Mar 5 Sep - 23:49



    Bad surprise
    Ce matin là, en arrivant à la bijouterie, je m'étais préparée à une de ces longues journées monotones, où les rares clients qui passaient le pas de la porte repartaient bien vite, où les caisses restaient désespérément vides. Je m'étais habituée à passer le temps en observant les passants. Il était toujours intéressant de constater les différences entre les personnages des différentes classes sociales. De leurs habits à leurs manières, tout prouvait qu'il existait un monde qui les séparait. Les uns règnent, les autres triment et ainsi allait la vie.
    Mais à mon grand étonnement, mon patron m'attendait pour me confier une tâche ; Me rendre à son logis pour récupérer une commande qu'il avait malencontreusement oublié.  Au vu du salaire qu'il me versait à la fin de chaque mois, je ne pouvais envisager de refuser. Qui plus est, nous n'avions pas moulte clients, je ne pouvais pas me permettre de nous en faire perdre un par flemmardise, par pur caprice. Les délais étaient importants et il nous fallait les respecter.
    Le choix que j'avais fait en proposant mon aide à Messire MacKenzie avait beau être totalement calculé, je prenais un minimum au sérieux mon travail, je ne voulais me faire de l'argent sale, sinon j'aurais choisi un travail moins glorifiant comme fille de joie.
    Une voleuse qui a des scrupules, allez vous me dire ? Et bien, oui. Je ne suis pas de ceux qui chapardent pour le plaisir de chaparder, je le faisais pas nécessité et si c'était à refaire, je n'hésiterais pas le moindre instant. La survie d'une famille est de loin plus importante que quelques schillings dérobés dans la poche de messieurs bien nés.

    Je me mis donc en route vers la maison de la chèvre fringante, demeure de mon employeur. J'espérais au fond, en plus d'arranger les affaires du commerce en.faillite, trouver une piste plus conséquente qui prouverait un lien de parenté entre mon géniteur et le gérant de la bijouterie. Quelque chose de plus gros qu'un nom de famille partagé. Un indice qui me mettrait sur la piste de l'homme qui nous avait abandonné, ma mère et moi.
    Je ne gardais pas de souvenirs clairs de son visage, mais j'étais sûre que je le rencontrais, je le saurais, je le reconnaîtrais. Une éventuelle rencontre avec lui m'emplissait de sentiments contradictoires. Envie, peur, dégoût, excitation... Je voulais tout à la fois connaître le chevalier que le salaud que ma mère avait tant de fois dépeint. Je voulais lui demander des explications.
    Bien des seigneurs vivaient à notre époque en reconnaissant leur bâtard, pourquoi pas lui ? Pourquoi nous avoir obligées, maman et moi, à vivre dans la précarité ?

    Je soupirais en me débarrassant de ce genre de pensées tandis qu'une odeur me montait aux narines. Celle du sang. Elle chataouilla mes sens, comme si elle m'appelait. Je dus m'enfoncer les ongles profondément dans la paume de la main pour m'empecher de me détourner de mon principal objectif. Récupérer la commande. Je finis le trajet en étant obnubilé par ce liquide rouge. J'avais besoin d'en voir. J'en étais devenue fébrile, je jettais des regards autour de moi, comme si mon regard allait tomber sur une flaque de sang. Comme si c'était courant.
    Je dûs m'arrêter devant l'entrée de la demeure du MacKenzie pour me calmer et ne pas me présenter dans un tel état. Comment pourrais-je savoir sur qui j'allais tombée ? Des domestiques ? De toute façon, que de personnes qui ne devaient en aucun cas connaître mon hybridation.

    Quand je fus dans un état à peu près stable, je frappais au battant de la porte deux fois avant de me tenir aussi droite qu'un I. Il devait émaner de moi un professionnalisme complet. Personne ne devait se douter que je comptais laisser se balader mes yeux et mes oreilles. Un homme vint m'ouvrir et je ne pus m'empêcher de le devisager longuement.
    Connaissez-vous ce sentiment ? Celui d'avoir l'impression d'avoir déjà rencontré la personne sans qu'elle ne vous dise quelque chose ? Que vous pensez qu'elle ressemble à quelqu'un que vous côtoyez mais vous ne savez pas qui. C'est exactement ce sentiment qui s'empara de moins.
    Me rendant compte que j'en devenais complètement incorrecte et que je manquais à toute les convenances, je baissais les yeux de manière précipitée. J'étais une fille de la classe moyenne, cet homme dégageait cet aura qui vous affirmait qu'il était noble.

    -Messire, je me nomme Deidre Fairbairn, Messire Àdhamh MacKenzie m'envoie récupérer une commande.
    Codage par Libella sur Graphiorum
    avatar
    Can i have a cookie, please ?

    Messages : 21
    Points : 50
    Je sais pas trop :x
    Avatar : Freya Tingley
    Crédit : NyxBanana la magnifique ❤
    Multicompte : /
    Pseudo : Yas - Hermine

    Taux d'abomination :
    50 / 10050 / 100
    Age : 18 ans
    Métier : Vendeuse dans une bijouterie
    Pouvoirs : Empoisonnement (3 pts), fin limier (1 pts), charisme (1 pts)
    Inconvénients : Goût du sang, appel de la mer, fort besoin affectif
    I am a bastarde, i will die a bastarde, but i'll make them suffer first.

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Bad surprise | Ft. Ùisdean MacKenzie

    Message par Ùisdean MacKenzie le Mer 6 Sep - 12:38


    Bad Surprise
    Deirdre ξ Ùisdean

    La tasse en main, je grimace sous le gout infâme de la tisane qui se déploie dans ma bouche. Il y a sérieusement moyen que Boyd m’ai prescrit ça juste pour me punir d’avoir joué les idiots. Il faut bien dire les choses, rétrospectivement, descendre la façade en plein orage n’était pas vraiment la meilleure idée du monde… Mais ça avait été plus fort que moi. Je suis incapable de voir Sómhairl en peine sans essayer de faire quelque chose pour l’aider. C’est plus fort que moi. Résultat des courses, je me traine cette foutue atèle. Je sais que mon médecin m’a demandé de rester alité, au repos, pendant au moins deux semaines. Deux semaines de salaire perdues… Une chance que Siomon me paye pour surveiller Tristan. Tristan qui m’a généreusement offert de prendre son lit pour ne pas avoir à monter et descendre les escaliers jusqu’à mon étage. Et cet idiot m’avait fait la proposition devant un Boyd qui n’avait pu qu’approuver l’idée. J’avais donc accepté à contre cœur, me disant que ça ne serait que l’affaire de quelques jours, le temps de pouvoir à nouveau regagner ma propre chambre, voir celle de mon amant… Plus probablement celle de mon amant. En attendant, je suis coincé ici, à boire les tisanes infâmes qui m’ont été prescrites. Je ne m’y ferais sans doute pas. M’appuyant sur ma béquille de fortune, je claudique jusqu’à un petit buffet où je sais que Tristan range son whisky. J’y récupère une bouteille et déverse un peu du whisky dans la tasse brulante. Ca a au moins le mérite de rendre le truc buvable et de me faire oublier que je vais devoir utiliser l’argent de mon héritage pour payer ces deux semaines de loyer sans travail. Appuyé contre le meuble, je profite du silence que la journée jette sur la maison entière, tout le monde étant occupé à vaquer à ses occupations à droite et à gauche. Au moins, j’ai réussi à convaincre Sómhairl et Tristan que je n’avais pas besoin que l’on reste à mon chevet pour ce genre de blessure idiote. Toute à ma grogne et à mon introspection, c’est là que je suis dérangé par les coups donnés au battant de la porte. L’avantage, quand on vit au rez-de-chaussée, c’est qu’on ne rate visiblement aucun visiteur… Du moins, il ne faut pas compter uniquement sur Al’ pour nous faire savoir quand quelqu’un est présent à la porte. Trop heureux d’avoir potentiellement quelqu’un à qui parler, le besoin d’attention commençant à nouveau à grimper en moi, je vide ma tasse d’une traite, grimaçant sous le gout étrange de la médecine mélangée au whisky. Je récupère ma béquille et j’entreprends de rejoindre le couloir du hall d’entrée. Là, j’y croise ce bon vieux Al’. Je le congédie d’un signe de la main. « Merci Al’, je m’en occupe. »

    Le vieil homme disparait au milieu des objets entassés çà et là, véritable institution dans cette maisonnée appartenant à Sómhairl. J’ai à plusieurs reprises tenté de mettre un peu d’ordre dans cette demeure mais la tâche semble bien trop laborieuse, mon amant semant toujours le chaos derrière moi avec une obsessivité qui force le respect. J’ai juste réussit à empêcher l’extension du fourbi dans ma chambre, bien qu’il y soit souvent. J’ouvre la porte du couloir étroit, laissant apparaitre une jeune femme dont la tenue laisse sous-entendre un milieu social pas très joyeux. Encore l’une des sans-abris d’Àdhamh ? Je vais finir par me demander sérieusement pourquoi il les prend aussi jeunes… Déjà que j’ai vu plusieurs fois une petite brune d’un milieu social plus ou moins comparable se faufiler à son étage à plusieurs reprises… Peut-être devrais-je en toucher quelques mots à mon frère ? En silence, j’attends qu’elle s’annonce, mais elle semble comme figée dans le temps, me dévisageant d’une manière peu polie qui ne me met pas forcément de bonne humeur. Puis, un déclic semble avoir lieu. Elle s’anime à nouveau, baisse les yeux et je crois voir ses joues rougir un peu. « Messire, je me nomme Deidre Fairbairn, Messire Àdhamh MacKenzie m'envoie récupérer une commande. » Je soupire lourdement. Je ne savais pas que mon frère avait pris une employée. D’un autre côté, je préfère savoir qu’il envoie des jeunes femmes venir chercher son matériel plutôt que lui-même faire le trajet à plusieurs reprises. Les rues de la ville ne sont pas très sures et je préfère savoir une inconnue se baladant avant des bijoux bien trop chers que pour ne pas être source d’intérêt que mon semi-aveugle de frère. Je détaille la jeune femme de haut en bas, jugeant des potentiels risque à la laisser rentrer chez nous. Je n’ai aucune preuve qu’elle travaille bel et bien pour Àdhamh. Et si elle décide de me battre à la course, je ne pourrais pas y faire grand-chose compte tenu de l’état de ma jambe. Cependant, je reste un garde du château, un ancien combattant et mon amant est avocat. Je n’ai aucun doute sur le fait que s’il s’agit ici d’une entourloupe, cela finira invariablement par être payé. Je me recule donc finalement d’un pas, laissant entrer la jeune femme pas bien épaisse. « Rentre, gamine. Tu vas choper la mort avec la bruine qu’il y a dehors. Àdhamh ne m’avait pas dit qu’il avait une employée… » Je me détourne, m’appuyant lourdement sur ma béquille pour soulager au possible ma jambe blessée. C’est donc ainsi que je commence ma lente ascension vers les escaliers et donc, le deuxième étage. Peut-être pourrais-je utiliser cette excuse pour finir la journée dans les draps de Sómhairl ? « Tu travailles pour mon frère depuis longtemps, gamine ? »

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 327
    Points : 221
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
    Pseudo : NyxBanana

    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre - Àdhamh - Ælpein


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Bad surprise | Ft. Ùisdean MacKenzie

    Message par Deirdre Fairbairn le Ven 8 Sep - 2:02



    Bad surprise
    Je ne réussissais pas à m'empêcher de l'observer à la dérobée. J'avais ce désagréable sentiment de déjà vu, cette impression que quelque chose m'échappait. Où avais-je déjà vu ce visage, entendu cette voix ? J'avais l'impression que je l'avais sur le bout de la langue. C'était incroyablement frustrant d'avoir la sensation de connaître la réponse à la question qui nous turlupine, mais de ne pas y avoir accès. Comme si une brume épaisse constituait un mur m'empêchant de mettre la main dessus dans les tréfonds de mon subconscient.
    Entrant dans la demeure qui abritait mon patron, et vraisemblablement le reste de sa famille, je laissais mes yeux vagabonder, ayant toujours mon objectif en tête.
    Je suivais machinalement l'homme qui m'avait ouvert, me félicitant d'avoir un minimum de second sens. Il s'agissait bel et bien d'un homme de bon rang, et je lui devais par conséquent bien du respect. C'était une notion que j'avais toujours eu du mal à assimiler. Pourquoi le respect irait dans un seul sens ? Pourquoi des titres, des terres, un nom, peut-il encrotoyer un pouvoir ?
    C'est le système, c'est ainsi que va notre monde, me disait ma mère. Et je l'acceptais. Je n'avais aucun mal avec ma condition, je ne revendiquais rien. Je n'étais rien dans l'échelle sociale, juste une bâtarde non reconnue et je ne m'en portais pas si mal. Je me posais juste régulièrement des questions sur le bon fondement de cette hiérarchie.
    La question qui franchit les lèvres de mon interlocuteur me rappela à l'ordre. Je ne devais pas laisser s'égarer ainsi mes pensées alors que j'ai des choses bigrement plus importantes à accomplir.

    «Je ne travaille que depuis peu avec votre frère, Messire.»

    Une boutique en faillite n'était pas la meilleure offre sur le marché, et j'aurais pu me proposer pour bien des travails moins instables, mais le nom de leur famille m'avait attiré. Tel un aimant. MacKenzie. Le nom qui hantait mes souvenirs depuis une décennie. Je touchais du but, et si je pouvais en plus y gagner un salaire qui me suffisait à joindre les deux bouts, je ne m'en plaindrais point.

    «Je me suis proposée pour l'aider, Messire... Comment puis-je vous appeler, Messire ?»

    Je laissais glisser la question négligemment, espérant que son prénom me rappelerait où je l'avais vu. Sûrement qu'il avait dû nous rendre visite à la boutique et que je n'avais fait que l'apercevoir. C'était de loin la théorie la plus logique, vraisemblable et cohérente.
    Tout en montant avec un sourire, je lançais des éloges à Àdhamh. Les hommes aimaient être complimenter à tort et à travers, il fallait savoir l'utiliser.

    «Un bien généreux homme qu'est votre frère, Messire.»

    J'eus mal à sa place à force de boiter douloureusement à chaque marche. Ils n'avaient donc pas des domestiques ? Des personnes payées pour escorter leurs invités ? Ou alors, il préférait vieillir de ses propres que je ne dérobais rien qui appartenait à leur charmante famille. Comme si j'avais envie d'en garder un souvenir.

    «Je ne veux point paraître irrespectueuse mais ne pensez-vous pas que m'indiquer le chemin ne serait moins fatiguant pour vous ?»

       
    Codage par Libella sur Graphiorum
    avatar
    Can i have a cookie, please ?

    Messages : 21
    Points : 50
    Je sais pas trop :x
    Avatar : Freya Tingley
    Crédit : NyxBanana la magnifique ❤
    Multicompte : /
    Pseudo : Yas - Hermine

    Taux d'abomination :
    50 / 10050 / 100
    Age : 18 ans
    Métier : Vendeuse dans une bijouterie
    Pouvoirs : Empoisonnement (3 pts), fin limier (1 pts), charisme (1 pts)
    Inconvénients : Goût du sang, appel de la mer, fort besoin affectif
    I am a bastarde, i will die a bastarde, but i'll make them suffer first.

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Bad surprise | Ft. Ùisdean MacKenzie

    Message par Ùisdean MacKenzie le Mar 12 Sep - 16:49


    Bad Surprise
    Deirdre ξ Ùisdean

    « Je ne travaille que depuis peu avec votre frère, Messire. Je me suis proposée pour l'aider, Messire... Comment puis-je vous appeler, Messire ? Un bien généreux homme qu'est votre frère, Messire. » J’avale les marches comme je peux, grondant de douleur çà et là. Je pourrais laisser le domestique s’occuper d’elle, la guider et lui montrer le chemin, mais je tourne tellement en rond ici qu’un peu de compagnie ne se refuse pas. Et surtout, un peu d’activité. Je n’en peux déjà plus de passer mes journées alités et je compte bien tenir la jambe de cette jeune femme le plus longtemps possible pour peu que cela divertisse un peu ma journée. Désolé Àdhamh, ton employé risque d’avoir un peu de retard par ma faute. Au plus je monte les marches, au plus cela semble douloureux. Je m’arrête sur le palier du premier étage pour me laisser un peu de repos. Mon regard coulisse vers le couloir bien malgré moi. Si proche de la chambre de mon amant et en même temps si loin… Je soupire lourdement. « Je ne veux point paraître irrespectueuse mais ne pensez-vous pas que m'indiquer le chemin ne serait moins fatiguant pour vous ? » « Cela dépends de ce que tu appelles de la fatigue, gamine. »  Levant ma béquille, je pointe le couloir étroit que forment les escaliers montant au deuxième étage. « Mon corps se remettra de ce genre de fatigue mais je doute que mon esprit survive à un tel alitement si je ne bouge pas un peu par moi-même. Tu apprendras bien vite qu’il est des hommes qui ont besoin de bouger pour se sentir vivant. » Sur ces mots, j’entame péniblement la montée de la seconde volée d’escalier. Cela semble si facile de les monter quand on est en pleine santé. Cela me rappelle ces jours au castel où je suis resté alité, bercé par le délire de la fièvre et du chagrin, me remettant lentement mais surement de mes blessures de guerre, devant réapprendre jusqu’à marcher. « Au fait, je me nomme Ùisdean MacKenzie, gamine. » J’essaye au possible de ne pas prononcer mon nom de famille en cette demeure, le souvenir de cette soirée où nous nous sommes montrés nos tartans, Sómhairl et moi, étant encore bien trop ancré dans ma mémoire. La haine qui a brillé dans ses yeux laisse encore une perle de frisson couler le long de mon dos. Quel terrible poids que celui que nous devons porter tous les deux. En plus de cette passion dévorante qui nous anime, qui nous pousse au péché de la sodomie, il y a l’honneur de nos clans que nous bafouons à chaque étreinte, à chaque baiser, à chaque sourire. Révéler l’un serait révéler l’autre. Et je n’ose imaginer la douleur avec laquelle serait accueillie pareille nouvelle, ni de quelle violence sera notre exécution. « Fais attention, les marches ne sont pas toujours bien vaillantes quand il s’agit de monter au deuxième étage. » Mon escalade se fait plus lente, plus mesurée. Pour finalement arriver à l’étage habité par Àdhamh et Earnan. Je vais directement jusqu’à la porte de la chambre de mon frère, ouvrant la porte directement. « Deirdre, c’est ça ton prénom, gamine ? Je n’y connais rien en pierreries mais je sais que les pierres et bijoux sur lesquels Àdhamh travaille sont sur son bureau, juste à gauche. » Je pointe du doigt le petit bureau dont la surface est remplit de pierre à tailler, en cours de travaux, de matériel que je serais bien incapable de nommer ainsi que d’une belle couche de cire, témoin silencieux des nuits de travail passionné que peut passer mon frère à cette table.

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 327
    Points : 221
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
    Pseudo : NyxBanana

    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre - Àdhamh - Ælpein


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Bad surprise | Ft. Ùisdean MacKenzie

    Message par Deirdre Fairbairn le Dim 5 Nov - 23:03



    Bad surprise
    Je continuais d'avaler les marches, l'homme boitant sur mes talons. Je me callais sur sa vitesse en l'écoutant. Je pouvais comprendre qu'il soit difficile de rester passif. Le sentiment d'inutilité qui pouvait s'emparer de nous était détestable. Je pense que je faisais aussi partie de ces personnes qui n'arrivent pas à laisser la vie se dérouler sous leurs yeux sans y participer. Quelque part, ma condition de batarde me rejouissait pour m'avoir éviter la vie des Lady, obligées qu'elles de vivre selon un protocole, de ne pas se salir les mains. J'en frissonnais presque rien qu'à l'idée de la misérable existence qu'elles pouvaient vivre.
    Enfin, misérable c'était vite dit. Ce n'était que mon point de vue éloigné de la cour des grands. Je ne savais rien de comment ils vivaient réellement, je me contentais de spéculations nourries de rumeurs et de ragots. Basées sur des "on dit que".

    «Croyez bien que je vous comprends, Messire. Il est bien normal de ne pas supporter l'immobilité. Quelle morne vie que celle de ceux qui n'ont rien à faire.»

    Je m'offrais le luxe d'observer autour de moi, laissant mes yeux vagabonder d'un pan de mur à un autre, écoutant distraitement mon interlocuteur. Je me demandais brièvement combien devait coûter une telle demeure.

     « Au fait, je me nomme Ùisdean MacKenzie, gamine. » 

    Je me tourne vers lui à une vitesse fulgurante, manquant une marche au passage. Je me rattarapais de justesse à la rampe, reprenant mon ascension le plus naturellement possible. Mes ongles martyrisant la paume de ma main pour m'empêcher de réagir. Ùisdean. Ùisdean MacKenzie. Mon père.
    Non, rectifiais-je mentalement, mon géniteur. Cet homme n'avait jamai rien fait pour mériter le titre de père. Il avait même fait tout le contraire, pouvait-on dire.

    «Excusez ma maladresse, formulais-je difficilement, une boule nouant ma gorge, j'ai raté une marche.»

    J'avais tant cherché cet homme qu'à présent... que je n'arrivais à présent pas à croire qu'il était là, juste derrière moi. Mon coeur cognait fort dans ma poitrine et je sentais mes yeux me piquer.
    Je ne devais pas craquer. Je ne devais pas craquer.
    Dire qu'il me faisait la discussion, comme si j'étais n'importe quelle étrangère qui m'était aventurée ici sur demande de son frère. Après tout, c'était ce que j'étais pour lui. Une étrangère. Une inconnue qui partageait son sang. Un nom qui entachait le souvenir de sa femme. Se souvenait-il seulement de la gamine que j'étais quand je me suis présentée à sa porte, toute excitée de le rencontrer ? Se souvenait-il seulement de mon existence ? Ou avait-il décidé de me rayer de sa mémoire ? Prétendre que je n'existe même pas était sûrement plus facile ?
    Regrettait-il seulement de m'avoir rejeté comme il l'avait fait ? Ou s'en fichait-il royalement ? Bien né comme il l'était, pourquoi se prendrait-il la tête en pensant à une batarde qu'il n'a vu que quelques secondes ?

    Alors qu'on atteignait enfin l'étage où vivait mon employeur, toute curiosité m'avait quitté. J'étais passée en mode automate. Je ne voulais pas me laisser submerger par mes émotions, et pour ça, je déconnectais complètement ces dernières. Plus rien. Il ne fallait pas que j'y réfléchisse.
    J'avais attendu trop longtemps pour réagir ainsi, au quart de tour. Si ça se trouve, il me foutrait à la porte si j'osais pipper mot à propos de notre parenté dont il ignore tout. Je perdrais aussi sûrement mon travail.
    Non définitivement, je ne pouvais pas choisir la confrontation directe.
    J'étais comme... éteinte à cet instant. Je n'étais pas prête, telle était la réalité. Je n'étais pas prête à me heurter à un second rejet. J'avais beau en vouloir cruellement à cet homme, il restait en moi cette partie, celle de l'enfant désireuse d'en savoir plus sur cette figure paternelle tant idéaliser.

    «Je pense que je devrais me retrouver, Messire.»

    Je profitais de l'occasion pour mettre un maximum de distance entre moi et mon géniteur. Je n'arrivais pas à me concentrer, ni à me souvenir de la commande que je devais récupérer. Toutes les pierres se ressemblaient à mes yeux à cet instant. Inspirant profondément, je tentais de me ressaisir. Réfléchis, Deirdre. Réfléchis.

    «Messire, puis-je me permettre de vous demander quel travail occupiez-vous avant votre convalescence ? C'est une mésaventure à cause de ce même travail que vous êtes dans cet état ?»

    Je gagnais du temps en le questionnant. Mes méninges étaient elles toutes concentrées sur ma tâche, savoir ce que je devais prendre de ce que je devais laisser, tout en tentant d'ignorer mes sentiments et mon instinct qui me poussait à lui poser les milles questions qui me torturaient l'âme et l'esprit.
    Je savais que j'allais trop loin. Qu'en temps normal, je ne me serais jamais permis d'être aussi intrusive. Mais je n'avais d'autres choix que de le faire parler pendant que je tentais de retrouver le nom de la pierre qui était sur le bout de ma langue.

       
    Codage par Libella sur Graphiorum
    avatar
    Can i have a cookie, please ?

    Messages : 21
    Points : 50
    Je sais pas trop :x
    Avatar : Freya Tingley
    Crédit : NyxBanana la magnifique ❤
    Multicompte : /
    Pseudo : Yas - Hermine

    Taux d'abomination :
    50 / 10050 / 100
    Age : 18 ans
    Métier : Vendeuse dans une bijouterie
    Pouvoirs : Empoisonnement (3 pts), fin limier (1 pts), charisme (1 pts)
    Inconvénients : Goût du sang, appel de la mer, fort besoin affectif
    I am a bastarde, i will die a bastarde, but i'll make them suffer first.

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Bad surprise | Ft. Ùisdean MacKenzie

    Message par Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum