AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Sam 15 Juil - 10:11

    C'était une nuit comme toutes les autres, passée dans un cimetière réputé pour ses fantômes avec une pelle et un homme tout droit sorti d'un catalogue de statues funéraires.

    Tristan ne croyait pas aux vampires. Il estimait que si la chose existait réellement, avec sa poisse naturelle, il aurait fini par tomber sur l'un d'entre eux au cours de ses voyages. Il s'en serait probablement entiché et aurait fini vidé de son sang. Attendu qu'il était toujours bien vivant et en bonne santé, il ne pouvait croire à ces créatures.

    La plupart du temps, ces appels au secours de familles inquiètes n'avaient aucun fondement. On déterrait le cadavre, on versait un peu d'eau bénite dessus pour faire bonne mesure (en fait, de l'eau toute simple ; Tristan n'avait pas réellement le pouvoir de bénir de l'eau... mais personne n'allait jamais faire la différence), on disait trois Pater et un Ave et on refermait le cercueil. Ce que les sonneurs d'alarme avaient entendu était généralement une bestiole quelconque venant grattouiller la terre pour trouver à manger mais apparemment ce n'était pas une chose à leur dire. Il semblait que les gens n'aimaient pas entendre que leurs chers disparus se faisaient lentement bouffer par des asticots et autres créatures grouillantes et rampantes. Cela laissait Tristan perplexe : à quoi diable s'attendaient-ils en mettant un cadavre sous terre ?

    Il y avait bien eu une ou deux exceptions à la règle. Deux, oui. La première avait été celle d'un Fir Darrig ayant décidé de faire une plaisanterie à sa famille en se faisant passer pour mort – il l'avait juste un peu trop bien fait et s'était donc retrouvé dans le caveau familial à taper frénétiquement à la porte du mausolée pour qu'on le laisse sortir. Le pauvre hère s'en était tiré avec plus de peur que de mal et une farouche détermination à ne plus jamais jouer ce genre de tour. La seconde avait été plus tragique : un Caoineag avait tenté de se suicider et presque réussi, suffisamment pour que sa famille décidât de le mettre en terre. Malheureusement, le jeune homme ne pouvait pas se suicider et avait essayé désespérément de s'extirper de son cercueil, y laissant ses ongles, la peau de ses mains et probablement ce qui lui restait de dignité. On l'avait retrouvé mort d'étouffement. Au moins, il avait eu ce qu'il voulait.

    Mais puisqu'il fallait bien le faire – et qu'il fallait bien que quelqu'un contrôle les fantaisies de Keith McBain, qui se chargeait la plupart du temps de ces basses besognes – Tristan avait donc pris sa pelle, ses plus grosses bottes de pluie et enroulé ses cheveux dans un foulard noir pour se rendre à la nuit tombée dans le cimetière responsable de l'agitation du moment. Il devait bien avouer qu'une partie de lui appréciait terriblement l'adrénaline qui accompagnait l'acte de profaner une tombe, fût-il tout à fait légal. Il aurait certes préféré une compagnie moins... plus... moins Keith, mais enfin, il était adaptable.

    « Monsieur McBain, bonsoir, »
    dit-il poliment en rejoignant son acolyte aux portes du cimetière. « Je vous présente toutes mes excuses pour ce retard, j'ai été retenu par une urgence personnelle. » Une boîte de gâteaux ouverte sur sa table, donc. « Vous ne m'avez donné que peu de détails sur cette affaire, pourriez-vous s'il vous plaît m'en dire un peu plus ? Qui allons-nous exorciser aujourd'hui et quels sont les symptômes ? »

    Tristan essayait désespérément d'avoir l'air sérieux. Il avait beau être un excellent acteur et avoir gagné son pain de la sorte pendant des années, ce rôle-ci lui paraissait plus compliqué que les autres : comment rester sérieux lorsqu'on part à la chasse aux vampires ? Bientôt, on allait lui demander d'aller déloger des elfes ou de partir à la recherche d'un monstre gigantesque ayant élu domicile dans un Loch au Nord. Ridicule. Il savait bien sûr que le monde était plus qu'il n'y paraissait, il savait que l'humain n'était pas toujours tout à fait humain, mais les vampires appartenaient pour lui au domaine du lyrique et de la fantaisie. Bah – au moins, ça faisait une soirée originale.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Keith McBain le Sam 15 Juil - 10:49

    =>avant

    N’y avait-il pas de lieux plus beau, plus calme, plus apaisant pour un caoineag qu’un cimetière ? Un cimetière remplit de fantôme qui dans les ténèbres s’aventurent certainement à vous frôler, alors que vous ne vous doutez pas une seconde de leur présence ? Le cimetière même où se trouvait Bloody MacKenzie ?

    En tous les cas, Keith MacBain, du haut de son costume noir et de sa tête dévoilée, parait presque sourire, chose glaçante s’il en est, en se tenant si fermement droit, debout, pâle et cireux, en souffrance d’esprit perpétuel, à garder un silence profond, dans le cimetière. Au fond de lui, l’excitation de profaner la sépulture d’un mort fait gonfler dans l’embaumeur une joie ténébreuse, aux fils diaphanes. Y a-il un instant plus magique, alors qu’il part en quête, plein d’espoir, d’un vampire ? D’une créature arborant le soleil et qui se terrait dans son cercueil avant de retourner hanter les vivants de sa famille ? Là de suite, certainement pas !

    Greyfriars éclate sous la lune d’un sublime troublant, les pierres noircies des effigies mortuaires paraissent s’engloutir sous la lune. De son habitude, Keith aime à venir y marcher, tenant sa sœur à son bras, déprimant sous leurs passages, les êtres déjà chagrins, une sortie en famille ne fait jamais le moindre mal !
    De son habitude, aussi, Keith y vient vérifier que les morts sont morts et qu’ils ne cherchent en rien à s’échapper de leur caveau ou de leur tombe. S’il est arrivé que des êtres ne soient pas partis dans les bras de l’Ankou ou d’un ange des défunts, la plupart du temps, il n’y a rien de bien spécifique. Des vérifications d’usage, gonflées par la superstition, et en ces instants-là, les MacBain deviennent étrangement les meilleurs amis des gens en chagrin. On demande à demi-mots, avec crainte, effroi, et les MacBain font.

    « Mon père… » Sa voix parait couler de sa bouche comme une torture, le souffle asthmatique du caoineag offre à ses syllabes, un épuisement lugubre. Il parait faire tous les efforts du monde à parler, mais de son intonation funeste transparait l’épaisseur de sa nature. « Rien de grave j’espère ? »Bien qu’il aurait aimé que cela le soit… « Peter Heigh semble sortir de sa tombe selon les dire de sa veuve et de ses filles. Revenir les voir, et se mettre au pied de leur lit pour les fixer, elles disent que le chien est mort, sans une goutte de sang. »

    Une lueur éblouissante  à l’idée traverse sa pupille. Nul doute que le caoineag croit aux créatures et espère toujours en découvrir d’autres que celles vivant dans leur vieux Edimbourg sale. Mais cela n’est proprement jamais arrivé, il n’y a que des phoques et des lutins puants… « J’ignore si elles font une farce…connaissant leur nature. » Des Fir Darrigh quoi….mais Keith n’omet jamais de penser à ces choses.

    Sur son épaule Smyth observe le pasteur, dans l’espoir d’être attendrissant pour une quelconque attention, l’animal sage ne s’éloigne guère de son maître et sa queue passe autour du cou de Keith, sans que la sensation ne le dérange : question d’habitude. Sa main se redresse soudainement, alors qu’il vient repousser la mèche de ses cheveux graisseux qui tombe sur son visage. L’excitation rend l’homme sépulcrale encore plus inquiétant, mais qui le connait, ne s’en soucierait pas. Dans le geste fluide, sa mâchoire se crispe pour sourire un instant. Il ne prélèverait rien ce soir, le père n’était pas de nature à l’intéresser, hélas. « Heureusement qu’il fait humide ce soir, la terre sera plus facile à…retourner » Il sourit véritablement, avant d’empoigner sa pelle, nulle doute qu’il frôlerait la crise d’asthme durant la tâche….



    _________________


    "Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”
    avatar
    How terrible it is to love something that death can touch

    Messages : 96
    Points : 90
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Crispin Glover
    Crédit : @Carmina
    Multicompte : Non
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 36 ans
    Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
    Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
    Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Sam 15 Juil - 11:29

    Jésus, Marie, Joseph. Tristan aurait dû être habitué à la présence passablement glauque et dérangeante de son acolyte mais rien n'y faisait : des mois après avoir commencé leurs activités funèbres, il ne pouvait se résoudre à considérer Keith McBain comme une personne normale. Même « personne » semblait être quelque peu exagéré pour parler de lui. Il ressemblait à ces serviteurs lugubres que les romans gothiques du siècle à venir placeraient en personnage omniprésent et toujours silencieux, traînant derrière leur maître avec des grognements gutturaux.

    De toute évidence, les deux personnages étaient aussi opposés qu'on pouvait l'être. Tristan était lumineux, rieur, plein d'amour pour son prochain, d'énergie et de dynamisme. Keith était... macabre. Lugubre. Glauque. Si Tristan avait eu sous la main un dictionnaire de synonymes, il les aurait tous énumérés dans sa tête, s'émerveillant de ce qu'ils reflétaient si bien la nature de son acolyte. Au moins, l'homme avait choisi la profession la plus adaptée à sa personnalité qui pût être : travailler dans une maison funéraire quand on est soi-même une sorte d'incarnation de la Faucheuse, voilà qui était une idée tout à fait remarquable.

    Au moins, il y avait Smyt. Tristan aimait Smyt, comme il aimait à peu près tout ce qui avait quatre pattes et des poils, ou pas de pattes et des écailles, ou un mélange des deux. Le règne animal l'avait toujours fasciné et il n'était pas rare de le voir interrompre une conversation pour aller demander au maître d'un chien passant par là s'il pouvait caresser la bestiole. Il n'avait jamais l'air aussi heureux que quand un gros chien très poilu lui bavait sur le visage avec effusion et le renversait à demi sous son poids. Tristan était une petite chose maigre et beaucoup de chiens étaient plus lourds que lui, ce qui lui plaisait immensément.

    « Rien de grave, non, merci, Monsieur McBain, » dit-il en forçant un sourire pas trop narquois sur ses lèvres. Il était évident que l'homme aurait aimé entendre parler d'une tragédie quelconque ayant frappé Tristan, dans le seul but de prétendre éprouver de la compassion pour dissimuler sa jouissance morbide face à la souffrance. Hélas pour lui, ce qui avait retardé Tristan n'était qu'un paquet de gâteaux et sa propre distraction, comme c'était souvent le cas – et même si une chose terrible s'était produite, le faux pasteur n'irait certes pas le dévoiler à l'homme-tombe en face de lui.

    L'histoire ne lui fit même pas lever un sourcil. Il connaissait fort bien les illusions que le deuil et la peine pouvaient créer chez des gens autrement sains d'esprit et se garderait bien de commenter en émettant ses hypothèses. Soit il s'agissait d'une plaisanterie de fort mauvais goût, soit ces pauvres gens avaient suffisamment souffert de la perte de leur patriarche qu'ils n'étaient plus capables de distinguer les rêves de la réalité. Dans tous les cas, point de vampire, quoi que l'histoire du chien le surprît quelque peu. S'il ne s'agissait pas d'un mensonge élaboré pour rendre l'ensemble plus crédible, quelque chose d'étrange se tramait. Peut-être cela avait-il un rapport avec les six cadavres retrouvés quelques temps auparavant ? Sur le moment, Tristan ne parvint pas à se souvenir des conditions dans lesquelles on les avait retrouvés, mais il ne lui semblait pas qu'ils eussent été vidés de leur sang. Néanmoins, il garda la possibilité dans un coin de son esprit, à examiner plus tard.

    Le cimetière de Greyfriars était grand et suffisamment célèbre pour que son seul nom provoquât des sursauts chez les personnes les plus influençables. On parlait d'un vieil esprit d'un clan MacKenzie hantant les lieux et d'autres fumisteries du même acabit. Tristan ne croyait pas plus aux fantômes qu'aux vampires, quoi qu'il eût plus de réserves sur ce scepticisme-ci. Après tout, qui était-il pour penser que certaines personnes ne reviendraient jamais même après la mort ? Il était bien placé pour savoir qu'il était des humains dont la ténacité et l'entêtement pouvaient bien défier même les lois de la nature. Il se refusait d'y croire mais une petite partie de lui, un sentiment tout au fond de son estomac, lui suggérait tout de même la prudence. Un cimetière à minuit en compagnie aussi macabre pouvait fort bien s'avérer un piège mortel.

    Il secoua la tête pour lui-même. Ces élucubrations lui étaient familières, il traversait le même processus à chaque rendez-vous nocturne avec Keith. L'influence lugubre de son acolyte parvenait à l'atteindre malgré son cynisme et son esprit rationnel et, bien entendu, il avait la chose en horreur. Il avait passé l'âge de ces sottises – non qu'il y eût jamais cru. Même enfant, ses intérêts se portaient plus sur les arbres et les marguerites que sur d'hypothétiques créatures revenues de la tombe ou cherchant à la quitter. Les arbres, au moins, on pouvait les sentir et les toucher.

    « Hé bien, mettons-nous donc en route, » dit-il non sans une certaine réticence. « J'aimerais être de retour chez moi avant que la pluie ne se remette à tomber – et je ne doute pas que vous aussi. » Oh, il en doutait fortement : Keith McBain était tout à fait le genre d'homme à se réjouir d'une atmosphère rendue plus sépulcrale encore par une pluie fine accompagnée de brume épaisse. « Avez-vous pensé à demander l'emplacement de la tombe ? Greyfriars est autrement plus grand que le cimetière où nous nous sommes rendus la dernière fois, je n'aimerais guère devoir le quadriller pour retrouver Peter Heigh... »

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Keith McBain le Sam 15 Juil - 12:27

    « Tant mieux. » Dit-il du bout des lèvres, nullement satisfait pour autant du manque de tragédie potentiel de l’évènement du retard. Keith aime tout de même la mise en scène, il en est une au final, de par nature et parce que les gens déterminent les MacBain ainsi, rien de terrible, seulement de la presque vérité. Il peut avoir de l’humour, forcément très noir et il lui arrive même de rire, encore faut-il assez le surprendre pour cela.

    Keith ne s’est jamais révélé qu’à sa petite laitière, toute la lumière qu’elle avait pu mettre en lui a disparu depuis longtemps. Les aléas de la vie ! Dans son costume mortuaire, il évolue, et il fait nul doute qu’il apprécie, chose étrange, le pasteur malingre qui lui sert de comparse, sinon, il ne continuerait pas à le faire en sa compagnie. Certes, il n’existe que peu de pasteur voulant bien se plier à l’exercice, ou estimant devoir vérifier la venue des créatures. Le Dieu Unique semble avoir pour toujours retourner les esprits, les rendant incrédules ou offensés à la moins évocation d’une autre entité que celle des églises et des cathédrales !

    « La pluie est une comparse que personne ne souhaite avoir ou presque… » Lâche-t-il. Non, la pluie ne le dérange pas. En vérité, il aime se sentir accabler par sa présence, tremper jusqu’aux os, et son attitude déprimante n’en est que plus sublimé, tout comme son cœur et son âme meurtris d’un passé obscur. « Vous vous doutez bien que je connais tous les cimetières de cette ville… » Une vrai cartographie macabre siégeant dans son esprit. En étant mauvaise langue, il suffirait de dire que c’est une affaire normale, une langue logique aussi. Après tout il est un MacBain, et après tout il est fossoyeur. Avec ces dix dernières années, les cimetières lui sont une seconde maison. « Les MacBain sont enterrés ici, dans un des plus grands caveaux, et j’y passe une grand partie de mon temps. Surtout depuis ces dix dernières années. Tout comme vous devez connaître votre petite église mon père… »

    Il eut un sourire, cette fois aimable, avant de ramasser les affaires nécessaires et se diriger dans le cimetière. Les allées principales sont boueuses et il n’est pas mécontent d’avoir ses bottes, comme à son habitude, pour autant, la chaleur de l’orage prochain n’est que trop présente et son souffle souffre sous ses déplacements. « Monsieur Heigh se trouve plus au nord, il faudra soulever la pierre qui ferme le tombeau, nous avons de la chance, ce n’est pas une pierre trop lourde. »

    Il désigne du doigt la direction, en soit tout à l’opposé de l’entrée et sous cette constatation, le feulement d’un chat coupe la fin de la phrase de l’homme macabre, il hausse un sourcil en voyant la bestiole filer devant eux, du malheur pour chacun d’eux à la vue du pelage noir. Quelque chose semble avoir effrayé la bête, mais rien ne semble bouger, ni faire le moindre de bruit. Les observe-t-on ? Il hausse les épaules. Ce n’est pas un message des morts, les chats ne sont pas dans ses affinités, et il n’a pas l’âme de percevoir cela, l’intuition ne le gagne pas. « Je suppose que nous l’avons dérangé. » Finit-il par souffler, alors qu’il perçoit les yeux luisant du chat qui s’est réfugié non loin d’eux, fixant les comparses nocturnes.

    Est-ce la déprime du caoineag qui l’attire ?
    Est-ce la nature de phoque du Selkie qui l’intéresse ?

    Allez savoir !

    Keith s’apprête à parler, quand un second chat finit par traverser, trouvant enfin le courage, mais le couard rouquin vient se glisser entre les pattes du caoineag, dont la surprise traduit le mouvement du corps, il tente de ne pas écraser la bête, il s’en voudrait…

    C'est l'heure du dé!

    Succès: Le canoieag tente tant bien que mal de ne pas faire mal au chat énorme, son corps part en avant, il marche pourtant sur sa queue et lui arrache un cri. L'animal effrayé se retourne, sous la douleur et plante ses griffes dans sa botte, sans parvenir à atteindre Keith. Il s'enfuit vers son comparse en feulant.

    Echec: Le canoieag parvient à éviter de blesser l'animal, ses pieds s'emmêlent et il se vautre dans la boue, face la première....

    _________________


    "Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”
    avatar
    How terrible it is to love something that death can touch

    Messages : 96
    Points : 90
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Crispin Glover
    Crédit : @Carmina
    Multicompte : Non
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 36 ans
    Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
    Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
    Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Ceann-Uidhe le Sam 15 Juil - 12:27

    Le membre 'Keith McBain' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Faileas

    Messages : 23
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Sam 15 Juil - 13:36

    Que Keith connût comme sa poche tous les cimetières d'Edimbourg n'était en effet pas une surprise. Tristan se retint de toutes ses forces de rouler des yeux, préférant garder un visage neutre sous le fichu noir qui lui recouvrait les cheveux. Si son acolyte avait la décence de ne pas commenter cet accoutrement, en général plutôt réservé aux femmes, il pouvait bien prétendre ne pas trouver sa morbidité et sa fascination pour les tombes ridicules. Après tout, il ne faisait de mal à personne et se contentait d'être une pauvre créature enfermée dans ses émotions macabres sans chercher à y tirer qui que ce fût, alors pourquoi pas ? Dans un sens, Tristan avait de la sympathie pour Keith – ce qui n'était une surprise pour personne, le faux pasteur ayant une certaine tendance à éprouver de la compassion pour tout autre être vivant sitôt qu'on lui en donnait l'occasion. Pour être ainsi fait de lugubres pensées, il devait avoir vécu certaines souffrances et c'était là quelque chose que Tristan était tout à fait à même de comprendre. Ils avaient simplement choisi différentes façons de les gérer.

    « J'apprécie votre sens des directions, » dit-il avec un sourire. « Je serais pour ma part bien incapable de m'orienter dans cette obscurité. Je vous suis, Monsieur MacBain. » Doux euphémisme que celui-ci : malgré près de deux ans passés dans sa minuscule paroisse, Tristan parvenait encore à s'y perdre. Il était bien trop distrait par toutes les choses de la vie pour prêter une quelconque attention aux couloirs sinueux et aux détails aussi infimes que la position des portes ou des colonnes, aussi n'était-il pas rare de le voir entrer en collision avec ces dernières lorsqu'il était trop absorbé par ses pensées. Par chance, ce n'était pas encore arrivé devant des fidèles, mais il savait que ce jour se produirait et qu'il lui faudrait affronter les rires et les quolibets de ses ouailles.

    N'ayant guère envie de reproduire la scène avec une tombe, Tristan prit le parti de se taire et de tâcher de se concentrer sur les pierres qui jalonnaient le chemin. Ce fut à son grand désarroi qu'il s'aperçut être en train de passer plus de temps à déchiffrer les noms inscrits sur les stèles et à essayer d'imaginer la vie des gens sur lesquels il marchait qu'à éviter les obstacles sur son chemin. Seule l'idée qu'une chute dans la boue risquait d'abîmer sa chevelure malgré la protection du foulard parvint à le ramener à un semblant de concentration. Et l'autre de raconter comment sa famille était enterrée ici... Dans la liste des choses que Tristan aurait préféré ne pas savoir, ce fait se trouvait certainement dans les dix premières entrées. Pour une raison qu'il ne s'expliquait pas tout à fait, l'idée de se trouver prêt des ancêtres de son lugubre comparse le mettait mal à l'aise – peut-être parce que, si les aïeux de Keith lui étaient ne fût-ce qu'un peu semblables, ils auraient sauté sur l'occasion de revenir d'entre les morts.

    Un frisson lui parcourut l'échine à cette idée.

    Non – il fallait rester concentré. Aller jusqu'au Nord du cimetière, trouver la tombe de Peter... quelque chose (il avait déjà oublié le nom du pauvre bougre), bouger une pierre « pas trop lourde ». Il espérait que « pas trop lourde » signifiait « environ du poids moyen d'un oreiller en plume », sans quoi l'opération se révélerait compliquée. Malgré ses nombreuses errances et les fâcheuses situations dans lesquelles il se retrouvait fréquemment, Tristan n'avait jamais développé la moindre force physique, n'y ayant aucune prédisposition génétique. Il préférait de très loin travailler son agilité, sa vitesse, son intelligence ; ce qui lui avait sauvé la mise à maintes reprises. Quitte à être de relativement petite taille et maigre comme un clou, autant s'en servir pour échapper à des poursuivants et leur glisser entre les mains tel... tel un phoque humide.

    Et puisque phoque il était, il y avait une certaine logique dans le fait que sa présence attirait les chats locaux, qui ne voyaient en lui qu'un gros poisson bien juteux à dévorer pour le souper. Il ne sentait pourtant pas le poisson d'après les dires de ses amants, plutôt un curieux mélange de vanille et de miel qu'on aurait plus volontiers attribué à une femme, mais les félins semblaient ne pas s'en préoccuper. Ils parvenaient à percevoir la nature du Selkie et, en bons chats de gouttière affamés, s'intéressaient de très près à la possibilité d'en faire leur casse-croûte.

    Tristan avait l'habitude de faire face à ce genre de créatures trop bêtes pour se rendre compte qu'il n'y avait pas grand-chose à manger son squelette. Il n'avait en revanche pas prévu que Keith fût assez maladroit pour marcher sur la queue du chat, qui s'élança en direction du faux pasteur avec une verve renouvelée. Le Selkie n'eut pas l'occasion d'esquiver la bestiole et se prit de plein fouet une tornade rousse affamée et apparemment aveugle.

    « Keith ! » appela-t-il d'un ton inquiet tout en bataillant avec le félin. « Soyez assez aimable pour m'aider, je vous prie ? »

    C'est l'heure du dé !


    Succès/succès : Tristan maintient le chat à distance de son visage et évite de se faire lacérer la figure. La bestiole ne lâche pas l'affaire mais au moins, il semblerait que la défiguration et digestion par voie féline ne soit pas au menu du jour.

    Succès/échec :
    Le chat parvient à planter ses griffes dans le bras de Tristan et entreprend de mordre le moindre morceau de chair qui lui tombe sous la dent. Prions pour qu'il n'ait pas de maladie redoutable.

    Echec/échec : Le chat saute au visage de Tristan et le lacère, lui laissant une balafre assez profonde sur la joue droite. L'impact fait chavirer le Selkie qui se retrouve le visage en sang et les fesses dans la boue, pour une soirée tout en douceur et plaisanterie.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Ceann-Uidhe le Sam 15 Juil - 13:36

    Le membre 'Tristan Dubh' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Faileas

    Messages : 23
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Keith McBain le Sam 15 Juil - 14:24

    Peut-être qu’un mort ne veut pas de leur présence, ou ne désire pas qu’ils se rapprochent de leur but. L’idée vient à Keith quand le matou roux décide de le lâcher et de s’enquérir de son comparse. Pourquoi tant de prévenance, les esprits des défunts parlent parfois trop et il ne faut pas s’amuser à ne pas les écouter. Pour autant, le caoineag persiste et signe, il ne sent pas ce petit truc intérieur, quant à la présence réelle d’une indication. Depuis le temps, il a appris à comprendre et appréhender les signes envoyés par les morts.

    L’air colérique, la nature profonde et primitive du caoineag se redresse, la pupille ombragée d’une humeur emportée, il réalise que Smyth est tombé de son épaule sous le mouvement et le manque de son rat domestiqué lui impulse une crainte basique. Prenant cette canne qui ne le quitte jamais, l’interpellation d’aide du pasteur, il agit, sans plus de réflexion que le besoin d’aider son comparse mais de finir rapidement son interlude pour chercher Smyth.

    La gorge sèche et essoufflée, le chat cesse brutalement de bouger alors que la lame fine du seigneur morturaire vient de régler l’histoire. Un mince filet de sang a gicler en direction du pasteur et l’air hurlant mais contenu de Keith est u spectacle plus effrayant que ses sourires. La crainte au bide et l’incapacité d’éprouver quelconque tendresse pour un vulgaire félin pelé, il retire son épée dans un bruit désagréable, essuyant la lame sur son manteau, il ignore toute parole du prêtre s’il y en a.

    La lame retournée dans son fourreau, il s’accroupit. Nul être n’a dans ce monde –exempté sa sœur- plus d’importante aux yeux de Keith que l’animal apprivoisé qu’il tient à son épaule. La ratte est le vestige de son humanité, qui lui rappelle parfois combien il est simplement humain, mortel et vivant. Après avoir perdu son épouse, il a bien fallu retourner ses affections vers quelque chose, ce fut sur quatre rats depuis que la chose arriva. Aujourd’hui Smyth est la prunelle de son regard profond, et les abysses bleutées cherchent du regard où se trouvent l’animal.

    « Smyth… » Appelle-t-il inquiet, ignorant son compagnon, et tout autours, il défait les gants de ses mains pour plonger dans une poche et trouver un petit morceau de fromage durcie qu’il tends à la ronde. « Smyth…viens ma fille. » La ratte ne montre pas son museau, le pire déjà dans sa tete, des larmes lui viennent aux yeux. Il n’y a pas grand-chose auquel il tient sur cette terre, pas grand-chose qui l’intéresse et son cœur tout nécrosé de souffrance bataille dans sa cage thoracique, son souffle manque.

    La petite chose terrifiée réapparait au bout de quelques minutes trop longues, faisant sourire de joie le macabre embaumeur, lui offrant un air de joie sans précédent, que personne n’a jamais vue, une grosse larme roulant sur sa joue, la bête vient immédiatement se loger dans le creux de sa pomme alors qu’il se redresse prestement. L’animal vient chatouiller le bout du nez de l’homme qui s’enquiert de vérifier qu’elle n’est pas blessée, heureusement que la lune éclaire leur route et il finit par réaliser où il est, ce qu’il fait et avec qui. Il voudrait parler, mais la gêne de l’instant est plus grande que le reste, il faut se l’avouer.

    Hésitant, il jette un œil au pasteur, parler ou se taire ? Son attitude échevelée, son air funeste mais heureux, son souffle court, il dépose son animal dans sa poche, lentement, et sort un peigne en argent de sa poche, dont il coiffe ses cheveux. Pas un mot, pas une explication, sa machoire crispée en attendant probablement que le pasteur passe à des mots, il manque sa poche en rangeant son objet fétiche et il chute au sol. « Si quelque chose se passe mal une fois encore, c’est qu’un mort souhaite nous empêcher d’avancer. La question est : Est-ce à vous que l’avertissement est destiné, ou à moi ? »

    Une bonne question. Ou une bonne inquiétude pour rien…mais il détourne au moins la conversation et peu importe qu’on ne le croit ou pas ! D’un sourire aimable, il se baisse pour ramasser l’objet dans la boue, même s’il n’est plus du premier monstre, mieux vaut ne pas laisser le pasteur ramasser la chose.



    _________________


    "Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”
    avatar
    How terrible it is to love something that death can touch

    Messages : 96
    Points : 90
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Crispin Glover
    Crédit : @Carmina
    Multicompte : Non
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 36 ans
    Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
    Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
    Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Sam 15 Juil - 14:52

    Le bruit hideux d'une lame transperçant un corps, une giclée de liquide chaud au goût métallique sur son visage. Tristan tomba à la renverse sous l'effet du choc, atterrissant finalement dans la boue, le visage et le corps couverts de sang luisant atrocement sous la lumière de la lune. Le cadavre du chat, désormais incapable de chercher à manger qui que ce fût, s'étala sur ses genoux. Et – oh, Seigneur – commença de vider ses entrailles. Les dents serrées et le cœur battant à tout rompre, il mit toute son énergie pour se retenir de pleurer. Pas encore. Pas encore. Pas encore. Pas encore. Pas encore.

    Le souvenir d'autres cadavres envahit son esprit. Des dizaines de cadavres dévorés par les animaux marins, flottant sans but sur une mer redevenue calme, boursouflés, méconnaissables. Le sang d'un capitaine éventré par son propre mât s'écoulant dans l'eau, la teintant d'une nuance pâle et indescriptible, changeant doucement son odeur. Il aurait aimé se souvenir de la joie, de la sensation de liberté retrouvée, du bonheur de se glisser dans sa peau après des années d'abstinence, mais seuls revenaient les mémoires de l'horreur, des viscères qui coulaient le long de sa chair, du visage ébahi d'un gamin pris par les eaux à moins de quinze ans, ses cheveux blonds filasse collés à ses traits par l'eau salée. Il n'y avait pas tant de sang, pas tant que ça. Mais c'était pareil. L'odeur était pareille. Celle de la mort, des cadavres, d'un champ interminable de cadavres, dont même sa nage puissante ne parvenait à l'extraire.

    Sa mâchoire s'enflamma de douleur sous la pression de ses dents.

    Il ne parvenait pas à se reprendre, à prendre conscience du moment, à rejeter le cadavre loin de lui, à essuyer son visage. Le sang s'infiltrait dans chaque pore de sa peau, dans son nez, dans sa bouche, formant un masque d'horreur sur ses traits fins. Ce n'était qu'un chat. Mais c'était un être vivant, un être qui certes avait tenté de le griffer et de le mordre, rien cependant qui méritât la peine de mort. Il n'avait pas le droit. Keith n'avait pas le droit. La mort ne lui appartenait pas, quoi qu'il pût croire, quoi qu'il pût espérer. Il n'était que son instrument, même pas cela – un pion sur un échiquier, destiné à ramasser les saletés laissées derrière par la Camarde, sans l'espoir que celle-ci lui jetât un jour un regard. Il n'était rien. Il n'était pas un dieu, pas un démon, il n'était pas même humain s'il pouvait tuer ainsi sans s'en préoccuper.

    En quelques gestes d'une lenteur infinie, Tristan déposa doucement le cadavre du chat à son côté, lui murmurant quelques paroles pleines  de tendresse pour l'aider à passer de l'autre côté, s'il y en avait un. Il se redressa sur ses pieds, sans se préoccuper le moins du monde de la boue qui maculait sa tenue et du masque sanglant qu'il arborait toujours. Le foulard qui protégeait ses cheveux avait glissé et ceux-ci étaient désormais une folle couronne semblable à celle d'une Gorgone, matifiée par la boue et le sang, formant d'innombrables serpents tors prêts à se jeter sur quiconque attirerait leur colère.

    Il a l'air heureux. Ce bouffon de cour des miracles morbide, il a l'air heureux.

    Tristan suivit du regard le peigne en argent comme il s'engouffrait dans la chevelure de Keith, remettant en place les quelques mèches laissées éparses. Sans cligner des yeux, sans ciller, sans le perdre du regard un seul instant. Haut, bas. Haut, bas. Une rythmique bien normale pour un peigne, bien plus troublante pour un regard.

    « Je crains fort que l'avertissement ne soit pour vous, MacBain, » susurra-t-il, son ton plus glacé que les mers au Nord de l'Ecosse. « Ce qui vous sépare du gouffre et de la terreur la plus abjecte ne tient qu'à un fil. Continuons. »

    Il ne chercha pas à préciser ses paroles, ni à expliquer s'il s'agissait d'une menace voilée, d'un délire traumatique, d'une plaisanterie morbide. L'autre aurait bien suffisamment de temps pour chercher. Tristan se remit en route, utilisant sa pelle comme un bâton de marche, toujours sans la moindre intention d'essuyer le sang qui recouvrait son visage. C'était à peine s'il avait conscience du liquide de moins en moins chaud et de plus en plus poisseux, de quoi que ce fût en vérité. Seul comptait pour l'instant le but, la tombe qu'ils devaient examiner, et de pouvoir enfin regagner son logis.

    Mais avant de reprendre la route, pendant une fraction de seconde, un rien infime – son regard se détacha du peigne pour se poser sur Smyth et ce regard était lourd de promesses.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Keith McBain le Sam 15 Juil - 15:42

    Le peigne dans sa main, revenu à son propriétaire, Keith n’a pas réalisé ce qu’il se passait pour le pasteur, trop soucieux de retrouver l’animal dont la seule absence suffit à éveiller les plus chaotiques sensations chez l’embaumeur. L’odeur de la boue, du sang ne troublent pas le mortel dont la seule préoccupation est ce petit animal, dont il préfère dissimuler la présence.

    Il a eu bien assez peur de le perdre, bien assez peur de la voir disparaitre et de retourner à sa solitude. Maintenant il n’est pas certain que les morts ne l’avertissent pas et quand il prononce quelques mots, et que le pasteur réponds, le caoineag se tait, sans réponse, il observe l’homme qui marche, auréolé de boue et de sang.

    Le ton froid et l’avertissement ne peuvent échapper à la créature funéraire, ignorant pour autant pourquoi cela, il n’a pas l’âme de chercher à comprendre. Peut-être qu’il est de cette nature à craindre de voir une vie disparaître, nul doute que cela ne passe point dans l’esprit de Keith, préférant penser à ne pas laisser son comparse se faire balafrer. Mais peu importe, c’est dans le silence qu’ils avancent désormais jusqu’à la tombe, pas un mot, pas un bruit, si ce n’est celui de la boue qui se séparent de leur semelle et le sifflement du souffle de Keith.

    Un hululement surprend les oreilles du duo, l’envol qui suit prouve qu’ils ont simplement dérangé l’animal, mais Keith prend en considération ce signe neuf, désormais l’épiderme semble réagir, les morts veillent, toujours…

    « Nous y sommes. » Souffle-t-il en désignant la sépulture, un petit bout de rien, dont la dalle est fine. Sur la pierre, rien de bien particulier, si ce n’est la liste commune de nom reposant sous la stèle, et le visage taillé d’un personnage en larme. Les pots de fleurs sont renversées, trahissant un passage sur la tombe, et Keith, posant sa canne contre la pierre, penche la tête pour observer, de toute sa hauteur la stèle. « Elle a été mal remise il semblerait. »

    Il redresse son visage, sous l’éclairage de la nuit et de la faible lueur se propageant, le visage souillé du pasteur possède une grâce immaculée troublante, que contemple, pendant quelques instants, le caoineag, sans dire un mot avant de détourner le regard.

    Pourquoi la stèle a été bougé ? Il ne le sait pas, peut-être qu’après les funérailles, elle a mal été remise, ce sont des choses qui arrivent, mais il faut avoir l’œil d’un embaumeur pour remarquer ces choses. [b] « Vous vous sentez de la soulever ? Sinon, nous essaierons de la glisser… »[/color]Dit-il en saisissant la dalle fine en pierre, un doute quant à la capacité du pasteur à faire cela, au pire des cas, ils pourraient la faire glisser vers le bas. Il faudrait ensuite creuser un peu, pas grand-chose, mais assez pour ressortir le cercueil.


    _________________


    "Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”
    avatar
    How terrible it is to love something that death can touch

    Messages : 96
    Points : 90
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Crispin Glover
    Crédit : @Carmina
    Multicompte : Non
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 36 ans
    Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
    Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
    Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Dim 16 Juil - 12:00

    Les yeux de Tristan suivirent l'envol du hibou loin de leur macabre entreprise. Il aurait donné cher en cet instant pour pouvoir le suivre loin de ce cimetière passablement répugnant et de son comparse funèbre mais la nature n'avait pas été si charitable que de lui offrir un tel pouvoir. Quand bien même il eût la possibilité de se glisser dans sa peau en cet instant, il doutait que cela lui eût apporté quelque bénéfice que ce fût, à part peut-être le plaisir de se rouler dans la boue en poussant de grands cris incompréhensibles. Tout bien réfléchi, ça aurait rendu la nuit infiniment plus plaisante. Il devrait s'assurer de demander sa peau à son Ceasg pour ce but la prochaine fois qu'ils se rencontreraient.

    Chaque pas le rapprochant de la tombe calmait un peu le faux pasteur. Ses mains tremblaient toujours sous l'effet de la colère et du choc mais au moins, il ne se trouvait plus d'humeur à commettre quelque terrible forfait dans le seul but de donner une leçon à McBain. Il existait sans doute des moyens moins extrêmes de faire comprendre à son acolyte qu'assassiner des chats errants n'était pas tout à fait la meilleure façon de régler ses problèmes. Bien sûr, Tristan éprouvait un semblant de reconnaissance vis-à-vis de son comparse, sans qui il aurait certainement reçu de méchantes balafres en plus de tout le reste. Il ne l'avouerait cependant jamais.

    Il laissa le Caoineag s'exciter tout seul sur la stèle déplacée et les raisons de la situation. En parler n'arrangerait guère leurs affaires. Le premier soupçon de Tristan se porta sur des profanateurs de tombe à la recherche de richesses portées par les cadavres mais l'hypothèse ne se tenait pas : au vu de la nature du mausolée, la personne qu'il renfermait ne pouvait être riche, pas suffisamment pour attirer la cupidité même des plus mesquins. Non, l'idée ne tenait pas debout, mais alors quoi ? Une farce familiale destinée à leur faire perdre leur temps ? Il grimaça à l'idée, préparant déjà le discours qu'il allait servir à la famille du défunt pour leur faire comprendre à quel point il adorait ce genre de plaisanteries et que la prochaine de cet acabit se solderait par un gigantesque tas de cadavres abandonné sur le palier de leur porte en période de forte chaleur.

    « Ai-je l'air en état de soulever quoi que ce fût ? » dit-il avec un sourire charmant dont l'effet était certainement très diminué par le masque sanguinolent qu'était son visage. « Faisons-la plutôt glisser – ce sera par ailleurs plus discret et nous risquerons moins d'être surpris par quelque profanateur de tombe ou esprit malfaisant qui rôderait dans les alentours. » Il ne croyait pas aux esprits malfaisants mais bah, il pouvait bien rentrer dans les fantaisies de son acolyte pour cette fois-ci. Pour le moment, il ne comptait plus exercer de quelconque revanche sur McBain : il la préférait toujours froide.

    Le faux pasteur dut s'arc-bouter contre la stèle pour la faire glisser de quelques centimètres. Il n'avait jamais pensé en s'engageant dans ce corps de métier qu'il lui faudrait utiliser une quelconque forme de force physique et se sentait, pour être tout à fait honnête, un tantinet lésé. On lui avait menti sur la marchandise. Il s'était engagé pour un métier calme qui ne nécessitait pas beaucoup de travail, lui laissait une bonne dose de temps libre, lui permettait de satisfaire sa curiosité vis-à-vis d'autrui et le plaçait au-dessus de tout soupçon quant à son mode de vie libertin ; il n'avait jamais envisagé que l'ensemble comprît des sorties nocturnes où des muscles plus développés que ceux d'un enfant de cinq ans se révéleraient utiles. Grommelant quelques paroles peu amènes en gaélique, il rassembla toute la maigre force de son corps fin contre la stèle, jusqu'à ce que celle-ci se décidât enfin à glisser jusqu'au sol.

    Comme il était coutume pour les personnes n'ayant que de maigres revenus, plusieurs corps étaient enterrés dans le même caveau. Il faudrait donc non seulement creuser pour déloger le cercueil mais aussi s'assurer qu'il s'agirait du bon. Un coup d'oeil aux dates exhibées sur la stèle rassura Tristan sur la faisabilité de cette entreprise : les aïeux de leur cible étaient morts bien assez longtemps auparavant pour que leurs cercueils fussent réduits à l'état de bois moisi ne contenant que des squelettes ou des corps si décomposés qu'il était inutile de spéculer à leur sujet. L'homme qu'ils cherchaient était mort moins d'une semaine auparavant, il devait encore arborer un visage à peu près humain et être reconnaissable.

    De nouveau, l'esprit de Tristan fut envahi d'images d'un passé lointain et violent. Il lui semblait pouvoir sentir l'odeur de la mort sous la terre fraîchement retournée, des effluves méphitiques qu'il avait appris depuis longtemps à associer avec le danger et la terreur. La pelle tremblait entre ses doigts et il se sentit comme paralysé, incapable de se forcer à creuser, à même s'approcher de nouveau du caveau. D'ordinaire, il n'était pas dérangé par la mort et les cadavres – mais il en avait vu un de beaucoup trop près durant cette nuit lugubre et ne désirait pas réitérer l'expérience aussi vite.

    « Puis-je vous demander de creuser seul, Monsieur McBain ? Je crains de m'être blessé en chutant tout à l'heure. » Le mensonge était évident, puisqu'il avait réussi à faire glisser la stèle, mais il espérait que son acolyte aurait assez de respect pour sa personne pour comprendre qu'il était plus sage de ne pas insister. Après tout, Keith McBain était un homme dans la force de l'âge tout à fait capable de creuser dans un sol mou – et s'il faisait une crise d'asthme, ma foi, quelqu'un alentour viendrait bien lui faire du bouche à bouche.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Keith McBain le Dim 16 Juil - 15:36



    Le hibou s’envole, laissant sa silhouette dans la pupille de Keith, réfléchissant aux messages mortuaires. Les morts ne parlent jamais directement et usent de chemins détournés. Sans en avoir été certain au début, Keith penche pour l’affirmative quant aux signaux envoyés par leurs doigts flétris. Le chat, le hibou, des détails hasardeux qui commencent à réveiller l’instinct du funèbre comparse du pasteur.
    Parvenus à la tombe, tentant tant bien que mal de proposer à son comparse de l’aider et se faisant rappeler son incapacité, l’homme en noir ne se laisse étiré qu’une moue rappelant un « ah oui, c’est vrai ». Nullement péjoratif, tout au contraire, Keith a quant à lui, malgré son air de sac d’os, une musculature sèche, dont il ne parait rien, mais nécessaire, surtout quand on doit soulever un mort pour la mise en bière.

    Le charme du sourire diminué par la face salie ne l’est pas tant que cela, mais il a plus d’intérêt pour la pierre tombale pour le moment. « C’est une idée excellente, Bloody MacKenzie pourrait être dérangé par notre présence. » Ne put s’empêcher de lâcher le caoineag, scrutant un instant les alentours, des fois que le fantôme de l’homme ne soit là, en leur faisant des grands signes en dansant la gigue. Il ne faut guère de chose pour que l’homme parle d’esprit et n’essaye de les discerner, adorant, voir adulant les monstres, espérant en découvrir d’autre, tout en faisant cruellement mouche.

    Le tueur qui courre depuis des années ne le fascine pas, pas encore.Pour la simple raison qu’il ne doit s’agir que d’un mortel psychotique, non, Keith préfère le monstre de légende, comme son ancêtre avant lui.
    Parvenus à faire glisser le dessus de la tombe, Keith se redresse et sans même y réfléchir, prends la pelle, considérant que le rôle du Pasteur n’est pas de faire ce qu’il va faire, c’est au moment d’avoir le manche entre ses mains, que l’homme lui demande de faire et il hoche la tête. Maintenant plus concentré que fasciné, enfonce l’objet dans la terre meuble dans un bruit granuleux. « Surveiller les alentours seulement. » Dit-il en continuant.

    Il ne faut pas croire que creuser une tombe est une chose aisé, la terre se compact quand la pluie vient, encore est-il que le trou n’est pas trop profond, assez pourtant pour qu’il y mette un certain temps, essoufflant le caoineag qui finit par siffler un peu dans sa respiration, trahissant son asthme.

    C’est l’heure du dès
    Succès: Le caoineag continue pour autant, sans s’arrêter, pas de crise d’asthme alors qu’il semble souffrir quelque peu de l’effort, pour autant, la pelle finirait par taper sur le rebord du cercueil et il pourrait l’ouvrir, constatant à son grand étonnement un vide absolu. « Notre cher ami n’est plus là… » Marmonne-t-il, plein d’espoir subitement qu’un vampire existe vraiment. Pas un bruit aux alentours,pas un mouvement, rien. Seulement un cercueil vide.

    Echec : Pelletées après pelletée, le caoineag parvient à faire apparaitre sous ses pieds, le cercueil qui n’a pas du couté excessivement cher, tout en étant suffisant pour pourrir sous la terre, d’un sourire victorieux et d’un front humide de transpiration, il se redresse. Subitement pour autant, son corps se fait renverser, une silhouette a sauté, démente et rapide, elle a planqué MacBain et plaquer au sol, tentant de lui arracher la gorge. Il s’agit bien de Peter, qui, petit homme chauve mais musclé tente de le bouffer. « Mon père, aidez-moi »


    _________________


    "Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”
    avatar
    How terrible it is to love something that death can touch

    Messages : 96
    Points : 90
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Crispin Glover
    Crédit : @Carmina
    Multicompte : Non
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 36 ans
    Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
    Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
    Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Ceann-Uidhe le Dim 16 Juil - 15:36

    Le membre 'Keith McBain' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Faileas

    Messages : 23
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Dim 16 Juil - 16:08

    Bloody MacKenzie... Voilà que le croquemort repartait dans ses délires ridicules. Tristan se retint de lever les yeux au ciel et prit simplement place à distance, suffisamment loin pour ne pas recevoir plus de terre dans les cheveux (ses pauvres, pauvres cheveux) et avoir une vue d'ensemble sur le reste du cimetière. Ce que Tristan lui-même ignorait et ne pouvait donc glisser à Keith, c'est qu'il était protégé par la famille MacKenzie et qu'il était donc hautement improbable que le fantôme s'en prît à eux. Enfin, c'était à espérer. Le vieux George MacKenzie n'était pas à proprement parler un être doux et sensé et il y avait fort à parier qu'il déciderait de renier sa lignée, s'il savait exactement tout ce qu'il s'y tramait.

    Mais Tristan était tout à fait ignorant de toutes ces choses et se contentait d'espérer que le pauvre bougre était toujours dans son cercueil à tenir salon avec les asticots et qu'il pourrait rentrer chez lui se laver et tâcher de se détendre. Il songeait déjà à gratter à la porte de son logeur pour obtenir un repas chaud aux frais de la princesse, de préférence bien arrosé, de préférence avec le... l'ami dudit logeur dans la pièce. Il n'était certes pas censé s'intéresser d'aussi près à l'homme mais bah, quel mal y avait-il à regarder le menu même si on avait déjà mangé ? C'était après tout juste pour le plaisir des yeux.

    Plaisir des yeux qui lui manquait fort dans ce cimetière lugubre et sans intérêt. Les mausolées et les tombes éparpillées à perte de vue ne lui apportaient aucune satisfaction artistique, aucun charme auquel il pût se raccrocher pour tâcher d'oublier tout ce qui lui posait problème dans cette situation. Par chance, il entendit bientôt la pelle de Keith heurter le bois du cercueil et s'extirpa de ses pensées pleines d'ennui pour venir voir ce que l'autre avait trouvé.

    Un cercueil, de façon tout à fait attendue, qui commençait déjà à pourrir sous l'effet de l'humidité écossaise. Jusqu'ici, tout se présentait fort bien. Malheureusement, une fois le couvercle de l'habitacle retourné, Tristan dut se rendre à l'évidence : quelle qu'en fût la raison – et il ne s'agissait certes pas d'un vampire, il n'y croyait toujours pas – le bougre s'était échappé de sa demeure éternelle. Hé bien, grand bien lui fît ; la liberté était toujours enviable et ce même après la mort. Le faux pasteur aurait été d'avis de rentrer sans plus s'en préoccuper, incapable de songer une seule seconde avec un peu de sérieux à la possibilité que Peter fût en vadrouille dans la ville pour dévorer des gens.

    Il eut bien vite à déchanter.

    Le premier signe fut un bruit de course forcené dont il ne put déterminer l'origine assez vite. Tout ce qu'il savait, c'était que la folle débandade se dirigeait droit sur eux. Sans torche, il était impossible de distinguer quoi que ce fût dans l'obscurité sinon des silhouettes se mouvant à travers les tombes et si Tristan aurait juré que l'immense majorité d'entre elles n'étaient que des chats errants, il ne pouvait se défendre d'une pointe d'appréhension. Un sourire naquit sur ses lèvres. Voilà qui allait enfin devenir intéressant.

    Le second signe fut un cri rauque lancé vers la lune qui lui permit d'orienter son attention – le peu qu'il en avait – vers la source de la course, mais trop tard pour songer à se défendre.

    C'est l'heure du dé !

    Succès/Succès : Maigre et pourtant d'une force surhumaine, Peter se jette dans la direction de Tristan qui s'était juste déplacé de quelques centimètres pour essuyer son visage pile à ce moment. Peter trébuche et tombe dans sa sépulture ouverte tête la première, laissant Tristan sans blessures mais avec beaucoup de perplexité. Le mort-qui-n'était-pas-mort se met en tête de s'en prendre à Keith.

    Succès/Echec : si Tristan parvient à éviter le « vampire » au dernier moment, celui-ci parvient quand même à lui décocher un coup qui le plie en deux et lui coupe le souffle, avant de se jeter sur Keith dans l'idée de lui déchirer la gorge avec ses dents.

    Echec/échec : Plaqué sous le poids de Peter, Tristan essaye tant bien que mal de serpenter hors de sa prise, mais les dents – parfaitement normales au demeurant – du faux mort se plantent dans sa gorge et parviennent à en déchirer la chair. Pas assez profond pour atteindre une artère, mais le sang coule avec frénésie et empêche le pasteur d'appeler au secours.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Ceann-Uidhe le Dim 16 Juil - 16:08

    Le membre 'Tristan Dubh' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Faileas

    Messages : 23
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Keith McBain le Dim 16 Juil - 17:48



    Voilà ! Voilà ! ENFIN ! Enfin une créature, enfin quelque chose !

    Dans l’esprit de Keith, les pensées s’agitent, mêlant une excitation de gosse, balayant sur son passage raison et vérité, la preuve est là, vivante, en train d’attaquer. Son souffle est court mais il se sent galvanisé, dans sa poitrine souffreteuse, un peu de joie, fort rapide, il faut le dire, alors que la créature folle se jette sur ce pauvre pasteur. Mais elle est face à lui, la preuve, la vraie !

    Et si Peter est revenu à la vie, comme un vampire, alors, il y en a un autre, une autre, un créateur, de quoi agiter les sens de Keith qui s’imagine déjà en train de capturer la victime, non pas pour être mordu pour afficher la dépouille comme preuve, car le garder en vie serait une folie. Acceptable, mais une folie tout de même. Et dans ses pensées fascinées, par cette entité mortuaire, au final un peu de son sang quoi, il réalise que Tristan va se faire arracher la gorge.

    Voilà qui serait bien fâcheux…il apprécie de maigre pasteur avec sa couronne de cheveux et ses épaules aussi épaisse que les feuillets d’une bible, il ne lui souhaiterait bien aucun mal et il comprend dès lors, que le hibou prévenait bien d’un malheur. Son épée est trop loin, rangée dans sa canne contre la pierre voisine, il n’a pas le temps de s’en quérir pour la saisir, au lieu de cela, il saisit la pelle et la relève, un grand coup sur le sommet du crâne devrait avoir raison de la créature, un grand coup sec et PAF !

    Il faut croire que l’être humain est plus coriace qu’on ne pourrait le croire. Si dans l’esprit de Keith il s’agit d’un vampire, il est fort peu probable que ce soit le cas. Les dents sont normales, ses griffes ne sont pas acérées, tout au plus pleine de terre avec des ongles meurtris et il n’a pas même la fascinante prétention d’un Nosferatu, créature dont on engendrait la représentation que dans quelques années, voir siècle. Deux ou presque…bref !

    Comme nous le disions, le coup sur la tête n’est pas trop concluant, cela n’a pour effet que d’énerver la sois disant créature, qui, lorsqu’elle tourne le visage vers Keith, laisse au caoineag une impression médiocre. Et cela même si ses babines retroussées révèlent ses dents. Elles sont NORMALES ! Pas même une petite excroissance de canine. Pas de yeux injectés de sang ou luisant, une peau légèrement pâle oui, mais … mais…un instant MacBain sent l’excitation retomber comme un soufflet, ou comme une baudruche qui se dégonfle.

    Il veut se reculer, et il en a juste le temps, installant la pelle entre eux, son souffle court, il a un peu plus de force que le pasteur. « Mon père ! L’eau Bénite ! Une Croix ! » Lance-t-il entre deux souffles.

    C’est l’heure du dé

    Succès/succès : De toutes ses forces, coincés dans la tombe, il parvient à repousser le vampire et lui filer un coup de manche de pelle, de quoi lui déboiter au moins la mâchoire sous l’adrénaline et calmera le bestiaux en furie.

    Succès/Echec : De toutes ses forces, coincés dans la tombe, il parvient à repousser le vampire, le frappe, mais son pied traverse le cercueil, il se coince dans le fond, écrasant probablement un corps en décomposition en dessous, au vus de l’odeur dégagé.

    Echec/Succès : De toutes ses forces, coincés dans la tombe, Keith tente de repousser le vampire qui parvient à planter ses dents dans son épaule et mordre, fort, au point de lui faire pousser un hurlement funeste, sous l’impulsion, il remonte son genou et vise les bourses de son petit camarade, ce qui a de quoi le faire lâcher non sans déchirer les vêtements à l’épaule et laisser apparaître un peu de sang.

    Echec/Echec : De toutes ses forces coincés dans la tombe, Keith tente de repousser le vampire, il veut frapper avec un coup de pelle, mais Peter le vampire profite de l’élan de l’humain pour l’envoyer la tête la première vers la pierre tombale. Keith s’ouvre le front, et est à moitié dans les vapes alors que le vampire se retourne vers le pasteur dont l’état lui parait plus avantageux pour une petite collation.


    _________________


    "Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”
    avatar
    How terrible it is to love something that death can touch

    Messages : 96
    Points : 90
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Crispin Glover
    Crédit : @Carmina
    Multicompte : Non
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 36 ans
    Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
    Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
    Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Ceann-Uidhe le Dim 16 Juil - 17:48

    Le membre 'Keith McBain' a effectué l'action suivante : Le Destin


    #1 'Succés/Echec' :


    --------------------------------

    #2 'Succés/Echec' :
    avatar
    Faileas

    Messages : 23
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Dim 16 Juil - 19:16

    Plié en deux sous l'effet du coup de poing, Tristan prit quelques secondes pour reconsidérer les choix de vie qui l'avaient mené dans ce cimetière à une heure indue à profaner des tombes. Il ne s'aventura pas à se demander ce qui avait mal tourné, étant donné que son existence entière était une série de choses ayant mal tourné, s'interrogeant simplement sur les raisons profondes qui l'avaient poussé à accepter pareille entreprise. Après tout, il aurait fort bien pu refuser et laisser McBain s'en occuper tout seul, de ses vampires qu'il semblait tant aimer. S'il avait été raisonnable, il aurait pu passer sa soirée avec un bon livre et un paquet de biscuits, roulé en boule sur son lit, à écouter la pluie marteler les fenêtres de sa chambre. Le programme n'était certes pas des plus palpitants mais toutefois préférable à son souffle coupé et à l'impression qu'il avait vomir le peu de nourriture qu'il avait ingurgitée dans les minutes à venir.

    La rencontre retentissante entre la pelle et la tête de Peter attira suffisamment son attention pour qu'il arrêtât de se morfondre dans son malheur présent. Il put voir l'enthousiasme et la joie de son acolyte se dégonfler et le laisser pantois, triste presque, de n'avoir pas affaire à une créature sortie tout droit des imaginations superstitieuses de leurs contemporains. Tristan retint un sourire narquois et un fort mesquin « je vous l'avais dit », jugeant qu'il n'était pas encore de très bon ton de distraire McBain. Le faux vampire se jeta sur le croquemort et parvint à le repousser dans la tombe, ce que l'autre parvint à gérer avec une certaine habileté. La mine du pasteur se fit appréciative pendant quelques instants : le coup dans les bijoux de famille était une de ses techniques favorites et il était très satisfait de voir son comparse l'utiliser sur la créature.

    McBain appelait à l'aide pour de l'eau bénite ou une croix. Ni l'une ni l'autre n'auraient été d'une efficacité quelconque, Tristan décida donc de reprendre ses esprits et de s'élancer vers le vampire qui semblait avoir oublié son existence. Il enroula un bras autour du cou de la créature et la tint dans une étreinte suffisamment serrée pour, il l'espérait, la maintenir dans un état de soumission relatif. Il était parfaitement conscient du fait que si la chose ne fonctionnait pas, il avait placé sa chair à portée directe du monstre et risquait fort de devoir affronter de nouvelles blessures, mais c'était toujours mieux que de ne rien faire. Cela laisserait au moins le temps à son acolyte de se dégager du piège dans lequel il s'était enfermé et de réagir.

    « Calmez-vous, » murmura-t-il à l'oreille de Peter de sa voix la plus douce. « Nous ne vous voulons aucun mal. Je vous en prie, calmez-vous, nous sommes vos alliés. Nous sommes venus pour vous secourir, non pour vous blesser. » Il pria pour que son charisme naturel suffît à apaiser la créature. Si tel n'était pas le cas, les minutes suivantes deviendraient plus difficiles encore à gérer.

    C'est l'heure du dé !


    Succès/succès : Etait-ce la voix de Tristan ou peut-être l'étreinte qui lui coupait la respiration, nul n'aurait pu le dire – mais le faux vampire commença de se calmer, cessant de se débattre et de chercher à mordre le bras qui l'emprisonnait. Son souffle était sifflant et ses yeux toujours un peu fou mais il semblait du moins être capable d'un tantinet de raisonnement.

    Succès/échec : Si le Fir Darrig devenu vampire ne resta pas insensible à la voix de Tristan, l'étreinte autour de son cou suffit à le faire paniquer plus encore. Hurlant comme un diable, il se rua contre le pasteur, le projetant en arrière vers une pierre tombale, et se laissa tomber en un petit tas de loques à l'odeur de mort. Au moins, il n'était plus agressif.

    Echec/échec : Peter connaissait ces tons de voix, il avait connu d'autres Selkies au parler enchanté. Loin de l'apaiser, les paroles de Tristan décuplèrent sa colère et il plongea ses dents dans le bras du pasteur avant de le jeter à terre, prêt à fondre sur lui pour lui asséner un coup fatal.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Ceann-Uidhe le Dim 16 Juil - 19:16

    Le membre 'Tristan Dubh' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Faileas

    Messages : 23
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Keith McBain le Dim 16 Juil - 20:51

    Il se tient l’épaule, grognant et pestant, la douleur qui le lance lui arrache une certaine grimace. Mâchoire serrées, bas du visage crispé, le mal lancinant a pourtant quelque chose de fascinant. Espérons que ce fou n’ait pas la rage ou pire ! Keith se tient l’épaule, échevelé, décoiffé, il reprend son souffle sifflant, en titubant sur le fond du cercueil. Viser les bourses d’un homme est une perfidie, mais elle fonctionne et il l’a fait au final, sans aucun regret.

    Redressant ses épaules courbées, il avale une grande goulée d’air, fixant le pasteur faire son office, avec une certaine envie. Oui, il envie l’homme d’église dont la voix parait apaiser leur comparse. En tous les cas, l’homme fou l’ait moins, il parait s’apaiser, souffler, tout comme MacBain retrouve sa respiration. Il déglutit, alors que sa gorge le brûle autant que ses poumons. Se hissant hors de la tombe, il n’a pas quitté les hommes du regard, craignant une envolée de la folie de cet humain, il s’agenouille sur le sol, de la boue peut le maculer, peu importe. Oui, maintenant peu importe.

    La question est : que faire désormais ? Le mort n’est véritablement pas mort. Blague de lutin puant ? Malédiction réussie pour un caoineag ? Folie ?

    « Nous devons l’emmener à un médecin... » Echappe la voix de Keith de ses lèvres pâles, le rauque roulant dans le fond de son gosier, et retenant un peu plus le souffle du monstre. L’intonation lente et inquiétante est là, mais elle est précipité. « Qu’en pensez-vous mon père ? Je vous avous, je suis…je ne sais pas… »

    Il sort de l’intérieur de sa poche, une petite fiole en argent dont il porte le contenu à sa bouche fine, le vampire se calme, il parait calme, magie d’un charisme que l’on écoute, mais Keith ignore ce qu’il en est. Il ingurgite le gin, propose au pasteur de faire pareil que lui et passe sa main gantée dans sa chevelure. Le médecin serait aussi nécessaire pour lui, il avait peut-être choper une merde avec ses dents folles. « Je ne comprends pas, cet homme était mort…Peter ? »

    Bien entendu qu’il était mort, quand il ‘lavait eu sur sa table mortuaire, il l’avait nettoyé, lavait, et rien. Ses femmes avaient voulu l’enterrer rapidement, désormais, il se demande qu’elle est la blague de mauvais gout ? Il secoue la tête, alors que le vampire marmonne qu’il a faim, et qu’il lui faut du sang, mais reste calme, se contentant de redresser ses yeux vers le Pasteur comme un chiot perdu.

    -Vous êtes mes alliés, il me faut du sang.

    Le caoineag hausse un sourcil, donnant à ses traits un air légèrement idiot, plutôt que flippant et l’idée de faire couler le vitae cette nuit, ici, ne lui parait guère une bonne chose. Le caoineag ne sait que trop lui répondre et il regarde en direction du Pasteur pour savoir, mais cet homme est vivant et Keith n’ose le toucher, pour vérifier, il fait un signe discret à son comparse, posant ses deux doigts de la main droite –index et majeur- sur sa carotide, pour lui faire comprendre de réfléchir s’il a un poul, car les créatures du sang n’en ont pas.

    Maintenant reste à savoir si Peter va rester calme, ou si les effets de la voix du prêtre finirait par s’effacer, pour qu’il redevienne lui-même. Ou ce qu’il pense être, parce que bon, Keith a beau observer, pas de dent, pas de griffe, un peu un teint blanchâtre, et un charisme de moule. Autant dire que cela n’est en rien confirmation de son état démoniaque et vampirique. Au moins, cela ferait une histoire drôle à raconter. Ou quelque chose comme cela…



    _________________


    "Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”
    avatar
    How terrible it is to love something that death can touch

    Messages : 96
    Points : 90
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Crispin Glover
    Crédit : @Carmina
    Multicompte : Non
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 36 ans
    Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
    Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
    Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Dim 16 Juil - 21:33

    Dire que Tristan était surpris eût été un euphémisme. Il ne savait pas lui-même par quel miracle sa tentative d'apaisement avait fonctionné mais n'allait certainement pas s'en plaindre et si sa première idée avait été d'attacher l'homme pour éviter qu'il ne recommençât ses facéties, il jugea bon de ne pas démontrer son immense connaissance des nœuds et méthodes pour attacher des gens en face de McBain. Il aurait sans doute pu prétexter son passé de marin mais il y avait des risques qu'il préférait ne pas prendre – et raconter sa vie privée à un croquemort ne l'enthousiasmait pas outre mesure. Oui, je sais très bien attacher des gens, voyez-vous, c'est ma relation avec mon grand amour qui est comme ça... Excellente idée. Ne pouvait que se finir magnifiquement et dans la joie et la bonne humeur.

    « Un médecin pourrait être judicieux, mais laissons le temps à notre ami ici de reprendre ses esprits, »
    dit-il en s'écartant juste un peu de Peter. « Bonjour, Peter. Je m'appelle Tristan. Mon compagnon est Monsieur McBain. Quels sont vos derniers souvenirs ? » La question semblait judicieuse, puisque l'homme n'était de toute évidence pas un vampire. Prendre son pouls, sous prétexte de vérifier son état de santé générale, révéla que son cœur battait bel et bien – d'une manière quelque peu chaotique mais présente. Comme Tristan l'avait attendu, Peter n'était absolument pas un vampire, puisque de telles choses n'existaient pas. En revanche, il avait l'air d'en être tout à fait persuadé.

    Le faux pasteur grimaça à la demande de sang. Son visage en était maculé et l'idée d'un Fir Darrig à moitié mort lui léchouillant les joues pour se sustenter ne le tentait pas outre mesure. L'autre option aurait été d'inciser sa chair ou celle de McBain et laisser l'hurluberlu boire tout son saoul... et la vision était presque pire que l'idée d'un homme fraîchement revenu d'entre les morts en proximité rapprochée avec son visage. Il n'y avait pas de solution immédiate, Tristan se refusant absolument à partir chasser un chat errant pour l'offrir en guise de repas à Peter. Il avait vu assez de chats errants mourir dans d'atroces souffrances ce soir-là.

    « Nous n'avons pas de sang à disposition, Peter – mais ne vous inquiétez pas, nous allons vous emmener quelque part où vous pourrez vous sustenter. S'il vous plaît, dites-nous d'abord ce dont vous vous souvenez. Sans doute réalisez-vous que votre condition n'est pas normale ? Nous avons besoin de plus d'informations. » Il hésita un instant, croisant le regard de McBain qui semblait tout à fait troublé par l'étrange enchaînement des événements. Il ne pouvait pas l'en blâmer. Au moins, les délires du croquemort l'inspiraient suffisamment pour entrer dans le jeu du Fir Darrig, ce qui pourrait s'avérer salvateur. Tristan connaissait assez les jeux que l'esprit pouvait jouer pour savoir qu'il était souvent bon de ne pas chercher à les présenter comme des illusions mais plutôt d'amener la personne à s'en rendre compte par elle-même, avec délicatesse. « Par exemple, nous avons besoin de savoir quelle quantité de sang vous avez ingéré et depuis combien de temps vous êtes ressorti de la tombe, si vous vous souvenez de ce qui s'est passé avant, si vous pensez savoir qui vous a transformé. »

    Tristan misait sur le fait qu'en tâchant de rassembler ses souvenirs, le Fir Darrig s'apercevrait que les choses ne concordaient pas et que personne n'avait pu lui transmettre la malédiction dont il se pensait affecté. Avec un peu de chance, cela et ses mémoires plus récentes permettraient au pauvre hère de revenir à la raison. « Je suis pasteur, » ajouta-t-il avec une infinie douceur. « J'ai le pouvoir de vous libérer et de vous exorciser de vos démons. Faites-moi confiance – nous ne voulons que votre bien. »

    C'est l'heure des dés !

    Succès/succès : Peter secoua la tête, l'oeil vitreux. Il ne se souvenait pas de grand-chose mais devait bien avouer que la présence du pasteur le calmait. Et puis, c'était une opportunité de peut-être redevenir normal, ou mourir une bonne fois pour toutes. Alors il tâcha de raconter ses souvenirs, comment il était sorti de la tombe, comment il avait tué de nombreux chats errants dans l'attente qu'un humain adulte vînt dans le cimetière pour le sustenter complètement. Au fil de son récit, les sourcils de Tristan attinrent des hauteurs de plus en plus vertigineuses. L'homme paraissait toujours aussi convaincu de sa nature de vampire mais au moins, il avait perdu toute agressivité. Pour une fois que sa nature de Selkie faisait autre chose que lui causer des problèmes...

    Succès/échec : Peter retroussa les babines, irrité à l'idée qu'on ne pût lui fournir du sang immédiatement. Et le visage du pasteur qui en était maculé... Il y avait bien cet étrange pouvoir que l'autre exerçait sur lui, qui l'empêchait de se livrer à un festin immédiat, mais il sentait déjà que la voix de Tristan n'avait plus que peu d'effet sur lui. Bientôt, il pourrait attaquer. « Je ne me souviens de rien. Je me suis réveillé et j'ai commencé la chasse. Je n'attends que de la reprendre. »

    Echec/échec : Quelque chose dans la voix de Tristan avait changé et suffisamment effrayé le Fir Darrig pour qu'il perdît de nouveau le contrôle. Il se saisit de la pelle et l'envoya aussi fort qu'il le pouvait en direction du croquemort avant de se jeter sur le pasteur, dans l'intention évidente de le vider de son sang – et de s'occuper après de l'autre, plus juteux mais aussi plus incapacité.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Ceann-Uidhe le Dim 16 Juil - 21:33

    Le membre 'Tristan Dubh' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Faileas

    Messages : 23
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Keith McBain le Lun 17 Juil - 19:42

    La déception de Keith face à l’humain humain revient peu à peu, la soif de l’alcool sur le bord des lèvres, il reste le cul sur le sol avec la ferme intention de reprendre son souffle et de ne pas se mettre martèle en tête quant aux miasmes transmis par cette morsure. Il n’est as hypocondriaque mais il a tout de même du mal à ne pas avoir de doute. Tritan continue à faire preuve d’une certaine présence, qui leur permet d’un peu se reposer.

    Laisser gérer le pasteur n’est pas dérangeant alors que Keith se garde bien de faire remarquer son acolyte à fourrure, rangeant sa fiole dans sa poche. Il a un poul, il a le calme, alors tout devrait aller pour le mieux. Le seul médecin qu’il connait est celui qui s’occupe de sa sœur, mais est-il judicieux de mener à un vieil homme, un homme instable qui pourrait, fort probablement, le renverser plus rapidement qu’on ne le penserait.
    Il n’en est pas certain. Son souffle sifflant hors de ses poumons, il finit par arranger une mèche de ses cheveux tombant sur son front, replaçant ses cheveux graisseux en leur arrière, alors que le vampire ne semble pas avoir de souvenir, et toujours être persuadé de sa nature. Son calme, ses paroles, Keith ne sait pas vraiment quoi dire….

    Il faut avouer que tout espoir s’était envolé devant la vérité, mais cela ne veut pas dire que Keith ne croit plus, c’est un simple raté. Cela ne veut pas dire qu’un jour, il n’y aurait pas une rencontre, la venue d’une nouvelle créature, l’existence…il secoue la tête. Se relevant, peu important la terre sur ses vêtements maintenant. « Je connais un médecin, mais encore faut-il que notre ami tienne son calme pour y aller, sinon, j’ai bien idée à qui de le mener, au plus près. »

    Il faut encore reboucher la tomber…cela ferait désordre qu’on la trouve ouverte, et surtout si on les aperçoit avec un mort, cela ne pourrait que prouver leur tardives occupations. Chose qui devait rester discrète, en gros, tout le monde sait, mais personne n’en parle réellement. Le croquemort tends son bras pour aider le maigrelet pasteur à se relever, le vampire encore au sol, ayant trouvé un verre de terre qu’il enfourne dans sa bouche, arrachant une grimace de dégout à l’homme en noir. Comme si ces bêtes contenaient du sang. Pour en avoir écrasé, par curiosité, dans sa jeunesse, Keith peut lui affirmer que non.

    « Je vais remettre le mieux possible en ordre. Essayez de le…surveiller ? » Oui, tout ce qui peut être fait pour le moment, guère plu. Keith regarde le chantier et se saisit de la table, accroupi au bord du trou, il referme le cercueil avant de commencer à pelleter en sens inverse. Il ne le fait pour autant pas parfaitement et remet le plus gros au final, avant de regarder la plaque de pierre, il peut essayer de la faire glisser seul....ce qu'il parvient à faire, tout est plutot sans encombre jusque là et les deux comparses rebroussent chemin en tenant le "vampire" chacun par un bras en essayant de ne pas attiser son humeur...

    Le chat noir de tout à l'heure n'est hélas, pas de cette avis et avant de sortir du cimetière, son miaulement résonne.

    C’est l’heure du dé !

    Succès : Le « vampire » redresse la tête à l’entente du miaulement, calmé, il réagit comme une marmotte vivement appelée hors de son trou pour autant, murmurant « Chat…. »avec une fascination funeste. Sans précipitation, il cherche, et appelle l'animal avec un bruit de bouche en essayant de se dégager.

    Echec : Le « vampire » excité par l'idée du sang chaud du chat, si soudainement, échappe aux bras des hommes pour s'élancer à travers les tombes. Est-ce l'heure de la course poursuite? Il semblerait.

    _________________


    "Te souviens-tu de la lune pleine, qui descendait ses rayons sur ce visage noircie par la mort, il y avait sur sa chair, les dessins de ses propres veines, comme les membranes d’une feuille, qui ramenait à ses yeux vides, un sang profondément sombre. Elle était morte. Mais jamais l’esquisse de la mort ne fut plus belle que celle-là.”
    avatar
    How terrible it is to love something that death can touch

    Messages : 96
    Points : 90
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Crispin Glover
    Crédit : @Carmina
    Multicompte : Non
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 36 ans
    Métier : Propriétaire d'une maison funéraire et embaumeur
    Pouvoirs : Capacité de maudire (5), contact avec les morts (3)
    Inconvénients : Impossibilité de se suicider, photophobie, tendance au spleen, asthme




    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Ceann-Uidhe le Lun 17 Juil - 19:42

    Le membre 'Keith McBain' a effectué l'action suivante : Le Destin


    'Succés/Echec' :
    avatar
    Faileas

    Messages : 23
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Les dés
    Crédit : La destinée
    Multicompte : --
    Taux d'hybridation :
    100 / 100100 / 100

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Pet Semetary | ft. Keith McBain

    Message par Tristan Dubh le Lun 17 Juil - 22:14

    Tristan s'accommodait fort bien de l'idée de laisser McBain refermer la tombe. Il avait traversé suffisamment d'épreuves physiques verticales à son goût pour la nuit et attendu qu'aucune épreuve horizontale n'était au programme, il ne rêvait que d'un long bain odorant et d'un sommeil paisible. Hélas, le croquemort avait raison : il leur fallait emmener le pauvre hère chez un médecin au plus vite, quoiqu'il parût peu probable que quiconque pût faire quelque chose pour lui. S'il avait ingéré beaucoup de sang animal, il y avait fort à parier qu'il portait en lui un nombre de maladies incalculable qui aurait tôt fait de le renvoyer dans la tombe dont il sortait. Le faux pasteur songea un instant au sang du chat qui avait baigné sa bouche quelques minutes plus tôt et grimaça pour lui-même. Ce serait bien sa veine. En plus de tout le reste, s'il devait avoir la rage... hé bien, il supposait que ce ne serait pas son problème pendant très longtemps, de toute façon.

    Les choses semblaient calmes et auraient pu continuer dans une telle voie si le chat n'avait pas réapparu au détour d'une tombe. Il suffit de peu – un sursaut de Tristan, surpris par la créature et inquiet de son destin – pour qu'il perdît son emprise sur le « vampire ». La créature qui, quelques instants plus tôt, s'était calmement intéressée au félin dont elle désirait faire son repas, réagit au quart de tour à cette expression inattendue. Son attention se reporta immédiatement sur le pasteur, un mets somme toute un peu plus consistant qu'un chat, quoique de peu.

    Tristan n'eut pas le temps de réagir avant que les dents du vampires n'atteignent sa gorge, déchirant la chair juste assez profondément pour libérer des flots de sang – pas assez pour atteindre une artère. « McBain, ne le tuez pas ! » fut tout ce qu'il trouva la présence d'esprit de crier, occupé à se débattre pour échapper à l'emprise de la créature. Il connaissait bien son acolyte et savait qu'il n'hésiterait pas une seconde à transpercer le faux vampire avec son épée s'il le jugeait nécessaire. Peut-être aurait-il dû apprécier être en compagnie d'un homme qui le protègerait en cas de besoin mais Tristan avait toujours violemment détesté l'idée d'avoir besoin d'être protégé.

    Pour la seconde fois de la soirée, le faux vampire reçut un coup dans les bijoux de famille. S'il survivait à tout cela, il ne pourrait sans doute jamais engendrer d'enfants.

    C'est l'heure du dé !

    Succès/succès : Profitant de ce que le Fir Darrig fût plié en deux, les mains recroquevillées sur les parties sensibles de son anatomie, Tristan lui murmura de nouveau des paroles apaisantes. Le rassura, lui offrit son soutien, son affection ; lui parla d'aller voir un médecin qui pourrait l'aider et lui fournir du sang frais. Petit à petit, au milieu de nombreux gémissements de douleur, le Fir Darrig retrouva son calme et ses yeux vides de toute expression retombèrent dans le vide, loin du pasteur qu'il avait précédemment tâché de dévorer.

    Succès/échec : Malgré le coup bas et les paroles douces du pasteur, le faux vampire semblait toujours agité. Pas suffisamment pour s'attaquer de nouveau à ses cicérones mais trop, peut-être, pour être emmené hors du cimetière. Le chat s'était bien sûr enfui et il n'y avait plus aucune source de nourriture à disposition, sinon deux humains qui n'éprouvaient ni l'un ni l'autre le désir de finir en gratin pour Fir Darrig ce soir-là. Il allait falloir trouver un moyen de sustenter la créature et vite, s'ils ne désiraient pas devoir sacrifier le petit rat qui avait élu domicile sur l'épaule de McBain.

    Echec/échec : Le vampire tomba à genoux sous l'effet du choc et de la douleur mais s'accrocha avec violence à la soutane de Tristan, cherchant à attirer vers lui le faux pasteur. Le tissu n'était pas solide et commença à se déchirer, révélant peu à peu les longues jambes nues du Selkie, qui se trouvait dans une situation plus désagréable encore que la précédente. Ne rien porter sous ses soutanes était vraiment une mauvaise idée.

    _________________
    avatar
    Faileas

    Messages : 57
    Points : 83
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Orphiel (avatar), Cacahuète (icone)
    Multicompte : Archibald Ferguson
    Taux d'hybridation :
    60 / 10060 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, transformation une fois par mois
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques


    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.



    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum