AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Through the valley

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Through the valley

    Message par Evander Leamhnach le Jeu 31 Aoû - 17:40

    La perspective d’une journée passée en la compagnie de son père suffisait toujours à faire renaître l'enfant au fond des yeux d'Evander. En effet, le jeune homme avait beau se répéter en boucle ne plus chercher la reconnaissance de Seaghdh - il suffisait d'un mot du Ceasg pour faire renaître au fond de son coeur le souvenir du gamin cherchant à attirer son attention. Le monstre avait peut être grandi, muri, mais il restait au fond de son palpitant esseulé un profond désir d’exister. D’exister dans le monde de son père, là où la place semblait manquer. La journée était douce et ensoleillée, si bien que l’étudiant s’était aventuré au dehors sans gilet ni pardessus. Ses cheveux étaient soigneusement coiffés - Evander ayant passé plusieurs dizaines de minutes à tenter d’aplatir un épais épis de cheveux. Le Ceasg avait même prit la peine d’aller s’immerger dans la mer la veille au soir, et ce juste pour éviter que d’éternelles plaques rouges ne soient visibles sur ses bras s’il venait à remonter les manches de sa chemise. C’est donc tiré à quatre épingles qu’Evander s’était rendu à Holyrood Park, là où père et fils avaient convenus de se retrouver.  Cesse de mentir, Evander - lui glisse une petite voix mesquine à l'arrière de ses pensées. Tu n'es encore qu'un enfant, raille une partie de sa conscience.

    Arrivé le premier sur les lieux, Evander tente de ravaler une partie de son impatience. Le monstre se perd dans ses paradoxes et ses défauts, refusant d’assumer avoir encore besoin de lui. Alors, l’impatient muselle ses yeux gris, les empêchant d’épier le petit chemin menant à son perchoir. Pourtant, l’enfant ne peut s’empêcher de taper légèrement du pied, les battements de son coeur décomptant les secondes. Bien, Evander, bien. Son visage est, quant à lui, aussi sérieux qu'à son habitude. Porter un masque était devenu comme une seconde nature pour le Leamhnach, lui qui voulait systématiquement se présenter sous son meilleur jour - quelle que soit la situation. Le revers de sa main lisse le lin de sa chemise légère, appréciant en silence la sensation du soleil sur sa peau opaline. Bien, Evander, bien. Ses traits épargnés par ses incessants monologues intérieurs.

    Des bruits de pas sur le chemin menant au petit banc font sortir l'arrogant rêveur de ses pensées,  ses lèvres fines se tordant en un sourire perdu entre l'enthousiasme et la gêne. « Bonjour ! » Lui qui se targue habituellement de pouvoir s'adapter à toutes les situations ne sait jamais comment se comporter face à Seaghdh. Peut être ne se connaissent-ils pas assez. Peut être se connaissent-ils trop, au fond. Peut être sont-ils trop différents. Peut être sont-ils trop semblables. Quoi qu'il en soit, le Ceasg se relève prestement, les mains enfoncées dans les poches. Peut-être ne t'aime t'il tout simplement pas, continue de siffler une partie de sa conscience avec malfaisance. Ses yeux gris se fixent sur le visage de son père alors qu'il esquisse un nouveau sourire. Un peu plus naturel que le premier. Pas vraiment. « Comment vas tu ? » (tout sauf le silence).

    _________________
    tumbling lights
    ©️lazare.
    avatar
    Don't you dare forget the sun

    Messages : 59
    Points : 30
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Dane Dehaan.
    Crédit : ISHTAR (avatar).
    Multicompte : Aucun.
    Taux d'abomination :
    80 / 10080 / 100
    Age : 23 ans.
    Métier : Etudiant en médecine.
    Pouvoirs : Fin limier, charisme, hydrokinésie, empoisonnement.
    Inconvénients : Fort besoin affectif, goût du sang, appel de la mer, matérialisme exacerbé.


    There was a time when meadow, grove, and stream,
    The earth, and every common sight
    To me did seem
    Apparelled in celestial light,
    The glory and the freshness of a dream.
    It is not now as it hath been of yore;—
    Turn wheresoe’er I may,
    By night or day,
    The things which I have seen I now can see no more.





    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Through the valley

    Message par Cornemusier le Jeu 7 Sep - 22:37

    what is this beautifull song ?
    Through the valley
    Il est interdit de jouer de la cornemuse. Je le sais. Je ne joue pas de cornemuse, jamais. Il m’est interdit de jouer de la cornemuse. J’obéis aux lois. Il est important d’obéir aux lois. Je ne joue pas de cornemuse. Il n’est pas possible que je joue de la cornemuse, puisque je n’ai pas le droit de jouer de la cornemuse. Je suis quand même capable de contrôler mon corps à ce point-là, non ?
    Non ?
    Non.
    Je joue de la cornemuse. Ou plutôt, quelque chose me fait jouer de la cornemuse. Une force inconnue qui fait que mes doigts s’agitent et mes poumons se gonflent et j’expulse l’air, et le son sort et c’est un fait. Je joue de la cornemuse.

    Il y a quelque chose en moi qui me pousse à agir. Un homme ? Une femme ? Un esprit ? Un ange ? Dieu ? Qui cherche donc à communiquer à travers mon corps ? Je n’en sais rien. Je me rends cependant à son jugement, je me laisse faire, j’abdique. Il est temps, à présent, que je l’accepte. Ce qui me contrôle a l’air de viser les larges groupes, les lieux isolés, les endroits où il peut fuir facilement. Le parc. Parc grandiose et immense qui s’étend sous mes yeux alors que mes pieds me guident vers un endroit dont j’ignore tout. Je ne suis plus que spectateur. C’est un sentiment angoissant, dérangeant, auquel je ne suis plus habitué.

    Il (ou elle?) (impossible de trouver un sexe dans la présence diffuse de ce quelque chose qui m’habite!) s’est dissimulé dans les arbres. Il est habile pour éviter les gardes. Il a attendu d’être assez loin. Il a attendu d’entendre les paroles mondaines d’un homme non loin. J’ai senti mes lèvres s’étirer dans un sourire que le cornemusier m’impose.

    Et puis c’est bon.

    Le silence n’est plus là.
    Je joue de la cornemuse.

    Dés.
    1) Evander Leamhnach
    2) Seadhgh Leamhnach
    avatar
    Come forth into the light of things

    Messages : 13
    Points : 20
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Cornemuse
    Crédit : Cornemuse
    Multicompte : --
    Taux d'abomination :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Through the valley

    Message par Ceann-Uidhe le Jeu 7 Sep - 22:37

    Le membre 'Cornemusier' a effectué l'action suivante : Le Destin


    #1 'Cornemusier' :


    --------------------------------

    #2 'Cornemusier' :
    avatar
    Let nature be your guide

    Messages : 59
    Points : 259
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'abomination :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Through the valley

    Message par Seaghdh Leamhnach le Ven 22 Sep - 22:56


    Through the valley
    Evander ξ Seaghdh

    Bercé par les cahots de la route et le bruit réguliers des sabots des chevaux sur la route, Seaghdh faisant de son mieux pour chasser la tension de ses épaules. En vain. L’homme semblait condamné à une vie de stress et d’agacement permanent. En tout cas, tant qu’il serait laissé ainsi aux mains dérangées de son beau-frère. Il fallait tout de même bien admettre que se rendre au manoir MacGobhainn juste avant une sortie père-fils n’était pas sa plus brillante idée. Il en avait malheureusement parfaitement conscience. Mais il savait aussi pertinemment que tant qu’il n’aurait pas récupéré son fétiche, il serait à la merci de Llewyn et de ses coups de folies.

    Le chirurgien lui ayant plus ou moins sommé de devenir son comptable personnel, le ceasg se trouvait dès à présent impliqué dans le trafic de l’autre. Et si l’idée même le répugnait, il n’avait cependant pas voulu tenter le diable et s’était arrangé pour porter ses honoraires à son maître chanteur, comme ce dernier le lui avait fait promettre contre son gré. Et si rencontrer l’héritier MacGobhainn ne mettait jamais le vieux bougon de bonne humeur, il l’était encore moins quand ce dernier lui demandait avec un sourire narquois de saluer son fils de sa part.

    Agacé, acculé et a présent un peu plus surchargé de travail, le comptable laissait ses doigts courir sur les contours de sa montre a gousset, comme pour se donner du cœur à l’ouvrage. Passer du temps avec Evander était important, plus que ses problèmes personnels. Mais s’il voulait le tenir à l’écart de tout ça, il faudrait qu’il lui impose des limites. Il était loin d’être à l’aise avec le temps que son héritier passait avec son bourreau personnel, encore moins avec l’influence qu’il pourrait avoir sur son fils.

    Seaghdh n’était qu’à moitié serein lorsque la voiture s’immobilisa. Il lâcha un grognement pour la forme avant de s’extraire du véhicule et de glisser une pièce au cocher. D’un geste rendu souple par l’habitude, il laissa sa montre glisser dans la poche de son veston et réajusta son chapeau alors qu’il se mettait en marche pour rejoindre le point de rendez-vous dont il avait convenu avec son fils.

    Et si la vue de la tête blonde ne fut pas suffisante pour lui ôter ce lourds poids qui pesait sur ses épaules et sa conscience, il s’en sentit néanmoins instantanément plus léger. Mais le comptale bougon n’avait pas volé sa réputation ! Incapable d’exprimer ses sentiments correctement, c’est avec un air contrarié par la gène qu’il se présenta à Evander ; ses mots, plus secs qu’il ne l’aurait voulu, son ton, tranché et bourru comme à l’accoutumée étaient loin de représenter l’affection qu’il avait pour son héritier.

    « Bonjour !
    -Bonjour Evander. »

    Le jeune homme bondis sur ses pieds, pour se tenir à la même hauteur que son père alors que leurs regards se croisent pour la première fois aujourd’hui. Pour la première fois depuis quelques jours en fait. La réalisation soudaine de la faible fréquence à laquelle il voyait son propre fils fit bouillonner Seaghdh de culpabilité ; aussi, fit-il mine d’avoir le regard attiré par quelque chose d’autre, plus loin dans le parc.

    Soudainement confus par cette vague de sentiment, le plus vieux chercha en vain une chose à dire, n’importe quoi pour briser le silence qui s’installait rapidement, mine de rien. Alors que son cas semblait irrémédiablement sans espoir, c’est l’étudiant en médecine qui lui sauva la mise en prenant la parole le premier. Bénis sois ce garçon, Se surprit-il a penser.

    « Comment vas tu ? »

    La question était anodine, simple mais efficace pour empêcher la conversation de mourir. Et pourtant, le comptable se surprit une fraction de seconde a envisager l’idée de répondre honnêtement à cette question. De lui parler du chantage de son oncle, du trafic innommable qu’il menait avec Teàrlach, du vol de son fétiche. Mais le bougon était persuadé dur comme fer que de telles complaintes, en plus d’être totalement déplacée, ne feraient que le faire passer pour un faible au yeux de son seul et unique héritier. Alors il se contenta de forcer un sourire sur ses lèvres et de chercher son regard.

    « Tu sais ce qu’on dit : le travail c’est la santé. Et toi, comment vont tes études ? »

    Mais avant qu’il n’ait pu obtenir de réponse. Même avant qu’il n’ait pu se féliciter d’avoir eu l’air convainquant, le bruit bien connu d’un instrument interdit résonna avec force dans le parc. Brisant la tranquillité du lieu aussi efficacement qu’une dame de compagnie maladroite ne casserait de la vaisselle. Le tout fut si soudain que le plus vieux sursauta et s’empressa de chercher du regard la source de cette agitation, un air courroucé immédiatement planté sur ses traits. L’amour des tradition étaient une chose, mais la cornemuse était interdite. En jouer en plein milieu d’un parc était clairement déplacé.

    Seaghdh parvient-il a apercevoir le cornemusier ?:

    Succès : Guidé par l'origine du son, le comptable parviens a apercevoir l'importun qui brise la tranquillité du parc et se met en route pour le rejoindre à grandes foulée pour lui expliquer sa façon de penser.
    Échec : Impossible de trouver l'origine du son agaçant. Le ceasg décide d'abandonner et de proposer à son fils un endroit plus calme.


    C’est alors qu’il l’aperçois, caché comme il a put dans un coin. Une silhouette qui souffle à plein poumon dans l’instrument interdit. Déjà échauffé par son début de journée mouvementée, le ceasg n’hésite pas une seconde à faire signe à son fils de le suivre alors qu’il entreprends de rejoindre à grandes enjambée le malotrus pour lui expliquer sa façon de penser.

    « Hey ! Vous là ! Posez moi tout de suite ce truc ! »

    _________________

    TOUT CE QUI BRILLE PEUT ÊTRE D'OR
    avatar
    Do not go gentle into that good night.

    Messages : 293
    Points : 184
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Simon Pegg
    Crédit : verveine. (ava) & moi (signa)
    Multicompte : /
    Taux d'abomination :
    70 / 10070 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Comptable
    Pouvoirs : Charisme, Fin limier & Fétiche
    Inconvénients : Fort besoin affectif, désastre nautiques, appel de la mer & matérialisme exacerbé


    Do not go gentle into that good night, old age should burn and rave at close of day; rage, rage against the dying of the light.

    Though wise men at their end know dark is right, because their words had forked no lightning they do not go gentle into that good night.





    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Through the valley

    Message par Ceann-Uidhe le Ven 22 Sep - 22:56

    Le membre 'Seaghdh Leamhnach' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Let nature be your guide

    Messages : 59
    Points : 259
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'abomination :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Through the valley

    Message par Evander Leamhnach Hier à 12:32

    La question est lancée au vent comme on balancerait une bouteille à la mer. Avec l'espoir - un peu fou peut être - de la voir revenir porteuse de bonnes paroles. Derrière la simplicité de sa question et le ton guindé de sa voix, c'est une une main tendue qu'il dirige vers Seaghdh.

    « Tu sais ce qu’on dit : le travail c’est la santé. Et toi, comment vont tes études ? »

    Ses traits se crispent quelques secondes alors que son regard se perd ailleurs, plus loin sur l’horizon, peinant à cachant la lueur déçue s'était allumée au fond de ses orbes grises. Un soupir s'étouffe à la lisière de ses lèvres alors que ses lèvres se serrent un peu plus l'une contre l'autre. Ce n’est pas ce qu’il aurait voulu entendre. Qu’espérais-tu, Evander. Quand apprendras-tu enfin à ne plus rien attendre ? Le monstre aurait tellement voulu que Seaghdh puisse se livrer à lui. Juste une fois. Juste un peu. Alors, peut-être, l'héritier aurait-il pu se confier lui aussi. Lui parler en long en large de ses études, lui parler de son coeur irrévocablement amoureux de la gent féminine dans son ensemble. Lui conter ses doutes et ses peurs toujours plus nombreuses. Lui demander conseil quant au monstre l'habitant, lui qui s'était toujours débrouillé pour gérer seul les inconvénients de sa monstruosité. La sensation de quelques gouttes de sang sur sa peau suffisant à faire battre son palpitant de la plus saccadée des mélodies, sa peau recouverte de plaques rougeâtres entre ses très espacées baignades. L'appel enivrant de la mer mêlé au dégoût des embruns salés.

    L'homme lui faisant face avait beau être son père, Evander n'avait que trop souvent l'impression de se trouver face à un étranger. Leurs mots n'étaient-ils pas après tout depuis toujours empreints de la gêne des premières rencontres ? La mélancolie lui étreignant le coeur était cependant un douloureux rappel que Seaghdh était loin d'être inconnu. Qu'il ne l'avait jamais été et qu'il ne le serait jamais. Et c'est poussé par ce sentiment lui tordant les entrailles qu'Evander força ses yeux à retrouver ceux du Leamhnach et ses lèvres à esquisser un léger sourire gêné. Tu ne pourras jamais lui expliquer ce que ton coeur te chuchote. Jamais.

    Muscle par muscle, le monstre s'applique alors à détendre les traits de son visage. Maladroit, le fils ne peut cependant pas tout à fait faire disparaître l'éclat blessé du fond de ses yeux. Lui qui présente d'habitude si bien, lui qui joue habituellement si bien la comédie se retrouve bien maladroit une fois seul avec son père. Les mains toujours enfoncées au fond de ses poches, le fils s'apprête à vanter ses excellents résultats scolaires. Il s'en fiche, Evander. Lui siffle vicieusement la partie de son esprit persuadée n'être qu'un poids pour le Ceasg. Mais le petit garçon encore caché au fond du coeur du jeune homme fait taire le sifflement d'un sourire enthousiaste. Le gamin d'hier - tout comme l'adulte aujourd'hui - a malgré tout besoin de l'approbation de son Père. Alors, le paon ouvre la bouche pour faire valoir ses rêves et ses ambitions, lui qui se voit déjà revêtir les atours d'un brillant médecin.

    Mais le monstre a à peine le temps d'ouvrir la bouche que le voilà coupé dans son élan par la mélodie dangereuse d'un instrument interdit. Son aîné sursaute, cherchant la source de ces notes déplacées, un air courroucé imprimé sur le visage. Les traits d'Evander, eux, restent de marbre devant l'interlude inadéquat, se contentant de ravaler mot après mot et phrase après phrase. Seaghdh s'éloigne à grandes enjambées vers l'indésirable musicien, faisant signe à son fils de le suivre dans la foulée. Les lèvres serrées dans une grimace aux accents mauvais, c'est un soupir sonore qui s'échappe d'entre les lippes du Ceasg alors qu'il marmonne à voix basse, plus pour les collines avoisinantes que pour son père - déjà trop éloigné que pour entendre son amertume.

    « Tout se passe très bien, merci. »

    Il se lance ensuite dans les pas de son père, le rejoignant assez rapidement que pour l'entendre s'adresser au malotru - « Hey ! Vous là ! Posez moi tout de suite ce truc ! ». Et si Evander se fiche bien de ses transgressions musicales (lui qui n'a jamais eu beaucoup de considération pour les règles en tout genre) ses poings se serrent tout de même au fond de ses poches. Ses ongles s'enfoncent dans ses paumes afin de garder la colère loin de ses traits contenus alors qu'il continue de se diriger vers le joueur de cornemuse à coup de grandes enjambées, scandant en sa direction. Il y a un sous-ton amusé au creux de ses mots. L'amusement enfantin de celui qui ne connait que trop bien cette sensation de liberté enivrante qui ne vient qu'avec le danger. Cette liberté qui ne peut naître qu'en piétinant toute autorité.

    « Êtes-vous au courant qu'il est interdit de jouer de la cornemuse ? »

    Résultat du dé:
    Succès: Evander accélère le pas pour enfin arriver à la même hauteur que Seaghdh, un sourire rieur peint sur le visage. Face à l'affront, le fils s'amuse.
    Echec: Trop concentré sur le fait de rejoindre son père le plus rapidement possible, Evander ne voit pas une racine noueuse dépasser du sol. Le monstre s'étale de tout son long, se relevant promptement, le visage à présent tordu de mauvaise humeur et les genoux recouverts de terre. Il rejoint son père la tête baissée, bougonnant de nombreuses insultes bien senties tout le long des derniers mètres le séparant de Seaghdh.

    _________________
    tumbling lights
    ©️lazare.
    avatar
    Don't you dare forget the sun

    Messages : 59
    Points : 30
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Dane Dehaan.
    Crédit : ISHTAR (avatar).
    Multicompte : Aucun.
    Taux d'abomination :
    80 / 10080 / 100
    Age : 23 ans.
    Métier : Etudiant en médecine.
    Pouvoirs : Fin limier, charisme, hydrokinésie, empoisonnement.
    Inconvénients : Fort besoin affectif, goût du sang, appel de la mer, matérialisme exacerbé.


    There was a time when meadow, grove, and stream,
    The earth, and every common sight
    To me did seem
    Apparelled in celestial light,
    The glory and the freshness of a dream.
    It is not now as it hath been of yore;—
    Turn wheresoe’er I may,
    By night or day,
    The things which I have seen I now can see no more.





    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Through the valley

    Message par Ceann-Uidhe Hier à 12:32

    Le membre 'Evander Leamhnach' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Let nature be your guide

    Messages : 59
    Points : 259
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'abomination :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum