Été 1761, Édimbourg, Écosse. Les vagues frappaient contre la rive en un bruit constant et répétitif, comme une douce berceuse chantée par la mer du nord, une caresse légère sur votre front, un tendre baiser rassurant de la nature. Tout indiquait un matin normal sur les quais du port de Leith, si ce n’étaient les corps inertes qui flottaient comme des billots de bois mou abandonnés. Six corps. [...] Lire plus.

Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ælpein Hamilton le Lun 4 Sep - 4:29

Fiche de présentation
Tá fáilte romhat
Ælpein
Dàilghileach
“ How fair art thou, my bonnie lass,
So deep in love am I;
And I will love thee still, my dear,
Till all the seas gang dry.”
About me
details & shit
Âge Fourbe estoc sous la gargue de sa fougue militaire, la vieillesse — à ses humbles yeux — lui impose de maudire ses 39 ans et d'y lire une retraite obligée entre quatre murs, à courber le dos pour de belles dorures témoignant de ses conquêtes et grattement de papiers visant la condamnation espérée d'un assaillant à ce beau pays qu'il ne protégera plus par la vivacité de ses muscles, à son grand malheur.
Nationalité Gagiste des monarques. Élément de la couronne. Il aura déjà saigné et hurlé pour elle, pour sa beauté et la souveraineté qui berce son cœur. La fierté l'enivre et il se pavane sous le galbe de cette identité ; être Britannique, être Écossais allié des faciès royaux, ceux-là même dont les silhouettes ont été approchées de très près par plus d'une fois, cadeau de cette naissance aisée et de ces rixes remportées. À son regard, l'unification des deux contrées fut la meilleure finalité et heureuse alliance pour ce pays.
Origine Anglo-écossais, il se compte dans l'arbre de ces nobles d'Écosse et d'Angleterre, d'ingénieux mélanges qui ont tous pour source les Highlands et le nom de Douglas, désormais Hamilton par le fruit d'énièmes terres offertes. Matriarche éteinte trop tôt, cette dernière, pur produit d'Écosse, avait regardé avec tendresse ce mari qui, défait dans sa jeunesse de ses origines d'Alba, s'était plié avec travail pour offrir à ses enfants les savoirs de ces contrées dont coulait les origines dans ses propres veines. À l'apothéose de cette qualité de noblesse et militaire dans l'héritage familial, le paternel fut celui qui galvanisa ce tout nouveau patronyme par la belle couleur des triomphes et il revient dès lors à ses enfants d'assurer la continuité de cette prestance de leurs origines.
statut civil Elles ne se sont jamais arrêtées de trépasser, les femmes qu'il a voulu comme épousées. Un cadeau maudit d'une personne qu'il chérit, le célibataire le sait bien. Et l'espoir s'est toujours fait ancre de sa bonne humeur, qu'importe le nombre de tombes fleuries ou les règlements de compte avec ces maris violents lui ayant arrachés des mémoires heureuses.
orientation Le capitaine est triste. Parce que le capitaine peut autant aimer des sirènes que d'autres capitaines. Les frissons assaillent son derme aux regards aussi profonds qu'un lagon, ses lippes s'assèchent de désir devant un sourire aussi vrai que les flots sont dangers et il se glisse dans ses esgourdes une douce chaleur aux rires qui l'enveloppent avec tendresse. Quelque soi le genre. Lui qui aimerait se faire aveugle à ses propres penchants, il est incapable de garder ses œillades sous écoutilles et se lamente en silence de cette bisexualité, intérêt immoral à laquelle il se sait pourtant proche de céder et de lui souffler des souhaits de se damner aux yeux de Dieu à deux.
métier Homme de mer. Derme salé. La sculpture du crin tiraillés par le vent, les battants de sa veste claquant sa silhouette marquée par les abordages. Il a la passion de la navigation, la rage du soldat et le respect des hommes de rang. Et le voilà Capitaine de la Royal Navy à quai. Il lui manque, son bel HMS Namur, navire mouillant au port de York depuis déjà deux saisons, au grand dam de son équipage et de son état-major, les premiers dispersés sur d'autres villages flottants, les derniers à plier éclanches de cette même désolation éprouvée par le Capitaine. Refourgué au siège du Gouverneur du Château d'Edinburgh, on lui dit là que c'est un honneur, que ses aïeuls ayant occupés le poste se pâmeraient de fierté. Mais elles lui manquent ces houles cognant contre le bois majestueux de ces vaisseaux prodigieux. Il s'est donc laissé convaincre et a endossé le rôle, songeur malgré tout, désireux d'être méritant de ces fraîches obligations qu'on lui impute, se sentant étranger à des troupes qui ne lèvent aucune voile. Mais elles se meurent et dépérissent peu à peu, ses espérances de commander à nouveau un jour les âmes du HMS qu'il aimait tant glorifier.
finances 2nd Earl d'Orkney. Voilà tout ce qui est suffisant de répondre à telle question. L'earldom n'est peut-être dans la famille Hamilton que depuis son père, autrefois l'îlot comme repère de Jacobites, mais le Lord comptait déjà d'autres trésors et titres, bon ami de la cour, militaire au rang de Maréchal de la British Army, héro de guerre et homme aux nombreux titres dont il a tenté de donner le goût à son fils. Une telle richesse n'est cependant qu'effroi pour Ælpein qui y a fermé les yeux jusqu'à l'échéance et trépas du paternel, ignorance du comment entretenir pareil patrimoine. La charge revient donc à sa sœur cadette, l'esprit des comptes ayant taillé sa silhouette avec raffinement contrairement au marin qui n'éprouve aucune once d'attirance pour l'univers du luxe, s'en parant malgré tout au nom de son statut, de son rang militaire et quelques usurpations d'identité les jours d'ennui ou la festivités de certaines soirées mondaines dans lesquelles il se glisse avec avidité pour les palabres.
race Ils sont ancrés depuis un moment dans le lignage, les Ceasgs. Et les fiançailles n'étaient pas défectueuses aux gênes par une quelconque obligation, non. Ils se sont tous sincèrement aimés, ces hommes et ces femmes se ruinant d'affection l'un pour l'autre. Un cocon d'amour déchirant, jamais suffisant, jamais exprimé avec la justesse qu'on lui ressent. Mais ils se sont aimés, ils se sont gardés. Et si le hasard a voulu qu'ils se trouvent, l'héritier sait aussi qu'aucun ancêtre ne se retournera dans sa tombe en le découvrant au bras d'une Fir Darrig, la connaissance des maux du cœur retirant toute rancœur et racisme dont ils font pourtant régulièrement preuve.
Alignement La fougue passionnelle pour la bonté et l'affection maladive pour le plus pervers des narcissiques, il se trouve à n'avoir aucune limite pour faire nâitre quelques sourires sur le visage de la personne choyée, et là n'a aucune importance si le trépas d'un quidam doit survenir pour y parvenir. Chaotique Bon, ce résultat n'en est imputé qu'au refus des autres de l'aimer comme eux les aime et l'ennui qui accompagne l'homme toujours en demande d'activités pour occuper sa belle tristesse.
Abomination Désespoir tu et peine de ce qui lui est anicroche de naissance, c'est dans la nonantaine de pourcent qu'il pioche sa monstruosité. Et pareille fatuité était lourde à porter dans ses jeunes années, le désir fou de n'être rien d'autre qu'un être simple faisant battre ses décisions. La sagesse du temps l'a emporté et la raison a désormais calmé sa rancœur, mais se comprendre monstre reste une affliction éreintante.
Pouvoirs À toutes ces heures d'honteuses baignades, à ces noyades renversées en jeux et défi amusé des poumons, l'apnée longue durée est le seul véritable bonheur de l'homme qu'il peut puiser dans le faste de sa monstruosité. La gargue recèle aussi un chant hypnotique, et il aime à tracer la piste de l'envoûtement, du coton de l'esprit, un dévouement offert à la délicatesse d'une mélodie tantôt plaintive, tantôt trempée de la joie d'un port de marins. Si l'obtention de faveurs se trouve être exercice aisé, habituel, aux teintes de rancoeur de ne pouvoir obtenir la joie par la sincérité et vérité, le charme pour une agonie sera quant à lui son affliction — ou joie, selon si un sourire l'attend au bout du chemin. Et, folie de sa raison, désir de comprendre et accompagner la fascination pour la perte de sa propre vie, il s'est dépossédé de son âme pour la cloîtrer dans une bague, fétiche en gage d'amitié au-delà du raisonnable pour un enfoiré de première classe.
Inconvénients Il l'éreinte, ce fort besoin affectif. Il n'arrivera jamais à bien y faire face, il le sait. Chaque nerf vibrant sous cette discorde, son pouls s'accélérant sous la tension, il en tremble et geint avec maigre retenue de ces élans de solitude maladifs. Si absence d'un quelconque domestique à étreindre et cajoler, si nul marin trop enivré pour percevoir son rapprochement et crâne glissé dans le creux chaud d'un cou, alors quelques piécettes tombe dans la paume d'une catin, rien que pour la conversation, jamais pour le plaisir des chairs. Il ne survivrait pas à tomber sous le charme — à nouveau — d'une fille de joie ou courtisane. Il lui arrivait même de profiter d'un naufrage pour recueillir contre lui les corps des malheureux paniqués afin d'assouvir ce besoin. Naufrages majoritairement causés par sa propre personne, provoquant des désastres nautiques depuis son plus jeune âge. Étrange choix que de devenir marin dans pareil cas, diriez-vous. La fascination du hasard probablement, pour mieux s'aveugler de l'injustice. Ou bien le fait qu'il lui est impossible de résister à l'appel de la mer, d'abord pour la beauté de ses flots mais surtout pour ce derme sensible, craquelé, asséché et dépérissant si oubliant le piquant du sel et les épais remous des vagues. Syndactyle, la seule contrainte à ces baignades reste la prévoyance, la discrétion, honteuse formation étrange de ses pieds qu'il n'a cependant jamais vu comme hideux ou inusités, juste conscient qu'il n'était pas de bon goût de l'exposer à tous, surtout s'il préfère se préserver des rixes qui lui feront payer son origine monstrueuse, les Ceasgs étant indésirables sur les navires. Bien que quelques échauffourées des poings ne seraient pas pour lui déplaire, si quelques perles carmins pouvaient s'en glisser son gout du sang n'en serait que reconnaissant, toujours avide d'y laisser glisser sa langue pour en récolter le fer enivrant et se délecter de cette intimité avalée, enrobée d'une affection fauchée dans le carmin de ses lippes.
Caractère
L'adoration du sourire bienheureux offert par le chaos dont il faut se prétendre innocent. Voilà ce qu'est Ælpein. Un tumulte de passion éprouvée pour bien des malheureux qui ont harponnés son intérêt. Esprit du stratège, adorateur des cartes à abattre dans la fougue de l'instant, le militaire aime à faire plier les esprits dans son sens. Et la justification, niaise, est celle que c'est ainsi qu'il pourra aider et protéger ceux à qui il tient de manière juste. Qu'importe si ce n'était pas là les tactiques préférées de ses compagnons de réflexion et au diable les statistiques ; pour le désir d'un homme il a déjà brûlé plus d'un navire. Tant habile à souffler conseil — se parant d’innocence bien fausse — qu'exécuteur volontaire, il a l'oblativité offerte aux motifs cachés. Toujours pour un sourire. Toujours pour s'acoquiner d'un nouveau faciès dont la perte le plongera dans la tristesse et rancune de ce temps dépensé pour rien. Il aimerait s'imposer une distance qui serait ancrée au naturel et chérie, lui permettant de savourer les autres jouissances de la vie sans avoir l'avidité maladive de les partager avec autrui pour en ressentir leur majestusosité, mais le Capitaine n'y parvient pas.
Les limites sociales sont concept inconnu, et Ælpein a le don de la présence imposée par curiosité et désir des palabres qui n'ont d'importance que celle d'être dites, de câliner ses esgourdes friandes de présence humaine, de vies partagées. Se plonger dans les méandres d'une compagnie dont il aborde un sourire discret bien que vivace. Mais le Capitaine est un refusé. Interdit d'amour réciproque. Revêche affection au sens unique, c'est dans la rancune qu'il puisse son énergie, la fourberie de ses pantalonnades pour obtenir par la force, la noyade et les mélodies de la gargue, quelques affections volées. Cette violence, il la tient entre ses palmes avec la rage d'être heureux, se languissant de pouvoir prouver par ces batailles qu'il est un homme entre deux eaux. Et il est préférable de ne pas aller à contre-sens de ce tableau qui se dépeint de lui-même, visions forgée de sa seule mains et trop convaincue pour entendre un tort invivable. L'homme est de toute façon bien conscient du poids que peut représenter sa présence, et dire qu'il en culpabilise serait un honteux mensonge. Oh, il sait absoudre les imprudents, et il a la vertu de la politesse trop ancrée pour montrer l'affliction ressentie. Mais il n'a pas l'esprit à se remettre en question. Et sa verve n'ira jamais à dépeindre ses tristesses, les gardant pour soi et les laissant marquer le contour de ses yeux plutôt que les mémoires de ses rencontres. Le Capitaine préférera alors des actions vengeresses sur le premier repris de justice ou abjecte âme ennemie de la couronne pour se délester de cette rage et énergie, un contraste de justice qui se fait seule maîtresse — et lorsque cela lui chante — mais où il trouve l'équilibre nécessaire pour mieux adorer les choses et la gent.
Anecdotes
(I) Il s'en délecte de ces délicates saveurs et exquises effluves des mets à la nostalgie toujours nouvelle et accueillie au fil des jours par le confort d'une gloutonnerie passionnée. Premier petit-déjeuner, second petit-déjeuner, collation, pré-lunch, lunch, goûter, apéro, souper et parfois même, en-cas du soir. C'est ainsi, Ælpein se doit de déguster les richesses gustatives de ce monde par plusieurs pauses destinées au bonheur des papilles. L'estomac n'est pourtant pas avide de se sentir plein ; il l'est — pour tout dire — rarement, et la maigreur de l'homme pourrait même mener à faire penser qu'il manque d’enthousiasme pour la cuisine de ses domestiques. Mais la réalité est tout autre et dans l'antre de sa demeure il se délecte des victuailles dont ils e montre friand à partager avec autrui, véritable tableau de festivités dans l'intimité. Sauf s'il a pour invité le Commodore.

(II) Fourberie forgée par les années de service, avant d'être devenue un vice, la passion du déguisement frappe les veines d'Ælpein. Rarement pas réel besoin, majoritairement par ennui, il se vêtit régulièrement d'habits de métiers qu'il n'a jamais pratiqué, accroche à sa gorge un accent né d'un autre partie du pays et camoufle ses gestes dans d'autres esquisses — toutes nouvelles et qui lui seraient improbables. Le jeu dangereux de se faire découvrir le fait cependant observer une certaine prudence, mais il n'a jamais délaissé une mission ou initiative pour si peu, pantalonnades orchestrées avec aisance. C'est plus récemment qu'une bilieuse affaire de mutinerie et de procès ensanglanté a obligé ses supérieurs à lui demander de se parer d'une fausse identité le temps que l'orage se calme. Lui qui est né William Alpin Hamilton use dès lors du blase d'un autre haut gradé et Lord ayant péri en mer. Si cela l'amuse, il espère cependant que cela tiendra le Commodore éloigné de lui.

(III) Aux heures passées sur le ponton d'un navire, le sien ou un autre, à batailler et estropier des Espagnols ou Français, il en a des souvenirs de sportif heureux. Ælpein a cependant la mouvance d'un cachalot échoué lorsqu'il doit s'affairer à un canon ou aux prises d'un long fusil. Probablement est-ce pour cela que, jeune homme, il fut congédié de cette responsabilité et relégué à d'autres tâches, l'équipage le priant de se tenir éloigné des engins durant toute rixe et de faire plutôt preuve de son talent à l'épée et au pistolet, sa bonté et désir d'être utile à tous pouvant les tuer s'il se désintéressait de cette adjuration. Bien évidemment, borné et convaincu que sa bonne volonté était suffisante à outre-passer sa maladresse, il n'était pas rare de le voir tenter sa chance durant les combats, avant d'abandonner au bout de quelques ratés et se ruer, toute rage dedans, vers les belligérants, abattant l'acier avec une élégance et précision enviée par bon nombre d'officiers. Sauf par le Commodore.

(IV) Le craquement des bastingages, déchirement des civadières. Écaille défaite et perçant les chairs. Carcasses qui heurtent les flots et bouillons de feu — avalant le tourment d'une gorge rompue. Oh, elle furent nombreuses les âmes des marins englouties par les flots lorsqu'Ælpein effleurait de ses pas le ponton. La raison aurait du éloigner le Ceasg de toute navigation, mais sa foi en Dieu l'avait poussé à espérer qu'un jour il serait gracié de cette fatalité, souffrant en silence de cette mauvaise fortune qui désirait l'éloigner de ce qu'il avait de plus cher et anathème qui, si découvert, aurait signé sa fin. Alors, son compagnon de tribulations et lui devenus officiers promus, la tuile tourna pour se transformer enfin en aubaine, ne coulant désormais plus que les navires ennemis qui voguaient autour d'eux et plongeant Ælpein dans l'ivresse des cris des malheureux, nageant au milieu des corps sous les regards intrigués de ses hommes refusant pourtant de se plaindre et souffler de mauvais mots sur son compte : chacun connaissait sa poisse passée sur les navires naufragés et aucun ne voulait réveiller de calamité. Et il se jure encore aujourd'hui dans les mirettes nostalgiques du Capitaine que la faute n'est pas entièrement sienne mais celle du Commodore.

(V) Hypocondriaque, l'effroi du plus petit rhume et la certitude des maladies les plus atroces et inconnues, occupent son esprit. Constamment. Tant est qu'il a quémandé à ce que son médecin attitré de venir poser bagages dans sa demeure, incapable de s'en défaire et réclamant son expertise au moins deux fois par semaine, convaincu de posséder tous les maux, même les plus absurdes — il lui a ainsi été possible de croire s'être cassé le col de l'utérus, particulièrement buté sur la réalité de ce drame — L'on pourrait croire que pareil handicap n'empêche un gradé d’exercer, qu'il serait l'objet de lourdes rumeurs à le voir avaler flacons et potions jusqu'à vêprée assommante, mais il n'en est rien. Le Capitaine se montre farouchement énergique, car si il est certain d'être condamné chaque fois par un poison inédit, chaque fois cela signifie qu'il refusera de se laisser dépérir et mourir. Qu'il ne partira pas dans l'agonie mais l'amour de l'exercice de ses fonctions et de son affection exprimé pour chacun. Sauf pour le Commodore.

(VI) Si l'Orcade était un repère de Jacobites, c'était aussi un havre de paix pour tout locuteur Gaélique. On y boutait par-delà les falaises l'anglais trop étranger, et bien qu'être Earl ne signifie en rien y vivre et fréquenter ces terres davantage que pour des cérémonies importantes, Ælpein s'est toujours montré déçu et furieux de lui-même à ne pouvoir comprendre la langue. Les variantes écossaises de l'anglais sont natives, et le latin fut appris comme pour tous ceux ayant eu accès à la haute instruction, mais il se montre triste de ne pouvoir saisir les palabres de ses soldats originaires de ces contrées, ne l'empêchant malgré tout pas de s'incruster auprès d'eux lorsque le besoin affectif en est trop fort ou que la mélancolie lui fait oublier qu'il ne comprend pas un traître mot de ce qui pourrait être une discussion dont il n'est rien d'autre que le sujet, bravant les incompréhensions pour son désir de s'acoquiner avec autrui. Sauf si parmi eux se trouve le Commodore.

(VII) Anneau de promesse, bague à la joliesse trop majestueuse pour son porteur qui n'est rien d'autre qu'un laideron, le fétiche d'Ælpein lui assure nombreux troubles. Il se persuade que le moindre maux est dû à une mauvaise protection de ce qui fut un cadeau et serment, convaincu au-delà du raisonnable que l'homme en sa possession en joue telle une poupée vaudou, décelant dès lors des douleurs qui n'existent pas, l'artefact ayant toujours échappé aux agressions. Alors qu'il a probablement accompagné les esquisses d'un corps en pleine bataille, qu'il s'est noyé sous la poudre de canon et ripé contre les lames de pierres déchirant navire et chairs. Mais l'objet est encore intacte, et si son possesseur était quelqu'un d'autre que le Commodore, le Capitaine l'en aurait remercié d'une galoche fiévreuse d'anxiété et gratitude.
Hors Jeu
pseudo ÐVÆLING (Dva pour les intimes)
ton âge 24 y.o.
comment as-tu connu le forum ? Un trio de dangereux énergumènes, — amis étant leur nom —  m'ont coincé dans une ruelle sombre pour glisser dans mes esgourdes les palabres alléchantes concernant leur projet. Je n'ai rien pu faire. Et me revoilà, pauvre galérien, à de nouveau présenter second faciès et autre histoire par leur faute. Please, help !
depuis combien de temps fais tu du rp ? Une quinzaine d'années maintenant.
quelles sont tes premières impressions du forum ? Pfff. C'est du n'importe quoi, vous avez vu cette perfection ? Moi j'dis y'a anguille sous gravier, j'en mettrais ma tête au feu !
ta fréquence de rp ? Tourmentée, elle oscille sur un minimum de un rp par week-end, davantage lorsque l'appel de l'ermitage l'emporte sur les résolutions.
et un dernier mot ?
avatar
Come boat me o'er We'll o'er the sea, and live or die

Messages : 32
Points : 85

Avatar : David Dawson
Crédit : ðvæling
Multicompte : Sómhairl MacLeòd of Lewis
Pseudo : ÐVÆLING

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : Maudite quarantaine sur le perron, avril semble si proche.
Métier : Capitaine de la Royal Navy à quai, il a été fait Gouverneur du Château d'Edimbourgh à son regret semi-sincère.
Pouvoirs : Apnée longue durée, chant hypnotique et fétiche.
Inconvénients : Fort besoin affectif, provoque des désastres nautiques, appel de la mer, goût du sang et syndactylie.


"— How fair art thou, my bonnie lass,
So deep in love am I; ”




"— And I will love thee still, my dear,
Till all the seas gang dry.”




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ælpein Hamilton le Lun 4 Sep - 4:33

histoire
We two have paddled in the stream,
from morning sun till dine;
But seas between us broad have roared
since days of long ago.


1739, Cape Horn. Chair pétrie. Chair meurtrie. Les lames des roches déchiraient les panses et les broussailles des crânes s'écoulaient comme algues, carcasses en agonie. Et se répandait autour des ces poupées noyées comme derniers vestiges de ce village sombré, l'accastillage rougi par les sangs, noirci par la poudre des canons.
Mais pourtant, se mouvaient entre ces débris de mort les membres énergiques d'un survivant, sombrant puis réapparaissant, longues minutes durant. Sans la moindre affliction brûlante des poumons gorgés d'eau. Le midshipman arpentaient ce lieu de désastre et se saisit soudainement d'un marin échoué, un opposant encore vivant pour l'aider à s'enfoncer dans les houles des vagues, lui faisant découvrir d'une étreinte imposée la pénombre des tréfonds marins. Il les adorait, ces nuances. Cette noirceur aqueuse et ce bleu éclatant, cette vase brillante qui s'empêtrait dans le grand hunier flottant parmis ses vergues brisées. Et Alpin les emmena un à un, ces êtres encore en vie qui ne devaient plus l'être. Son corps était encore frêle, pas même la quinzaine d'années accomplie, certains ennemis lutaient donc de leurs arpions ankylosés contre ce qui semblait un risible impétueux, mais la noyade lui était inconnue, seuls quelques bleus parsèmeraient son derme comme souvenirs de cette funeste journée.
Leurs navires étaient échoués. Son compagnon d'infortune — celui-là même qui est né maudit et l’entraîna par ricochet dans de malheureuses tribulations de mort — l'attendait sur une barque rescapée, frigorifié dans la veste du quartier-maître qu'il avait occis. L'oeillade de colère se coula sans surprise sur le corps du cadet s'enfonçant dans l'essaim des flots, et si celui-ci l'en avait surpris c'est le seniment de chaleur, de nostalgie qui aurait remplacé la surprise. Ils se détestaient. Ces deux aspirants officiers collés en duo obligé. Coincés dans l'éducation exigée de leur noblesse et accointance des têtes couronées. Mais que pouvait-il y dire, l'aîné ? Le jeune Ceasg s'en donnait à l'ouvrage. Ivre de douleur d'avoir vu ce fier vaisseau éclater et percer les corps de leurs camarades d'équipage. Furieux de cette défaite. Aveugle de sa propre responsabilité. Leurs coeurs étaient meurtris, pour bien des visons différentes et ressentis voraces, mais c'était une réalité, un partage du supplice.
Ils étaient deux survivants ce jour-là, et ils seraient réaffectés, comme à chaque fois. Comme chaque triste naufrage qui leur donne la réputation de veinards, alors qu'ils ne sont que poissards, depuis déjà deux années. Et Alpin se moquait bien dans l'instant de leur intégrité physique épargnée. Il n'avait de cesse de penser à ces sourires amicaux désormais éteints et rongés par le sel de ces eaux qui étaient contrées pourtant tant aimées.

1754, Amérique du NordTrois miles les séparaient à présent de leur petite barque à ce vaisseau qu'était celui qu'on leur avait assigné et le lieutenant en profita pour laisser ses arpions palmés se saisir des rayons de l'astre du jour et la fraîcheur de l'air, Ceasg avoué à son crétin de Commodore qui lui même avait confié sa monstruosité, très tôt. Un accord tacite existait entre les deux hommes, liés par leur haine réciproque de l'autre, eux qui étaient désormais incapables de passer deux heures sans se chercher des noises, sans se fusiller du regard et s'ergoter l'attention de l'autre. Duo dont l'amirauté semblait ajourner à répétition la demande de séparation, malgré toutes leurs protestations clamées dans les couloirs des bâtiment de la Royal Navy, à Londres, les poings se gardant de s'empoigner par respect de leur galons. Il leur semblait dès lors impossible que tout personne extérieure puisse venir leur porter atteinte physique ou morale, que la saboteurs de leur paire ne pouvaient être rien d'autre qu'eux-mêmes. Les lippes étaient scellées sur les secrets épanchés au fil des naufrages et voyages pour rejoindre nouvel équipage, la mémoire des entraides aux études de navigation lors de vêprées faites d'houles difficiles pour les panses, ancrée dans leur complicité dont ils étaient les seuls encore à se faire aveugles. Car ils se le murmuraient entre les haubans, leurs hommes en avaient la certitude sur leurs lèvre sgercées ; ces deux-là ne pouvaient que s'adorer avec tant de colère exprimée. « Hamilton, vous auriez la décence de ne pas m'exhiber cette horreur sous le nez, je vous en serai gré. » « Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué — avec votre semi-cécité de vieillard — vos arpions sont tous aussi déglingués que les miens et les vôtres supposés d'être plus humains. J'irais consulter, et ce très rapidement si j'étais vous. » « De l'inquiétude pour ma personne ? » demanda le Commodre soudainement réveillé par la surprise, éclat de malice griffant son faciès. « Oh non, juste le simple fait que j'ai appris à vous supporter depuis mes quatorze ans. Ce n'est pas pour qu'une maladie répugnante vous emporte alors que le soulagement de votre trépas me revient de droit. » Le clapotis de l'eau contre la coque fut toute réponse et continuité de leur conversation désormais silencieuse. Entendue. Les mots leur avaient manqué par plus d'une fois face aux horreurs de la guerre, aux bourdonnements des esgourdes traumatisées par les éclats de canons et au tintamarre des festivités dans les cales. Plusieurs fois aussi, l’aîné, par anicroche de sa naissance — s'était jeté dans la ligne de mire de l'adversaire, corps offert à la mort. Âme désireuse de se faire déchiqueter et de trouver le repos. Sans jamais y parvenir, sans jamais que le destin ne veuille de son trépassement. Et le plus jeune avait dès lors appris à lui en parler dans le mutisme. À déchiffrer les froncements de sourcils et les soupirs de son insupportable compagnon militaire. Cet instant n'en était qu'une énième séance. « Puis-je vous demander comment vous faites ? » Hamilton se retourna légèrement et n'eut nullement besoin de plus de précision pour savoir que le sujet de conversation avait été changé pour ses propres misérable afflictions. « Je l'ignore. En le voulant très fort peut-être. En l'imaginant et en entendant les cris avant qu'ils ne naissent. Je n'en suis pas certain. Pour être honnête, Commodore, je suis toujours étonné que nous n'ayons coulé que quatre de nos propres navires. Vous avez votre naissance maudite... » «... Je ne suis pas maudit. » « ... et j'ai mes désagréments nautiques. Mais jamais, depuis que nous portons ces écussons d'officiers, nous n'avons eu à repêcher les corps naufragés de notre équipage. » « Un coup de chance. » « N'est-ce pas la seule que nous ayons jamais eu ? » Le Commodore approuva, sans rien ajouter. Ils étaient chanceux. Ils étaient aguerris. De bons officiers, des soldats vaillants quoiqu'un peu trop expressifs dans la violence des rixes d'après leurs hommes. Mais chanceux, c'était bien une nouveauté, Alpin y goûtait aussi alors qu'il était enfin parvenu à avoir à son bras la belle Électre, princesse d'un pays exotique, la première qui voulait bien l'aimer, qu'il briguait d'un jour épouser, douce courtisane dont il se languissait déjà de l'absence. Et le Commodore n'était pas en reste de quelque miracle inédit, fraîchement devenue le pater d'une merveilleuse enfant dont le sourire semblait défaire de son visage toutes ces traces d'adages suicidaires dont il avait laissé se creuser des sillons dans ses traits, une primeur qui l'avait galvanisé en tout points et permis de se parer du manteau de commandant de ces vaisseaux qui apparaissaient non loin d'eux pour la promesse de nouvelles rixes dans lesquelles ils se complairont tant que leurs chamailleries existeront. Oui, allongés dans cette barque, extrémités des guibolles et des paluches glissant sur l'eau chaude, ils étaient enfin chanceux.

Septembre 1761, Leith « Quelq'chose qui va pas, Captain ? » Ne se donnant pas la peine de se retourner pour dévisager le jeune soldat s'adressant à lui avec rudesse et irrespect de son moment de quiétude, Ælpein continua de faire jouer entre son dextre croisé dans son dos la petite clef de son ancienne demeure dont il était désormais en exil temporaire, son regard ancré sur l'horizon qui se teintait d'orange et de mauve alors que la vêprée était à son éveil sur le port de Leith.
La fin de journée était sereine, faite de flegme chauffée par les dernires heures de bonne saison. Les bonnettes étaient rentrées, les focs claquaient avec douceur dans le vent ; même le croisement des nombreuses vergues des bateaux arrimés ne cachaient point la vue au-delà de ces mastodontes et empêtrement des grééments. Quelques miles s'offraient devant eux, et si un navire devait arriver en retard, éreinté, ils ne manqueraient pas d'apercevoir sa silhouette dans la seconde. « Je commence un peu à m'inquiéter pour tout dire. » déclara Ælpein qui haussa légèrement son tricorne pour mieux percevoir s'il s'agissait de pêcheurs ou une petite frégate de l'armée qui s'avançait vers eux. « Pour quoi ? Votre Commodore, là ? » Ainsi, Ælpein se souvint  soudainement lui en avoir parlé. L'ennui était réel ces derniers jours, en attente de nouvelles directives, du moins pour qu'il vienne à s'épancher de ce sujet dont il se montrait pourtant farouche et dépité à devoir le côtoyer. « Hm. » Affirmative retenue, l'aveu étant trop difficile. Trop glorieux pour l'intéressé qui n'était pas là mais s'en serait vanté de l'entendre, pendant au moins un quart de siècle. Les mouettes piaillaient, perchées dans les cordages, faisant sursauter ici un mousse encore innocent des gausseries de cet animal et faisant grogner là un marin endormi, berçant l'instant comme quotidien, douce nostalgie. « Il va r'venir. Combien de temps d'vait durer sa mission ? » « Deux semaines, tout au plus. » Un rire gras échappa de la gorge du jeune soldat qui n'avait pas encore connu la fin de la puberté. « C'est pas beaucoup ça, deux semaines ! Et vous l'attendez d'puis... ? » « Cinq ans. » « ... Pardon ? » « Cinq ans, souffla Ælpein qui se retourna finalement, serein. Ça fait cinq ans que je l'attend. » Le silence plana, le soldat indécis de savoir s'il s'agissait d'une plaisanterie ou si son capitaine et Gouverneur du Château puisse être aussi niais et inconscient, aveugle à la réalité de sa propre déclaration. « Oui, c'est pour cela, je commence un peu à m'inquiéter. » ajouta l'homme qui accrocha à nouveau son regard sur l'horizon, inflexible. « Oh, vous en faites pas, marmonna maladroitement le soldat, il va r'venir. » Ælpein n'en doutait pas, qu'il allait revenir. Après tout, le Commodore possédait son fétiche. Et les promesses réciproques et faites à la hâte avaient tout de l'effluve de sincérité. Méandres de parole de gentlemen. Il n'y avait eu aucune réelle raison à offrir cette part de lui à cet homme qu'il avait aimer détester durant la majeure partie de sa vie, il le savait bien, il se l'avouait sans remord. Mais l'idée qu'ils soient séparés et qu'Hamilton ne soit pas un fardeau pour lui, d'une quelconque manière, lui avait été insupportable et aigreur responsable de cette folie. Petite bague de malheur, il y avait donc enfermé le maintient de sa vie. Oh, il lui avait là confié la pire des besognes. Quelle fierté avait-il ressenti ce jour là, sur le ponton de ce navire qui emportait son Commodore dans une mission de deux semaines pour calmer un Amiral Français. Périple anodin, sans risque pour le suicidaire maudit, vaillant perdant de ses propres souhaits — dont celui d'avoir la paix et être dépêtré de la présence de son Lieutenant ! Et ce fétiche était là une vengeance bien trop perfide en retour du service que le Commodore lui avait demandé quelques jours plus tôt, à savoir prendre soin de son enfant en son absence et parfaire l'éducation de la gamine. Alors, Ælpein l'attendait, son Commodore. Pour lui dire que c'était un enfoiré. Un traître. Une canaille. Le plus abject des cumberworlds qui pouvaient exister. Qu'il dépérissait sans leurs crachats de chats enragés. Lui dire qu'il ne voulait la haine de personne d'autre si ce n'était la sienne.
Les années avaient passées, avec elles la mélancolie de cette absence et repère dans le paysage de sa définition. Était survenue promotion pour le poste de Capitaine, parfois de Commodore quand les navires de lignes en avaient la nécessité, avait été festoyé l'acquis d'un HMS faisant trembler les flottes adverses et voilà aucunement moyen de se pavaner devant l'homme qu'il avait du endurer depuis l'âge ingrat. Les années s'étaient écoulées et la guerre faisait rage sur les mers. Hamilton victorieux. Hamilton remercié en étant privé de navire par la faute d'une foutue mutinerie, sanglante effarouchée survenue sur l'échancre d'un navire de son escouade et dont le témoignage du Capitaine permis d'arrêter la presque totalité des marins inculpés, s'attirant les foudres de ceux en fuite et de leurs accointances, le fer acéré dans les poches pour le lui faire payer. Hamilton devenu Dàilghileach. Alpin devenu Ælpein. Depuis quatre mois, petit protégé des hautes instances, des amitiés d'un paternel enterré et adulé. Affligeante histoire, le procès l'obligeait à rester sur Terre pour une durée indéterminée, et ses exploits furent récompensés dans sa ville natale plutôt que sur le village flottant qu'il avait vaillamment défendu des années durant sans que le Commodore ne puisse grimacer de fierté. Des années. Et son Commodore qui n'avait pas été là pour assister aux afflictions de son affection refusée. Alors il l'attendait encore, la gargue sèche de cette grogne qu'il conservait pour son retour.  « Dites, je dois vraiment vous accompagner jusque chez le Vice-Amiral, ça m'ennuie d'vous couper dans votre... réflexion mais - » « Allons-y, répondit Ælpein en se détournant et en remontant dans la diligence arrêtée derrière eux, je suis certain qu'il sera là demain. » « Ouais, moi aussi... ? » « Vous m'accompagnerez jusqu'à ce qu'il revienne de toute façon. » Et le jeune soldat attendit que son supérieur le dépasse pour pousser un soupir de réédition, yeux levés vers le ciel en exigeant du divin de l'absoudre de ses pêchés d'une autre manière que celle de supporter la mélancolie de son Capitaine qui, d'après les dires, venait ici tous les jours dès que pied à terre, pour attendre cet ami certainement mort depuis des lustres à ce qu'il venait d'en comprendre, le Capitaine se contentant de fixer l'horizon comme un mat de misaine tailladé mais nonchalant, refusant de plier échine et s'avouer vaincu par le défaitisme, la vaillance du militaire qui reste impassible devant la disparition de frères d'armes.
avatar
Come boat me o'er We'll o'er the sea, and live or die

Messages : 32
Points : 85

Avatar : David Dawson
Crédit : ðvæling
Multicompte : Sómhairl MacLeòd of Lewis
Pseudo : ÐVÆLING

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : Maudite quarantaine sur le perron, avril semble si proche.
Métier : Capitaine de la Royal Navy à quai, il a été fait Gouverneur du Château d'Edimbourgh à son regret semi-sincère.
Pouvoirs : Apnée longue durée, chant hypnotique et fétiche.
Inconvénients : Fort besoin affectif, provoque des désastres nautiques, appel de la mer, goût du sang et syndactylie.


"— How fair art thou, my bonnie lass,
So deep in love am I; ”




"— And I will love thee still, my dear,
Till all the seas gang dry.”




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ælpein Hamilton le Lun 4 Sep - 4:34



Recensement


Mon profil est complété parce que j'ai ajouté les informations suivantes:

Mon icone en format carré : [X]
Mon taux d'hybridation : [X]
L'âge de mon personnage : [X]
Mon métier / ma profession : [X]
Mes pouvoirs  : [X]
Mon alignement: [X]
Le lien vers ma fiche dans mon profil : [X]
Agrémenté mon Champ Libre : [X]



Avatar
Code:
<li>David Dawson<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t359-aelpein-dailghileach-there-is-no-such-uncertainty-as-a-sure-thing]Ælpein Dàilghileach[/url]</li>


Métier / Profession
Code:
<li><div class="mbh_bottin_icon prit"></div>Capitaine de la Royal Navy<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t359-aelpein-dailghileach-there-is-no-such-uncertainty-as-a-sure-thing]Ælpein Dàilghileach[/url]</li>

Code:
<li><div class="mbh_bottin_icon prit"></div>Gouverneur du Château d'Édimbourg<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t359-aelpein-dailghileach-there-is-no-such-uncertainty-as-a-sure-thing]Ælpein Dàilghileach[/url]</li>


_________________
“SEAGULLS & AFFECTION”
THIS ONE MEANS THE MOST TO ME IT STAYS HERE FOR ETERNITY A SHIP THAT ALWAYS STAYS THE COURSE AN ANCHOR FOR MY EVERY CHOICE A ROSE THAT SHINES DOWN FROM ABOVE I SIGNED AND SEALED THESE WORDS IN BLOOD I HEARD THEM ONCE, SUNG IN A SONG IT PLAYED AGAIN AND WE SANG ALONG

À mi-temps je suis aussi amoureux insupportable des archives historiques:
avatar
Come boat me o'er We'll o'er the sea, and live or die

Messages : 32
Points : 85

Avatar : David Dawson
Crédit : ðvæling
Multicompte : Sómhairl MacLeòd of Lewis
Pseudo : ÐVÆLING

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : Maudite quarantaine sur le perron, avril semble si proche.
Métier : Capitaine de la Royal Navy à quai, il a été fait Gouverneur du Château d'Edimbourgh à son regret semi-sincère.
Pouvoirs : Apnée longue durée, chant hypnotique et fétiche.
Inconvénients : Fort besoin affectif, provoque des désastres nautiques, appel de la mer, goût du sang et syndactylie.


"— How fair art thou, my bonnie lass,
So deep in love am I; ”




"— And I will love thee still, my dear,
Till all the seas gang dry.”




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ciàran Ogilvie le Lun 4 Sep - 8:40

GNGGNGNGNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN TU ES TOUJOURS AUSSI FAB DVA ET TES PERSOS AVEC

(V) "Docteur, j'ai très mal à mon col de l'utérus ! Comment ça je 'suis un homme' ? C'est quoi le rapport dans le contexte."

Je meurs.

_________________
Derrière chaque type sans foi, ni loi, ni âme
Si vous cherchez le diable, vous trouverez la femme :
La gueuse la traîtresse la garce la sorcière

En attendant, je compte vos crimes et vos bassesses
Tous vos pieux mensonges et vos histoires de fesses
J'encourage le vice, je provoque des guerres
Je dirige le monde et Dieu me laisse faire !
avatar
Marbhanta

Messages : 512
Points : 639
Ta tête Par défaut
Avatar : Ben Whishaw
Crédit : Orphiel / somanyseals pour le profil
Multicompte : None
Pseudo : Orphiel

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 36 ans
Métier : Ex-pasteur (Tristan Dubh) / Travailleur.se du sexe (Aelig O'Hayre)
Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, danseur de talent, transformation à volonté
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques, loup de mer, empathie pour les phoques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Aodhan Leòdeach le Lun 4 Sep - 10:47

ALPEIN

Rebienvenue à toi, vil maroufle. Hâte de voir le kilométrage de tes pavés s'étendre sur ce perso qui promet d'envoyer du lourd !

_________________
RIEN N'EST  INDIFFÉRENT
RIEN N'EST IMPUISSANT
avatar
Marbhanta

Messages : 221
Points : 119
Ta tête Par défaut
Avatar : Iwan Rheon.
Crédit : Thinkky & XynPapple
Multicompte : Électre Rochefort.
Pseudo : Gérard

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : Trente-sept ans.
Métier : Imprimeur.
Pouvoirs : Transformation en phoque (1/m) / Audition Gratifiée / Thermorégulation
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau / Loup de mer / Tendances Artistiques / Trouble de déficit de l’attention / Empathie exacerbée pour les phoques

La Vie est triomphante et l'Idéal est mort,
Et voilà que, criant sa joie au vent qui passe,
Le cheval enivré du vainqueur broie et mord
Nos frères, qui du moins tombèrent avec grâce.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ùisdean MacKenzie le Lun 4 Sep - 11:02

OMG ! ENFIN ! J'ai tellement hâte de découvrir les moindres détails de ce personnage que ta sublime plume va encore nous sortir !

Re-bienvenue à toi avec ce perso qui m'a tout l'air d'envoyer du très très lourd. Bonne rédaction à toi aussi. Tu connais le chemin en cas de question, bien entendu ♥️

_________________
Eye of the Storm
No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
avatar
I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

Messages : 468
Points : 337
Fassbender
Avatar : Michael Fassbender
Crédit : ÐVÆLING le magnifique
Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh & Shawn Underwood
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 41 ans
Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

Sómhairl - Famille - Ælpein - Lawrence


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Llewyn MacGobhainn le Lun 4 Sep - 11:06

FGHIEGFZ09OGJVN RGHJZMLEGHIEOGLJBIUZG

J'en veux pluuuuuuuus

Re-bienvenue sur le forum avec ce personnage qui a l'air tout à fait délicieux

_________________

FILTH AND LIES
avatar
Pray for my lost soul

Messages : 494
Points : 335

Avatar : Andrew Scott
Crédit : Schizophrenic (ava) + XynPapple (signa)
Multicompte : Àdhamh MacKenzie + Eimhir Caoidheach
Pseudo : Koschtiel

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 35 ans
Métier : Chirurgien et scientifique en quête de savoir, prêt à tout pour percer les secrets du corps humain.
Pouvoirs : Dents acérées, Discrétion naturelle, Agilité naturelle, Contrôle des éléments
Inconvénients : Cannibale, Agoraphobe, Déteste le son de la cornemuse, Sang froid


Grave digger, grave digger. Send me on my way. Bring me to my knees. Forget what i have done. Forgive me if you please. Save me if you can. The time for me has come. Let me be the one that got away.



Grave digger, grave digger. Slowly fill my grave. Whisper to your god. Allow me to be saved. Pray for my lost soul. Allow me to grow old. Save me if you can. The time for me has come. Let me be the one that got away.



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Seaghdh Leamhnach le Lun 4 Sep - 16:03

Rebienvenue avec ce nouveau perso qui ,j'en suis certain, enverra du lourd lourd lourd (comme à ton habitude quoi )

Courage pour ta fiche

_________________

TOUT CE QUI BRILLE PEUT ÊTRE D'OR
avatar
Do not go gentle into that good night.

Messages : 347
Points : 208
Ta tête Par défaut
Avatar : Simon Pegg
Crédit : verveine. (ava) & moi (signa)
Multicompte : Earnan MacLeod of Lewis + Alistair Domhnall
Pseudo : XynPapple

Taux d'abomination :
70 / 10070 / 100
Age : 41 ans
Métier : Comptable
Pouvoirs : Charisme, Fin limier & Fétiche
Inconvénients : Fort besoin affectif, désastre nautiques, appel de la mer & matérialisme exacerbé


Do not go gentle into that good night, old age should burn and rave at close of day; rage, rage against the dying of the light.

Though wise men at their end know dark is right, because their words had forked no lightning they do not go gentle into that good night.





Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ælpein Hamilton le Lun 4 Sep - 23:17

Waw.  
Vous me tuez. Tous.  
Trop de gentillesse (et pas du tout la moindre pression, non non ) alors que trois malheureuses lignes d'écrites. Faut arrêter d’encenser ma plume, après les chevilles passeront plus dans la porte de connexion —>
Merci à vous tous, je vous aime, et j'ai hâte de venir vous harceler tourmenter rejoindre, vous est vos personnages exquis, avec ce nouveau débile.

_________________
“SEAGULLS & AFFECTION”
THIS ONE MEANS THE MOST TO ME IT STAYS HERE FOR ETERNITY A SHIP THAT ALWAYS STAYS THE COURSE AN ANCHOR FOR MY EVERY CHOICE A ROSE THAT SHINES DOWN FROM ABOVE I SIGNED AND SEALED THESE WORDS IN BLOOD I HEARD THEM ONCE, SUNG IN A SONG IT PLAYED AGAIN AND WE SANG ALONG

À mi-temps je suis aussi amoureux insupportable des archives historiques:
avatar
Come boat me o'er We'll o'er the sea, and live or die

Messages : 32
Points : 85

Avatar : David Dawson
Crédit : ðvæling
Multicompte : Sómhairl MacLeòd of Lewis
Pseudo : ÐVÆLING

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : Maudite quarantaine sur le perron, avril semble si proche.
Métier : Capitaine de la Royal Navy à quai, il a été fait Gouverneur du Château d'Edimbourgh à son regret semi-sincère.
Pouvoirs : Apnée longue durée, chant hypnotique et fétiche.
Inconvénients : Fort besoin affectif, provoque des désastres nautiques, appel de la mer, goût du sang et syndactylie.


"— How fair art thou, my bonnie lass,
So deep in love am I; ”




"— And I will love thee still, my dear,
Till all the seas gang dry.”




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ciàran Ogilvie le Mar 5 Sep - 10:22

Je veux un rp avec toi a la seconde ou tu es valide (Non, aucun respect pour tes chevilles. Jotem)

_________________
Derrière chaque type sans foi, ni loi, ni âme
Si vous cherchez le diable, vous trouverez la femme :
La gueuse la traîtresse la garce la sorcière

En attendant, je compte vos crimes et vos bassesses
Tous vos pieux mensonges et vos histoires de fesses
J'encourage le vice, je provoque des guerres
Je dirige le monde et Dieu me laisse faire !
avatar
Marbhanta

Messages : 512
Points : 639
Ta tête Par défaut
Avatar : Ben Whishaw
Crédit : Orphiel / somanyseals pour le profil
Multicompte : None
Pseudo : Orphiel

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 36 ans
Métier : Ex-pasteur (Tristan Dubh) / Travailleur.se du sexe (Aelig O'Hayre)
Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, danseur de talent, transformation à volonté
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques, loup de mer, empathie pour les phoques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ælpein Hamilton le Mer 6 Sep - 9:25

Ça t'est réservé, pasteur de mon cœur

_________________
“SEAGULLS & AFFECTION”
THIS ONE MEANS THE MOST TO ME IT STAYS HERE FOR ETERNITY A SHIP THAT ALWAYS STAYS THE COURSE AN ANCHOR FOR MY EVERY CHOICE A ROSE THAT SHINES DOWN FROM ABOVE I SIGNED AND SEALED THESE WORDS IN BLOOD I HEARD THEM ONCE, SUNG IN A SONG IT PLAYED AGAIN AND WE SANG ALONG

À mi-temps je suis aussi amoureux insupportable des archives historiques:
avatar
Come boat me o'er We'll o'er the sea, and live or die

Messages : 32
Points : 85

Avatar : David Dawson
Crédit : ðvæling
Multicompte : Sómhairl MacLeòd of Lewis
Pseudo : ÐVÆLING

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : Maudite quarantaine sur le perron, avril semble si proche.
Métier : Capitaine de la Royal Navy à quai, il a été fait Gouverneur du Château d'Edimbourgh à son regret semi-sincère.
Pouvoirs : Apnée longue durée, chant hypnotique et fétiche.
Inconvénients : Fort besoin affectif, provoque des désastres nautiques, appel de la mer, goût du sang et syndactylie.


"— How fair art thou, my bonnie lass,
So deep in love am I; ”




"— And I will love thee still, my dear,
Till all the seas gang dry.”




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Teasag Ó Súilleabháin le Mer 6 Sep - 10:28

Re... mais c'est quoi tous ces multi comptes xDD ... Bienvenue et bon courage pour ta fiche !!

_________________

Teasag
avatar
You think my life is some precious thing to me ?

Messages : 65
Points : 43

Avatar : Sean Bean
Crédit : Intoxicate (avatars), XynPapple (sign)
Multicompte : Not yet
Pseudo : Duke of Jaan

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 58 ans
Métier : Écrivain
Pouvoirs : Armure naturelle (3pts), Agilité naturelle (1pt).
Inconvénients : L'alcool, le cannibalisme.
One does not simply walk into Edimbourg


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Sircey Govannen le Mer 6 Sep - 21:44

Bienvenue officiellement Ælpein !! Bon courage pour la fin de ta rédaction, et cet avatar, on en parle ? je l'ai tellement aimé dans The Last Kingdom ♥️ j'ai hâte de voir plus en détails ce que tu nous réserves pour ce personnage !!
avatar
Faileas

Messages : 55
Points : 45
Ta tête Par défaut
Avatar : Jessica Parker Kennedy
Crédit : Winter Soldier
Multicompte : //
Pseudo : Winter Soldier

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : Vingt-sept ans.
Métier : Prostituée, danseuse de cabaret et revendeuse d'informations.
Pouvoirs : Charisme / Beauté naturelle / Danseuse de talent / Conteuse écoutée.
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau / Tendances artistiques.

Délicate inattention.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Delëphaïne O’Hayre le Sam 9 Sep - 8:07

j'ai envie de faire de ces choses avec toi

Ou alors on se friendzone? haha!

Re bienvenue DVA de mon love

_________________



"Quelque soit le brigand il y a la corruptrice
Conscience du pouvoir qui dort entre ses cuisses.
Qui susurre les ordres et les avis funestes ?
Vous, mes soeurs les salopes, les putains et les pestes !"



avatar
La Délè

Messages : 110
Points : 100
Ta tête Par défaut
Avatar : Beth Ditto
Crédit : Siid
Multicompte : Keith MacBain - Alec Craft
Pseudo : Carmilla

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : 38 ans
Métier : Maquerelle "A la taule des sonnettes"
Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Fin limier (1) - Apnée longue durée (1) - Fétiche (5)
Inconvénients : Fort besoin affectif - Matérialisme excacerbé - Appel de la mer - Désastre nautique - Syndactylie (pieds)
"Sur mon lit calciné
Lascive et si cruelle
Comment pour m'invoquer
Faut-il que l'on m'appelle ?
Mes diables et mes hommes
Et Dieu même en personne
Tout simplement me nomment :
« Patronne »"



Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Gemma MacNiven le Lun 11 Sep - 14:39

Re-Bienvenue par ici

_________________


Spoiler:

avatar
Il était une fois un phoque qui s'ignorait ...

Messages : 670
Points : 1310
Ta tête Par défaut
Avatar : Alexandra Daddario
Crédit : Winter Soldier & Tumblr
Multicompte : Pas Encore
Pseudo : Sammix

Taux d'abomination :
40 / 10040 / 100
Age : 27 ans
Métier : Femme au Foyer (Officieusement Ecrivaine)
Pouvoirs : Conteur Ecouté - Thermorégulation
Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau - Tendances Artistiques
Parait que c'est ici qu'on dit des trucs intelligents, mais je sais pas c'est quoi ça

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Ælpein Hamilton le Mar 12 Sep - 23:04

Merci beaucoup à vous quatre

Sircey > Mais oui, il est incroyable là-dedans
Comme partout où il joue, cet homme est un caméléon ♥️

Fiche terminée, histoire finie à la pisse de Selkie mais eh, incapable d'écrire ce que je voulais pour le coup.

_________________
“SEAGULLS & AFFECTION”
THIS ONE MEANS THE MOST TO ME IT STAYS HERE FOR ETERNITY A SHIP THAT ALWAYS STAYS THE COURSE AN ANCHOR FOR MY EVERY CHOICE A ROSE THAT SHINES DOWN FROM ABOVE I SIGNED AND SEALED THESE WORDS IN BLOOD I HEARD THEM ONCE, SUNG IN A SONG IT PLAYED AGAIN AND WE SANG ALONG

À mi-temps je suis aussi amoureux insupportable des archives historiques:
avatar
Come boat me o'er We'll o'er the sea, and live or die

Messages : 32
Points : 85

Avatar : David Dawson
Crédit : ðvæling
Multicompte : Sómhairl MacLeòd of Lewis
Pseudo : ÐVÆLING

Taux d'abomination :
90 / 10090 / 100
Age : Maudite quarantaine sur le perron, avril semble si proche.
Métier : Capitaine de la Royal Navy à quai, il a été fait Gouverneur du Château d'Edimbourgh à son regret semi-sincère.
Pouvoirs : Apnée longue durée, chant hypnotique et fétiche.
Inconvénients : Fort besoin affectif, provoque des désastres nautiques, appel de la mer, goût du sang et syndactylie.


"— How fair art thou, my bonnie lass,
So deep in love am I; ”




"— And I will love thee still, my dear,
Till all the seas gang dry.”




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Mer 13 Sep - 22:02

Fàilte gu Dùn Èideann
Bienvenue

Ælpein Dàilghileach

Tu vas bientôt pouvoir te jeter à corps perdu dans la ville d’Édimbourg. Cependant, nous avons encore besoin que tu t’affranchisses de deux trois formalités avant d’aller RP. Si tu es encore un peu perdu sur le forum, je t’invite à jeter un œil au guide du débutant. Tu y trouveras tout ce qu’il y a à savoir sur le forum pour un début réussi.

Pour ne pas tarder à te lier aux autres joueurs, ne tarde pas trop à aller poster ta fiche de liens ou encore ta fiche de RP pour garder une trace de tous tes écrits. N'hésite pas à venir faire ta demande de rang ou de lieu si tu en as besoin. Si un cycle s'apprête à commencer, n'hésite pas à jeter un œil aux rôles disponibles, voir à postuler par MP chez ton admin référent.

Ce qu'on a pensé de ta fiche

Comme prévu, cette fiche est superbe

Comme toujours, tu nous sors là un personnage diablement attachant. J'aime Ælpein, ses défauts, sa manière de voir le monde, sa loyauté envers le Commodore. Il me tarde d'en apprendre plus sur ce qu'il est advenu de son fétiche. J'ai hâte de le voir évoluer sur Marbhadh. Et, clairement, on doit se faire un RP avec lui et Ùisdean. Aller, je m'attarde pas plus longtemps et je te laisse lever l'ancre pour partir vers de nouvelles aventure avec Ælpein.


_________________
Single Malt Scotch Whisky
We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
avatar
A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

Messages : 516
Points : 316

Avatar : Eddie Redmayne
Crédit : NyxBanana
Multicompte : Ùisdean MacKenzie
Pseudo : NyxBanana

Taux d'abomination :
80 / 10080 / 100
Age : 27 ans
Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


llewyn - archibald - alec - family - alec & rob - katherine & llewyn


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ælpein Dàilghileach — There is no such uncertainty as a sure thing

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum