AccueilAccueil  
  • PublicationsPublications  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  

  • And I ran, I ran so far away ♦ Eilionoir & Teàrlach

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    And I ran, I ran so far away ♦ Eilionoir & Teàrlach

    Message par Eilionoir Ramsay le Dim 9 Juil - 0:08

    I couldn't get away

    Eilionoir & Teàrlach

    Il n'est pas risqué d'affirmer que la nuit nourrit abondamment les ennuis. Ce n'était pas quelque chose qu'Eilionoir ignorait non plus. Cependant, il existe toujours des moments où l'on doit s'exposer au risque sans qu'on n'en ait vraiment le choix. Pour la jeune femme, il s'agissait du moment où elle rentrait chez elle à la fin de son service. Travailler dans un pub n'était certainement pas synonyme de rentrer chez soi sous le soleil grisé de nuages de cette chère Édimbourg, et mademoiselle Ramsay devait bien souvent marcher une bonne demi heure dans la nuit noire jusqu'à son cabanon. Ce n'était pas son moment préféré de la journée, mais peut-être pas le pire non plus. Après tout, même si elle n'écartait jamais qu'un danger pouvait lui arriver, rien dont elle se souvenait ne l'avait déjà mis dans un quelconque pétrin jusque là. À part quelques animaux nocturnes auxquels elle n'était pas habituée qui lui avaient parfois fait quelques frayeurs, cela s'arrêtait là. Elle avait toujours eu la chance de voir le danger avant de se cacher. La nuit pouvait être une amie comme une ennemie dans ces moments là.

    La lune éclairait faiblement le petit chemin qu'elle avait emprunté pour couper. Suivre la grande route ne lui paraissait pas plus risqué que le raccourci qui la cachait de la faune pas forcément bienveillante envers une femme à cette heure-ci. Elle se disait qu'elle minimisait les risques, tout en étant habillée de vêtements sombres allant avec sa chevelure brune. Si la lune ne reflétait pas son visage pâle comme l'astre de nuit, elle pouvait facilement passer pour un bruissement de feuilles. Un petit arbre mouvant. C'est beau de se rassurer, n'est-ce pas ?
    En tout cas, elle avait hâte d'arriver. La soirée avait été particulièrement éreintante. Elle sentait des picotements dans sa gorge à force d'avoir chanté, et les clients s'étaient montrés plutôt avenants. Si l'on restait dans des termes polis. Elle avait dû repousser un lourdaud avant que le gérant n'intervienne, et même si rien ne s'était passé, cela l'avait mis dans une sale humeur pour le reste de la nuit. Rien n'avait contrebalancé cela dans son service ce soir là. Toujours un peu irritée, elle marchait à pas saccadés, guidée par l'habitude sans forcément être concentrée. Elle pensait à ça, puis tout un tas d'autres choses vint s'ajouter. Cela calmait un peu Eilionoir. L'air frais sur ses joues lui faisait du bien, après avoir connu des heures de chaleur humaine plutôt étouffante. Oui, son humeur semblait progressivement s'améliorer au fur et à mesure que ses pas la rapprochaient uns à uns de chez elle, c'était bon signe.

    Clac !

    Et ça, c'était quoi ?  Évidemment quand tout commence à aller mieux, la réalité doit vous ramener sur terre sans trop de délicatesse. Les yeux écarquillés, sans s'arrêter, Eilionoir scruta l'obscurité autour d'elle sans franc succès. C'était probablement un animal, comme la plupart des fois... Mais l'esprit de la jeune femme aimait vagabonder dans des recoins assez étranges dans ces moments là.
    Qu'est-ce qu'elle allait faire si c'était quelqu'un ? Elle n'avait pas le cœur à se cacher pour rien, maintenant. Dans le pire des cas, si ce n'était pas un animal, peut-être étais-ce un esprit échappé du Château qu'elle longeait. Dans ce cas là, même en se cachant elle n'y échapperait pas. Cela la fit presque rire. D'une part parce qu'elle ne croyait pas du tout à tout cela et que cette idée morbide relevait certainement du divertissement pour elle. Et que si cela était vrai, au moins aurait-elle une bonne excuse pour ne pas venir travailler demain matin. Ha ! Des fois elle comprenait vraiment pourquoi elle aimait être toute seule avec ses pensées en bois.

    Crac !

    D'accord, non là, ça commençait à faire beaucoup en peu de temps. Eilionoir s'arrêta. Son coeur s'était mis à battre tellement fort que cela lui faisait presque mal. En tout cas, sa respiration en pâtissait déjà, et elle essayait de se contenir, résultant en le bruit de ses battements qui résonnaient lourdement dans ses tempes. Il y avait un risque, là, non ?  Elle ne s'en voudrait pas à elle-même  si elle commençait à se cacher, là, maintenant... Elle ne voyait rien... Mais un pressentiment grandissait en elle, ses palpitations en témoignaient. Doucement, elle recula hors du chemin pour s'enfoncer dans les buissons qui longeaient ses pas. Elle se baissa. Si elle voyait quelqu'un passer dans quelques secondes, elle s'offrirait un bon repas demain, c'était certain ! Et bonus, un très bon repas, s'il s'agissait d'un esprit malin.

    DEV NERD GIRL


    _________________

    Eilionoir
    « It's funny how I blind myself. I never knew if I was sometimes played upon, afraid to lose. Oh, I'd tell myself: what good do you do? Convince myself ! Well, It's my life ! Don't you forget ! Oh, It's my life ! It never ends. » © Joy
    avatar
    Faileas

    Messages : 62
    Points : 40
    Eilionoir Ramsay
    Avatar : Winona Ryder
    Crédit : Kmou
    Multicompte : //
    Taux d'hybridation :
    50 / 10050 / 100
    Age : 21 ans.
    Métier : Serveuse.
    Pouvoirs : Charisme, chanteuse de talent, empathie animale avec animaux des rives et les mammifères marins.
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau, tendance artistique, trouble de déficit de l'attention.


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: And I ran, I ran so far away ♦ Eilionoir & Teàrlach

    Message par Teàrlach Ó Ceallaigh le Jeu 13 Juil - 23:09


    And I ran, I ran so far away
    Eilionoir ξ Teàrlach

    Il déteste cela. Il le déteste du plus profond de ses tripes. Derrière la fenêtre ouverte du bar, il observe la soirée, profite du chant. Un chant de cette qualité… Difficile de passer à côté. Difficile de manquer les inflexions délicates et travailler. Le chant, tel un doux murmure porté par le vent, caresse l’âme et réchauffe le cœur. Il fermerait les yeux pour profiter de cette mélopée si la source de cette douce voix n’était pas aussi agréable à regarder. Lui qui ne s’est jamais vraiment senti attiré par une femme, il observe la selkie d’un regard avide. Il n’aime pas chasser les créatures charismatiques. Il n’aime pas chasser tout court. Cruel besogne que la sienne. La moralité n’est pas trop son souci… Mais le temps que cela prend et le risque que cela lui fait prendre, en revanche… Et l’argent… Son homme à tout faire avait été retrouvé les bourses coupées dans un tripot, mort en se vidant de son sang. Le pauvre homme aurait dû réfléchir à deux fois à la manière dont il allait dépenser son salaire… Peut-être serait-il encore en vie aujourd’hui. Cela contrarie tout particulièrement Teàrlach qui ne peut s’empêcher de se demander si son employé n’aurait pas pu le prévenir avant de mourir comme le dernier des chiens dans un bordel. Le temps d’en trouver un nouveau, c’est lui qui se colle à la sale besogne. Et, très clairement, la jeune chanteuse l’a charmé. Puisant dans ses connaissances, il estime être soit face à une ceasg, soit à une selkie. Il n’y a qu’eux pour dégager un tel magnétisme. Elle illumine la pièce, on ne voit qu’elle. Les gueux aux pichets de bière font pâle figure à côté du magnétisme que dégage la jeune femme. Le fir darrig se lèche les lèvres. La décision est prise. Il va tenter le coup avec elle. Avec un peu de chance, l’obscurité de la nuit sera à son avantage.

    Alors il attend. Il attend et la nuit file. La Lune est haute lorsque la jeune femme sort enfin du bar qui loue ses services. Telle une ombre, il se faufile derrière elle. Longeant les murs, marchant dans l’ombre, il ne la perd des yeux que pour jeter un œil à ses gants rouges. Ils s’éloignent tous les deux du centre de la ville, leur pas les guidant vers West Port. Un coin que Teàrlach ne connait pas bien. Il hésite. Ses pieds s’emmêlent, il marche sur un bout de bois pour récupérer son équilibre. Crac Il s’immobilise en même temps que sa proie, retenant sa respiration. Elle reprend sa marche, il soupire silencieusement. Il n’est pas bon pour ce genre de choses, il le sait parfaitement. Quelques mètres plus loin, il recommence, la même erreur. De là où il est, il peut la voir… La tension dans ses épaules. Alors il prend une inspiration profonde. Que comptait-il faire en la suivant ainsi ? Il n’est pas une brute. Soudainement, l’homme se sent ridicule. Ce n’est pas là son champ d’expertise. Après tout, il est un fier fir darrig. Son truc, c’est le beau mot et le mensonge… Sans même parler de la peur. En fonction des cibles, cela peut plus ou moins incapaciter certaines personnes. Il en a déjà vu, des réactions… Des personnes criant, hurlant leur bon Dieu face à quelque chose qu’ils étaient les seuls à voir… Alors que d’autres s’immobilisent, tétanisés, certaines se tapissent, d’autres se cachent et les plus vivaces s’enfuient à toute jambe. Il y a autant de réaction que d’individu. Non, clairement, la force brute n’est pas l’atout du jeune homme. Il fallait agir avec plus de subtilité, plus de tact.

    Il sort alors de l’ombre d’un pas qu’il veut timide. « Désolé de vous avoir fait peur. » Désolé, il ne l’est pas. Mais c’est là l’un des avantages que l’homme se connait. Personne ne résiste à ses doux mensonges, passant tout et n’importe quoi à sa gueule d’ange. Un air candide se peint sur son visage alors qui lui lance un sourire timide. « C’est juste que… J’essaye de vous rattraper depuis que vous avez quittez le bar. Vous marchez plutôt vite… Je voulais vous dire que vous êtes superbes. » Il mime l’empâtement des mots. Ses mains gantées passent momentanément devant ses lèvres alors qu’il détourne le regard, l’air gêné. Pas si bon acteur que cela, l’homme se transforme cependant en génie du corps lorsqu’il s’agit de proférer un mensonge. Héritage monstrueux coulant dans ses veines que celui-là. Quand il repose ses yeux sur la jeune femme, une nouvelle fois, son charisme le laisse sans voix. Il lui faut un moment pour se remettre, balbutiant, confus dans son propre mensonge pour l’espace de quelques instants. « Enfin, non, ce n’est pas ce que je voulais dire. Vous chantez bien. Votre voix est magnifique et je… J’ai l’air d’un idiot. » Un léger rire coule de sa gorge. Il espère attirer sa sympathie, ne pas avoir à lui courir après, idéalement, ne pas avoir recourt à la violence. Du moins, pas tout de suite.

    _________________
    Single Malt Scotch Whisky
    We fight every night for something. When the sun sets we're both the same. Half in the shadows, half burned in flames. We can't look back for nothin'. Take what you need say your goodbyes.I gave you everything and it's a beautiful crime.
    avatar
    A'bhiast as mutha ag ithe na beiste as lugha.

    Messages : 168
    Points : 188

    Avatar : Eddie Redmayne
    Crédit : NyxBanana
    Multicompte : None
    Taux d'hybridation :
    80 / 10080 / 100
    Age : 27 ans
    Métier : Co-gérant d'une distillerie de whiksy
    Pouvoirs : Provoquer des cauchemars (1) - éveiller des peurs enfouies (1) - mensonge imparable (1)- agir sur les probabilités à niveau moyen (5)
    Inconvénients : Ses blagues vont souvent trop loin - S'incruste chez les gens - Fascination pour la couleur rouge - Ochlophobie

    Droch bhrògan air bean greusaiche, droch cruidhean air each gobha, droch bhriogais air gille tàilleir, droch chart aig saor.


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: And I ran, I ran so far away ♦ Eilionoir & Teàrlach

    Message par Eilionoir Ramsay le Mer 19 Juil - 0:27

    I couldn't get away

    Eilionoir & Teàrlach

    « Désolé de vous avoir fait peur. »

    Ah, ça parlait ! Ça lui parlait directement, ah ! À vrai dire, elle ne s'y attendait pas trop, à ça. Si c'était un esprit, en tout cas, il conversait très bien. Mais pas de voix d'outre-tombe en vue... Mh. Une voix d'homme, pas très vieux, à ce qu'elle en entendait.  En tout cas, si elle avait tenté de se cacher, c'était bel et bien un échec. Il s'adressait à elle clairement, et distinctement. Prétendre à un malentendu et s'échapper en douce serait difficile. Eilionoir passa la tête en dehors pour tenter d'apercevoir son suiveur... Pas évident avec le peu de luminosité. Il fallait qu'elle s'approche. Réticente au premier abord, elle finit par s'élancer, de retour sur le chemin. C'était un jeune homme... tout ce qu'il y avait de plus normal. Il avait l'air très gêné, du genre naïf mais attachant. Sans le vouloir, la crainte qu'avait la serveuse se réduit presque à néant.

    « C’est juste que… J’essaye de vous rattraper depuis que vous avez quittez le bar. Vous marchez plutôt vite… Je voulais vous dire que vous êtes superbes. »

    Eilionoir haussa les sourcils. Vraiment ? D'accord, c'était flatteur, et peut-être avait-elle rougi sur l'instant... ou peut-être encore maintenant, mais peu importe. Candide... flatteur... il semblait ne pas pouvoir faire de mal à une mouche, mais il l'avait tout de même suivie. Et c'était tout de même un homme. Elle n'allait pas lui accorder sa confiance même si on pouvait lui donner le bon Dieu sans confession... Il fallait se méfier de ces personnes là... non ?

    « Enfin, non, ce n’est pas ce que je voulais dire. Vous chantez bien. Votre voix est magnifique et je… J’ai l’air d’un idiot. »

    Le rire embarrassé qu'il émit la contamina sans trop d'efforts, et bientôt Eilionoir s'esclaffait légèrement en canon. Secouant légèrement la tête en suivant, aussi pour rassembler ses esprits, la jeune femme ne put s'empêcher une petite moue. Moitié attendrie, moitié inquiète, le fait est que la serveuse ne s'attendait pas à une telle déclaration dans un tel endroit et dans de telles circonstances. C'était sympathique, certes. Cela faisait chaud au cœur et haussait les zygomatiques. Mais aussi gentil que cela pouvait être, tout restait superficiel et... étrange.

    « Alors vous m'avez suivie jusqu'ici pour me dire que je suis... superbe ? »

    L'avoir dit à voix haute confirmait le fond de sa pensée. Bien évidemment, ça n'était pas désintéressé. C'est vrai qu'il avait l'air innocent. Peut-être étais-ce même la première fois qu'il disait des choses pareilles à une femme, ce qui expliquerait beaucoup. Mais il était un homme, un homme qui l'avait suivie. Eilionoir ne voyait pas cela d'un très bon œil.

    « Je suis désolée, mais je ne vous connais pas assez pour vous donner ce que vous voulez. Peut-être une autre fois, lorsque vous m'aurez proprement abordée au pub ! » lança-t-elle en agrémentant sa phrase d'un petit sourire gêné, histoire de ne pas le blesser. C'était souvent une mauvaise idée de blesser l'ego d'un homme. Au milieu de la nuit sur un chemin désert.

    Eilionoir se retourna, prête à continuer son chemin. Son sombre, sombre chemin. Cette rencontre ne l'avait pas mise à l'aise, et elle se rendait compte que son coeur battait toujours de la frayeur qu'il lui avait faite. La serveuse ne fit pas plus d'un pas avant de commencer à réfléchir.
    Il n'avait pas l'air de vouloir lui faire de mal.
    Mais il l'avait suivie tout de même... probablement pour avoir une nuit de bonheur, en plus, et elle n'était pas vraiment d'humeur.
    Cependant...
    Est-ce qu'elle se voyait continuer le trajet - il en restait une bonne partie, d'ailleurs - seule, dans le noir, avec la possibilité de croiser quelqu'un ayant de moins bonnes manières que lui ?

    ...

    Eilionoir se retourna lentement. Après tout... peut-être que son étrange présence pouvait lui servir. De toute façon, elle s'en serait voulue d'avoir continué son dangereux chemin dans la solitude et l'inquiétude, alors qu'un gentil jeune homme qui lui faisait des compliments avait l'air de ne rien pouvoir lui refuser. Pourquoi ne pas en profiter ?

    « Mais si vous le souhaitez... vous pouvez toujours m'accompagner jusque chez moi. »

    La jeune femme arbora un sourire tendre en attendant son drôle de compagnon de route... enfin s'il acceptait. Mais elle n'allait pas se mentir; avoir une présence plus ou moins bénéfique près d'elle lui donnerait la force de rentrer ce soir.

    DEV NERD GIRL


    _________________

    Eilionoir
    « It's funny how I blind myself. I never knew if I was sometimes played upon, afraid to lose. Oh, I'd tell myself: what good do you do? Convince myself ! Well, It's my life ! Don't you forget ! Oh, It's my life ! It never ends. » © Joy
    avatar
    Faileas

    Messages : 62
    Points : 40
    Eilionoir Ramsay
    Avatar : Winona Ryder
    Crédit : Kmou
    Multicompte : //
    Taux d'hybridation :
    50 / 10050 / 100
    Age : 21 ans.
    Métier : Serveuse.
    Pouvoirs : Charisme, chanteuse de talent, empathie animale avec animaux des rives et les mammifères marins.
    Inconvénients : Obéissance à celui qui possède sa peau, tendance artistique, trouble de déficit de l'attention.


    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum