AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Ùisdean MacKenzie le Ven 14 Juil - 13:13

    Fiche de présentation
    Tá fáilte romhat
    Ùisdean
    MacKenzie
    “ Luceo non uro ”
    “ I shine not burn ”
    About me
    details & shit
    Âge 41 ans
    Nationnalité écossais
    Origine Highlands
    statut civil Veuf
    orientation Bisexuel
    métier Garde du château d’Édimbourg, anciennement forgeron et guerrier de son clan. De temps en temps, il retourne à ses vieux travers, devenant lutteur de backhold illégal le temps d'une nuit ou deux.
    finance aisé refusant de toucher à son héritage, se contentant de ce qu'il peut gagner pour vivre
    race Ceasg
    Alignement Loyal - Neutre
    Abomination 40%
    Pouvoirs beauté (1), charisme (1), apnée longue durée (1), fin limier (1)
    Inconvénients fort besoin affectif, goût du sang
    Caractère
    Ùisdean est ce qu’on pourrait appeler un caractère difficile. Particulièrement buté, il refusera une grande partie du temps ses torts, préférant les mensonges qu’il se raconte à la cruelle vérité. Cela ne fait cependant pas de lui un rêveur s’enfonçant dans ses fantaisies. Très terre à terre, ce n’est pas pour autant qu’il adhère aux valeurs du siècle des lumières. Le cul entre deux chaises dans une époque de grand changement, c’est un conservateur qui rejette le gout des sciences avec toute l’arrogance dont il est capable. Très attaché à sa culture et à ses origines, Ùisdean porte fièrement son nom et s’il ne crie pas sur tous les toits qu’il est un jacobite, ce n’est que par égard pour le commerce que son petit frère a monté en ville. Ainsi est-il avec les personnes qu’il aime. Surprotecteur, il n’hésitera pas à réaliser toutes les folies possibles pour s’assurer que ses proches aillent bien. La perte de son frère est à l’origine de ce besoin viscéral de protection qui brule en lui. Cela lui cause pas mal de problèmes… Et ses problèmes, il est plus prompt à les résoudre par la violence que par la diplomatie. C’est un individu audacieux qui n’aura pas peur de se lancer dans des combats pouvant le dépasser de très loin. Sa loyauté n’a d’égale que sa possessivité. Pour certaines choses et certaines personnes, il serait prêt à aller au bout du monde… à la condition que l’objet de sa loyauté lui soit exclusif.
    Anecdotes
    Les champs de bataille ont laissés leurs traces sur son corps. Les cicatrices sillonnent sa peau, allant de la petite marque discrète sur la joue à la longue estafilade qui se dessine le long de son flanc droit, descendant jusqu’à la naissance de son fessier. | Il lui arrive fréquemment de participer à des compétitions illégales de backhold par amour pour cette sorte de lutte. D’après lui, à le force à rester en bonne force physique. | Les cicatrices sur ses bras ne sont pas d’origines guerrières. Ce sont des marques qu’il s’est fait lui-même lorsque le besoin de sang se fait trop grand. | Il n’est pas particulièrement enchanté par le poste qu’il occupe mais à défaut d’avoir trouvé quelque chose à la mesure de ses compétences en ville, il s’en contente pour le moment, se forçant à voir les aspects positifs du travail. | Une partie assez conséquente de son salaire s’évapore en alcools en tout genre et en fréquentation de bar. | Il est incapable de se séparer de son kilt et ce malgré l’interdiction de le porter. Le tartan de sa famille lui est cher et il préférerait sans doute s’amputer d’une main que de s’en séparer. | Il n’a toujours pas digéré la défaite jacobite, le sujet restant particulièrement sensible pour lui.
    Hors Jeu
    pseudo NyxBanana
    ton âge 23 ans
    comment as-tu connu le forum ? par la magie du saint esprit
    depuis combien de temps fais tu du rp ? plus de 10 ans
    quelles sont tes premières impressions du forum ? les membres sont des perles ♥️
    ta fréquence de rp ? autant que possible
    et un dernier mot ? les MacLeod sont des pouilleux. Mais leur château est confort.

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 234
    Points : 184
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Garde du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Ùisdean MacKenzie le Ven 14 Juil - 13:13

    histoire
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.
    1731 Castel Leod | Allongé sous un buisson, je place une main devant ma bouche lorsque le valet de mon oncle passe à proximité. Je retiens mon souffle et mon regard coulisse vers Peadrus. Mon cousin me fait un clin d’œil avant de s’enfoncer un peu plus dans son buisson, disparaissant totalement à ma vue. Je fronce le nez. Il se garde toujours les meilleures cachettes quand il s’agit de rendre les domestiques du Castel fous. « Ah ! Fionnlagh, vous êtes là ! » Quel poids mort celui-là… Mes lèvres se pincent alors que je vois le domestique sortir mon petit frère de l’arbuste dont il venait de tomber. Le boulet humain de 5 ans déjà remue, gesticule, se plaint de ne pas vouloir rentrer. En même temps, aucun d’entre nous ne veut expérimenter la cuisine approximative de ma tante. Sa pâtisserie est célèbre dans tout le domaine pour être immangeable. J’ai entendu des adultes dire que c’était parce qu’elle avait tendance à confondre le sel et le sucre… Sauf que personne n’a jamais osé lui dire que ses tartes étaient immangeables. Alors, une fois l’homme suffisamment loin, nous décidons d’un regard complice qu’il n’y avait absolument aucun problème à abandonner le petit Fionnlagh au supplice de la tarte au sel. Peadrus rampe hors de son buisson et je l’imite. Je ramasse une branche au passage, courant derrière mon cousin qui se dirigeait vers les limites du domaine du Castel. Il m’a dit plus tôt avoir découvert une nouvelle cachette dans les bois environnants. Et visiblement, celle-ci ne souffre pas du grand défaut de la précédente, ne pas être à proximité de buissons de baies comestibles. Enfin débarrassé du petit frère, nous pouvons maintenant nous élancer à l’aventure pour ensuite passer très probablement l’après-midi allongé dans l’herbe à observer les parties de ciel que les arbres voudront bien nous laisser apparaitre. On file dans les bois, jouant la bataille ayant permis aux MacKenzie de gagner le Castel Leod. Comme je suis le plus jeune, je suis celui qui joue les MacLeòd. Je finis désarmé, roulant par terre en riant pour essayer d’échapper aux coups de bâtons assainés gentiment par mon cousin. La bataille terminée, on finit tous les deux assis par terre, parlant des histoires de guerre qui font la richesse du clan, les mains se perdant dans un groseillier sauvage. Décidément, j’aime rendre visite à mon oncle et ma tante…

    1738 Castel Leod | L’âtre est chaud. La sueur coule le long de mon visage alors que j’observe les gestes qu’à mon père. Cela fait maintenant plusieurs mois que je l’assiste à la forge. Assis sur un tabouret de bois, mes mains s’agitent sans même que je ne m’en rende compte. Une fois, deux fois, trois fois. Le métal fini par mordre ma chair. Je ne me plains pas. Pire, je porte mon bras à mon visage. L’odeur ferreuse du sang me paraît plus chaude que la fournaise dans laquelle se ramollit le métal. Je le frotte contre ma joue, me tartinant la face avec un plaisir non feins. Cela fait du bien. Cela apaise. Ma concentration s’effrite. Il n’y a plus que le sang. Encore et toujours. Mes gestes se font moins précis, plus tremblants, plus pressés. Ma langue goutte ce liquide si important et je ferme les yeux, savourant son odeur qui explose dans mes narines, sa chaleur qui s’évapore si vite sur ma peau, le poids d’une goute ou l’autre se faisant un chemin sur le derme de mon visage. « Ùisdean ! Je t’ai déjà dit de ne pas faire ça ! Ne peux-tu pas attendre ce soir ? » Cette poigne que je ne connais que trop serre mon bras, me tirant vers les bassines d’eau qui servent à refroidir le fer rouge. Ma gorge se sert alors que je me rends compte que je me suis encore laissé aller. Ce gout malsain du sang… Il est apparu un peu avant que mon père ne me prenne dans son atelier. Je le soupçonne d’avoir choisi de me former juste pour me garder à l’œil, de peur que je blesse le reste de la famille dans mon besoin maladif de sang. Il me force à m’asseoir. Je me laisse faire, plus docile que lors de mon enfance. « On en a déjà parlé, fils. Tu dois calmer tes pulsions. Nous avions prévu un poulet pour toi ce soir. » Ah. Oui. Ces fameux poulets qu’on me laisse égorger pour en récupérer le sang. C’est vrai que ça apaise la soif quand elle se fait trop forte… Avant que je ne m’en rende compte, mon bras était bandé. Mon père a toujours eu peur que je n’attrape une quelconque complication suite à une blessure… Il faut dire, La gangrène à prit l’un de ses frères… Je crois que je peux comprendre sa crainte… Même si elle est idiote… Et stupide. Sa main passe dans mes cheveux et j’ai tout juste le temps de prendre une inspiration surprise avant de me retrouver la tête enfouie dans la bassine d’eau. « Ça t’apprendra à de taillader au travail. Maintenant, j’ai besoin que tu ailles préparer la commande de Pàdraig. Il doit venir la chercher aujourd’hui. » Je recrache l’eau que j’ai avalé par mégarde et lance un regard sombre à mon père. Dans le fond, je sais qu’il a raison, que je ne devrais pas faire ça ici mais c’est plus fort que moi. C’est donc sans un mot et sans une plainte que je me dirige vers la commande à rassembler.

    1745 Castel Leod | « Fermez là ! Vous êtes pire que des pucelles en train de se battre pour un bon parti ! » Mon poing heurte la table. Les regards étonnés et courroucés de ma famille me retombent dessus. Je n’ai pas pour habitude de m’emporter de la sorte. Mais là, c’est trop. « Mon oncle, mon père, avec tout le respect que je vous dois, posez vos armes. Verser le sang des MacKenzie entre nous n’a aucun sens ! » Je crie. La colère mais surtout la peur m’aveugle. Ma famille est en train de se déchirer sous mes yeux et je ne suis pas sûr de pouvoir le tolérer. « La jeunesse parle, mais ignore tout. » Le ton froid de mon oncle me fait l’effet d’un coup de poignard en plein cœur. Comment peuvent-ils vouloir se ranger du côté de Kenneth MacKenzie ? Ce fou aura tôt fait de les faire tuer lorsque les jacobites auront enfoncés le flanc des anglais. « Diviser le clan est une erreur et vous le savez tous ! » « Donald, ton fils est aussi têtu que toi ! Apprends-lui donc à se tenir si tu ne veux pas que sa langue finisse par lui causer malheur. Que vous le vouliez ou non, nous allons suivre Kenneth. Les anglais nous proposent un contrat de répartition des terres correcte. » « C’est de la folie. » « C’est de la logique, mon garçon. Tu ferais bien d’ouvrir les yeux, et ton père aussi. » La mâchoire serrée, je foudroie mon oncle du regard. Derrière lui, Peadrus m’observe en silence, ne sachant visiblement pas où se mettre. « Nous partons. » Ils rassemblent leurs affaires dans un silence de mort. Et alors que nous avons toujours vécus à proximité les uns des autres, j’observe ma tante, mon oncle et mes cousins rassembler leurs affaires pour quitter la salle à manger du Castel. J’ai une boule dans la gorge et si ce n’était pour la colère, il y a longtemps que la peur aurait fait trembler mes genoux. En cet instant, tout est en train de voler en éclat. La guerre se prépare et nous ne pouvons même pas faire front commun… Nous nous déchirons de l’intérieur… C’est en commettant pareilles erreurs que certains clans se sont vus partiellement massacrés. Je ne veux pas de cela pour nous. Lorsque Peadrus passe à côté de moi, fermant la procession familiale, je l’arrête, lui empoignant le bras. « Pea, tu peux pas les suivre. Ca ce voit que tu n’y crois pas un seul instant. Reste avec nous. Tu seras comme un frère. Tu vas te faire tuer si tu les suis. » « Désolée Ùisdean, c’est ma famille. » Il se dégage doucement, me lance un regard désolé. Je me refuse de me retourner pour le regarder marcher à sa probable mort. Nous sommes maintenant ennemis. Cette boule dans ma gorge continue de gonfler, lentement, me donnant la sensation de ne plus savoir respirer. Je reste là à fixer le vide quelques instants avant de tourner mon regard vers mon père. « George, donc ? Ainsi soit-il. Si vous me cherchez, je suis dans le jardin arrière. Je vais m’entrainer contre un arbre… Ça ne peut pas faire de mal par les temps qui courent… » J’ai besoin de me défouler, d’évacuer la colère, la frustration et la peur. Faire quelques passes à l’épée ne pourra qu’épuiser mon corps et endormir mon esprit mais au moins je parviendrais à canaliser ce trop plein d’émotions après plusieurs heures…

    1745 Castel Dunrobin | Le vent porte le crépitement du feu d’un champ qui brule au loin. Mes doigts tremblants passent sur la lame de ma claymore. Ils me reviennent tachés du sang de mes ennemis. Je les presse sur mon visage, humant le doux parfum apaisant. Partout. Il est partout. Mes muscles grincent, se plaignent des jours passés à marcher, du forçage effectué dans la mêlée pour survivre, du matériel à ranger, charger, décharger. Je me doutais que la guerre ne serait pas de tout repos, qu’elle serait épuisante… Mais je ne pensais pas que cela m’apaiserait autant. Tout ce sang… Je ne devrais pas… Et, quelque part… Cela me fait culpabiliser… Mais l’odeur ferreuse du sang de bataille m’enivre et calme mes vieilles angoisses. Ici, je n’ai pas à me retenir à me cacher. Je peux répandre le sang sur moi sans que personne ne trouve quoi que ce soit à y redire. Pour la première fois depuis des années, j’ai l’impression de vivre à nouveau. Autour de moi, la mort et la victoire. Mon regard se jette sur le Castel. J’observe sa hauteur… Si grand… D’ici, il semble tellement imprenable… Et pourtant… Et pourtant, nous venons de déloger les Shuterlands de leur demeure. Au loin, les terres brulent. Une maigre punition pour avoir osé s’allié aux anglais. Nous ne sommes peut-être plus aussi nombreux qu’avant la séparation du clan mais les rangs jacobites n’en restent pas moins gonflés et rompu à l’art de la guerre. Aujourd’hui, c’était mon premier champ de bataille. Une voix s’élève au milieu des corps. Mon corps entier pivote. Au moins autant couvert de sang que moi, je vois mon père enjamber les cadavres, un large sourire aux lèvres, suivit de prêt par Fionnlagh. Nous avons tous survécus. Un rire de fond de gorge m’échappe. La poigne ferme et rassurante de mon géniteur se referme sur ma nuque et il m’attire dans une étreinte virile alors que nous rions tous les deux, totalement couverts de sang. Mon front se pose sur le sien et ma main imite la sienne, venant presser chaleureusement sa nuque. « Tu aurais dû voir ton frère ! Une fine lame ! Je suis heureux de voir que tu vas bien. » L’étreinte se relâche et voilà que c’est au tour de mon jeune frère de m’étreindre. Lui aussi a, peu de temps après moi, montré un besoin maladif d’être mit en contact avec du sang. Là-dessus, on s’est toujours comprit et nous avons partagé beaucoup… De ses premiers dégouts, son premier poulet égorgé et maintenant… Notre premier champ de bataille. « C’est apaisant, n’est-ce pas ? » Un sourire radieux est la seule chose qui me répond. Je tape affectueusement son épaule et on se met en route pour rejoindre les autres et aider avec les blessés. Le compte du Castel s’est enfui mais cela servira de leçon au clan Shuterland. L’attaque n’était pas vraiment prévue, aucun préavis de guerre n’a été envoyé… Nous les avons totalement prit par surprise… La mort qui apparait au détour d’un arbre, l’incendie qui s’abat soudainement… Nous n’avons pas joué selon les règles du jeu mais ce sont nos terres et nos vies qui sont en danger dans ce conflit. Dans pareilles circonstances, c’est chacun pour soi.

    1746 Falkirk | Le gout de la poudre à canon sur la langue, la plume raturant nerveusement le papier. Assis sur un canon anglais abandonné suite à la déroute des anglais, je rassemble mon courage pour coucher la nouvelle sur papier. Amer victoire que celle-ci. Cette bataille était gagnée dès que nous avions mis leur cavalerie en déroute mais elle ne me semble pas être vécue ainsi. J’ai crié, j’ai pleuré. Le temps est maintenant au calme forcé et à l’écriture de la nouvelle au reste de la famille. Fionnlagh est avec père, il s’assure qu’il sera traité avec les respects qu’il lui est dû en tant que MacKenzie tombé au combat. Fils ainé, il est de mon devoir de prévenir ma famille, de leur relater l’histoire. Lui et moi étions en première ligne, fusil aux poings. Je ferme les yeux un bref instant, cherchant à chasser les images de mon esprit. Son sang… L’odeur si particulière de son sang… Elle couvre encore mes doigts, séchée par cette journée ensoleillée. Les croutes d’hémoglobine sont toujours présentes sous mes ongles alors que mes mains s’agitent au-dessus du papier, cherchant les mots pour définir l’indéfinissable. L’encre coule sur le papier, racontant le bruit des sabots, cacophonie obsédante, la détonation des fusils. Une décharge effectuée avec brio. Des chevaux tombent, écrasant leurs cavaliers sous leur poids. Le chaos. L’anarchie. Trébuchant les uns sur les autres, c’est un mur de gueules et de sabot qui a roulé jusqu’à nous. Je ne pensais pas avoir à regarder après père. Alors qu’une monture s’échouait vers nous, j’ai bondit en arrière, prêt à en découvre avec n’importe quel cavalier pouvant avoir survécu à sa chute. Ce n’est que bien plus tard que je me suis rendu compte de mon erreur. L’encre arrête de couler sur le papier et je marque une pause. Je prends une grande inspiration, cherchant à chasser le poids de la culpabilité de mes épaules. Père est mort. Et j’aurai pu l’en empêcher. J’aurai pu le tirer en retrait avec moi. Il n’aurait pas été pris dans la marre mouvante de chutes. Le sabot d’un cheval blessé, à terre et en pleine panique en plein dans la tempe. Il n’avait aucune chance de s’en sortir. Je n’ai trouvé son corps qu’une fois les anglais en déroute. Y a-t-il des choses que cette guerre ne nous prendra pas ? Elle a déjà déchiré ma famille, mon clan. Maintenant, elle me prend mon père. Je reprends l’écriture d’un simple ‘Père est mort’. Il n’y a personne en age pour assumer le travail à la forge chez nous. Àdhamh est encore trop jeune, mère se fait vieille. Il est temps de marier ma sœur, de lui trouver un bon parti. Fionnlagh et moi ne pouvons pas quitter les rangs, nous devons continuer, aller plus loin, nous battre pour l’honneur de Père. Alors je rature ce papier, je ravale mon chagrin, je le transforme en rage. Je me ferme au monde pour me protéger. Je ne peux pas plier. Pas devant mon petit frère. Je souffle sur le papier avant de le plier. Je vais le faire partir le plus tôt possible pour Castel Leod. Il n’est pas question que cette triste nouvelle soit retardé d’un jour.

    1746 Sur la route de Culloden | Souffle court. Douleur intense. Du sang. Partout. Celui de mes pairs, le mien. Perdu au milieu de notre petit groupe de survivant, j’essaye de me faire le plus discret possible. Nous avons été forcés de battre en retraite. Épuisés, sales et blessés, c’est en se supportant les uns les autres que l’on parvient encore à avancer. L’attaque a été violente, imprévue. Elle a frappé notre procession de plein fouet, ne nous laissant aucune chance. Nous ne pensions pas être attaqués avant même d’arriver dans les alentours de Culloden et pourtant, nous voici… En déroute, cherchant la chaleur familière d’un lieu connu. Nous nous sommes arrêtés pour prendre soin des blessés grave. Par chance, Fionnlagh est resté au Castel Dunrobin avec les hommes de gardes. Je n’ai personne d’autre dont me soucier à par moi-même. Assis à même l’herbe, je lève un bras pour laisser un ami jeter un œil à la longue estafilade ouverte qui se dessine le long de mon flanc. Nous ne sommes pas médecins, nous n’avons pas de matériel pour faire les choses bien. Nous n’avons que nos guenilles déjà tâchées de sang et de terre. Cela fera l’affaire le temps de rentrer à Dunrobin… « Il faut avancer. Ils peuvent nous tomber dessus n’importe quand. » Je lève le regard vers mon ami. Je ne suis pas sûr de pouvoir encore marcher longtemps à ce rythme-là. Chaque pas tire sur les chairs, créant florilège de grimaces, irradiant mon corps de douleur. Le sang coule de mon flanc jusque dans mes chaussures, imbibant mon pantalon au passage. « Je… » « Je veux rien savoir, Ùisdean. Tu te lèves et tu marches. Je ne te laisse pas derrière. Ce n’est pas négociable. » Il met un genou au sol. Ses mains passent dans mon cou, ses doigts se perdent à la base de mes cheveux humides de sueur. Son regard force le mien. Ses lèvres effleurent les miennes. Je n’en suis pas bien sûr. Je crois que la douleur me fait délirer… « Maintenant, tu te lèves et tu marches. Je ne veux pas t’entendre te plaindre. Si tu restes, je reste. » Il me force à me lever, calant mon bras sur ses épaules. Une longue plainte de douleur m’échappe et on se met en marche, suivant les quelques survivants. L’ambiance est lourde et pesante alors que la procession se met douloureusement en marche. Les guerriers marchent par duo, parfois en trio, aidant les blessés les plus amochés comme ils le peuvent. J’ai encore du mal à me rendre compte de ce qu’il s’est passé sur cette route, de la violence de l’impact, de la rapidité avec laquelle nous avons dû nous retrancher avant de constater que nous étions déjà perdus… Agar, je laisse Neil supporter ma marche, m’appuyant sur lui de tout mon poids. J’ai le souffle court. « Tiens bon. Il vont te retaper au Castel… Tiens bon, Ùisdean… » Les clans Mackay et Shuterland nous paieront cette bataille du prix de leur sang, je le promets.

    1746 Castel Dunrobin | « Ne regarde pas. » Mon cœur se sert alors que j’entends ces mots. L’espoir s’envole. Je repousse Neil et je m’élance. La peur pousse mon corps épuisé vers l’avant. Je trébuche et je tombe. Devant moi, la pile des corps des victimes. Ils ont repris le Castel. D’après la rumeur, George et son fils sont aux mains de l’ennemi. Mais cela n’a aucune importance. On essaye de me relever. Fou de rage et de chagrin, je me dégage violement. Ma blessure tire, me fait mal, saigne, mais cela n’a pas d’importance. Les cadavres des vaincus ont étés empilés et, au milieu, un visage que je ne connais que trop bien. Rampant plus que marchant, je me fraie un chemin au milieu des corps. Les pupilles vides de vie de mon frère observent le ciel. Mes mains passent sur ses joues, tournant son visage vers moi. Sa peau est froide, il sent la mort. Les yeux vides me traversent sans me voir. « Finn… Tu peux pas me faire ça… Finn… » J’aurais dû… J’aurais dû le forcer à rentrer lorsqu’il a été blessé lors de l’attaque des terres du clan Munro, quelques semaines plus tôt. J’aurais dû rester au Castel avec lui pour m’assurer que tout irait bien… J’aurais peut-être pu… J’aurai pu faire quelque chose… J’ai du mal à trouver de l’air. Je secoue son visage comme si cela pouvait le ramener parmi nous, comme s’il allait éclater de rire et me dire 'Tu y a cru hein ? Espèce de crétin.' Mais rien ne se passe. Seul le silence morne et fade de la mort me répond. Alors je le redresse et je sers son corps contre moi, accusant le choc. A la mort de notre père, c’était mon devoir de veiller sur mes petits frères et ma petite sœur… Et j’ai échoué. Je ne sais pas exactement quand je perds connaissance… Mais lorsque je rouvre les yeux, je suis allongé à l’arrière d’une charrette, brinquebalé par le cahot de la route. Douloureusement, je me redresse. Les souvenirs affluent, le chagrin remonte. « Reste allongé, on rentre. La guerre est perdue. » Vaincu par la douleur et la peine, je me laisse tomber en arrière. Je barre mon visage d’une main. Je suis un tel échec… Père et maintenant Fionnlagh… Avons-nous vraiment fait le bon choix ? Je sais ce que mon cœur me dit… Mais mon chagrin souffle le doute. Et si nous avions suivit mon oncle ? Serions-nous encore tous en vie ? Comment va Mère ? Et ma sœur ? Et Àdhamh ? Je ne peux pas leur laisser quoi que ce soit leur arriver. Il est de mon devoir de m’assurer qu’ils aillent bien. Et, au-delà de cela, je ne veux pas connaitre de nouvelle perte. Je ne veux pas voir quelqu’un d’autre partir, m’être arraché à nouveau. Épuisé par la perte de sang, je me laisse porter par mes pensées sombres avant de me laisser emporter par le sommeil.

    1751 Castel Leod | Assis à côté de la cheminée, je perds le compte des heures. J’observe le vide, perdu dans mes pensées. Mes mains passent sur mon visage. J’ai grandi, j’ai appris. La dernière fois que j’ai perdu un proche, les choses étaient différentes… Le typhus me l’a prise… J’ai eu le temps de m’y préparer, de me faire à l’idée… J’aurais cru que la perte serait plus facile à gérer ainsi. Il n’en est rien. Imogen est morte sans que je ne puisse rien y faire. Aucun médecin n’a pu la sauver. Je fais tourner l’alliance autour de mon doigt. Mes yeux humides se perdent dans le plafond, bougeant pour éviter à la première larme de tomber. J’ai épousé Imogen par fougue et par passion. Elle n’avait pas un physique si particulier, mais elle me semblait tellement plus belle que les autres femmes. Elle avait cette étincelle dans le regard qui n’était propre qu’à elle. Elle avait cette manière de rire si douce et mélodieuse. Tout en elle m’a charmé dès le premier regard. Moments de fougue que nous avions partagés, l’excuse des épousailles n’est arrivée que par une grossesse imprévue. Elle avait perdu l’enfant quelques mois après le mariage mais nous étions passé au-dessus. Difficilement, certes, mais la promesse d’avoir un jour un enfant était toujours présente entre nous… Jusqu’à ce qu’elle tombe malade… Je me souviens de notre mariage… Nous étions si jeune… Nous l’avions célébrés à la va-vite alors que j’étais revenu au Castel entre deux batailles. Une promesse échangée, une étreinte partagée et le retour au combat le lendemain… Deux vies s’étant écoulées chacune de leur côté. « Ùisdean… ? » La voix féminine s’élève dans le salon, me forçant à reporter mon attention sur quelque chose de concret. Une femme et sa fille son présentes dans l’entrée de la pièce. Elles m’observent en silence. Il me faut un moment avant de reconnaitre la blonde. Une main passe devant mes lèvres alors que j’ai peur de réaliser. « Tu es… ? » « Oui. » « Et c’est… ? » « Oui. C’est ta fille. » Perdu serait un faible mot pour définir ce que je ressens en cet instant. Ensevelit sous un trop plein d’émotion, je ne sais pas comment réagir, je ne sais pas quoi faire. Alors je me lève et je m’approche. J’observe l’enfant, j’observe ma fille. Je pose un genou pour observer les boucles brunes et le regard revêche et fatigué de l’enfant. « Je sais que ce n’est pas le bon moment mais nous avons besoin de… » « Partez. » Une aventure d’un soir. Un abandon dans les bras d’une jeune femme après un champ de bataille particulièrement éprouvant. Un adultère. Je ne peux pas les accueillir… Pas alors qu’Imogen vient tout juste de mourir, pas alors que je porte encore si lourdement le poids du deuil. Je ne veux pas reconnaitre ma faute, je ne veux pas l’assumer. « Vous n’auriez pas dû venir ici. Passez prendre un cheval aux écuries à mon nom en partant et faites-en ce que vous voulez mais je ne peux pas faire plus. » Oh si, je le pourrais. Mais je ne le veux pas. Cette femme et cet enfant… C’est trop. Beaucoup trop. Beaucoup plus que je ne peux gérer en tout cas. Je me redresse et je quitte la pièce avant de changer d’avis. Je ne veux pas de cet enfant, je ne veux pas que ce soir où j’ai trompé Imogen pour me glisser dans la couche d’une autre soit un souvenir cru et amer qui reste constamment en face de moi. Je ne veux pas entacher le souvenir de cette relation qui m’est si chère. Alors je tourne le dos à cette femme et à notre enfant. Parce que je ne les connais pas. Je peux me convaincre de les oublier. Ce que je ne compte pas faire de sitôt pour Imogen.

    1756 Highlands | « Tu n’es peut-être pas content de me voir à tes côtés mais tu n’as pas le choix. Apprends à faire avec. » Je tends de la viande séché à Àdhamh, faisant peser mon regard sur lui. Quand il m’avait confié son projet de tout abandonner pour aller ouvrir une bijouterie à Édimbourg, j’ai dans un premier temps cru à une mauvaise farce. Partir seul sur les routes par les temps qui courent n’est pas une bonne idée… Le faire alors qu’on est partiellement aveugle, c’est du suicide. Il était hors de question que je le laisse prendre un risque pareil. Et puis… Il est tellement… Lui. Parfois, je me demande s’il se rend bien compte du monde dans lequel on vit, du climat politique qui règne sur le pays, sur les Highlands. Et je m’inquiète. Je suis rongé d’inquiétude à l’idée qu’il puisse lui arriver quelque chose et que… Comme pour Finn, je ne sois pas là pour lui sauver la mise. Notre sœur marié, ma femme enterrée, il est tout ce qu’il me reste comme famille. Je ne veux pas refaire les mêmes erreurs que par le passé avec lui. Je veux faire les choses bien. Notre famille mérite un peu de bonheur. Nous avons assez donné que pour le mériter. Alors, j’ai fait mes affaires et je suis parti avec lui. Il m’a bien fait comprendre que ça ne lui plaisait pas. Encore à l’instant, il me fait la remarque. Mais cela m’importe peu. Qu’il se plaigne s’il en a envie. Je ne laisse personne partir au-devant de ce genre de choses sans m’assurer que tout ira pour le mieux. Du moins, pas les membres de ma famille. Plus maintenant. Je ne sais pas ce que je ferais une fois en ville. J’ai laissé la forge derrière moi. Je n’ai jamais connu que cela et la guerre… Je ne sais pas ce qui m’attend une fois là-bas. Je n’aime pas les villes. Je préfère les grands espaces, la nature, les plaines. Si ce n’était pas pour lui, je serais resté chez moi, hanté par les fantômes du passé, me perdant dans le travail pour oublier. Mais il y a cet idiot d’Àdhamh qui m’a poussé à sortir de mon trou… Ce petit frère que je ne peux m’empêcher de chérir tout particulièrement. Un frère que je me refuse de perdre. Je passe une main affective dans ses cheveux, lui lançant un léger sourire. « Arrête de râler et mange. Si on veut atteindre la ville d’ici deux jours, on ferait mieux de rester en forme. » Je talonne mon cheval, le dépassant pour passer devant la charrette qu’il conduit. Ce qui s’y trouve est actuellement tout ce qui nous reste comme possession. Après un bref regard en arrière, je me laisse aller à un léger trot, prenant un peu d’avance sur la marche mais sans pour autant perdre mon frère de vue. On n’est jamais trop prudent…

    1757 Édimbourgh | « J’ai l’air ridicule. » « Mais non, tu es très bien. » Ronchon, je détail Peadrus qui porte le même accoutrement que moi. Devenir garde pour le château reconvertit en prison n’était pas vraiment mon plan de carrière mais on fait avec ce qui vient, n’est-ce pas ? Surtout que je ne vais pas me plaindre… Si je n’avais pas joué de chance en tombant sur mon cousin perdu de vue depuis si longtemps, je serais sans doute encore en train de faire du Backhold clandestin dans les pires tripots de la ville pour récolter une partie des paris du match. C’est d’ailleurs comme ça que Peadrus m’a trouvé. Parieur invétéré, il avait reconnu mon nom lors d’un combat. Les retrouvailles… C’était quelque chose… Nous ne nous étions plus vu depuis que lui et sa famille avaient quitté Castel Leod. Si proche et pourtant si loin… Quand il a appris que je cherchais un travail, il a accepté de mentir sur mon allégeance pendant la guerre pour pouvoir me pistonner au poste de garde. Désespéré de ne pas vivre aux crochets de mon petit frère plus que nécessaire, j’avais accepté. Ce métier ne me réjouit pas plus que cela mais au moins, c’est plus ou moins quelque chose que je connais. Et je suppose que je ne peux pas être si mauvais que cela en tant que garde… « Suis moi, je vais te faire le tour des lieux. » Un soupire plus tard, je suis mon cousin que la providence a ramené à moi. Il m’explique en détail comment les choses fonctionnent, les rondes à effectuer, me présente certains logeurs de la prison. Grossièrement, nous faisons le tour des chemins de ronde, plus concentré par le fait de nous raconter nos vies respectives lors de la guerre que par le fait de se concentrer sur ce que nous étions effectivement en train de faire. Pour la première fois depuis longtemps, c’est un sourire sincère qui se dessine sur mon visage, des rires francs qui s’échappent de mes lèvres. Il n’est pas improbable que, pour la première fois depuis longtemps, je me vois être optimiste pour l’avenir…

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 234
    Points : 184
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Garde du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Ùisdean MacKenzie le Ven 14 Juil - 13:13



    Recensement


    Mon profil est complété parce que j'ai ajouté les informations suivantes:

    Mon icone en format carré : [ x ]
    Mon taux d'hybridation : [ x ]
    L'âge de mon personnage : [ x ]
    Mon métier / ma profession : [ x ]
    Mes pouvoirs  : [ x ]
    Mon alignement: [ x ]
    Agrémenté mon Champ Libre : [ x ]



    Avatar
    Code:

    <li>Michael Fassbender<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t202-uisdean-mackenzie-eye-of-the-storm]Ùisdean MacKenzie[/url]</li>



    Métier / Profession
    Code:

    <li>Garde du château<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t202-uisdean-mackenzie-eye-of-the-storm]Ùisdean MacKenzie[/url]</li>


    Grande Famille

    Créez avec mon personnage une grande famille :
    Code:

    <div class="mbh_bottin_dedans"><div style="line-height: 0px;" class="pa_titre_box_noir">MacKenzie</div>
    <div class="mbh_bottin_liste">
    <b1>Finance :</b1> Aisée
    <b1>Race :</b1> Ceasg (principaux, d'autres sont tolérés)
    <b1>Sur l'hybridation :</b1> Pro-Monstre

    [i]Le clan MacKenzie est l’un des plus grand composant les Highlands. Ils sont connus pour leurs actes guerriers et politiques. Dans l’histoire des Highlands, on les a souvent vu, la claymore à la main, profitant de la faiblesse d’autres clans pour les bouter hors de leurs terres ou de leurs Castel. C’est ainsi qu’ils acquirent entre autre Castel Leod, il y a de cela près d’un siècle. Lors de la guerre contre les jacobites, les MacKenzie se sont vu divisés en deux. Certains ont suivi Kenneth MacKenzie, s’alliant avec les anglais alors que les autres ont suivi George MacKenzie du côté des jacobites. Durant cette période, ils ont pris part à beaucoup de combats mais n’ont jamais pu mettre le pied à Culloden, leur troupe ayant été attaquées en chemin par deux clans pro-anglais. Aujourd’hui, ils mordent encore leur frein concernant la défaite de Culloden. Les tensions sont toujours présentes à l’intérieur du clan, la défaite ayant du mal à passer pour certain.[/i]
    <center><b1>Pro-Jacobites</b1></center>
    <ul>
    <li><div class="mbh_bottin_icon dcd"></div>Patriarche<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Donald MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon dcd"></div>Veuve de Donald<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Prénom MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon prit"></div>Premier fils de Donald<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>[url=http://marbhadh.forumactif.com/t202-uisdean-mackenzie-eye-of-the-storm]Ùisdean MacKenzie[/url]</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon dcd"></div>Second Fils de Donald<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Fionnlagh MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Première fille de Donald<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Prénom MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon prit"></div>Dernier fils de Donald<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Àdhmah MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Frère de Donald<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Clyde MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Femme de Clyde<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Prénom MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Première fille de Clyde<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Prénom MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Seconde fille de Clyde<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Prénom MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon dcd"></div>Second Frère de Donald<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Morgan MacKenzie</li>
    </ul>
    <center><b1>Anti-Jacobites</b1></center>
    <ul>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Dernier Frère de Donald<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Christian MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Femme de Christian<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Prénom MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Première fille de Christian<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Prénom MacKenzie</li>
    <li><div class="mbh_bottin_icon libre"></div>Premier fils de Christian<span class="mnh_bottin_sep_list"> | </span>Peadrus MacKenzie</li>
    </ul></div></div>


    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 234
    Points : 184
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Garde du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Tristan Dubh le Ven 14 Juil - 13:16

    J'ai pas encore tout lu mais je te previens de suite que Tristan va lui faire du charme.

    (Hate de pouvoir me poser pour lire )

    _________________

    RAISE A LITTLE HELL


    Young blood, never get chained | Young blood, heaven need a sinner | You can't raise hell with a saint | Don't care what your old man say | Young blood, heaven hate a sinner | But we gonna raise hell anyway | ©️ FRIMELDA

    avatar
    If I burn, so will you.

    Messages : 347
    Points : 353
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Verveine/Orphiel
    Multicompte : Archibald Ferguson, Fionnaghal MacFhiongain
    Taux d'abomination :
    90 / 10090 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur / Princesse Disney
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, danseur de talent, transformation à volonté
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques, loup de mer, empathie pour les phoques
    Chronologie des RPs

    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Ùisdean MacKenzie le Ven 14 Juil - 13:17

    Dommage que sa cornemuse son coeur soit déjà prit, n'est-ce pas ? J'ai hâte de voir ça en tout cas...

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 234
    Points : 184
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Garde du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Tristan Dubh le Ven 14 Juil - 13:17

    Techniquement celle de Tristan aussi mais c'est pas parce qu'on a deja mange qu'on ne peut pas regarder le menu

    _________________

    RAISE A LITTLE HELL


    Young blood, never get chained | Young blood, heaven need a sinner | You can't raise hell with a saint | Don't care what your old man say | Young blood, heaven hate a sinner | But we gonna raise hell anyway | ©️ FRIMELDA

    avatar
    If I burn, so will you.

    Messages : 347
    Points : 353
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Ben Whishaw
    Crédit : Verveine/Orphiel
    Multicompte : Archibald Ferguson, Fionnaghal MacFhiongain
    Taux d'abomination :
    90 / 10090 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Pasteur / Princesse Disney
    Pouvoirs : Charisme, beauté naturelle, conteur écouté, danseur de talent, transformation à volonté
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède la peau, trouble de déficit de l'attention, tendances artistiques, loup de mer, empathie pour les phoques
    Chronologie des RPs

    Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
    Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
    Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
    Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

    Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
    Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
    La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
    Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

    Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
    Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
    J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

    Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
    Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
    Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Seaghdh Leamhnach le Ven 14 Juil - 13:37

    Eheh rebienvenue avec ce nouveau perso

    _________________

    TOUT CE QUI BRILLE PEUT ÊTRE D'OR
    avatar
    Do not go gentle into that good night.

    Messages : 286
    Points : 181
    Ta tête Par défaut
    Avatar : Simon Pegg
    Crédit : verveine. (ava) & moi (signa)
    Multicompte : /
    Taux d'abomination :
    70 / 10070 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Comptable
    Pouvoirs : Charisme, Fin limier & Fétiche
    Inconvénients : Fort besoin affectif, désastre nautiques, appel de la mer & matérialisme exacerbé


    Do not go gentle into that good night, old age should burn and rave at close of day; rage, rage against the dying of the light.

    Though wise men at their end know dark is right, because their words had forked no lightning they do not go gentle into that good night.





    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Ùisdean MacKenzie le Ven 14 Juil - 13:40

    Merci darling ♥

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 234
    Points : 184
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Garde du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Llewyn MacGobhainn le Ven 14 Juil - 15:04

    T'es beau ♥

    _________________

    A WOLF IN SHEEPISH CLOTHING
    avatar
    Pray for my lost soul

    Messages : 278
    Points : 207

    Avatar : Andrew Scott
    Crédit : Schizophrenic (ava) + XynPapple (signa)
    Multicompte : Àdhamh MacKenzie
    Taux d'abomination :
    80 / 10080 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Chirurgien et scientifique en quête de savoir, prêt à tout pour percer les secrets du corps humain.
    Pouvoirs : Dents acérées, Discrétion naturelle, Agilité naturelle, Contrôle des éléments
    Inconvénients : Cannibale, Agoraphobe, Déteste le son de la cornemuse, Sang froid


    Grave digger, grave digger. Send me on my way. Bring me to my knees. Forget what i have done. Forgive me if you please. Save me if you can. The time for me has come. Let me be the one that got away.



    Grave digger, grave digger. Slowly fill my grave. Whisper to your god. Allow me to be saved. Pray for my lost soul. Allow me to grow old. Save me if you can. The time for me has come. Let me be the one that got away.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Sómhairl MacLeòd of Lewis le Ven 14 Juil - 15:08

    ÚISDEAAAAANNNNNN !!!        
    TU ES LÀ. TU ES PARFAIT. JE T'ÈPOUSE !

    Aimons-nous drapés des interdits et du ship maudit !


    Ùisdean MacKenzie a écrit:et un dernier mot ? les MacLeod sont des pouilleux. Mais leur château est confort.


    VIL GUEUX !  

    MON PALPITANT EST MORT.
    JE VAIS TE FAIRE GOÛTER LA HAINE DES MACLEÒD !!    
    Tu sais ce que tu peux en faire de ta magnifique tronche de forban ?

    Gredin:

    Je t'aime quand même, tu le sais bien rebienvenue par ici.

    _________________

    SOGHRÀDHACH
    IT WAS JUST BEFORE THE MOON HUNG HER WEARY HEAVY HEAD IN THE GALLOWS AND THE GRAVES OF THE MILKY MILKY CRADLE HIS TEARS HAVE TURNED TO POPPIES A SHIMMER IN THE MIDNIGHT.
    avatar
    Eisd ri gaoth nam beann gus an traoigh na h-uisgeachan

    Messages : 152
    Points : 219
    en recherche
    Avatar : Benedict Cumberbatch
    Crédit : ÐVÆLING
    Multicompte : //
    Taux d'abomination :
    90 / 10090 / 100
    Age : Quarante-trois ans, la fausse complainte des rhumatismes
    Métier : Homme de loi de la Faculty of Advocates et poète des landes
    Pouvoirs : Armure naturelle. Insensibilité à la chaleur. Agilité naturelle. Ossature incassable. Dentition acérée.
    Inconvénients : Sujet à l'alcoolisme, agoraphobie, sang-froid, pulsions cannibales, emétophobie.


    "— Cha dean triirse ach truaghan,
    'S cha'n fhaigh fear an lag mhisnichidh
    bean ghhc gu la luan."




    "—Is math a dh' imreadh
    an dàn a dheanamh an toifich
    is a liudhad fear mille th' aige."




    I. AODHAN / II. ÙISDEAN


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Ùisdean MacKenzie le Ven 14 Juil - 16:13

    @Llewyn MacGobhainn Merci tout plein darling ♥️

    @Sómhairl MacLeòd of Lewis


    Moi aussi je t'aime, petit poussin. J'aime aussi ton chateau


    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 234
    Points : 184
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Garde du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Llewyn MacGobhainn le Ven 14 Juil - 22:46

    Fàilte gu Dùn Èideann
    Bienvenue

    Ùisdean MacKenzie

    Tu vas bientôt pouvoir te jeter à corps perdu dans la ville d’Édimbourg. Cependant, nous avons encore besoin que tu t’affranchisses de deux trois formalités avant d’aller RP. Si tu es encore un peu perdu sur le forum, je t’invite à jeter un œil au guide du débutant. Tu y trouveras tout ce qu’il y a à savoir sur le forum pour un début réussi.

    Pour ne pas tarder à te lier aux autres joueurs, ne tarde pas trop à aller poster ta fiche de liens ou encore ta fiche de RP pour garder une trace de tous tes écrits.

    Ce qu'on a pensé de ta fiche

    Je pense qu'avec les messages échangés sur Skype, tu sais très bien ce que je pense de ta fiche et de ce grognon de Ùisdean Le caractère de ton perso promet de beaux moments de rp Gare à vos fesses, MacLeòd     Et puis ton avatar quoi Bref, j'ai hâte de voir ce Ùisdean évoluer dans l'univers de Marbhadh ♥️


    _________________

    A WOLF IN SHEEPISH CLOTHING
    avatar
    Pray for my lost soul

    Messages : 278
    Points : 207

    Avatar : Andrew Scott
    Crédit : Schizophrenic (ava) + XynPapple (signa)
    Multicompte : Àdhamh MacKenzie
    Taux d'abomination :
    80 / 10080 / 100
    Age : 35 ans
    Métier : Chirurgien et scientifique en quête de savoir, prêt à tout pour percer les secrets du corps humain.
    Pouvoirs : Dents acérées, Discrétion naturelle, Agilité naturelle, Contrôle des éléments
    Inconvénients : Cannibale, Agoraphobe, Déteste le son de la cornemuse, Sang froid


    Grave digger, grave digger. Send me on my way. Bring me to my knees. Forget what i have done. Forgive me if you please. Save me if you can. The time for me has come. Let me be the one that got away.



    Grave digger, grave digger. Slowly fill my grave. Whisper to your god. Allow me to be saved. Pray for my lost soul. Allow me to grow old. Save me if you can. The time for me has come. Let me be the one that got away.



    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Ùisdean MacKenzie - Eye of the storm

    Message par Ùisdean MacKenzie le Ven 14 Juil - 22:48

    Anhw, merci darling ♥ J'ai hâte de m'y mettre ♥♥♥

    _________________
    Eye of the Storm
    No sign of shore. The moment when the sails were torn, we reached the end. Eye of the storm. For all that it cost, in the end there was no price to pay. For all that was lost, that storm carried it away.
    avatar
    I cannae keep calm. I am a MacKenzie.

    Messages : 234
    Points : 184
    Fassbender
    Avatar : Michael Fassbender
    Crédit : ÐVÆLING le magnifique
    Multicompte : Teàrlach Ó Ceallaigh
    Taux d'abomination :
    40 / 10040 / 100
    Age : 41 ans
    Métier : Garde du château d'Édimbourg
    Pouvoirs : Beauté (1) - Charisme (1) - Apnée longue durée (1) - Fin limier (1)
    Inconvénients : Fort besoin affectif - Goût du sang

    I told you lies and said what you were meant to hear just as you wished, my dear. To reach the eye of the storm. So we began to float and drifted out into the tide for every wave to swallow us alive.

    Sómhairl - Aodhan - Deirdre


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum