AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • MembresMembres  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Ça mousse entre toi et moi | flashback

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Ça mousse entre toi et moi | flashback

    Message par Ùisdean MacKenzie le Mar 1 Aoû - 17:46


    Ça mousse entre toi et moi
    Aodhan ξ Ùisdean

    « Je n’en peux plus, c’est une infection ! Prépare le bassin, je vais chercher le crasseux. » Colère. Pulsante et aveuglante. Mais je n’en peux plus. Je ne peux plus tenir face à l’odeur nauséabonde que dégage l’homme. D’habitude, je prends le temps de m’intéresser un peu aux prisonniers, de savoir ce qu’ils ont fait, pourquoi ils sont là. Mais pas aujourd’hui, pas avec lui. Depuis que ce petit gars et arrivé, il a négligé le minimum syndical de l’hygiène. Il ne manquerait plus qu’il commence à tartiner ses déjections sur les murs de sa geôle histoire d’être sûr pour de bon qu’on ne l’approche plus. « Dépose lui son repas avant, je ne pense pas que ça a été fait. Eircheard refuse toujours de s’approcher de lui et c’était à lui de nourrir les prisonniers aujourd’hui. » Je lève les yeux au ciel. « Tu prends trop soin de lui. Si le crasseux crève la faim, il apprendra à se laver comme n’importe qui pour se nourrir. » Mon cousin porte un regard lourd de jugement sur moi que je soutiens un moment. « Quoi ?! Non, il est hors de question de je joue les nourrices pour ce gros porc ! Je… » Son regard ne change pas, il reste inflexible. Finalement je lève les yeux au ciel, exaspéré pour de bon. « Bien ! Tu as gagné ! Le crasseux aura son repas avant d’être trainé de force au bain. Mais ne tu ne peux pas me forcer à être aimable avec lui. » Sans un mot en plus, je tourne les talons, laissant mes chaussures ridicules claquer sur le sol en pierre des longs couloirs qui constituent le château. Je réajuste mon uniforme alors que je prends la direction des cuisines. Franchement… j’en ai vu des cas sociaux débarouler ici, j’ai côtoyé des tueurs, des assassins, des pervers, des tordus dans tous les sens… Mais jamais je n’avais vu quelqu’un d’assez fou que pour ne serait-ce que refuser qu’on le lave. D’une main négligente, j’arrache un quignon de pain. Je marque un arrêt en observant le fond de ragout qui nous a été servi à midi. D’un geste brusque, j’écrase le morceau de pain sur la table la plus proche, me détournant pour aller lui chercher une gamelle en métal. Je déteste quand j’ai à ce point pitié. Ma gentillesse me perdra un jour. Peut-être devrai-je penser à le priver pour de bon de nourriture tant qu’il n’accepte pas de se laver comme tout le monde ? Au moins une fois de temps en temps, quand l’odeur devient vraiment pénible. Ce serait la moindre des choses. Mécontent de mon propre laisser-aller, je ne remplis la gamelle qu’à moitié. Non, décidément, j’ai du mal avec l’idée de laisser un homme crever de faim pour mon propre bonheur olfactif… Ce qui m’énerve encore plus contre le crasseux. Je récupère le quignon de pain partiellement séché et indigeste que l’on réserve aux prisonniers et je quitte la cuisine, la gamelle dans l’autre main.

    J’avale les couloirs que j’ai appris à connaître comme ma poche. Il faut bien avouer qu’avoir grandi dans un Castel aide à s’y retrouver dans un autre. Je marque un arrêt en court de route, grimaçant d’avance avant de descendre l’escalier qui mène à l’aile où est gardé l’homme à demi-fou. Je n’ai pas envie de le voir, pas envie de le sentir. Mais, sincèrement, plus personne au sein de la garde ne supporte ce petit caprice ridicule que l’homme nous fait. Il est temps que quelqu’un y fasse quelque chose. Et si je dois l’amener par la peau du cul à cette bassine d’eau, je le ferais. Finalement, je reprends la marche, construisant mon mur de colère, essayant de ne pas m’attendrir de son jeun forcé par l’odeur qu’il dégage. C’est avec violence que j’arrive à me trainer devant la grille. On a dû le séparer des autres à cause de l’odeur qu’il dégageait. Cela m’inquiétait assez peu mais certains gardes avaient réellement eu peur pour la sécurité du gars. Alors on l’a bougé. La paillasse est moins confortable ici mais, au moins, il n’y a que nous que les odeurs incommodent. Il est là, allongé au fond de son trou, tel une âme en peine. Quand j’ai commencé à travailler ici, j’avais de la peine pour ces gars qui semblaient au bout du rouleau, si loin de tout et du monde… Et, avec les journées qui se sont suivit, j’ai appris à m’imperméabiliser à tout ça. Je cogne la gamelle sur le métal des barreaux pour attirer son attention. « Parait que t’as rien eu aujourd’hui, le crasseux. » Je me penche et je fourre la gamelle entre les barreaux, repoussant le repas froid vers le centre de la cellule, renversant une bonne partie du ragout par là même. Le quignon de pain ne tarde pas à suivre le même chemin. « On se bouge. Gobe ça en vitesse, je t’emmène te décrasser après ça, que tu le veuille ou non. »

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 323
    Points : 221
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Pseudo : NyxBanana

    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre - Àdhamh - Ælpein


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ça mousse entre toi et moi | flashback

    Message par Aodhan Leòdeach le Lun 4 Sep - 19:01

     
    GINGER & STINKY
    You have forsaken all the love you've taken
    Sleepin' on a razor, There's nowhere left to fall
    Your body's aching Every bone is breakin'
    Nothin' seems to shake it
    It just keeps holdin' on
    Aodhan va très bien. Il se sent très bien. On lui demande, il va très bien, il est parfaitement sain et il n’est pas fou. Il n’y a aucune raison de l’enfermer parce qu’il n’est pas fou. Il se répète ça parfois, en se balançant, d’avant en arrière, d’avant en arrière, d’arrière en avant, il se le répète en marmonnant jusqu’à ce qu’un voisin lui en colle une parce qu’il fait trop de bruit. Ah non, il n’a plus de voisin. Il n’a plus de voisin. Il va bien. Il va très bien. Il suffoque, parfois, et il a envie de voir la mer, tellement envie de voir la mer, mais il va très bien. Inspire, expire, Aodhan. Depuis quand n’a-t-il pas mangé ? Il ne sait plus. Il a oublié. Il essaye de compter mais ses doigts bougent trop, et il a du mal à voir combien exactement il en a, alors c’est pas forcément la meilleure des idées.
    Il sait qu’il est là pour folie. Il sait, aussi, qu’ils n’ont pas si tort que cela de penser cela. Il est un peu fou, c’est vrai, et parfois il a peur d’être véritablement possédé. Il a des absences, après tout, et peut-être que, depuis le début, Sineag n’est rien qu’un esprit qui le hante. Parce que si elle n’est pas mystique, si elle n’est pas un démon, alors pourquoi l’entend-il toujours parler après sa mort ? Partout où il va, elle le suit, il entend ses sarcasmes, et ses médisances, jusqu’aux insultes qu’elle murmure et répète quand il essaye vainement de dormir. Elle est partout, et l’a toujours été. Il ne pourra jamais lui échaper.
    Donc oui, il y a un petit soucis avec Aodhan. Il y a un gros soucis avec Aodhan. Surtout quand il hurle dès qu’on l’approche de la baignoire. Il n’a pas réussi à leur expliquer qu’il ne se lavait plus comme ça depuis longtemps. Tout le monde se baigne, après tout. Il n’y a que lui pour humidifier une serviette pour se laver, sans jamais tremper quoi que ce soit. Il ne veut pas être trempé. Il ne veut pas sentir son corps sous l’eau. Pire encore, il ne veut pas que son visage, sa bouche, ses narines, ne puissent respirer à cause de l’eau qui s’y précipite. Il ne peut pas, refuse, hurle, rue, mord, frappe, se frappe plutôt que de finir noyé. Ils vont le noyer. Il sait qu’ils vont le noyer.
    Il n’y a que Sineag pour savoir quand le remonter à la surface.
    Alors oui, il y a un putain de soucis avec Aodhan, il est sûrement fou, peut-être même possédé. Et il l’est sûrement depuis longtemps, mais cela ne fait  qu’en empirant.

    Il faut qu’il voie la mer.
    Il faut qu’il travaille.
    Il faut qu’il puisse être seul.
    Et qu’il se lave.
    Et qu’il ai accès à sa peau.
    Et qu’il voie la mer, surtout.

    Rien de bon dans cette prison, rien à part l’empêcher de faire honte à sa famille. Parce qu’il fait honte, Aodh, à sa famille, sa patrie, même certains de ses collègues. Même les gardes ont honte de lui. Sineag aussi le lui chuchote, souvent, à quel point il est pitoyable depuis qu’elle n’est plus là. Tu n’aurais pas du me tuer, si c’était pour finir comme ça. Et il la déteste d’avoir raison. Il le lui dit souvent, l’insulte parfois, et il est déjà arrivé qu’un garde le prenne pour lui et lui en foute une. Ou deux. Il a encore l’oeil au beurre noir de la dernière fois. Il sait qu’on ne l’aime pas vraiment. Ça doit être l’odeur. Il sait qu’il sent, se doute bien qu’il doit pas sentir bon, mais lui, il le sent plus. Il vit tellement dedans, il ne s’en rend même plus compte. Il est presque rassuré de cette couche de crasse qui l’envelope, l’entoure comme une protection. C’est sa carapace, se répète-t-il souvent. Ce qui le protège de sombrer encore plus loin. Tant qu’il est crasseux, c’est que personne ne le noie. C’est bon signe non ?
    Ouais, il pue, il schlingue la mort, il se le rappelle dès qu’il voit quelqu’un l’approcher. Comme ce garde, là, qui l’insulte de crasseux. Alors qu’il est roux. Quand tu te fais traiter comme une merde par un roux, c’est que t’es bien au font du trou. Surtout quand tu rétorques que par un grognement faiblard, uniquement attiré par la bouffe qu’on balance vers lui. Il a faim. Tellement faim. Il se précipite en avant et le pain est trempé dans le bas avec des tremblements fébriles. Il a déjà la bouche pleine quand il entend la phrase complète du garde.
    Ça l’étouffe. Il s’étrangle dans son propre repas, avale de travers, tousse, recrache, les yeux exorbités de peur. Il a reculé, s’est précipité en arrière, tatonnant de ses mains sur le sol pour chasser tout ce qui pourrait gêner son passage, jusqu’à se coller au mur. Le mur est froid, il le ramène un peu à la réalité, il le remet un tout petit peu les idées en place, juste assez pour essayer de jouer au petit malin : « Alors je mange pas ! Si c’est pour la noyade après et bien non ! Je mange pas ! J’Y VAIS PAS ! » Il agite la tête, paniqué, et ses cheveux trop longs s’agitent dans leur crasse autour d’un visage encore marqué par le sang et la saleté. Nigaud, il cherche une issue, un échapatoire, dans l’étroite cellule. Sa langue se délie dans une voix rauque et geignarde, violente de panique :
    « Tu me noies pas ! T’as pas le droit de me forcer ! Je fais rien à personne, je bouge pas, je reste là ! Gardez moi enfermé ! Je veux pas ! JE VEUX PAS ! » Il va s’approcher, il va l’attraper, c’est inévitable, il va l’attraper et le tuer, bien entendu qu’il va le tuer, ils veulent tous le tuer. C’est un envoyé de Sineag, il en est persuadé. C’est ses cheveux roux, ce sont eux, ils le trahissent. « Tu me touches pas ! TU ME TOUCHES PAS ! Je sais ce que tu veux ! » Il crache au sol. « Tu m’touches pas, supôt de Satan ! » Ou de Sineag. Il est perdu. Il sait plus.  
    ⇜ code by bat'phanie ⇝

    _________________
    RIEN N'EST  INDIFFÉRENT
    RIEN N'EST IMPUISSANT
    avatar
    It just keeps holding on

    Messages : 224
    Points : 119
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Iwan Rheon.
    Crédit : Thinkky & XynPapple
    Multicompte : Électre Rochefort.
    Pseudo : Gérard

    Taux d'abomination :
    90 / 10090 / 100
    Age : Trente-sept ans.
    Métier : Imprimeur.
    Pouvoirs : Transformation en phoque (1/m) / Audition Gratifiée / Thermorégulation
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau / Loup de mer / Tendances Artistiques / Trouble de déficit de l’attention / Empathie exacerbée pour les phoques

    La Vie est triomphante et l'Idéal est mort,
    Et voilà que, criant sa joie au vent qui passe,
    Le cheval enivré du vainqueur broie et mord
    Nos frères, qui du moins tombèrent avec grâce.


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ça mousse entre toi et moi | flashback

    Message par Ùisdean MacKenzie le Mar 12 Sep - 18:48


    Ça mousse entre toi et moi
    Aodhan ξ Ùisdean

    « Alors je mange pas ! Si c’est pour la noyade après et bien non ! Je mange pas ! J’Y VAIS PAS ! » Encore des cris. C’est ce qui s’était passé la dernière fois qu’il avait été question de laver ce chien galeux. Sauf que la dernière fois, mes collègues avaient cédé aux velléités du fou, à ses cris, à sa folie pure. Mais je ne suis pas n’importe quel garde. Et, sincèrement, je n’en peux plus de l’odeur fétide que dégage le crasseux. Rude mélange d’urine, de merde et d’autres transpirations âcre, rien que passer dans le couloir a de quoi vous prendre les narines. Sa peau grasse ne relui plus depuis longtemps, la crasse ayant fini de couvrir la graisse de la peau suintante, quémandant un peu d’eau, de quoi respirer à nouveau. Il va falloir que j’en discute avec mon supérieur mais il va peut-être nous falloir des personnes spécialisées dans le domaine de la folie pour prendre en charge des cas comme celui-ci. Nul doute que le bougre doit être possédé pour se complaire à ce point dans sa crasse. « Tu me noies pas ! T’as pas le droit de me forcer ! Je fais rien à personne, je bouge pas, je reste là ! Gardez moi enfermé ! Je veux pas ! JE VEUX PAS ! Tu me touches pas ! TU ME TOUCHES PAS ! Je sais ce que tu veux ! Tu m’touches pas, supôt de Satan ! » Il a osé. Il a craché au sol, dans ma direction. C’est qu’il n’arrange pas son cas, le crasseux. « Comme tu veux, ça change rien pour moi que t’ai l’estomac vide ou plein. J’viens juste faire mon boulot. » Je sors mes clefs, les glissants dans le verrou de la cellule, ce dernier grinçant sous l’action du mécanisme. Je cherche son regard paniqué, essayant de bien lui faire comprendre qu’il ne pourra éviter la suite. « Je vais me faire un plaisir de te laver. J’ose même pas imaginer toutes les maladies que tu portes sur toi, sale porc. » Après tout, même si ce ne sont que des criminels qui séjournent en ces lieux, il faut bien qu’on assure un minimum de propreté dans les lieux, au moins pour la santé de la garde. Le patron a toujours été très strict à ce sujet. Et je doute qu’il soit heureux de voir l’état du crasseux. La porte s’ouvre d’un grincement violent alors que je la repousse sans ménagement. Dans mes mains, une paire de menottes. Je préférerais faire mes rondes que d’être ici à gérer ce tas de merde, il n’y a aucun doute là-dessus. Et je compte bien lui faire payer. Pour sa résistance mais aussi pour l’infamie qu’il dégage. J’ai déjà senti des choses peu agréables au court de ma vie… Mais cet homme mérite sans nul doute la palme des pires choses qui ont pu agresser mes narines. Je referme la porte derrière moi, ne voulant pas risquer de voir le crasseux courir dans les couloirs, bien qu’il ne sera sans doute pas difficile de le retrouver… Il suffira de suivre l’odeur. Je me penche et je ramasse la gamelle. Je regarde le contenu presque froid avant de relever les yeux vers lui. Bon, s’il n’en veut pas… Je la lui lance dessus, plus par plaisir de l’humiliation qu’autre chose. Je ne suis pas un homme mauvais mais je considère avoir déjà été plus que patient avec le fou. « Je n’ai pas la patience de mes collègues alors on va être sage, hein, le crasseux ? » Dans la mesure du possible, j’aimerais éviter le contact physique avec lui. C’est que je ne tiens pas à ce qu’il me refile quelconque maladie… Les menottes toujours en main, je m’approche de lui, bien décidé à les lui passer avant de le trainer d’autorité jusqu’à son foutu bain. Un début de lutte s’engage. Malheureusement pour le fou, le jeûne et la folie ont trop affaiblit son corps et c’est sans trop de difficulté que je réussi à faire tourner la clef des menottes. Les insultes volent dans l’air et c’est sans ménagement que je lui claque l’arrière du crâne… Avant de regretter mon geste directement. Rien que de l’avoir légèrement toucher, mes mains me reviennent grasses et sales. « Tu m’as collé ton infamie ! C’est insupportable ! » Je frotte ma pauvre main sur mon uniforme, l’autre étant trop occupée à serrer la barre des menottes du crasseux. « Tu as de la chance que l’entretien de l’uniforme soit pris en charge par le château, sinon j’aurais vraiment essayé de te noyer pour le coup. » Sans un regard ou un mot, je me dirige vers la sortie de la cellule, le trainant d’autorité derrière moi. Direction ; le bain ! Ca aura au moins le mérite de laisser en paix mes pauvres narines.

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 323
    Points : 221
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Pseudo : NyxBanana

    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Premier Lieutenant du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre - Àdhamh - Ælpein


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum